Archives par mot-clé : Indonésie

Le pouvoir de se souvenir au secours de l’art d’oublier : Note de lecture de Samia Kotele

« Following the events of 1965, I lost everything or, to be more accurate, all the illusions I had ever owned. I was a newborn child, outfitted with the only instrument a newly born babe finds necessary for life: a voice»

Homme de lettres à la plume dissidente, l’écrivain Pramoedya Ananta Toer dit Pram (1925-2006) résiste par la parole depuis la révolution indonésienne. Sa voix célébrant la lutte contre l’injustice, est emprunte d’idées révolutionnaires et patriotiques. Fils d’une marchande de riz et d’un instituteur membre de l’organisation nationaliste indigène Budi Utomo (L’intelligence suprême), il a été bercé par une pensée libre et humaniste qu’il intègre dans ses œuvres littéraires. Il fut incarcéré une première fois par le pouvoir colonial en 1947 sous des chefs d’accusation d’espionnage, un emprisonnement douloureux, duquel allait naître sa première œuvre littéraire Le fugitif.

L’auteur écrit Soliloque d’un Muet en détention sur l’île de Buru dans des conditions de détention inhumaines. Prisonnier politique, arrêté sans procès à la suite du Mouvement du 30 septembre (1965), ses mémoires interdites en Indonésie sont reconnues sur le plan international comme la voix dissidente à l’Ordre Nouveau (Régime de Suharto). Son incarcération est attribuée, à tord, à ses sympathies pour le parti communiste, ce qu’il niera au sein même de son œuvre mémorielle. Son exil servit au pouvoir autoritaire à placer sous le boisseau l’opposition au régime.

Détenu de 1965 à 1979, la voix de cette écrivain est réduite au silence pendant 14 ans. Il nous livre ici un témoignage à la fois personnel et collectif. Pram paye le prix de ses engagements dans une nation plongée dans la terreur du pouvoir autoritaire et discrétionnaire du général Suharto. La répression est légitimée par la restauration de «  l’ordre et de la sécurité » à la suite d’un coup d’état, dont découle le massacre de plus  500 000 personnes. Afin de ne pas sombrer dans le marasme, Pram retrouve sa dignité par l’écriture et sauve  la mémoire de ses codétenus par cette œuvre. Privé de sa bibliothèque, il use de sa mémoire et de ses connaissances en histoire indonésienne afin d’ériger une fresque politique et historique intitulée le « Buru Quartet », une tétralogie dans laquelle s’insère Soliloque d’un Muet.

Nous présentons ci-dessous quelques traits saillants de cette oeuvre.

L’écriture comme Pharmakon : « I lost everything except the right to talk to myself »

Pram partage, avec humilité, l’évolution de son rapport à l’écriture suite à l’obtention du droit d’écriture en 1967 par une convocation publique du Major Vasmo. Il nous fait part des difficultés qu’il rencontre dues à sa perte de confiance en lui, à la fatigue, mais également aux conditions d’écriture auxquelles il doit se plier. En effet disposant uniquement de quinze minutes par jour à la fin de sa journée de travail, cette tâche s’avère des plus ardue. Il rend à cet égard, hommage à ses codétenus dont il fait un portrait très touchant.

Ces derniers ont fait preuve d’une grande solidarité, en travaillant à sa place afin qu’il puisse écrire quinze minutes de plus. L’écriture est pour Pram une forme d’exutoire, de thérapie, mais aussi une façon de retrouver sa dignité dans des conditions de vie déshumanisantes. Il retrouve par sa plume, son « indonésianité » : « un indonésien est libre de décider du cours de son histoire personnelle ». Ecrire ses mémoires, est une façon pour lui de résister à l’injustice.

Une historiographie militante : jeu de miroir entre passé, présent et futur

Sa fine connaissance en matière d’histoire indonésienne lui permet d’écrire ses mémoires sous un angle militant. En effet, il dénonce l’injustice du présent, avec un regard sur le passé en s’appuyant sur de multiples comparaisons avec des situations similaires sous l’ordre colonial. Dès lors, quand le lieutenant lui ordonne de nommer l’unité de détention dans laquelle il se trouve, il lui attribue le nom de Wanagasa, en référence à la marche de résistance contre les colonisateurs de l’armée du Sultan Ageng. Il compare également à plusieurs reprises les conditions de détention des prisonniers politiques avec celles des nationalistes exilés. Le récit de vie de nombre de ses codétenus, par le biais d’anecdotes, cherche également à montrer la diversité des histoires et l’arbitraire des incarcérations.

Son récit fait écho à une idée centrale de l’auteur, que l’on retrouve à plusieurs reprises,  la volonté de conserver un esprit libre et indépendant sans aliénation à une quelconque doctrine politique. Il écrit une histoire ne militant pas pour une tendance politique particulière, mais pour libérer d’autres possibilités de luttes. Sa plume dissidente reste, malgré tout, tintée d’espoir. Les lettres adressées à ses enfants sont une illustration de cet optimisme : « Vous êtes les enfants d’une nation libre… et moi celui d’un peuple colonisé. »

Après la cérémonie du matin, les prisonniers politiques choisissaient leur matériel agricole dans l’entrepôt avant de se rendre aux champs. Dessin de Mars Noersmono : “Surviving a harsh life on Buru Island”, Jakarta Post, 2017.

L’impouvoir du langage à exprimer la violence extrême

 La violence des camps est à la fois physique, psychologique et symbolique. Les prisonniers sont classés par catégorie. Les Prisonniers A sont accusés d’être directement impliqués dans la tentative du coup d’Etat. La catégorie B correspond aux membres du parti communiste et des organisations de masse, rassemblant de nombreux intellectuels comme Pram. Enfin, la catégorie C correspond aux sympathisants du parti. Les conditions de détention sont particulièrement inhumaines, l’auteur relate les suicides, la torture des prisonniers, l’humiliation mais ne s’attarde pas en donnant des détails. Les travaux forcés sont la principale difficulté de détention, les détenus construisant des routes à main nues.

Ces terribles conditions de survie le poussent à mener une réflexion philosophique sur l’humain. La famine et l’humiliation réduisent les prisonniers à leurs instincts primaires. Considérés comme des animaux, ils seront détenus pendant 14 ans : un manque d’humanisme qui doit être gravé dans la mémoire nationale comme le rappelle cette citation : « One lacking in any sense of humanitarianism must be engraved in national memory ».

La singularité d’un récit comme exemplarité : « Chaque personne est condamnée à la naissance »

Il accepte son destin dans une lettre écrite à sa fille. Pram sait que ses lettres n’arriveront jamais entre ses mains, mais il continue à les écrire afin de poursuivre sa lutte. Ses mémoires sont parsemées de récits familiaux. Il raconte son enfance, son éducation, l’importance de sa mère dans son parcours. Et s’adresse à ses enfants dans des lettres à la nation libre. En exil, il garde en tête l’autre monde pour lequel il témoigne en faisant de son récit une exemplarité. Bien que détenu il rappelle sa fierté d’être un citoyen indonésien, une citoyenneté pour laquelle il s’est battu.

«  I have carried myself with the awareness that I, too contributed to the making of this nation. I had the right to be proud of what we achieved. But the situation in which I was caused me to ask ; am I no longer worthy of being Indonesian citizen? Was my contribution to nation freedom insignificant? Were the people of Indonesia no recognizing me a full citizen with full rights? ».

Même un événement qui peut sembler pour le monde libre comme étant singulier peut avoir une dimension exemplaire. Dans le sens où l’exemplarité ne concerne pas une personne ou un événement spécifique, irréversiblement révolu, mais la signification qu’elle peut revêtir pour le futur.

Refigurer la vie des disparus

La lecture de ses mémoires a été de mon point de vue une injonction à se rappeler et à se remémorer. Pram redonne un visage à la vie des victimes, en dépassant l’idée du nombre. Il a réalisé un travail colossal en demandant à tous les prisonniers des unités rencontrés de lui fournir des informations sur le nombre de personnes décédées, leur identité et origines. Cet inventaire constitue en lui-même une archive précieuse des morts et disparus. Son ouvrage est de fait un monument littéraire qui leur rend hommage, mais qui a également permis, suite à la libération des prisonniers, d’informer les familles.


Prisonniers de l’île de Buru. Source : “Revisiting the Past: Buru Islands” sur Engage Media © DR

Pour conclure : Le savoir pardonner, entre amnésie et amnistie

L’Indonésie reste aujourd’hui embourbée dans la question de la mémoire. Joko Widodo, le président de la République actuel ne parvient pas à mettre le sujet de la réconciliation sur la table malgré ses promesses. La mémoire des massacres de 1965 reste obscurcie par la présence des instigateurs de ces violences encore au pouvoir.  Mais l’amnésie du pouvoir se trouve aujourd’hui concurrencée par ce témoignage qui a d’abord trouvé écho favorable en Occident. Cette œuvre, toujours censurée en Indonésie, alerte les lecteurs sur les éventuelles conséquences d’un trop peu de mémoire : miroir de l’art d’oublier.

Samia Kotele, promotion ASIOC 2018-2019

Samia Kotele est étudiante en Master 2 Asie Orientale contemporaine ( ENS de Lyon / Sciences Po Lyon). Intéressée par l’Indonésie, elle travaille sur la question du genre et de l’islam à travers une analyse historique de l’évolution du féminisme indonésien. Elle effectue actuellement sa mobilité en Indonésie à Yogyakarta.

Image “à la une” : Pramoedya photographé chez lui à Jakarta au mois d’août 1986 © Charlie Hanley/AP

Indonesianist Benedict Anderson dies at 79 [Jakarta Post]

[ndlr] Disparition du chercheur Benedict Anderson, spécialiste de l’Indonésie, surtout connu en France pour son ouvrage de référence intitulé L’imaginaire national (Imagined Communities).

Anderson_LImaginaireNationalBenedict Richard O’Gorman Anderson, an Indonesianist with Cornell University, US, died at the age of 79 on Saturday night during a nostalgic visit to Indonesia, his adopted son said on Sunday.

“Ben Anderson passed away last night at 11:30 pm. He told me last week that he was planning to visit several nostalgic places in East Java,” Wahyu Yudistira, an adopted son of Anderson told thejakartapost.com.

Wahyu said Anderson died at a hotel in Batu, Malang, East Java. His remains will be cremated on Tuesday in Surabaya and his ashes will be spread over the Java Sea.

Wahyu said that Anderson made annual visits to Southeast Asian countries, including Indonesia, during winter in the US, to lecture and travel.

“He delivered a lecture at the University of Indonesia on Thursday and launched his new book titled Nationalism and Anarchism,” Wahyu said.

In the lecture, Anderson said contrary to what many believed, anarchists often yearned for justice and freedom.

Anderson was born on Aug. 26, 1936, in Kumming, China, to James O’Gorman Anderson and Veronica Beatrice Bigham. The family moved to California in 1941. In 1957, Anderson received a Bachelor of Arts in Classics from Cambridge University, UK, and later earned a PhD from Cornell’s department of government, where he studied modern Indonesia under the guidance of George Kahin. He is the brother of historian Perry Anderson.

During his life, Anderson’s works became references for scholars and students in Indonesia, such as Java in a Time of Revolution,Debating World Literature, Language and Power: Exploring Political Cultures in Indonesia, and Imagined Communities.

He was banned from entering Indonesia for his analysis and critical views of the government of president Soeharto. Only after Soeharto fell from power was Anderson able to return to Indonesia.

Dandy Koswaraputra

BenedictAnderson_ImaginatedCommunities_une

Source : Jakarta Post, 13/12/2015.

Pour en savoir plus :

Catholiques d’Indonésie et du Vietnam dans les années trente : naissance d’une nouvelle élite confessionnelle [CASE, 05/11/2015]

bandeau_CASE

SÉMINAIRE GÉNÉRAL DU CASE

5 novembre 2015

Salle 1 (RDC) – EHESS, bât. le FRANCE, 75013 Paris

Catholiques d’Indonésie et du Vietnam dans les années trente : naissance d’une nouvelle élite confessionnelle

Rémy Madinier, CASE
Les catholiques indonésiens: l’émancipation à travers la politique

Claire Trân Thi Lien, Paris Diderot
Catholicisme social et émergence d’une élite catholique dans le Vietnam des années 30

Discutante : Catherine Clémentin-Ojha (CEIAS)

« Genre et sexualités en Asie du Sud-Est » – Rencontres de l’AFRASE 2015

2015 Rencontres de l’Association pour la Recherche Française sur l’Asie du Sud-Est « Genre et sexualités en Asie du Sud-Est ».

Les Rencontres de l’AFRASE réunissent périodiquement des chercheurs en sciences humaines et des acteurs impliqués dans les sociétés du Sud-Est asiatique pour échanger connaissances et expériences sur différents sujets.

 

VENDREDI 27 NOVEMBRE 2015 :13h30 – 18h00

EHESS 105, boulevard Raspail

Amphi. François Furet

Métro : Saint-Placide/ Notre-Dame des Champs Entrée libre.

Réserver avant le 24 novembre à afrasebureau@gmail.com

14h – 15h45 : Projection & discussions autour de 2 documentaires, en présence de Justine Meignan :

  • Walang ilaw sa bahay, 40’ de Justine Meignan sur les femmes migrantes philippines et leurs enfants.
  • Red over the rainbow, 28’ de Vincent Baumont sur la LGBT Pride d’Hanoi.

16h-18h Table-ronde

  • Cynthia Embido Benejo (ISS, Rotterdam)
  • François Guillemot (Institut d’Asie Orientale, Lyon)
  • Laurence Husson (IrAsia, Aix-Marseille)
  • Estelle Miramond (Univ. Paris 7 / CASE)

Autour de deux documentaires et d’une table-ronde composée de chercheur.se.s, cette rencontre permettra d’échanger sur les questions de genre et de sexualité qui traversent les pays d’Asie du Sud-Est. Les migrations féminines, les rôles de femmes dans la guerre, les revendications LGBT ou la problématique de la traite seront abordés à rebours des stéréotypes qui circulent sur ces thématiques.

Lien : AFRASE

RedOverTheRainbow_VimeoCliquer sur l’image pour accéder au film de Vincent Baumont sur Vimeo

Décès de Muriel Charras, directrice de recherche au CNRS

Notre collègue Annick Guénel nous a informé de cette bien triste nouvelle.

Muriel Charras était géographe, directrice de recherche au CNRS et chercheure au CNRS depuis 1980. Membre du Centre Asie du Sud-Est (CASE UMR 8170), elle menait ses recherches sur l’Indonésie. Spécialiste de ce pays en particulier sur les problématiques de l’Indonésie extérieure, elle fit de nombreuses missions de terrain notamment à Sulawesi, Bali et Sumatra. Ses thèmes de recherche portaient sur : la colonisation agricole organisée et spontanée en Indonésie, l’évolution de l’agriculture ; l’organisation spatiale régionale ; les rapports entre Indonésie intérieure et extérieure ou les processus de peuplement dans la longue durée et d’autonomie régionale (Kalimantan, Sumatra, Sulawesi, Bali). Outre ses publications, elle contribua avec Manuelle Franck et Willem Johan Waworoentoe à l’Encyclopédia Universalis (entrées Indonésie, géographie et Djakarta). Nous reproduisons ci-dessous le message diffusé au CASE annoçant son décès.

MurielCharras
Muriel Charras (1948-2015)

Nous avons la tristesse de vous faire part du décès de notre collègue Muriel Charras survenue le 28 janvier 2015.

Ayant participé à la fondation du laboratoire DEVI (Dynamique, Espace et Variation en Insulinde) dont elle fut l’une des fondatrices avec Christian Pelras, elle a ensuite dirigé le LASEMA (Laboratoire Asie du Sud-Est et monde austronésien), puis le CASE (Centre Asie du Sud-Est), dont elle a assuré la co-direction avec Andrée Feillard pendant plusieurs années (2008-2012).

Géographe de formation, discipline à laquelleelle est restée fidèle, elle a soutenu une thèse sous la direction de Georges Condominas, qu’elle a su enrichir des apports de l’ethnologie, suivant sur le terrain un groupe de Balinais, de leur village d’origine à Bali même, puis lors de leur réinstallation à Sulawesi, dans le cadre de la politique indonésienne de transmigration. Elle a ensuite longtemps travaillé dans le sud de Sumatra, étudiant sur le terrain l’intense processus de transmigration que connaissait cette région. Elle a séjourné de nombreuses années en Indonésie, pour accompagner les programmes de coopération entre le LASEMA et le LIPI*.

Elle a, entre autres, élargi sa réflexion à la longue durée, et est devenue la cheville ouvrière de plusieurs programmes menés en coopération avec des archéologues et des historiens français et indonésiens, comme en attestent ses dernières publications et les écrits qu’elle laisse inédits, sur lesquels elle travaillait encore malgré la maladie. Elle nous laisse le souvenir d’une collègue et d’une amie d’un très grand courage, d’une grande humanité, toujours attentive aux parcours des jeunes chercheurs, œuvrant en particulier pour donner aux femmes la place qui leur revenait dans les laboratoires, en Indonésie comme en France.

MigrationsSpontanéesIndonésiePrincipales publications

  • “Sumatra Transnational Prospect beyond Indonesian Integration” in Fau, Khonthapane, Taillard (eds.), Transnational Dynamics in Southeast Asia : the Greater Mekong Subregion and Malacca Strait Economic Corridors, ISEAS, Singapore, 2014 : 221-250.
  • « Indonésie – Géographie », Encyclopédie Universalis en collaboration avec Manuelle Franck, 2008.
  • Menyelusuri sungai, meruntu waktu, Penelitian Arkeologi di Sumatera Selatan 2001-2004, Guillaud (ed.) Pusat Arkeologi – IRD – EFEO 2006.
  • “Western Kalimantan in Development : A Regional Disappointment,” In Glenn Smith & Hélène Bouvier, eds., Communal Conflicts in Kalimantan : Perspectives, Jakarta : PDII-LIPI, 2006 : 131-169.
  • « The Reshaping of the Indonesian Archipelago after 50 years of Regional Imbalance”, in Regional Autonomy in a Multi-Cultural Indonesia, M. Erb, C. Faucher & P. Sulistiyanto (eds.) Routledge Curzon, London & New York, 2005 : 87-108.
  • « Les configurations et recompositions spatiales dans l’Asie du Sud-Est insulaire contemporaine », avec Manuelle Franck, in Intégrations régionales en Asie orientale, Paris, Les Indes Savantes, 2004 :399-420.
  • “Quarante ans d’introversion de l’Indonésie ; l’éclipse de toute une région. L’ASE insulaire dans les recompositions spatiales”, en collaboration avec Manuelle Franck, in F. Cayrac-Blanchard, G. Defert et F. Durand (éds.), Indonésie contemporaine, Hommage à Jacques Leclerc, Paris, L’Harmattan, 2000 : 69-106.
  • “L’Indonésie : le plus grand archipel de monde”, Géographie Universelle, Volume : Asie du Sud Est et Océanie, A. Antheaume & J. Bonnemaison & M. Bruneau & Ch. Taillard (eds.), Paris, Bélin Reclus, 1995 : 40-76.
  • Spontaneous settlements in Indonesia : Agricultural pioneers in Southern Sumatra. M. Pain & M. Charras (eds.). Paris, ORSTOM, 1993.
  • “L’Indonésie extérieure en peine de perspectives”, Archipel 46, n° spécial : Orde Baru, 1993 : 173 190.
  • De la Forêt Maléfique à l’Herbe Divine : La transmigration en Indonésie, les Balinais Sulawesi, Edition de la MSH/Archipel, 340 p. Prix Jeanne Cuisinier 1982, INALCO.

Source : CASE

* LIPI : Lembaga Ilmu Pengetahuan Indonesia (The Indonesian Institute of Sciences)

Pham Van Thuy : Beyond Political Skin – Convergent Paths to an Independent National Economy in Indonesia and Vietnam (1930-65)

1957_Indonesia_stamp[ndlr] Message de Philippe Peycam, retrancris ci-dessous avec son aimable autorisation.

It is my great pleasure to inform you about the successful Ph.D. defense of Dr. Pham Van Thuy, here at Leiden University, just two days ago.The title of Pham Van Thuy’s thesis: “Beyond Political Skin: Convergent Paths to an Independent National Economy in Indonesia and Vietnam (1930-65).”

As the title indicates, Thuy’s research interests focuse on comparative historical study of the political economy of Vietnam and Indonesia as well as other Southeast Asian countries in the colonial and post-colonial periods. The thesis itself is a very important piece of research on a neglected subject: a comparison of the policies developed by the two newly independent and war-embroiled Indonesian and Vietnamese (DRV and RVN) states. I am attaching the thesis’s abstract to this email.

Thuy’s scholarly achievement is in many ways exceptional. From Vietnam National University (VNU) in Hanoi where he obtained his first BA degree in 2005, he joined the ENCOMPASS (Encountering a Common Past in Asia) programme a the Institute for History, University of Leiden. This means that Thuy studied simultaneously three languages – English, Bahasa Indonesia and Dutch – whilst he completed a second BA (2007) and then an MPhil degree (2009) before being appointed to a four-year Ph.D. position at the Faculty of Humanities, Leiden University, to carry out his doctoral research. Since 2006, he is Lecturer at VNU’s Faculty of History, School of Social Sciences and Humanities.

Pham Van Thuy is one of the few young Vietnamese historians who can claim to be truly knowledgeable about another Southeast Asian country, its language as well as the language of its former colonial occupyers. He used the two languages to work at both the Dutch and Indonesian archives and to read secondary source materials. Understandably, after having devoted comparably more efforts to research on Indonesia, he wants to deepen his knowledge about his own country and interact more with other Vietnam scholars. He is currently studying French and already plans to go to Aix-en-Provence!

Philippe Peycam
IIAS

Source : VSG

* * *

Asbract

Beyond Political Skin:

Convergent Paths to an Independent National Economy in Indonesia and Vietnam

The study discusses the transformation from a colonial into a national economy in Indonesia and Vietnam. It focuses on two intertwined processes of economic decolonization and reconstruction in the two countries after the Second World War, paying special attention to political and institutional factors involved in these processes. The study demonstrates that, although differences in the political situations resulted in the adoption of divergent strategies, Indonesia and Vietnam were in fact pursuing similar long-term goals, namely: to attain an independent national economy. The Indonesian government was determined to get rid of the economic legacy of Dutch colonialism by placing the whole economy under the strong state control and ownership, in accordance with the spirit of Guided Democracy and Guided Economy in the late 1950s and the early 1960s. This effort resembled much the socialist transformation of North Vietnam in the late 1950s and the various means by which the Ngo Dinh Diem government of South Vietnam concentrated economic power in its hands during the late 1950s and the early 1960s.