Archives par mot-clé : Indochine coloniale

Ho Hai Quang : Émergence et développement du capitalisme en Cochinchine (1859-1930) [GIS Asie]

Une courte synthèse de l’économiste Ho Hai Quang à lire sur le site du GIS Asie.

Les économistes et historiens qui ont étudié l’économie du Vietnam pendant la période coloniale sont unanimes pour déclarer que le secteur de production capitaliste y a été créé grâce à des capitaux venant de France et que ceux-ci ont été fournis par de grandes sociétés métropolitaines.

Sur quelle base théorique cette thèse s’appuie-t-elle ? Dans quelle mesure est-elle vérifiée concernant les plantations d’hévéa qui formaient l’essentiel du secteur de production capitaliste en Cochinchine pendant l’ère colonial ? Un examen critique des faits historiques permettra de répondre à ces questions.

Lire la suite : Émergence et développement du capitalisme en Cochinchine (1859-1930) | gis reseau asie (gis-reseau-asie.org)

Image “à la une” : Débarquement à Saigon d’engagés destinés aux plantations d’hévéa de Cochinchine (ANOM/FM/7AFFECO/Carton 25).

Christopher Goscha : Ecrire une “nouvelle” histoire du Vietnam. Enjeux, défis et quelques regrets – Inalco : lundi 5 décembre 2022

Conférence de Christopher Goscha à l’Inalco le 5 décembre 2022. A ne pas manquer.

Date : 

Lundi 5 décembre 2022 – 09:30 – 11:30

Lieu : 

Inalco, PLC (65, rue des Grands Moulins – 75013 Paris ) – Salle 4.18

Professeur à l’Université du Québec à Montréal et spécialiste de la péninsule indochinoise, l’historien Christopher E. Goscha s’intéresse en particulier au contexte international et transnational de la colonisation et de la décolonisation de l’Indochine française. Il donnera le 5 et le 6 décembre 2022 deux conférences à l’Inalco autour de ses deux derniers ouvrages : « Vietnam, a New History » (New York, Basic Books, 2016, 592p) et “The Road to Dien Bien Phu: A History of the First War for Vietnam” (Princeton University Press, 2022, 568p).

Lien vers la première conférence : http://www.inalco.fr/evenement/ecrire-nouvelle-histoire-vietnam-enjeux-defis-quelques-regrets

Du port au monde. Une histoire globale des ports indochinois (1858-1956) – Colloque à Đà Nẵng les 27, 28 et 29 octobre 2022

Annonce d’un important colloque franco-vietnamien à Đà Nẵng (Viêt-Nam) les 27, 28 et 29 octobre 2022. Programmes téléchargeables ci-dessous en français, vietnamien et anglais.




Pour s’inscrire :

Un lien d’inscription est disponible sur la troisième page de la plaquette du programme (en vietnamien, en français ou en anglais). Les liens de connexion seront envoyés aux inscrits une semaine avant la tenue de l’événement. Comme indiqué sur le programme, les intéressé-es peuvent s’adresser au coordinateur du colloque aux deux adresses suivantes : 

Marie-Agathe Simonetti : Working on Visual Culture in Colonial Vietnam – 29 avril 2022 – SSSH

Annonce de la présentation à venir de Marie-Agathe Simonetti dans le cadre du séminaire du Saigon Social Sciences Hub (SSSH) à Hô Chi Minh-Ville le vendredi 29 avril 2022. Présentation ci-dessous.

Horaires vietnamiens. Cliquez sur l’image pour faciliter la lecture.

Brice Fossard : Les Élites indochinoises et les secrets de l’Occident

Parution de la thèse remaniée de l’historien Brice Fossard. Présentation de l’éditeur.

Cet ouvrage analyse le processus de diffusion des sports et du scoutisme en Indochine et explique les raisons de leur succès auprès de certaines fractions des populations colonisées. En effet, ces associations culturelles, d’abord réservées aux coloniaux avant la Grande Guerre, sont rapidement investies par les nouvelles élites indochinoises entre 1914 et la fin des années 1920. L’ouvrage présente ces nouvelles élites, politiques, économiques et culturelles qui élaborent des stratégies très différentes pour transformer leur société et modifier le rapport de force colonial grâce à l’irruption d’un nouvel acteur dans le champ politique, la jeunesse. L’administration coloniale tente alors d’encadrer ces activités au moment où la présence de la France est la plus contestée. Mais, des tentatives de développement autonome, en dehors de la tutelle coloniale, commencent à apparaitre dès 1925 dans le paysage sportif avant de gagner les troupes scoutes. 

L’enjeu historique de cette étude est de comprendre comment ces loisirs ont contribué à former une partie de la jeunesse autochtone, majoritairement urbaine et lettrée en français, et d’envisager le rôle de ces mouvements et activités dans la formation d’un nationalisme vietnamien moderne.

Brice Fossard est Membre associé au CRHIM (Lausanne) et membre de la Société Française d’Histoire du Sport.

Source : https://www.lesindessavantes.com/ouvrage/les-elites-indochinoises-et-les-secrets-de-loccident/

François Joyaux : Nouvelle histoire de l’Indochine française

Avis de parution. Présenté comme LE livre définitif sur l’histoire de l’Indochine française, l’historien François Joyaux propose une synthèse géopolitique de cet angle de l’Asie. Présentation de l’éditeur.

​L’histoire de l’Indochine française est bien connue : elle commence avec la conquête, dès 1858, de la Cochinchine, puis du Cambodge, du Tonkin, de l’Annam et enfin du Laos ; voit apparaître des mouvements indépendantistes et se dessiner des figures emblématiques, tel Ho Chi Minh au Vietnam ; et se termine par les accords de Genève qui mettent un terme à la guerre en 1954.

Mais le présent ouvrage aborde ce pan de notre passé sous un angle résolument novateur. Adoptant une démarche géopolitique, il révèle que cette partie de l’Extrême-Orient a avant tout été la scène d’un conflit permanent pendant près d’un siècle entre la France colonisatrice et la Chine suzeraine – que cette dernière ait été impériale, républicaine ou communiste. En outre, progressivement, d’autres grandes puissances ont elles aussi développé leurs ambitions politiques et économiques dans cette zone du continent asiatique : l’Angleterre, l’URSS, puis le Japon et les États-Unis. Cette analyse des relations internationales n’exclut cependant en rien l’étude des facteurs internes du conflit, et l’auteur revient notamment sur l’influence prépondérante des Missions catholiques, de la Marine, des Républicains et, surtout, des francs-maçons dans le processus expansionniste.

D’une plume maîtrisée et efficace, François Joyaux nous propose donc une synthèse globale et totalement neuve sur près de cent ans d’histoire coloniale, des premières implantations en Asie jusqu’à la disparition définitive de l’Indochine française après la défaite de Dien Bien Phu. Un livre indispensable.

François Joyaux, professeur des Universités, spécialiste de l’histoire contemporaine de l’Extrême-Orient, a enseigné à l’Institut national des langues et civilisations orientales, à Sciences Po et à la Sorbonne. Il est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages sur l’Indochine, la Chine et les relations internationales en Asie. Il a publié chez Perrin, en 2019, une biographie consacrée à Nam Phuong, la dernière impératrice du Vietnam.

Source : https://www.lisez.com/livre-grand-format/nouvelle-histoire-de-lindochine-francaise/9782262088019

Do Huu Vi, pionnier de l’aviation militaire

Signalement d’un article de Lina Sankari paru dans le journal L’Humanité dans sa série “Ces invisibles qui font l’histoire de France“.

Premier aviateur vietnamien, le soldat mène les premiers vols de reconnaissance au Maroc. Pendant la Première Guerre mondiale, il survole les lignes ennemies et transmet des informations essentielles.

Timbre à l’effigie de Do Huu Vi (1883-1916) édité en Indochine en 1930.


Son regard dit tout à la fois le sérieux de la mission et l’espièglerie d’un homme à peine sorti de l’enfance. Car l’heure est à l’exaltation. Partout, on s’enthousiasme pour les premiers engins volants et l’armée comprend vite quels profits elle pourrait en tirer. Lui sera le premier aviateur vietnamien. Né le 17 février 1883, issu d’une riche famille de Cholon, près de l’ancienne Saigon, Do Huu Vi réalise des prouesses aux commandes.

Lire la suite : https://www.humanite.fr/do-huu-vi-pionnier-de-laviation-militaire-717229

Illustration “à la une” : photo de l’aviateur Do Huu Vi accompagnée de sa signature. Source : Wikipedia