Archives par mot-clé : Indochine coloniale

Le Vietnam il y a 150 ans vu par un médecin militaire français [Vietnam +]

[ndlr] Redécouverte du Viêt-Nam via des écrits français récemment traduits.

Hanoi (VNA) – Récemment, de nombreux ouvrages sous forme de compte-rendu personnel ou de récit de voyage d’Occidentaux ayant vécu au Vietnam ont suscité une grande attention auprès des sociétés d’édition. Une campagne au Tonkin, écrit par le français Hocquard fait partie d’un de ces livres et son écho résonne à l’heure actuelle dans la communauté des amoureux de lecture.

Une campagne au Tonkin est un ouvrage publié par la Société par actions de la culture de Dông A Books. Il s’agit d’un compte-rendu personnel du médecin militaire et photographe français Charles-Édouard Hocquard. Fin du XIXe siècle, la France a mené une grande campagne dans le but d’établir un protectorat sur le Tonkin (région septentrionale du Vietnam). Hocquard a vécu deux ans en Indochine (1884-1886) au service de l’expédition française.

Lire la suite : Nguyễn Thị Hồng Minh, Vietnam +, mardi 30 juin 2020

Illustration « à la une » : Les versions imprimées du livre Une campagne au Tonkin de l’auteur français Hocquard, publié par Dông A Books.

Les Indochinois et le riz en Camargue [Arte]

[ndlr] Signalé par le journaliste Pierre Daum, voici un documentaire d’Arte à ne pas manquer sur les travailleurs indochinois puis européens de Camargue. En Replay sur Arte et posté sur YouTube sur la chaîne « Histoires coloniales ». Présentation ci-dessous.

Le riz, grain de folie camarguais

En 1939, 20 000 Vietnamiens furent réquisitionnés, la plupart de force, pour partir en France afin de travailler dans les usines d’armement. A l’automne 1941, 500 d’entre eux furent envoyés en Camargue, où ils participèrent à la relance de la riziculture.

Ce documentaire retrace cette histoire largement oubliée. Il a été diffusé à la télévision française le 5 mai 2020.

Marie Aberdam : Élites cambodgiennes en situation coloniale, essai d’histoire sociale des réseaux de pouvoir dans l’administration cambodgienne sous le protectorat français (1860-1953) – thèse

Annonce de la soutenance de thèse de Marie Aberdam.


Soutenance de la thèse de doctorat en histoire contemporaine de Marie Aberdam

« Élites cambodgiennes en situation coloniale, essai d’histoire sociale des réseaux de pouvoir dans l’administration cambodgienne sous le protectorat français (1860-1953) »

sous la direction de M. Pierre Singaravélou


Date et lieu : Samedi 23 Novembre 2019 à 9h30 à la Sorbonne, Salle Jean-Baptiste Duroselle, Galerie Jean-Baptiste Dumas, entrée 14 rue Cujas, 75005, Paris.

Résumé :

Portrait de la haute société mandarinale durant le protectorat français, cette thèse décrit comment les élites cambodgiennes ont fait évoluer leur modèle social en situation coloniale. Mettant en regard sources coloniales, sources cambodgiennes et histoire orale, elle démontre l’existence de réseaux de pouvoir, c’est-à-dire de vastes groupes de parentèle dont les relations d’alliance et d’association ont pour enjeu la maîtrise du pouvoir social et politique. Ces réseaux participent de la gestion de l’État royal puis de l’État colonial : leurs luttes factieuses pour le contrôle de l’administration scandent le récit dynastique au XIXe et au XXesiècle et participent de l’instauration du pouvoir colonial dans le royaume. Confrontés à la pénalisation de leurs pratiques – assimilées à du népotisme et de la corruption par l’État colonial – ces réseaux de pouvoir adaptent alors leurs enjeux de reproduction aux besoins de l’administration coloniale. Une prosopographie de cent vingt personnels du rājakār (l’administration royale) – devenus fonctionnaires de l’administration mixte franco-indigène – décrit les conditions par lesquelles les mantrī du roi khmer déploient leurs réseaux au sein même des institutions indochinoises et limitent les capacités d’interventions de ces institutions sur les structures sociales. La biographie collective d’un réseau de pouvoir en particulier – une famille, ses alliés et associés – permet d’analyser tant la perpétuation des pratiques de parenté et de parentalité propres aux élites dirigeantes que leurs évolutions en fonction de leurs relations avec la royauté cambodgienne et le pouvoir colonial jusqu’à l’indépendance.

Mots clés : Indochine française – Histoire ; Asie du Sud-Est ; Cambodge ; Administration coloniale ; Intermédiaires culturels ; réseaux de pouvoir ; réseaux de parenté ; maisons ; clientèles ; prosopographie ; biographie.

Summary : Cambodian Elite in colonial context, an essay in social history about Networks and Power within the Cambodian Administration during the French Protectorat (1860-1953).

Proposing a portray of the Cambodian high society during the French Protectorat, this PhD describes how the mantrī – Cambodian mandarins – manipulated their social organization in the colonial context. Through colonial archives, Cambodian sources and oral history, this essay demonstrates how the high society used their networks of parents within the royal then within the colonial administration. Those networks, composed of large group of allies and associates, were dedicated to the control of social and political powers. The conflicts between those networks – to gain control over the administration – rhythmed the dynastic history of Cambodia all along the 19th and 20th centuries. Their actors took a part in the establishment of the colonial order. Confronted to the penalization of their practices – assimilated to nepotism and corruption by the Colonial State – those networks of power then instrumentalized the needs of the colonial administration to their issues of perpetuation. Their members became colonial administrators and then limited the capacity of the colonial institutions to interfere on their social structures. A prosopographie of one hundred and twenty mantrī of the royal administration became civil servants of the Colonial State describes how their networks spread within the Indochinese services. A collective biography of one of these networks – a family, its allies and associates – analyses the kinship model of the Cambodian elite, its perpetuation and its evolutions depending of their relations with the royal family and the Colonial State until the independence.

Key-words: French Indochina- History; South-East Asia; Cambodia; Colonial Administration; cultural intermediaries; networks of power; kinship networks; household; clientele; prosopography; biography. 

« Mémoires d’Indochine » 2019 : séance 2

Année universitaire 2019-2020 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

“Décoloniser l’histoire de l’Indochine”

★ ★ ★

Une visiteuse de l’exposition « Indochine des territoires et des hommes » au Musée de l’Armée, octobre 2013 © AFP

Postcolonial Studies sur l’Indochine, aperçu bibliographique

L’avènement du courant des Postcolonial Studies a bousculé la tradition historiographique française et l’emploi de cette notion se révèle tout aussi parcimonieux dans les études conduites par des chercheurs français. Cette séance reviendra sur la réception de ce courant en France avant de présenter quelques ouvrages clés sur la péninsule indochinoise qui s’inscrivent dans ou autour de ce champ. Notre attention se portera sur les « modes d’emploi » et la portée d’une notion plurielle à l’intersection de multiples problématiques – notion qui s’interroge, dans un effort réflexif, sur son propre fondement théorique.

Séance 2 : mercredi 2 octobre 2019 – salle de réunion de l’IAO

Lectures requises :

Nicolas Bancel, « Un malentendu postcolonial ? Réception et débats dans le champ académique français autour des Postcolonial Studies », in Collectif Write Back, Postcolonial Studies : modes d’emploi, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2013, p. 29-70.

Burleigh Hendrickson, « Qu’est-ce que la postcolonialité ? Vers une définition pluraliste », in Collectif Write Back, Postcolonial Studies : modes d’emploi, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2013, p. 155-173.

Entretiens vidéographiques :

Autres références signalées sur Mémoires d’Indochine : Études post-coloniales – Aperçus sur une notion en devenir

Claire E. Edington: Beyond the Asylum Mental Illness in French Colonial Vietnam [parution]

[ndlr] Parution d’un ouvrage clé sur un sujet méconnu de l’histoire coloniale.

Claire Edington’s fascinating look at psychiatric care in French colonial Vietnam challenges our notion of the colonial asylum as a closed setting, run by experts with unchallenged authority, from which patients rarely left. She shows instead a society in which Vietnamese communities and families actively participated in psychiatric decision-making in ways that strengthened the power of the colonial state, even as they also forced French experts to engage with local understandings of, and practices around, insanity. Beyond the Asylumreveals how psychiatrists, colonial authorities, and the Vietnamese public debated both what it meant to be abnormal, as well as normal enough to return to social life, throughout the early twentieth century.

Straddling the fields of colonial history, Southeast Asian studies and the history of medicine, Beyond the Asylum shifts our perspective from the institution itself to its relationship with the world beyond its walls. This world included not only psychiatrists and their patients, but also prosecutors and parents, neighbors and spirit mediums, as well as the police and local press. How each group interacted with the mentally ill, with each other, and sometimes in opposition to each other, helped decide the fate of those both in and outside the colonial asylum.

Contents

List of Illustrations
Acknowledgments
Introduction: Writing the Social History of Psychiatry in French Colonial Vietnam
1. A Background to Confinement: The Legal Category of the « Insane » Person in French Indochina
2. Patients, Staff, and the Everyday Challenges of Asylum Administration
3. Labor as Therapy: Agricultural Colonies, Study Trips, and the Psychiatric Reeducation of the Insane
4. Going In and Getting Out of the Colonial Asylum: Families and the Politics of Caregiving
5. Mental illness and Treatment Advice in the Vietnamese Popular Press
6. Psychiatric Expertise and Indochina’s Crime Problem
Conclusion: Continuities and Change in Postcolonial Vietnam
Notes
Bibliography
Index

Source : Cornell University Press

Guillaume Zeller : Les cages de la Kempeitaï – Les Français sous la terreur japonaise. Indochine, mars-août 1945

Parution d’un ouvrage sur le sort relativement méconnu des Français après le coup de force japonais du 9 mars 1945 en Indochine. Présentation de l’éditeur.

9 mars 1945. Les Japonais s’emparent de l’Indochine française alors que l’issue de la guerre du Pacifique en faveur des Alliés ne fait plus le moindre doute. Après ce coup de force, ponctué de nombreux massacres, des milliers de Français, civils ou militaires, sont déportés dans des camps, incarcérés dans des prisons ou assignés à résidence.

Ces hommes et ces femmes connaissent des conditions de détention effrayantes dans les cachots et bagnes qui jalonnent la péninsule du nord du Tonkin jusqu’au sud de la Cochinchine. Sous la surveillance de la Kempeitaï, surnommée la « Gestapo japonaise », ils participent à des travaux harassants, souffrent de la faim et de la soif, subissent coups et tortures quand ils ne sont pas entassés dans des cages à tigres fétides d’où ils ne voient jamais le jour.

On estime que plus de 3 000 Européens sont morts pendant cette période. Les rescapés, dont les grands-parents de l’auteur, ont toujours été convaincus de ne devoir la vie qu’aux explosions nucléaires d’Hiroshima et Nagasaki. Ces Français du bout du monde demeurent pourtant oubliés, écrasés entre la libération de la métropole et la guerre d’Indochine qui s’annonce, quand ils ne sont pas soupçonnés de complaisance envers le régime de Vichy. Plus de 70 ans après, il est temps que cette tragédie occupe sa juste place dans l’histoire de la Seconde Guerre mondiale.

Guillaume Zeller est journaliste. Il a été directeur de la rédaction d’i-Téléet de Direct 8. Diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris, il est titulaire d’un DEA d’histoire contemporaine. Aux éditions Tallandier, il a déjà publié Oran, 5 juillet 1962. Un massacre oublié (2012) et La Baraque des prêtresDachau, 1938-1945 (2015).

Source : Tallandier

Marie de Rugy : Aux confins des empires – Université Paris Diderot, 28 mars 2019

L’Université Paris Diderot accueillera Marie de Rugy ce jeudi 28 mars 2019 pour une présentation de son ouvrage Aux confins des empires, Cartes et constructions territoriales dans le nord de la péninsule Indochinoise (1885-1914), Paris, Éditions de la Sorbonne, 2018, 312 p.

Marie de Rugy présentera son travail et les coulisses de l’écriture de son livre le jeudi 28 mars 2019, de 17h à 18h30, dans la salle 165 E (Halle aux farines) de l’Université Paris Diderot. Séminaire d’actualité scientifique ouvert à tous. Affiche ci-dessous.

Présentation éditeur :

Au milieu des années 1880, les marges septentrionales de la péninsule indochinoise sont soumises à une double conquête coloniale, celle de l’Annam et du Tonkin par les Français, et celle de la Haute-Birmanie par les Britanniques. Aux explorations fluviales s’ajoutent la délimitation des frontières et la cartographie régulière des territoires sous l’égide des différents services géographiques. Diplomates chinois, siamois et européens négocient dans les capitales et dans les montagnes, sous la tente. Topographes européens et indiens arpentent les routes et les sentiers pour lever les itinéraires et mesurer l’espace. Ils s’enquièrent auprès des habitants du juste toponyme, collectent et font traduire des cartes autochtones, interrogent leurs guides, les chefs locaux et les marchands venus de Chine.

Ce livre retrace les politiques institutionnelles, les pratiques de terrain et les constructions territoriales qui en découlent. Par une étude croisée de la cartographie dans ces espaces, il met en lumière le statut central d’un territoire spatialement périphérique, à propos duquel on a pu parler d’une « géographie de l’ignorance ». À rebours de quelques idées reçues, il montre que les cartes ont un pouvoir limité, même en contexte colonial, si l’on accepte de dépasser les discours pour observer les modalités de leur production et leurs différents usages.

Page institutionnelle de Marie de Rugy (en post-doctorat à l’Université de Cambridge).