Archives par mot-clé : indépendance

Conférence : La révolution inachevée du nationalisme vietnamien – François Guillemot

Guillemot_PageTitre_RévolutionInachevéeCette communication s’intéresse aux projets avortés ou inachevés dans la construction d’un Viêt-Nam non communiste. Les différents processus, rappelés brièvement, permettent de comprendre ce qui fonde le Viêt-Nam actuel dans toute sa complexité. Nous interrogeons les rapports ambivalents entre nationalisme et démocratie à l’aune de quatre phases : situation coloniale, temps des révolutions, lutte pour l’indépendance, transformation idéologique. Toute une série d’acteurs impliqués à divers degrés dans l’avènement d’une solution politique démocratique et leurs projets sont évoqués, pour l’essentiel : Phan Chau Trinh, Nguyen An Ninh, Pham Quynh, Hoang Dao, Hoang Van Co, Tran Van Tung, Nguyen Van Tam, Nguyen Ngoc Huy, Nguyen Van Bong, Nguyen Manh Tuong, Ha Si Phu, Nguyen Ho, Tran Do…

Tran Van Tung et l'idéal d'un nationalisme libéral, humaniste et progressiste.
Tran Van Tung et l’idéal d’un nationalisme libéral, humaniste et progressiste.

Ainsi cet essai d’interprétation privilégie les projets politiques d’une multitude d’acteurs qui inscrivirent le devenir de leur pays dans un processus démocratique, dans une “pravis non-révolutionnaire” qui s’opposa sur de nombreux points aux projets et sratégies révolutionnaires qu’ils aient été nationalistes ou communistes. De Phan Chau Trinh, le précurseur, à Tran Do, le général dissident, en passant par Tran Van Tung ou Nguyen Ngoc Huy, les tenants d’un “nationalisme libéral”, le processus inachevé de cette révolution démocratique est étudié en confrontant les déclarations d’intention à la réalité historique d’un Viêt-Nam inscrit dans les conjonctures spécifiques de la colonisation à l’indépendance nationale.

– – –

Affiche_RévolutionInachevée_UQAM

Cliquer sur l’affiche pour l’agrandir

Indochine. Des territoires et des hommes (1856-1956) [parution]

IndochineTerritoiresHommesIndochine. Des territoires et des hommes (1856-1956)

Édition publiée sous la direction de Christophe Bertrand, Caroline Herbelin et Jean-François Klein

Coédition Gallimard/Musée de l’Armée

Albums Beaux Livres, Gallimard, 316 pages, 500 ill., sous couverture illustrée, 200 x 300 mm.

Le processus de colonisation et de décolonisation de l’ancienne Indochine française tient presque tout entier dans un siècle, de 1856 à 1956. Les dernières avancées de l’historiographie permettent de l’appréhender dans son ensemble, pour mieux comprendre sa spécificité : l’Indochine, enjeu politique et économique mais aussi mythe littéraire, constitue un cas à part dans l’histoire de l’empire colonial français. En diversifiant les approches – militaire, politique, sociale, économique, religieuse, culturelle – et en croisant les regards d’historiens français, cambodgiens, laotiens, vietnamiens et anglo-saxons, cet ouvrage vise à en offrir l’image la plus complète.

Un ensemble exceptionnel de près de 400 œuvres, objets et documents, souvent inédits – peintures, dessins et photographies, armes, uniformes et emblèmes, archives et imprimés provenant des collections du musée de l’Armée et de nombreuses institutions patrimoniales de référence –, donne à voir toutes les facettes du passé complexe de l’Indochine. Leur diversité fait écho au travail des auteurs et vient nourrir la réflexion.

Source : Gallimard

  • Agenda :

Exposition Indochine. Des territoires et des hommes, 1856-1956

Du 16 octobre 2013 au 26 janvier 2014

Musée de l’Armée, Paris

Lady Borton: A September 1945 Message – Võ Nguyên Giáp to the American Mission

[ndlr] Rédigé à l’occasion du 102e anniversaire du général Vo Nguyen Giap au mois d’août dernier, Lady Borton nous fait part d’une petite carte de visite intrigante trouvée dans les archives américaines. Publié avec l’aimable autorisation de Lady Borton. Texte et photos de Lady Borton.

* * *

A September 1945 Message:

Võ Nguyên Giáp to the American Mission

by Lady Borton

Imagine my surprise.

I was in the US National Archives, examining a file about the “Deer Team,” which the OSS (predecessor to the CIA) dropped by parachute into Việt Nam at the end of World War II.

Here’s my rule for archives: Look at everything. You never know what you’ll find that you didn’t know you were looking for.

There, loose between two typed pages, was a yellowed business card, with “VO NGUYEN GIAP” in bold, his role in italics, and “Home minister” hand-written below. Võ Nguyên Giáp’s signature is on the back of the card along with an official stamp in the required red. The card had been attached to an English version of “Lời kêu gội quốc dân” by Hồ Chí Minh, with the handwritten notation “5 Sept. 45 via Mons. [Monsieur] Buu.”

Surely this was precious.

01_VoNguyenGiap_1945_NARA

02_VoNguyenGiap_1945_NARA

I noticed the name “M Buu” and thought: This must be Tạ Quang Bửu, one of the most brilliant Vietnamese mathematicians and physicists of the twentieth century. He graduated from the Sorbonne and spent time at Oxford before returning to Việt Nam. Most interesting to me, though, was the irony: Less than a decade after Võ Nguyên Giáp sent President Hồ’s “Appeal” and his business card to the American mission, Tạ Quang Bửu, as deputy minister of defense, was signatory to the 1954 Geneva Agreements for “the Commander-in-Chief of the People’s Army of Viet-Nam,” who was, of course, Võ Nguyên Giáp.

Yet how could I be sure that the “Mr. Buu” on the business card was Tạ Quang Bửu?

Back in Hà Nội, I asked General Giáp’s brother-in-law and sister-in-law. At age twenty, General Phạm Hồng Cư had been a guard for Hồ Chí Minh’s reading of Việt Nam’s Declaration of Independence on 2 September 1945. For many years, Hồng Cư was one of Võ Nguyên Giáp’s personal assistants and amanuenses. Đặng Thị Hạnh, sister to General Giáp’s wife, is a retired professor of French literature.

I enlarged the digital image of the business card.

“Oh!! Very interesting!!” they said.

“I recognize the signature,” I said, “but is the message in General Giáp’s handwriting?”

“Yes,” they said.

“The English is so good! Could someone have written that message for Võ Nguyên Giáp to copy?”

“No,” Mme. Hạnh said. “He was very good at writing English! Besides, in those days, no one wrote anything for him.”

“Might ‘Mr. Buu’ be Tạ Quang Bửu?”

“Definitely!” Hồng Cư said.

“How do you know?” I wasn’t being arrogant. We are both researchers and are always trying to verify details.

“Tạ Quang Bửu and I worked together for years,” General Hồng Cư said. “His widow lives next door!” Hồng Cư touched the top right corner of the image. “That handwriting in black ink isn’t Võ Nguyên Giáp’s. That’s Tạ Quang Bửu’s.”

“You’re sure?”

“I’m sure.”

“Where is ‘L’ancien Hôtel de la Residence Supérieure’?”

“I’ll explain,” Hồng Cư said. “The initials at the bottom of the card stand for ‘Provisional People’s Government of Việt Nam.’ In 1945, the Japanese and then the French occupied the Presidential Palace. Our Provisional Government was in what is now the Government Guest House across from the Metropole Hotel.”

“And the recipient at ‘the American military mission’?” I asked. Even though I’d found the business card in a report by Deer Team leader Al Thomas, I knew his unit could not have been the recipient. The Deer Team did not arrive in Hà Nội until 9 September.

“The recipient was Archimedes Patti, head of the OSS mission in Hà Nội,” Hồng Cư said. “He wrote in Why Vietnam? about Tạ Quang Bửu.”

Later, Hồng Cư found Archimedes Patti’s quote: “A visitor was waiting for me at the villa, a M. Buu, possibly in his late twenties, a distinguished-looking Vietnamese. I thought I had seen him before but was not sure. As Bernique and I shook hands with him, he introduced himself as ‘from the Home Office,’ and his perfect English and unmistakable Oxford accent startled and intrigued me. He handed me a handwritten note from Giap scrawled on both sides of his [Giáp’s] personal calling card: the Home minister sent his compliments, and so on. M. Buu was his personal deputy. He [Giáp] would be grateful to the American mission to facilitate his work, and so forth.”

From the US Archives records, we now know that the business card was attached to the official Việt Minh English version of President Hồ’s “Lời kêu gọi quốc dân” (Appeal to Citizens) published in Cứu Quốc (National Salvation) newspaper on 5 September 1945:

Fellow Countrymen!

The Vietnamese people heartily welcome the allied forces which are entering our territory in order to disarm the Japanese.

However, we are determined to oppose the moving in of the French elements, because their dark aim is to reestablish the French rule over our Fatherland.

 

Fellow Countrymen!

At the present moment a few Frenchmen have managed to filter into our territory. The Government expects every man to prepare himself to fight for our liberty and independence.

President Ho Chi Minh

03_HoChi MinhAppealinEnglish_05Sept1945

The business card presents us with Võ Nguyên Giáp’s haunting sentence: “We should be very grateful to the American mission to facilitate his [‘Mr. Bửu’s’] work until establishment of official relations.”

I keep thinking: What would Võ Nguyên Giáp, Tạ Quang Bửu, Phạm Hồng Cư, and so many others have created with their brilliance if colonialism had not siphoned off their talents into thirty years of war?

I expect they would each have been a thày (a master teacher). At the time of their youth, this was the most esteemed profession in Việt Nam, a country heavily influenced by Confucianism’s emphasis on scholarship.

While Tạ Quang Bửu was a pre-teen, he was famous at Quốc Học (National School) for his scientific discoveries. Who knows what he might have discovered or invented during thirty years if there had been no war? While still a young man, Võ Nguyên Giáp wrote a carefully researched, insightful book on political economy. Today, he has a well-earned reputation as a historian.

General Giáp has long since been acknowledged as the victorious general in the French War and the American War. He is also recognized as one of the greatest generals of the twentieth century and in history. But the sobering truth accompanying his fame is the generations of young people lost on all sides and the lost years-of-youth for the survivors from all sides.

For me, those losses crystalize in General Giáp’s wistful comment, “If war hadn’t intervened, I would have been a teacher.”

Exposition : Indochine, des territoires et des hommes 1856-1956 [du 16 octobre 2013 au 26 janvier 2014]

ma-accueil-indochine[ndlr] Présentation officielle de l’exposition.

Le musée de l’Armée présente pour la première fois une exposition temporaire explorant 100 ans de présence militaire française en Indochine, de la conquête à la décolonisation, en croisant les histoires de la France, du Cambodge, du Laos et du Vietnam. Plus de 300 pièces à découvrir au fil d’un parcours chronologique, thématique et pédagogique pour tous les publics pour comprendre cette histoire coloniale riche et complexe.

Une sélection de pièces inédites des collections est ainsi mise en relation avec les œuvres, objets et documents de collections particulières et de nombreuses institutions de référence dans ce domaine, dont les Archives nationales d’outre-mer, le Service historique de la défense, le musée de la Marine, la BnF, le musée du quai Branly, le musée Guimet, les Missions étrangères de Paris, le musée des châteaux de Versailles et de Trianon…

Le parcours – chronologique et thématique – permet au visiteur d’explorer la constitution du territoire de l’Indochine française entre 1859 et 1907, la vie coloniale indochinoise et les mouvements nationaux dans l’entre-deux-guerres, jusqu’à la fin de l’Empire français en Extrême-Orient.

> Téléchargez le livret de visite Indochine. Des territoires et des hommes en francais (pdf, 650Ko, nouvelle fenêtre) et le dossier de presse en couleurs de l’exposition (pdf) : MA_ExpositionIndochine1856-1956

Site officiel : Exposition Indochine

Le “choc colonial” et l’émergence des nationalismes vietnamiens – 1885-1945 [cours agrégation 2013]

Dans le cadre du programme de l’agrégation d’histoire de cette année portant sur “Les sociétés coloniales – Afrique, Asie, Antilles – années 1850-années 1950”, nous proposons un aperçu de l’histoire contemporaine du Viêt-Nam à travers la thématique du nationalisme comme alternative au système colonial.

 

ENS de Lyon

Agrégation d’Histoire 2013

mercredi 9 janvier 2013

14-18h

Salle F008

Le “choc colonial” et l’émergence des nationalismes vietnamiens – 1885-1945

François Guillemot

 

 

Résumé :

Cette intervention de quatre heures propose une lecture interne du “choc colonial” imposé au Viêt-Nam accompagné de ses interactions/adaptations et de ses violentes contestations. Le cheminement révolutionnaire vietnamien est analysé sous l’angle de l’histoire politique des organisations légales ou clandestines qui occupèrent le devant de la scène pendant un demi-siècle. Les bouleversements importants que provoque la colonisation sur les plans politiques, culturels, géographiques, économiques et sociaux engendrent plusieurs formes de résistance (mouvement d’Aide au Roi, millénarisme) et l’adaptation à la nouvelle donne par une profonde remise en cause de la monarchie acculée au déclin. En se concentrant sur les différentes solutions nationalistes exprimées par les Vietnamien-nes depuis le début du XXe siècle comme alternative viable au système colonial, l’intervention met en évidence de façon chronologique la multiplicité des nationalismes vietnamiens, leurs difficultés d’existence contre le système colonial ou en interaction avec celui-ci (par exemple avec Nguyen Van Vinh).

L’intervention s’intéresse au nationalisme traditionnel des monarchistes (du Can Vuong à Pham Quynh), au nationalisme démocratique (ou humaniste) de Phan Chu Trinh soucieux des droits de ses compatriotes, au nationalisme révolutionnaire que Phan Boi Chau initia, repris par le VNQDD, au nationalisme culturel du Tu Luc Van Doan (Groupe littéraire autonome) par lequel le Viêt-Nam découpé se restructure mentalement, au transnationalisme indochinois des Vietnamiens dans les années quarante. Ce dernier débouche sur deux voies : une voie communiste (Viêt Minh/PCI) qui reste fidèle à ce transnationalisme régional et une voie nationaliste impériale dans sa dimension conquérante incarnée par les nouveaux partis Dai Viêt sous l’occupation japonaise. Le processus qui mène à l’indépendance donne le sentiment d’une synthèse inachevée avec l’avènement d’un national-communisme aux contours flous lors de la Révolution d’août 1945. Avec le retour militaire de la France, toutes ces solutions, même modérées, sont mises en échec. Le nationalisme devient plus pragmatique (pour sa propre survie) avec l’État associé de Bao Dai. A la fin de la guerre d’Indochine et le partage du pays, il laisse la place à deux nationalismes d’État-Parti, l’un à vocation messianique avec le régime “personnaliste” de Ngo Dinh Diem en 1955 à Saigon, l’autre d’obédience marxiste-léniniste-maoïste, avec la mise en place d’un communisme de guerre pour conquérir le Sud.

 

Textes sources en ligne :

 

Documents :

  • Fiche de lecture Daniel Hémery et Pierre Brocheux, Indochine, la colonisation ambigüe (1858-1954) par S. Pautet.

Sur le rôle des femmes vietnamiennes dans le processus révolutionnaire :

Geoff Gunn: The Passing of Sihanouk – Monarchic Manipulation and the Search for Autonomy in the Kingdom of Cambodia

Summary

The survival of the monarchy in Cambodia is little short of remarkable in the light of that country’s modern history. As this article develops, French manipulation of the monarchy and attempts to buttress religion and culture alongside the rise of nationalist youth and Buddhist radicalism was an important precursor to postwar events. No less momentous for modern Cambodian history was the Vichy French installation of Norodom Sihanouk as king and the elevation under Japan of the putative republican Son Ngoc Thanh. Facing down an armed Issarak-Viet Minh challenge also joined by a dissident prince, it is no less significant that the young King Sihanouk successfully trumped French ambitions by mounting his own “royal crusade” for independence even ahead of the Geneva Settlement of 1954.

Undoubtedly the passing of Norodom Sihanouk on October 15, 2012 at the age of 89 after six decades of close involvement in Cambodian politics has served to refocus attention upon the status of the monarchy in that country, facts not diminished by the actual succession in October 2004 to his son Norodom Sihamoni (b. 1953).

Though much exoticized and othered as a peaceful realm under the French protectorate, at least alongside the challenges imposed by Vietnamese nationalists, dissent always simmered beneath the surface calm in Cambodia, whether from the overburdened-over taxed peasantry, from the major immigrant communities, from religious radicals within and without the Buddhist hierarchies, or even from scheming royal princes. Given French manipulations of religion, tradition and even the royal line, a complex political picture emerges, even prior to the Japanese occupation. Japan was even more successful in Cambodia than in the other Indochina states in installing an anti-French republican demagogue, an enigmatic figure whose name recurs in Cambodian history down until the US-backed military coup in Phnom Penh of March 1970. Thanks to Anglo-French intervention, and Sihanouk’s personality, the post-war outcome in Cambodia was a “royal road to independence” although even that pathway was severely challenged by the Viet Minh and their sometime Issarak (Free Khmer) allies. Yet the royal ascendancy around the Vichy French-anointed monarch, Sihanouk, would also come back to haunt Cambodia, not only in striking a neutral course in the maelstrom of the American war, but also in lending his name to the China-backed anti-Vietnamese communist movement that triumphed in Phnom Penh in 1975.

As this article develops, below the politics of culture or the tendency of the French to buttress neo-traditionalist trends wherever they saw them, emerges a byzantine crossover of royal dynasties, powerful families and cliques that, in many ways, continued to define Cambodian politics through the modern period. It is also true, as Roger Kershaw (2000; 6; 17; 19-20) unveils in a comparative study on the “fortunes” of monarchy in Southeast Asia, that analysis of surviving monarchies (as with Thailand and Brunei alongside Cambodia), should at least account for the “synthetic” alongside the “authentic traditional values” (not excepting even Britain from this analysis). And so, with decolonization in Southeast Asia, legitimacy questions were raised to a new level as with the charisma of founding fathers of independence, alongside the role of modern bureaucracies, militaries and political parties. Cambodia under Sihanouk was not an exception.

As historian of Cambodia David Chandler (2008: 167) has written, there are several ways at looking at the years of French hegemony over Cambodia. One way is to phase this history as the extension and decline of French control. Another way is to examine the period and its ideology and practice from a French point of view. A third would be to treat the period as a part of Cambodian history, connected to the times before and after French protection. He finds the third approach seductive (insofar as it can be told through Cambodian eyes). Such would be meritorious, if possible, but without retreating entirely into a cultural studies-critical literature approach (Tully 2002; Edwards 2007), we should not ignore the established literature if we are to position Cambodia within an international political understanding.

Divided into five sections, a first section looks at French manipulation of the monarchy. A second turns to the French attempt to buttress religion and culture, alongside the rise of nationalist youth and Buddhist radicalism. A third section examines the vicissitudes of Cambodia under Vichy, including the installation of Norodom Sihanouk as king, climaxing with the rise of the Japanese-backed republican Son Ngoc Thanh. A final section examines the broad international context in which Sihanouk’s mounted his “royal crusade for independence.”

Lire la suite : Japan Focus

Geoff Gunn is the author of Historical Dictionary of East Timor, Singapore and the Asian Revolutions, and First Globalization: The Eurasion Exchange, 1500-1800. He is an Asia-Pacific Journal Coordinator.

Recommended citation: Geoff Gunn, “The Passing of Sihanouk: Monarchic Manipulation and the Search for Autonomy in the Kingdom of Cambodia,” The Asia-Pacific Journal, Vol 10 Issue 50, No. 1, December 10, 2012.

Séminaire “Mémoires d’Indochine” : Mémento personnalités – séance 1

Mémoires d’Indochine :

Regards internes sur la décolonisation et la guerre au Viêt-Nam, Laos et Cambodge

* * *

Mémento Personnalités

Rappel biographique succinct des personnalités historiques vietnamiennes de la Séance 1

Le groupe des “Cinq Dragons” en France :
Nguyen Ai Quoc (à gauche), Phan Van Truong, Phan Chu Trinh, Nguyen An Ninh et Nguyen The Truyen (de gauche à droite et de haut en bas).

 

Les Cinq Dragons

 

  • Nguyễn Ái Quốc, Hồ Chí Minh (Nguyễn Sinh Cung, 1890-1969)

Révolutionnaire communiste, agent du Komintern. Adopte de nombreux pseudonymes lors de son long parcours révolutionnaire (Nguyễn Tất Thành, Nguyễn Ái Quốc, Lý Thụy, Lucius). Fondateur du PCI en septembre 1930 et du front Viêt-Minh en mai 1941. Président de la RDVN de 1945 jusqu’à sa mort le 3 septembre 1969. Fait l’objet d’un culte de la personnalité dès les années 1950, reste la figure politique la plus populaire et la plus controversée en RSVN. Repose dans son mausolée place Ba Đình à Hanoi.

Voir aussi la fiche Ho Chi Minh (Encyclopédie Larousse en ligne)

  • Nguyễn An Ninh (1900-1943)

Ecrivain et journaliste, révolutionnaire. Se rend en France en 1920 pour poursuivre ses études de droit où il rejoint le groupe des « cinq dragons ». De retour à Saigon, il fonde le journal La Cloche Fêlée en 1923 et organise en 1926-1927 le Parti des Aspirations de la Jeunesse (Thanh niên Cao vọng Đảng). Déporté au bagne de Poulo-Condore pour ses activités politiques, il y meurt en 1943.

  • Nguyễn Thế Truyền (1898-1969)

Journaliste et homme politique. Un des artisans du groupe des Cinq Dragons en France, rédacteur-en-chef du journal Le Paria pendant un temps. Il abandonne le communisme pour le nationalisme avec la création du journal Viêt Nam Hôn (L’âme vietnamienne) en 1926 puis s’exprime au sein d’autres périodiques indépendantistes. Il prend la tête du Parti pour l’Indépendance du Viêt-Nam (Đảng Việt Nam Độc lập) en 1928. Il est arrêté par la Sûreté coloniale et incarcéré de 1941 à 1946 pour ses sympathies pro-japonaises. Il rejoint le Sud Viêt Nam en 1954 et se présente aux élections présidentielles de 1961 contre Ngô Dinh Diêm mais il échoue.

  • Phan Chu Trinh (1872-1926)

PhanChauTrinh2Lettré moderniste, nationaliste réformateur, partisan d’une solution pacifique pour accéder à l’indépendance. Il participe à l’aventure de l’Ecole de la Juste Cause (Đông Kinh Nghĩa Thục – 東京義塾) en 1907 à Hanoi et soutient l’agitation anti-fiscale de 1908 dans le Centre du pays. Son combat politique lui vaut d’être condamné à mort par le régime colonial puis déporté à Poulo-Condore et enfin d’être assigné à résidence suite aux vives protestations de la Ligue des Droits de l’Homme. Il se rend en France en 1911 et organise le combat anti-colonial au sein du groupe des Cinq Dragons. De retour au Viêt-Nam en 1925, il poursuit sa lutte pour une réforme républicaine, milite pour l’amnistie de Phan Bội Châu mais décède un an plus tard. Son enterrement donne lieu à d’importantes manifestations populaires dans tout le pays. Auteur de nombreux écrits politiques, il reste considéré comme le père de l’idéal démocratique.

  • Phan Văn Trường (1878-1933)

EPSON scanner ImageAvocat, écrivain, révolutionnaire. Un des artisans du groupe des “Cinq Dragons” à Paris regroupant Phan Chu Trinh, Nguyễn Thế Truyền, Nguyễn Tất Thành et Nguyễn An Ninh). Auteur de nombreux textes anti-colonialistes. Il publia notamment Une histoire de conspirateurs annamites à Paris ou la vérité sur l’Indochine (réédité en 2003 chez L’Insomniaque). Pour en savoir plus voir l’introduction de Ngo Van en ligne.

Né en 1878, Phan van Truong s’installe en 1908 à Paris, où il se lie avec Phan châu Trinh, opposant au régime colonial. Ensemble, ils animent la Fraternité, groupe d’Indochinois émigrés. Emprisonné de septembre 1914 à juillet 1915, Phan van Truong rédige en 1919 le mémorandum des Revendication du peuple annamite, adressé à la Conférence de paix de Versailles. Rentré au pays en 1924, il collabore au journal La Cloche fêlée qui affronte le pouvoir colonial. En 1928, il est condamné à deux ans de prison pour “provocations de militaires à la désobéissance dans un but de propagande anarchiste”. Il retourne à Paris pour se défendre devant la Cour de cassation. Emprisonné à nouveau, il n’est libéré qu’en 1930. Il meurt à Hanoi en 1933 (texte de la 4e de couverture).

 

Autres personnalités

  • Bùi Quang Chiêu (1873-1945)

Homme politique et journaliste. Fondateur du journal La Tribune indigène en 1917 et du Parti Constitutionnaliste, de tendance réformiste, en 1923. Notable intégré au système colonial dans les années 1930. Exécuté par le Viêt-Minh en 1945 ainsi qu’une partie de sa famille.

Voir aussi sa fiche sur Notabilités d’Indochine (1943)

  • Phạm Quỳnh (1892-1945)

PhamQuynhEcrivain et journaliste de renom. Entre dans le Cabinet de l’Empereur Bảo Đại en 1932, puis devient ministre de l’Intérieur du gouvernement impérial. Il dirige la revue d’idées Nam Phong (Vent du Sud) entre 1917 et 1932 et fonde avec Nguyen Ba Trac l’AFIMA (Association pour la Formation Intellectuelle et Morale des Annamites / Hội Khai Trí Tiến Đức) en 1919. Assassiné par le Viêt-Minh en 1945. Auteur de nombreux essais en vietnamien et en français.

Voir aussi sur Mémoires d’Indochine : Odo, Georges, Phạm Quỳnh : Franc-Maçon francophile et nationaliste

Goscha, Christopher E., L’Indochine repensée par les « Indochinois » : Pham Qùynh et les deux débats de 1931 sur l’immigration, le fédéralisme et la réalité de l’Indochine (Revue française d’histoire d’outre-mer sur Persée)

Morlat, Patrice, Projets coloniaux et mise en pratique : la politique des « fils » de Sarraut en Indochine dans les années vingt (Cahiers d’Histoire. Revue d’histoire critique, en ligne sur Revues.org)

  • Phan Bội Châu (1867-1940)

PhanBoiChauLettré moderniste, révolutionnaire, grande figure nationaliste. Opte pour la solution radicale contre le gouvernement colonial (résistance armée et instauration d’un gouvernement vietnamien). Monarchiste puis républicain. Organisateur du Voyage vers l’Est (Đông Du) où 200 jeunes nationalistes sont envoyés en formation au Japon. Fondateur de l’Association pour le Renouveau du Viêt-Nam en 1904 (Việt Nam Duy Tân Hội) puis de l’Association de Restauration du Viêt-Nam en 1912 (Việt Nam Quang Phục Hội) et enfin d’un Parti national du Viêt-Nam en 1924 (existence éphémère). Arrêté en 1925, il est d’abord condamné à mort par le régime colonial puis sa peine est commuée en assignation à résidence jusqu’à sa mort à Huế. Auteur de nombreux écrits, il est considéré comme le père du nationalisme révolutionnaire vietnamien.