Archives par mot-clé : indépendance

Benjamin Stora : « L’Histoire est très politique, il ne faut pas se raconter d’histoires »

[ndlr] Entretien intéressant avec Benjamin Stora dans La Marseillaise.

A l’occasion de la retraite universitaire de Benjamin Stora, le Mucem a accueilli cette semaine un colloque international rendant hommage à ses travaux. Mais la venue de cet historien spécialiste de la guerre d’Algérie a déclenché certaines indignations sélectives qui démontrent encore la nécessité de la construction d’un « récit commun ». Dans le but d’établir la vérité des faits et apaiser les mémoires.

Beaucoup de grands historiens on été engagés. Marc Bloch, contre le nazisme, Pierre Vidal-Naquet, Albert Soboul, François Furet ou encore Michelet qui était pour la Révolution française. Me faire le reproche d’être un historien engagé, c’est du coup aussi leur reprocher d’avoir été engagés pour la République, la résistance. L’engagement est une tradition française. A croire que ces gens-là ne connaissent pas l’histoire culturelle française. Il y avait d’ailleurs également des historiens engagés à droite ou l’extrême-droite comme Taine. Il y a un grand historien français engagé à droite, Raoul Girardet, qui était pour l’Algérie française. Il a produit des récits très intéressants sur l’histoire coloniale. Je ne vais pas les nier. Je les regarde même si je ne suis pas d’accord avec lui. L’Histoire est très politique, il ne faut pas se raconter d’histoires. Maintenant, la grande question consiste à approcher au plus près l’aspect scientifique avec les archives, les preuves, la cohérence du récit, donner la parole à tous les points de vue, les confronter… C’est cela le travail de l’historien.

[…]

Lire la suite : La Marseillaise, 02/06/2018.

Séminaire « Mémoires d’Indochine » 2017 : séance 1

Année universitaire 2017-2018 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Récits de vie, histoire et littérature : connexions et déconnexions

★ ★ ★

L’enthousiasme révolutionnaire

Séance 1 : mercredi 20 septembre 2017 – salle D4.070 (IAO)

La première séance de ce séminaire porte sur les enjeux de la littérature et de l’histoire. Pour en cerner les contours, nous nous appuierons sur le discours de Gao Xingjian prononcé devant l’académie suédoise le 7 décembre 2000 à l’occasion de la remise du Prix Nobel de littérature. Nous examinerons ensuite le corpus de textes traduits du vietnamien qui nourrira les différentes thématiques du séminaire.  Dans un second temps, nous décrypterons le style pédagogique du témoignage héroïque en le resituant dans la chronologie historique de la révolution vietnamienne de 1945.

Sources mobilisées :

  • Gao Xingjian, La raison d’être de la littérature, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, L’Aube poche, 2000.
  • Hoang Quoc Viet, « Peuple héroïque » [extraits], in Récits de la résistance vietnamienne, Paris, Librairie François Maspéro, Petite Collection Maspéro, 1971, p. 150-175.

Texte à lire pendant la séance :

  • Dao Phuong, « Les bicyclettes de Dien Bien Phu », in De la reconquête française à Dien Bien Phu. Témoignages et récits, 1945-1954, Hanoi, Éditions en langues étrangères, coll. Fleuve Rouge, 1985, p. 272-279.

Image « à la une » et illustration : Cach mang thang tam [La Révolution d’Août] © Archives Nationales d’Outre-Mer (ANOM). Photographies FG.

Playboy, bon vivant and the last emperor of Vietnam, Bao Dai chafed at his role as France’s puppet

[ndlr] Un article sur le destin de Bao Dai, le dernier empereur du Viêt-Nam décédé il y a vingt ans à Paris.

While Bao Dai, who died 20 years ago this week, enjoyed the high life in Hong Kong and elsewhere, he did try to play his part during Vietnam’s most violent and troubled years amid the two Indochina wars.

Twenty years ago tomorrow, the last emperor of Vietnam died peacefully and without ceremony in a military hospital in Paris, aged 83.

Bao Dai, or the “keeper of greatness”, was the 13th and last monarch of the Nguyen dynasty, and more famous for his lurid and extra­vagant lifestyle – he was exiled in Hong Kong for several years – than for his statesmanship during some of the most turbulent and bloody years in his nation’s history, the years of the liberation war against the French and civil war between north and south.

“He became far better known for his leisure activities,” is how the New York Times put it in his obituary.

Born in 1913, within the walls of the magnificent Imperial Palace in the city of Hue, on the banks of the Perfume River, Bao Dai was educated in France and quickly developed a reputation as an adventurer, philanderer, hunter, movie fan, gambler and playboy.

[…]

“I’m not so sure the ‘playboy’ angle is the best one for Bao Dai,” says historian Dr Christopher Goscha, author of The Penguin History of Modern Vietnam, published last year, pointing out that Bao Dai had a central role in the develop­ment of Vietnam during the faltering days of colonial rule.

Lire la suite : South China Morning Post, 30/07/2017.

Image « à la une » : Manifestation en faveur de Bao Dai en 1947.

Christopher Goscha : The Penguin History of Modern Vietnam

[ndlr] Parution en paperback de l’ouvrage de Christopher Goscha chez Penguin à un prix abordable pour les étudiants, les voyageurs, les passionnés… Une lecture à ne pas manquer.

Notre avis : en 14 chapitres (688 p.) et basé sur une historiographie récente et nouvelle, cet ouvrage rebat les cartes de notre compréhension de l’histoire du Viêt-Nam. Au fil de son analyse multiscalaire l’auteur prend « de la hauteur » pour considérer cette histoire sous un jour nouveau. La hauteur de vue est un point clé de cette étude à la fois attractive, détachée des vieilles problématiques vietnamo-centrées ou téléologiques, et ouvrant sur de nouvelles perspectives de recherche. Pour démêler cet écheveau complexe « des Viêt Nams » entrelacés qui ont marqué l’histoire moderne et contemporaine, il fallait ce regard à la fois profond et distancié. FG

‘This is the finest single-volume history of Vietnam in English. It challenges myths, and raises questions about the socialist republic’s political future’ Guardian

‘Powerful and compelling. Vietnam will be of growing importance in the twenty-first-century world, particularly as China and the US rethink their roles in Asia. Christopher Goscha’s book is a brilliant account of that country’s history.’ – Rana Mitter

‘A vigorous, eye-opening account of a country of great importance to the world, past and future’ – Kirkus Reviews

Over the centuries the Vietnamese have beenboth colonizers themselves and the victims of colonization by others. Their country expanded, shrunk, split and sometimes disappeared, often under circumstances far beyond their control. Despite these often overwhelming pressures, Vietnam has survived as one of Asia’s most striking and complex cultures.

As more and more visitors come to this extraordinary country, there has been for some years a need for a major history – a book which allows the outsider to understand the many layers left by earlier emperors, rebels, priests and colonizers. Christopher Goscha’s new work amply fills this role. Drawing on a lifetime of thinking about Indo-China, he has created a narrative which is consistently seen from ‘inside’ Vietnam but never loses sight of the connections to the ‘outside’. As wave after wave of invaders – whether Chinese, French, Japanese or American – have been ultimately expelled, we see the terrible cost to the Vietnamese themselves. Vietnam’s role in one of the Cold War’s longest conflicts has meant that its past has been endlessly abused for propaganda purposes and it is perhaps only now that the events which created the modern state can be seen from a truly historical perspective.

Christopher Goscha draws on the latest research and discoveries in Vietnamese, French and English. His book is a major achievement, describing both the grand narrative of Vietnam’s story but also the byways, curiosities, differences, cultures and peoples that have done so much over the centuries to define the many versions of Vietnam.

Source : Penguin

Nguyen Thuy Phuong : L’école française au Vietnam de 1945 à 1975 [parution]

[ndlr] Parution de l’ouvrage issu de la thèse de Nguyen Thuy Phuong. Présentation de l’éditeur, préface d’Eric Jennings, Professeur d’histoire contemporaine, Université de Toronto : « un travail rigoureux, nuancé et subtil ».

Nguyen Thuy Phuong
L’ ÉCOLE FRANÇAISE AU VIETNAM DE 1945 À 1975
DE LA MISSION CIVILISATRICE À LA DIPLOMATIE CULTURELLE
Un volume broché, 15,5 × 23 cm, 286 pages — mars 2017
ISBN 978-2-36058-077-4 — Prix public 29.00 €

Cet ouvrage fait revivre la saga de l’école française au Vietnam de 1945 à 1975, ouvrant une fenêtre sur une histoire encore largement méconnue. Pendant trois décennies, des milliers de jeunes vietnamiens suivent un enseignement en langue française au sein d’établissements toujours prestigieux malgré leur passé colonial, havres de savoirs et de paix qui offrent à leurs élèves un véritable avenir dans un pays plongé dans la guerre. Dans cette étude richement documentée à partir de nombreuses archives et témoignages recueillis en France et au Vietnam, Nguyen Thuy Phuong met en lumière les circonstances politiques et idéologiques qui ont façonné cet enseignement à une époque de mutations profondes. Elle trace avec finesse comment la « mission civilisatrice » française se mue en diplomatie culturelle face aux défis que représentent l’arrivée des communistes au pouvoir dans le Nord et celle des Américains dans le Sud du Vietnam. Cette histoire vue du haut est appréhendée aussi par le bas. Le livre décrit, de façon sensible, un univers multiculturel complexe et fragmenté qui a laissé, au-delà des salles de classe, une empreinte profonde sur plusieurs générations d’élèves qui se ressent encore dans les mémoires recueillis.

Ce livre d’une jeune chercheuse talentueuse montre à quel point l’éducation est au cœur des enjeux diplomatiques, culturels et identitaires dans un monde bouleversé par la décolonisation. Une histoire à découvrir et à méditer à l’ère de la mondialisation.

Rebecca Rogers

Premier Prix de l’Histoire de l’éducation Robert Mallet (2015)

Source : Encrage

Aperçu illustré sur les organisations politiques, religieuses et culturelles vietnamiennes contemporaines

Premier volet d’une série intitulée « Clés du Viêt-Nam contemporain », dédiée aux étudiant.es qui suivent mes enseignements à Sciences Po Lyon ou à l’ENS de Lyon.

Pendant la première moitié du XXe siècle, le Viêt-Nam colonisé et démantelé par les Français offre l’image d’une résistance opiniâtre. Tenues en échec jusqu’au 9 mars 1945, les organisations révolutionnaires finissent par l’emporter dans un pays déchiré. Après une longue période de guerre, les vainqueurs réunifient le pays en 1976 sous le nom de République socialiste du Viêt-Nam. Le Parti communiste vietnamien (PCV), clé de voûte du nouvel État réunifié, met en place un régime politique sans partage. En 1988, avec la disparition de deux partis fantômes (Parti Démocrate et Parti Socialiste) qui l’accompagnait depuis les années quarante, le PCV reste la seule organisation politique officielle.

Continuer la lecture de Aperçu illustré sur les organisations politiques, religieuses et culturelles vietnamiennes contemporaines

Ngo Dinh Diem : Nationalisme et démocratie [Appel au peuple, 9 mai 1955]

[ndlr] Six mois avant la fondation de la République du Viêt-Nam (Sud) le 26 octobre 1955, discours de Ngo Dinh Diem sur sa conception du nationalisme.

« Le nationalisme qui se livrerait à la réaction est condamné à la mort, comme le nationalisme qui s’allie avec le Communisme est voué à la trahison ».

ngodinhdiem_quoctruongvietnamtudo_1956

Chers Compatriotes,

J’ai adressé le 8 mai un message à nos amis du Monde Libre. Il m’a paru en effet nécessaire que par ma voix, vos aspirations soient une fois de plus exprimées, votre détermination comprise, et votre cause entendue.

Pendant longtemps, on a vidé un mot qui vous était cher de tout son sens, c’est celui d’indépendance.

A présent, on abuse d’un autre mot : c’est celui de nationalisme.

Il ne suffit pas d’avoir peur du communisme, de vivre au dessous du 17e parallèle, de posséder des intérêts importants, pour se dire nationaliste.

Le Viêt-Nam ne sera jamais une Nation, il n’y aura jamais au Viêt-Nam de véritable nationalisme si certains de ses fils tentent de consolider à leur seul profit, les vestiges d’un régime périmé, et si d’autres servent une idéologie absolument étrangère à nos traditions spirituelles.

Le nationalisme que vous honorez de servir, le nationalisme irréductible de nos pères est un nationalisme essentiellement fondé sur la volonté de rejeter toute domination, et de préserver notre union dans ce que nous avons de commun et de plus sacré : notre terre, nos héros, notre sang.

Le nationalisme qui se livrerait à la réaction est condamné à la mort, comme le nationalisme qui s’allie avec le communisme est voué à la trahison.

Le nationalisme n’aurait aucun sens s’il n’apportait pas à nos compatriotes une libération définitive, s’il ne consacrait pas une fois pour toutes, leur liberté, s’il ne leur conférait pas une vie au-dessus de toute indignité.

C’est pourquoi, je pense que le nationalisme ne serait qu’un mensonge s’il ne conduit pas à la démocratie.

En vérité, ceux qui redoutent la démocratie sont ceux-là seuls qui ont mauvaise conscience. Ceux-là qui ont retardé notre accès à l’indépendance, ceux-là qui nous empêchent de réaliser des progrès sociaux, ceux-là qui intriguent mais n’osent pas présenter publiquement un programme, ici, à Saigon, devant le peuple.

Car en fait, il n’y a pas plusieurs programmes. Il n’y en a qu’un : celui qui préserve notre indépendance, qui fit de notre nationalisme un nationalisme vivant, conforme à nos traditions spirituelles, et par lequel nous accèderons tous, ensemble, à la démocratie.

—  —  —

Extrait de : « Nationalisme et démocratie (Appel au peuple, 9 Mai 1955) », in La voie de la juste cause (Traduction des principaux discours et déclarations du Président Ngo-Dinh-Diem), Saigon, Service de Presse, Présidence de la République du Viêt-Nam, 1956, pp. 86-87.

David Lan Pham : Two hamlets in Nam Bo – CR de lecture par Camille Le Guilloux

CR de lecture de Camille Le Guilloux : David Lan Pham, Two hamlets in Nam Bo. Memoirs of life in Viet Nam through Japanese occupation, the French and Americans wars, and Communist rule, 1940-1986, Jefferson, NC, & London, McFarland, 2000, 299 p.

DavidLanPham_TwoHamletsInNamBoCet ouvrage, publié en 2000, est une autobiographie relatant la vie de David Lan Pham, de son vrai nom Pham Dinh Lan. Il naît en 1940, à Thu Dau Mot dans le sud du Vietnam, lors de l’occupation de l’Indochine par le Japon. Il est diplômé de l’Université de Saigon et a enseigné l’histoire et les langues. Par ailleurs, il a pris part à la vie culturelle du Sud-Vietnam avant 1975 et a été entre autres Secrétaire général des enseignants vietnamiens de l’Association des Enseignants d’Histoire et de Géographie et secrétaire général de l’Association de la Bibliothèque nationale vietnamienne. Il vit actuellement aux États-Unis, à Toledo, où il travaille auprès des réfugiés et rédige des ouvrages concernant le Vietnam.

Jusqu’à son départ en 1985, il est le témoin direct de l’occupation japonaise, de la guerre d’Indochine, de la guerre du Vietnam puis de la paix sous le régime communiste. Au travers de son ouvrage, il rend compte de la vie sociale et politique tourmentée du Vietnam pendant quatre décennies. En partant de deux petits villages, Binh Chuan et Tuy An, de la région du Sud-Est (Dông Nam Bô), dans lesquels il a grandi, l’auteur nous apprend comment les Vietnamiens ont survécu et se sont adaptés aux guerres et aux différents régimes. Il mêle les faits historiques, ses analyses politiques, le récit de sa propre vie et des anecdotes de la vie quotidienne pour dresser le portrait de la population vietnamienne.

1940-1954 : Occupation japonaise, domination française, répression Viêt-Minh

L’ouvrage s’ouvre sur une description des deux villages dans les années 1940 : Tuy An et Binh Chuan. Tuy An est un village fondé par l’arrière-grand-père de l’auteur. L’agriculture y est peu développée, c’est pourquoi les villageois doivent étudier pour s’en sortir. Beaucoup parlent le français. Par rapport à Tuy An, Binh Chuan est plus rural, les villageois sont majoritairement des fermiers. Selon l’auteur, le destin de ces deux villages est représentatif de ce qui se passe dans le reste du pays. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Binh Chuan n’a pas été dévasté, mais les villageois ont souffert de la faim et du manque de produits de première nécessité. En effet, suite à la défaite française contre l’Allemagne en 1940, les Japonais pénètrent en Indochine. Les soldats japonais atteignent Binh Chuan où ils battent les villageois et les forcent à faire des corvées. Après la guerre, les personnes ayant accompli ces corvées sont accusées de collaborer avec les Japonais : c’est le premier témoignage de l’atmosphère de suspicion et d’accusations mutuelles qui va régner par la suite au Vietnam. Cependant, l’auteur fait partie d’une famille plutôt riche et respectée, et a relativement peu souffert de la guerre. La violence de l’occupation japonaise est même peu relatée. David Lan Pham souligne par ailleurs l’absence de problèmes majeurs entre les villageois (comme le vol) et met au contraire l’accent sur la solidarité qui régnait entre eux.

Cependant, cette époque décrite par l’auteur comme une « peaceful life in wartime » se termine avec la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le 9 mars 1945, les occupants japonais attaquent l’administration et les garnisons françaises qu’ils avaient laissées en place. L’opération Meigo signe la fin du protectorat français sur l’Indochine. C’est un grand bouleversement dans la vie de l’auteur, car son père, professeur employé par l’administration française, perd son emploi. La famille déménage ensuite à Tuy An pour que l’auteur ait accès à une meilleure éducation. Suite à la capitulation japonaise et à la « révolution d’août » menée par le Viêt Minh, Ho Chi Minh déclare le 2 septembre 1945 l’indépendance du Vietnam et la création de la République Démocratique du Vietnam, dont il est le président. Si la majorité des Vietnamiens dans l’entourage de l’auteur se réjouissent de l’indépendance, son père au contraire reste sceptique et peu perméable aux arguments des partisans du Viêt Minh qu’il doit accueillir chez lui. Il faisait partie des gens peu impliqués en politique et dubitatifs face à l’emploi du terme « démocratie » pour expliquer les bains de sang perpétrés par les révolutionnaires. Pour cette raison, il est surveillé par la police du Viêt Minh.

BaoCongAnMoi1946
« Sécurité publique nouvelle », le journal de la police relatant la répression des opposants en 1946 © DR

A partir de 1946, l’armée française tente de reconquérir l’Indochine. L’avancée des troupes est violente : Tuy An est détruit. Le climat de suspicion est alors à son comble : la police du Viêt Minh accuse le père de travailler pour les Français. Les Français finissent par s’emparer de Tuy An, et tuent les membres du Viêt Minh, dont l’oncle de l’auteur. Par extension, les Français accusent le père d’être Viêt Minh et l’emprisonnent à Laithieu, tandis que la mère et les frères sont menacés par le Viêt Minh qui accuse toujours le père de collaborer avec les Français. L’auteur retourne alors à Binh Chuan auprès de sa grand-mère. Ce que vit la famille de l’auteur reflète le quotidien des Vietnamiens : le jour, les Vietnamiens sont persécutés par les Français, qui les soupçonnent d’appartenir au Viêt Minh. La nuit, les personnes relâchées par les Français sont interrogées par le Viêt Minh, qui les voit comme des collaborateurs. Finalement, le père de l’auteur est relâché par les Français, et devient professeur à Laithieu. C’est donc dans cette ville, contrôlée par les Français, que la famille de l’auteur est réunifiée. Le jeune auteur y est témoin de nombreux massacres de prisonniers par les Français. Les corps sont jetés dans la rivière. Le fort ressentiment de l’auteur à l’égard de la domination française sur son pays le pousse en 1950 – il a alors 10 ans – à essayer de rejoindre le Viêt Minh pour la combattre. Il se rend alors à Binh Chuan, qui est contrôlé par le Viêt Minh, mais il est renvoyé à Laithieu par sa grand-mère. En raison de ce voyage de deux jours à peine, ces parents sont inquiétés par l’administration française qui les soupçonne d’accointance avec le Viêt Minh. L’auteur lui-même est interrogé et échappe de peu à la torture.

1955-1975 : Guerre froide et « Bloody war »

1954 signe la défaite de la France et marque la fin de la guerre d’Indochine. La Conférence de Genève convient du cessez-le-feu et de l’armistice entre l’armée française et la République démocratique du Vietnam. Le pays est séparé en deux au niveau du 17e Parallèle. L’auteur vit alors à Saigon pour ses études, il a 14 ans. La vie dans le Vietnam du Sud est relativement paisible, malgré la corruption et les vices (opium, jeux, maisons closes…). La République du Vietnam au Sud est créée en 1955 : elle est soutenue par les Etats-Unis car elle est anticommuniste. De 1955 jusqu’à son assassinat en 1963, Ngo Dinh Diem en est le président. Les services secrets du régime nationaliste menacent les partisans du Viêt Minh du Vietnam du Sud restés sur place, mais aussi les intellectuels ou autres individus critiquant le président. Lorsque l’auteur commence à enseigner l’histoire et la géographie, il doit donc faire attention de ne rien dire à l’encontre des politiques du gouvernement. David Lan Pham a une opinion politique particulière : il ne soutient ni le régime communiste du nord-Vietnam ni pleinement la République du Vietnam au Sud. Il représente une troisième voie, celle en faveur de l’indépendance et de la démocratie incarnée, par exemple, par le Tan Dai Viet de Nguyen Ngoc Huy. Or le gouvernement de Saigon échoue à installer une véritable démocratie.

DividedVietnamMap

La guerre du Vietnam succède à la guerre d’Indochine. En 1965, les troupes américaines débarquent au Vietnam du Sud pour aider la République du Vietnam à repousser l’expansion des communistes. Dans les années 1960, la culture américaine prend le pas sur la culture française et s’affiche dans les grandes villes du Sud. Le confort y augmente aussi, grâce à la diffusion des frigidaires, de la climatisation, de la télévision ou encore des scooters, signes de modernité. L’auteur retourne vivre à Laithieu après son mariage. Pendant longtemps, Saigon n’est pas touchée directement par la guerre. Cependant, pendant les années de guerre, les Vietnam du Nord et du Sud s’appauvrissent et sont de plus en plus dépendants de l’aide extérieure. Après les accords de paix de Paris en 1973, les États-Unis retirent leurs troupes. Les Vietnamiens du Sud combattent donc par eux-mêmes le Viêt Công et les troupes nord-vietnamiennes jusqu’à la capitulation du gouvernement de Saigon en 1975. Pour faire face à la violence de la guerre, les Vietnamiens se réfugient dans le vaudou et les horoscopes.

1975-1986 : De la « paix communiste » au départ en mer

Si l’année 1975 apporte enfin la paix au Vietnam, elle représente une rupture définitive pour l’auteur : « April 30 [1975] marked a big change in my life. Unpredictably, it separated me from my country forever ». A 35 ans, il se retrouve dans la même situation que son père en 1945 : il est forcé de quitter sa place de professeur lorsque le gouvernement de Saigon tombe aux mains du Vietnam du Nord, car un de ses collègues l’accuse d’être contre-révolutionnaire. Les officiers, les hommes politiques ou encore les professeurs sont envoyés dans des camps de rééducation. L’auteur y échappe, bien qu’il soit surveillé de près par les bo doi. La police locale cherche à prouver qu’il est « réactionnaire » dans le but de le mettre en prison. Elle vient l’interroger une à deux fois par mois, fouille sa maison et lui confisque ses biens. L’auteur détruit lui-même certains de ses livres et sa machine à écrire. Il a évité la prison grâce aux témoignages bienveillants de ses voisins et de sa famille. Certainement aussi parce qu’il impressionnait les membres du parti communiste venant l’interroger – dont il souligne à plusieurs reprises le manque d’éducation. Sa situation se répercute sur sa famille : ses enfants ne peuvent pas être membres des jeunesses communistes, ou continuer leurs études, parce qu’il est surveillé par la police.

DavidLanPham_StudentIDcard
Carte d’étudiant de David Lan Pham, Faculté de Lettres de Saigon, 1966 © McFarland

Pour faire face à l’appauvrissement de sa famille, l’auteur se met à pratiquer l’acupuncture pour soigner les gens autour de lui. Il tente de faire des plantations à Tuy An, mais on lui vole toutes ses récoltes. Il enseigne ensuite les langues, mais cela est politiquement dangereux : cela encouragerait les gens à fuir le Vietnam. L’auteur se tourne vers la religion à mesure qu’il s’affaiblit physiquement (ce qui peut expliquer les passages mystiques de l’ouvrage). La malnutrition touche toute la population, à l’exception des cadres du parti communiste, qui ont accès aux soins et à la nourriture. Les vols de nourriture sont fréquents, ainsi que de tous les autres biens de première nécessité. Si la pauvreté et la malnutrition étaient compréhensibles en temps de guerre, ce n’est plus le cas pendant la paix. Cependant, les Vietnamiens s’adaptent. D’après une connaissance de l’auteur, il n’y a que deux solutions : ou l’on travaille pour le gouvernement communiste, ou l’on part. Le départ du pays devient le sujet de conversation principal au sud du Vietnam pendant les années 1970 et 1980. Dans un premier temps, l’auteur se refuse à quitter son pays : il n’a pas assez d’argent pour partir et ne veut pas vivre dans un autre pays. Il vit donc 10 ans sous le régime communiste. Alors qu’il envisage de faire partir son fils aîné, il est convaincu par sa belle-sœur de partir avec lui et son frère.

DavidLanPhan_BoatPeople
Photo prise le 29 mai 1985, lorsque l’auteur (en bas à droite, avec le sac) est secouru par le Jean Charcot après 2 jours de dérive en mer de Chine méridionale © Philippe Théard / McFarland

Ils partent du Vietnam en bateau le 27 mai 1985. L’auteur a alors 45 ans. Le voyage est très éprouvant : ils peuvent à peine bouger dans le navire, ils suffoquent, la nourriture vient à manquer… Le 29 mai, leur bateau est secouru par le Jean Charcot, un navire de Médecins du Monde. Ils passent ensuite plusieurs mois dans un camp de réfugiés aux Philippines. La vie y est assez paisible. Ils partent le 27 janvier 1986 pour Toledo, Ohio, où leur famille les rejoindra. Le livre se termine sur quelques extraits de poèmes de l’auteur, exprimant sa nostalgie du Vietnam.

Une mémoire critique

David Lan Pham écrit ses mémoires en 2000, soit 14 ans après son arrivée aux États-Unis : ce sont des mémoires reconstruites. L’ouvrage aborde un grand nombre de sujets assez librement. Si le style est clair et aisé à lire, il est cependant parfois difficile de suivre l’auteur. En effet, si ses réflexions sur les faits historiques s’appuient sur beaucoup de noms et de dates, il n’en va pas de même lorsqu’il aborde les faits personnels. Il ne donne pas le nom des gens qu’il rencontre et très peu de dates. L’auteur fait parfois des prolepses et des analepses qui peuvent éventuellement amener le lecteur à faire des erreurs d’interprétation.

En dépit de cette difficulté, l’ouvrage est extrêmement bien documenté : les faits historiques sont clairement expliqués et l’auteur rapporte les trajectoires des nombreuses personnes qu’il a rencontrées. Au fil de l’ouvrage, la vie sociale et culturelle des Vietnamiens est décrite avec soin. Il est facile de supposer un travail actif de recherche d’informations, toutefois l’ouvrage ne dispose pas de bibliographie et l’auteur ne mentionne pas la manière dont il a récolté ces témoignages – avant ou après son départ ? Qui lui a fourni les dialogues datant de sa petite enfance ? -, ce qui peut laisser le lecteur sur sa faim. Enfin, la liberté d’esprit de l’auteur est très appréciable : il ne prend le parti d’aucun gouvernement au pouvoir. Il reste au contraire sceptique et critique.

Camille Le Guilloux, promotion ASIOC 2015-2016.

 

Bibliographie complémentaire :

  • David Lan Pham (2004), International Politico – Cultural Influences on Vietnam in the 20th Century, États-Unis, Xlibris, 256 p.
  • David Lan Pham (2007), Ho Chi Minh (1980-1969), États-Unis, Xlibris, 282 p.
  • Kenneth William Taylor (2013), A history of the Vietnamese, Cambridge university press, 696 p.
  • Philippe Langlet, Quach Thanh Tâm (2001), Introduction à l’histoire contemporaine du Viêt Nam : de la réunification au néocommunisme (1975-2001), Paris, Les Indes Savantes, 247 p.

_______________

Camille Le Guilloux est étudiante du master 2 Asie Orientale Contemporaine à l’IEP de Lyon et à l’ENS de Lyon. Elle effectue actuellement un mémoire de recherche sur le développement du livre numérique au Japon, dans le cadre d’un échange académique avec l’université de Waseda à Tokyo.

End of Empire: 100 days in 1945 that changed Asia and the world [NIAS]

[ndlr] Présentation par Gerald Jackson du projet End Of Empire porté par le Nordic Institute of Asian Studies (NIAS) à Copenhague. Le projet retrace les 100 jours qui ont fait basculer l’Asie en 1945. Il s’adresse à un large public et s’affiche comme un support de référence pour l’enseignement. Actuellement plus de cent chercheurs participent au projet sous la direction de David Chandler, Li Narangoa et Robert Cribb. Le site a été mis en place sous la supervision de David Patrick Stuligross.

Colleagues working on the recent history of Asia may be interested to hear of the recent launch of the End of Empire website (www.endofempire.asia), which publishes day by day ‘real-time broadcasts’ of what happened in Asia at the end of World War II. The site combines daily events with commentary, photographs, maps, personal accounts and other material plus links to resources found elsewhere.

Aiming to balance the focus on European events in global public discussions and reminiscences of World War II, the project focuses on a brief, 100-day period at the end of the war across a broad sweep of eastern Asia – a time when the Indonesian and Vietnamese revolutions were born, the fragile wartime truce between Communists and Nationalists in China began to fray, and the first steps were made in Japan towards a new democratic order.

The website is part of a radical, multi-faceted project to commemorate the 70th anniversary of the war’s end and its immediate aftermath. This is done not just via the website but also in printed and electronic publications plus via social media.

Nor does the project simply present existing scholarship. It also actively reaches beyond the academic world to encourage non-academics to come forward with primary source material unknown to historians and often limited to their own private circles.

Here, perhaps, is a model for scholarly publishing and learning that both exploits new technologies and retains traditional standards.

EndOfEmpire_23-9-2015La page consacrée au 23 septembre 1945

Lien : http://www.endofempire.asia/2015/09/23/

Image « à la une » : End Of Empire 25 Août 1945.

Nakhonkham Bouphanouvong : Sixteen Years in the Land of Death Revolution and Reeducation in Laos – CR de lecture par Ken Messud

Nakhonkham_RevolutionReeducationLaosLe titre volontairement provocateur de cet ouvrage n’est pas sans rappeler au lecteur l’œuvre majeure de Soljenitsyne, L’archipel du goulag. On peut en effet être tenté de réduire ce livre à un témoignage d’un survivant des camps de rééducation communistes, dans lesquels Nakhonkham Bouphanouvong vécût durant seize années de sa vie avant sa libération et son immigration aux États-Unis. Mais cette interprétation, quoique parfaitement valable, met de côté ce qui constitue un élément autrement plus central de ce livre : le témoignage d’un homme acquis aux théories du non-alignement, farouchement opposé au communisme et profondément amoureux de son pays, sur les différents évènements politiques survenus au Laos entre 1945 et 1975.

Bouphanouvong fut en effet de tous les retournements politiques et militaires jusqu’à son arrestation et internement de 1975 à 1991: il fut tour à tour soldat au sein du Lao Issara (mouvement du Laos libre) dès 1945, puis journaliste, haut-fonctionnaire et enfin officier de police sous la monarchie jusqu’à son abolition en 1975. La longévité et l’expérience de Bouphanouvong lui accordent ainsi naturellement une hauteur de vue certaine et une profondeur de réflexion sur les enjeux politiques durant la courte vie de la monarchie laotienne. Les évènements survenus durant ce laps de temps sont en effet d’une intense complexité, liées étroitement au contexte de la guerre froide et de la lutte d’influence de l’époque, ainsi qu’à la guerre du Vietnam.

Bouphanouvong est né en 1927 à Xepone dans une famille modeste. Lorsque le Japon envahi le Laos en mars 1945, celui-ci est toujours sous contrôle administratif de la France. L’auteur, alors en études à Vientiane, décide d’y mettre un terme et emboîte le pas au mouvement nationaliste et révolutionnaire du Lao Issara qui compte tirer parti de l’instabilité de la situation afin de faire gagner au Laos son indépendance. Cet engagement précoce est révélateur de l’important patriotisme qui allait animer et guider les choix de Bouphanouvong tout au long de sa vie. La guerre d’indépendance contre la France qui s’en suivit fut de plus un événement marquant et formateur pour ce jeune homme en pleine maturation politique. En effet, malgré sa modeste éducation du niveau du secondaire, Bouphanouvong fut appelé en 1947 au service de propagande du Lao Issara, avant d’être nommé en 1948 commissaire politique (à seulement 21 ans).

Son récit commence véritablement avec le congrès du Front de Résistance Laotien, tenu en août 1950 dans la province vietnamienne du Tuyen Quang. Au grand désarroi des combattants révolutionnaires de la première heure, ce congrès consacre au pouvoir la faction communiste du Lao Issara (portée par le prince Souphanouvong), ralliée à Ho Chi Minh. Cet événement est vécu comme une profonde désillusion pour Bouphanouvong qui regrette le tournant communiste du mouvement au détriment d’une union commune entre le Vietnam, le Cambodge et le Laos contre l’impérialisme français mais dans le respect des souverainetés de chacun. L’influence exercée par le Vietnam sur la politique laotienne devient en effet croissante, l’endoctrinement communiste des cadres du Lao Issara étant perçu comme un moyen d’affilier le pays dans une perspective de long terme. Cet endoctrinement se matérialise par de nombreux séminaires de formation politique durant lesquels sont inculquées les fondements de la doctrine communiste, et auxquels l’auteur sera imposé de participer activement. Les diverses affectations militaires de Bouphanouvong décrivent l’incidence de ce succès idéologique: malgré l’accord franco-laotien d’octobre 1953 accordant au pays sa pleine souveraineté (et donc mettant un terme théorique à la guerre contre la France), l’effort de guerre du Laos pour venir au soutien du Vietnam se renforce rapidement jusqu’à l’obtention d’une victoire décisive sur le colonialiste: cette victoire, c’est bien évidemment celle de Dien Bien Phu en mai 1954. L’indépendance de l’Indochine est finalement actée avec les accords de Genève en juillet de la même année.

Toutefois l’obtention de l’indépendance ne permet pas de régler l’instabilité politique au Laos, instabilité qui va amener Bouphanouvong à renier son engagement initial (même s’il continuera à se revendiquer du Lao Issara originel). Deux factions se disputent en effet le pouvoir à partir de 1953: d’un côté les royalistes du Royal Lao Government (RLG) souhaitant promouvoir la monarchie laotienne, et de l’autre le Pathet Lao (ou Neo Lao Hak Xat – Front Laotien de Résistance Patriotique) auquel le Lao Issara est rattaché. Le Pathet Lao est composé au départ de différentes factions de tout bords idéologiques, mais se retrouve rapidement dominé par les communistes vietnamiens qui souhaitent s’en servir pour garantir leurs intérêts chez leur voisin. La signature d’un agrément en 1957 et la création d’un gouvernement commun permettent de mettre un terme relatif à cette situation instable.

Conscients de cette emprise grandissante, et peu convaincus par l’idéologie et le système communiste qu’ils critiquent sévèrement, Bouphanouvong et ses amis proches du Lao Issara décident en 1960 de rejoindre le parti neutre du Comité de Défense des Intérêts Nationaux (CDIN). Une guerre fratricide entre les deux factions éclata peu de temps après, forçant Bouphanouvong à fuir Vientiane ; il assistera aux violents combats se déroulant dans le nord du Laos jusqu’à la victoire du CDIN en 1962 et la formation d’un gouvernement de coalition entre les neutralistes, le Pathet Lao et les royalistes. Affilié aux idées du mouvement des non-alignés (notamment suite à la conférence de Bandung de 1955), Bouphanouvong est déterminé à servir les intérêts de son pays et à lutter contre les influences extérieures grandissantes liées au contexte de guerre froide de l’époque. Se refusant d’aider le Pathet Lao, et conscient de l’influence américaine exercée sur le parti royaliste, il décide ainsi de retourner en 1962 à Vientiane afin d’aider au maintien de la paix auprès du cabinet du premier ministre neutraliste Souvanna Phouma. Durant cette période, il travaillera aussi au sein de différents ministères avant de devenir officier de police, tout en exerçant une activité journalistique pour le compte d’hebdomadaires neutralistes. Cependant, la reprise de la guerre civile à partir de 1964 finit par avoir raison de la coalition, aboutissant au démantèlement de celle-ci en février 1973, date de la signature de l’accord sur l’unification du Laos. La faction neutraliste se retrouve dissoute, laissant les mains libres au parti Royaliste ainsi qu’au Pathet Lao pour diriger la monarchie.

Les craintes exprimées par Bouphanouvong à l’égard des communistes se matérialisent malheureusement très rapidement. Le Pathet Lao, fort du soutien vietnamien désormais victorieux sur les États-Unis, prend progressivement le dessus sur le RLG avant de finalement proclamer la République Populaire du Laos en décembre 1975. Pour Bouphanouvong et les autres soutiens anticommunistes du régime monarchique, c’est le début d’une longue agonie. Déportés dans des camps de détention, Bouphanouvong et quelques deux cents autres « séminaristes » (tous officiers haut-gradés ou membre de la haute fonction publique), entament leur longue période de rééducation politique. Abondamment décrite par Bouphanouvong dans la seconde partie de son livre, il témoigne des horreurs subies par lui et ses camarades dont beaucoup périront durant leur détention. Utilisés comme main d’œuvre corvéable à merci, sous-alimentés, vivant sous la menace permanente d’une mort violente, torturés physiquement et surtout mentalement, ces hommes ont en effet dû supporter pendant de longues années des conditions de vie extrêmement dures. La situation économique et sociale catastrophique du Laos permet une certaine ouverture du pays à la fin des années 1980. La pression internationale poussera finalement le régime communiste à relâcher progressivement les survivants des camps de rééducation. Libéré le 22 novembre 1991 après seize ans, trois mois et vingt-deux jours de détention, Nakhonkham Bouphanouvong est un véritable miraculé de l’histoire.

L’approche historique de cet ouvrage, intimement liée au vécu de son auteur, apporte une vision très humaine sur cette période confuse. La lecture de ce témoignage parfois romancé reste agréable tout du long, cependant on peut regretter le manque de contextualisation et d’explications claires des évènements politiques vécus par le narrateur. Une certaine connaissance historique du Laos est ainsi indispensable au lecteur afin de bien saisir l’ensemble du tableau politique dressé par Bouphanouvong. Chargé émotionnellement, ce livre reste néanmoins un témoignage exceptionnel sur l’influence du communisme vietnamien au Laos.

Ken Messud, promotion ASIOC 2014-2015.

 

Bibliographie indicative 

Martin STUART-FOX, A History of Laos, Cambridge University Press, 1997.

Kenneth CONBOY, War in Laos 1954-1975, Squadron/Signal publications, 1994.

Jean DEUVE, Le royaume du Laos, 1949-1965, Paris, L’Harmattan, 2003.

 

Ken Messud est étudiant en Master Asie Orientale Contemporaine à l’ENS de Lyon. Il effectue actuellement un stage dans un cabinet de conseil Indonésien à Jakarta. Son sujet d’étude est l’analyse des conséquences économiques et légales de la nouvelle politique minière indonésienne.