Archives par mot-clé : INA

Interview avec Ho Chi Minh, 5 juin 1964 – Cinq colonnes à la une [INA]

[ndlr] Retranscription de l’introduction et du dialogue.

Hanoi. Le carrefour de l’ancienne rue Paul Bert et du Petit lac à l’heure de la sortie d’usine. Pas une seule voiture mais beaucoup de vélos sur lesquels se déplacent lentement, machinalement, la foule des travailleurs dans une régularité impressionnante.

La sensation que ce pays est anormale ne nous a pas quitté au Nord Viêt Nam. Anormale d’abord parce que toute vie individuelle a disparu au bénéfice d’un effort collectif extraordinaire, dirigé d’une main de fer à l’intérieur d’un dispositif de sécurité draconien. Anormale ensuite parce que, dans ce pays coupé en deux depuis dix ans, un grand nombre de familles vivent le drame de la rupture qui alimentent à sa façon la guerre du Sud.

Entretien avec Ho Chi Minh

Est-ce que vous pensez, Monsieur le Président, qu’il y a une solution militaire à la guerre du Sud Viêt Nam ?

Ho Chi Minh : Non, parce que ah, vous savez bien que le peuple Viêt Nam, c’est un Un, et le pays du Viêt Nam, c’est Un. Les Américains veulent faire une guerre d’agression, comme qu’ils disent, une guerre non déclarée. Comme vous savez aussi, vous avez pu lire dans la presse mondiale, que plus la guerre [se] prolonge, plus les Américains et leurs valets, n’est-ce pas, comment dire ça, [se tournant vers quelqu’un à côté], sa lầy… s’enliser… et plus, ils supportent des échecs comme vous savez là récemment. Par conséquent, la guerre ne peut pas durer éternellement, et je suis très heureux que les politiciens haut placés français ont reconnu cela.

Vous pensez que le général de Gaulle pourrait en quelque sorte, à un certain moment, arbitrer le conflit ?

HCM : Arbitrer ! Qu’est-ce que vous comprenez par le mot arbitrer ? Nous ne sommes pas des équipes de football. [Rire].

Mais au-delà des Accords de Genève si je ne me trompe, une idée du général de Gaulle est la neutralisation de tout le Sud-Est Asiatique. Est-ce que c’est une idée qui vous semble intéressante ?

HCM : Comme j’ai déjà dit quelquefois, c’est une idée intéressante, mais ça dépend [de] la volonté de ces peuples, et… la manière comment on procède… à réaliser.

C’est une grande question… et je ne peux pas dire que je suis d’accord,… je ne dis pas que je ne suis pas d’accord, n’est-ce pas ? Parce que.. vous dites par exemple fleurs, fleurs ; il y a beaucoup de sortes de fleurs, il y a des roses, des blanches, des rouges, etc. des fleurs qui sentent bon, d’autres qui ne sentent pas bon… , mais on dit fleurs, n’est-ce pas ?

Monsieur le Président, nous avons constaté avec chagrin au cours de notre voyage au Nord Viêt Nam, que l’influence française est devenue à peu près inexistante dans votre pays. Les moins de 25 ans ne comprennent plus du tout le français. Et je me demande si, à votre idée, des rapports peuvent se rétablir tels que la France continue à jouer… une sorte de rôle culturel ici ?

HCM : Avec la France surtout, et avec tous les autres pays, nous voulons avoir une coopération amicale, culturelle, économique, etc… , mais je suis sûr que vous ne voulez pas avoir, n’est-ce pas, que la France ait l’influence qu’elle avait avant, … c’est une autre chose… mais coopération culturelle, économique, qu’est ce qu’il y a encore ?, sportive par exemple, etc… etc… nous, nous[le] désirons.

Si la guerre se cristallise au Sud et se poursuit encore pendant quelques années, pensez-vous que l’avenir économique du Nord Viêt Nam soit viable ?

HCM : Je suis sûr que ça non seulement viable, mais ça progresse. Parce que vous avez vu vous-même, vous avez constaté vous-même que, ici, nous travaillons beaucoup, notre peuple travaille beaucoup, avec abnégation, n’est-ce pas, avec dévouement, avec enthousiasme. D’un côté, nous travaillons pour…, comment dirais-je, pour principalement, n’est-ce pas, de nos propres forces, et aussi nous avons l’aide fraternelle des pays socialistes, n’est-ce pas. Jusqu’ici, nous avons déjà réalisé des progrès, pas tant comme nous le voulons, nous avons réalisé des progrès et dans l’avenir, nous progressons nous-mêmes.

Vous mentionnez là l’aide des pays socialistes. Est-ce que cette aide ne s’est pas trouvée légèrement compromise à la suite du conflit idéologique entre la Russie et la Chine ?

HCM : Non, parce que ces questions, n’est-ce pas, n’est pas différence idéologique entre nos différents partis-frères, c’est nos affaires intérieures ; ça passera et l’union… l’unité, ça se fera. Mais l’aide fraternelle continue et continuera, c’est très précieuse pour nous.

Certains ont l’impression chez nous, Monsieur le Président, que le Nord Viêt Nam se trouve actuellement assez isolé, asphyxié même, et, politiquement , il ne pourra difficilement éviter de devenir une sorte de satellite de la Chine. Qu’est-ce que vous répondez à ça ?

HCM : Jamais !

Les débuts de la guerre d’Indochine : Hanoï en décembre 1946 [archives ina]

Le 19 décembre 1946 marque le début de la guerre d’Indochine : après le bombardement du port de Haiphong le 23 novembre 1946 par la Marine française, le Viet Minh, dirigé par Hô Chi Minh (président de la République démocratique du Viêt Nam, dont l’indépendance a été proclamée à Hanoi le 2 septembre 1945), décide de lancer une offensive ayant pour but la libération de la ville de Hanoï. À 20 heures, une explosion dans la centrale électrique de la ville annonce le début de l’insurrection. Des ressortissants français sont massacrés et des maisons pillées. Ho Chi Minh appelle tout le peuple vietnamien à se soulever contre la présence française : « Que celui qui a un fusil se serve de son fusil, que celui qui a une épée se serve de son épée, que chacun combatte le colonialisme. » (source : You Tube / INA)

Les débuts de la guerre d’Indochine : Hanoï en décembre 1946

16/01/1947. Le ministre de la France d’Outre-mer, Marius Moutet, se rend à Hanoï un mois après le déclenchement de l’insurrection vietminh.

Contexte historique

A l’automne 1946, les relations entre la France et le Vietminh se détériorent, et chaque camp renforce ses positions militaires. Les opérations prennent de l’ampleur : la marine française bombarde le port de Haïphong le 23 novembre, causant la mort de centaines de civils. Ho Chi Minh et le général Giap se préparent à une action contre la France.

C’est dans ce contexte qu’à Paris, Léon Blum devient chef du gouvernement, et propose à Ho Chi Minh de reprendre les négociations. Ce dernier accepte, mais sa lettre, transmise de façon non urgente par les autorités militaires françaises, arrive à Paris le 20 décembre. Or, à Hanoï, la situation se dégrade : le 19 décembre, à 20 heures, l’électricité est coupée par le Vietminh, dont les hommes forcent les maisons et tuent des civils. Ce « coup de force de Hanoï » est un échec, mais il radicalise encore les positions des militaires français et vietnamiens. Ho Chi Minh lance le 21 décembre un appel à la lutte à outrance. La guerre d’Indochine a commencé.

Le ministre Marius Moutet est alors chargé d’une mission de conciliation par Léon Blum. A sa descente d’avion, il est pris en charge par l’état-major, qui veut lui faire partager son point de vue : on ne peut pas négocier avec le Vietminh, il n’est pas digne de confiance. Alors que Ho Chi Minh envoie un message à Marius Moutet pour lui proposer une rencontre, la lettre, interceptée par les services de l’amiral d’Argenlieu, n’arrive pas à son destinataire, qui visite Hanoï en ruine. Marius Moutet tire pour conclusion de sa visite que le Vietminh n’est pas un interlocuteur valable, et la thèse de Thierry d’Argenlieu l’emporte : « avant toute négociation, il faut une décision militaire ».

Éclairage média

Ce reportage est emblématique de l’analyse de certains militaires français, à un moment où le pouvoir politique envisage de négocier avec les nationalistes vietnamiens. Précédé par une bande-annonce qui souligne le caractère exceptionnel et authentique des images, le document s’ouvre par une vue aérienne de Hanoï et de sa banlieue, où brûlent des maisons : c’est la guerre.

A sa descente d’avion, le ministre Marius Moutet rencontre d’abord les autorités militaires, avec les généraux Leclerc, Valluy et Morlière – qui remplace Thierry d’Argenlieu en déplacement à Paris – puis civiles (Jean Sainteny). Le temps accordé aux militaires l’emporte grandement sur celui donné à Jean Sainteny, que l’on aperçoit essentiellement lors du salut aux couleurs, avec le bras en écharpe car il a été blessé lors des combats. Le montage montre ensuite une voiture blindée en patrouille dans la ville. Deux types d’images sont utilisées : des images tournées de la voiture même qu’empruntent Marius Moutet et le général Morlière pour inspecter la ville, et des images de combats de rues tournées à d’autres moments. Des cadavres de soldats français sont filmés en plan rapproché, ainsi qu’une colonne de jeunes adolescents vietnamiens faits prisonniers « les armes à la main » selon le commentaire. A ces scènes de guerre succède la visite de la résidence de Ho Chi Minh, entourée de tranchées qui abritent des soldats : la découverte, en apparence fortuite, d’un casque japonais au fond d’une tranchée suggère que le Vietminh n’est que l’incarnation d’un ennemi étrange qui a perdu la guerre mais se refuse à l’admettre. La lutte du Vietminh ne présente pas alors de caractère national, c’est une guerre étrangère, non légitime.

Le reportage renforce cette analyse en enchaînant sur la visite de l’Institut Pasteur d’Hanoï, qui illustre l’argument traditionnel en faveur de la colonisation : la France apporte le progrès – ici la santé – et la civilisation à un peuple qui ne peut que souscrire à cet effort humanitaire. La colonisation et l’action de la France sont justes, les refuser est incompréhensible.

Source : INA / Jalons pour l’histoire du temps présent