Archives par mot-clé : Ieng Sary

Phnom Penh : Disparition de Ieng Sary, ancien co-fondateur des Khmer rouges, à l’âge de 87 ans

[ndlr] Articles de presse relatant la disparition de Ieng Sary, un des derniers chefs khmers rouges. « Il disparaît sans avoir jamais expliqué son rôle dans l’appareil marxiste totalitaire qui a détruit un quart de la population du Cambodge en moins de quatre ans (1975-79), vidant les villes, supprimant la monnaie, la religion et l’éducation, et plongeant la société dans la terreur et la paranoïa », rappelle l’AFP dans l’article du 14 mars 2013. Ce co-fondateur avec Pol Pot du mouvement Khmer Rouge s’est éteint sans avoir répondu de ses actes alors que le Tribunal international de Phnom Penh traverse une crise financière sans précédent. Portraits.

IengSary
Ieng Sary lors de son procès à Phnom Penh le 10 janvier 2012.
(Photo handout ECCC Nhet Sokheng. Reuters)

Mort de Ieng Sary, ancien ministre khmer rouge

Ieng Sary, l’ex-ministre des affaires étrangères du régime cambodgien des Khmers rouges, est mort jeudi 14 mars, à l’âge de 87 ans. Ancien visage public du régime marxiste totalitaire, responsable de la mort de près de 2 millions de personnes, il était jugé pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Il est mort « après avoir été hospitalisé le 4 mars », a déclaré Lars Olsen, porte-parole du tribunal.

Comme chef de la diplomatie, cet intellectuel, formé en France dans la mythologie de la révolution de 1789, était bien souvent le seul point de contact entre la direction particulièrement secrète du « Kampuchéa démocratique » et ses rares alliés dans le monde, notamment la Chine. Plus de trente ans après la chute du régime, il disparaît sans avoir donné la moindre explication, ni sur ses responsabilités ni sur le fonctionnement d’un appareil qu’il a servi quasiment jusqu’au bout.

Lire la suite : Le Monde, Asie-Pacifique avec AFP, 14/03/2013.

Cambodge : mort de Ieng Sary, le « frère numéro trois » du Kampuchéa démocratique

Ieng Sary, l’homme le plus célèbre aux côtés de Pol Pot à la tête des Khmers rouges pendant et après leur meurtrier passage au pouvoir au Cambodge (1975-1979), est mort le 14 mars 2013 à Phnom Penh, après avoir souffert de problèmes de santé divers et de troubles cardiaques. Il était inculpé pour « crimes contre l’humanité » par le Tribunal spécial Khmers rouges à composante internationale en charge de l’instruction des responsables encore en vie du génocide cambodgien.

Son âge se situait entre 87 et 93 ans, les incertitudes d’état-civil ne permettant pas d’être plus précis.

Ieng Sary était le beau-frère de Pol Pot, mort en 1998, et, lors du drame cambodgien, fut le chef de la « diplomatie » du Kampuchéa démocratique, à la tête du ministère des affaires étrangères d’un régime coupé de la quasi-totalité du reste du monde. Il était alors surtout l’homme de Pékin et le fidèle rouage de la politique étrangère chinoise auprès de ses chefs.

Il fut en particulier responsable de l’appel lancé aux Cambodgiens de la diaspora, réfugiés en Occident et en Chine après avoir fui les bombardements américains sur leur pays, pour qu’ils rentrent dans un Cambodge « libéré » après la victoire communiste d’avril 1975. La plupart de ces personnes de « retour de l’étranger » finirent assassinées dans des camps de travaux forcés ou sous la torture.

Lire la suite : Le Monde, Asie-Pacifique, par Francis Deron (1953-2009) avec Bruno Philip, 14/03/2013.

L’ancien Khmer rouge Ieng Sary meurt pendant son procès

Il avait 87 ans et il est mort brutalement, alors même qu’il était jugé pour son rôle dans la terreur Khmer rouge. En moins de quatre ans, entre 1975 et 1979, un quart de la population du Cambodge a été décimé par ce régime dont Ieng Sary était l’un des piliers.

Il ne reste désormais que deux dirigeants à juger aujourd’hui, l’un âgé de 81 ans, l’autre de 86 ans.

Ieng Sary souffrait d’une maladie du cœur et avait été hospitalisé il y a dix jours.

Source : Rue 89, 14/03/2013 (lire la suite sur Libération.fr).

Ieng Sary, le « frère numéro 3 » des Khmers rouges, est mort

Portrait – La disparition à 87 ans de ce pilier de la dictature cambodgienne met fin abruptement à son procès pour génocide et crimes contre l’humanité.

Etudiant à Paris dans les années 50, il avait fait la leçon à l’un de ses camarades : «Tu es trop sensible. Pour faire de la politique, il faut être dur.» Nul doute que Ieng Sary, décédé hier à Phnom Penh à l’âge de 87 ans, fut dur. C’était l’un des plus puissants dirigeants Khmers rouges et l’un des plus retors. Dans la galaxie sanguinaire du régime qui a dirigé le Cambodge entre avril 1975 et janvier 1979, Ieng Sary occupait le poste de vice-premier ministre des Affaires étrangères. Tour à tour frère numéro 2 ou 3, il était le l’homme le plus visible de la secrète «Angkar», l’organisation qui a fait régner la terreur en exécutant au moins 1,7 million de personnes en moins de quatre ans. Aux côtés de Pol Pot, l’obscur frère numéro un, de son adjoint Nuon Chea, l’idéologue exterminateur, de Ta Mok, le «boucher» de l’ouest cambodgien, ou de Son Sen, le patron de la police secrète, Ieng Sary affichait le visage en apparence lisse de la diplomatie khmère rouge.

Cet homme grand et replet – même aux pires moments des privations imposées par l’utopie polpotiste – jouissait d’un pouvoir considérable dans le Kampuchéa démocratique des Khmers rouges. Ieng Sary s’en est toujours défendu, comme il a toujours nié toute part dans les atrocités commises par le régime marxiste totalitaire. Il disparaît sans avoir livré la moindre explication sur son rôle et sa fonction passés devant les Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens qui le jugeaient avec Nuon Chea et Khieu Samphan, l’ex-chef de l’Etat, pour génocide et crimes contre l’humanité. Depuis une quinzaine d’années, Ieng Sary rejetait la responsabilité de la terreur sur Pol Pot, «l’unique et suprême architecte de la ligne, de la stratégie et de la tactique du parti», et sur Nuon Chea qui a «mis en œuvre toutes les décisions de Pol Pot pour torturer et exécuter ceux qui ont exprimé des opposées et ceux qu’ils haïssaient comme les intellectuels».

Lire la suite : Libération, par Arnaud Vaulerin à Kyoto, 14/03/2013.

L’ancien Khmer rouge Ieng Sary décède avant la fin de son procès

Au Cambodge, l’ancien ministre des Affaires étrangères des Khmers rouges, Ieng Sary, est décédé ce jeudi matin à l’âge de 87 ans. Ieng Sary était l’un des anciens dirigeants Khmers rouges à être jugés dans le procès qui leur est intenté pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Il ne reste aujourd’hui plus que deux accusés.

Pour les anciennes victimes, la mort d’un des anciens responsables Khmers rouges, avant même la fin de son procès, est une terrible nouvelle. Ieng Sary comparaissait en même temps que trois autres leaders de ce régime sanguinaire, dont son épouse, Ieng Thirith, ancienne ministre des Affaires sociales, finalement déclarée folle et inapte à passer en justice.

Lire la suite : RFI, 14/04/2013.

Khmer Rouge’s Ieng Sary dies during genocide trial

PHNOM PENH, Cambodia (AP) — Ieng Sary, who co-founded the brutal Khmer Rouge movement in 1970s, was its public face abroad and decades later became one of its few leaders to be put on trial for the deaths of an estimated 1.7 million Cambodians, died Thursday morning before the case could be finished. He was 87.

His death before any verdict was reached in the lengthy case dashed hopes among survivors and court prosecutors that he would ever be punished for his alleged war crimes stemming from the darkest chapter in the country’s history.

Ieng Sary was being tried by a joint Cambodian-international tribunal along with two other former Khmer Rouge leaders, both in their 80s, and there are fears that they, too, could also die before justice is served. Ieng Sary’s wife, former Social Affairs Minister Ieng Thirith, had also been charged but was ruled unfit to stand trial last year because she suffered from a degenerative mental illness, probably Alzheimer’s disease.

Lars Olsen, a spokesman for the tribunal, confirmed Ieng Sary’s death. The cause was not immediately known, but he had suffered from high blood pressure and heart problems and had been admitted to a Phnom Penh hospital March 4 with weakness and severe fatigue.

« We are disappointed that we could not complete the proceeding against Ieng Sary, » Olsen said, adding the case against his colleagues Nuon Chea, the Khmer Rouge’s chief ideologist, and Khieu Samphan, an ex-head of state, will continue and will not be affected.

Ieng Sary founded the Khmer Rouge with leader Pol Pot, his brother-in-law. The communist regime, which ruled Cambodia from 1975 to 1979, claimed it was building a pure socialist society by evicting people from cities to work in labor camps in the countryside. Its radical policies led to the deaths of an estimated 1.7 million people from starvation, disease, overwork and execution.

Read more / Lire la suite : Associated Press, by Sopheng Cheang, 14/03/2013.

Les années françaises des dirigeants khmers rouges : De Robespierre à l’ultramaoïsme – entretien avec Henri Locard

Bustes de Pol Pot au mémorial du génocide à Phnom Penh (C.Sokunthea/Reuters).

Interviewé par Arnaud Vaulerin, Henri Locard, historien, revient sur les années françaises des dirigeants khmers rouges.

Professeur invité à l’université royale de Phnom Penh, Henri Locard est un historien spécialiste des Khmers rouges. Il revient sur le passé des inculpés qu’il a eu l’occasion de rencontrer.

 

 

 

Qui sont ces jeunes Cambodgiens qui arrivent à Paris après la Seconde Guerre mondiale?

Ils font partie d’un groupe de 250 étudiants qui arrivent dans la capitale au début de la guerre froide. Il n’y a pratiquement aucun prolétaire. Hormis quelques aristocrates, ils sont presque tous boursiers du gouvernement cambodgien. Saloth Sar (le vrai nom de Pol Pot, le futur leader des Khmers rouges) est arrivé en 1949, de même que Ieng Thirith, la future épouse de Ieng Sary, qui obtiendra une maîtrise d’anglais à la Sorbonne. Ce dernier arrive à Paris en 1950 pour s’inscrire à Sciences-Po. Khieu Samphân, lui, rejoint plus tard la France pour faire des études de droit et d’économie à Montpellier et à la Sorbonne, où il passera sa thèse en 1959. Ces étudiants ne se sont pas initiés au marxisme en France, ils étaient déjà politisés en quittant le Cambodge.

Quand ce groupe crée-t-il le Cercle marxiste-léniniste ?

C’est assez progressif. D’abord, il s’agit d’un groupe informel, fondé par des étudiants passionnés par la politique et surtout par la question de l’indépendance. A cette époque, toute l’élite cambodgienne, de l’étudiant révolutionnaire jusqu’à la famille royale, était en faveur de l’indépendance. Mais leur désaccord portait sur la manière de la conquérir. Très vite, elle se divise en deux branches : ceux qui étaient pour la négociation pacifique et la collaboration avec la France, et les plus radicaux. Ces derniers, influencés par la révolution de Mao en Chine et conscients que la moitié de l’Europe tombait dans l’escarcelle de l’Union soviétique, pensent que la libération passe par la révolution et la violence. Ce groupe s’organise notamment sous l’impulsion de Ieng Sary et Thiounn Mumm, le premier polytechnicien cambodgien.

A partir des années 1951-1952, il devient de plus en plus structuré, comme un parti clandestin, qui perdurera jusqu’en 1970. Saloth Sar est assez marginal. Ieng Sary, en revanche, est plus impliqué, c’est le leader des Cambodgiens à Paris. C’est un homme intelligent, très doctrinaire, ambitieux et jusqu’au-boutiste.

Quel est le rôle joué par Jacques Vergès ?

Fondamental. Métis, il était très proche du Vietnam. Egalement membre du Parti communiste français, il a joué un rôle très important, car il a attiré ces jeunes cambodgiens dans l’Union internationale des étudiants [une structure sous influence du bloc soviétique, ndlr].

Quand ce groupe de jeunes marxistes rejoint-il le Parti communiste français ?

La jonction se fait à l’été 1951 au Congrès mondial de la jeunesse révolutionnaire à Berlin. C’est à ce moment-là que les durs, emmenés par Thiounn Mumm et Ieng Sary, déclarent que l’indépendance est liée à la révolution communiste. Un certain nombre rejoignent alors le PCF puis se constituent en société secrète, avec un bureau politique. Khieu Samphân dirigera d’ailleurs cette organisation. Qui préfigure le Parti communiste cambodgien des Khmers rouges.

Le bureau politique se réunissait chaque semaine, mais le Cercle restait divisé en cellules, formées par trois ou cinq membres, qui ne communiquaient pas entre elles. Autrement dit, et c’est important pour comprendre comment fonctionnaient les Khmers rouges, la structure du pouvoir était toujours organisée du haut vers le bas.

Qu’est-ce que le Parti communiste français leur a apporté ?

De l’idéologie et des infrastructures. Ils ont adhéré au mouvement, souvent sous d’autres noms pour tenter de déjouer les services de renseignement français. Ils y apprennent les techniques de critique, d’autocritique et, surtout, l’idée que le parti se renforce en s’épurant. C’est extrêmement important pour la suite. Dans cette religion communiste, il y avait aussi des réunions de formations, sans oublier les écoles du parti qui fonctionnaient à plein régime.

Les Cambodgiens sont très influencés par l’Histoire de la révolution française d’Albert Soboul. Leur plus grand héros reste Robespierre. Très vite, s’impose chez eux l’idée que le but de leur lutte est si noble qu’elle peut tolérer l’exécution d’êtres humains. Mais cette dimension ultracriminelle – le Parti communiste cambodgien a exterminé le quart de la population du pays- les inculpés l’ont surtout apprise auprès du Vietminh (les communistes vietnamiens) et des maoïstes chinois. La formation acquise en Europe leur semblait trop humaniste.

Source : Libération, 27/06/2011

  • L’article est également disponible sur le blog Les carnets de Phnom Penh sous le titre : « En France, ils ont appris l’idée que le parti se renforce en s’épurant », 27/06/2011, l’entretien est suivi de quatre commentaires.