Archives par mot-clé : identité

Projection de la trilogie indochinoise de Lam Lê à Paris [rappel]

Suite à la diffusion du film Công Binh de janvier à mai 2013, nous avons le plaisir de vous présenter les premiers films du réalisateur Lam Lê, en sa présence.

LamLe_AnnonceTrilogie

  • POUSSIERE D’EMPIRE, 1h45, 1983

En 1954, pendant la guerre d’Indochine, un prisonnier vietnamien confie à un enfant un message pour sa jeune femme enceinte. Mais il se passera 25 ans avant que celui-ci, passé de main en main, lui parvienne à Paris, où elle habite désormais. Leur fille revient au Viêt Nam décidée à refaire l’extraordinaire itinéraire de ce papier dispersé au fil des drames et des souffrances de son pays natal.

Séance mercredi 3 juillet à 20h30, suivi d’un débat avec le réalisateur.

  • 20 NUITS ET UN JOUR DE PLUIE, 1h25, 2006

Une femme, vivant depuis plusieurs années à Java, revient en France, pour quelques courts moments. Un homme, originaire du Viêt Nam, vit en France depuis de nombreuses années. Tous les deux sont en rupture avec leurs origines pour des raisons différentes et vont essayer de se retrouver à travers leurs expériences.

Séance jeudi 4 juillet à 20h30, suivi d’un débat avec le réalisateur.

  • CONG BINH LA LONGUE NUIT INDOCHINOISE, 1h56, 2013

A la veille de la Seconde Guerre mondiale, 20 000 Vietnamiens étaient recrutés de force dans l’Indochine française pour venir suppléer dans les usines d’armement les ouvriers français partis sur le front allemand. Pris à tort pour des soldats, bloqués en France après la défaite de 1940, livrés à la merci des occupants allemands et des patrons collabos, ces ouvriers civils appelés Cong Binh menaient une vie de parias sous l’Occupation. Ils étaient les pionniers de la culture du riz en Camargue. Considérés injustement comme des traîtres au Viêt Nam, ils étaient pourtant tous derrière Ho Chi Minh pour l’Indépendance du pays en 1945.

Séances le mercredi 3 et jeudi 4 juillet à 18h.

Source : Message de Lam Lê et La Clef

Andrew Lam: Our Vietnamese Hearts – The Diaspora 38 Years Later

[ndlr] A lire sur le blog du Huffington Post : l’écrivain et journaliste américain d’origine vietnamienne Andrew Lam s’interroge sur l’identité des Vietnamiens exilés qui, après la chute de Saigon il y a 38 ans, le 30 avril 1975, ont quitté leur pays pour les Etats-Unis. Sa génération, américanisée, diffère de celle de ses parents toujours enfermée dans une logique d’exilés. L’appel de la terre natale taraude les Viet Kieu et si certains ont tenté le retour pour en quelque sorte « se retrouver », d’autres, au regard de leur propre histoire, n’imaginent un retour au pays qu’avec un changement de régime politique. Andrew Lam livre ses impressions lors d’un voyage de San José à Little Saigon qui doit le mener sur le site du Mémorial de la guerre du Viêt-Nam à Westminster (photo ci-dessous).

Our Vietnamese Hearts – The Diaspora 38 Years Later

Andrew Lam

Mẹ Việt Nam ơi, Chúng Con Vẫn Còn đây (Oh Mother Vietnam, We Are Still Here)

The lyrics from this sentimental song come back to me once in a while, especially when I think of the Vietnamese Diaspora and its complicated relationship with its homeland. One bitter evening on April 30, 1976, in an auditorium in downtown San Francisco, my family and I sang it to mark our first anniversary in exile. The first of a handful of Vietnamese songs penned abroad after the end of a war that spurred an unprecedented exodus, Oh Mother Vietnam was sung the way a people who had just lost a country would sing it; that is, with tears in our eyes and a cry in our voices. Some in the audience, I remember, even wore white headbands, the kind worn at some funerals to mourn the dead.

VietnamWarMemorialWestminster
Vietnam War memorial in Westminster

Nearly four decades have passed since then. If I were to sing it now, not that I remember the lyrics entirely, I would sing it with a tone full of irony. So removed from that emotional juncture, I wonder to what extent is the song’s declaration still true? Vietnam is accessible now to the Diaspora, but to what extent are we still here for her? Who, in fact, are we?

Read more / Lire la suite : Huffington Post, 28/04/2013 ou sur The Cairo Review of Global Affairs, 22/04/2013. (pdf téléchargeable).

This essay originally appeared in the Cairo Review. Andrew Lam is editor and cofounder of New America Media, an association of more than three thousand ethnic media outlets in the United States. He is the author of Perfume Dreams: Reflections on the Vietnamese Diaspora, East Eats West: Writing in Two Hemispheres, and most recently, a collection of short stories, Birds of Paradise Lost.

1113705_ME_westminster-mayor_AJS
Tri Ta, the first Vietnamese American elected mayor of a U.S. city, in front of Vietnam War Memorial, Westminster, California, Nov. 9, 2012. © Allen J. Schaben/Los Angeles Times