Archives par mot-clé : idées politiques

« L’affaire Chu Hảo » : vieille purge systémique et nouvelle mise au pas des intellectuels au Viêt-Nam

Le 25 octobre 2018, le professeur Chu Hảo, directeur des éditions Tri Thức [Connaissances], une des maisons d’édition les plus ouvertes et les plus appréciées du pays, a fait l’objet d’une proposition de sanction disciplinaire. Cette demande du Comité central de discipline du Parti communiste du Viêt-Nam (PCV) contre un intellectuel vietnamien soulève plus généralement la question du fonctionnement de l’État-Parti sous la direction de ce parti unique. Cette mise à l’index aux allures d’accusation publique a provoqué un certain émoi chez les intellectuels vietnamien et une vive réaction chez de vieux compagnons de route du parti. Ainsi, l’écrivain Nguyen Ngoc, le professeur Mac Van Trang, ou d’autres comme Tran Nam ont pris la décision de quitter le PCV en signe de protestation. L’intéressé lui-même a décidé le 26 octobre de rendre sa carte du PCV. Retour sur une affaire qui provoque des remous jusque dans les milieux universitaires étrangers.

Depuis le début des années 2010, marquées par une série de manifestations antichinoises (été 2011, été 2014, juin 2018), le PCV a renoué avec ses vieux démons : celui de la purge politique et de la double répression policière et judiciaire.

Une manœuvre systémique

Sur un plan historique, cette dimension du pouvoir communiste vietnamien n’est pas une surprise, elle est systémique. Le maintien du Parti au pouvoir sur une si longue période (depuis 1945 au Nord et depuis 1975 pour le Sud) est en grande partie dû à sa capacité à exclure et neutraliser, de fait, à réduire au silence toute dissension interne au sein de l’appareil. La récente directive 102-QĐ/TW du 15 novembre 2017 du Comité central sur la discipline de parti va dans ce sens1. La lutte extérieure contre les opposants politiques (nationalistes, trotskistes, monarchistes), laminés au fil des décennies, a laissé place à une lutte interne au parti. Au cours de l’histoire de la République Démocratique du Viêt-Bam (1945-1976), ce fut le cas à plusieurs reprises : en 1948 lors de l’affaire H122 contre le « Quốc dân Đảng » [Parti nationaliste]2, en 1956-1960 lors de la mise au pas des intellectuels répression des périodiques Nhân Văn (Humanisme) et Giai Phẩm (Belles Lettres)3, en 1967 lors de l’affaire dite du « révisionnisme anti-parti » visant à éliminer les partisans d’une coexistence pacifique avec le Sud, en 1972 avec l’éviction de Vo Nguyên Giap du Polit-Buro4. Et des exemples moins connus pourraient être multipliés.

Après la réunification, ce processus permanent de la purge léniniste s’est poursuivi et s’est élargi aux forces dites « réactionnaires », à tous les mouvements opposés directement ou indirectement à une « nord-malisation » politique du Viêt-Nam. Ce fut le cas notamment des anciens du Front national de libération du Sud Viêt-Nam juste après la « libération » puis du Club des résistants du Sud en 1988 autour de Nguyên Hô (1916-2009). Ce fut également le cas du général Trân Dô (1923-2002), figure emblématique de l’exigence d’une transformation politique vers la démocratie ou du colonel Trân Anh Kim (né en 1949), toujours emprisonné pour ses prises de positions politiques. La liste est longue et devra être un jour établie par les chercheurs pour analyser finement les ressorts du fonctionnement du PCV face à sa propre évolution. Sous couvert de luttes de faction (nord/sud) et de campagnes contre la corruption (visant les groupes d’intérêt politico-économiques), la purge interne revêt une dimension systémique du pouvoir vietnamien permettant au PCV d’unifier ses troupes dans le but de se maintenir au pouvoir5. Cette dimension est visible et comptable à travers les procès politiques à répétition et lisible à travers le vocabulaire spécifique employé par les dirigeants, les idéologues et les instances judiciaires de l’État-Parti.

Ennemi intérieur et sables mouvants

La rhétorique de l’ennemi intérieur n’est certes pas nouvelle mais elle a pris ses dernières années une certaine vitalité6. Est-ce à dire que le pouvoir se sent menacé ? Il faut en effet revenir aux années 1990 soit deux décennies en arrière pour voir resurgir les vieux concepts de « phản động » [réactionnaire], « lật đổ chính quyền nhân dân » [renversement du pouvoir populaire] et ceux de « diễn biến hòa bình » [évolution pacifique] aujourd’hui transformé en « tự diễn biến », « tự chuyển hóa » [auto-évolution, auto-transformation]7. Or, ces expressions sont en elles-mêmes très floues comme le démontre l’analyse de l’avocat Lê Công Dinh à propos de l’accusation de « renversement du pouvoir populaire » dont il fut lui-même accusé en 2010, permettant tous les abus8. Le terme d’auto-évolution n’a également rien de précis car la « ligne rouge », celle que tout citoyen doit respecter et ne pas dépasser, est strictement définie par le Parti. Cette ligne est par ailleurs toujours mouvante laissant tout le loisir aux forces de sécurité de vous faire basculer ou non dans ces « sables mouvants rougeoyants ».

Éduquer le peuple, sur les pas de Phan Châu Trinh

En s’attaquant au professeur Chu Hảo et sa maison d’édition, le PCV cherche la mise au pas des intellectuels dans un contexte de contestation sourde d’une mainmise chinoise (économique et politique) sur le pays. Le pedigree du professeur Chu Hảo mérite d’être rappelé ici pour mesurer la profondeur de la mesure disciplinaire à venir. Né le 15 mai 1940 dans la province de Bac Giang, Chu Hảo est le fils de Chu Dinh Xuong, ancien directeur du Département de la sécurité publique du nord en 19459. Son père fut ensuite Directeur adjoint du département de la sécurité publique pour la région centre, puis directeur du département de la police de région sud du centre du pays, avant de changer de ministère et devenir chef du bureau du ministère de la Culture. En clair, Chu Hảo est un enfant de la révolution d’août. Formé à l’école de Pékin puis de Moscou, il a la particularité d’avoir suivi une scolarité très jeune en Chine populaire pendant cinq ans puis en 1960 en URSS à l’université polytechnique de Kiev. Il fut diplômé de cette université en 1965 puis resta en URSS jusqu’au grade de docteur adjoint (équivalent du niveau Master 2). De 1976 à 1979, Chu Hảo enseigne à l’université polytechnique de Hanoi puis se rend en France pour faire sa thèse. Doctorat en poche, il peut gravir les échelons en devenant Professeur des universités. A partir du milieu des années 1980, il dirige plusieurs organe dédiés à la recherche technologique et fut en 1996 nommé Vice-ministre des sciences et de la technologie du Viêt-Nam. A la retraite en 2005, il consacra celle-ci à son nouveau métier d’éditeur et de promoteur d’idées nouvelles et de connaissances de base au public vietnamien. Autrement dit, son parcours ne le prédestinait pas à devenir l’actif défenseur de l’intelligence du peuple promue par le lettré Phan Châu Trinh.

La culture contre l’ignorance, l’élévation intellectuelle comme condition du progrès social. Tels pourraient être les ambitions qui guident les choix éditoriaux des éditions de la Connaissance. [FG]

« Discipliner » le monde des idées

Le 25 octobre dernier, la Commission centrale d’enquête du PCV a donc recommandé « d’examiner et d’appliquer des mesures disciplinaires pour violations graves » de la discipline de parti10. Il est reproché à Chu Hảo d’agir à l’encontre des directives du parti et de l’État communiste. Le texte du parti mentionne : « En tant que directeur – rédacteur en chef, M. Chu Hảo est au premier chef responsable de la publication par la maison d’édition Tri Thuc d’un certain nombre d’ouvrages dont le contenu va à l’encontre des points de vue, des directives et de la politique du parti et de l’État, violant ainsi la loi sur la publication ; ouvrages qui devront être contrôlés, récupérés et détruits par les autorités compétentes ». Il s’agit ni plus ni moins de faire main basse sur le catalogue de la maison d’édition et de procéder à un nettoyage politique de livres considérés comme problématique11. Quels sont ces ouvrages ? Dans la ligne de mire de la Commission de contrôle sont les traductions de classiques occidentaux discutant des formes de gouvernement et de systèmes politiques. On peut citer à titre d’exemple l’essai sur la liberté du philosophe anglais John Stuart Mill (1806-1873) et d’une façon générale les ouvrages traduits de l’étranger présentant un contenu ou une réflexion politiques soit une grande partie du catalogue de cet éditeur12. Comme son nom l’indique, les éditions de la Connaissance ont pour objectif de proposer au public vietnamien des classiques des sciences sociales et de philosophie politique. On trouve parmi les auteurs traduits, familiers du public français, des études de/sur : Gaston Bachelard, Roland Barthes, Nicolas Berdiaev, Pierre Bourdieu, Noam Chomsky, Guy Debord, Gilles Deleuze, Jared Diamond, Émile Durkheim, Albert Einstein, Gustave Le Bon, Claude Lévi-Strauss, John Locke, Marcel Mauss, Jacques Monod, Edgar Morin, Friedrich Nietzsche, Jean-Jacques Rousseau, Jean-Paul Sartre, Adam Smith, Max Weber…13 soit un large corpus des idées contemporaines.

Conclusion : une chape de plomb transitoire ?

La décision disciplinaire contre Chu Hảo n’a pourtant rien d’une surprise. En effet, l’engagement de cet intellectuel pour une réforme profonde du régime est connu. Son appartenance au « groupe des 72 » lors de l’affaire de la refonte de la constitution était clair14. Il faisait partie de ces intellectuels courageux qui demandaient une évolution pacifique interne vers un régime démocratique, pluraliste et respectueux de l’humanisme vietnamien promu par le lettré moderniste Phan Châu Trinh15. Sa quasi-dissidence qu’il définissait récemment non comme une « opposition » (đối lập) mais plutôt comme une « discussion » (đối trọng [contrepoids]) ou un dialogue interne n’a pas convaincu les gardiens de l’idéologie au sein du PCV16.

En provoquant cette violente charge contre les intellectuels, le PCV s’enferre dans son marxisme-léninisme le plus conservateur, digne des années cinquante et des périodes les plus sombre du communisme vietnamien. De cette paranoïa systémique contre un ennemi intérieur mis en scène, imaginé ou réel, le parti ne saurait sortir indemne. Cette affaire confirme l’incapacité du PCV à se réformer de l’intérieur, à accepter un « dialogue interne » sur des sujets politiques clés et à se projeter dans l’avenir. Dans le même temps, elle démontre que la lutte interne engagée par Nguyên Phu Trong, le nouveau président de l’État et du Parti, entre dans une phase décisive pour les deux années à venir avant le XIIIe Congrès national de 2021. Date à laquelle toutes les questions sur le système de gouvernement seront de nouveau posées par les partisans d’une auto-évolution assumée.

FG, 30/10/2018. MàJ 13/11/2018.

Notes

  1. Texte soumis en ligne : Quy Dinh 102-QĐ/TW []
  2. Cf. Christopher E. Goscha, Intelligence in a time of decolonization. The case of the Democratic Republic of Vietnam at war (1945–50), Intelligence and National Security, 2007, Vol. 22:1, pp. 100-138 []
  3. Voir Peter Zinoman, « Nhân Văn Giai Phẩm on Trial. The Prosecution of Nguyễn Hữu Đang and Thụy An, Journal of Vietnamese Studies, Vol. 11, No. 3-4, Summer-Fall 2016, pp. 188-215 []
  4. Sur ce sujet voir les études de Sophie Quinn-Judge et de Martin Grossheim []
  5. Voir notre billet : « La lutte contre la corruption, outil politique du Politburo vietnamien« , Mémoires d’Indochine, 31/01/2018 []
  6. Voir notre article : « Vraie et fausse contre-révolution au Nord-Vietnam : de l’invention et de l’usage de ‘l’ennemi intérieur’ 1945-1967 », in Stéphane Courtois & Christopher E. Goscha (Ed.), Revue Communisme : Vietnam, de l’insurrection à la dictature 1920-2012, Paris, Éditions Vendémiaire, 2013, pp. 259-302  []
  7. Sur ces concepts, voir la rhétorique du PCV : « Tự diễn biến », « tự chuyển hóa » trong cán bộ, đảng viên và giải pháp phòng, chống, Quân Dôi Nhân Dân, 15/06/2017 et “Tự diễn biến”, “tự chuyển hóa” về tư tưởng trong cán bộ, đảng viên: Nhận diện và phòng, chống, Tap chi Công San, 22/11/2017 []
  8. Hoai Ai, Thế nào là “lật đổ chính quyền nhân dân” tại Việt Nam?, RFA Viêt, 13/04/2018 []
  9. A cette époque la sécurité publique du Viêt-Minh était engagée dans la répression du principal mouvement nationaliste d’opposition incarné par le Front Quôc Dân Dang alliance entre le VNQDD et deux partis Dai Viêt []
  10. Voir le communiqué officiel Thông cáo Báo chí Kỳ họp 30 của Ủy ban Kiểm tra Trung ương, UBKTTW, 25/10/2018 []
  11. Cette méthode rappelle les mesures prises après la chute de Saigon sur les ouvrages édités au Sud entre 1955 et 1975 []
  12. Voir en ligne : NXB Tri Thuc []
  13. Voir la photographie à la une []
  14. Voir notre analyse sur Mémoires d’Indochine : « L’affaire de la refonde de la constitution vietnamienne : fin de parti ou fin de partie ? » []
  15. Voir « Le 4/02/2013 : Une journée historique » sur Mémoires d’Indochine []
  16. GS Chu Hảo bị đề nghị kỷ luật vì ‘tự diễn biến’, BBC Vietnamese, 25/10/2018 []

« Studying Republican Vietnam: Issues, Challenges, and Prospects » – Call for papers

[ndlr] Appel à communication sur l’étude du républicanisme vietnamien. Une initiative importante pour la compréhension de la déchirure vietnamienne et ses conséquences politiques sur le long terme.

The Center for Asian-Pacific Studies and the Asian Studies Program at the University of Oregon, Eugene, OR, are pleased to announce the CALL FOR PAPERS for a Workshop on « Studying Republican Vietnam: Issues, Challenges, and Prospects, » to be held on October 14-15, 2019 at the University of Oregon, Eugene, Oregon, USA.

Abstract:

Scholarly interest in the Republic of Vietnam (RVN) has surged in the last decade. Yet Republican Vietnam is a much broader subject, ranging from the spread of republican ideas to French Indochina at the turn of the century to the memories of the RVN among the diaspora and the resurgence of interests in republican values in Vietnam today, and everything in between. We invite paper proposals from US, international and Vietnam-based scholars to address the following questions and topics:

• Vietnamese republicanism: its character, history, evolution, current status, and historical relations to communism and monarchism
• The RVN’s life and legacies: political, security, economic, social, cultural, religious and educational institutions and policies under the RVN
• The experience of the RVN in nation-building and in the struggle for democratic rule and constitutional order compared with other postcolonial contexts
• The evolution of Republican ideas, leaderships, and institutions from the First Republic (1955-63) to the Interregnum (1963-67) to the Second Republic (1967-75)
• The significance of the Republican experience in Vietnamese history; lessons from that experience
• Parallels between the civil wars of 20th-century Vietnam and earlier civil wars in Vietnamese history
• Historiography of the RVN: in today’s Vietnam, in foreign scholarship, among the diaspora
• Anticommunism in Vietnam and among the diaspora abroad: its main themes and organizations; its relationship with republicanism
• The diaspora: political, economic, cultural, religious, and educational organizations; issues of trauma, memories, and identity
• The study of the RVN and Vietnamese republicanism: challenges and prospects

Please submit your paper proposals by March 1st, 2019 to Tuong Vu, Department of Political Science, University of Oregon, at: StudyingRepublicanVietnamConf@gmail.com. Authors whose proposals are selected will be notified by April 15th, 2019. A draft of proposed papers is due by August 15th.

Paper presenters will be provided with funds for travel and accommodation during the Workshop. For updates on the Workshop, please use this link: https://caps.uoregon.edu/2018/10/08/studying-republican-vietnam/. We expect to edit and publish workshop papers with a university press.

Tuong Vu
University of Oregon, Eugene, OR 97403
http://polisci.uoregon.edu/profile/thvu/

Image « à la une » : Enveloppe Premier jour « Le Viêt-Nam dans la lutte et la reconstruction », 1966 © DR

Séminaire « Mémoires d’Indochine » 2017 : séance 1

Année universitaire 2017-2018 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Récits de vie, histoire et littérature : connexions et déconnexions

★ ★ ★

L’enthousiasme révolutionnaire

Séance 1 : mercredi 20 septembre 2017 – salle D4.070 (IAO)

La première séance de ce séminaire porte sur les enjeux de la littérature et de l’histoire. Pour en cerner les contours, nous nous appuierons sur le discours de Gao Xingjian prononcé devant l’académie suédoise le 7 décembre 2000 à l’occasion de la remise du Prix Nobel de littérature. Nous examinerons ensuite le corpus de textes traduits du vietnamien qui nourrira les différentes thématiques du séminaire.  Dans un second temps, nous décrypterons le style pédagogique du témoignage héroïque en le resituant dans la chronologie historique de la révolution vietnamienne de 1945.

Sources mobilisées :

  • Gao Xingjian, La raison d’être de la littérature, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, L’Aube poche, 2000.
  • Hoang Quoc Viet, « Peuple héroïque » [extraits], in Récits de la résistance vietnamienne, Paris, Librairie François Maspéro, Petite Collection Maspéro, 1971, p. 150-175.

Texte à lire pendant la séance :

  • Dao Phuong, « Les bicyclettes de Dien Bien Phu », in De la reconquête française à Dien Bien Phu. Témoignages et récits, 1945-1954, Hanoi, Éditions en langues étrangères, coll. Fleuve Rouge, 1985, p. 272-279.

Image « à la une » et illustration : Cach mang thang tam [La Révolution d’Août] © Archives Nationales d’Outre-Mer (ANOM). Photographies FG.

La nouvelle histoire des idées politiques [Repères 2015]

[ndlr] Cet ouvrage évoqué en séminaire est paru en avril 2015 dans la collection Repères (n° 639) des éditions La Découverte. Présentation de l’éditeur suivie de liens vers des recensions.

LaNouvelleHistoireDesIdéesPolitiquesL’histoire des idées politiques s’est longtemps résumée au commentaire savant de grands penseurs ou de grandes questions éternelles. Partout dans le monde, les entreprises de refondation se sont pourtant multipliées depuis les années 1970, portées par des approches parfois divergentes, mais s’accordant sur la nécessité de ne pas traiter les idées comme des objets désincarnés. Étrangement, ces développements n’ont eu, encore récemment, que peu de retentissement en France.

C’est à cette situation que remédie cet ouvrage. Disséquant les apports d’écoles consacrées (école de Cambridge, sémantique historique allemande, généalogie foucaldienne, histoire sociale des idées politiques bourdieusienne, etc.) et mettant en perspective des thématiques particulières (idées et milieux populaires, idées et décision publique, etc.), il offre des réponses à des questions essentielles : qu’est-ce qu’une idée politique ? Les idées politiques sont-elles le fruit du seul génie créateur de leurs auteurs ? Gouvernentelles le monde ?

Arnault Skornicki est maître de conférences en science politique à l’université Paris-Ouest-Nanterre, membre de l’ISP (Institut des sciences sociales du politique). Spécialiste d’histoire sociale des idées politiques et économiques aux XVIIIe-XIXe siècles, il est notamment l’auteur de L’Économiste, la cour et la patrie. L’économie politique dans la France des Lumières (CNRS Éditions, 2011).

Jérôme Tournadre est chargé de recherche CNRS à l’ISP (Institut des sciences sociales du politique, CNRS/université Paris-Ouest/ENS Cachan). Spécialiste de sociologie des intellectuels, des idées politiques contemporaines et des mouvements sociaux, il a publiéAu-delà de la gauche et de la droite, une troisième voie britannique ? (Dalloz, 2006) et Après l’apartheid. La protestation sociale en Afrique du Sud (PUR, 2014).

Source : La Découverte

Recensions :

Giovanni Carpinelli, « Arnault SKORNICKI et Jérôme TOURNADRE, 2015, La Nouvelle Histoire des idées politiques, Paris, La Découverte, 123 p. », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], mis en ligne le 16 septembre 2015, consulté le 03 novembre 2015. URL : http://ress.revues.org/3156

Manuel Cervera-Marzal, « Skornicki (Arnault), Tournadre (Jérôme), La nouvelle histoire des idées politiques. », Revue française de science politique, vol. 65, no 3, juin 2015, pp. 515‑516.

Arthur Hérisson, « Arnault Skornicki, Jérôme Tournadre, La nouvelle histoire des idées politiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 12 mai 2015, consulté le 03 novembre 2015. URL : http://lectures.revues.org/18003

Louis Pinto, « Arnault Skornicki, Jérôme Tournadre, La nouvelle histoire des idées politiques », Lire les sciences sociales [En ligne], mis en ligne le 22 juin 2015, consulté le 03 novembre 2015. URL : http://llss.hypotheses.org/821

Lien vers l’ouvrage en ligne sur le portail CAIRN : https://www.cairn.info/la-nouvelle-histoire-des-idees-politiques–9782707174260.htm

Peter Zinoman: Vietnamese Colonial Republican – The Political Vision of Vu Trong Phung [parution]

Zinoman_VuTrongPhung[ndlr] Une étude importante de Peter Zinoman vient de paraître. Présentation de l’éditeur.

This volume is a comprehensive study of Vietnam’s greatest and most controversial 20th century writer who died tragically in 1939 at the age of 28. Vu Trong Phung is known for a remarkable collection of politically provocative novels and sensational works of non-fiction reportage that were banned by the communist state from 1960 to 1986.

Leading Vietnam scholar, Zinoman, resurrects the life and work of an important intellectual and author in order to reveal a neglected political project that is excluded from conventional accounts of modern Vietnamese political history. He sees Vu Trong Phung as a leading proponent of a localized republican tradition that opposed colonialism, communism, and unfettered capitalism—and that led both to the banning of his work and to the durability of his popular appeal in Vietnam today.

Contents

List of Illustrations
Acknowledgments

Introduction
1. Sources of Vu Trong Phung’s Colonial Republicanism
2. Capitalism and Social Reform
3. The Question of Communism
4. The Crisis of Vietnamese Sexuality
5. Banning Vu Trong Phung
Conclusion

Notes
Bibliography
Index

Peter Zinoman is Professor of History and Southeast Asian Studies at the University of California, Berkeley; author of The Colonial Bastille: A History of Imprisonment in Vietnam, 1862-1940 (UC Press, 2001); and cotranslator of Dumb Luck: A Novel by Vu Trong Phung.

* * *

Reviews

« Vietnamese Colonial Republican is the best single study of a major twentieth-century Southeast Asian writer, and his critical relationship to both the colonial and postcolonial eras, known to me. It offers an unsurpassed discussion of the complexities of colonial modernity and their troubled Cold War aftermath. » —Alexander Woodside, author of Community and Revolution in Modern Vietnam

« Peter Zinoman and Vu Trong Phung are two gadflies who were meant for each other. In this wonderfully researched and beautifully crafted biography, Zinoman introduces us to the short productive life and extraordinary times of modern Vietnam’s greatest writer. Vu Trong Phung’s social critiques earned him the opprobrium of communists and colonialists in the 1930s, but the themes he explored remain as relevant today as ever. And as always, Zinoman argues provocatively: Phung serves as a case study in how French Republicanism worked itself out in fascinating ways in the empire. Neither Zinoman nor his subject disappoint. » —Christopher Goscha, author of Going Indochinese: Contesting Concepts of Space and Place in French Indochina.

« In Vietnamese Colonial Republican, Peter Zinoman gives three important contributions to the study of modern Vietnam. First, he proposes a new interpretation of debates among intellectuals in the interwar period; his exposition of ‘colonial republicanism’ is a fresh and compelling alternative to the version of modern politics that primarily focuses upon the Vietnamese communists. Second, his analysis of the work of Vu Trong Phung greatly expands our view of literature, thought, and culture in the 1930s. Third, his discussion of ‘reform communism’ offers a fresh vantage on Hanoi politics in the late 1950s. This professionally documented work is clear and readable, yet full of substance. » —Keith Weller Taylor, author of The Birth of Vietnam.

Source : University of California Press