Archives par mot-clé : Hun Sen

[brève] Cambodge : Vers une dynastie politique ?

Le fils du Premier ministre a été désigné comme candidat de son parti pour les prochaines élections législatives. Les dirigeants au pouvoir nient toute forme de népotisme.

Le fils du Premier ministre Hun Sen, Hun Many, a été désigné comme candidat aux prochaines élections législatives prévues pour juillet prochain, indique le quotidien The Cambodia Daily. D’autres fils de dignitaires du régime sont également présents sur les listes du Parti du Peuple Cambodgien (PPC), notamment Dy Vichea, le fils de l’ancien chef de la police et gendre de Hun Sen. Le fils du ministre de l’Intérieur et celui du vice-Premier ministre sont également candidats.

Cambodge_PPC
Un militant du PPC, le Parti du peuple cambodgien de Hun Sen, arbore un drapeau aux couleurs du parti dans les rues de Siem Reap.
© 2008 Reuters

Niant toute forme de népotisme, le député Cheam Yeap a justifié ce choix : « Les enfants des dirigeants du PPC sont talentueux et détiennent un master. » Ils seront capables, selon lui, de diriger le pays et de le conduire sur la route du développement.

Le PPC contrôle aujourd’hui 90 des 123 sièges de l’Assemblée nationale.

Source : Courrier International, 22/02/2013.

[AFP] Cambodge: crise financière au tribunal pour les Khmers rouges

Les Khmers rouges, au pouvoir entre 1975 et 1979, ont mis en place une dictature violente, faisant près de deux millions de morts. © Archives / Reuters.

 

Didier LAURAS
Agence France-Presse
PHNOM PENH

Ereinté par les critiques depuis son premier jour, le tribunal de Phnom Penh pour les Khmers rouges a surmonté toutes les épreuves, mais celle qu’il affronte actuellement menace en théorie jusqu’à son existence: il n’a plus d’argent.

Le budget 2013 n’a toujours pas été voté par les bailleurs de fonds, qui demandent au Cambodge un effort supplémentaire avant d’eux-mêmes augmenter leur participation.

Les employés étrangers ont été officiellement reconduits jusqu’à l’été. Mais depuis le 1er janvier, quelque 270 employés cambodgiens travaillent sans contrat. Ils n’ont pas été payés depuis novembre.

La cour doit trouver environ 9,5 millions de dollars. Une somme modeste sur le papier, mais une fortune compte tenu des relations tourmentées entre les donateurs et le gouvernement de Phnom Penh, accusé de ne rien faire pour sauver une juridiction qui juge les plus hauts responsables du régime de Pol Pot (deux millions de morts entre 1975 et 1979).

«Il y a une certaine lassitude des bailleurs qui se battent pour financer le tribunal et ont parfois l’impression que le gouvernement n’est pas pleinement mobilisé sur le sujet», constate un diplomate étranger. «Personne ne semble avoir d’argent pour payer».

D’autres sources évoquent un bras de fer malsain entre les bailleurs et le gouvernement de Hun Sen, un ex-Khmer rouge devenu premier ministre en 1985. «Il y a deux voitures lancées l’une contre l’autre à pleine vitesse pour voir qui tournera et évitera l’accident», ironise un cadre étranger du tribunal.

Entré en fonction en 2006 après des années de négociations, le tribunal a essuyé toutes les critiques. Corruption, pression politique sur les dossiers, lenteur des procédures au risque de voir mourir les trois derniers accusés, tous octogénaires, avant que justice soit rendue.

Lire la suite, La Presse, 10/02/2013