Archives par mot-clé : Hun Sen

Bruno Philip : Hun Sen verrouille son emprise sur le Cambodge [Le Monde]

[ndlr] Dimanche 29 juillet 2018 : élections législatives au Cambodge. La démocratie verrouillée. Articles de Bruno Philip, envoyé spécial du Monde à Phnom Penh.

Cambodge : forte participation aux législatives, le parti au pouvoir revendique la victoire

La participation est de 82 %. Le premier ministre, Hun Sen, au pouvoir depuis trente-trois ans, a annoncé sur Facebook une « victoire écrasante ». Le nombre de bulletins blancs ou nuls sera à scruter.

Lire la suite : Le Monde, 29/07/2018.

Hun Sen verrouille son emprise sur le Cambodge

Le principal parti d’opposition et la presse libre ont été interdits pour garantir une nouvelle victoire électorale du premier ministre.

Après trente-trois ans au pouvoir, le premier ministre cambodgien, Hun Sen, semble indéboulonnable. Ce qui ne l’empêche pas de serrer la vis de ses concitoyens : à l’approche des élections législatives du dimanche 29 juillet, le maître du pays a en effet pris toutes les précautions pour assurer la victoire de sa formation, le Parti du peuple cambodgien.

Fin 2017, il a fait dissoudre, par le biais d’un jugement de la Cour suprême, le plus grand parti d’opposition, le Parti du sauvetage national du Cambodge (PSNC), sous prétexte qu’un de ses chefs, Kem Sokha, était en train de préparer un « complot » contre le gouvernement avec l’aide des États-Unis. M. Kem est en prison depuis septembre 2017 et risque une très lourde peine de prison. Le cofondateur du PSNC, le franco-cambodgien Sam Rainsy, a dû se résoudre à l’exil en France.

Lire la suite : Le Monde, 28/07/2018.

Cambodge : fausse démocratie, vraie tyrannie

Le premier ministre à poigne et ancien Khmer rouge Hun Sen, devenu le meilleur « client » de Pékin dans la région, garde le champ libre pour les élections législatives du 29 juillet.

Lire la suite : Le Monde, 29/06/2018.

Voir aussi :

Illustration « à la une » : Le premier ministre cambodgien, Hun Sen, lors d’un discours aux ouvriers d’une manufacture de textile, dans la province de Kandal, le 30 mai 2018 © Samrang Pring / Reuters

Vong Sokheng : French responsible for Viet migration, says Hun Sen [Phnom Penh Post]

[ndlr] Sortie remarquée du Premier ministre cambodgien sur les migrations de Vietnamiens au Cambodge. Article de . L’information a été reprise par une partie de la presse vietnamienne.

Prime Minister Hun Sen said yesterday he was not responsible for the presence of Vietnamese people in Cambodia, explaining that many immigrants put down roots here after the French colonial authorities brought them in to work on their rubber plantations.

A fluent speaker of Vietnamese, Hun Sen was installed in power during Vietnam’s occupation of the country in 1985 and has battled claims of subservience to the country’s historical enemy, including turning a blind eye to rampant illegal immigration.

During a speech in Tbong Khmum province, which borders Vietnam and has long had one of the country’s highest concentrations of rubber fields, Hun Sen called on younger generations to educate themselves on the history of migrations from Vietnam.

“The Vietnamese people did not come and live in Cambodia during the present time; the French brought them here,” Hun Sen said after officially unveiling a new paved road in the newest province.

Lire la suite : The Phnom Penh Post, 03/11/2016.

Voir également :

Images « à la une » : Hun Sen, le Premier ministre du Cambodge © Reuters (vue sur Tuoi Tre).

 

Cambodge : nouvel exil pour le chef de l’opposition menacé d’emprisonnement [Le Monde]

[ndlr] Retour des tensions et violences politiques au Cambodge. Nouvel exil pour le chef de l’opposition. Article de François Bougon, chef adjoint au service International.

Pour le chef de l’opposition cambodgienne, Sam Rainsy, c’est un scénario bien connu. Pour la quatrième fois dans sa carrière, il a choisi le chemin de l’exil pour échapper à la prison. La fois précédente, cela avait duré quatre ans, entre 2009 et 2013. « En France, pays de Victor Hugo et de Charles de Gaulle, beaucoup se sont exilés et ont attendu des jours meilleurs », explique au Monde Sam Rainsy, dans son appartement parisien.

Nouvelle illustration de la dégradation du climat politique après plus d’un an d’une ouverture timide dans cette démocratie particulière, la justice a ressorti une vieille affaire de diffamation puis l’a accusé de complicité de « complot », ce qui pourrait l’envoyer derrière les barreaux pendant plus de dix ans. Le jour même où il devait reprendre l’avion en direction du Cambodge depuis la Corée du Sud, le Parlement levait son immunité parlementaire. Mardi 1er décembre, un tribunal de Phnom Penh a convoqué Sam Rainsy pour un nouveau dossier de diffamation.

La fin de la « culture du dialogue »

Lire la suite : Le Monde, 07/12/2015.

Bernard Formoso : Les élites cambodgiennes sous l’ère du Cambodian People Party [CASE]

Séminaire général

animé par Andrée Feillard et Rémy Madinier

Sociétés d’Asie du Sud-est : permanences et mutations

Logo_CASE

Jeudi 16 janvier 2014

Bernard FORMOSO, LESC-Paris X Nanterre

CPP

Les élites cambodgiennes sous l’ère du Cambodian People Party

Le Cambodian People Party, faisant suite au Kampuchean People’s Revolutionary Party, contrôle le pays sur un mode hégémonique et autoritaire depuis 1979. Il s’est progressivement transmué en une vaste structure clientéliste pyramidale dont les réseaux se ramifient jusqu’au plus profond des zones rurales. Cette communication analyse la manière dont les anciens leaders khmers rouges pro-vietnamiens ont négocié un virage radical dans les années 1990 en formant une nouvelle élite qui condense pouvoir politique, économique et médiatique, en étroite collusion avec un cercle restreint d’entrepreneurs affairistes. Cette adaptation s’est accompagnée d’un intense travail de légitimation du pouvoir qui joue sur des ressorts culturels dont nous proposerons l’analyse.

 

Le jeudi de 10 heures à 12 heures. Salon du premier étage
Maison de l’Asie, 22 avenue du Président Wilson, 75016 ParisM° Iéna ou Trocadéro

Cambodge année 2013 : les analyses d’Eglises d’Asie

CambodiaNationalFlag[ndlr] L’année 2013 fut particulièrement riche en événements politiques au Cambodge : funérailles nationales de SAR Norodom Sihanouk (1er février), retour d’exil de Sam Rainsy, élections législatives du 28 juillet, manifestations politiques de l’opposition, grèves et manifestations des ouvriers du textile… Pour faire un point général sur la situation chaotique de ces derniers mois, on peut lire les analyses pertinentes de la revue Églises d’Asie (rubrique « Pour approfondir ») qui suit régulièrement l’actualité de ce pays.

* * *

  • POUR APPROFONDIR – Le point sur l’actualité politique et sociale du 20 novembre au 31 décembre 2013

L’actualité politique des derniers mois s’est focalisée sur l’opposition grandissante entre le PSNC (Parti du Salut National Cambodgien, dirigé par Sam Rainsy et Kem Sokha) et le PPC (Parti du Peuple Cambodgien, dirigé par Hun Sen, Premier ministre), qui gouverne seul le pays. Le mouvement de grève qui anime l’ensemble des ouvriers et ouvrières des usines textiles s’inscrit dans le mouvement général de protestation initié par les élections du 27 juillet, même s’il n’a pas été suscité directement par l’opposition : c’est un ras-le-bol général contre l’injustice, le népotisme, la corruption qui sévissent dans tous les secteurs du pays.

Lire la suite : EDA, 07/01/2014.

* * *

  • POUR APPROFONDIR – Le point sur l’actualité politique et sociale du 1er octobre au 21 novembre 2013

Le bras de fer entre le Parti du Peuple Cambodgien (PPC), qui a officiellement gagné les élections du 28 juillet dernier, et le Parti de Salut National Cambodgien (PSNC), qui s’estime vainqueur, continue. Après avoir boycotté l’ouverture de la 5ème législature (23 septembre), les 55 députés de l’opposition organisent des manifestations populaires pour tenter de délégitimer le nouveau gouvernement sur le plan intérieur, et Sam Rainsy tente de le délégitimer à l’extérieur.

Lire la suite : EDA, 22/11/2013.

* * *

  • POUR APPROFONDIR – Le point sur l’actualité politique et sociale du 24 août au 1er octobre 2013

Le 25 août, sur ordre du Conseil constitutionnel du Cambodge (CCC), le Comité national électoral (CNE) remet officiellement les documents électoraux de la province de Kratié : 8 des 13 boîtes de « sécurité A » (la plus haute) ne sont pas scellées. Dans les 13 boîtes, les chiffres sont différents de ceux communiqués aux différents partis. Le 30 août, 12 boîtes semblables de la province de Siemréap sont ouvertes : 7 étaient déchirées ou mal scellées. Le CNE reconnaît les faits, qu’il attribue au peu de formation des présidents de bureaux de vote. Au minimum, cela démontre l’incompétence du CNE. Le CCC demande que les membres du CNE fautifs soient l’objet d’un blâme, mais non punis. Le CNE n’envisage pas pour autant de changer les résultats.

Lire la suite : EDA, 02/10/2013.

* * *

  • POUR APPROFONDIR – Le point sur l’actualité politique et sociale du 1er juillet au 20 août 2013

Le soir même des élections législatives du 28 juillet, le ministère de l’Information donne les résultats – provisoires – du vote : le PPC (Parti du Peuple Cambodgien) est vainqueur avec 68 députés (sur 123), le Parti du Salut du Peuple Cambodgien (PSPC) arrive en seconde position avec 55 députés.

Lire la suite : EDA, 26/08/2013.

* * *

  • POUR APPROFONDIR – Le point sur l’actualité politique et sociale du 12 mai au 30 juin 2013

Bien que la campagne électorale n’ait commencé que le 27 juin, l’activité politique des deux derniers mois a été dominée par la préparation des élections à venir. Le PPC (Parti du Peuple Cambodgien), au pouvoir depuis 1979, spécialement le Premier ministre, s’est particulièrement distingué par sa violence verbale. En revanche, l’opposition, spécialement le PSNC (Parti du Salut National du Cambodge, fusion du PSR et du PDH), s’est honorée par sa retenue.

Lire la suite : EDA, 08/07/2013.

* * *

  • POUR APPROFONDIR – Le point sur l’actualité politique et sociale du 26 mars au 11 mai 2013

La préparation des élections du 28 juillet prochain domine désormais toute la vie politique cambodgienne. Un comité des droits de l’homme composé de parlementaires de 162 pays propose un texte au Conseil de l’Union interparlementaire, dont le Cambodge fait partie, qui demande à ce que Sam Rainsy puisse participer aux futures élections. Le porte-parole du gouvernement cambodgien répond par la négative, car Rainsy a été condamné par une justice indépendante.

Lire la suite : EDA, 15/05/2013.

* * *

  • POUR APPROFONDIR – Le point sur l’actualité politique et sociale du 18 février au 25 mars 2013

Le Parti du Salut National Cambodge (formé par la fusion du Parti Sam Rainsy et du Parti des Droits de l’Homme, de Khem Sokha) tiendra son premier congrès en avril dans lequel il annoncera sa plateforme politique et ses candidats en vue des élections de juillet prochain. Il promet d’ores et déjà d’augmenter les salaires des ouvriers à 150 dollars, ceux des fonctionnaires à 250, ainsi que de donner une retraite de 10 dollars mensuels aux personnes de plus de 65 ans. Il se propose de trouver l’argent en taxant les casinos et les concessions de terrains, ainsi que par la suppression de la corruption.

Lire la suite : EDA, 27/03/2013.

* * *

  • POUR APPROFONDIR – Le point sur l’actualité politique et sociale du 28 décembre 2012 au 13 février 2013

Cent quatre jours après le décès du roi Sihanouk, sa dépouille mortelle a été solennellement transportée du palais royal au crématoire construit spécialement à cet effet sur la place du Méru (Résidence des Divinités), devant le musée national. Un cortège de plus de 4 000 personnes, tous en chemise blanche et pantalon ou jupe noir, l’accompagnait : les hauts dignitaires du Royaume étaient assis dans la mythique Angsar, l’Oie sacrée, véhicule royal, aux côtés de la famille de l’ex-monarque. Suivait le cercueil dans sa chasse dorée, couverte de fleurs de jasmin, puis de l’urne de marbre de Pursat dans laquelle seront déposées une partie de ses cendres.

Lire la suite : EDA, 20/02/2013.

* * *

Cambodge: une marée humaine pour réclamer le départ de Hun Sen [RFI]

Au Cambodge, l’opposition a gagné son pari en réunissant la plus importante manifestation depuis les élections législatives de juillet, dont elle conteste sans relâche les résultats. Une longue marche conduite sans incident dans la capitale, ce dimanche 29 décembre, a donné la mesure de cette contestation. Reportage.

Sam Rainsy (centre D), président du CNRP, et Kem Sokha, vice-président du CNRP (centre G) pendant la manifestation. Phnom Penh, le 29 décembre 2013. © Reuters / Stringer
Sam Rainsy (centre D), président du CNRP, et Kem Sokha, vice-président du CNRP (centre G) pendant la manifestation. Phnom Penh, le 29 décembre 2013. © Reuters / Stringer

Lire la suite : RFI, 29/12/2013.

Sam Rainsy: « The Truth Will Prevail »

RFA_logo[ndlr] Plus d’un mois après la proclamation officielle des résultats, le feuilleton sur les élections cambodgiennes se poursuit. Dans un court message diffusé sur Radio Free Asia (17/10/2013), Sam Rainsy, le principal opposant d’Hun Sen, entend maintenir une forte pression pour obtenir une enquête sur les irrégularités qui ont marquées le déroulement des élections du 28 juillet dernier.

Opposition leader Sam Rainsy says he will fight for an investigation into disputed elections in Cambodia.

A lire sur Mémoires d’Indochine :