Archives par mot-clé : Ho Chi Minh-Ville

Déchets plastiques, du visible à l’invisible (Ho Chi Minh-Ville – IRD, 2018)

[ndlr] Signalement du travail du Centre asiatique de recherche sur l’eau à Ho Chi Minh-Ville. Une importante leçon d’écologie.

D’après une publication du Dr Jenna Jambeck, tous les ans, entre 4 et 12 millions de tonnes de déchets en matière plastique rejoindraient les océans de la planète, une conséquence de la mauvaise gestion des déchets ménagers par les populations côtières. À Ho Chi Minh Ville, capitale économique du Vietnam avec plus de 8 millions d’habitants, un programme de recherche est né de la prise de conscience d’une scientifique de l’Institut de recherche pour le développement. Pour la première fois l’impact des plastiques sur une rivière tropicale d’un pays émergent est documenté.

Réalisation : Jean-Michel BORÉ – IRD IMAGES. Avec la participation de NGUYEN Phuong Anh – IRD Vietnam. Conseils scientifiques : Émilie STRADY, Géochimiste des milieux aquatiques UMR IGE – IRD / CARE KIEU LE Thuy Chung, Enseignante-chercheuse HCMUT-GEOPET/CARE Durée : 7’40 Année : 2018 Sous-titrage : français & anglais Production : IRD images

Pham Nguyen Thuy An : La privatisation d’une métropole mutante (Saigon South, 1996-2017) [thèse]

[ndlr] Avis d’une soutenance de thèse sur Hô Chi Minh-Ville.

Soutenance de thèse de

Thuy An PHAM NGUYEN

« La privatisation d’une métropole mutante (Saigon South, 1996-2017) »

 

sous la direction de Christian Pédelahore de Loddis  / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Lieu : ENSA Paris-La Villette, 114 avenue de Flandres – 75019 Paris

Date : 29 mars 2018, 15h

Jury :

  • DELEUIL Jean-Michel, HDR, Professeur des universités, INSA de Lyon,
  • DOUADY Clément Noel, Architecte urbaniste,
  • GIBERT-FLUTRE Marie, docteur,  maître de conférences, Université Paris Diderot, UFR LCAO,
  • GOLDBLUM Charles, HDR, professeur émérite, Université Paris 8,
  • MAZZONI Cristiana, HDR, professeur ENSA de Strasbourg,
  • PEDELAHORE DE LODDIS Christian, Professeur des ENSA, HDR,
  • PICON-LEFEBVRE Virginie, HDR, professeur ENSA Paris-Belleville

Résumé de la thèse : Ho Chi Minh-Ville (Saigon) est reconnue universellement en tant que ville historique végétale et hydraulique. Trente ans après le lancement de la politique de Renouveau (1986), elle s’est transformée en une métropole trépidante de plus de 10 millions d’habitants faisant face à une urbanisation accélérée, tant horizontale que verticale. Alors que son centre est métamorphosé par la construction de nombreuses grandes tours résidentielles, commerciales et de bureaux, ses territoires périurbains et ruraux s’urbanisent et se modernisent par le biais des Nouvelles Zones Urbaines (KDTM) construites depuis 1996.

Dans cette fabrique spatiale concrète, les interventions des investisseurs et opérateurs privés jouent un rôle déterminant. Ils sont actuellement des acteurs clés des KDTM qu’ils orientent vers un cadre de vie mondialisé en direction des classes aisées. Cependant ces nouveaux quartiers ne correspondent pas toujours à leurs objectifs initiaux, ni même à leurs concepts et à leur communication publicitaire. Cet écart découle en premier lieu d’une gestion urbaine hiératique. Les textes officiels et les plans directeurs sont encore trop peu consolidés, les autorités municipales et locales ne contrôlant dans les faits que difficilement une expansion métropolitaine galopante.

A partir de recherches documentaires, cartographiques, photographiques et d’analyses in situ et in vivo, la thèse traite la question centrale des modalités de privatisation des KDTM de 1996 à nos jours. Elle met en lumière les modes opératoires de la production urbaine des acteurs privés ainsi que les effets en retour des KDTM sur les mutations spatiales et sociétales de la grande métropole économique du Vietnam.

Source : Pascal Fort (IPRAUS, umr AUSser 3329)

Marie Gibert-Flutre : Repenser la production des espaces publics contemporains au Vietnam. Réflexions à partir de Hồ Chí Minh Ville

[ndlr] Deux interventions à ne pas manquer.

La prochaine séance du séminaire « France-Vietnam : un portail entre les cultures » se tiendra le vendredi 9 février, de 16h à 18h, en salle d’Histoire de l’École normale supérieure (45 rue d’Ulm, 75005 Paris)

Repenser la production des espaces publics contemporains au Vietnam. Réflexions à partir de Hồ Chí Minh Ville
par Marie Gibert-Flutre (UMR Cessma, UFR de Langues et Civilisations de l’Asie Orientale, Université Paris-Diderot)

L’échec des efforts de paix en 1946 : qui est Hô Chi Minh ?
par Nguyen Thi Tu Huy (Laboratoire du Changement Social et Politique, URF Sciences Sociales, Université Paris Diderot)

Affiche TransferS 9 février 2018

Entrée libre dans la limite des places disponibles
En raison du plan Vigipirate prévoir une pièce d’identité pour l’accès à l’ENS

Séminaire « France-Vietnam : un portail entre les cultures » organisé par Mme Nguyễn Giáng Hương (BnF) en collaboration avec le labex TransferS

Affiche programme France Vietnam 2017-2018

Image « à la une » : l’espace public vietnamien, Hô Chi Minh-Ville © Marie Gibert-Flutre

Saigon River : colloque de restitution du projet – Hô Chi Minh-Ville 16-17 octobre 2017

[ndlr] Manifestation scientifique France – Viêt-Nam.

Les lundi 16 et mardi 17 octobre 2017, François Guillemot a participé au colloque de restitution du Projet Saigon River. Celui-ci s’est déroulé à l’Université Polytechnique (Dai Hoc Bach Khoa, 268 Ly Thuong Kiet, District 10) à Hô Chi Minh-Ville.

Son intervention, préparée avec Estelle Senna et Laurent Gédéon, s’est appuyée sur deux contributions de la plateforme Virtual Saigon dans le cadre du premier axe du projet : « Évolution de l’hydrosystème de la rivière Saigon en lien avec le développement de la mégalopole d’Hô Chi Minh-Ville ».

La première communication portait sur les défis de l’eau au cours de l’histoire de Saigon prise dans un temps long à travers trois moments clés (l’apport de la marine française, l’urbanisation et la gestion de l’eau sous la colonisation, l’industrialisation du tissu urbain et ses possibles interactions avec le fleuve). La seconde présentait la mise en place du WebSIG dédié au projet, un outil collaboratif de partage des approches scientifiques et des résultats élaboré par Estelle Senna, géomaticienne à l’IAO : http://www.space-in-asia.net/saigon-river/

Abstract 1

The history of Saigon on the long term is closely linked to the river that shares its name. This communication focuses on three main aspects of the interactions between the town and its water network. The first part examines some key elements of the urban history of Saigon. The city’s shape is due to the French military presence in Cochinchina. In 1790, Gia-Dinh is redesigned as a citadel on the Saigon River, and there are still traces in the current urban morphology of the ancient canals. But the master plan is really drawn decades later. From 1862, the French Navy design and build Saigon, as the main naval base and capital for the conquered Cochinchina. The second part presents how the civilian power inherits of this grown-up city, at the turn of the century. The historical archives reveal new concerns and approaches in the management of water. A micro-historical approach allows seizing the making of the city « seen from the bottom ». The construction of the current area of Ben Thanh Market on the Boresse marsh in the early 20th century appears as a good case study. The issues of the early twentieth century echoes, to a certain extent and on different scales, that of the beginning of the twenty-first century. Finally, the last part focuses on the economic function of the Chinese arroyo during the twentieth century. From this local experience, the perspective to nowadays industrial zones of Ho Chi Minh City, is analyzed in terms of specialization and location.

Keywords: Saigon river, urban history, canal, water network, naval base, wetland, marshes, Ben Thanh market, industrial zones, Chinese Arroyo

Abstract 2

Within the framework of the Saigon River project (funded by Région Auvergne-Rhône-Alpes – France) a WebGIS has been made ; from old maps of Saigon to coring locations, it is a digital mapping interface providing access to a part of data produced. This interactive app may then be considered as a way to share the results, but it is not its first aim. This custom-made online tool was created at the early beginning of the project to strengthen the link between the teams. Actually, if disciplines and approaches are different, the space of study is the same. The WebGIS, as “collective container”, has raised cross-disciplinary discussions, everywhere it showed unexpected spatial relations between topics.

Keywords: WebGIS, digital mapping, interactive app, collaborative work, data

Le mardi 17 octobre une présentation générale des trois axes du projet ainsi que des résultats obtenus et des perspectives de recherche a été faite par Émilie Strady (IRD Vietnam).

Pour en savoir plus sur le projet Saigon River (2015-2017) : http://virtual-saigon.net/River/Overview

Marie Gibert & Emmanuelle Peyvel : Unpacking the figure of the backpacking neighbourhood Pham Ngu Lao in the making of Ho Chi Minh city

[ndlr] Signalement d’un article très intéressant sur le quartier « routard » de Saigon.

sear-logo

Unpacking the figure of the backpacking neighbourhood Pham Ngu Lao in the making of Ho Chi Minh city

Marie Gibert (University Paris Diderot, France) & Emmanuelle Peyvel (University of Brest, France)

Abstract
Our article aims to understand the participation of the ‘backpacking neighbourhood’ Pham Ngu Lao in the current metropolization process of Ho Chi Minh City. This neighbourhood is representative
of Vietnamese ‘glocalization’. By this term, we mean the abilities of local stakeholders to benefit from the opportunities created by an increasingly global economy. These skills are reflected not only in innovations and landscape transformations to attract tourists, but also in ‘reactivations’ based on older urban practices. We question not only the production of specific urban territories through backpacking activities, but also the spatial and social inequalities they generate. By doing so, our intention is to combine tourism studies and urban studies to ‘unpack’ the figure of the backpacking neighbourhood and to go beyond the idea of urban enclaves.

Keywords
Backpacking economy, Ho Chi Minh City, local stakeholders, metropolization, tourism globalization, urban production, Viet Nam

Ref.: Gibert, M. and Peyvel, E, « Unpacking the figure of the backpacking neighbourhood Phạm Ngũ Lão in the making of Hồ Chí Minh city », South East Asia Research, first published on October 24, 2016 doi:10.1177/0967828X16674823

Source : SEAR

Image « à la une » :  Le « quartier routard » en soirée © 2014 E. Peyvel

 

Centre n° 2 des Archives nationales : Fonds du Gouvernement de Cochinchine [vidéo]

[ndlr] Présentation vidéographique du Fonds du Gouvernement de Cochinchine (en abrégé GouCouch) conservé à Ho Chi Minh-Ville au Centre n°2 des Archives nationales du Viêt-Nam. Entretiens avec les chercheurs vietnamiens Ha Minh Hong, Le Huu Phuoc et notre collègue Pascal Bourdeaux, maître de conférences à l’EPHE (Paris) sur ce fonds très riche qui s’étend sur près de 2,5 km linéaires.

The National Archives Center No.2 is taking the mission of preserving the largest number of materials in all agencies of the State Records Management and Archives Department of Vietnam.

 

Ben Valentine : Photographing the Forgotten Vietnamese Widows of Japanese WWII Soldiers

[ndlr] Signalement d’un article intéressant sur une exposition photographique de Phan Quang à Ho Chi Minh-Ville.

When we talk about Japan and Vietnam in the 1940s, we discuss World War II, invasions, colonialism, and other monumental events that unfolded in this part of the world, but sent ripples across the globe. These grand historical narratives are crude tools used to summarize — but that never fully explain — what happened. In Vietnam, as in most countries, the way we remember such histories is embedded with propaganda. The stories we don’t tell, the names we forget, the people we don’t eulogize are greater in number by far than the ones we do. Vietnamese conceptual artist Phan Quang’s new series on view at Ho Chi Minh City’s Blanc Art Space, Re/Cover, is an evocative micro-history lost to most textbooks, but important nonetheless.

In 2011, Phan began researching Vietnamese women who had children with Japanese soldiers between 1940 and 1955. Although Japan was defeated and officially left Vietnam in 1945, some soldiers stayed behind until 1954–55, when their government demanded their return. Within that short window of time, when the whole world was at war and then struggling to rebuild, some Vietnamese women and Japanese soldiers fell in love and had children. While Vietnamese history decries and demonizes the invasion, and would try to ostracize these children as the products of prostitution or rapes by invaders, Phan began to find very different stories, many of them touching stories of love and remembrance, stories that did not fit into the dominant narrative.

Lire la suite : Hyperallergic, 19/07/2016.

Phan Quang’s Re/Cover is on view at Blanc Art Gallery (57 D Tu Xuong Street, District 3, Ho Chi Minh City, Vietnam) through July 20.

Image « à la une » : Phan Quang, “Re/Cover no. 5” (2013) © Phan Quang

Seconde manifestation pour l’environnement au Viêt-Nam : un 8 mai répressif

Le 8 mai 2016, une seconde manifestation pour l’environnement au Viêt-Nam [xuống đường vì môi trường] s’est déroulée au Viêt-Nam : à Ho Chi Minh-Ville, Hanoi ou Nha Trang. La population demande des éclaircissements sur l’affaire de la pollution industrielle qui a engendré des tonnes de poissons morts sur les côtes de quatre provinces vietnamiennes.

Lors de ce « second round », la répression a été plus forte : des dizaines de manifestants ont été arrêtés et des violences policières on été rapportées. En particulier, à Ho Chi Minh-Ville, l’intervention d’une bande mafieuse dénommée « les chiens aux anneaux verts » a secondé la Sécurité publique dans sa confrontation avec les manifestants. Selon des internautes, photos à l’appui, ces hommes en civil utilisés pour créer des violences portent un anneau en plastique vert sur leur doigt.

La répression a été principalement menée par des hommes casqués en uniformes verts issus des troupes des Jeunesses de choc (ou TNXP, fondées pendant la guerre du Viêt-Nam et autrefois assignées à la logistique de guerre). L’avocat dissident Phạm Công Út a appelé à mener une action en justice contre cette unité spéciale issue des Jeunes Volontaires. Ces jeunes recrues sont habituellement chargées de la protection des touristes dans le centre-ville et mobilisées pour fluidifier la circulation aux heures de pointe. Pour témoigner des exactions de ces forces supplétives, de nombreux manifestants ont pris des photos ou filmé à l’aide de leur portables les violences qui ont émaillées le cortège pacifique.

Ces événements relancent une fois de plus la question de la loi sur le droit de manifester, l’étendue de ce droit et sa gestion par l’État-Parti. Dans un entretien avec la BBC, le député Dương Trung Quốc a souligné l’ambiguïté du droit actuel qui relève plus de la gestion de la protection de l’État-Parti que du droit des citoyens. Malgré la volonté de légiférer sur ce droit, l’équilibre entre droits des citoyens et autoprotection d’un État craignant la subversion politique semble difficile à trouver.

En guise de réponse aux demandes de transparence sur la pollution des côtes, via la télévision officielle VTV, le gouvernement a lancé cette semaine (du 9 mai au 12 mai) une opération d’envergure dénommée « Nous devons nettoyer la mer » [?!] (Hãy làm sạch biển) mobilisant quelques 4000 jeunes pour nettoyer les côtes investies par des poissons morts dans quatre provinces du centre du pays : Hà Tĩnh, Quảng Bĩnh, Quảng Trị, Thừa Thiên Huế).

Étend donné l’ampleur de la pollution et de son impact sur l’économie de la pêche dans tout le pays, le nouveau gouvernement joue sa crédibilité dans cette première crise environnementale qu’il se doit de résoudre. A défaut d’une réponse appropriée, transparente et mesurée le gouvernement donnerait du crédit à l’hypothèse du professeur Lê Viết Khuyến sur une possible volonté délibérée de saborder l’économie maritime vietnamienne à travers une « guerre géophysique » (chiến tranh địa vật lý).

On comprend à demi-mot qu’il pourrait y avoir un lien entre cette affaire de pollution et les problèmes récurrents rencontrés par la RSVN en Mer de Chine méridionale. Ainsi, en touchant l’intérêt national, une grande partie de l’économie du Viêt-Nam étant tournée vers la pêche, l’affaire pourrait prendre, à l’avenir, un tour beaucoup plus politique.

FG, MàJ 09/05/2016.

Aperçus vidéographiques et compte-rendus en ligne :


Deux policiers en civil arrêtant et frappant au visage un manifestant.


Hommes de main : arrestation musclée d’un manifestant qui tente de fuir et protestation de la foule suivie par l’agression contre un autre manifestant (peu après embarqué manu-militari).

Près de la Cathédrale de Saigon, protestation de manifestantes contre la violence exercée sur une femme et son enfant.

Un manifestant délivré des mains des forces de Sécurité par d’autres manifestants.


Arrestations de manifestants par les forces de la Sécurité publique (ici l’unité spéciale des Jeunes Volontaires). Des manifestants sont isolés, frappés et embarqués de force par des policiers en civils et des hommes de main dans des cars de tourisme.


Idem. Une technique répétée à chaque manifestation.


Ici, une première voiture noire aux vitres teintées s’arrête et un manifestant est embarqué de force à l’intérieur suivie d’une seconde voiture et d’un autre manifestant.


Cars de tourisme réquisitionnés par la Sécurité publique pour embarquer les manifestants dans les commissariats du secteur. Applaudissements et soutien solidaire des autres manifestants contre la répression.


Manifestation à Nha Trang.


Les supporters de l’équipe de football de Haiphong manifestent pour la sauvegarde des poissons : « Nous choisissons la mer, nous choisissons le poisson, nous aimons le foot ! ».

Image « à la une » : arrestation d’un manifestant par deux membres de l’unité anti-manifestation des Jeunesses de choc © Dân Làm Báo

Một ngày ở Trung tâm Lưu trữ quốc gia II [vidéo]

[ndlr] Présentation vidéographique intéressante du Centre n° 2 des Archives nationales à Ho Chi Minh-Ville. Intitulée « Un jour au Centre des archives nationales II », la vidéo offre un aperçu du travail effectué en coulisses et de la préservation des documents. Merci à l’équipe des archives pour cette initiative.

Le Centre n° II à Hô Chi Minh-Ville : comprend les archives du Gouvernement de Cochinchine (Goucoch, plus de 2435 mètres linéaires) pour la période coloniale et celle de l’État national du Viêt-Nam (1948-1955) (43 mètres).

Il comprend les archives de la République du Viêt-Nam de 1955 à 1975 (460 mètres pour la Première République, 1955-1963 ; 2 mètres pour le Conseil militaire révolutionnaire, 1963-1965 ; 15 mètres pour le Comité directeur national, 1965-1967 et 158 mètres pour la Seconde République). Pour l’ensemble de la période 1954-1975 au Sud, il détient également le Fonds du premier ministre soit 1044 mètres ainsi que de nombreux autres Fonds sur une période plus longue, par exemple le Fonds du ministère des Finances de 1940 à 1975 soit 547 mètres, celui des Douanes, 547 mètres également. Selon Nguyen Thi Thiem, conservatrice, le Centre n° 2 gère actuellement un fonds de plus de 14.000 mètres linéaires au total comprenant plus de 4000 mètres pour la période coloniale jusqu’en 1945 et plus de 4000 mètres pour la période républicaine (1955-1975).

Enfin, il comprend de nombreux Fonds sur le pouvoir révolutionnaire et le Viêt-Nam réunifié jusque dans les années 1990. En plus d’une très grande richesse documentaire, le Centre n° 2 possède des collections de cartes (plus de 30.000), de documents iconographiques (plus de 100.000 photographies) et d’images animées ainsi que 200 heures enregistrées.

Voir les inventaires (PDF) ci-après :

Réf. : Trung tâm Lưu trũ Quốc gia II, Phạm Thị Huệ (chủ biên), Sách chỉ dẫn các phông lưu trữ bảo quản tại Trung tâm Lưu trũ Quốc gia II [Guide des fonds d’archives conservés au Centre n° 2 des Archives nationales], TP. HCM, NXB Tổng hợp Thành phố Hồ Chí Minh, 2006, 600 p.

FG

Tìm lại ý tưởng 
đặt tên Thành phố Hồ Chí Minh

[ndlr] Sur l’origine de l’appellation Ho Chi Minh-Ville, retour en 1946.

TTCT- Trong một lần gặp nhau giữa giới sưu tầm tài liệu và các nhà nghiên cứu ở TP.HCM, có người nêu vấn đề: Ý tưởng đặt tên Hồ Chí Minh cho thành phố Sài Gòn xuất phát từ lúc nào?

CuuQuoc_doitentphcm_1946

Lire la suite : Tuoi Tre, 30/08/2015.