Archives par mot-clé : historiographie

« Mémoires d’Indochine » 2018 : séance 6

Année universitaire 2018-2019 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires, récits de vie en situations

★ ★ ★

« Carrying Buddy ». Près de Ben The, province de Binh Duong, au nord de Saigon, un soldat sud-vietnamien porte un frère d’arme blessé et inconscient sur ses épaules vers l’arrière du front pour le faire soigner © Associated Press, 1972.

Mémoires combattantes

Séance 6 : mercredi 7 novembre 2018 – salle de réunion R20

Les mémoires combattantes forment un corpus très important de la production livresque en péninsule indochinoise, en particulier au Viêt-Nam. Dès les années soixante, la République démocratique du Viêt-Nam (1945-1976) a édité des « mémoires de la révolution » (hồi ký cách mạng) pour inscrire le processus révolutionnaire comme fondateur de l’État et pour honorer ses acteurs. Après la guerre, des ambitions mémorielles antagonistes se sont de plus en plus affirmées. Sur le plan des mémoires combattantes, rédigées par des militaires, des révolutionnaires professionnels ou des hommes politiques, les récits apparaissent largement clivés. D’un côté, les vainqueurs élaborent une nouvelle historiographie nationale et organisent le récit mémoriel pour valider la guerre de réunification (1945-1975) et la légitimité de la direction du parti communiste. De l’autre côté, les vaincus de la guerre et les exclus du processus politique témoignent de l’existence d’une contre-histoire qui percute le récit national-communiste. Cette séance donnera un aperçu des engagements des uns et des autres.

Dans un second temps, nous écouterons trois exposés oraux avant de débattre. Chaque ouvrage présenté reprendra une thématique abordée lors des séances précédentes : la question des frontières et du banditisme au moment de la colonisation du Tonkin, la formation des révolutionnaires à Paris et l’espionnage sous la République du Viêt-Nam au Sud (1955-1975).

Textes discutés

Nguyen Cong Luan, Nationalist in the Viet Nam Wars. Memoirs of e victim turned soldier, Bloomington, Indiana University Press, 2012, p. 545-574 (Ch. 29 : « On the Viet Nam War » ; Ch. 30 : « Ever in my memory »).

Vo Nguyen Giap (général), Le haut commandement et le printemps de la victoire, Hanoi, Editions The Gioi, coll. Mémoires de guerre, 2008, p. 301-317 (Ch. X : « Quelques réflexions »).

Exposés oraux

Exposé de Thibaut Bara

  • Davis, Bradley Camp, Imperial Bandits. Outlaws and rebels in the China-Vietnam borderlands, Seattle, University of Washington Press, 
    Critical dialogues in Southeast Asian studies, 2017. 

Présentation de l’éditeur : Washington University Press

Exposé de Clémence de Gail

  • Goebel, Mickael, Paris, capitale du tiers monde. Comment est née la révolution anticoloniale (1919-1939), Paris, La Découverte, 2017. Traduit de l’anglais par Pauline Stockman.

Présentation de l’éditeur : La Découverte

Exposé de Valentin Martin

  • Bass, Thomas A., Agent Z. 21, le meilleur ennemi des Américains. Saïgon 1946-1975, Paris, Tallandier, 2010. Traduit de l’anglais (États-Unis) par Béatrice Vierne.

Présentation sur Galaxidion

Image « à la une » : Groupe de la guérilla Viêt Công traversant une rivière en 1966 (Wikipedia)

Colette Zytnicki : Traces historiques et mémoire collective

Conférence de l’historienne Colette Zytnicki (Université Toulouse – Jean Jaurès) abordant la question des « traces involontaires » et les interactions entre mémoire et histoire. Mise en ligne sur Canal U.

Mémoire et traces, séance 1 : Des archives environnementales aux archives papier, des traces mnésiques aux traces historiques, de la mémoire individuelle à la mémoire collective, de l’histoire de la terre à celle des sociétés humaines.

Références mentionnées :

Carlo Ginzburg, « Signes, Traces, Pistes. Racines d’un paradigme de l’indice », Le Débat, 1980/6, n°6.

Arlette Farge, Le goût de l’archive, Paris, Seuil / Histoire, 1989 (réédition 1997). Résumé en ligne.

Jules Michelet, Histoire de France, Livre IV, Paris, Flammarion, 1833 (réédition 1974).

Charles-Victor Langlois & Charles Seignobos, Introduction aux études historiques, Paris, Hachette, 1898.

Pierre Laborie, Le chagrin et le venin. Occupation. Résistance. Idées reçues, Paris, Bayard, 2011. Résumé en ligne.

François Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, Histoire, La librairie du XXIe siècle, 2003. Résumé en ligne.

Appel à contribution : « Histoire à vendre » – Extrême-Orient, Extrême-Occident [2019]

[ndlr] Appel à contribution lancé par la revue Extrême-Orient, Extrême-Occident.

La revue Extrême-Orient, Extrême-Occident lance un appel à contributions pour son numéro 43 sur « Histoire à vendre » à paraître à l’automne 2019. Les articles doivent être envoyés à Matthias Hayek, Pierre-Emmanuel Roux, et Isabelle Charleux (matthias.hayek@univ-paris-diderot.fr, pierreemmanuel.roux@univ-paris-diderot.fr, isacharleux@orange.fr).

Un document séparé contenant les coordonnées de l’auteur, un résumé et des mots-clés en français et en anglais, doit accompagner l’envoi du texte. Les consignes de format sont attachées en fichier joint. Les articles sélectionnés par le comité de rédaction seront soumis à deux experts (anonymement). La rédaction se réserve le droit de demander des corrections et des modifications. Les textes peuvent être envoyés jusqu’au 15 novembre 2018.

Appel à contribution pour le numéro 43 d’Extrême-Orient, Extrême-Occident

Histoire à vendre

La question de la définition de l’identité des groupes sociaux, qu’il s’agisse d’une identité nationale, locale ou régionale, se pose régulièrement dans différentes régions du monde, et plus particulièrement en Asie de l’Est, où, du Japon à la Chine en passant par les deux Corée, la Mongolie ou le Viêt-Nam, le “nationalisme culturel” semble être entré dans une nouvelle phase de renforcement. En témoigne notamment l’utilisation commerciale de l’histoire et du patrimoine historique des pays en question. Au-delà du simple constat de l’intérêt politique évident qu’il y a à mettre en avant une histoire nationale présentée le plus positivement possible, on peut légitimement s’interroger sur les enjeux actuels de ces utilisations toutes diverses dans leurs formes (expositions, commémorations, fictions, documentaires, jeux vidéos, blogs ou sites internet, reconstitutions historiques à but touristique, etc.) que dans leurs objets (figures exemplaires, minorités, victimes et héros). Plusieurs questions pourraient dès lors être posées : qui sont les utilisateurs, et quelles sont les sources des représentations historiques ? Pourquoi certaines périodes sont-elles privilégiées ? Quels sont les rôles respectifs des savants et des pouvoirs publics, des médias et des groupes d’intérêts ?

Enfin, il semble évident que ce phénomène n’est pas sans précédents
historiques eux-mêmes, et il serait intéressant de se pencher sur ces cas passés d’utilisation commerciale de l’histoire, afin de les confronter aux avatars modernes de cette pratique. Ce sont là quelques-unes des interrogations auxquelles le numéro se propose de répondre.

Christopher Goscha : The Penguin History of Modern Vietnam

[ndlr] Parution en paperback de l’ouvrage de Christopher Goscha chez Penguin à un prix abordable pour les étudiants, les voyageurs, les passionnés… Une lecture à ne pas manquer.

Notre avis : en 14 chapitres (688 p.) et basé sur une historiographie récente et nouvelle, cet ouvrage rebat les cartes de notre compréhension de l’histoire du Viêt-Nam. Au fil de son analyse multiscalaire l’auteur prend « de la hauteur » pour considérer cette histoire sous un jour nouveau. La hauteur de vue est un point clé de cette étude à la fois attractive, détachée des vieilles problématiques vietnamo-centrées ou téléologiques, et ouvrant sur de nouvelles perspectives de recherche. Pour démêler cet écheveau complexe « des Viêt Nams » entrelacés qui ont marqué l’histoire moderne et contemporaine, il fallait ce regard à la fois profond et distancié. FG

‘This is the finest single-volume history of Vietnam in English. It challenges myths, and raises questions about the socialist republic’s political future’ Guardian

‘Powerful and compelling. Vietnam will be of growing importance in the twenty-first-century world, particularly as China and the US rethink their roles in Asia. Christopher Goscha’s book is a brilliant account of that country’s history.’ – Rana Mitter

‘A vigorous, eye-opening account of a country of great importance to the world, past and future’ – Kirkus Reviews

Over the centuries the Vietnamese have beenboth colonizers themselves and the victims of colonization by others. Their country expanded, shrunk, split and sometimes disappeared, often under circumstances far beyond their control. Despite these often overwhelming pressures, Vietnam has survived as one of Asia’s most striking and complex cultures.

As more and more visitors come to this extraordinary country, there has been for some years a need for a major history – a book which allows the outsider to understand the many layers left by earlier emperors, rebels, priests and colonizers. Christopher Goscha’s new work amply fills this role. Drawing on a lifetime of thinking about Indo-China, he has created a narrative which is consistently seen from ‘inside’ Vietnam but never loses sight of the connections to the ‘outside’. As wave after wave of invaders – whether Chinese, French, Japanese or American – have been ultimately expelled, we see the terrible cost to the Vietnamese themselves. Vietnam’s role in one of the Cold War’s longest conflicts has meant that its past has been endlessly abused for propaganda purposes and it is perhaps only now that the events which created the modern state can be seen from a truly historical perspective.

Christopher Goscha draws on the latest research and discoveries in Vietnamese, French and English. His book is a major achievement, describing both the grand narrative of Vietnam’s story but also the byways, curiosities, differences, cultures and peoples that have done so much over the centuries to define the many versions of Vietnam.

Source : Penguin

L’État en Asie et aux Amériques : perspectives croisées – Jeudi 15 juin -EHESS

[ndlr] Annonce d’une journée d’études à l’EHESS. Deux séances sont dédiées à l’Asie du Sud-Est. Présentation et programme ci-dessous.

L’État en Asie et aux Amériques: perspectives croisées

Journée d’études

Jeudi 15 juin de 9hà 18h, EHESS, Paris 6e

Organisée par Marie Aberdam (Paris 1/CRHAC), Nicolas Barreyre (EHESS/Mondes Américains), Véronique Hébrard (Paris 1/Mondes Américains)

Aucun État, même dans le cas extrême où il est imposé de l’extérieur, ne peut valablement se penser en dehors des interactions sociales qui le font naître, le façonnent et en conditionnent le fonctionnement quotidien. En se concentrant sur les expériences historiques américaines, l’axe de recherche « État, institutions et dynamiques sociales dans les Amériques (XVIIIe-XXIe siècles) » du laboratoire Mondes Américains a donc fait porter ses travaux sur la multiplicité d’alternatives mises en œuvre sur le continent, et remet en perspective notre compréhension de l’État dit « moderne », qui apparaît dès lors moins comme un paradigme qu’une des formes historiques d’institutionnalisation des pouvoirs politiques et sociaux.

Les expériences américaines, aussi bien à l’époque coloniale qu’après les indépendances, fourmillent de ces alternatives, des différentes formes de fédéralisme institutionnel à la puissance laissée aux corporations, aux associations volontaires, aux fondations philanthropiques, voire au crime organisé… Ces expériences sont aussi celles de formes originales de résistance ou au contraire d’interpellation de l’État.

Dès lors que l’Asie a expérimenté, comme les Amériques mais selon des temporalités différenciées, cette double dynamique institutionnelle (interne et « coloniale »), il nous a semblé pertinent d’ouvrir une réflexion croisée sur l’historiographie actuelle concernant ces deux régions du monde, mettant en discussions les outils et concepts mobilisés pour saisir ces différentes manifestations de l’État, en tenant à bonne distance le « modèle » européen.

Cette journée d’étude a pour ambition de nouer ce dialogue, à partir de recherches ancrées sur une aire et commentée par des spécialistes de l’autre.

Programme

9h – 9h10 : Introduction

9h10 – 10h : Xiaohong Xiao-Planes (INALCO-Asies)
« Historiographie sur l’État chinois contemporain »

Commentaire : Annick Lempérière (Paris 1 / Mondes Américains)

10h – 10h50 : Sébastien Lechevalier (EHESS / Centre Chine Corée Japon)
« L’État développeur au Japon et en Corée dans un contexte post développement libéralisé et financiarisé »

Commentaire : Romain Huret (EHESS / Mondes Américains)

10h50 – 11h20 : Pause

11h20 – 12h10 : Silvia Capanema P. de Almeida (Université Paris 13, Pléiade-CRESC (EA 2356))
« Race, révolte et république : vies de marins et châtiments corporels dans l’Armada brésilienne de la période post-abolitionniste »

Commentaire : Clément Fabre (ENS)

12h10 – 13h : Marie de Rugy (Paris 1 / Sciences Po)
« Comprendre l’État colonial par ses frontières ? Contrôle et transgressions dans la péninsule indochinoise, fin XIXe-début XXesiècles »

Commentaire : Ombelyne Dagicour (Paris 1 / Genève)

13 h – 14h30 : Déjeuner

14h30 – 15h20 : Beatriz Fernández (Universidad Politecnica de Madrid/EHESS/CRH)
« L’État et les villes : réponses locales aux interventions sur les capitales américaines pendant le premiers tiers du XXe siècle »

Commentaire : Françoise Ged (Cité de l’architecture et du patrimoine)

15h20 – 16h10 : Marie Aberdam (Paris 1 / SIRICE / CHAC)

« L’État dans l’État : les réseaux de parenté et l’administration en Asie du Sud-Est continentale XIXe-XXe siècle »

Commentaire : Véronique Hébrard (Paris 1 / Mondes Américains)

16h10– 16h40 : Pause

16h40 – 17h30 : Jean-Philippe Garneau (Université du Québec à Montréal)
« Prendre la parole sur les rives du Saint-Laurent (Canada, XVIIe-XIXesiècles) : réflexion sur le rôle du droit comme laboratoire d’une souveraineté “américaine” »

Commentaire : François Gipouloux (CNRS / Centre Chine Corée Japon)

17h30 – 18h : Discussion générale et conclusions

Source : EHESS, Mondes américains

Langue, histoire et sources textuelles du Cambodge ancien et moderne

[ndlr] Annonce d’un nouveau séminaire sur le Cambodge.

Langue, histoire et sources textuelles du Cambodge ancien et moderne

 
Éric Bourdonneau, maître de conférences à l’EFEO
Grégory Mikaelian, chargé de recherches au CNRS
Joseph Thach, maître de conférences à l’INALCO
 
Vendredi de 10 h à 12 h (INALCO, 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris, salle 6.11), du 10 mars 2017 au 16 juin 2017
 
Ce séminaire se propose de mener conjointement l’examen de corpus de natures et d’époques différentes (inscriptions des grandes « maisons » aristocratiques angkoriennes, décrets royaux et inscriptions modernes ou encore recueils de contes) en relevant, dans chacun des cas, les éléments susceptibles d’alimenter une première réflexion sur la pratique de l’écrit (et son inscription plus ou moins profonde dans l’oralité), sur les formes de la mémoire et sur l’élaboration des principes du droit. Ce faisant, il s’agit de s’interroger sur la nature de nos sources (qui ne l’ont pas toujours été en ce sens) en prêtant attention, ici comme ailleurs, à leurs conditions de production, d’usage et de réception.


Le second semestre de l’année 2016-2017 sera consacré au corpus épigraphique en vieux khmer du temple de Banteay Srei. Construit dans le troisième quart du Xe siècle par le guru du souverain Jayavarman V (r. 968-1000/1001), le sanctuaire eut une période d’activité exceptionnellement longue, qui se prolonge sur plus de trois siècles, jusqu’au début du XIVe siècle. De cette longévité témoigne en particulier le petit groupe d’inscriptions du temple. Une telle continuité de la pratique épigraphique en un même lieu, par-delà les générations (les auteurs du XIVe siècle célébrant ceux du Xe siècle) et les grandes périodes définies par l’historiographie (l’âge « classique » du Cambodge ancien et les prémices de l’époque « moyenne » faisant suite), en fait un objet d’étude privilégiée dans le cadre de ce séminaire, entre examen de la langue et histoire culturelle du Cambodge sur le temps long.

Nota bene : cette année le séminaire se déroulera à l’INALCO, 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris, salle 6.11
Image « à la une » : Inscription à Angkor Borei (AD 611)

Joël Pham : Travailleurs indochinois – Non à une histoire travestie

[ndlr] A lire sur le site Travailleurs indochinois le billet d’humeur de Joël Pham sur les affabulations médiatiques autour de cette question historique.

Que n’a-t-on pas entendu depuis quelques années quand il était question de la « présentation générale » de l’histoire des travailleurs indochinois de la seconde guerre mondiale. « Histoire cachée », «histoire dissimulée », « histoire enfouie », « histoire méconnue », « histoire occultée », etc… toutes ces formulations incluant, circonstance aggravante dans l’esprit de leurs auteurs, ce sous-entendu définitif… par la France.

Lire la suite : Travailleurs indochinois [pdf en ligne]