Archives par mot-clé : historien

Pierre Brocheux (1931-2022), infatigable contributeur de l’histoire contemporaine du Viêt-Nam

Nous avons appris la disparition de l’historien Pierre Brocheux, spécialiste de l’histoire de l’Indochine coloniale et du Viêt Nam contemporain. Le mardi 27 décembre, soit deux jours après son décès, la Société française d’Histoire des Outre-Mers (SFHO) en informait la communauté des chercheurs1.

Décédé à Paris à l’âge de 91 ans, Pierre Brocheux était un chercheur omniprésent dans les colloques concernant ses sujets d’études et participait volontiers aux débats pour éclaircir des zones d’ombre d’une histoire qu’il a partagé in situ à Saïgon pendant une période riche en bouleversements.

Né à Cholon le 18 mai 1931 d’un père français et d’une mère vietnamienne dans ce qui était encore la Cochinchine (puis Viêt-Nam du Sud et Viêt-Nam actuel), il avait fait ses études primaires, secondaires et supérieures à Saïgon et à Paris2.

Professeur certifié à la Sorbonne, il a enseigné l’histoire et la géographie au lycée français de Saïgon de 1960 à 1968 puis a été professeur d’histoire et géographie au lycée technique Jean-Macé à Vitry-sur-Seine (1968-1970)3.

Étudiant de Jean Chesneaux, il fut docteur en histoire (thèse 3e cycle) de l’École des hautes études en sciences sociales en 1969 et a été maître de conférences à l’Université Paris 7 (aujourd’hui Paris-Diderot) de 1970-1997. Il a dirigé pendant cette période plusieurs séminaires conjoint avec son collègue et ami Daniel Hémery ainsi de nombreux travaux d’étudiant-e-s en Master ou de doctorant-e-s pour des thèses de 3e cycle. Il fut également rapporteur ou membre de jury de thèses importantes sur l’histoire du Viêt-Nam et de la période coloniale.

C’est avec Daniel Hémery que Pierre Brocheux a conjointement écrit l’ouvrage de référence Indochine, la colonisation ambiguë paru aux éditions de La Découverte en 1995 puis réédité en 2001 (depuis 2011 sur le portail CAIRN). Cet ouvrage clé qui résume un siècle d’histoire partagée et commune entre la France et Viêt-Nam pendant la période coloniale puis l’indépendance a été traduit en anglais et édité en 2013 puis plus récemment en vietnamien, édité chez Thê Gioi. Les deux historiens reçurent le prix vietnamien Phan Châu Trinh en 2018 pour leur importante contribution à l’histoire vietnamienne4.

Pierre Brocheux, comme le rappelle la Revue d’histoire d’Outre-Mer, aura été “un infatigable et éminent contributeur de notre revue depuis 1972 jusqu’en 2022. Il a été Rédacteur en chef de la Revue française d’histoire d’outre-mer-RFHOM (1992-2001)”5. Un de ses dernières contributions aura été de participer au portail France Viêt-Nam initié conjointement par la BNF à Paris et la BNV à Hanoi à travers deux contributions : la première sur la Vie économique et la seconde sur la Presse vietnamienne6.

Spécialiste de l’Asie du Sud-Est et du delta du Mékong, il aurait également été en 1994 un des cofondateurs de l’Association française des chercheurs sur l’Asie du Sud-Est (AFRASE) dont il assuma la présidence de 1994 à 1997.

Pierre Brocheux a grandement contribué à la connaissance du Viêt-Nam contemporain en tentant d’analyser au plus près avec son collègue Daniel Hémery les processus menant à l’indépendance d’une nation qu’il considérait “résiliente” à plus d’un titre aux prises d’une décolonisation violente, d’une fragmentation du pays et d’une réunification à marche forcée (Fayard, 2011). Outre cette synthèse sur le Viêt-Nam contemporain, il laisse derrière lui deux ouvrages biographiques sur le parcours d’Hô Chi Minh (2000 et 2003), un essai d’histoire économique du Viêt-Nam sur la longue durée (2009), une monographie sur le delta du Mékong (1995, rééditée en 2009) et des directions d’ouvrages investiguant des aspects peu connus de la colonisation ou de la guerre d’Indochine (1981, 2000, 2002, 2012). Il contribua également à la revue Approches Asie (1984-2000) éditée à Nice à travers deux numéros spéciaux à l’Indochine et fut très présent dans d’autres ouvrages collectifs parus dans les années 1980-19907.

Outre l’histoire économique de l’Indochine, Pierre Brocheux s’est particulièrement intéressé à l’émergence du nationalisme vietnamien et d’une bourgeoisie évolutionnaire8. Il produisit à cet effet plusieurs articles clés sur les revues intellectuelles Tri Tân et Thanh Nghi des années quarante ou le parti constitutionnaliste de Bui Quang Chiêu9. Mais pour lui, il restait encore tant à faire pour mieux connaître l’histoire de ce pays.

Ses travaux importants ont bénéficié de traductions anglaises propulsant sa recherche sur le plan international notamment Indochina, an ambiguous colonization, 1858-1954 (University of California Press, 2009) et Ho Chi Minh. A Biography chez Cambridge University Press en 2007. Le Journal of Vietnamese Studies édité à Berkeley lui a rendu hommage à travers plusieurs tweet.

Très informé sur les nouvelles publications sur le Viêt-Nam et d’Indochine et grand lecteur, Pierre Brocheux contribuait régulièrement au carnet de recherche Mémoires d’Indochine en nous proposant ses recensions d’ouvrages10 . Son regard sur la jeune génération était bienveillant et le plus souvent en appui avec cet esprit critique que nous lui connaissions bien11.

C’est ainsi une génération de chercheur-e-s qui regrette le départ de ce chercheur amical toujours très en forme jusqu’à son décès le 25 décembre dernier.

Ses obsèques se sont déroulées le 2 janvier au cimetière du Père Lachaise à Paris. Plusieurs journées en hommage à son travail de recherche sont prévues dans le courant de l’année 202312.

François Guillemot, 2 janvier 2023. MàJ 11 janvier 2023.


Ouvrages en nom propre ou sous la direction de Pierre Brocheux :

  • Brocheux, Pierre (sous la dir.), Les décolonisations au XXe siècle. La fin des empires européens et japonais, Paris, Armand Colin, coll. “U. Histoire”, 2012. Également en ressource électronique, 2014.
  • Brocheux, Pierre, Histoire du Viêt Nam contemporain. La nation résiliente, Paris, Fayard, 2011.
  • Brocheux, Pierre, Une histoire économique du Viêt Nam, 1850-2007. La palanche et le camion, Paris, Les Indes savantes, 2009.
  • Brocheux, Pierre, Hô Chi Minh, du révolutionnaire à l’icône, Paris, Payot, coll. “Biographies Payot”, 2003. Traduction anglaise Ho Chi Minh. A Biography (Cambridge University Press, 2007, réédition brochée en 2011).
  • Brocheux, Pierre & Bousquet, Gisèle (sous la dir.), Viêt Nam exposé. French scholarship on twentieth-century Vietnamese society, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2002.
  • Brocheux, Pierre, Hô Chi Minh, Paris, Presses de Sciences Po, coll. “Références. Facettes”, 2000.
  • Brocheux, Pierre (sous la dir.), Du conflit d’Indochine aux conflits indochinois, Bruxelles, Éditions Complexe, 2000.
  • Brocheux, Pierre & Hémery, Daniel, Indochine, la colonisation ambiguë, 1858-1954, Paris, La découverte, coll. “Textes à l’appui. Série Histoire contemporaine”, 1995. Nouvelle édition augmentée et mise à jour, La découverte / Syros, 2001. Accès en ligne sur Cairn en 2011. Paru en anglais en 2009, University of California Press.
  • Brocheux, Pierre, The Mekong Delta. Ecology, economy, and revolution, 1860-1960, Madison, WI, Center for Southeast Asian Studies, University of Wiconsin-Madison, 1995. (autre tirage en 2009).
  • Brocheux, Pierre ; Hémery, Daniel & Boudarel, Georges (sous la dir.), Guide de recherches sur le Vietnam. Bibliographies, archives et bibliothèques de France, Paris, L’Harmattan, coll. “Racines du présent”, 1983.
  • Brocheux, Pierre (textes réunis par), Histoire de l’Asie du Sud-Est. Révoltes, réformes, révolutions, Lille, Presses universitaires de Lille, coll. “Histoire”, 1981. En ressource dématérialisée en 2022, Presses universitaires du Septentrion.
  • Brocheux, Pierre, L’économie et la société dans l’ouest de la Cochinchine pendant la période coloniale : 1890-1940, Paris, Thèse de 3e cycle, École Pratique des Hautes Études, VI Section, 1969.

Illustration “à la une” : Portrait de Pierre Brocheux par Adine Sagalyn / akg-images © 2003

Notes

  1. Cf. “Disparition de notre collègue Pierre Brocheux (1931-2022)”, SFHOM, 27/12/2022 []
  2. Cf. “Pierre Brocheux – A Celebrated Vietnamese-French Historian”, Vietnam Times, 02/02/2023 ; https://vietnamtimes.org.vn/pierre-brocheux-a-celebrated-vietnamese-french-historian-54087.html []
  3. Source : Notice Wikipedia []
  4. Voir sur Mémoires d’Indochine : https://indomemoires.hypotheses.org/26839 []
  5. Outre-mers : revue d’histoire à partir de 2001 []
  6. Deux notices publiées en février 2021. Liens URL : https://heritage.bnf.fr/france-vietnam/fr/vie-economique-article ; https://heritage.bnf.fr/france-vietnam/fr/presse-vietnamienne-article []
  7. On peut citer à titre d’exemple l’ouvrage dirigé par Paul Isoart, L’Indochine française, 1940-1945, Presses universitaires de France, 1982 et Saigon, 1925-1945. De la “Belle Colonie” à l’éclosion révolutionnaire ou la fin des dieux blancs dirigé par Philippe Franchini, éditions Autrement, 1992 []
  8. Voir à titre d’exemple : “La question de l’indépendance dans l’opinion vietnamienne de 1939 à 1945”, in Les chemins de la décolonisation de l’Empire français, 1936-1956, ouvrage collectif dirigé par Charles-Robert Ageron, CNRS éditions, 1986. Lien URL : https://books.openedition.org/editionscnrs/476?lang=fr []
  9. Voir à titre d’exemple : Brocheux Pierre, “La revue Thanh Nghi et les questions littéraires (1941-1945)” Revue française d’histoire d’outre-mer, tome 75, n°280, 3e trimestre 1988. pp. 347-356. Lien URL sur Persée : https://www.persee.fr/doc/outre_0300-9513_1988_num_75_280_2682 []
  10. Voir à partir de la barre de recherche “Pierre Brocheux” []
  11. Notons qu’il fut parfois sévère dans ses compte-rendus de lecture d’ouvrages pionniers comme ceux de Nguyen Van Ky ou de Céline Marangé []
  12. Le mardi 3 janvier, le chercheur Pascal Bourdeaux proposa une séance de son séminaire de l’EPHE entièrement dédiée à l’œuvre de Pierre Brocheux pour en mesurer la construction, son évolution et sa portée []

Nguyễn Thế Anh, l’historien sur le fil – par Louis Raymond

Beau portrait d’un grand historien du Viêt Nam par Louis Raymond. A lire sur les Cahiers du Nem.

Nguyễn Thế Anh est un historien du Viêt Nam et de l’Asie du Sud-Est, né en 1936, auteur de plus de 120 publications, livres ou articles. La réalisatrice de films documentaires Florence Tran avait prévu de filmer avec lui une série d’entretiens au cours des mois de juin et juillet 2021, et m’avait proposé d’animer l’un d’eux. J’ai accepté avec d’autant plus d’enthousiasme que ce devait être ma première rencontre avec un auteur aux écrits duquel je ne cesse de revenir. Portrait d’un intellectuel sur le fil, qui a toujours tenté de faire son métier sans faire de la politique, quitte à se retrouver parfois pris entre deux feux.

Lire la suite : http://lescahiersdunem.fr/nguyen-the-anh-lhistorien-sur-le-fil/

Illustration “à la une” : Le professeur Nguyên Thê Anh © 2021 Florence Tran

Décès du professeur Ngô Duc Tho (1936-2019)

Message de Philippe Papin, ancien Directeur de l’EFEO et Directeur d’Etudes à l’EPHE, à l’occasion du décès du professeur Ngô Duc Tho.

J’apprends à l’instant, avec beaucoup de tristesse, le décès du professeur Ngô Duc Tho. Je me souviens des heures que nous avons passées ensemble, au bureau ou bien chez lui, et soudain me reviennent à l’esprit son érudition, sa générosité, son humour et, en toute occasion, cette impétuosité qui le caractérisait tant. Ngô Duc Tho en savait trop pour tenir en place. Il fallait qu’il parle, qu’il écrive, qu’il partage. Toujours plongé dans mille projets, cet immense savant brassait les dictionnaires, les cartes et les manuscrits avec une aisance impressionnante, et il les étudiait avec une minutie extraordinaire. Sa bibliographie atteste la contribution hors du commun à l’histoire et à la philologie du Vietnam classique. Sa disparition est une douleur personnelle et, pour la science, une perte irréparable.

J’adresse à la famille du professeur Ngô Duc Tho et à ses proches mes condoléances les plus sincères et le témoignage de ma profonde amitié.

Philippe Papin

École Pratique des Hautes Études

Le professeur Ngô Duc Tho analysant une édition du Đại Việt sử ký toàn thư © DR

Tôi thật đau lòng khi nhận được tin giáo sư Ngô Đức Thọ từ trần. Tôi vẫn nhớ như in những lần tôi gặp giáo sư, khi ở văn phòng, lúc ở nhà ông, nhớ sự uyên bác, tính rộng rãi và hài hước của ông trước mọi hoàn cảnh, nhớ tinh thần đầy nhiệt huyết tiêu biểu cho tính cách của ông.  Ông có quá nhiều tri thức và ông không thể giữ tất cả vốn kiến thức đó cho mình. Ông cần phải nói, phải viết, phải chia sẻ. Ông đắm chìm trong hàng ngàn dự định. Với vốn kiến thức uyên thâm của mình, ông thoăn thoắt tra cứu từ điển, bản đồ và tư liệu để nghiền ngẫm chúng một cách vô cùng tỉ mỉ. Qua những công trình ông đã công bố, chúng ta đủ thấy được những đóng góp vô cùng quý giá của ông vào ngành nghiên cứu lịch sử và văn bản học trong lĩnh vực nghiên cứu Việt Nam học cổ điển. Sự ra đi của ông không chỉ là một mất mát vô cùng to lớn đối với cá nhân tôi mà còn là một mất mát không thể bù đắp được đối với giới nghiên cứu khoa học.

Qua đây, tôi xin gửi lời chia buồn sâu sắc của một người bạn, một đồng nghiệp và một người học trò tới gia đình và bạn bè thân hữu của giáo sư Ngô Đức Thọ.

Philippe Papin

Trường Cao học Thực hành (EPHE)

Disparition de l’historien Phan Huy Lê (1934-2018)

[ndlr] Une grande perte pour la Vietnamologie, le professeur Phan Huy Lê, célèbre historien et professeur vietnamien, est décédé à Hanoi le samedi 23 juin 2018 à l’âge de 84 ans.

De nombreux chercheurs occidentaux ont simultanément partagé cette triste nouvelle avec la communauté des chercheurs sur le Viêt-Nam, parmi eux : Pierre Asselin (San Diego State University), Hue-Tam Ho Tai (Harvard University emerita), Ben Kerkvliet (Australian National University emeritus), Shawn McHale (George Washington University), Nhung Tuyet Tran (University of Toronto), Philippe Papin (EPHE Paris), Emmanuel Poisson (Université Paris Diderot), Oscar Salemink (University of Copenhagen), Olivier Tessier (EFEO Saigon) et bien d’autres encore.

FG

Voir aussi : Lê Quỳnh, Học giả nước ngoài ‘mang ơn’ GS Phan Huy Lê, BBC Vietnamese, 25/06/2018.

Rappel biographique dans la presse vietnamienne :

Source : © Tuoi Tre

« Tạ Chí Đại Trường, la lucidité d’un regard historien » par Nguyễn Thế Anh [1993]

[ndlr] A l’occasion du décès de l’historien Tạ Chí Đại Trường le 24 mars dernier et pour lui rendre hommage nous reproduisons ci-dessous un texte du Professeur Nguyễn Thế Anh, également historien, paru initialement en 1993 dans Le Médecin du Viêt Nam. Ce texte a contribué à faire connaître en France et aux États-Unis les travaux de recherche de Tạ Chí Đại Trường. Texte retranscrit ici avec l’autorisation de l’auteur que nous remercions chaleureusement.

TaChiDaiTruong_VanMieu

Tạ Chí Đại Trường, la lucidité d’un regard historien

Nguyễn Thế Anh

1993

Originaire du Bình Định mais venu au monde à Nha Trang, Tạ Chí Đại Trường porte la marque du cadre géographique de sa naissance, son père, lettré confucéen, ayant en effet voulu que son nom soit composé des deux principaux toponymes de la province de Khánh Hòa, le mont Đại Lãnh et la rivière Trường Giang. Son enfance passée dans une région particulièrement empreinte des souvenirs historiques du Nam Tiến (la progression du peuple vietnamien en direction du Sud) a en tout cas contribué à déterminer une vocation dont rien ne peut l’écarter depuis qu’il l’a choisie. Faisant partie des toutes premières promotions d’étudiants en histoire de la Faculté des Lettres de Saigon, il tranche déjà sur les autres par l’originalité de sa pensée. Le mémoire qu’il rédige en 1964 pour l’obtention du diplôme d’études supérieures en histoire le fait remarquer par la hardiesse de ses conceptions et la largeur de ses vues : s’appuyant sur une utilisation exhaustive des anciens documents, il y expose les tenants et les aboutissants d’une situation de guerre civile qui a débuté en réalité bien avant le XVIIIe siècle pour ne se terminer qu’en 1802. Cette étude doit être couronnée en 1970 par un premier prix littéraire en République du Việt Nam, avant d’être publiée sous le titre « Histoire de la guerre civile au Việt Nam de 1771 à 1802 ». Mais elle va aussi, après 1975, valoir à son auteur toute une série de critiques acerbes de la part des auteurs marxistes de Hà Nội s’érigeant en seuls détenteurs de la vérité, tellement ses analyses attentives à la rigueur historique se démarquent d’une interprétation orientée idéologiquement. Leur sévérité n’empêche pas du reste ces censeurs de faire de larges emprunts, bien entendu inavoués à un ouvrage qu’ils ne cessent d’éreinter.

TaChiDaiTruong_ouvrages

Mobilisé en 1964 comme tant d’autres enseignants du secondaire de sa génération, Tạ Chí Ðại Trường va passer les dix années suivantes sous les drapeaux : c’est seulement vers la fin de cette période qu’une affectation à l’État-major, au bureau du service historique de l’armée, vient apporter un certain adoucissement à son sort. Il continue cependant, malgré la servitude militaire, à mener des recherches sur l’histoire monétaire du XVIIIe siècle, à laquelle ses connaissances numismatiques l’ont poussé à s’intéresser. Il rédige en même temps une thèse de doctorat sur le soldat colonial en Cochinchine (1862-1945) : elle ne sera pas soutenue, la chute de Saigon survenant alors qu’il y met la dernière main1. Il vient à peine d’être rendu à la vie civile quand la victoire des troupes du Nord-Vietnam impose le régime communiste sur le Sud. Son ancien grade de capitaine lui vaut à ce moment une période interminable de « rééducation », de 1975 à 1981. Les souffrances physiques et morales endurées ne réussissent pourtant pas à l’abattre ; elles lui permettent au contraire d’affiner son regard sur les hommes et les choses, et les notes qu’il a prises au long de cette détention constituent un témoignage lucide d’historien, sans haine ni passion, sur toute la malédiction qu’implique la formule Vae Victis ! Il est à souhaiter que ces notes puissent être publiées un jour2. Après sa libération, Tạ Chí Ðại Trường trouve, pour subsister, un travail d’ouvrier à la coopérative de fabrique de papier Ðồng Tháp (Saigon), puis à partir de 1987, un emploi de correcteur d’épreuves dans une imprimerie. TCDT_BaiSuKhacChoVNDepuis mai 1991, il est au chômage, vivotant grâce à des commandes de traduction de romans policiers occidentaux. A cette « prolétarisation » correspond toutefois la phase la plus productive de sa vie, car l’adversité l’a extraordinairement mûri, tout en l’incitant à prendre courageusement le contre-pied des thèses et hypothèses aventureuses de l’école officielle. Il en est résulté des études et articles proposant des vues tout à fait neuves sur différents aspects de l’histoire du Việt Nam, et qui ont pu être connus à l’extérieur du pays par l’entremise d’amis dévoués. L’ouvrage intitulé « Les génies, l’homme et la terre vietnamienne »3, notamment, est une admirable synthèse d’histoire des mentalités qui éclaire l’évolution des croyances populaires dans la société vietnamienne.

Tạ Chí Ðại Trường se propose dans un proche avenir d’étudier l’histoire de la formation de la principauté méridionale des Nguyễn et de redresser les erreurs d’interprétation qui n’en finissent pas d’être proférées sur le XVIIème et XVIIIème siècles. Il ne renonce donc toujours pas  à perpétuer la tradition antique des historiens dignes de ce nom, celle qui conduit au refus de se plier devant la force.

Nguyễn Thế Anh, historien, Directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études (Sorbonne-Paris).

TCDT_nhung_bai_da_su_vietTexte paru dans Le Médecin du Việt Nam, journal de l’Association des Médecins du Viêt Nam, n° 8, V-VI/1993, p. 13 puis reproduit sur la couverture de l’ouvrage Những bài dã sử Việt, California, Thanh Văn, 1996.

Image “à la une” : illustration de couverture de la 3e réédition de Thần, người và đất Việt à Hanoi en 2013.

Notes

  1. Un chapitre en a été extrait pour être publié dans la revue Văn Lang (Westminster, California), n° 1, 1991, pp. 65-87, sous le titre « Le recrutement militaire en Cochinchine pendant la Première guerre mondiale » []
  2. Ðã in dưới tựa đề Một khoảnh VNCH nối dài, Thanh Văn XB, 1993 (Chú, 1995) []
  3. Thần, người và đất Việt, Westminster, CA, Văn Nghệ, 1989, 397 p. []

Décès de l’historien Tạ Chí Đại Trường (1935-2016)

[ndlr] Le quotidien Nguoi Viet, depuis la Californie, a annoncé de décès de l’historien vietnamien Tạ Chí Đại Trường à l’âge de 81 ans à Ho Chi Minh-Ville.

Nhà Sử Học Tạ Chí Đại Trường qua đời tại Sài Gòn

WESTMINSTER (NV) – Nhà sử học, nhà nghiên cứu văn hóa Việt Nam, ông Tạ Chí Đại Trường, vừa qua đời tại Sài Gòn, thọ 81 tuổi. Người chị dâu của ông Tạ Chí Đại Trường, là bà Nguyễn Thị Minh Hiền, xác nhận với Người Việt tin này.

Theo bà Minh Hiền, ông Tạ Chí Đại Trường mất vào khoảng từ 4 giờ đến 4:30 sáng ngày 24 tháng Ba (giờ Việt Nam), tại tư gia ở Quận 5 của người anh ruột, là ông Tạ Chí Đông Hải.

Bà Minh Hiền cho biết ông Tạ Chí Đại Trường sinh năm 1935 (nhưng trên giấy tờ ghi 21 tháng Sáu, 1938), tại tỉnh Bình Định. Và vì ông có quốc tịch Hoa Kỳ nên gia đình phải khai báo để cơ quan hữu trách thực hiện khám nghiệm tử thi. Gia đình cho biết người quá cố sẽ được hỏa thiêu tại Việt Nam.

Bác Sĩ Ngô Thế Vinh, tác giả “Vành Đai Xanh” và “Cửu Long Cạn Dòng, Biển Đông Dậy Sóng,” nói với Người Việt: “Tạ Chí Đại Trường là một nhà nghiên cứu sử học quan trọng, không chỉ với miền Nam, mà của cả Việt Nam.”

Theo Wikipedia, tên của ông, Đại Trường, được ghép từ hai địa danh của tỉnh Khánh Hòa là Đại Lãnh và Trường Giang (sông Cái). Ông là con trai Cử Nhân Hán Học Tạ Chương Phùng, một nhà cách mạng hoạt động trong phong trào toàn dân chống Pháp giành độc lập dân tộc thập niên 40 – 50.

Vẫn theo Wikipedia, năm 1964, Tạ Chí Đại Trường tốt nghiệp cao học Sử tại Đại Học Sài Gòn rồi nhập ngũ. Ông phục vụ trong Quân Lực Việt Nam Cộng Hòa từ năm 1964, cấp bực cuối cùng là đại úy. Trong thời gian chiến tranh, Tạ Chí Đại Trường bắt đầu sưu tập tiền cổ và tập trung nghiên cứu về đề tài này. Những bài viết của ông về tiền cổ trong thời gian sau đó được giới nghiên cứu sử học quốc tế đánh giá cao.

Năm 1964, trong thời gian học Cao Học, Tạ Chí Đại Trường cho ra đời một cuốn tiểu luận lịch sử Việt Nam giai đoạn 1771 đến 1802, trong đó ghi lại những sự kiện xoay quanh cuộc nội chiến giữa nhà Tây Sơn và Nguyễn Ánh. Tác phẩm này đoạt giải Văn Chương Toàn Quốc, bộ môn Sử năm 1970 và được nhà xuất bản Văn Sử Địa in thành sách năm 1973 với tựa đề Lịch sử nội chiến ở Việt Nam từ năm 1771 đến 1802.

Wikipedia viết, sau ngày 30 Tháng Tư, 1975, cuốn sách với nội dung đặt lại vấn đề về nhà Tây Sơn đã khiến Tạ Chí Đại Trường gặp nhiều rắc rối. Lịch sử nội chiến bị cho là “hạ thấp Quang Trung, đề cao Gia Long” và bị cấm lưu hành tại Việt Nam trong một thời gian dài và chỉ được in lại trong nước từ cuối thập niên 2000.

Sau năm 1975 ông bị tù “cải tạo” đến năm 1981.

Lire la suite : Nguoi Viet, 23/03/2016.

A lire également sur Mémoires d’Indochine : L’historien Ta Chi Dai Truong récompensé pour l’ensemble de son oeuvre (14/04/2014).

Image “à la une” : montage Dan Lam Bao.

 

Sébastien Ledoux : Le devoir de mémoire – une formule et son histoire [parution]

[ndlr] Présentation de l’éditeur.

Ledoux_LeDevoirDeMémoireD’où vient l’expression « devoir de mémoire » ? Comment s’est-elle imposée dans notre langage courant ? À partir de nombreux entretiens, d’archives inédites et de sources numériques massives, Sébastien Ledoux retrace la trajectoire de cette formule qui éclaire la relation souvent douloureuse que la France entretient avec son histoire récente. Forgé à l’orée des années 1970, le terme investit le débat public dans les années 1990, accompagnant le « syndrome de Vichy » et la réévaluation du rôle de la France dans la mise en œuvre de la Solution finale, avant d’être repris pour évoquer les non-dits de la mémoire coloniale. Doté d’une forte charge émotive, il traverse les débats sur la recomposition du récit national, la place du témoin, le rôle de l’historien, la patrimonialisation du passé ou la reconnaissance des victimes, qui traduisent un tournant majeur et accouchent de nouvelles questions dont l’actualité est toujours brûlante. Ce sont les mutations de la société française des cinquante dernières années qui sont ici analysées par le biais de ses nouveaux rapports au passé que le « devoir de mémoire » est venu cristalliser.

Préface de Pascal Ory

Enseignant à Sciences Po Paris et chercheur en histoire contemporaine à Paris 1 (Centre d’histoire sociale du xxe siècle), Sébastien Ledoux a consacré sa thèse à l’histoire du « devoir de mémoire » pour laquelle il a obtenu en 2015 le Prix de la recherche de l’INA.

Source : CNRS éditions

  • Sébastien Ledoux était l’invité de Jean Lebrun sur France Inter pour l’émission “La marche de l’histoire”, jeudi 21 janvier 2016.