Archives par mot-clé : histoire

Bradley Camp Davis, Imperial Bandits – CR de lecture par Thibaut Bara

Imperial Bandits : Outlaws and Rebels in the China Vietnam Borderlands est un ouvrage d’histoire de la frontière sino-vietnamienne. Publié en 2017 aux presses de l’université de Washington, son auteur Bradley Camp Davis est aujourd’hui professeur associé à la Eastern Connecticut State University. Historien, sa thèse soutenue en 2008 à l’université de Washington portait déjà sur la zone frontière Chine-Vietnam dans l’ère post-Taiping c’est-à-dire dans la seconde moitié du XIXème siècle. Bradley Camp Davis a également été membre du jury et pré-rapporteur de la thèse de Johann Grémont portant sur le maintien de l’ordre sur la frontière sino-vietnamienne de 1895 à 1940. Chercheur polyglotte, il maîtrise le mandarin classique et moderne, le vietnamien et le français.

Imperial Bandits est introduit en couverture par une image des Pavillons Noirs révélant la teneur de l’ouvrage retraçant l’histoire de l’incursion puis du retrait du Vietnam de ce groupe d’hommes armés dirigés par Liu Yongfu. Pas qu’une histoire des Pavillons Noirs, cette étude capte le processus de formation de la frontière sino-vietnamienne comme une ligne dans le sol séparant deux empires. On suit l’évolution d’une zone-frontière (borderland) poreuse et marginale en frontière instituée (borderline) révélatrice d’un rapport de force entre ces deux empires. En introduction, l’ouvrage entame une discussion du terme même de bandits et se poursuit par l’explication de la juxtaposition des termes « bandits » et « impériaux ».

Bradley Camp Davis se réfère à la linguistique et surtout à la sémiologie de Roland Barthes en illustrant l’ambivalence de l’appellation de « bandits », ce mot recouvrant une ambiguïté entre « pirates » ou « voleurs » et « rebelles ». Les uns se caractérisant par un recours à la violence pour acquérir des gains matériels, les autres ayant également recours à la violence mais à des fins d’abord politiques1. L’intérêt et la question historique centrale de l’ouvrage de Bradley Camp Davis tient justement dans cette définition politique des Pavillons Noirs.

Une histoire des Pavillons Noirs

Bradely Camp Davis fait l’histoire de ce groupe de rebelles originaires de Chine du Sud structurés autour du Royaume de Yanling, contemporains mais distincts du mouvement des Taipings. Chassée par les armées impériales chinoises, une partie de ce groupe fait scission et se réfugie au Nord Vietnam sous la direction du chef Liu Yongfu. Arrivés au Tonkin en 1865, les Pavillons Noirs restèrent un groupe armé actif sur cette frontière jusqu’en 1885. Le propos de Davis cherche à relater la manière dont les autorités souveraines en présence, l’empire vietnamien, la Chine des Qing et l’empire français vont interagir avec cette bande d’hommes en armes tantôt cherchant à les déloger pour affirmer une autorité unifiée, tantôt forcés de les co-opter au service de la lutte contre les autres forces en présence.

Lorsque les hommes de Liu Yongfu s’installent au Tonkin l’autorité de l’empire vietnamien est fragilisée par une autre bande rebelle dite des Pavillons Blancs. Davis identifie celle-ci comme soutenue par des groupes Hmong et Tai protestant contre l’installation de colons vietnamiens dans les basses terres. Les Pavillons Blancs entretiennent un lien diffus avec la révolte des Panthay en Chine du
Sud et en sont contemporains. L’empire vietnamien tente au premier abord des juguler cette révolte et également de réprimer les Pavillons Noirs. Toutefois, la faiblesse de l’empire amène ce dernier à changer d’approche et à entrevoir la possibilité d’un rapprochement avec les Pavillons Noirs pour affronter les Pavillons Blancs. Les Pavillons Noirs, forts de leur puissance militaire, répriment en effet efficacement les Pavillons Blancs. A la suite de cette victoire, un agent de liaison est nommé par l’empire vietnamien auprès des Pavillons Noirs. Dès 1868, Liu Yongfu reçoit des traites de l’empire vietnamien, en 1870 il reçoit même un titre honorifique le raccrochant officiellement à l’administration impériale. Cette alliance entre un groupe d’hommes en armes refusant de payer les taxes à l’empire, levant leurs propres impôts, contrôlant les papiers des commerçants et l’empire vietnamien est à la naissance de la désignation des Pavillons Noirs comme des « bandits impériaux ».

Un autre groupe d’hommes en armes venant de Chine occupe partie du Tonkin, ce sont les Pavillons Jaunes. Eux aussi, issus de groupes rebelles en Chine du Sud et pourchassés par les armées Qing et en 1871 et 1872, trouvent refuge au Nord Vietnam. Sur ce territoire, ils se financent en saisissant des mines de cuivre particulièrement importantes à l’empire vietnamien tout en soufflant sur la flamme du souvenir des Pavillons Blancs. Encore une fois l’empire vietnamien s’appuie sur les Pavillons Noirs pour les réprimer. De plus, cette lutte contre les Pavillons Jaunes accorde à Liu Yongfu le soutien de la Chine des Qing qui pourchassait ces derniers.

D’une marge à une ligne-frontière

Davis illustre la transformation de cette zone du Nord Vietnam en réelle frontière séparant deux souverainetés, cette transformation prenant ses sources dans les relations entre les empires en présence et les différents groupes d’hommes en armes dont notamment les Pavillons Noirs. La frontière est dynamisée par l’ouverture en 1865 du commerce de l’opium cultivé au Yunnan en Chine du Sud et vendu au Vietnam, menant les différentes parties à financer sur ce commerce. La période étudiée par Davis correspond à la croissance de l’intérêt des puissances envers cette région. Les Français, dès 1873 avec Francis Garnier puis avec le traité Philastre de 1874 actant la politique de « mise en valeur » de l’Indochine, entrent dans le jeu des puissances à la frontière, motivés par un mythe yunnanais (celui selon lequel le Nord Vietnam serait une voix privilégiée pour pénétrer le grand marché chinois par la province du Yunnan). Francis Garnier est tué par les Pavillons Noirs à Hanoi le 21 décembre 1873. Les Français identifient dès leur arrivée les Pavillons Noirs comme un obstacle à leur quête du mythe yunnanais. S’alliant aux Pavillons Jaunes puis recrutant le reste de ces hommes sous le statut de soumissionnaires après les défaites successives face aux Pavillons Noirs, les Français vont tenter de venir à bout de ces derniers.

Neuf ans plus tard, la prise de Hanoï par le capitaine de vaisseau Henri Rivière en 1882 inquiétant les Qing et certains fonctionnaires vietnamiens, l’empire Qing et l’empire vietnamien vont une fois encore se tourner vers les Pavillons Noirs pour lutter contre l’impérialisme français. Les deux empires asiatiques peu capables d’affirmer un contrôle direct sur cette région convoitée se retrouvent à co-opter des hommes en armes, accusés de pillage,
viols et vols pour lutter contre la volonté d’autre puissance. L’officier de liaison vietnamien chargé des Pavillons Noirs, Hoang Ke Viem, a tenté selon Davis de sédentariser ces troupes de bandits en les incitant à développer l’agriculture mais ce fut un échec. De leur côté, les Français en 1876 ont tenté de négocier avec les Pavillons Noirs pour ouvrir une voix de commerce vers la Chine, mais le caractère très incontrôlable et indiscipliné des Pavillons Noirs, interdit de les considérer comme relevant d’une autorité installée ce qui fit échouer ces négociations. L’auteur montre bien dans son ouvrage l’ambiguïté de ces bandits impériaux, coopter par les empires pour leur puissance militaire, mais en même temps trop indépendants et proches de pirates pour être intégrés aux forces régulières.

La guerre franco-chinoise de 1881-1885 voit s’affronter dans cette région les Pavillons noirs mandatés par la Chine et les Français. Sur ce front, la guerre se termine par une défaite française qui emporte le « Commandant » Rivière tué par les Pavillons Noirs le 19 mai 1883. Cependant, la négociation en parallèle en Chine du traité de Tianjin pousse l’empire Qing à se déclarer défait, installant une véritable frontière franco-chinoise dans ce qui était jusque là une région surtout sous domination des Pavillons Noirs. L’auteur explique que la modernisation de la frontière, son tracé linéaire, et la dénonciation d’un mouvement vietnamien anti-impérialiste par d’autres administrateurs vietnamiens dont Hong Ke Viem2, force les Pavillons Noirs à quitter le Nord-Vietnam en 1885. Davis raconte comment Liu Yongfu et ses hommes furent réutilisés par l’empire Qing puis même par la république chinoise pour réprimer diverses révoltes mais aussi pour lutter contre les Japonais à Taiwan.

L’auteur détaille l’outillage technologique de la frontière avec l’installation du télégraphe, l’aménagement de postes frontières, le développement d’un contrôle effectif des mouvements de populations et illustre la création d’une frontière au sens contemporain du terme : celle de l’inscription d’un rapport de force entre deux souverainetés. L’empire vietnamien ayant été disloqué par la colonisation, ces deux souverainetés sont à partir de 1885 celles de l’empires Qing et de l’empire colonial français3. La méthode Galliéni utilisée au Nord Vietnam à partir de 1893 consista notamment à internationaliser les bandits, c’est-à-dire à lier les pirates au Tonkin à la Chine, les « bandits » deviennent ainsi les « pirates chinois », installant l’idée de frontière dans les esprits. En 1895, Galliéni peut ainsi faire appel au gouverneur du Guangxi pour lutter contre les pirates et définitivement illustrer la couverture de cette région par des souverainetés impériales. On se référera aux travaux de Johann Grémont sur cette même région pour cerner plus en détails les difficultés et le contrôle longtemps très relatif exercé sur cette frontière après 18954. Les travaux de James C. Scott pourraient être également mobilisés pour montrer que l’altitude et le relief de cette région révélaient des différences majeures dans la réalité de l’exercice de l’autorité impériale5. En faisant l’économie de cette distinction entre plaines et reliefs, la démonstration de Davis risque d’être limitée à un discours sur les zones de basses terres, non-majoritaires dans cette région.

Confrontation des mémoires chinoise et vietnamienne

La dernière partie de l’ouvrage de Davis est particulièrement intéressante en ce sens qu’elle compare les mémoires chinoises et vietnamiennes précisément sur l’épisode des Pavillons Noirs. Dès les années 1950, un historien vietnamien de l’EFEO, Tran Van Giap, a publié une étude sur Liu Yongfu le présentant comme un héros de la lutte contre l’impérialisme6. L’historiographie chinoise s’est saisie des Pavillons Noirs en les liant à la révolte des Taipings, présentant ces derniers comme des précurseurs de l’anti-imperialisme. Mais alors que Liu Yongfu a toujours un musée en son honneur en Chine populaire, l’historiographie vietnamienne des Pavillons Noirs est plus divisée.

Le chercheur vietnamien Tran Duc Sac (Van Tan) par le recours à l’histoire orale a fait apparaître la violence réelle des troupes des Pavillons Noirs avec des propos rapportés de villages pillés, familles détruites, femmes violées. Tout en admettant le côté politique de ces rebelles, Tran Duc Sac les associe dans une vision très matérialiste à un produit de la pauvreté extrême se traduisant par de la violence et une tendance au banditisme7. Alors qu’il n’y a pas de consensus dans cette histoire, Davis illustre la diversité de ces histoires par le recours ou non à l’histoire orale. Davis relève aussi l’opportunisme des débuts d’une historiographie tentant d’instaurer les Pavillons Noirs en héros transnationaux sino-vietnamiens, sorte de proto-internationale anti-imperialiste, particulièrement utile dans les années 1950 pour justifier une coopération sino-vietnamienne dans les guerres de décolonisation du XXème siècle.

Statue de Liu Yongfu (Wikipedia)

La guerre sino-vietnamienne de 1979, le recours à des histoires orales, l’installation au pouvoir de régimes plus gestionnaires que révolutionnaires ont définitivement renouvelé l’historiographie vietnamienne sur le sujet. Davis parle désormais d’une histoire frappée du sceau du silence autour de Liu Yongfu au Vietnam. Cette conclusion historiographique est la bienvenue et tombe comme un retour sur l’ambivalence des définitions de ces « bandits impériaux » : héros au service de la lutte anti-coloniale ou pirates ? instruments de l’installation de l’autorité au Nord Vietnam et/ou source de violences ?

L’ouvrage de Davis apporte une réponse assez claire, l’établissement de l’autorité dans cette région aurait été impossible sans l’existence des bandits impériaux. Ces bandits forment, selon l’auteur, un des aspects fondamentaux dans la construction du pouvoir impérial. Cette conclusion rejoint les travaux de Charles Tilly liant crime organisé et construction de l’Etat8. Surtout Davis remet en cause l’idée selon laquelle la construction de l’Etat s’oppose à la violence, en réalité la construction de ce dernier est intimement liée à la violence comme l’ont mis en évidence les travaux du sociologue Max Weber (1864-1920) et ceux de Walter Benjamin (1892-1940) et Blaise Pascal (1623-1662). La « culture de la violence » installée à la frontière par les troupes de bandits dont parle Davis fut un des moteurs de son intégration aux empires, certains y puisant des ressources pour lutter contre d’autres puissances, d’autres y voyant la justification de leur expansion.

Recours à l’histoire orale et plurilinguisme

Les atouts de l ‘ouvrage résident avant tout dans l’érudition de Bradley Camp Davis. L’auteur rentre dans le détail des correspondances entre officiels vietnamiens et la cour impériale, dans les rapports de l’administration française et chinoise. Les nuances fines ainsi apportées permettent une réelle investigation des interrogations et de la pluralité de ces dernières questionnant l’attitude adoptée envers les Pavillons Noirs par les différents empires. Le recours à des sources d’histoire orale, sans lequel la violence des Pavillons ne pourrait être discutée et aurait fait avorter la problématique phare de l’étude, est bien dosé. Conscient des dérives d’un recours unique aux sources orales, Davis les confronte en permanence aux sources écrites et ne les insère que lorsque cela apporte à la compréhension de l’ensemble. La bibliographie impressionne, d’autant plus que les sources y sont exposées en quatre langues. Parmi les critiques, on relèvera l’absence de chronologie et un recours trop sporadique aux dates, rendant le suivi chronologique du récit difficile à suivre. Ceci est réellement dommageable car la pluralité des troupes d’hommes en armes sur la frontière et leurs différences sur lesquelles revient longuement Davis rend la lecture parfois laborieuse.

Pavillons Noirs, auxiliaires de la France (source : Hinh Xua, collection Tran Quang Dong / photographie du Dr Hocquard)


En conclusion, on recommandera en particulier la lecture de cet ouvrage aux sinologues notamment par la capacité qu’à Davis de rentrer dans les arcanes de l’administration et des vues plurielles des officiels vietnamiens et chinois. Cette description fine et nuancée pourrait inspirer les sinologues pour lesquels l’analyse des différents courants et point de vue au sein du PCC chinois reste une épreuve. Enfin cet ouvrage est surtout un vrai exemple d’une manière de faire de l’histoire mélangeant les langues, les sources, l’histoire écrite et orale, et l’étude de l’historiographie. Imperial Bandits apporte de réelles clefs de compréhension des transformations de l’autorité et du contrôle réellement exercé par les empires vietnamiens, chinois et français sur leurs marges. Il permet de comprendre la transformation d’une zone frontalière en vraie ligne de frontière et le rôle de la violence dans cette dernière.

Thibaut Bara, promotion ASIOC 2018-2019.

Références citées :

  • Roland Barthes, Mythologies, Paris, Seuil, 1970.
  • Johann Grémont, « Une frontière impossible à garder ? Le défi quotidien du maintien de l’ordre entre Chine et Viêtnam (1895-1940) », conférence à l’IAO de Lyon le 26 octobre 2018.
  • James C. Scott, Zomia ou l’art de ne pas être gouverné, Paris, Seuil, 2013.
  • Tim Summers, Yunnan – A Chinese Bridgehead to Asia, Oxford, Chandos Publishing, 2013.

Thibaut Bara est étudiant en Master 2 Asie Orientale Contemporaine (ENS de Lyon / Sciences Po Lyon). Il rédige un mémoire sur la province du Yunnan de 1992 à 2016. Ses thèmes de recherche se concentrent autour de l’extension du contrôle du pouvoir central chinois sur ses marges et de l’impact de la Chine dans la région du Mékong. Il est actuellement en stage à l’ambassade de France en Birmanie.

Image « à la une » : Un membre des Pavillons Noirs, 1885, photographie tirée de la couverture de l’ouvrage.

Notes

  1. Les voleurs et pirates se définissent d’abord par leur recours à la violence pour acquérir des biens matériels. Les rebelles renvoient également à l’usage de la violence mais celle-ci est politiquement motivée. Le mot de « bandits » invite à questionner le caractère politique des Pavillons Noirs []
  2. Ce dernier dénonce la culture de la violence instaurée dans la région comme le principal ennemi []
  3. L’Union indochinoise est créée deux ans plus tard en 1887 []
  4. Voir la présentation de son ouvrage sur Mémoires d’Indochine []
  5. Cf. le CR de lecture sur Mémoires d’Indochine []
  6. Cité par Davis, p. 159 []
  7. Cité par Davis, p. 160-161 []
  8. Cf. Charles Tilly, « La guerre et la construction de l’Etat en tant que crime organisé », Politix, Les mafias, sous la direction de Jean-Louis Briquet, vol. 13, n°49, Premier trimestre 2000, pp. 97-117 []

Colette Zytnicki : Traces historiques et mémoire collective

Conférence de l’historienne Colette Zytnicki (Université Toulouse – Jean Jaurès) abordant la question des « traces involontaires » et les interactions entre mémoire et histoire. Mise en ligne sur Canal U.

Mémoire et traces, séance 1 : Des archives environnementales aux archives papier, des traces mnésiques aux traces historiques, de la mémoire individuelle à la mémoire collective, de l’histoire de la terre à celle des sociétés humaines.

Références mentionnées :

Carlo Ginzburg, « Signes, Traces, Pistes. Racines d’un paradigme de l’indice », Le Débat, 1980/6, n°6.

Arlette Farge, Le goût de l’archive, Paris, Seuil / Histoire, 1989 (réédition 1997). Résumé en ligne.

Jules Michelet, Histoire de France, Livre IV, Paris, Flammarion, 1833 (réédition 1974).

Charles-Victor Langlois & Charles Seignobos, Introduction aux études historiques, Paris, Hachette, 1898.

Pierre Laborie, Le chagrin et le venin. Occupation. Résistance. Idées reçues, Paris, Bayard, 2011. Résumé en ligne.

François Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, Histoire, La librairie du XXIe siècle, 2003. Résumé en ligne.

George Dutton – 2017 Premio Fondaçaõ Oriente (Oriental Foundation Prize)

[ndlr] Annonce de Judith A. N. Henchy sur le Vietnam Studies Group : « Congratulations to VSG member Professor George Dutton of UCLA, who was awarded the Portuguese Orient Foundation (Fondaçaõ Oriente) Prize 2017 for his book on Philiphê Bỉnh, “A Vietnamese Moses ».


Professor George Dutton’s latest book, “A Vietnamese Moses” receives the 2017 PREMIO FONDAÇAÕ ORIENTE (ORIENTAL FOUNDATION PRIZE)

Professor George Dutton’s latest book, A Vietnamese Moses (UC Press, 2017) has just received the 2017 Premio Fondaçaõ Oriente (Oriental Foundation Prize) for the best book on a topic related to the history of the Portuguese overseas empire in Asia. The prize is administered by the Portuguese Marine Academy on behalf of the Fondaçaõ Oriente, both of which are based in Lisbon, Portugal.

Source : UCLA

Vencedores  do Prémio “Fundação Oriente”/2017 

Em 29 de novembro o júri decidiu, por maioria, atribuir ex aequo o prémio “Fundação Oriente” /2017, no valor de cinco mil euros, aos trabalhos “A governação de Timor no século XVIII” e “A Vietnamese Moses”, da autoria de José Vilas Boas Tavares e George E. Dutton, respetivamente.

Source : Academia Marinha

 

Giáo sư Nguyễn Thế Anh : Theo dòng lịch sử [Tạp chí Xưa và Nay]

[ndlr] Présentation de l’ouvrage du professeur Nguyên Thê Anh, Directeur d’études émérite de l’EPHE dans le numéro 494 de la revue vietnamienne Tạp chí Xưa và Nay (4-2018), p. 54-55, recension de Nguyen Duy Long.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

François Guillemot : Le « Renouveau » vietnamien, bilan provisoire [Fils Rouges Vietnam]

[ndlr] Résumé de notre intervention à la conférence Fils Rouges Vietnam du samedi 30 juin 2018.

Dans cette présentation succincte de trente minutes, l’auteur balaie 30 ans de la politique vietnamienne du « Renouveau » (Đổi Mới) en partant de la chute de Saigon. L’objectif de cette introduction générale est d’offrir aux étudiants une grille de compréhension et un cadre de réflexion sur cette politique vietnamienne à travers ses forces et ses faiblesses, ses réussites et ses défis en cours et à venir. Décrétée lors du VIe congrès du Parti communiste vietnamien en décembre 1986, le Đổi Mới, véritable « révolution dans la révolution », a façonné le Viêt-Nam actuel autant par son ouverture que ses limites. L’intervention sera suivie d’un débat avec le public.

Pour approfondir :

  • Brocheux, Pierre, Histoire du Viêt Nam contemporain . La nation résiliente (Fayard, 2011)
  • Catherine Earl, Vietnam’s New Middle Classes, Gender, Career, City (NIAS Press, 2014).
  • Christopher Goscha, The Penguin book of Modern Vietnam (Penguin, 2016).
  • François Guillemot, Viêt-Nam, fractures d’une nation. Une histoire contemporaine de 1958 à nos jours (La Découverte, 2018).
  • Pamela D. McElwee, Forests are Gold. Trees, People, and Environmental Rule in Vietnam (University of Washington Press, 2016).
  • Minh T. N. Nguyen, Vietnam’s Socialist Servants. Domesticity, Class, Gender, and Identity (Routledge, 2015).
  • Keith W. Taylor, A History of the Vietnamese (Cambridge University Press, 2013).
  • Benoît de Tréglodé (dir.) Histoire du Viêt-Nam de la colonisation à nos jours (Editions de la Sorbonne, 2018).
  • Benoît de Treglodé & Stéphane Dovert (dir.), Viêt Nam contemporain (Les Indes savantes / Irasec, 2009, nouvelle édition).
  • Documents IRASEC en ligne (Hien Do & Pham Quang Minh, Leroy Nguyen, Vigne…)
  • Articles « Viêt-Nam », de Gédéon/Guillemot dans L’Asie du Sud-Est (Irasec, 2011-2016).

Lectures en complément :

Nicholas Chapman, The Beginning of a Political Doi Moi? Takeaways From the VCP’s Seventh Plenum, The Diplomat, 15/05/2018. The Vietnam Communist Party steps up efforts to reform its inner workings.

Nguyên Quynh – Hoàng Phuong/CVN, L’intégration mondiale, clé du succès économique, Le Courrier du Vietnam, 24/06/2018. C’est l’intégration internationale qui a permis au Vietnam d’obtenir des résultats encourageants, surtout dans le secteur économique. Mais si celle-ci peut créer des opportunités, elle est également source de défis. Recommandations d’économistes et de dirigeants.

VNA/CVN, IDE au Vietnam: 30 ans d’attraction, Le Courrier du Vietnam, 05/07/2018. La conférence bilan des 30 ans d’attraction des investissements directs étrangers (IDE) au Vietnam aura lieu le 4 octobre prochain.

World Bank, Country Partnership Framework for the Socialist Republic of Vietnam for the period FY18-FY22, 4 May 2017.

Illustration « à la une » : détail d’une affiche de propagande © FG / Virtual Saigon

MàJ : 10/07/2018

Emmanuel Poisson : Quan và Lại ở Miền Bắc Việt Nam [parution]

[ndlr] Signalement de la réédition en vietnamien de l’ouvrage de référence d’Emmanuel Poisson. Présentation de l’éditeur.

Quan Và Lại Ở Miền Bắc Việt Nam

Từ ba thập niên trở lại đây, nếu như xã hội học lịch sử về các nền văn minh Đông Á đạt được tiến bộ đáng kể, thì chủ yếu là trong việc nghiên cứu các tầng lớp bình dân hay tầng lớp tư sản lớn thời hiện đại. Ngược lại, tầng lớp thượng lưu xưa, những giai cấp hay thành phần xã hội thống trị, vẫn còn nằm quá lâu trong bóng tối, bắt đầu từ các quan chức cao cấp của các nước thuộc văn minh Trung Hoa, chưa bao giờ trở thành đối tượng nghiên cứu có qui mô lớn, kể từ những nghiên cứu của Ch’ü T’ung-tsu (Cù Đồng Tổ), Étienne Balazs và Robert Hartwell, cho đến những khảo cứu gần đây của Pierre-Étienne Will, Paul Smith và Christian Lamouroux, nếu không kể đến các công trình Trung Hoa và Nhật Bản [1] .

Về chế độ quan trường nhà nước ở Đông Nam Á, cụ thể là ở Việt Nam xưa, hiểu biết của chúng ta đặc biệt hãy còn khiêm tốn. Bằng chứng là những hình ảnh tập thể ngày nay vẫn luôn chịu ảnh hưởng của cách đọc và những định đề thừa kế của nền sử học thuộc địa và các nhà truyền giáo, cũng như nền sử học mang đậm tính dân tộc chủ nghĩa của Việt Nam thế kỷ XX. Những nhận định này, trừ một vài biệt lệ đáng kể và sự khác biệt của một số người khởi xướng trong các thế kỷ XVIII và XIX, còn thì thường được diễn giải, thậm chí là áp đặt, theo mô hình khuôn mẫu của một nền quan lại thối nát và bất lực, trì trệ và xơ cứng, tê liệt trong bảo thủ, cứng nhắc và cổ lỗ. Nói chung, những cuộc điều tra về truyền thống hành chính Viễn Đông chỉ bó hẹp, ít ra là đến thời gian gần đây, trong các quan lại chính thức, và nhiều khi chỉ là mô tả thiết chế của cách thức đào tạo và tuyển dụng – bằng con đường thi cử hay bằng xuy cử – cũng như sự vận hành của bộ máy hành chính mà bản thân nó khá phức tạp.

Kết quả của những nghiên cứu hiện có là đáng kể. Nhưng nói thật ra, những công trình nghiên cứu trong tay ta, có ý định khoanh lại diện mạo xã hội học của chế độ hành chính xưa và nay, trong hai lĩnh vực dân sự và quân sự, vẫn còn ít, và hơn nữa, trong trường hợp Việt Nam, thường bỏ qua tầm vóc hiện đại, thực tế hơn người ta vẫn nói. Còn những công trình tìm cách đi sâu vào cơ chế vận hành giữa bộ máy hành chính và các thành phần xã hội mà nó cai trị, đặc biệt là những thuộc viên đảm nhiệm công việc thường ngày, “hệ thống lại viên” mà công trình này nhắc đến, thì lại càng hiếm hơn. Đấy là chưa nói đến khía cạnh địa lý lịch sử của nền hành chính vẫn còn ít được biết đến, chí ít thì cũng chưa có gì chắc chắn. Đấy là những chủ đề cơ bản của cuốn sách tiên phong này. Nó đề cập trong bối cảnh xứ Bắc Kỳ, khi kết thúc nền độc lập của Đại Nam (tên gọi thời đó của nước Việt Nam ngày nay), và trong bốn thập niên đầu của nền bảo hộ Pháp, giai đoạn bản lề trong đó công thức chính trị của chế độ thuộc địa ở Đông Dương đang được tìm kiếm và hoàn thành việc chuyển từ “chế độ quan lại thời chinh phục” sang một “chế độ quan lại thời quản lý”.

Những đóng góp của công trình này là khá mới mẻ. Trước hết là sự phong phú của tư liệu đầu tay, bằng chữ Hán, chữ Việt hay chữ Pháp, đã được khai thác kiên nhẫn, tập hợp và xử lý ở đây. Đặc biệt đấy là những phông riêng của kinh lược Bắc Kỳ và phông của thống sứ Bắc Kỳ được bảo quản tại Lưu trữ Quốc gia Hà Nội, mà những hồ sơ hành trạng đã cung cấp nhiều yếu tố phong phú cho công trình lịch sử đầu tiên mang tính xã hội học về chế độ quan lại Bắc Việt Nam đầu thế kỷ 20 này. Dưới ánh sáng nguồn tư liệu của triều đình và những công trình gần đây của các nhà sử học Việt Nam, hai chương đầu cuốn sách dựa vào việc nghiên cứu cực kỳ chính xác tính phức tạp của cấu trúc hành chính xưa, về cách thức đào tạo và tập sự, về thể thức chi trả lương bổng và thang bậc thăng tiến, về nền văn hoá riêng biệt và truyền thống triều đình trong việc cải tổ thường xuyên dưới các triều Lê và Nguyễn.

Source : Nhà Xuất Bản Tri Thức

Philippe Papin : Les fraternités [parution]

[ndlr] Notre collègue et ami Philippe Papin propose un roman mémoriel de l’Indochine au Vietnam. Présentation de l’éditeur.

Un vieil homme s’en retourne au Vietnam, son pays natal, afin de comprendre les drames de son histoire familiale et personnelle.

Ni autochtone, ni colonial, c’est lui, Do Thai de son nom de guerre, le Juif français persécuté qui a rallié le communisme avant d’achever sa course en paria du Parti.

Source : Les Belles Lettres