Archives par mot-clé : histoire

Charles Keith: Subjects and SojournersCharles Keith. A History of Indochinese in France [parution]

Signalement d’une nouvelle étude de Charles Keith, “une histoire des Indochinois en France”. Présentation de l’éditeur.

During the era of French colonial rule in Indochina, as many as two hundred thousand Indochinese sojourned in France. Subjects and Sojourners is a vivid and comprehensive social, cultural, and political history of this diverse group, which ranged from ruling monarchs to the most marginal laborers. Drawing from a range of rich but underused archives, Charles Keith explores how French colonialism extended Indochina’s colonial society into France, where Indochinese subjects studied, labored, fought, and lived in imperial spaces and contexts that were profoundly different from those they had left behind. Time in France transformed these sojourners, and when they returned to Indochina, they in turn transformed colonial society. Indochinese, in short, did not simply encounter “France” in the colony: they went and lived it for themselves.

Charles Keith is Associate Professor of History at Michigan State University.

Source : University of California Press : https://www.ucpress.edu/book/9780520396852/subjects-and-sojourners

Sur le même sujet sur ce carnet : https://indomemoires.hypotheses.org/40677

Journée d’hommage à Pierre Brocheux (1931-2022) – Université Paris Cité – 3 avril 2024

Une demi-journée d’études en hommage à Pierre Brocheux, historien du Viêt-Nam contemporain et de l’Asie du Sud-Est, décédé en décembre 2022. Programme ci-après.

Attention toujours même bâtiment mais changement de salle :

Halle aux Farines RDC  amphi 10 E (côté Seine)

Historien de l’Indochine, du Vietnam et de l’Asie du Sud-Est. L’homme, l’œuvre et son héritage.

Date : Mercredi 3 avril 2024, 14-18h
Lieu : Amphi 10E RDC, Université Paris Cité, Bâtiment Halle aux farines 15, esplanade Pierre Vidal Naquet 75013

Entrée libre

Journée d’étude organisée par le CESSMA (ancien Sedet) Paris Cité, en partenariat avec le Gis Asie, l’Ifrae et l’Efeo.


Pierre Brocheux, figure de la recherche française sur le Vietnam et l’Asie du Sud-Est : Témoignages (14H-15H15)

Invité d’honneur : Daniel Hémery

1) Pierre Brocheux : Un chercheur engagé : Claire Tran (Université Paris Cité, CESSMA) & Emmanuel Poisson (Université Paris Cité, IFRAE) 14H-14H20

2) Pierre Brocheux : Pilier des études sur l’Asie du Sud-Est à Paris 7 : Catherine Coquery Vidrovitch (ancienne directrice du Sedet, Paris 7) & Andrew Hardy (EFEO Paris) 14H20 14H40

3) Pierre Brocheux : Figure de la recherche française à l’international : Gisèle Bousquet (San José State University) & Bui Tran Phuong (ancienne rectrice de l’université Hoa Sen, Ho Chi Minh-Ville en zoom) 14H40 – 15H

Discussion 15H 15H15


II L’oeuvre de Pierre Brocheux et son héritage (15H15 – 17h55)

1) Histoire économique et sociale : 15H15 – 15H 55
Patrice Morlat
(chercheur indépendant) : Regards croisés sur le mode de production colonial en Indochine
Gisèle Bousquet (San José State University) : Urbanisation au Vietnam: Enjeux économiques et sociaux

2) Histoire du Sud Vietnam : 15H 55 – 16H35
Bui Tran Phuong
(chercheuse indépendante, Ho Chi Minh-Ville en zoom) : Femmes et genre dans la littérature du Sud, dans la première moitié du XX e siècle
Pascal Bourdeaux (EPHE, Paris) : Le Viet Nam entre région et nation: le delta du Mékong en questions

3) Nationalisme et Communisme 16H35 – 17H15
Sophie Quinn Judge
(chercheuse indépendante) : Histoire du communisme vietnamien: l’approche biographique
Claire Tran (CESSMA, Université Paris Cité) : Contribution à l’histoire du nationalisme vietnamien : Histoires parallèles

4) Vietnam, Indochine, Asie du Sud Est 17H15 -17H55
Christopher Goscha
(Uqam, Montreal) : Repenser le Vietnam à Paris VII : de l’Indochine à l’Asie du Sud-Est
Philippe Peycam (IIAS, Leiden) : Du microcosme saïgonnais à l’Asie dans le monde


C’est la nuit maintenant – Giờ sang đêm hết rồi / 26 oct-05 nov 2023 / Paimbœuf

Le réalisateur Pierre Michelon présentera son film lors d’une série de projections, rencontres, débats à Paimboeuf (44), près de Nantes, du 26 octobre au 5 novembre.

Programme :

SPECTRE productions
Entre-deux
Un film en train de se faire
Ville de Paimbœuf

Ont le plaisir de vous convier
au HANGAR, à Paimbœuf (44)
du 26 octobre au 5 novembre 2023
aux projections de

C’est la nuit maintenant – Giờ sang đêm hết rồi
Un film en Polyvision de Pierre Michelon

EN QUELQUES MOTS :

En 1930, un jeune communiste vietnamien nommé Trần Tử Yến (L’hirondelle) est condamné pour complot contre la sûreté de l’Etat et tentative de meurtre. Avec 537 autres camarades, il est déporté de « l’Indochine » vers les « établissements pénitenciers spéciaux » de l’Inini, une subdivision de la Guyane française. Il décède en 2001 à Cayenne, à l’âge de 93 ans, sans avoir revu son pays natal. Écrite à plusieurs mains, parlée à plusieurs voix, cette œuvre polyglotte (français / vietnamien / créole guyanais) présente l’unique témoignage audiovisuel de Trần Tử Yến, recueilli par la réalisatrice Geneviève Wiels en 1999.

Retranscrit en français et en vietnamien, le témoignage fragile de Trần Tử Yến nous ouvre à des paysages, des images et des passages. C’est peut-être la nuit, voire l’oubli (le titre est tiré d’une expression de Trần Tử Yến) mais des alliances se sont créées pour raconter son histoire, entre traductrices et historiennes, entre les condamnés et leurs geôliers, entre les filles guyanaises de Trần Tử Yến et leurs cousin·e·s du Việt Nam. Deux frères séparés par l’histoire se retrouvent par la langue et se regardent, c’est peut-être un miroir : il s’appelle Trần Tử Yến (L’hirondelle), il s’appelle Trần Tử Yên (La paix).

INFOS PRATIQUES :
Du 26 octobre au 05 novembre 2023
Le hangar / quai Sadi Carnot / Paimbœuf

projections tous les jours (sauf lundi) à 18h00 et 19h30
18h00 : première partie (75min)
19h30 : seconde partie (80min)
entrée libre

un film en polyvision de Pierre Michelon avec Trần Tử Yến et Trần Tử Yên, Josette Trần Tử Yến Muguette, Claudette et William Tran-Tu-Yen
Christèle Dedebant, Trần Phương Thảo, Maxime Bichon

réalisation des écrans : James Clochard
assistance artistique : Inès Miossec

RENCONTRES/ATELIERS :
(suivis des projections)

Le jeudi 26 octobre à 16h00, Le Hangar : rencontre avec l’historienne Christèle Dedebant

— « Destins croisés : que sont devenus les anciens forçats indochinois de Guyane/Inini ? »

Si Joseph Trần Tử Yến est resté sur « la terre du bagne », plusieurs de ses anciens compagnons d’infortune ont suivi des trajectoires différentes. Christèle Dedebant reviendra sur quelques-uns de ces destins ballotés par les soubresauts de l’histoire.

Le mercredi 1er novembre à 16h00, Le Hangar : atelier musical avec Thẩm Yến Linh

— (Auto)Radio Lointain

Partage pratique & exploration mélodique de l’intime – déracinement –
ré-enracinement – héritage musical.

Pourquoi utiliser l’outil Musique ? Parce que c’est tout aussi important que la cuisine sur l’échelle des choses que l’on se transmet en famille ou entre ami·e·s, en dehors du patrimoine matériel. Mais si tout le monde parle beaucoup de la cuisine, c’est sans doute parce qu’il est difficile de survivre sans nourriture ; cependant il n’est pas moins difficile de survivre sans air, qui est la première composante du son, et tout de suite après, de la musique.

Parce que c’est le lieu de passage et de transmission de la langue. Parce que ce sont des connections neurologiques particulières qui marquent la mémoire sensible sonore et qui portent des traces du « début ». Parce que la musique est un art qui se compose avec des temps et compose ainsi différemment avec « le » temps. Ce dernier peut emporter ou abîmer peintures, sculptures, architectures, tandis que la musique utilise un support fait d’un matériau différent pour perdurer à travers le temps, et ainsi se transporter dans des bagages qui ne se pèsent pas en kilos.

Le dimanche 5 novembre à 16h00, Le Hangar (exceptionnellement le 5/11, les projections se feront à 17h et 18h30) : rencontre avec Henri Copin

— D’autres échos historiques et linguistiques :
Entre 1900 et 1930 se forment au Việt Nam différents groupes de patriotes et nationalistes, revendiquant une modernisation politique et sociale autour de modèles japonais, français, ou chinois. Henri Copin évoquera cette évolution et son rapport avec la langue vietnamienne romanisée (Quốc ngữ).


PRÉSENTATION DES INVITÉ.E.S :

Christèle Dedebant est historienne, elle a soutenu en 2001 une thèse de doctorat à l’EHESS intitulée Les lumières de Zenâna : figures de proue de la condition féminine au Pakistan dans leur contexte historique. Elle est par ailleurs journaliste à GEO Magazine et GEO Histoire depuis 20 ans. Auteur du Voile et la Bannière, aux Editions du CNRS, 2003, elle est familière de la Guyane et de son histoire : « Je me suis intéressée aux “Annamites” exilés en Guyane à plusieurs titres. Tout d’abord parce qu’une partie de ma famille vit à Cayenne et à Saint-Laurent du Maroni. Pour GEO, j’ai eu l’occasion de réaliser de nombreux reportages in situ. Mais c’est à Paris que le destin s’est noué : j’y ai rencontré à l’occasion d’un dîner chez des amis une nièce de Trần Tử Yến, la veille de l’un de mes départs pour un énième reportage sur les orpailleurs illégaux. J’ai été immédiatement captée par cette histoire de colonisation transversale. J’ai rencontré à Cayenne Josette Trần Tử Yến, la fille du déporté politique, et j’ai été happée par le sujet »

Le livre de Christèle, Poulo Condore-Cayenne, les derniers déportés politiques de Guyane (titre provisoire), est à paraître (2024) aux éditions Actes Sud, collection Archives du colonialisme.

Thẩm Yến Linh : « Je m’appelle Yến Linh, je suis née à Hà Nội et j’ai grandi dans les Hauts-de-Seine. J’ai ainsi parlé et chanté en vietnamien avant de le faire en français.

J’ai plusieurs amours et pratiques : l’architecture, la scénographie, la menuiserie (ENSAPM, Lycée Léonard de Vinci, Ateliers Devineau), l’illustration (Paris 1 Sorbonne, techniques pastels, aquarelles et numériques, collaborations vidéos ou imprimées), la musique (Conservatoire de Vanves, chant, écriture, compositions, représentations), les activités associatives et collectives (Collectif Vietnam Dioxine, Collectif Paaf, Le Studio Jaune) et plus récemment le théâtre en tant que comédienne (SAIGON 2023-2024, de Caroline Guiela Nguyen, Compagnie des Hommes Approximatifs).

Grâce à ces différents medium, depuis 2015 je construis mon travail artistique autour de la question intime et politique de l’héritage, du déracinement, en l’occurence dans mon cas : le Việt Nam. J’exerce également une activité de traduction : c’est ainsi que j’ai rencontré le cinéaste Pierre Michelon à l’occasion de la transcription linguistique pour son film documentaire sur monsieur Yến (L’hirondelle). »

Henri Copin a vécu et travaillé au Việt Nam, au Cambodge et au Sénégal. Il vit à Nantes.

Auteur de nombreux ouvrages, articles, communications, consacrés à la représentation littéraire de l’Asie (pays de l’ex-Indochine) et de l’Afrique, en période coloniale ou post coloniale, à l’altérité, aux figures de l’Autre et de l’Ailleurs. Contribue à L’Encyclopédie de la Colonisation française, en cours de publication aux Indes Savantes. Professeur à l’Université permanente de Nantes, élu à l’Académie littéraire de Bretagne et des Pays de la Loire.

Pierre Michelon est né à Nantes en 1984. En observateur participant, il arpente les terrains d’une société oublieuse et aphasique. Sa réflexion est concentrée sur l’écriture, l’oralité et l’usage de l’Histoire. Ses récentes recherches l’ont conduit à réaliser des portraits de déporté·e·s politiques dans les bagnes coloniaux (Amara, Cinéma du réel, 2019, Histoire de la maladie, musée du Louvre, 2019). Elles se déclinent dans une variété de propositions : traductions, films, installations, performances-documentaires… Chacun de ces montages est conçu autour d’un processus de recherche, qui prend tantôt la forme d’enquêtes, d’entretiens, de dérives et d’associations multiples. Les paysages y deviennent des témoins. La démarche artistique de Pierre Michelon se tient à cet endroit, là où se produit un témoignage, là où se fabrique une communauté. Il est diplômé de École des Beaux-arts de Nantes (D.N.A.P.), de la Villa Arson à Nice (D.N.S.E.P.), de l’École des Beaux-arts de Paris (SACRe, doctorat de création).

Entre-deux est une structure de recherche engagée dans la production et la diffusion de l’art public contemporain sous toutes ses formes, éphémères et pérennes, interrogeant les enjeux du contemporain par rapport au réel sur le territoire de Nantes mais aussi élargi à la région des Pays de la Loire.
URL : www.entre-deux.org

Imprimerie, édition et groupes littéraires au Vietnam avant 1945 – Workshop international – 15 et 16 septembre 2023

A ne pas manquer. Un workshop co-organisé par IrAsia / ASSV Hanoi / VNU Hanoi avec le soutien du GIS Asie.

Ce colloque international, portant sur les questions de l’imprimerie et de l’édition en relation avec les groupes littéraires vietnamiens, s’impose pour fédérer les forces, pour mieux exploiter les ressources disponibles, notamment grâce aux bibliothèques numériques et aux humanités numériques. 

Il réunira les chercheurs confirmés et des jeunes chercheurs, mettant l’accent sur la transmission des savoirs entre les générations et les traditions universitaires.

Présentation

Programme

Source : https://www.gis-reseau-asie.org/evenement/workshop-international-imprimerie-edition-et-groupes-litteraires-au-vietnam-avant-1945

Vietnam : révélations sur la répression des manifestations pacifiques [Fidh] – juin 2023

Dans un nouveau rapport publié le 20 juin 2023, la FIDH et le Vietnam Committee on Human Rights (VCHR) font état de la répression systématique du droit à la liberté de réunion au Vietnam. Un document édifiant et utile à lire et à télécharger.

Paris, le 20 juin 2023. Le rapport de 58 pages intitulé « Une Histoire de la Violence – Répression du droit à la liberté de réunion pacifique au Vietnam » dresse le bilan le plus complet à ce jour de plus de trois décennies de mouvements contestataires au Vietnam qui ont donné lieu à une vague de répression systématique. Parmi les actions du gouvernement visant à réprimer les manifestations, on trouve notamment : l’usage injustifié ou disproportionné de la force, les arrestations, le placement en détention, les mises en accusation et autres types d’attaques et de harcèlement à l’encontre des organisateur·rices, des participant·es et sympathisant·es.

Ce rapport, paru en anglais et en français, préconise également des mesures concrètes et détaillées que le gouvernement vietnamien devrait mettre en œuvre afin que les lois et pratiques relatives à la liberté de réunion pacifique soient conformes aux normes internationales.

« La modification de toutes les dispositions relatives à la sécurité nationale dans le Code pénal vietnamien doit constituer un point de départ afin de garantir un environnement sûr et favorable au droit à la liberté de réunion pacifique dans le pays. Hanoï devrait aussi accélérer son processus d’adoption d’une loi relative aux manifestations, attendue depuis trop longtemps, qui soit conforme aux normes internationales », déclare Adilur Rahman Khan, secrétaire général de la FIDH.

Lire la suite : https://www.fidh.org/fr/regions/asie/vietnam/vietnam-revelations-sur-la-repression-des-manifestations-pacifiques


UNE HISTOIRE DE LA VIOLENCE
Répression du droit à la liberté
de réunion pacifique au Vietnam
(pdf)


Journée d’étude : « Le livre et l’écrit dans la modernisation du Vietnam du milieu du XIXe siècle aux années 1940 » – 19 avril 2023.

Un événement important dans le cadre du cinquantième anniversaire des relations franco-vietnamiennes.

Journée d’étude

« Le livre et l’écrit dans la modernisation du Vietnam du milieu du XIXe siècle aux années 1940 »

Date : Mercredi 19 avril 2023 – 09:00 – 18:00

Lieu : Inalco, Maison de la recherche (2, rue de Lille – 75007 Paris) – Auditorium Dumézil

Evénement co-organisé par la Bibliothèque universitaire des Langues et Civilisations (BULAC), le Centre de recherches linguistiques sur l’Asie orientale – CRLAO (Inalco-CNRS-EHESS), le Groupe Sociétés Religions Laïcités – GSRL (CNRS-EPHE), l’Institut d’Asie Orientale – IAO (CNRS-ENS de Lyon) et l’Institut de recherches asiatiques – IRASIA (CNRS-Aix Marseille Université).

L’exposition “Le quốc-ngữ: L’écriture romanisée, vecteur d’une renaissance culturelle au Vietnam (1860-1945)” à la BULAC accompagnera cette journée d’étude qui s’inscrit également dans le cadre du 50e anniversaire des relations France-Vietnam.


Couverture du n° 5 de “Kim Lai tạp chí” (La revue Kim Lai) daté du 7 avril 1932. Collections de la BULAC, BIULO PER.11743

Argumentaire :

Dans le contexte troublé de la colonisation, le Vietnam est le seul pays asiatique à avoir abandonné l’usage officiel des sinogrammes au bénéfice d’une nouvelle écriture basée sur les caractères latins. Cette écriture, appelée quốc-ngữ, est le résultat d’une collaboration depuis le XVIIe siècle entre les missionnaires européens et les premiers lettrés chrétiens vietnamiens afin de faciliter l’évangélisation. Au cours du XIXe siècle, le développement de l’imprimerie à caractères mobiles au détriment de la xylographie a définitivement produit une mutation de la production de l’écrit.

Dès le lendemain de la conquête militaire de la Cochinchine, l’instauration du régime colonial a promu l’usage du vietnamien romanisé pour des raisons administratives et politiques. Le développement de cette nouvelle façon d’écrire la langue vietnamienne a induit en conséquence d’importantes transformations culturelles. Le remplacement du sinogramme par le quốc-ngữ a été proposé dès le début de la colonisation en Cochinchine, avant d’être entériné par le dernier concours littéraire à Hué en 1919. Les éditions vietnamiennes en quốc-ngữ ont alors été florissantes dès les années 1870, comme le prouvent les très nombreuses translittérations et traductions d’écrits anciens, l’édition de dictionnaires, manuels de langues, des récits, etc… par l’administration coloniale, les lettrés chrétiens et plus largement une nouvelle élite émergente.

Au début du XXe siècle, la diffusion de l’écriture romanisée a été paradoxalement soutenue par les lettrés modernistes vietnamiens qui ont vu dans cette romanisation une opportunité de s’ouvrir à l’héritage intellectuel européen, de faciliter l’accès à de nouvelles connaissances qui serviront à édifier une nation moderne. Facile à lire et à écrire, le quốc-ngữ a été adopté par les Vietnamiens et sa diffusion a donné naissance à la presse et à la littérature moderne vietnamiennes. Les éditions locales s’étaient développées et les livres, porteurs de connaissances, ont circulé largement et sont devenus l’un des agents importants de modernisation, illustrant la réflexion de Franklin Roosevelt : “Les livres sont la lumière qui guide la civilisation”. Nous avons assisté à un véritable tournant dans l’histoire du Vietnam.

Depuis des décennies, le sujet de la modernisation du Vietnam a intéressé de nombreux chercheurs, mais les aspects techniques, matériels et linguistiques de l’édition dans ce processus restent encore peu étudiés. Ces questions seront abordées au cours de cette journée d’étude.

Contacts :
NGUYEN Thi Hai (thi-hai.nguyen@bulac.fr)
DAO Huy Linh (huy-linh.dao@inalco.fr)

Comité d’organisation
Pascal BOURDEAUX (GSRL, EPHE)
DAO Huy Linh (CRLAO, CNRS-EHESS-INALCO)
François GUILLEMOT (IAO, CNRS – ENS)
NGUYEN Thi Hai (BULAC)
NGUYEN Phuong Ngoc (IRASIA, CNRS – AMU)


Programme : http://www.inalco.fr/evenement/journee-etude-livre-ecrit-modernisation-vietnam-milieu-xixe-siecle-annees-1940

Hommage au Professeur Nguyên Thê Anh – par Louis Raymond

Le chevalier Nguyễn Thế Anh

Il y a dix jours, lorsque Nguyễn Thế Anh est décédé, Florence Tran m’a envoyé une photographie, qui m’a rappelé des souvenirs de la journée que nous avions passé avec lui en juillet 2021 à son domicile, dans la banlieue de Toulouse. C’était une image d’une bouteille, sur l’étiquette de laquelle il était possible de lire « Vin de Bordeaux – Le chevalier NGUYEN TA ». Je me suis alors revu en cette journée d’été dans le bureau de l’historien, avec ses papiers entassés et son ordinateur qui datait des années 2000, dans lequel il classait méthodiquement tous les articles qu’il avait lus, ainsi que ceux qu’il lui restait à lire. Florence avait sa caméra à l’épaule, et ce vieux Monsieur aux cheveux blancs me montrait ses bouteilles : il en faisait imprimer à son nom qu’on lui envoyait ensuite par colis, et s’amusait de la cocasserie du titre de « Chevalier ».

Pourtant, une dizaine de jours après son décès, je crois que ce mot lui correspond bien, pour le moins aussi bien que celui que j’avais employé dans l’article que j’avais rédigé à l’issue de notre rencontre : « un mandarin comme il n’en existe plus guère, aussi érudit qu’exigeant ». S’il y avait un trait de caractère qui était déterminant chez l’homme qu’était Nguyễn Thế Anh, c’était bien le sens de l’honneur. C’était un honneur parfois susceptible – d’ailleurs, je prenais toujours grand soin de m’adresser à lui avec les formes lorsque je lui écrivais un mail – et sans doute valait-il mieux ne pas l’avoir froissé, mais la droiture et la dignité qui étaient les siennes m’impressionnaient beaucoup. Elles expliquaient l’admiration que j’avais pour l’homme, au-delà du savant. Il y avait chez lui quelque chose d’ancien et de rare. Un chevalier, oui, mais alors, à la façon du chevalier de Bayard, sans peur et sans reproche. Un homme qui avait des principes, qui s’y obligeait avec rigueur, et qui les a tenus toute sa vie durant. Il était très confucéen, finalement.

Je n’ai pas connu Nguyễn Thế Anh en tant qu’élève, pour la bonne raison que je n’avais que 15 ans lorsqu’il a pris sa retraite de l’EPHE au milieu des années 2000. Je lui avais néanmoins dit que j’avais le sentiment qu’il était mon « grand-père historiographique », dans le sens où les historiens du Viêt Nam qui m’ont formé – François Guillemot, Pascal Bourdeaux, Benoît de Tréglodé et bien d’autres – sont passés entre ses mains de Professeur. Je l’ai connu d’abord par ses livres. Je me souviens d’une lecture éblouie de Monarchie et fait colonial au Viêt Nam, que j’avais emprunté à la bibliothèque Diderot de Lyon, et bien sûr, des articles dans Parcours d’un historien du Viêt Nam, ouvrage dans lequel je retourne piocher très régulièrement. Ce fut ensuite sa revue de presse multilingue, qui m’a tant aidé à mieux connaître l’Asie du Sud-Est et à travailler mon vietnamien, puisque je faisais des fiches de vocabulaire à partir des articles très pointus qu’il envoyait sur tel ou tel aspect de la culture vietnamienne. Il y a eu quelques échanges par mail également, puis enfin, cette rencontre, à l’initiative de Florence Tran, à Toulouse, en juillet 2021. Nous avions passé toute la journée ensemble et discuté pendant des heures, mais c’est l’unique fois où je l’ai vu.

Dans les échanges qui ont suivi son décès, Pascal Bourdeaux a eu ce mot : « Je crois qu’il était le représentant d’un Viêt Nam trahi ». La trahison, voilà qui a à voir avec l’honneur, précisément parce qu’elle accouche de ses antonymes. Quitter son pays le 26 avril 1975 avait été une immense douleur, mais il s’efforçait de ne pas se laisser submerger afin de rester lucide, à tout prix lucide. Il ne venait pas du Viêt Nam de la corruption, pas du Viêt Nam de l’autoritarisme, pas du Viêt Nam des règlements de compte, ni encore de celui des conflits de mémoire et des arrangements avec la vérité. Non, il venait d’un royaume qui n’a peut-être jamais existé, mais qui était une idée du Viêt Nam, de ce que son pays devait être, aurait dû être, ou pouvait devenir. Et ce royaume idéel, il le défendait à sa façon, non pas en faisant de la politique, mais en écrivant des livres, des articles et en formant des historiens qui ont pris sa suite. Il se battait aussi bien contre sa propre mémoire que contre le mensonge et la malhonnêteté, en prenant garde à ne jamais sombrer. C’était le chevalier Nguyễn Thế Anh.

Louis Raymond, journaliste indépendant, membre du bureau éditorial de la revue en ligne Les Cahiers du Nem.


Illustration “à la une” : Photo de Florence Tran