Archives par mot-clé : histoire sociale

Claire E. Edington: Beyond the Asylum Mental Illness in French Colonial Vietnam [parution]

[ndlr] Parution d’un ouvrage clé sur un sujet méconnu de l’histoire coloniale.

Claire Edington’s fascinating look at psychiatric care in French colonial Vietnam challenges our notion of the colonial asylum as a closed setting, run by experts with unchallenged authority, from which patients rarely left. She shows instead a society in which Vietnamese communities and families actively participated in psychiatric decision-making in ways that strengthened the power of the colonial state, even as they also forced French experts to engage with local understandings of, and practices around, insanity. Beyond the Asylumreveals how psychiatrists, colonial authorities, and the Vietnamese public debated both what it meant to be abnormal, as well as normal enough to return to social life, throughout the early twentieth century.

Straddling the fields of colonial history, Southeast Asian studies and the history of medicine, Beyond the Asylum shifts our perspective from the institution itself to its relationship with the world beyond its walls. This world included not only psychiatrists and their patients, but also prosecutors and parents, neighbors and spirit mediums, as well as the police and local press. How each group interacted with the mentally ill, with each other, and sometimes in opposition to each other, helped decide the fate of those both in and outside the colonial asylum.

Contents

List of Illustrations
Acknowledgments
Introduction: Writing the Social History of Psychiatry in French Colonial Vietnam
1. A Background to Confinement: The Legal Category of the « Insane » Person in French Indochina
2. Patients, Staff, and the Everyday Challenges of Asylum Administration
3. Labor as Therapy: Agricultural Colonies, Study Trips, and the Psychiatric Reeducation of the Insane
4. Going In and Getting Out of the Colonial Asylum: Families and the Politics of Caregiving
5. Mental illness and Treatment Advice in the Vietnamese Popular Press
6. Psychiatric Expertise and Indochina’s Crime Problem
Conclusion: Continuities and Change in Postcolonial Vietnam
Notes
Bibliography
Index

Source : Cornell University Press

Inside the BGI social history (1927-1976)

[ndlr] Projet de l’Institut d’Asie Orientale coordonné par François Guillemot.

Les Brasseries et Glacières d’Indochine (BGI), fondées sous la colonisation française en 1927 par la maison Denis Frères (Bordeaux), ont connu une expansion économique importante au Viêt-Nam. Le départ de la France de Saigon en 1956 dans le contexte de la division du pays entre 1955 et 1975 n’a pas interrompu sa production.

A partir d’une documentation unique constituée d’une partie du fichier du personnel de la société, le projet vise à établir une histoire sociale et cartographique de la BGI. Cette documentation nous permettra d’étudier l’évolution du personnel, ses origines sociales et ses déplacements au Sud Viêt-Nam dans les années soixante et soixante-dix.

Le projet vise ainsi à restituer l’évolution et le rayonnement de cette société sous la République du Viêt-Nam jusqu’à la réunification, date à laquelle la société change de nom pour Brasseries et Glacières Internationales.

La préservation sur le long terme de ces documents internes à la société, constitués pendant la guerre du Viêt-Nam, apparaît également comme une nécessité pour les recherches actuelles et futures.

Si vous avez travaillé dans cette société pendant la période de la République du Viêt-Nam, n’hésitez pas à nous contacter : francois.guillemot@ens-lyon.fr

The Brasseries et Glacières d’Indochine (BGI), founded under French colonization in 1927 by Denis Frères (Bordeaux), experienced significant economic expansion in Vietnam. The departure of France from Saigon in 1956, and the division of the country between 1955 and 1975, did not interrupt its production.

Based on a unique documentation consisting of the company’s personnel files, the project aims to establish a social and cartographic history of the BGI. This documentation will allow us to study the evolution of the staff, their social origins and their geographic movements within South Vietnam in the 1960s and 1970s.

The project thus aims to reconstruct the development and influence of this company in the Republic of Vietnam at war until reunification, when the company changed its name to Brasseries et Glacières Internationales.

It appears necessary to preserve these internal documents digitally in a long term in order to support future research projects and maintain this specific historical record.

If you worked in this company during the period of the Republic of Vietnam, please do not hesitate to contact us: francois.guillemot@ens-lyon.fr


Dịu-Hương Nguyễn – “Eve of Destruction: A Social History of Vietnam’s Royal City, 1957-1967” [PhD]

[ndlr] Annonce de la soutenance de thèse (PhD) de Dịu-Hương Nguyễn sur l’histoire sociale de Huê, l’ancienne ville impériale, en temps de guerre. Résumé de Christoph Giebel sur ce travail qu’il a dirigé. Nous le remercions pour son aimable autorisation pour la publication de cette annonce.

Dr Diu-Huong Nguyen © 2017

With great pleasure I’d like to announce that Dịu-Hương Nguyễn successfully defended her dissertation last week at the University of Washington in Seattle and earned a PhD degree in History with a specialization in modern Viet Nam. Her dissertation is titled “Eve of Destruction: A Social History of Vietnam’s Royal City, 1957-1967” and captures Huế and its residents in the decade between the founding of the University of Huế and the city’s near-total destruction in early 1968. With great sensitivity and attention to detail, Hương Nguyễn is able to recreate in evocative ways the habits of life in Huế, its citizens’ quotidian interactions, activities, and concerns, the mentalité of the times, even the sounds and smells of street life in this former royal city renowned for its tranquility, pastoral ambience, and measured rhythm of public life. While the years 1957-1962 were marked by increasing urbanization and a renewed cultural and intellectual scene, the religious and political upheavals of 1963 rocked the city, and during 1964-1967, war and civil strife cast ominous clouds and crept ever closer to the city.

Hương Nguyễn’s dissertation focuses our attention on several critically understudied areas in the field: on Central Viet Nam and Huế in their own right, on social history and urban transformations, and on Vietnamese human experiences and the voices of ordinary people at a time of violent conflict. It is an important, timely corrective to the still dominant top-down approaches to Viet Nam at war, with their overwhelming emphasis on political and military affairs and their habitual employment of simplistic regional, political and ideological binaries, holdouts from the Cold War. In this dissertation, pre-1968 Huế and its inhabitants reappear in their rich multiplicity and local specificity that have long defied cooptation by any larger claim of the powerful.

Admirably researched under sometimes challenging circumstances, the dissertation is based on materials found in the Provincial Archives of Huế, Viet Nam’s National Archives II and III, multiple media and literary sources, as well as published memoirs and a host of interviews of current and former residents of Huế conducted on three continents. Hương Nguyễn’s doctoral committee at UW comprised Professors Laurie Sears, Raymond Jonas, Miriam Kahn, and Christoph Giebel (chair).  Professors Nguyễn Quang Ngọc and Phạm Hồng Tung at VNU’s History Department and William Frederick at Ohio University’s Southeast Asia Program provided earlier guidance as well. The completion of the dissertation was supported by a prestigious Mellon/American Council of Learned Societies fellowship.  Congratulations, Dr. Nguyễn Dịu-Hương!

C. Giebel

UW-Seattle, USA

Image « à la une » : Vue d’une rue animée de Huê dans les années 1950 (Sontrung’s Blog).

Bradley Camp Davis : Imperial Bandits Outlaws and Rebels in the China-Vietnam Borderlands (Conférence le 23 février 2017))

[ndlr] A ne pas manquer. La Section d’Études Vietnamiennes de LCAO, recevra Bradley Camp Davis à Paris Diderot le 23 février prochain (16h – 17h30) autour de la publication de son ouvrage Imperial Bandits Outlaws and Rebels in the China-Vietnam Borderlands (2017). Ce séminaire est ouvert à tous, dans la limite des places disponibles.

conferencesev_bradleycampdavis_2017

Pour l’étude des filiations du communisme vietnamien : l’utilité d’une base de données prosopographique

Réflexion et hypothèse de travail sur l’élite communiste vietnamienne. L’interrogation d’un de nos lecteurs sur la sociologie des boat people vietnamiens me donne l’occasion de revenir succinctement et à grand traits sur les possibles filiations du communisme vietnamien. Des filiations multiples, croisées, composées de liens de forte ou de faible intensité, que seule une base de données prosopographique relationnelle pourrait contribuer à éclairer.

Un corpus conséquent

De quoi est faite l’élite politique vietnamienne d’aujourd’hui ? Quelles en sont les composantes ? Quelles filiations sont prépondérantes ? Quelles articulations entre-elles ? Une des sources essentielles permettant l’approche prosopographique1 pour l’étude du Parti communiste vietnamien depuis sa fondation en 1930 est le site officiel du parti2. Les notices biographiques des dirigeants de l’organisation et des membres du Comité central constituent une source officielle précieuse que l’on peut confronter aux sources archivistiques et aux nombreuses publications biographiques ou monographies régionales publiées au Viêt-Nam. A travers les différents sites officiels de l’Etat-Parti, l’ensemble des données aujourd’hui publiques et disponibles sur la toile se comptent par milliers. La constitution d’une base de données sur le modèle de celle élaborée depuis 1989 par Jean-Pierre Dedieu pour l’étude de la monarchie espagnole du XVIIIe et du XIXe siècles permettrait un traitement efficace de ces données3.

On peut évaluer à la louche un corpus (échelon national) de plus de dix mille fiches brassant les différentes composantes du PCV depuis sa création : les dirigeants du Parti et de l’État ; les membres du Comité central (le bureau politique, le secrétariat général…) pour chaque congrès (de 1930 à 2011 : I à XI, le XIIe congrès en janvier 2016) ; les membres des dix comités du Parti liés au Comité central ; les cellules du Parti rattachées au Comité central. A cela s’ajoutent les députés de l’Assemblée nationale4, les membres du Parti aux différents échelons de l’administration locale ou de la représentation populaire (Comités populaires et Conseils populaires) sur trois niveaux : provinces et cités-provinces, districts, communes.

Une double filiation mandarinale/paysanne et sino-soviétique ?

Tenter d’inscrire le Viêt Minh dans une filiation de longue durée en plaçant le mouvement indépendantiste fondé par Ho Chi Minh en mai 1941 dans la continuité des lettrés résistants du Can Vuong (Mouvement « Aide au Roi », 1885-1895) est une perspective séduisante mais qui pose problème5. La sociologie du mouvement communiste vietnamien tout au long du XXe siècle montre que c’est en réalité plus complexe. Car si une filiation avec les partisans du Can Vuong est réelle, elle ne concerne pas que le mouvement national-communiste. D’autres partis révolutionnaires comme le VNQDD ou le Dai Viet peuvent en effet s’inscrire dans cette généalogie sociale et politique6. En ce qui concerne le mouvement communiste, il faudrait voir s’il n’y a pas plutôt rupture volontaire avec cette filiation emblématique à partir des années 1950. Entre 1925 et 1930, l’histoire de la genèse du parti expose les premières difficultés pour unifier les différentes factions communistes vietnamiennes et démontre la multiplicité des trajectoires7. Dans le même ordre d’idée, la lutte à mort entre les kominterniens et les trotkistes dans les années 1937-1945 illustre la tentative d’unifier le communisme vietnamien dans une ligne stalinienne unique.

Après l’accession au pouvoir en 1945, par deux fois, notamment pendant la période des deux guerres (1945-1954 + 1955-1975), la sociologie du Viêt-Minh va être modifiée, toute la question (et la difficulté) est de pouvoir mesurer la profondeur de cette transformation et son inscription dans le temps. Une première transformation s’opère avec la réforme agraire radicale (déc. 1953-1956) lorsque celle-ci met violemment hors jeu la génération de lettrés affiliés au Viêt-Minh à laquelle se rattachent (à titre d’exemple) Vo Nguyen Giap ou Dang Van Viet. La filiation mandarinale est écrasée au profit de la filiation paysanne ou supposée telle8. La seconde transformation, plus politique que sociale, intervient avec la fracture de 1966-1967 lors de l’affaire dite du « révisionnisme anti-parti ». A ce moment, un second coup de massue est infligé à la filiation mandarinale pro-soviétique au profit de la filiation paysanne maoïste représentée par l’ascension de Le Duan à la tête du parti Lao Dong à partir de 19609. Pour faire court, le communisme de guerre, moteur de la réunification par la force, l’emporte jusqu’en 1975 contre la coexistence pacifique Nord-Sud10.

Des fractures non refermées

Ces deux fractures internes au mouvement communiste ou national-communiste vietnamien ont à mon sens fortement impacté à la fois la sociologie du parti mais aussi les choix politiques qui découlèrent de cette transformation. Ces crises ont laissé des traces à l’intérieur du Parti communiste vietnamien jusqu’à nos jours11. Elles sont décelables dans les filiations politiques des membres du PCV, dans la composition des lieux de pouvoir du parti. Pour ainsi dire, les maoïstes ont gagné la guerre d’un point de vue militaire tandis que les pro-soviétiques ont su relever le pays après la disparition des premiers et la jonction entre les deux s’est réalisée sans grande purge publique « à la chinoise ». En maintenant un équilibre entre ces branches multiples (politiques et régionales) le PCV a pu concevoir sa rénovation à la fin des années 80. Celle-ci intervient néanmoins après dix ans de gabegie économique et, ce n’est pas un hasard, après la mort des vieux dirigeants, notamment des idéologues pro-chinois.

Le Doi Moi (Rénovation, perestroika vietnamienne) marque le retour définitif des « experts » sur les « rouges ». Le pragmatisme redevient la règle, c’est en réalité une question de survie pour le régime qui fait face à une situation économique et sociale désastreuse. Le Parti effectue un virage idéologique clair (inscrit dans les différences des constitutions de 1980 et de 1991) et amorce une libéralisation économique avec l’abandon du « droit de maître collectif » cher à Le Duan. Tout ceci est accompagné et soutenu par un virage diplomatique très bien maîtrisé entre 1990, date du retour de la paix avec la Chine (conférence secrète de Chengdu) et 1995, adhésion à l’ASEAN sans parler de la normalisation des relations avec les États-Unis avec la fin de l’embargo en février 1994.

Le maintien du PCV au pouvoir repose sur l’équilibre (toujours recherché lors des congrès) entre les différentes filiations historiques, lettrée, paysanne mais aussi régionale, voire extra-nationale. En effet, il faut intégrer dans le jeu au moins trois filiations « externes » depuis 1975 dont l’éducation politique a peu à voir avec le communisme d’antan : celle des « sudistes », d’abord écartés puis remobilisés pour sortir de l’impasse économique, celle des « retours de l’Ouest » du Doi Moi, cette génération d’experts formés dans les pays du bloc soviétique et enfin celle des « diplomates / entrepreneurs » formée dans les universités et écoles de commerce des pays capitalistes notamment aux États-Unis, à Singapour, en Australie ou en Europe. Cette dernière s’impose de plus en plus dans le paysage économique. Elle est aujourd’hui une ressource indispensable au bon maintien de l’économie.

Alors que le Viêt-Nam s’est converti depuis 25 ans à l’économie de marché « socialiste », la classe des entrepreneurs du parti, souvent dénommée dans la presse comme « groupes d’intérêts » (nhom loi ich) liés aux différentes factions du pouvoir, se positionne désormais comme le maillon fort du régime. Comme le rappelait Philippe Papin dans son analyse socio-culturelle du Viêt-Nam, sur le plan politique l’enjeu reste le même : « L’enjeu, c’est de conserver le contrôle – ou prétendre le conserver, cela peut suffire – sur une machine économique de plus en plus autonome mais qu’il faut pourtant rendre compétitive pour assurer la stabilité sociale, le développement et l’intégration régionale »12. La recherche d’un équilibre entre les différents groupes politico-économiques dans le contexte d’une économie de plus en plus mondialisée (voir l’accord récent sur le TPP) est à ce titre particulièrement importante.

L’unification nationale, un moyen et non une fin

Le Viêt-Minh (1941-1951) a, chacun sait, joué un rôle crucial dans la lutte pour l’indépendance mais il a failli dans l’unification des forces nationales dès 1946. Il faut dire que la France a pesé considérablement dans les divisions vietnamiennes (soutien et mise en place de la République autonome de Cochinchine le 1er juin 1946 alors que le gouvernement de la RDVN négociait l’unification du territoire). La disparition du Viêt-Minh en tant qu’organisation populaire unitaire en 1951 au profit de la création du Parti des Travailleurs du Viêt-Nam sur le modèle chinois atteste que le mouvement indépendantiste fut plus un moyen qu’une fin. Il permit l’accession au pouvoir d’une poignée de cadres communistes déterminés (Ho Chi Minh, Vo Nguyen Giap, Truong Chinh, Pham Van Dong, Le Duan, Le Duc Tho) pour mener à bien la révolution et la guerre. Le schéma de l’alliance patriotique fut reproduit au Sud à travers le FNL-Sud Viêt-Nam cette fois-ci contre les « américano-fantoches » selon la terminologie communiste avec un certain « succès » (obtenir le contrôle total sur le plan politique).

Ce groupe très restreint de leaders communistes allait conserver le pouvoir suprême jusqu’à sa disparition. Le décès des figures historiques (ou la mise à l’écart de certains dirigeants comme Vo Nguyen Giap) permit, après la décennie noire de l’économie subventionnée (1976-1986), d’ajourner la « triple révolution socialiste » pour promouvoir l’économie de marché « à orientation socialiste » (1991) qui a enrichi les nouvelles élites du Parti depuis vingt-cinq ans. Nous sommes donc désormais loin des premiers mandarins affiliés au Viêt-Minh et la filiation chinoise reste particulièrement prégnante au regard des rapports amicaux entre les deux Partis communistes. La Chine populaire pèse encore lourdement sur le destin intérieur du Viêt-Nam par ses relais économiques et sociaux mais aussi via la filiation politique qu’elle entretient au sein du Parti frère. Pour l’étude du communisme vietnamien et plus généralement pour saisir les ressorts cachés de l’évolution politique du pays, l’approche prosopographique nous paraît indispensable. A l’approche du XIIe Congrès du PCV prévu en début d’année 2016, le partage du pouvoir et le bon équilibre à trouver entre ces différentes filiations semble de plus en plus difficile. L’étude des ces filiations et des réseaux qui en découlent seraient des plus utiles pour saisir cette évolution interne et imaginer le futur.

FG

Image « à la une » : affiche de propagande célébrant le 85e anniversaire de la naissance du PCV.

A lire sur Mémoires d’Indochine :

Notes

  1. Claire Lemercier & Emmanuelle Picard, Quelle approche prosopographique?, Hal, 2010 ; Emmanuelle Picard et le LARHRA organisent depuis 2012 un séminaire intitulé « La prosopographie: objets et méthodes ». La quatrième édition de cette année 2015-2016 s’intéresse plus particulièrement aux questions de recherche mobilisant la prosopographie []
  2. Báo điện tử Đảng Cộng sản Việt Nam []
  3. Voir la présentation succincte : Fichoz, base de données pour l’histoire sociale ; Jean Pierre Dedieu et Álvaro Chaparro, « De la base au réseau. L’apport des bases de données à l’étude des réseaux », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 12 | 2013, mis en ligne le 01 février 2013 []
  4. Un important travail avait été initié par Matthieu Salomon, voir : « Les élections législatives du 19 mai 2002 (XIe Assemblée nationale) : Processus de sélection des candidats et vote populaire dans le Vietnam contemporain », in Christophe Gironde et Jean-Luc Maurer (sous la dir.), Le Viêt-Nam à l’aube du XXIe siècle, Paris, Karthala, 2004, pp. 41-71 []
  5. Une perspective surtout inscrite dans l’historiographie des années 70 et 80 avec les études de Jean Chesneaux, Charles Fourniau et Nguyen Khac Vien. Sur quelques portraits du Can Vuong, voir l’article en trois volets du sociologue Trinh Van Thao sur Mémoires d’Indochine []
  6. Par exemple Truong Chinh Duong, l’arrière-grand père de Truong Tu Anh, chef du parti national du Grand Viêt-Nam, avait été un acteur du Can Vuong au niveau local dans la province de Phu Yen, voir : François Guillemot, Dai Viet, indépendance et révolution au Viêt-Nam, Paris, Les Indes savantes, p. 53 []
  7. Huynh Kim Khanh, Vietnamese Communism 1925-1945, Ithaca, Cornell University Press, 1982 []
  8. Voir les témoignages personnels de Bui Tin ou de Dang Van Viet sur ce sujet : Bui Tin, 1945-1999 Vietnam la face cachée du régime, Paris, Éditions Kergour, 1999 ; Dang Van Viet, Souvenirs d’un colonel Vietminh : portrait, Paris, Indo éditions, 2006 []
  9. Martin Grossheim, ‘Revisionism’ in the Democratic Republic of Vietnam: New Evidence from the East German Archives, Cold War History, Vol. 5, Issue 4, 2005, pp. 451-477 ; Sophie Quinn-Judge, « The Ideological Debate in the DRV and the Significance of the Anti-Party Affair, 1967–68 », Cold War History, Vol. 5, Issue 4, 2005, pp. 479-500  []
  10. Lien-Hang T. Nguyen, Hanoi’s War. An international history of the war for peace in Vietnam, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 2012  []
  11. Voir par exemple les débats soulevés en septembre 2014 autour de l’exposition hanoïenne sur l’histoire de la Réforme agraire (1946-1957), exposition rapidement fermée pour « un problème électrique », on ne pouvait pas mieux dire au sens figuré. Voir Bàn về triển lãm Cải cách ruộng đất, BBC tieng Viet, 09/09/2014 ; Đóng triển lãm ‘Cải cách Ruộng đất’?, BBC tieng Viet, 11/09/2014 ; Hoàng Phương, Khoảng lặng bên trong triển lãm Cải cách ruộng đất, VN Express, 11/11/2014 ; Pham Chi Dung, Triển lãm Cải cách ruộng đất: “Nông dân hết thời, địa chủ vạn đại”, VNTB, 13/09/2014 []
  12. Philippe Papin, Viêt-Nam, parcours d’une nation, Paris, Belin / La Documentation française, 2003, p. 129 []

La nouvelle histoire des idées politiques [Repères 2015]

[ndlr] Cet ouvrage évoqué en séminaire est paru en avril 2015 dans la collection Repères (n° 639) des éditions La Découverte. Présentation de l’éditeur suivie de liens vers des recensions.

LaNouvelleHistoireDesIdéesPolitiquesL’histoire des idées politiques s’est longtemps résumée au commentaire savant de grands penseurs ou de grandes questions éternelles. Partout dans le monde, les entreprises de refondation se sont pourtant multipliées depuis les années 1970, portées par des approches parfois divergentes, mais s’accordant sur la nécessité de ne pas traiter les idées comme des objets désincarnés. Étrangement, ces développements n’ont eu, encore récemment, que peu de retentissement en France.

C’est à cette situation que remédie cet ouvrage. Disséquant les apports d’écoles consacrées (école de Cambridge, sémantique historique allemande, généalogie foucaldienne, histoire sociale des idées politiques bourdieusienne, etc.) et mettant en perspective des thématiques particulières (idées et milieux populaires, idées et décision publique, etc.), il offre des réponses à des questions essentielles : qu’est-ce qu’une idée politique ? Les idées politiques sont-elles le fruit du seul génie créateur de leurs auteurs ? Gouvernentelles le monde ?

Arnault Skornicki est maître de conférences en science politique à l’université Paris-Ouest-Nanterre, membre de l’ISP (Institut des sciences sociales du politique). Spécialiste d’histoire sociale des idées politiques et économiques aux XVIIIe-XIXe siècles, il est notamment l’auteur de L’Économiste, la cour et la patrie. L’économie politique dans la France des Lumières (CNRS Éditions, 2011).

Jérôme Tournadre est chargé de recherche CNRS à l’ISP (Institut des sciences sociales du politique, CNRS/université Paris-Ouest/ENS Cachan). Spécialiste de sociologie des intellectuels, des idées politiques contemporaines et des mouvements sociaux, il a publiéAu-delà de la gauche et de la droite, une troisième voie britannique ? (Dalloz, 2006) et Après l’apartheid. La protestation sociale en Afrique du Sud (PUR, 2014).

Source : La Découverte

Recensions :

Giovanni Carpinelli, « Arnault SKORNICKI et Jérôme TOURNADRE, 2015, La Nouvelle Histoire des idées politiques, Paris, La Découverte, 123 p. », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], mis en ligne le 16 septembre 2015, consulté le 03 novembre 2015. URL : http://ress.revues.org/3156

Manuel Cervera-Marzal, « Skornicki (Arnault), Tournadre (Jérôme), La nouvelle histoire des idées politiques. », Revue française de science politique, vol. 65, no 3, juin 2015, pp. 515‑516.

Arthur Hérisson, « Arnault Skornicki, Jérôme Tournadre, La nouvelle histoire des idées politiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 12 mai 2015, consulté le 03 novembre 2015. URL : http://lectures.revues.org/18003

Louis Pinto, « Arnault Skornicki, Jérôme Tournadre, La nouvelle histoire des idées politiques », Lire les sciences sociales [En ligne], mis en ligne le 22 juin 2015, consulté le 03 novembre 2015. URL : http://llss.hypotheses.org/821

Lien vers l’ouvrage en ligne sur le portail CAIRN : https://www.cairn.info/la-nouvelle-histoire-des-idees-politiques–9782707174260.htm

Les sites du pouvoir : capitales, palais et lieux saints – Séminaire du CASE

[ndlr] Programme du Séminaire de recherche du CASE.

Histoire sociale de l’Asie du Sud-Est à l’époque moderne et jusque dans ses développements contemporains – OE01VT

Programme du séminaire de Master

1er semestre 2015-2016

bandeau_CASE

 

Mathieu Guérin (INALCO – UMR 8170), Grégory Mikaelian (CNRS – UMR 8170) et Emmanuel Poisson (U. Paris Diderot – UMR 7219)

Les sites du pouvoir : capitales, palais et lieux saints

Un vendredi sur deux, de 14 h à 17 h

Salle : 220A

Université Paris Diderot

Bâtiment Condorcet – 2e étage

Accès public : 4 rue Elsa Morante 75013 Paris

Evoqués dans de nombreuses études, les capitales, leurs palais et les lieux saints qui leur sont associés ont mobilisé diverses disciplines pour rendre compte de la manière dont, en Asie du Sud-Est, le pouvoir fondateur s’inscrit dans le paysage. Mobilisant l’archéologie, l’histoire urbaine, l’analyse de la symbolique royale ou l’anthropologie politique, c’est surtout la notion d’Etat segmentaire qui, pour l’époque moderne, a servi de fil conducteur à ces recherches. A travers ses diverses formulations qui ne sont pas toutes équivalentes (l’‘Etat cosmique’, l’‘Etat mandalaïque’, le ‘pouvoir galactique’, l’‘Etat théâtre’, le ‘royaume solaire’, le ‘royaume des mots’, ‘l’Etat volatile’, etc.), les auteurs accordent souvent une attention particulière aux modalités concrètes de l’inscription spatiale du pouvoir ainsi qu’à la relation qu’il est possible d’établir entre cette inscription et la forme que revêt le pouvoir.

C’est à ce type de relations que sera consacré le séminaire. A l’aide de données actualisées, il sera notamment question d’examiner l’hypothèse déjà ancienne selon laquelle l’adoption du bouddhisme et celle de l’islam, modifiant diversement la relation des hommes aux dieux, œuvrerait à une centralité plus affirmée du pouvoir incarné par les figures de la royauté. La pérennité des lieux saints, les déplacements de la capitale, l’existence en son sein d’un urbanisme géométrique plus ou moins affirmé, l’éventuelle centralité du palais royal – ou de ce qui est venu, à une époque tardive, le remplacer –, la présence de palais hiérarchisés au sein d’une maison royale qui se déploie dans la capitale, l’esthétique et l’architecture palatiale comme politique de la représentation du pouvoir seront autant de phénomènes dont la recension et l’analyse permettront de mettre en évidence la cohérence des sociétés politiques de l’époque moderne, jusque dans leurs éventuels développements contemporains. Dans une démarche comparative, certaines interventions porteront sur les aires culturelles voisines de l’Asie du Sud-Est informées par le bouddhisme ou l’islam.

Programme rectifié : 1ère séance le vendredi 23 octobre 2015

23 octobre : les capitales du monde taï

  • François Lagirarde (EFEO) : « Haripunchai et les Mueang Taï »
  • Michel Lorrillard (EFEO / CASE, UMR 8170) : « Luang Prabang et Vientiane »

13 novembre : les palais d’Insulinde (1)

  • Pierre-Yves Manguin (EFEO/CASE, UMR 8170) : « Les palais d’Insulinde, de Palembang à Majapahit et Malaka »
  • Marie-Sybille de Vienne (INALCO, ASIEs), « Le palais de Bruneï »

27 novembre : les palais d’Insulinde (2)

  • Claude Guillot (CASE, UMR 8170), « La ville de Banten et son palais royal »
  • Amandine Lepoutre (CASE, UMR 8170), « Parik, capitale came du XVIIIe siècle »

11 décembre : les palais de l’aire culturelle sinisée

  • Emmanuel Poisson (U. Paris Diderot, UMR 7219) : « Les palais de Thang Long : Hanoi à la lumière des récentes découvertes archéologiques »
  • Guillaume Carré (EHESS / CRJ, UMR 8173) : « Le château d’Edo et le palais de Séoul »

8 janvier : capitales et palais du monde khmer, une approche sur le temps long

  • Eric Bourdonneau (EFEO/CASE, UMR 8170) : « Capitales et palais du Cambodge ancien »
  • Grégory Mikaelian (CASE, UMR 8170) : « Capitales et palais du Cambodge post-angkorien »