Archives par mot-clé : histoire politique

Séminaire Mémoires d’Indochine : Synopsis 2020

Année universitaire 2020-2021 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

« Mémoires online : commémorations officielles et récits alternatifs »

Lieu : ENS de Lyon, site Descartes

Enseignant : François Guillemot

Courriel : francois.guillemot@ens-lyon.fr

Jour : le mercredi

Horaires : 9h-12h

Salles :  D4.070 (IAO) sauf indication

Structure du séminaire :

Chaque séance de 3 heures se décompose en deux parties. La première partie est consacrée à l’étude des documents, auparavant lus par tous. La seconde partie est consacrée aux exposés oraux des étudiants et/ou consiste en une discussion autour d’un documentaire historique. Dans tous les cas, les deux parties exigent la participation active des étudiants.

Description succincte et objectif du séminaire :

L’histoire de la décolonisation de la péninsule indochinoise a été, le plus souvent, présentée sous l’angle des littératures officielles marquées par le prisme des vainqueurs. Dans ces textes, la parole des populations reste assez peu lisible. Le Viêt-Nam échappe en partie à cette règle car les vaincus (en outre, les Américains et les Vietnamiens exilés de la République du Sud, voire quelques écrivains du Renouveau) ont chacun de leur côté beaucoup écrit sur leur expérience de la décolonisation et de la guerre. A l’intérieur du pays, aux côtés d’une peinture héroïque et hagiographique de la révolution et de la lutte pour l’indépendance, de nouveaux témoignages entendent bousculer les certitudes. Les Cambodgiens ont largement témoigné du destin de leur pays en guerre en particulier de la violence vécue pendant la dictature du Kampuchéa Démocratique. Le procès des Khmers Rouges a ravivé les traumatismes mais aussi refermé une des pages les plus sombres de l’histoire du XXe siècle. Au Laos, les nouvelles réalités locales interpellent les jeunes adultes de la diaspora sur leur identité et la mémoire collective élaborée en exil. A l’appui de nombreuses publications historiques et politiques et de construction de lieux de mémoires imposants, les vainqueurs de ces trois pays continuent d’affirmer leur légitimité gagnée au prix d’un sacrifice de plus en plus mis à mal par les réalités postcoloniales et la parole d’après-guerre.

L’objectif de ce séminaire est d’inverser la tendance générale des histoires officielles pour se plonger dans les récits de vie, témoignages et mémoires des acteurs, de réfléchir sur leur contenu explicite ou implicite, de poser un regard critique sur ces écrits (à portée autobiographique et « archives de soi »), de réintroduire ces sources « marginales » de l’histoire dans la « grande histoire » de ces pays. Cette approche, très liée aux enjeux mémoriels, permettra de mieux saisir comment nous sortons d’une période où la conscience historique prévalait pour entrer dans une ère où les mémoires envahissent peu à peu la sphère politique. Mémoires manipulées, mémoires conflictuelles ou juxtaposées, tronquées ou oubliées, chacun de ces aspects sera discuté à travers les textes et les exposés oraux du séminaire. La décolonisation de l’Indochine et ses suites avec l’avènement des États-nations postcoloniaux (Viêt-Nam, Laos et Cambodge) est donc ici appréhendée à travers la vision originale des témoins et acteurs de ces pays. Il s’agit en quelque sorte de prendre la juste mesure des mémoires, écrites ou orales, pour interroger l’histoire récente de ces trois pays, et tenter d’élaborer une histoire vue du bas.

Cette année, notre champ d’investigation se portera sur l’expression de la mémoire de la révolution, de la guerre, des massacres ou d’autres faits traumatisants (exils, enfermements…) sur la toile. Comment les États de la péninsule indochinoise organisent la mémoire historique contemporaine de leur pays, à partir de quels jalons commémoratifs, de quelles sources et sur quels supports ? Comment des groupes de populations, des partis politiques ou des individus interfèrent-ils avec les discours officiels ? Quelles sont les controverses mémorielles ? Posent-elles encore problème pour les historiographies officielles ?

Le séminaire de cette année s’intéressera donc à la représentation en ligne des différentes mémoires de l’Indochine, concurrentielles ou complémentaires en s’appuyant sur des ressources disponibles et en accès libre sur la toile. Pour les étudiant/es l’investigation et l’exploration se fera principalement sur des sites ou des réseaux sociaux en langues anglaises ou françaises, voire asiatiques suivant les compétences linguistiques de chacun/e. Remise en perspective, nous analyserons collectivement cette récolte d’informations.

Mots clés : archives de soi ; commémoration ; communisme ; discours ; ethnies minoritaires ; ethnoscape ; femmes ; guerre ; histoire orale ; historiographie ; identité ; internet ; libération ; mémoire ; mouvements politiques ; nationalisme ; netnographie ; oppression ; péninsule indochinoise ; récit de vie ; réseaux sociaux ; résistance ; subaltern studies

Sites du séminaire :

★ ★ ★

Plan du séminaire (sous réserve de modifications) :

Séance introductive et séance 1. Mercredi 7 octobre 2020 : Mémoires en ligne (notions, modalités, calendrier).

Séance 2. Mercredi 14 octobre 2020 : L’imaginaire national en question

Séance 3. Mercredi 21 octobre 2020 : « Travailleurs indochinois« 

Séance 4. Mercredi 4 novembre 2020 : Guerre d’Indochine

Séance 5. Mercredi 18 novembre 2020 : Exils, résistances et génocides

Séance 6. Mercredi 25 novembre 2020 : Femmes en guerre

Séance 7. Mercredi 2 décembre 2020 : Ethnies minoritaires et formations religieuses

★ ★ ★

Bibliographie

Instruments de travail :

DALLOZ, Jacques, Dictionnaire de la guerre d’Indochine 1945-1954, Paris, Armand Colin, 2006. Présentation éditeur.

DULUCQ, Sophie, KLEIN, Jean-François, STORA, Benjamin (sous la dir.) Les mots de la colonisation, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2008. Présentation éditeur.

GOSCHA, Christopher E., Historical Dictionary of the Indochina War (1945-1954). An International and Interdisciplinary Approach, Honolulu, University of Hawaii Press/Copenhagen, Nordic Institute of Asian Studies, 2012. (voir lien “Guerre d’Indochine 1945-1956″ ci-dessus). Présentation éditeur.

KLEIN, Jean-François, SINGARAVELOU, Pierre & SUREMAINN, Marie-Albane de, Atlas des empires coloniaux : XIXe-XXe siècles, Paris, Éditions Autrement, Série Atlas/Mémoires, 2012. Présentation éditeur.

TERTRAIS, Hugues, Atlas des guerres d’Indochine, 1940-1990. De l’Indochine française à l’ouverture internationale, Paris, Éditions Autrement, Série Atlas/Mémoires, 2004 (réédition 2007). Présentation éditeur.

★ ★ ★

Quelques lectures pour accompagner le séminaire :

ABDOUL-CARIME, Nasir / MIKAELIAN, Grégory et THACH, Joseph (eds.), Le passé des Khmers. Langue, textes, rites, Berne, Peter Lang, 2016. Présentation éditeur.

ANDERSON, Benedict, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte / Poche, 2006. Présentation éditeur.

APPADURAI, Arjun, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Editions Payot & Rivages, Petite Bibliothèque Payot, 2005. (Voir le CR de lecture de Marie Bellot).

BANCEL, Nicolas ; BLANCHARD, Pascal ; LEMAIRE, Sandrine, La fracture coloniale. La société française au prisme de l’héritage colonial, Paris, La Découverte, La Découverte Poche, n° 232, 2006. Présentation éditeur.

BRISSON, Thomas, Décentrer l’Occident. Les intellectuels postcoloniaux, chinois, indiens et arabes, et la critique de la modernité, Paris, La Découverte, coll. « Sciences humaines », 2018. Présentation éditeur.

BROCHEUX, Pierre & HEMERY, Daniel, Indochine la colonisation ambiguë 1858-1954, Paris, Éditions La Découverte, textes à l’appui / histoire contemporaine, 2001, nouvelle éd. augmentée et mise à jour. Version anglaise sous le titre Indochina: An Ambiguous Colonization, 1858-1954, Berkeley, University of California Press, 2011. Présentation éditeur (fr.)

DALISSON, Rémi, Les guerres et la mémoire, Paris, CNRS éditions, 2013. Présentation de l’éditeur.

DOAN CAM THI, Écrire le Vietnam contemporain: guerre, corps, littérature, Paris, PUPS, 2010. Présentation éditeur.

GOSCHA, Christopher, Indochine ou Vietnam ?, Paris, Vendémiaire, 2015. Traduction de Going Indochinese. Contesting Concepts of Space and Place in French Indochina, Copenhagen, NIAS Press, 2012. Présentation éditeur (fr.).

GOSCHA, Christopher, The Penguin History of Modern Vietnam, London, Allen Lane, 2016. Présentation éditeur.

GUILLEMOT, François, Viêt-Nam, fractures d’une nation. Une histoire contemporaine de 1858 à nos jours, Paris, La Découverte, « La Découverte / Poche », 2018. Présentation éditeur.

GUILLEMOT, François & LARCHER-GOSCHA, Agathe, La colonisation des corps. De l’Indochine au Viêt Nam, Paris, Vendémiaire, « Chroniques », 2014. Présentation éditeur.

HARDY, Andrew, Red Hills. Migrants and the state in the highlands of Vietnam, Copenhagen, Singapore, NIAS press / ISEAS, 2005. Présentation éditeur.

HARTOG, François, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Éditions du Seuil, coll. Points Histoire H458, 2012 (rééd.). Présentation éditeur.

HICKEY, Gerald C., Free in the forest. Ethnohistory of the Vietnamese central highlands, 1954-1976, New Haven, Yale University Press, 1982.

HUE-TAM HO TAI (ed.), The Country of Memory. Remaking the Past in Late Socialist Vietnam, Berkeley, University of California Press, 2001. Présentation éditeur.

IVARSSON, Søren, Creating Laos, The Making of a Lao Space between Indochina and Siam, 1860-1945, Copenhagen, NIAS Press, 2008. Présentation éditeur.

LE DANTEC-LOWRY, Hélène ; RENAULT, Matthieu et al., Histoire en marges. Les périphéries de l’histoire globale, Presses universitaires François-Rabelais, coll. « Civilisations étrangères », 2018. Présentation éditeur.

LE FAILLER, Philippe, La rivière Noire, l’intégration d’une marche frontière au Vietnam, Paris, CNRS éditions, coll. « CNRS Alpha », 2014. Présentation éditeur.

NGUYEN, Nathalie Huynh Chau, La mémoire est un autre pays. Femmes de la diaspora vietnamienne, Paris, Riveneuve éditions, 2013.

PANH, Rithy et BATAILLE, Christophe, L’Élimination, Paris, Grasset, 2012. Présentation éditeur.

PO DHARMA, Du Flm au Fulro : une lutte des minorités du sud indochinois, 1955-1975, Paris, Les Indes savantes, 2006. Présentation éditeur.

RICOEUR, Paul, La mémoire, l’histoire et l’oubli, Paris, Éditions du Seuil, Points Essais 494, 2000 (rééd. 2003). Présentation éditeur.

SPIVAK, Gayatri Chakravorti, Les subalternes peuvent-elles parler ?, Paris, Éditions Amsterdam, 2009, nouvelle édition 2020. Présentation éditeur.

TARAUD, Christelle, La colonisation, Paris, Éditions Le Cavalier bleu, coll. “idées reçues”, 2008. Présentation éditeur.

WATERSON, Roxana & KWOK Kian-Woon (eds), Contestations of memory in Southeast Asia, Singapore, National University of Singapore Press, 2012. Présentation éditeur.

WATERSON, Roxana (ed.), Southeast Asian Lives: Personal Narratives and Historical Experience, Singapore, National University of Singapore Press, 2006. Présentation éditeur.

Numéros spéciaux de revues et articles en ligne :

ARTIERES, Philippe & KALIFA, Dominique (éd.), “Histoire et archives de soi”, Sociétés & Représentations, n° 13, 2002/1.

BAUSSANT Michèle et al., « Des passés déplacés. Mémoires des migrations », Paris, Seuil, Communications, EHESS, Centre Edgar Morin, n° 100, 2017. Disponible sur Persée.

CHIVALLON, Christine, « Retour sur la « communauté imaginée » d’Anderson. Essai de clarification théorique d’une notion restée floue », Raisons politiques, 2007/3 (n° 27), p. 131-172. Disponible sur Cairn.

DOAN Cam Thi, « Femme, fantasme et guerre. Genèse d’une parole libre dans « La survivante de la Forêt qui rit », nouvelle vietnamienne de 1991 », La revue des ressources, lundi 2 avril 2007. Voir en ligne.

LAPIERRE, Nicole (sous la dir.), « La mémoire et l’oubli », Seuil, Communications, n° 49, 1989.

TORRES, Pedro Ruiz (dir.), « Transferts de mémoires », Passés Futurs, n° 3 en ligne sur Politika.

VIRGILI, Fabrice (éd.), “Les lois genrées de la guerre”, CLIO Femmes, Genre, Histoire, n° 39, 2014. Voir en ligne.

ZANCARINI-FOURNEL, Michelle, « À propos du « retard » de la réception en France des Subaltern Studies », Actuel Marx, 2012/1 (n° 51), p. 150-164. Disponible sur Cairn.

Sur le carnet Mémoires d’Indochine :

Fourton, Marjolaine, « Les Subaltern Studies : principes fondateurs et postérité d’un projet historique », Mémoires d’Indochine, 08/02/2016.

  • Bibliographie spécifique du séminaire (PDF ci-dessous) : [à venir]

★ ★ ★

Travaux à faire et notation :

Présence régulière au séminaire requise, participation active, lecture et commentaire des documents proposés obligatoires (30 % de la note).

Chaque étudiant devra faire le Compte rendu de lecture [CR] d’un ouvrage sur 3 ou 4 pages (maxi) interligne 1,5 accompagné d’une recherche bibliographique autour de l’ouvrage (40 % de la note).

Le même ouvrage sera présenté oralement pendant vingt minutes au cours du séminaire (30 % de la note). Des précisions sur ces travaux seront apportées lors de la séance introductive.

Dans les conditions particulières de ce semestre liées à la crise sanitaire, le travail demandé pourra être modifié.

Image « à la une » et illustration : Montage Mémoires d’Indochine 2020.

Tran Ngoc Chau, Vietnamese counterinsurgency specialist, dies at 96 of coronavirus complications

[ndlr]  Parution dans le Washington Post (accès limité depuis l’Europe) d’un article biographique intéressant de Harrison Smith sur Tran Ngoc Chau un personnage dont le destin est intimement lié à la déchirure nationale vietnamienne et qui a défrayé la chronique au Sud Viêt-Nam dans les années 1969-1970.

Tran Ngoc Chau, a Vietnamese soldier and politician who battled French colonial forces and later the communist Viet Cong, emerging as an influential American ally before being imprisoned in Saigon on treason charges, died June 17 at a hospital in the West Hills section of Los Angeles. He was 96.

His daughter Tamminh Tran Kapuscinska said the cause was complications from covid-19, the disease caused by the novel coronavirus.

Mr. Chau was part of a dwindling group of Vietnamese whose lives were dominated by three decades of conflict, including the resistance against Japanese occupation during World War II, the battle for independence against colonial France and the war that followed the country’s 1954 partition, which pitted the communist North against the U.S.-backed South.

Lire la suite / Read more : The Washington Post, 10/07/2020.

Image « à la une » : Tran Ngoc Chau dans les années cinquante à l’académie militaire de Dalat © DR

Eugénie Mérieau : Pré-Inventaire des « Papiers Pridi Panomyong » à l’IAO, déposés par Judith Stowe

Le fonds déposé par Judith Stowe à l’Institut d’Asie orientale est pour les historiens une excellente porte d’entrée sur les périodes les plus intrigantes de l’histoire politique de la Thaïlande, et notamment sur les événements autour desquels de nombreuses zones d’ombre persistent encore.

Pridi Panomyong, homme d’Etat thaïlandais (1900-1983)

Le fonds se compose de dossiers de presse thaïe, câbles diplomatiques américains, documents judiciaires originaux, et mémoires personnels. Il s’articule autour de trois thèmes clé de l’histoire thaïlandaise : les relations internationales de la Thaïlande pendant la Seconde guerre mondiale, la vie de Pridi Panomyong, et le rôle du roi Bhumipol Adulyadej dans la politique thaïlandaise. Les documents rassemblés par Judith Stowe couvrent la période s’étendant du début des années 1940 à la fin des années 1980.

I : Judith Stowe

Judith Stowe, née au début des années 1930, est une ancienne diplomate britannique. Devenue journaliste pour la BBC, elle a dédié la majeure partie de sa vie à l’étude de l’Asie du Sud-Est et en particulier de la Thaïlande et du Vietnam. Sa contribution à l’étude de l’histoire thaïlandaise est souvent sous-estimée ; pourtant, son livre Siam becomes Thailand : a story of intrigue (( Judith Stowe, “Siam becomes Thailand : a Story of Intrigue”, Honolulu : University of Hawaii, 1991 )) est l’un des ouvrages les plus détaillés concernant la période 1932-1946 en Thaïlande, faite de révolutions, coups d’Etat militaires et contre-coups, et la mort inexpliquée d’un monarque.

Afin de conserver son indépendance et sa carrière de diplomate, Judith Stowe avait fait le choix de ne pas se marier  – elle fut envoyée en poste à Manille, Belgrade, Brasilia, Asunción, Saint-Domingue et Jakarta. La naissance d’un enfant mit fin à sa carrière de diplomate, et elle s’orienta vers le journalisme. Après avoir travaillé quelques temps pour la BBC, c’est en 1974, à l’âge de 40 ans, qu’elle devint la responsable de la section thaïlandaise à Londres, avant d’être transférée à la section vietnamienne.

Judy Stowe (1934-2007) © BBC

De ces deux passions, la Thaïlande et le Vietnam, elle s’était fait de nombreux ennemis, devenant persona non grata dans les deux pays. Elle s’était piquée d’ un grand intérêt pour deux de leurs réfugiés en France : Col Bui Tin, qui s’était établi en France en 1990, et Pridi Panomyong, établi en France en 1970. Au premier, elle conseilla de publier ses mémoires, qu’elle traduisit en anglais1. Ses rapports avec le second ne sont pas à ce jour connus – le journal de Judith Stowe n’évoque pas de rencontre avec Pridi – mais les documents du fonds, notamment l’inclusion de documents personnels ayant appartenu à Pridi lui-même, semblent indiquer sinon une certaine proximité du moins un lien.

Les sections sud-est asiatiques du BBC World Service, successeur du BBC Empire Service, avaient été créées dans le cadre de la Seconde guerre mondiale à des fins de propagande de guerre, puis réinvesties d’une mission de lutte anticommuniste en Asie du Sud-Est au tournant de la guerre froide. En Thaïlande, les informations en langue thaïe étaient diffusées sur les ondes à partir d’un émetteur situé à Nakhon Sawan, au nord du pays, après avoir longtemps été émises depuis Hong Kong (jusqu’à la rétrocession en 1997). Toute sa vie, Judith Stowe s’était battue pour le maintien de la section de langue thaïe  – mais c’est en vain qu’elle tenta d’en empêcher la fermeture en 2005 lors d’une restructuration du BBC World Service.

Elle s’est éteinte en 2007 sans savoir que la section thaïe de la BBC allait renaître sous version digitale en 2016, dotée d’un nouveau cahier des charges de lutte contre la dictature militaire, l’autoritarisme et la censure dans le pays. L’acte de naissance de la BBC-Thaï numérique fut la publication d’un article factuel mais détaillé de la biographie du roi Vajiralongkorn, monté sur le trône le 1er décembre 2016 suite au décès de son père le 13 novembre 2016. Cet article dissonait dans le paysage médiatique du royaume, au sein duquel la figure du monarque est entourée d’un lourd silence. Son partage sur Facebook causa l’arrestation et la condamnation exemplaires d’un activiste à une peine d’emprisonnement pour lèse-majesté et cybercrime.

II : Les papiers Pridi Panomyong

  1. Relations internationales durant la seconde guerre mondiale

Guerre franco-thaïe, 1940 – 1941

Durant la seconde guerre mondiale, la Thaïlande a tiré profit de la défaite française pour acquérir des provinces limitrophes au détriment du Cambodge et du Laos sous protectorat français. Cette « guerre » fait partie de la mythologie nationale thaïlandaise, la « victoire » étant commémorée par un grand monument au centre de Bangkok, le « Monument de la Victoire ». L’article photocopié versé au fonds est aujourd’hui disponible en ligne2.

Relations thaï-japonaises, 1940-1945

Les relations entre le Japon et la Thaïlande durant la seconde guerre mondiale sont l’un des domaines les plus complexes de l’histoire thaïlandaise. Le 12 décembre 1941, peu après Pearl Harbor, Luang Phibun Songkhram s’allie avec le Japon, et le 25 janvier 1942, déclare la guerre à la Grande-Bretagne et aux Etats-Unis. Néanmoins, la déclaration de guerre n’est pas remise par l’ambassadeur de Thaïlande aux Etats-Unis, et un mouvement de résistance, coordonné au sommet de l’Etat par Pridi Panomyong, le régent, s’organise.  Cette histoire est retracée dans un livre versé au fonds sous forme de photocopie3.

Tribunal de guerre, 1946

Le tribunal de guerre en 1946 fut mis en place sous la pression britannique pour juger le premier ministre Phibun Songkhram et les agents ayant collaboré avec les Japonais pendant la Seconde Guerre Mondiale. Les Etats-Unis, quant à eux, étaient favorables à une reconnaissance de la Thaïlande dans le camp des Alliés. Phibun Songkhram fut envoyé en prison, mais finalement, la Cour Suprême invalida la loi sur les crimes de guerre pour inconstitutionnalité, et Phibun fut relâché. Les câbles diplomatiques versés au fonds offrent de précieux renseignements sur l’attitude américaine face à la mise en place de ce tribunal de guerre, dans le cadre de l’amorce de la Guerre Froide et sur fonds de rivalité américano-britannique.

  • Vie de Pridi Panomyong

Entretiens de Pridi, années 1950-1980

Au cours de sa vie, Pridi a exercé les fonctions de professeur de droit, parlementaire, ministre, premier ministre, régent. Surtout, il a été le cerveau et le leader de la révolution de 1932 qui mit fin à la monarchie absolue en Thaïlande. Il a été l’un des acteurs les plus importants de ce que Judith Stowe nommait les « intrigues » de la vie politique thaïlandaise post-1932. Dans un entretien célèbre, il déclarait « Lorsque j’avais le pouvoir, j’étais jeune et inexpérimenté. Lorsque j’ai eu de l’expérience, je n’avais plus le pouvoir ». Les entretiens rassemblés par Judith Stowe, en thaï et anglais, sont issus des différents journaux thaïs de l’époque : si certains ont déjà fait l’objet de publication sous forme de recueils4, ils n’en sont pas moins une très bonne ressource pour appréhender la personnalité de Pridi et lire l’histoire politique thaïlandaise à travers son expérience privilégiée.

Réflexions de Pridi sur sa vie, 1972

Pridi Panomyong a connu deux exils : un premier exil en Chine, de 1949 à 1970 et un second en France, de 1970 à sa mort, en 1983. En tout, il vécut près de quarante ans en exil. Suite à son coup d’Etat manqué en 1949 contre son ancien allié Phibun Songkhram, Pridi s’était enfui en Chine puis, à partir de 1970, installé en France. De cette « retraite », il produisit de nombreuses analyses sur sa vie et sur son action en tant qu’homme politique et juriste de la fin des années 1920 à sa mort. Tout comme son autobiographie publiée en France n’est toujours pas traduite en thaï5, le mémoire versé au fonds, rédigé depuis Nice en langue thaïe, est introuvable en Thaïlande.

Affaire de diffamation, 1977 – 1985

Pridi Panomyong a eu à cœur toute sa vie de se défendre d’accusations de républicanisme et surtout de régicide – il fut accusé d’avoir commandité le régicide de Rama VIII en 1946. En 1977, Rong Sayamanan publia un livre sur l’histoire constitutionnelle thaïlandaise6 incriminant directement Pridi dans l’affaire du régicide. Pridi a engagé des poursuites judiciaires contre Rong Sayamanan, et gagna le procès en diffamation, ce qui constituait pour lui la première reconnaissance officielle de son innocence dans l’affaire du régicide. Les comptes-rendus d’audience, versés au fonds, furent publiés dans un recueil paru en 19857 – avant de mourir, Pridi aurait demandé à ses filles de veiller à la publication de ce jugement, pour laver son honneur. Ce recueil n’étant pas disponible en France, la présence des documents originaux dans le fonds est d’une grande valeur : ils prouvent, si le doute était encore permis, que Pridi était bel et bien très attaché à l’institution monarchique.

  • Implication du Roi Bhumipol dans la politique thaïe

Seconde Guerre Mondiale, 1940 – 1945

Au cours de la Seconde guerre mondiale, la famille royale vit en Suisse. Son rôle est complètement invisibilisé par la lutte qui se joue en Thaïlande entre le gouvernement officiel pro-japonais de Phibun Songkhram et le gouvernement de l’ombre de Pridi Panomyong et du groupe de résistance Seri Thai. Néanmoins, les documents de Judith Stowe interpellent en ce qu’ils dévoilent un pan obscur du rôle de la famille royale thaïlandaise durant cette période, qui ne se résume pas à celle de spectateur passif, à travers les écrits des auteurs critiques Puey Ungpakorn et Pridi Panomyong.

Affaire de régicide, 1946 – 1955

En 1946, le roi Ananda Mahidol est retrouvé mort dans sa chambre. Son frère cadet Bhumipol est proclamé roi immédiatement, avant de retourner en Suisse. Pridi Panomyong est accusé du crime, et en 1951, après son exil définitif, trois personnes de son entourage sont condamnées à mort pour régicide. Bhumipol rentre alors en Thaïlande pour s’installer définitivement dans le royaume et assumer son rôle de roi. En 1955, les trois condamnés à mort sont exécutés. Les câbles diplomatiques rassemblés par Judith Stowe au sujet de l’affaire de régicide mettent en lumière le rôle joué par Bhumipol et les autres membres de la famille royale.

Démocratisation de la vie politique, 1970-1980

Dans les années 1970, le roi Bhumipol est érigé en « père de la démocratie thaïlandaise ». Il intervient de façon croissante dans la politique, notamment en 1973 lorsqu’il dissout l’assemblée, nomme discrétionnairement un premier ministre de son choix ainsi qu’une assemblée de près de 2500 membres pour amorcer une révision constitutionnelle. Les câbles diplomatiques du fonds révèlent une lecture américaine plutôt favorable aux interventions royales.

III : Intérêt du fonds

Si en soi de nombreuses pièces du fonds sont désormais accessibles virtuellement, qu’il s’agisse des archives du Bangkok Post, des câbles diplomatiques américains ou des articles universitaires, l’intérêt du fonds réside dans sa compilation des documents clé pour comprendre la politique thaïlandaise et notamment le rôle de la monarchie dans celle-ci, question au cœur des études thaïe, toutes disciplines confondues. Les archives sont bien conservées et directement utilisables à des fins de recherche.

L’implication du roi Bhumipol dans la politique thaïe est également au cœur des questions sur la politique thaïlandaise et l’un des enjeux majeurs du tournant historique révisionniste amorcé dans les années 2000. Les historiens de ce courant, notamment Somsak Jiemteerasakul – aujourd’hui réfugié politique en France – ont déjà publié un certain nombre de documents sur les thèmes abordés par Judith Stowe8. Dans tous les cas, sur ces trois thèmes des relations internationales durant la seconde guerre mondiale, des aspirations de Pridi et du rôle du roi Bhumipol dans la politique thaïlandaise, les archives thaïlandaise n’ont pas encore livré tous leurs secrets. En particulier, les archives relatives au régicide de 1946 ont été étonnamment très peu exploitées. La présence de ce fonds à l’IAO encouragera peut-être davantage de chercheurs, doctorants ou chercheurs confirmés, à s’intéresser à l’histoire thaïlandaise.


Aperçu des « Papiers Pridi »

1. Recueil de textes Document dactylographié, Traduction du thai Anglais 17 p.  Famille royale, 1940-1945 Abpasrapa Taewkul, Puey Ungpakorn, Pridi Panomyong,
2. Article Article de journal, photocopie Anglais 8 p. Guerre franco-thaïe, 1940 – 1941 George Paloczi-Horvath
3. Livre Photocopie Anglais 287 p. Relations thaï-japonaises 1940-1945 Bruce Reynolds
4. Livre Photocopie Thai 108 p. Mémoires de Pridi depuis Nice 1972 Pridi Panomyong
5. Recueil de câbles diplomatiques Photocopies Anglais 133 p.  Famille royale, 1942-1945 Office of Strategic Services et US Department of State
6. Recueil de câbles diplomatiques Photocopies Anglais 102 p. Famille royale, 1954 US Foreign Service
7. Recueil d’articles universitaires Photocopies Anglais 50 – 100 p. Famille royale, 1940-1945 Nicholas Tarling Charnvit Kasetsiri Benjamin Batson
8. Recueil de câbles diplomatiques Photocopies Anglais 50 -100 p.   Régicide, 1946 US Department of State
9. Recueil de câbles diplomatiques Photocopies Anglais 50 – 100 p.   Tribunal de guerre, 1946 US Department of State
10. Recueil de câbles diplomatiques Photocopies Anglais 50 p. Implication du roi dans la politique thaïe, 1970-1980 US Department of State
11. Extraits de jugements Livret photocopié Thaï 3*50 p. Compte-rendu d’audiences et pièces versées au dossier de l’affaire de diffamation de Pridi Panomyong contre Rong Syamananda, 1978 Ministère de la justice
12. Recueil de coupures d’articles Photocopies, originaux Thaï et anglais 30 p.   Entretiens avec Pridi Panomyong, années 1950 – 1980 Bangkok Post, autres

MàJ 01/07/2020.


Pour citer cet article : Eugénie Mérieau, « Pré-inventaire du fonds Pridi Panomyong à l’IAO, déposés par Judith Stowe », Mémoires d’Indochine, 29 juin 2020. URL : https://indomemoires.hypotheses.org/36370


Notes

  1. Bui Tin, “Following Ho Chi Minh: memoirs of a North Vietnamese colonel”, Londres : Hurst, 1995 []
  2. George Paloczi-Horvath, “Thailand’s war with Vichy France”, History Today, 1995, 45#3, pp. 32-39 []
  3. Bruce Reynolds, Thailand and Japan’s Southern Advance, 1940–1945, New York : Palgrave, 1991 []
  4. Chris Baker et Pasuk Phongpaichit, Pridi by Pridi : selected writings on life, politics, and economy, Chiang Mai : Silkworm Books, 2000 []
  5. Pridi Panomyong, Ma vie mouvementée et mes 21 ans d’exil en Chine populaire, Paris: Varap, 1974 []
  6. รอง ศยามานน, ประวัติศาสตร์ไทยในระบอบรัฐธรรมนูญ, กรุงเทพฯ : ไทยวัฒนาพานิช, 2520 []
  7. ปรีดี พนมยงค์, ชำระประวัติศาสตร์, กรุงเทพฯ : ไทยวัฒนาพานิช, 2528 []
  8. สมศักดิ์ เจียมธีรสกุล, ประวัติศาสตร์ที่เพิ่งสร้าง, กรุงเทพฯ : 6 ตุลา, 2544 []

Studying Republican Vietnam: Issues, Challenges, and Prospects – October 14-15, 2019

Programme en ligne d’un important colloque organisé par Tuong Vu à l’Université d’Oregon aux Etats-Unis. Argumentaire et programme (téléchargeable) ci-dessous.

Scholarly interest in the Republic of Vietnam (RVN) has surged in the last decade. The conventional wisdom in Western scholarship until recently was closely in line with communist propaganda, either ignoring the RVN or portraying it as an American creation in the US global struggle against communism. In this narrative, the government led by Ho Chi Minh and his successors represented the true aspirations of most Vietnamese, while the RVN had little domestic legitimacy. The conflict in Vietnam during 1955-1975 was less a civil war than an American war against the Vietnamese nation as a whole.

The recently expanding interest in Republican Vietnam stems from a combination of newly available sources since the late 1990s and the emergence of a younger generation of historians less shackled by the biases of the previous generation. The new scholarship rejects the old binary of communists-as-patriots versus anticommunists-as-collaborators. Communism is treated as merely one of many political tendencies in modern Vietnam and had no more inherent legitimacy than its rivals. Republican, monarchist and anticommunist ideologies and organizations are given full agency as agents of history who contributed to the evolution of contemporary Vietnam despite their eventual defeat at the hands of the communists. In the new scholarship, the conflicts between and within North and South Vietnam were at the core civil wars whose origins can be traced back to the 1920s’ clashes in colonial Vietnam among republican, communist, monarchist and other ideas.

South Vietnamese Elections in 1967 © DR

The events that transpired since 1975 left behind legacies as complicated as the war itself. After its military victory, the communist regime sought to eradicate any traces of the RVN by imprisoning its former personnel, nationalizing its capitalist economy, and suppressing its lively culture and robust civil society. Unwilling or unable to bear the hardship, persecution, and communist dictatorship, hundreds of thousands fled Vietnam, creating the largest exodus in the country’s history. Among what the diaspora carried with it to foreign shores were certain Republican values, memories of the RVN, and the trauma of life under communism. Among South Vietnamese who stayed behind, the legacies persisted and re-emerged in various aspects when the regime was forced to accept market reform in the late 1980s.

Republican Vietnam is a broad subject, extending through the 20th century and beyond. The issues range from the spread of Republican ideas to French Indochina at the turn of the century to the memories of the RVN among the diaspora and the resurgence of Republican values in Vietnam today, and everything in between.

Source : Center for Asian and Pacific Studies – Oregon University

Un regard politique sur le Viêt-Nam : vers une nouvelle concentration du pouvoir ?

François Guillemot est intervenu dans l’émission de Michel Désautels sur Radio Canada, dimanche 25 novembre 2018 à 11h47, pour un court entretien sur la situation politique vietnamienne. Pour accompagner cet entretien et approfondir certains points, il rappelle des éléments clés sur la période de concentration des pouvoirs en œuvre en République socialiste du Viêt-Nam (RSVN).

[Présentation de Radio Canada] Le Vietnam, l’un des pays les plus pauvres d’Asie il y a 20 ans à peine, est en pleine transformation. L’État communiste ouvre son économie, courtise l’Occident et accueille un nombre record de touristes. Toutefois, qu’en est-il de la vie politique au Vietnam, toujours marquée par le règne du parti unique ? Quelles formes prennent la participation à la vie politique et la contestation du pouvoir ? L’historien et ingénieur de recherche au CNRS François Guillemot analyse pour nous les changements rapides de cette société.

Le Viêt-Nam vers une nouvelle concentration du pouvoir ?

En préambule de cette discussion, il faut rappeler aux auditeurs qu’une compréhension fine de la politique interne vietnamienne est une chose très difficile à maîtriser car le Parti communiste du Viêt-Nam (PCV) fonctionne toujours sur le mode du secret1. En outre, les informations internes au PCV qui pouvaient circuler sur la toile dans des blogs d’observateurs avisés ou des journalistes indépendants entre 2005 et 2015 ont fortement diminué suite à la répression2. Pour suivre l’évolution politique de ce pays sur le long terme, on peut tout de même se référer à quelques solides piliers informatifs ou d’analyses, tels que le site Viet Studies de Tran Huu Dung, le think tank de Carl Thayer ou d’autres blogs ou publications indépendantes sur les réseaux sociaux (principalement Facebook)3. Les programmes d’information en vietnamien de la BBC, RFA (Radio Free Asia), RFI (Radio France Internationale), VOA (Voice of America) sont également très utiles pour décrypter l’information car ils reçoivent directement des analyses et témoignages en provenance du pays. Enfin, à ne pas négliger, les sites officiels en RSVN, dont la mission est de promouvoir la voix du parti, outrepassent, de temps à autre, courageusement cette mission en proposant des investigations sur le plan social et économique4. Situation paradoxale, si les médias vietnamiens comptent aujourd’hui plus de 850 titres, la RSVN reste classée au 175e rang mondial (sur180) sur le plan de la liberté de la presse entre le Soudan (174e) et la Chine (176e)5.

Carte du Vietnam © RSF
Continuer la lecture de Un regard politique sur le Viêt-Nam : vers une nouvelle concentration du pouvoir ?
  1. Ce paramètre est d’ailleurs mentionné dans les devoirs des membres du PCV []
  2. En particulier, on peut citer le site « Ba Sam« , auto-présenté comme « l’agence de presse du trottoir », actif de septembre 2007 à avril 2017. Ce site a été fondé par Nguyen Huu Vinh, ancien membre du PCV et ancien policier, arrêté en 2014 et aujourd’hui incarcéré []
  3. Notons le site du journaliste indépendant Pham Chi Dung : Viet Nam Thoi Bao []
  4. Par exemple lors du scandale écologique Formosa en 2016 []
  5. Cf. la page Vietnam de RSF ; liste des principaux titres de la presse sur l’entrée Wikipédia : Danh sách báo chí Việt Nam []

Séminaires « Viêt-Nam, fractures d’une nation » [8 et 9 mars 2018]

[ndlr] Annonce de l’Institut d’Asie Orientale (IAO, UMR 5062).

François Guillemot exposera l’approche socio-historique de son ouvrage Viêt-Nam, fractures d’une nation (La Découverte, 2018) à Paris lors de deux séminaires de recherche :

  • Le jeudi 8 mars 2018 de 16h30 à 18h dans le « Séminaire d’actualité de la recherche en études vietnamiennes ». Ce séminaire organisé par la Section des Études vietnamiennes (UPD – Inalco) se déroulera en salle 247 E (Halle aux Farines) de l’Université Paris Diderot. [Affiche]
  • Le vendredi 9 mars 2018 de 16h à 18h dans le séminaire « France-Vietnam : un portail entre les cultures ». Ce séminaire organisé par le labex TransferS (ENS) se déroulera dans la salle Cavaillès à l’ENS, 45 rue d’Ulm. [Plus d’info]

Ces deux séminaires seront l’occasion de questionner la fabrique du Viêt-Nam contemporain et de débattre sur son histoire interne à travers quelques fractures identifiables.

Page dédiée à l’ouvrage sur Mémoires d’Indochine : https://indomemoires.hypotheses.org/26124

Présentation de l’éditeur : La Découverte