Archives par mot-clé : histoire politique

Studying Republican Vietnam: Issues, Challenges, and Prospects – October 14-15, 2019

Programme en ligne d’un important colloque organisé par Tuong Vu à l’Université d’Oregon aux Etats-Unis. Argumentaire et programme (téléchargeable) ci-dessous.

Scholarly interest in the Republic of Vietnam (RVN) has surged in the last decade. The conventional wisdom in Western scholarship until recently was closely in line with communist propaganda, either ignoring the RVN or portraying it as an American creation in the US global struggle against communism. In this narrative, the government led by Ho Chi Minh and his successors represented the true aspirations of most Vietnamese, while the RVN had little domestic legitimacy. The conflict in Vietnam during 1955-1975 was less a civil war than an American war against the Vietnamese nation as a whole.

The recently expanding interest in Republican Vietnam stems from a combination of newly available sources since the late 1990s and the emergence of a younger generation of historians less shackled by the biases of the previous generation. The new scholarship rejects the old binary of communists-as-patriots versus anticommunists-as-collaborators. Communism is treated as merely one of many political tendencies in modern Vietnam and had no more inherent legitimacy than its rivals. Republican, monarchist and anticommunist ideologies and organizations are given full agency as agents of history who contributed to the evolution of contemporary Vietnam despite their eventual defeat at the hands of the communists. In the new scholarship, the conflicts between and within North and South Vietnam were at the core civil wars whose origins can be traced back to the 1920s’ clashes in colonial Vietnam among republican, communist, monarchist and other ideas.

South Vietnamese Elections in 1967 © DR

The events that transpired since 1975 left behind legacies as complicated as the war itself. After its military victory, the communist regime sought to eradicate any traces of the RVN by imprisoning its former personnel, nationalizing its capitalist economy, and suppressing its lively culture and robust civil society. Unwilling or unable to bear the hardship, persecution, and communist dictatorship, hundreds of thousands fled Vietnam, creating the largest exodus in the country’s history. Among what the diaspora carried with it to foreign shores were certain Republican values, memories of the RVN, and the trauma of life under communism. Among South Vietnamese who stayed behind, the legacies persisted and re-emerged in various aspects when the regime was forced to accept market reform in the late 1980s.

Republican Vietnam is a broad subject, extending through the 20th century and beyond. The issues range from the spread of Republican ideas to French Indochina at the turn of the century to the memories of the RVN among the diaspora and the resurgence of Republican values in Vietnam today, and everything in between.

Source : Center for Asian and Pacific Studies – Oregon University

Un regard politique sur le Viêt-Nam : vers une nouvelle concentration du pouvoir ?

François Guillemot est intervenu dans l’émission de Michel Désautels sur Radio Canada, dimanche 25 novembre 2018 à 11h47, pour un court entretien sur la situation politique vietnamienne. Pour accompagner cet entretien et approfondir certains points, il rappelle des éléments clés sur la période de concentration des pouvoirs en œuvre en République socialiste du Viêt-Nam (RSVN).

[Présentation de Radio Canada] Le Vietnam, l’un des pays les plus pauvres d’Asie il y a 20 ans à peine, est en pleine transformation. L’État communiste ouvre son économie, courtise l’Occident et accueille un nombre record de touristes. Toutefois, qu’en est-il de la vie politique au Vietnam, toujours marquée par le règne du parti unique ? Quelles formes prennent la participation à la vie politique et la contestation du pouvoir ? L’historien et ingénieur de recherche au CNRS François Guillemot analyse pour nous les changements rapides de cette société.

Le Viêt-Nam vers une nouvelle concentration du pouvoir ?

En préambule de cette discussion, il faut rappeler aux auditeurs qu’une compréhension fine de la politique interne vietnamienne est une chose très difficile à maîtriser car le Parti communiste du Viêt-Nam (PCV) fonctionne toujours sur le mode du secret1. En outre, les informations internes au PCV qui pouvaient circuler sur la toile dans des blogs d’observateurs avisés ou des journalistes indépendants entre 2005 et 2015 ont fortement diminué suite à la répression2. Pour suivre l’évolution politique de ce pays sur le long terme, on peut tout de même se référer à quelques solides piliers informatifs ou d’analyses, tels que le site Viet Studies de Tran Huu Dung, le think tank de Carl Thayer ou d’autres blogs ou publications indépendantes sur les réseaux sociaux (principalement Facebook)3. Les programmes d’information en vietnamien de la BBC, RFA (Radio Free Asia), RFI (Radio France Internationale), VOA (Voice of America) sont également très utiles pour décrypter l’information car ils reçoivent directement des analyses et témoignages en provenance du pays. Enfin, à ne pas négliger, les sites officiels en RSVN, dont la mission est de promouvoir la voix du parti, outrepassent, de temps à autre, courageusement cette mission en proposant des investigations sur le plan social et économique4. Situation paradoxale, si les médias vietnamiens comptent aujourd’hui plus de 850 titres, la RSVN reste classée au 175e rang mondial (sur180) sur le plan de la liberté de la presse entre le Soudan (174e) et la Chine (176e)5.

Carte du Vietnam © RSF
Continuer la lecture de Un regard politique sur le Viêt-Nam : vers une nouvelle concentration du pouvoir ?
  1. Ce paramètre est d’ailleurs mentionné dans les devoirs des membres du PCV []
  2. En particulier, on peut citer le site “Ba Sam“, auto-présenté comme “l’agence de presse du trottoir”, actif de septembre 2007 à avril 2017. Ce site a été fondé par Nguyen Huu Vinh, ancien membre du PCV et ancien policier, arrêté en 2014 et aujourd’hui incarcéré []
  3. Notons le site du journaliste indépendant Pham Chi Dung : Viet Nam Thoi Bao []
  4. Par exemple lors du scandale écologique Formosa en 2016 []
  5. Cf. la page Vietnam de RSF ; liste des principaux titres de la presse sur l’entrée Wikipédia : Danh sách báo chí Việt Nam []

Séminaires “Viêt-Nam, fractures d’une nation” [8 et 9 mars 2018]

[ndlr] Annonce de l’Institut d’Asie Orientale (IAO, UMR 5062).

François Guillemot exposera l’approche socio-historique de son ouvrage Viêt-Nam, fractures d’une nation (La Découverte, 2018) à Paris lors de deux séminaires de recherche :

  • Le jeudi 8 mars 2018 de 16h30 à 18h dans le “Séminaire d’actualité de la recherche en études vietnamiennes”. Ce séminaire organisé par la Section des Études vietnamiennes (UPD – Inalco) se déroulera en salle 247 E (Halle aux Farines) de l’Université Paris Diderot. [Affiche]
  • Le vendredi 9 mars 2018 de 16h à 18h dans le séminaire “France-Vietnam : un portail entre les cultures”. Ce séminaire organisé par le labex TransferS (ENS) se déroulera dans la salle Cavaillès à l’ENS, 45 rue d’Ulm. [Plus d’info]

Ces deux séminaires seront l’occasion de questionner la fabrique du Viêt-Nam contemporain et de débattre sur son histoire interne à travers quelques fractures identifiables.

Page dédiée à l’ouvrage sur Mémoires d’Indochine : https://indomemoires.hypotheses.org/26124

Présentation de l’éditeur : La Découverte

France-Vietnam : un portail entre les cultures – Viêt-Nam, fractures d’une nation – ENS 9 mars 2018

[ndlr] Annonce de la séance du vendredi 9 mars 2018 du séminaire « France-Vietnam : un portail entre les cultures ». Présentation d’ouvrages sur le Viêt-Nam en deux temps.

 

  • Viêt-Nam, fractures d’une nation
    par François Guillemot (Institut d’Asie Orientale à Lyon)

Le Viêt-Nam, connu pour sa lutte héroïque pour l’indépendance, fut un des grands mythes du vingtième siècle. Entre décolonisation et guerre fratricide, son histoire apparaît comme exemplaire mais que sait-on de ses fractures internes ? Quels furent les chemins des possibles pour ce pays colonisé et décolonisé dans la violence ? Quels furent les sources d’inspiration et les hybridations proposées ? Quels types de révolutions et de guerres ce pays a-t-il traversé au cours du XXe siècle ? L’ouvrage Viêt-Nam, fractures d’une nation (La Découverte, 2018) nous convie à une exploration inédite du Viêt-Nam « vu de l’intérieur » de l’empire démantelé pendant le XIXe siècle à l’État-nation réunifié d’aujourd’hui. Cette perspective permet de mieux comprendre le fonctionnement du pays, dirigé par un État-Parti, et de penser plus largement le Viêt-Nam contemporain dans un monde asiatique confronté à la puissance chinoise et à la mondialisation. Cette histoire contemporaine de 1858 à nos jours sera l’occasion de discuter du destin de ce pays.

 

  • Présentation de l’ouvrage L’école française au Vietnam de 1945 à 1975 : de la mission civilisatrice à la diplomatie culturelle
    par Nguyen Thuy Phuong

 

Vendredi 9 mars, de 16h à 18h

en salle Cavaillès de l’École normale supérieure

(45 rue d’Ulm, 75005 Paris – 1er étage escalier A)

 

Entrée libre dans la limite des places disponibles
En raison du plan Vigipirate prévoir une pièce d’identité pour l’accès à l’ENS

https://vietlitfr.hypotheses.org/seminaire

Plongée biographique dans l’histoire du Viêt-Nam contemporain – Mémento

[ndlr] Dans ce second volet “Clés du Viêt-Nam contemporain”, dédié aux étudiant.es, nous proposons une plongée biographique dans l’histoire tumultueuse du Viêt-Nam au XXe siècle, un siècle vietnamien marqué par la domination coloniale, la lutte pour l’indépendance, la révolution, la guerre de réunification puis le redressement économique avec le Renouveau.

Continuer la lecture de Plongée biographique dans l’histoire du Viêt-Nam contemporain – Mémento

Philippe Devillers (1920-2016), un secret nommé Viêt-Nam

Nous avons appris la disparition de Philippe Devillers, journaliste et historien, spécialiste de l’histoire politique du Viêt-Nam contemporain et de l’Asie du Sud-Est. Rappel biographique.

PhilippeDevillersPhilippe Devillers était un journaliste et historien français, spécialiste des questions d’Extrême-Orient et de la guerre d’Indochine. Après une carrière riche d’événements historiques, il est décédé le 15 février 2016 à l’âge de 96 ans.

Il naquit Philippe Mullender le 11 novembre 1920 à Villers-Cotterêts, commune française située dans le département de l’Aisne en région Nord-Pas-de-Calais-Picardie.

Selon sa biographie en ligne sur le site de l’Académie des Sciences d’Outre-mer, il fut successivement diplômé de l’École libre des sciences politiques de Paris (1939) et de l’École supérieure d’organisation professionnelle (1942) puis licencié en droit en 1943. Il entama sa carrière comme rédacteur au ministère de la Production industrielle entre 1942 et 1944.

Le 14 septembre 1945, il fut recruté par Hubert Beuve-Méry, directeur du journal Le Monde, en tant que correspondant de ce journal en Indochine et se rendit en Asie la lettre  de recommandation de son directeur de presse en poche. Au même moment, il débuta sa carrière de journaliste au sein de l’État-major du général Leclerc, chef du CEFEO, à Saigon, dans ce qui appelait le “cinquième bureau”.

Il arriva à Saigon le 3 novembre 1945 et fonda avec d’autres jeunes journalistes comme Jean Lacouture le journal Paris-Saigon, « hebdomadaire de la pensée française en Asie » au prix d’une piastre. Du 16 janvier 1946 à janvier 1947, ce journal édita une cinquantaine de numéros.

PhilippeDevillers_Afrase
Philippe Devillers chez lui © photo Claire Tran Thi Lien / Afrase

Peu de temps après son arrivée en Indochine, Philippe Devillers se rendit à Hue où il apprit beaucoup sur la situation vietnamienne (occupation japonaise, révolution d’août, discussions franco-vietnamiennes). Il écrivit son premier article sur la première conférence de Dalat d’avril 1946 pour Le Monde sous le pseudonyme de Devillers, un nom d’auteur qu’il conserva toute sa vie. Il quitta le Viêt-Nam le 9 octobre 1946.

En 1948, il fut le chef de cabinet-adjoint du Secrétaire général du Gouvernement à Paris. Selon sa biographie en ligne sur le site des Indes savantes : “après son retour en France, il travaillera à Matignon, tout en continuant son métier de journaliste pour les mêmes titres, auxquels s’ajoutent notamment L’Express et Témoignage chrétien“.

Il collabora au quotidien Paris Normandie à Rouen pendant dix ans de la fin 1946 à 1957 pour lequel il écrivit 157 articles sur l’Asie. Dans ce journal, il publia son premier article le 20 décembre 1946 sous le titre « Sang froid », un article portant sur la bataille de Hanoi du 19 décembre. La guerre d’Indochine débutait dans le nord du pays un an après la reconquête coloniale dans le Sud.

Fait majeur pour sa future carrière d’historien, en 1952, Philippe Devillers publia un ouvrage clé sur l’histoire contemporaine du Viêt-Nam (image ci-dessous). Tiré à 19.000 exemplaires, la moitié du tirage fut vendue à Saigon, l’ouvrage est épuisé depuis 1967 mais reste une source incontournable sur la période.

Devillers_HistoireDuVietNam

En 1959, grâce à l’accès à des documents privés de Pierre Mendès-France sur la Conférence de Genève de 1954 et à ceux de René Pleven, il co-écrit avec le journaliste Jean Lacouture l’ouvrage La fin d’une guerre, édité à 4500 exemplaires et épuisé en 1970. Cet ouvrage rédigé à la demande de Mendès-France fut publié dans une première édition en 1960 (11 mars 1960) aux éditions du Seuil. Alors que la guerre du Viêt-Nam faisait rage, l’ouvrage fu réédité dans une seconde édition révisée en 1969, dans laquelle Devillers rédigea la troisième partie. Cet ouvrage fut finalement épuisé en 1980. La version américaine intitulée End of a War parut en 1969 aux éditions Praeger à New York.

De 1959 jusqu’en 1964, Philippe Devillers travailla au CERI pour ses recherches sur l’Asie du Sud-Est. Il soutint une thèse sur publications à l’Université Paris Sorbonne en 1983. Cet ensemble de travaux s’intitulait : Conflits de décolonisation en Asie du Sud-Est : Indochine et Indonésie. Il divulgua ses enseignements sur l’Asie dans des universités américaines, notamment à Cornell University en tant que professeur invité (1965-1966), et à Sciences Po Paris (Fondation nationale des sciences politiques) où il fut responsable de la section « Asie du Sud-Est » au Centre d’étude des relations internationales entre 1960 et 1987. En 1972, il fut élu membre titulaire de la 2e section de l’Académie des Sciences d’Outre-Mer.

DevillersLacouture_film

Il poursuivit ses publications sur l’Asie du Sud-Est et le Viêt-Nam jusqu’en 2010, date à laquelle furent édités ses mémoires sur le Viêt-Nam, dernier livre publié de son vivant. Cet ouvrage, paru aux Indes savantes, comprend, selon son auteur, deux textes sources importants : une longue interview de l’Amiral d’Argenlieu dans laquelle l’Amiral expose en détail sa vision politique et, en 1949, un entretien de deux heures et demi avec SM. Bao Dai dans lequel l’ex-empereur raconte ses rapports avec Ho Chi Minh notamment le moment critique de février-mars 1946 qui faillit mettre le Président de la RDVN sur la touche.

A la fin de sa vie, Philippe Devillers commença à verser ses archives personnelles dans différents fonds d’archives en France et au Viêt-Nam. C’est ainsi qu’il remit à l’Association des historiens du Viêt-Nam présidée par Phan Huy Lê un important recueil photographique pourtant sur les événements à Hanoi en 1945-1946. Quelques-unes des photographies de ce précieux recueil ont été publiées dans la revue Xưa và Nay [Jadis et Aujourd’hui]. En 2003 puis en 2006, par l’intermédiaire d’Agathe Larcher-Goscha, il remit à l’Institut d’Asie Orientale à Lyon une documentation précieuse sur la période 1945-1954 formés de coupures de presse et de rapports sur la guerre d’Indochine. Cette documentation lui avait servi à rédiger son ouvrage clé sur le Viêt-Nam paru en 1952.

Plus tard, lors d’une visite rapide à Lyon, il m’a personnellement offert quelques rares documents vietnamiens (journaux nationalistes et photographies) datant de 1945-1946 et utilisés dans ma thèse sur le parti Dai Viêt. Aujourd’hui, la grande majorité des papiers de Philippe Devillers est consultable à Paris aux Archives d’histoire contemporaine du Centre d’histoire de Sciences-Po Paris.

Devillers_ParisSaigonHanoi

Dans un entretien avec l’historienne Claire Tran Thi Liên de l’AFRASE en 2010, il résumait ainsi son approche dépassionnée pour la recherche historique :

« Il faut raconter ce qui s’est passé la semaine dernière comme si l’on écrivait l’histoire de 1815 ».

Il rappela également non sans humour qu’il fut décoré (selon lui en 2010 seule distinction de sa longue vie) en janvier 1946 par le roi Norodom Sihanouk pour avoir présenté au Palais royal un film de Fernandel !

Il a depuis reçu de la RSVN l’Ordre de l’Amitié du Viêt-Nam pour son œuvre et sa fidélité à ce pays.

Nous retiendrons de ce grand chercheur, passionné du Viêt-Nam et ancien maître puis directeur de recherches au CNRS (1988), une connaissance profonde des événements politiques de l’Asie du Sud-Est. Tout au long de sa carrière universitaire, Philippe Devillers publia à titre d’auteur ou dirigea pas moins de sept ouvrages sur le Viêt-Nam et l’Asie du Sud-Est (Indonésie, Cambodge…). En outre, il écrivit environ 500 articles dans la presse française et étrangère et collabora à l’Encyclopedia Universalis.

Son souci constant de comprendre les ressorts politiques du conflit franco-vietnamien sous tous ses aspects et de façon dépassionnée a propulsé sa recherche dans les travaux de références français sur l’émancipation vietnamienne et la guerre d’Indochine.

FG, MàJ 21/02/2016.

FairePartDevillers_LeMonde20-02-2016
Faire part de la famille du défunt publié dans Le Monde du 20 février 2016

Principales publications

  • Vingt ans, et plus, avec le Vietnam : souvenirs et écrits, 1945-1969, Paris : les Indes savantes, 2010.
  • Français et annamites : partenaires ou ennemis ?, 1856-1902, Paris : Denoël, 1998.
  • Charles-Robert Ageron et Philippe Devillers (dir.), Les guerres d’Indochine de 1945 à 1975, actes de la table ronde tenue à l’IHTP, 6-7 février 1995, Paris : IHTP, 1996.
  • (présenté par Philippe Devillers), Paris – Saigon – Hanoi, les archives de la guerre, 1944-1947, Paris : Julliard, coll. Archives, 1988.
  • Guerre ou paix : une interprétation de la politique extérieure soviétique depuis 1944, Paris : Balland, 1979.
  • Ce que Mao a vraiment dit, Verviers : Gérard, 1973.
  • [collectif], L’Asie du Sud-Est, Paris : Sirey, 1970, 2 vol.
  • (avec Jean Lacouture), Viet Nam : de la guerre française à la guerre américaine, Paris : Seuil, 1969.
  • (avec Jean Lacouture), La fin d’une guerre, Indochine 1954, Paris : Seuil, 1960.
  • Histoire du Viêt-Nam de 1940 à 1952, Paris : Seuil, 1952.

DevillersLacouture_LaFinDuneGuerre1954

Pour en savoir plus :

  • Revoir Philippe Devillers lors des Rencontres de l’AFRASE de 2010 (vidéo ci-dessous, principale source de ce billet) :


2.Philippe Devillers par RencontreAfrase