Archives par mot-clé : histoire moderne

Pierre-Emmanuel Bachelet : « Bateaux-pigeons, quartier japonais et cartes nautiques : réseaux marchands et relations interculturelles entre le Japon, le Đại Việt et le Champa (XVIe-XVIIIe siècles) »

Avis de la soutenance de thèse de Pierre-Emmanuel Bachelet.

« Bateaux-pigeons, quartier japonais et cartes nautiques : réseaux marchands et relations interculturelles entre le Japon, le Đại Việt et le Champa (XVIe-XVIIIe siècles) »,

Pierre-Emmanuel Bachelet

Thèse sous la direction de M. J-P. Bassino

Soutenance le vendredi 11 décembre 2020, à 9h.

Jury de thèse :

  • M. Jean-Pascal BASSINO, Professeur des Universités, ENS de Lyon
  • Mme Nadine BÉLIGAND, Maîtresse de conférences, Université Lyon 2
  • M. Leonard BLUSSÉ, Professeur émérite, Université de Leiden
  • M. Andrew HARDY, Directeur d’études, EFEO
  • M. François LACHAUD, Directeur d’études, EFEO
  • Mme Antonella ROMANO, Directrice d’études, EHESS              

La soutenance sera limitée au jury sur Zoom, mais sera diffusée en direct sur Youtube, ce qui permettra à toutes les personnes intéressées d’y assister. Vous pourrez y accéder au lien suivant : https://youtu.be/CPCheVKiPTc 


Résumé :

Cette thèse vise à analyser l’une des connexions majeures des mers de Chine à l’époque moderne : les relations entre le Japon, le Đại Việt et le Champa. A partir du milieu du XVIe siècle, l’impossibilité d’accéder au marché chinois pousse les marchands japonais à investir de plus en plus dans le commerce avec l’Asie du Sud-Est. Ils peuvent y échanger leur argent et leur cuivre contre de la soie et des produits tropicaux. Pour les Japonais, le Đại Việt présente des avantages décisifs : il accueille des marchands venus de Chine et est le seul pays de la région à produire lui-même de la soie. De plus, les autorités des deux pays partagent une conception similaire de l’étiquette et une instruction fondée sur les mêmes classiques. Le Champa, quant à lui, revêt une importance capitale auprès des autorités japonaises en tant que pourvoyeur de bois précieux. Ces relations connaissent une profonde restructuration au cours des années 1630, quand le shogunat interdit aux Japonais de quitter le pays, sans que cette connexion ne disparaisse. Par ailleurs, ces contacts avec le monde extérieur ont permis à une cartographie spécifiquement japonaise de se développer. Les cartes réalisées, si elles se fondent sur des modèles européens ou chinois, parviennent cependant à les réinventer et à les dépasser.

La proximité entre le Japon et le Đại Việt en a donc fait des partenaires privilégiés, ce qui a permis l’établissement de communautés japonaises dans les ports viêt. Ces résidents japonais y ont occupé une fonction centrale, celle d’intermédiation entre Européens et autorités viêt. L’objectif de ce travail de recherche est d’expliciter les fondements sur lesquels cette entente s’est nouée et d’analyser les réseaux multiethniques autour desquelles elle s’est construite, en recourant notamment à des modélisations informatiques.

Abstract :

This dissertation aims to analyse one of the major connections in the early modern China seas, the relations between Japan, Đại Việt and Champa. From the mid-16th century onwards, as they were unable to access the Chinese market, Japanese traders increasingly invested in trade with Southeast Asia, where they were able to exchange silver and copper against silk and tropical products. Đại Việt offered decisive advantages for the Japanese. Merchants coming for China went there to trade and it was the only country to produce silk on its own. Furthermore, the authorities in both countries shared a same vision of diplomacy and their instruction was based on the same classics. As for the Champa, it was of particular importance for the Japanese authorities as a supplier of precious woods. These relations underwent a thorough reorganisation in the 1630’s, when the shogunate prohibited the Japanese from leaving the country, but this connection remained strong. Besides, these contacts with the outside world enabled a specifically Japanese cartography to emerge. Although they were based on European or Chinese models, these maps succeeded in reinventing and going beyond these models.

The proximity between Japan and Đại Việt made them privileged partners and led to the settlement of Japanese communities in Viêt ports. These Japanese residents played a crucial role in these societies, as go-betweens between the European and Viêt authorities. The purpose of this research work is to demonstrate how this common understanding emerged, and to analyse the networks that shaped it, notably through computer modelling.


Illustration « à la une » : document de P-E. Bachelet © DR

Philippe Le Failler : Les pétroglyphes de Sapa, province de Lào Cai, Vietnam – IAO, 12 avril 2019

Au programme du séminaire de recherche de l’Institut d’Asie Orientale. A ne pas manquer.

Vendredi 12 avril 2019

Salle de réunion de l’IAO (D4.070), de 14h à 15h30

Philippe Le Failler

« Les pétroglyphes de Sapa, province de Lào Cai, Vietnam. Comment déchiffrer la figuration d’un espace agraire en milieu montagnard »

Résumé : Sur les versants de la vallée de Mường Hoa, en contrebas de Sapa, se trouvent nombre de pétroglyphes. Une partie d’entre eux sont assimilables à de la cartographie gravée. La caractéristique des gravures tient à une représentation anthropisée du paysage avec une figuration des rizières, un parcellaires des cultures, des réseaux viaires et hydrauliques, ainsi que des implantations humaines. Cette cartographie sur roche de l’espace agro-montagnard n’a pas d’équivalent en Asie du Sud-Est. Elle dévoile les modes d’implantation humaine sédentaire (ou non) et d’exploitation du milieu, mais aussi les caractéristiques des hameaux et villages, autant d’éléments qui peuvent nous permettre d’en saisir l’état démographique, économique et social.

Philippe Le Failler est historien du Vietnam moderne et contemporain, maître de conférences de l’EFEO (IRASIA) ; il enseigne à Aix – Marseille Université. 

Source : Institut d’Asie Orientale

Phan Ngoc Huyên : Similitudes et différences : Comment le modèle d’État chinois a-t-il été appliqué par la dynastie Lê antérieure du Viêt-Nam ?

Annonce de la dernière conférence du professeur Phan Ngoc Huyen à l’ENS Ulm.

Dans le cadre de sa collaboration avec l’Ecole normale supérieure de Hanoi, le labex TransferS reçoit PHAN Ngoc Huyen, professeur associé à la Faculté d’histoire.

Similitudes et différences : Comment le modèle d’État chinois a-t-il été appliqué par la dynastie Lê antérieure du Viêt-Nam ?


PHAN Ngoc Huyên

Lundi 15 octobre, 16h00-18h00


Lieu : Ecole normale supérieure (45 rue d’Ulm, Paris 5e) – 
Salle F


Résumé : Dans cette communication, on souhaite clarifier le processus d’étude, d’imitation et de modification du modèle d’État et de l’institution bureaucratique chinoise pendant la période de la dynastie Lê antérieure. Effectivement, on ne peut pas nier que les dynasties vietnamiennes, dont la dynastie Lê antérieure, ont appris et imité le modèle chinois du point de vue de la réforme de l’institution bureaucratique, du mode d’organisation et du règlement des pouvoirs dans l’appareil de la cour. Cependant, à part cette imitation de modèle, des modifications des modèles reflètent toujours l’identité et les particularités de l’État du Đại Việt.

La conférence sera donnée en vietnamien. Mme Nguyen Giang Huong, de la BnF, assurera la traduction en français.

L’entrée est libre, dans la limite des place disponibles.
Prévoir une pièce d’identité pour l’accès à l’ENS.


« labex TransferS » : http://www.transfers.ens.fr/phan-ngoc-huyen
 « France-Vietnam : un portail entre les cultures » : https://vietlitfr.hypotheses.org/1781

Phan Ngoc Huyen : « Le système du Chancelier dans l’histoire médiévale du Viêt-Nam : problématique et arguments »

[ndlr] Message de notre collègue Nguyen Giang Huong (BNF).

Dans le cadre de sa collaboration avec l’Ecole normale supérieure de Hanoi, le labex TransferS reçoit PHAN Ngoc Huyen, professeur associé à la Faculté d’histoire.

M. Phan donnera une série de trois conférences à l’ENS, Paris, portant sur Le statut du mandarinat et les politiques d’anticorruption à la dynastie Lê postérieure

La première séance se tiendra le vendredi 5 octobre, de 16h15 à 18h15


« Le système du Chancelier dans l’histoire médiévale du Viêt-Nam : problématique et arguments »

Phan Ngoc Huyen

Salle Celan, ENS (45 rue d’Ulm, 75005 Paris)

Pour l’organisation de l’appareil de l’État du Viêt-Nam à la période médiévale, le rang de chancelier ou de premier ministre était particulièrement important et constituait le noyau de l’appareil des mandarins à la Cour.

Cette étude contribue à répondre à un certain nombre de questions telles que : Qui sont les chanceliers à l’époque du Đại Việt ? Quelle est la nature de cette nomination ? Quels sont les critères de sélection et de nomination du chancelier ? Quel rôle joue le chancelier dans l’évolution et la décadence de chaque dynastie ? Le chancelier et le roi ou le seigneur forment-t-ils un « couple parfait » ?

Cette étude pourrait contribuer à la clarification des institutions politiques vietnamiennes à la période médiévale.

La conférence sera donnée en vietnamien, en présence d’un traducteur.

Phan Ngoc Huyen, né en 1983, est professeur associé d’histoire de la Faculté de la Hanoi National University of Education. Ses principales orientations de recherche portent sur les Institutions bureaucratiques dans l’histoire du Viêt-Nam à la période médiévale, les politiques anticorruption dans l’histoire médiévale du Viêt-Nam et les échanges culturels sino-vietnamiens. (Photo du professeur invité en une de ce billet).

Autres conférences à venir :

Les trois conférences de l’historien Phan Ngoc Huyen au mois d’octobre 2018

L’entrée est libre, dans la limite des place disponibles.
Prévoir une pièce d’identité pour l’accès à l’ENS.

Source : France-Vietnam, un portail entre les cultures

P.-E. Bachelet : Cartographies et représentations géographiques du Campā, des premiers siècles de l’ère chrétienne au milieu du XIXe siècle

Pierre-Emmanuel Bachelet a soutenu le lundi 8 juillet 2013 son mémoire de Master 2 en Histoire moderne et contemporaine à l’ENS de Lyon. Mémoire dirigé par Jean-Pascal Bassino (Professeur, Université de Grenoble) et François Guillemot (IR CNRS, IAO).

Reposant sur l’étude rigoureuse d’un corpus de près de 70 cartes anciennes de multiples provenances (européennes, chinoises, vietnamiennes, japonaises ou arabes), P.-E. Bachelet propose une approche du territoire cam par le ciel et une vue de la mer. Ce Champa « vu du ciel et de la mer » offre une image inédite de la représentation spatiale (par les étrangers) de ce royaume disparu et de son importance à travers les siècles. En faisant appel aux documents cartographiques et géographiques (à travers les données des routiers), cette étude historique, entreprise sur la longue durée, est une belle contribution aux études cam et ouvre des perspectives de recherche sur les réseaux commerciaux, la représentation de l’autre et la circulation des idées en Asie du Sud-Est.

Détail du Kunyu Wanguo Quantu (坤輿萬國全圖). Reproduction japonaise, circa 1605
Détail du Kunyu Wanguo Quantu (坤輿萬國全圖). Reproduction japonaise, circa 1605

Cartographies et représentations géographiques du Campā, des premiers siècles de l’ère chrétienne au milieu du XIXe siècle

Un aperçu de la géographie du royaume cam d’après les géographes et les navigateurs asiatiques, musulmans et européens.

Pierre-Emmanuel Bachelet, ENS de Lyon

Résumé

Cette étude s’intéresse à la place qu’occupe le Campā dans la cartographie européenne, musulmane et asiatique et dans les textes qui ont trait à sa géographie. Il tente d’apporter un éclairage différent, à travers un nouveau type de sources, sur l’importance du royaume cam dans les réseaux commerciaux d’Asie du Sud-Est et sur la connaissance qu’en ont les géographes et navigateurs. Les cartographies chinoise, japonaise et vietnamienne y sont abordées : ces cartes mettent l’accent sur la conception symbolique que les Chinois ou les Japonais ont du monde, ou encore sur les revendications politiques et territoriales des Chinois et Vietnamiens en Asie du Sud-Est. Les cartographes musulmans et européens tentent quand à eux de donner une image plus réaliste de ces contrées éloignées, en intégrant à leurs travaux des informations issues des auteurs médiévaux (Marco Polo…), de Ptolémée et bien entendu des navigateurs qui explorent les côtes cam à partir du XVIe siècle. Dans tous les cas on assiste à une standardisation autour de critères cartographiques occidentaux, du XVIIe au XIXe siècle : le Campā occupe une place de plus en plus réduite dans ces cartes, ce qui est peu étonnant vu les amputations territoriales subies au long de ces périodes. Récits de voyage, routiers, récits de missionnaires et encyclopédies permettent de compléter cet aperçu en intégrant des descriptions des côtes, des coordonnées et d’autres détails sur la géographie du royaume cam.

P.-E. Bachelet a travaillé en M1 sur l’historiographie du Campā et sur les sources européennes relatives à l’activité commerciale, la situation politique et la société cam. Il a consacré son M2 à la place du Campā dans la cartographie et projette de travailler en thèse sur les relations entre le Campā/le Sud Viêt Nam et le Japon aux XVIe et XVIIe siècles.