Archives par mot-clé : histoire culturelle

Plongée biographique dans l’histoire du Viêt-Nam contemporain – Mémento

[ndlr] Dans ce second volet « Clés du Viêt-Nam contemporain », dédié aux étudiant.es, nous proposons une plongée biographique dans l’histoire tumultueuse du Viêt-Nam au XXe siècle, un siècle vietnamien marqué par la domination coloniale, la lutte pour l’indépendance, la révolution, la guerre de réunification puis le redressement économique avec le Renouveau.

Pour accompagner notre cours mais également offrir aux lecteurs/trices de ce carnet de recherche quelques repères biographiques sur des personnalités vietnamiennes du XXe siècle, nous proposons une sélection de notices volontairement courtes. Ce choix qui n’a rien d’exhaustif et n’a pas valeur démonstrative vise avant tout à faire surgir quelques figures clés rencontrées au cours des différentes périodes historiques que nous étudions. D’une façon générale, ces portraits s’inscrivent dans l’histoire politique et culturelle. Pour approfondir les données succinctes proposées ici, on se reportera aux encyclopédies en ligne. De même, pour les personnalités étrangères évoquées tout au long de cours (française : Bollaert, De Lattre, Mendès France, Sainteny… ; américaine : Kennedy, Nixon… ; chinoise : Chen Geng, Lu Han, Luo Guibo, Wei Guoqing… britannique : Lord Mountbatten… ; cambodgien : Sihanouk, Lon Nol… ; laotien…) on se reportera prioritairement aux notices du dictionnaire en ligne de Christopher Goscha sur le portail La Guerre d’Indochine (UQÀM) et aux notices d’autres encyclopédies en ligne.

Les notices sont classées chronologiquement par périodes liées à la formation des États-nations puis, au sein de chaque période, par ordre chronologique (à partir de la date de naissance de chaque personnalité). Notons que les dates de naissances présentent parfois des différences (de un, deux ans, voire plus) suivant les encyclopédies. Cela tient au fait que les actes de naissance étaient enregistrés tardivement auprès des services civils et que ces dates reposent sur des sources difficiles à vérifier. Nous nous appuierons sur celles proposées par le dictionnaire biographique de Nguyen Q. Thang et Nguyen Ba The (réédition de 2006).

Comme pour la plupart des histoires nationales, la figure des « grand hommes » domine largement cette sélection d’un peu plus de cent personnalités. Nous avons néanmoins introduit vingt portraits de femmes qui ont marqué le XXe siècle vietnamien.

Les notices seront complétées et corrigées au fil du temps. Nous ajouterons également quelques références bibliographiques (articles ou ouvrages) renvoyant les lecteurs/trices à des travaux académiques publiés et/ou disponibles sur la toile (portails Persée, Cairn, Revue.org …).

★ ★ ★

Héros/héroïnes populaires

Deux sœurs Trưng (12?-43)

Les deux soeurs Trưng (ou Dames Trưng), respectivement Trưng Trắc (徵側) et Trưng Nhị (徵貳) sont deux héroïnes de l’histoire vietnamienne. A la tête d’une armée, elles mènent une insurrection antichinoise pendant trois ans entre 40 et 43 et libèrent le Giao Chi, ce qui deviendra le nord du Viêt-Nam. Leur règne est  court car la contre offensive chinoise menée par le général Ma Yuan (馬援) écrase finalement l’insurrection. Pour ne pas tomber aux mains de l’ennemi, elles se suicident en l’an 43. Auréolées de plusieurs légendes sur leur bravoure et ardeur au combat, elles font l’objet d’un culte et symbolise la lutte pour l’indépendance vietnamien.


Trần Hưng Đạo (né Trần Quốc Tuấn, 1226-1300)

Héros national. Général, grande figure historique de la dynastie des Trần (1225-1400). Il repousse trois offensives mongoles contre le Đại Việt (ancien Viêt-Nam) au XIIIème siècle. Son nom reste le symbole de la résistance nationale à l’envahisseur étranger et de la stratégie militaire. Vénéré comme une divinité populaire, son culte a été étudié par Pham Quynh Phuong (2009).


★ ★ ★

Dernière dynastie impériale : Dynastie des Nguyễn Phước (Nguyễn Phúc)

Gia Long (Nguyễn Phúc Ánh, 1762-1820)

Premier empereur de la dynastie des Nguyễn, dernière dynastie impériale (1802-1945). Gia Long unifie le territoire vietnamien sous la forme de « S » et le nom que nous lui connaissons aujourd’hui. Pour conquérir le pouvoir sur les Tây Son, il s’appuie sur des soutiens militaires français et siamois. Après la victoire, il réorganise son pays, installe la capitale à Huế (Phú Xuân), consolide l’armée et la marine et développe l’économie. Il réactive le confucianisme comme doctrine d’État pour affirmer son autorité.


Tự Đức (Nguyễn Phúc Hồng Nhậm, 1829-1883)

Quatrième empereur de la dynastie des Nguyễn. Durant son règne de 1847 à 1883, il doit faire face à une forte contestation intérieure, au défi du catholicisme et à l’agression de la France. La perte de l’ensemble des territoires du delta du Mékong, future Cochinchine, en 1867 marque le déclin de l’empire vietnamien. Dès 1862, il appelle ses compatriotes à la résistance. Sur le déclin de la dynastie des Nguyen, voir l’étude de référence de l’historien Nguyen The Anh (1992).


Hàm Nghi (Nguyễn Phúc Ưng Lịch, 1871-1944)

Jeune Empereur du Viêt-Nam, il est la figure emblématique du mouvement de résistance « Cn Vương » (Aide au Roi). Il rejoint la résistance à l’âge de quatorze ans. Capturé dans le maquis, il est ramené à Saigon puis exilé en Algérie française en décembre 1888, où il demeure jusqu’à la fin de ses jours. A partir des archives familiales, son arrière petite-fille Amandine Dabat a soutenu en 2015 une thèse en histoire de l’art intitulée : « Hàm Nghi (1871-1944)  Empereur en exil, artiste à Alger« .


Cường Để (1882-1951)

Prince, descendant direct de l’empereur Gia Long. Il mène son combat anticolonial depuis son exil au Japon et en Chine auprès de Phan Bội Châu. En 1939, il fonde l’armée du Phục Quốc qui attaque Langson en septembre 1940. Malgré quelques soutiens japonais, après le coup du 9 mars 1945, ces derniers ne lui offrent pas de retour sur le trône qu’il espérait. Une biographie a été publié par la chercheuse Tran My-Van (2005) sur le destin singulier de ce prince qui a manqué son rendez-vous avec l’histoire.


Duy Tân (Nguyễn Phúc Vĩnh San, 1900-1945)

Empereur du Viêt-Nam en 1907. Déposé par les Français en 1916 à cause de ses sympathies nationalistes, déporté et exilé à la Réunion. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il s’engage dans les Forces Françaises Libres. Il revient sur le devant de la scène lorsque le Général de Gaulle décide de le replacer sur le trône vietnamien. Mais il décède le 26 décembre 1945 dans un accident d’avion, une disparition soudaine qui met fin à la « Solution Duy Tân ». Une biographie a été publiée en 2001 par Nguyen Phuoc Bao Vang, un descendant de la famille.


Bảo Đại (Nguyễn Phúc Vĩnh Thụy, 1913-1997)

Dernier Empereur du Viêt-Nam de la dynastie des Nguyễn (1802-1945). Il règne à partir de 1932 et entreprend la réforme du système impérial mais il se heurte rapidement au conservatisme colonial sur la question de la Cochinchine. Il abdique en faveur du front Viêt-Minh à la fin du mois d’août 1945. Il devient conseiller suprême de la RDVN avant de s’exiler à Hong Kong en mars 1946. Chef de l’État du Viêt-Nam (Quc Gia Việt Nam), État associé à l’Union Française entre 1948 et 1954. Il décède à Paris en 1997 après un long exil en France. L’ex-empereur a publié ses mémoires en français sous le titre Le Dragon d’Annam (1979), non rééditée à ce jour.


★ ★ ★

Domination française (Tonkin, Annam, Cochinchine, 1858-1954)

Phan Thanh Giản (1796-1867)

Mandarin de la cour de l’Empereur Tự̣ Đức, diplomate. Il conduit la délégation vietnamienne en France pour re-négocier la perte des trois provinces orientales du Sud (1863). Nommé Vice-roi des trois provinces occidentales du Sud, il se suicide après la conquête militaire française sur ces trois provinces. Le numéro de la revue d’histoire éditée à Saigon (Tập san sử đ̣ịa) consacré à ce grand mandarin a été réédité en 2015. Un essai biographique a été publié par Le Thanh Tuong à Hanoi en 1938 et Phan Thi Minh Lê (2002) a étudié les années décisives de la fin de sa vie


Nguyễn Tri Phương (1800-1873)

Général de la dynastie des Nguyễn. Il dirige l’armée impériale dans les combats contre la colonisation française du Viêt-Nam. Il mène la résistance à Danang en 1858, à Saigon en 1861 (bataille de Kỳ Hòa) et enfin à Hanoi en 1973. Blessé et capturé, il se laisse mourir de faim sur un constat d’échec.


Pétrus Trương Vĩnh Ký (1837-1898)

Érudit catholique, professeur au collège des Interprètes à Saigon. Auteur de 130 ouvrages sur la langue et la culture vietnamienne. On lui attribue la maîtrise de 14 langues.  Il fait partie de l’ambassade vietnamienne dirigée par Phan Thanh Gin envoyée en France pour renégocier le traité de Saigon. Sa proximité avec l’administration française et ses nombreuses décorations pour services rendus ont longtemps provoqué son rejet de l’historiographie officielle. En janvier 2017, un ouvrage sous la direction du chercheur Nguyễn Đình Đầu (Trương Vĩnh Ký, nỗi oan thế kỷ) retraçant la vie et l’œuvre de cet érudit a été censuré par le PCV. Une biographie sur cet auteur a été publiée par Jean Bouchot dès 1925.


Tôn Thất Thuyết (1839-1913)

Grand madarin à la cour de Huế. Régent avec Nguyễn Văn Tường à la mort de Tự Đức. Il place Hàm Nghi sur le trône puis organise la résistance anti-française du Cn Vương après la prise de Huế en 1885. En 1887, il s’exile en Chine et y demeure jusqu’à sa mort. Un ouvrage biographique a été publié à Hanoi en 1998 sous la direction de l’historien Đinh Xuân Lâm.


Phan Đình Phùng (1844/47?-1895)

Résistant anticolonialiste, figure historique du Mouvement d’Aide au Roi (Cần Vương). Chef militaire de la résistance anti-française pendant dix ans de 1886 à 1895 dans le Centre du pays. Il décède dans le maquis en décembre 1895. Sa disparition porte un coup sévère au mouvement de résistance. Dao Trinh Nhat a publié la première biographie en vietnamien sur ce résistant (rééditée depuis).


Lương Văn Can (Lương Ngọc Can, 1854-1927)

Lettré moderniste, un des fondateurs de l’École gratuite du Tonkin (Đông Kinh Nghĩa Thục / 東京義塾) en 1907 à Hanoi. Soupçonné par la Sûreté coloniale d’entretenir des liens avec l’organisation du révolutionnaire Phan Bội Châu, il est incarcéré et exilé au Cambodge pendant huit ans.


Hoàng Hoa Thám (1858-1913)

Surnommé le « pirate » dans un ouvrage de Paul Chack, connu aussi sous le nom de Đề Thám (Maréchal Thám) ou celle de « le tigre du Yên Thế », cet insurgé nationaliste mène la résistance antifrançaise au sein du Cần Vương (Aide au Roi) dans le Tonkin à partir de 1884. Ses troupes pratiquent la guérilla, le camouflage, l’économie des forces, une stratégie dont s’inspire plus tard les partisans du Viêt-Minh. Après avoir traité avec les Français pour sa réédition, il obtient une zone autonome de six cantons. Puis il reprend le combat anticolonial en 1905 dans le sillage de Phan Bội Châu jusqu’en 1913, date de son assassinat. Une biographie sur le Đề Thám a été publiée par Claude Gendre (2009), ouvrage recensé par Jean-Pierre Renaud sur le site Études coloniales.


Sương Nguyệt Anh (1864-1921)

Née Nguyễn Thị Khuê, femme de lettres, poétesse et journaliste, fille du lettré Nguyễn Đình Chiểu (Đồ Chiểu). En 1906-1908, elle soutient le mouvement Đông Du initié par Phan Bi Châu. Elle fonde en 1918 à Saigon le premier journal dédié aux femmes intitulé Nữ giới chung  (La cloche du genre féminin, voir illustration), suspendu par les autorités coloniales la même année. Elle décède en janvier 1921 à l’âge de 58 ans.


Phan Bi Châu (1867-1940)

Lettré moderniste, révolutionnaire, grande figure du mouvement nationaliste. Il opte pour la solution radicale contre le gouvernement colonial (résistance armée et renversement du régime colonial). Organisateur du « Voyage vers l’Est » (Đông Du) où 200 jeunes nationalistes sont envoyés en formation au Japon. Fondateur de l’Association pour le Renouveau du Viêt-Nam en 1904 (Việt Nam Duy Tân Hi) puis de l’Association de Restauration du Viêt-Nam en 1912 (Việt Nam Quang Phục Hi) et enfin d’un Parti national du Viêt-Nam en 1924 (existence éphémère). Arrêté sur dénonciation en 1925, il est d’abord condamné à mort par le régime colonial puis sa peine est commuée en assignation à résidence jusqu’à sa mort à Huế (1940). Auteur de nombreux écrits, il est considéré comme le père du nationalisme révolutionnaire vietnamien. Ces œuvres complètes (toàn tp) ont été éditées en 1990 à Huế en 10 vol. et ont été rééditées depuis. Ses mémoires ont été traduites en français et annotées par Georges Boudarel (1969). Une traduction anglaise a été éditée par l’historien Vinh Sinh (1999). Le chercheur indépendant Yves Le Jariel (2008) lui a consacré une biographie.


Gilbert Trần Chánh Chiếu (Gibert Chiếu, 1868-1919)

Écrivain, journaliste, entrepreneur et réformiste. Il fonde la société Minh Tân en Cochinchine dans le but de rassembler des fonds pour ses activités politiques. Proche du révolutionnaire Phan Bi Châu, il promeut le volet économique du Duy Tân (Rénovation) qui doit permettre au Viêt-Nam de recouvrir son indépendance. Placé sous surveillance, il est arrêté à plusieurs reprises : en 1908 pour ses liens avec le Đông Du puis en 1917 pour son soutien à Phan Xích Long (Phan Phát Sanh) un chef insurgé charismatique coordonnateur des sociétés secrètes au Sud.


Nguyễn Hải Thần (1870?-1951/54?)

Révolutionnaire, nationaliste. Vieil ami de Phan Bi Châu, réfugié en Chine depuis 1912. Il prend en 1942 la tête de la Ligue Révolutionnaire du Viêt-Nam (Đồng Minh Hi ou ĐMH), organisation soutenue par le GMD. De retour au Viêt-Nam en septembre 1945, il conteste la mainmise du Viêt-Minh sur le gouvernement et parvient à être nommé d’office vice-président du Gouvernement d’Union en janvier 1946. Au cours de la même année, il se réfugie de nouveau en Chine pour échapper à la répression du Viêt-Minh où il reste jusqu’à sa mort.


Phan Châu Trinh (1872-1926)

Lettré moderniste, nationaliste réformateur, partisan d’une solution pacifique pour accéder à l’indépendance. Il participe à l’aventure de l’École libre du Tonkin (Đông Kinh Nghĩa Thục) en 1907 à Hanoi et soutient l’agitation anti-fiscale de 1908 dans le Centre du pays. Son combat politique lui vaut d’être condamné à mort par le régime colonial puis déporté à Poulo-Condore et enfin d’être assigné à résidence suite aux vives protestations de la Ligue des Droits de l’Homme. Il est exilé en France en 1911 et organise le combat anti-colonial au sein du groupe des « Cinq Dragons ». De retour au Viêt-Nam en 1925, il poursuit sa lutte pour une réforme républicaine, milite pour l’amnistie de Phan Bi Châu mais décède un an plus tard. Son enterrement donne lieu à des manifestations populaires dans tout le pays. Auteur de nombreux écrits politiques, il est considéré comme le père de l’idéal démocratique. Ces œuvres ont été éditées en 3 volumes en 2005 à Danang et quelques textes politiques ont été traduits en anglais et présentés par l’historien Vinh Sinh (2009).


Bùi Quang Chiêu (1873-1945)

Homme politique et journaliste, premier ingénieur agronome vietnamien formé à Paris. Fondateur du journal La Tribune indigène en 1917 et du Parti Constitutionnaliste, de tendance réformiste, en 1919. Notable intégré au système colonial dans les années 1930. Il est exécuté par le Viêt-Minh en septembre 1945 ainsi que ses cinq enfants. Sur cet ingénieur voir l’article de l’historien Ralph B. Smith (chapitre 9, 2008) et l’étude de Megan Cook (1977). Voir également sa notice publiée dans Souverains et notabilités d’Indochine (1943).


Kỳ Đồng (奇童) (Nguyễn Văn Cẩm, 1875-1929)

Inspirateur d’une insurrection au Tonkin à la fin du XIXe siècle. Vénéré par les paysans pour son intelligence et son savoir, celui que l’on surnomme « l’enfant merveilleux » mène une révolte contre la citadelle de Nam Dinh en 1887. Pour l’écarter de la rébellion, il bénéficie d’une bourse française et est envoyé à Alger de 1887 à 1896. De retour au pays, il refuse le mandarinat et décide de se rapprocher des terres du nationaliste Đề Thám. Il est rejoint par près de trois mille partisans qui voit en lui un génie messianique qui mettra fin à la colonisation. Il est exilé aux Iles Marquises. Il se lie d’amitié avec Paul Gauguin et décède à Papeete en 1929. Sur le parcours atypique de précurseur voir l’article en ligne de l’historien Nguyen The Anh (BEFEO, 1978) sur le portail Persée. Une brève généalogie a été publiée en 2015 dans La Dépêche de Tahiti.


Phan Văn Trường (1875-1933)

Écrivain anticolonialiste. Un des artisans du groupe des « Cinq Dragons » à Paris regroupant Phan Châu Trinh, Nguyễn Thế Truyền, Nguyễn Tất Thành (futur Hồ Chí Minh) et Nguyễn An Ninh. Auteur de nombreux textes anti-colonialistes, sans doute le rédacteur du Procès de la colonisation française (paru en 1925) signé du nom collectif « Nguyễn Ái Quốc » (Nguyen le patriote). Sur cette personnalité voir l’article de l’historien Pierre Brocheux, « Phan Văn Trương, 1876-1933. Acteur d’une histoire partagée » (Moussons, 24, 2014).


Huỳnh Thúc Kháng (1876-1948)

Patriote, journaliste et homme d’État. Il est un des leaders du mouvement de Modernisation (Duy Tân) en Annam. Arrêté, il est déporté au bagne de Poulo Condore de 1908 à 1919. En 1927, il fonde à Huế le journal Tiếng Dân (sous-titré : « La voix du peuple ») qui paraît régulièrement jusqu’à son interdiction en 1943. En juin 1946, il est nommé président par intérim de la RDVN lorsque Hồ Chí Minh se rend en France pour la conférence de Fontainebleau. Il devient ensuite le ministre de l’Intérieur de la RDVN (1946-1947) jusqu’à sa mort en 1947.


Đạm Phương nữ sử (1881-1947/48?)

Née Tôn Nữ Đồng Canh, poétesse, journaliste et activiste sociale en faveur des femmes, petite-fille de l’Empereur Minh Mang. Journaliste célèbre, elle publie plus de 200 articles dans plusieurs revues intellectuelles de l’époque. Son premier article paraît en 1918 dans la revue Nam Phong (Vent du Sud) de Phạm Quỳnh. En 1926, elle fonde à Huế la première association d’éducation pour les femmes « Nữ công học Hội Huế », mais elle est arrêtée deux ans plus tard pour ses liens avec le parti révolutionnaire Tân Vit. Elle publie plusieurs ouvrages sur l’éducation. Sur l’action éducative de cette femme voir la thèse en ligne de l’historienne Bui Tran Phuong (2008).


Nguyễn Văn Vĩnh (1882-1936)

Journaliste, traducteur et écrivain de renom. Rédacteur en chef de plusieurs périodiques importants : Đại Nam Đăng Cổ Tùng Báo, Lục Tỉnh Tân Văn, Đông Dương tạp chí, Notre Journal, Notre Revue, Annam Nouveau. En particulier, il exprime ses idées modernistes à travers la Revue Indochinoise. Il participe à L’École libre du Tonkin à Hanoi en 1907. Son œuvre contribue beaucoup à l’essor de la langue et de la littérature moderne vietnamienne. Sur cet auteur voir l’article en ligne de l’historien Christopher Goscha (2001).


Phạm Quỳnh (1892-1945)

Écrivain, essayiste et journaliste de renom. Entre dans le Cabinet de l’Empereur Bảo Đại en 1932, puis devient ministre du gouvernement impérial. Il dirige la revue d’idées Nam Phong (Vent du Sud) entre 1917 et 1932 et fonde l’AFIMA en 1919 (Association pour la Formation Intellectuelle et Morale des Annamites). Il est assassiné par le Viêt-Minh en 1945. Auteur de nombreux essais en vietnamien et en français. Ses œuvres ont été partiellement éditées à Saigon, puis aux États-Unis, en France (Ý Vit, 1985, ses essais en français) et enfin en RSVN.


Phạm Hồng Thái (1896-1924)

Activiste révolutionnaire de la Société des Cœurs (Tâm Tâm Xã). Il tente d’assassiner le gouverneur général de l’Indochine Martial Merlin en Chine du Sud en juin 1924. L’attentat à la grenade échoue mais cinq Français sont tués. Arrêté par la Sûreté, Thái s’échappe et se noie dans la Rivière des Perles (珠江) dans sa fuite. Cette action terroriste donne le ton du nouveau radicalisme de la jeunesse.


Dương Quảng Hàm (1898-1946)

Enseignant et chercheur en littérature. De 1920 à 1946, il enseigne à l’école Bưởi (Lycée du Protectorat) qu’il dirige après la Révolution d’août. Il est l’auteur du premier recueil en quốc ngữ de textes littéraires vietnamiens. Intitulé Việt Nam văn học sử yếu (Abrégé d’histoire de la littérature vietnamienne, 1941), considéré comme un ouvrage de référence, il a été souvent réédité. Pendant plus de vingt ans, il publie des études et des articles sur la littérature et l’histoire de son pays. Il disparaît le 19 décembre 1946, probablement assassiné. Comme d’autres intellectuels de son époque (Đào Duy Anh, Nguyễn Văn Tố, Trần Trọng Kim…), il incarne la réappropriation par les Vietnamiens de leur propre histoire et de leur culture.


Nguyễn An Ninh (1900-1943)

Écrivain et journaliste anticolonialiste. Il se rend en France en 1920 pour poursuivre ses études de droit où il rejoint le groupe des « Cinq dragons ». De retour à Saigon, il fonde le journal La Cloche Fêlée en 1923 et organise en 1926-1927 le Parti des Aspirations de la Jeunesse (Thanh niên Cao vọng Đảng). Déporté au bagne de Poulo-Condore pour ses activités politiques, il y meurt le 14 août 1943. Sur cet activiste, voir la biographie de Mme Phương Lan (Saigon, 1970).


Nguyễn Thái Học (1901/04?-1930)

Enseignant, révolutionnaire, nationaliste. Un des fondateurs et chef du Parti National du Viêt-Nam (VNQDĐ). Il lance l’insurrection générale du VNQDĐ en février 1930 au Tonkin. Fait prisonnier par les Français, il est guillotiné à Yên Bái avec douze autres révolutionnaires le 17 juin 1930. Cette journée noire fait l’objet d’une commémoration annuelle par le VNQDĐ en exil. L’ouvrage biographique que lui avait consacré Nhượng Tống en 1949 (éditions Tân Vit) a été réédité en RSVN en 2014.


Nguyễn Tường Tam (alias Nhất Linh, 1905-1963)

Écrivain et journaliste de renom, fondateur du groupe Tự Lực Văn Đoàn (Groupe Littéraire Autonome) en 1933. Auteurs de nombreux romans modernes. A partir de 1938, fondateur du parti Đại Việt Dân Chính (Parti Populaire du Dai Viêt), démantelé par la Sûreté coloniale en 1941. Il rejoint le VNQDĐ du Yunnan lors de son exil en Chine. De retour au Viêt-Nam après la révolution d’août 1945, il devient Ministre des Affaires Étrangères du Gouvernement d’union de janvier 1946 dirigé par Hồ Chí Minh. Il reprend le chemin de l’exil en juin 1946 pour échapper à la répression du Viêt-Minh. Participe à la fondation d’un Front nationaliste à Nankin en 1947 puis abandonne la politique. Il reprend ses activités littéraires au Sud. Il se suicide le 7 juillet 1963 à Saigon en signe de protestation contre la dictature de Ngô Đình Diệm. La plupart de ses œuvres littéraires ont été rééditées en RSVN sauf les romans à thèse politique, réédités aux États-Unis.


Nguyễn Tường Long (alias Hoàng Đạo, 1906-1948)

Écrivain, romancier et théoricien du groupe littéraire autonome. Il publie à partir de 1936 dans Ngày Nay [Temps Actuels], l’hebdomadaire du groupe, la nouvelle doxa de la jeunesse : « Dix points à méditer ». Ce manifeste exhorte la jeunesse à se moderniser, à cultiver autant son esprit que son corps. Il s’engage en politique dans le Đại Việt Dân Chính de son frère Tam en 1939. Arrêté en 1941, il est emprisonné jusqu’en 1943. Alors qu’il est en exil dans la province de Canton, il meurt subitement dans un train au mois d’août 1948.


Tạ Thu Thâu (1906-1945)

Révolutionnaire trotskiste. Ancien « retour de France » (1926-1930) et ancien prisonnier du bagne de Poulo Condore, il fonde et dirige le groupe et le journal La Lutte dans les années 1936-1937. Assassiné par le Viêt-Minh à Quảng Ngãi en 1945. Une demande pour la réhabilitation des trotskistes vietnamiens faite en 1956 en RDVN est restée sans réponse tout comme celle renouvelée en 1988 en France auprès des autorités vietnamiennes. Sur ce révolutionnaire, voir la biographie de Mme Phương Lan (Saigon, Khai Trí, 1973).


Nguyễn Thị Giang (Cô Giang, 1906–1930)

Révolutionnaire anticolonialiste, membre du Parti national (VNQDĐ). Par le biais de sa grande soeur Cô Bắc (Nguyễn Thị Bắc), elle intègre le Parti national et devient l’épouse de Nguyễn Thái Học, le chef du Parti. Elle fait le serment de suivre son mari dans la mort si celui-ci devait être pris et exécuté. Elle est nommé secrétaire générale du VNQDĐ. Elle est également en charge avec sa sœur de l’agit-prop et des liaisons entre les différentes cellules du parti au Tonkin. Lors de l’insurrection de de février 1930, elle s’occupe du transport des armes par train de Phú Thọ à Yên Bái. L’insurrection est violemment réprimée et son époux est guillotiné le 17 juin 1930 en compagnie de 12 autres camarades de Parti. Témoin de cette exécution, Cô Giang se suicide le lendemain (à l’âge de 24 ans) avec le pistolet que lui avait offert Nguyễn Thái Học. A l’occasion de ce sacrifice, le révolutionnaire Phan Bi Châu, assigné à résidence à Huế, lui dédie une oraison funèbre restée célèbre.


Nguyễn Thị Minh Khai (1910-1941)

Révolutionnaire communiste, elle devient membre du PCI en 1930. Elle se rend en URSS puis à Hong Kong où elle est arrêtée pour ses activités politiques. Elle est libérée en 1934 et reprend ses activités à Moscou au sein du Komintern. En 1936, elle dirige la section du PCI à Saigon-Cholon en Cochinchine. Elle est arrêtée en 1940 lors d’une réunion du Comité du Sud (PCI) qui prépare l’insurrection du Nam Kỳ. Elle est emprisonnée à Saigon. Après la répression du mouvement insurrectionnel communiste de 1940 au Sud, elle est condamnée à mort et exécutée à Hóc Môn le 28 août 1941.


Vũ Trọng Phụng (1912-1939)

Écrivain et journaliste vietnamien auteur de nombreux reportages sociaux sur la prostitution, sur la santé publique, sur les moeurs, sur l’occidentalisation de la jeunesse. Par ses prises de positions sur la colonisation, le communisme ou le capitalisme, il est considéré comme un précurseur du républicanisme (Zinoman, 2014). Jugés outranciers ou impudiques ses œuvres sont bannies de la RDVN à partir de 1960. Elles sont finalement rééditées et l’auteur redécouvert à partir de 1986 grâce à la politique Renouveau.


Huỳnh Phú Sổ (1919-1947)

Fondateur et chef spirituel du bouddhisme rénové Hòa Hảo (Phật giáo Hòa Hảo) qui voit le jour dans le delta du Mékong en 1939. Celui que la Sûreté coloniale surnomme « le bonze fou » rassemble par son charisme et ses prêches des centaine de milliers d’adeptes. Fondateur et dirigeant du Parti Social-Démocrate du Viêt-Nam (Việt Nam Dân chủ Xã hội Đảng, en abrégé Dân Xã) à partir du 21 septembre 1946. « Représentant spécial » du Viêt-Minh au Sud, il est jugé, condamné à mort et assassiné par cette organisation en 1947. Il devient la figure iconique du bouddhisme rénové. Sur l’émergence du bouddhisme Hòa Hảo dans le delta du Mékong et le parcours singulier de son fondateur, voir la thèse de Pascal Bourdeaux (2003).


Trần Trung Lập (? – 1940)

Révolutionnaire affilié au Phục Quốc du prince Cường Để. Il participe à la révolte de Lương Ngọc Quyến à Thái Nguyên en 1917. Après l’échec de cette insurrection lors de laquelle Quyến est tué, il s’enfuit en Chine où il suit une formation militaire. Avec l’armée de Restauration nationale (Kiến Quốc Quân), composé de deux milles soldats, il attaque et occupe Langson en septembre 1940 à la suite des Japonais. Lâché par ces derniers, il est arrêté par les Français et exécuté en décembre 1940.


★ ★ ★

Empire du Viêt-Nam (Đế Quốc Việt Nam, 1945)

Trần Trọng Kim (1882-1953)

Lettré, professeur, historien et homme d’État. Chef du premier Cabinet de l’Empire du Viêt-Nam (indépendant mais sous occupation japonaise) entre le 17 avril et août 1945. Auteur d’une Histoire abrégée du Viêt-Nam (Việt Nam sử lược / 越南史略, 1919) encore rééditée de nos jours. Ses mémoires ont été publiées à Saigon seize ans après sa mort en 1969.


Nguyễn Xuân Tiếu (?-1973)

Nationaliste révolutionnaire, fondateur du Parti National Socialiste du Đại Việt (Đại Việt Quốc gia Xã hội) en 1936, acteur important sur la scène politique entre mars et août 1945. Optant pour la protection japonaise, il échoue dans la prise du pouvoir d’août 1945. Il décède à Saigon en 1973.


Nguyễn Thị Sương (Mme Hồ Vĩnh Ký, 1910-1945)

Femme médecin. Elle fait ses études de médecine en France et retourne dans son pays en 1935 pour enseigner à la Faculté de Médecine à Hanoi. Sa famille s’installe en Cochinchine en 1943. Elle devient dirigeante des « Femmes d’Avant-Garde », mouvement fondé en juillet 1945 à Saigon et lié aux Jeunesses d’Avant-Garde. Assassinée par le Viêt-Minh avec son époux sur ordre du général Nguyễn Bình.


Trương Tử Anh (1914-1946?)

Fondateur et chef du Parti National du Đại Việt (Đại Việt Quốc Dân Đảng, en abrégé Đại Việt). Premier théoricien de la doctrine de la « Survivance du Peuple » (Chủ nghĩa dân tộc sinh tồn) qui se présente comme une arme idéologique à la fois contre le colonialisme et contre le communisme. Suite à un différent avec Nguyễn Xuân Tiếu, il échoue dans la prise du pouvoir d’août 1945. Il dirige secrètement le Front des Partis nationalistes (Front QDĐ : VNQDĐ + Đại Việt) en 1945-1946. Recherché par la Sûreté Viêt-Minh, il est arrêté en décembre 1946 et disparaît. Sur l’histoire de ce parti et de son leader, voir notre étude Dai Viêt, indépendance et révolution au Viêt-Nam (2012).


Lý Đông A (Nguyễn Hữu Thanh, 1921-1946-47?)

Nationaliste, révolutionnaire et philosophe. Lettré de formation, à l’âge de quinze ans, il se rapproche de Phan Bội Châu dont il épouse les thèses révolutionnaires. Lors d’une retraite dans une pagode, il élabore une pensée humaniste originale (Chủ nghĩa Duy dân) pour libérer son pays de la colonisation. Il participe à l’affaire de Langson en septembre 1940 et s’enfuit en Chine pour échapper à la répression coloniale. Il fonde et dirige en 1943 le Đại Việt Duy Dân Đảng (Parti Humaniste du Grand Viêt-Nam) et organise un maquis nationaliste dans la province de Hòa Bình. Pour asseoir son pouvoir dans cette province, les forces du Viêt-Minh attaquent ce parti en 1945-1946 et Lý Đông A est tué lors des combats sans doute à la fin de l’année 1946. Ses œuvres ont été publiées à Saigon en 1969.


★ ★ ★

République de Cochinchine (Cộng hòa tự trị Nam Kỳ, Sud, 1946-1948)

Nguyễn Văn Thinh (1888-1946)

Médecin et homme politique, membre du Parti constitutionnaliste en 1926. Il fonde un parti Démocrate en 1937. Chef du premier gouvernement sudiste de la République Autonome de Cochinchine (Cộng hòa tự trị Nam Kỳ) en juin 1946. L’impasse politique de ce projet le pousse au suicide le 10 novembre 1946.


Nguyễn Văn Xuân (1892-1989)

Général, citoyen français, officier de carrière. Chef du Gouvernement du Sud Viêt-Nam (Cochinchine) en 1947 puis Chef du Gouvernement Central Provisoire en 1948. Signataire des Accords de la baie d’Along avec Émile Bollaert en juin 1948. Chef du Gouvernement provisoire du Sud Viêt-Nam (1948) puis Vice-président et ministre de la défense du premier gouvernement de Bảo Đại en 1949. Écarté du pouvoir, il retourne en France.


Lê Văn Hoạch (1896-1978)

Politicien d’obédience caodaïste, autonomiste cochinchinois. Ancien chef de police à Cantho. Il succède à Nguyễn Văn Thinh (suicidé) à la tête de la République autonome de Cochinchine pendant quelques mois en 1946 avant de céder la place à Nguyễn Văn Xuân qui engage le processus de fusion de la Cochinchine au sein de l’État du Viêt-Nam. Le gouvernement de Cochinchine devient alors le Gouvernement provisoire du Sud Viêt Nam. De formation médicale, Hoạch est nommé ministre de la santé au sein du gouvernement de Nguyễn Văn Tâm en 1952.


★ ★ ★

État du Viêt-Nam (Quốc gia Việt Nam, 1948-1955)

Hộ pháp Phạm Công Tắc (1890-1959)

Dignitaire caodaïste, patriote. En 1908, il participe au mouvement de Rénovation au Sud dans l’association Minh Tâm de Gilbert Chiếu. Au début des années vingt, il épouse la vague de spiritisme qui se répand au Sud puis il participe à la fondation de la religion caodaïste dont il devient l’un des plus importants dignitaires. Il est nommé Pape du Caodaïsme en 1935. Pendant l’occupation japonaise, se méfiant de la popularité de cette nouvelle religion chez les paysans, les Français l’exilent à Madagascar ainsi d’autres dignitaires. De retour au Viêt-Nam en 1946, Phạm Công Tắc combat à la fois le Viêt-Minh et les Français avant de rejoindre le camp de Bảo Đại (État du Viêt-Nam). Son organisation militaire entre en conflit avec le régime de Ngô Đình Diệm en 1955 lors de la « bataille de Saigon ». Il prend la route de l’exil vers le Cambodge où il réside jusqu’à son décès.


Nguyễn Văn Tâm (1895-1990)

Ancien cadre de l’administration coloniale, il est citoyen français en 1927. Réputé pour avoir écraser l’insurrection communiste avec brutalité en 1940, il est surnommé le « tigre de Cai Lậy« . Chef du Gouvernement de l’État du Viêt-Nam en 1952-1953. Il organise les élections municipales en janvier 1953 et promeut l’État social voulu par Bảo Đại. Son action reste limitée car il peine à obtenir le soutien des « Cinq grands » qui le juge trop pro-français. Il lutte notamment contre l’influence du Đại Việt (ĐVQDĐ) et de son mouvement de jeunesse (Thanh Niên Bảo Quốc Đoàn).


Tađêô Lê Hữu Từ (1896-1967)

Évêque catholique, patriote, il soutien l’avènement de la RDVN le 2 septembre 1945. Au même titre de l’ex-empereur Bảo Đại, il est nommé « conseiller suprême » du gouvernement Hồ Chí Minh. Alors que le pays se déchire, il devient le chef des fiefs de Bùi Chu – Phát Diệm (Giáo khu Bùi Chu – Phát Diệm tự trị) d’où il dirige une force d’autodéfense. Opposé aussi bien aux Français qu’au Viêt-Minh il tente de préserver l’autonomie des évêchés du Nord avant de rejoindre le combat du côté de l’État de Bảo Đại entre 1950 et 1954. Il rejoint le Sud après la guerre d’Indochine comme des centaines de milliers de réfugiés catholiques qu’il continue à soutenir et à inspirer pendant la période républicaine.


Trần Văn Hữu (1896-1984)

Citoyen français de Cochinchine. Chef du Gouvernement provisoire du Sud Viêt-Nam en 1948-1949. Président du conseil de l’État du Viêt-Nam (Bảo Đại) de mai 1950 à 1952, il s’emploie à consolider l’indépendance et à développer l’armée nationale. Il cède son poste à son ministre de l’intérieur Nguyễn Văn Tâm en juin 1952, désigné pour renforcer la répression contre le communisme. De retour en France après la guerre d’Indochine, Hữu milite pour une solution neutraliste pendant la guerre américaine.


Lê Văn Viễn (Bảy Viễn, 1904-1972)

Membre de la pègre d’un regroupement de hameau dit Bình Xuyên au sud de Cholon, il devient le chef d’une bande éponyme. Ancien prisonnier évadé du bagne de Poulo-Condore, il rallie le Viêt-Minh en 1945 puis s’en sépare pour rejoindre le Front National Unifié visant à contrer Nguyễn Bình, l’envoyé d’Hồ Chí Minh au Sud. Rallié au Viêt-Nam de Bảo Đại en 1948, il est nommé général et contrôle également Le Grand Monde à Cholon, une maison de jeux réputée. Nommé à la tête de la police à Saigon en 1954, il est évincé par la force par le gouvernement de Ngô Đình Diệm qui entend rétablir l’ordre au Sud au printemps 1955. Il s’exile en France et y demeure jusqu’à sa mort en 1972. L’écrivain Pierre Darcourt (1977) a écrit la biographie de ce personnage haut en couleurs.


Nguyễn Hữu Trí (1905-1954)

Mandarin nationaliste, gouverneur de la province de Thái Bình en 1945 puis Gouverneur du Nord Viêt-Nam sous l’État national de Bảo Đại à deux reprises en 1949 et en 1952. Membre important du parti Đại Việt (ĐVQDĐ), il rédige un « livre jaune » contre la France dans lequel il réaffirme la nécessité d’une indépendance véritable. Il décède subitement en 1954 d’un probable assassinat.


★ ★ ★

République Démocratique du Viêt-Nam (Việt Nam Dân chủ Cộng hòa, 1945-1976)

Phan Khôi (1887-1959)

Ecrivain, journaliste renommé, figure importante du mouvement de dissidence intellectuelle dit « Humanisme & Belles Œuvres » (Nhân Văn – Giai Phẩm, nom de deux revues) qui s’affirme en RDVN en 1956. Il est l’auteur d’une chronique parabolique célèbre intitulée « Ông bình vôi » (Monsieur le pot de chaux) critiquant Hồ Chí Minh et les hauts cadres du Parti. Ses oeuvres journalistiques ont été compilées et éditées par le chercheur Lai Nguyen An en 2003 et 2006.


Hồ Chí Minh (Nguyễn Sinh Cung, 1890-1969)

Révolutionnaire communiste, anticolonialiste, indépendantiste et agent du Komintern. Adopte de nombreux pseudonymes lors de son long parcours révolutionnaire (Nguyễn Tất Thành, Nguyễn Ái Quốc, Lý Thụy, Lucius). Il débute sa carrière politique en France au sein du groupe des « Cinq dragons » puis, épousant les thèses de Lénine sur la lutte contre le colonialisme, il se rend en URSS à la fin de l’année 1923. En tant qu’agent du Komintern et révolutionnaire professionnel, il organise les réseaux communistes en Indochine. Il fonde le Thanh Niên en 1925 à Canton mais doit quitter la Chine en 1927 lors de la répression du GMD contre les communistes. De retour de Moscou, son objectif est d’unifier les factions communistes vietnamiennes. Fondateur du PCI en septembre 1930 et du front Viêt-Minh en mai 1941, il accède au pouvoir lors de la Révolution d’août en 1945. Il proclame l’indépendance du Viêt-Nam et fonde la République Démocratique du Viêt-Nam le 2 septembre 1945 à Hanoi sur la place Ba Đình. Président de la RDVN de 1945 jusqu’à sa mort le 3 septembre 1969. Objet d’un culte de la personnalité dès les années 1950, il reste la figure politique la plus populaire et la plus controversée en RSVN. Son corps embaumé repose dans un mausolée place Ba Đình à Hanoi contrairement à ses propres vœux exprimées dans son testament. De nombreuses biographies ont été publiées sur le leader de la révolution vietnamienne et président de la RDVN, on notera celle des historiens Pierre Brocheux (2003) traduite et publiée chez Cambridge University Press en 2007, celle de William Duiker (2000) ainsi que la biographie illustrée de Daniel Hémery (1990) rééditée en 2013 et l’ouvrage critique collectif Ho Chi Minh, l’homme et son héritage (1990).


Phạm Văn Đồng (1906-2000)

Révolutionnaire communiste, proche collaborateur de Hồ Chí Minh. Dirige la délégation de la RDVN aux conférences de Fontainebleau (1946) et de Genève (1954). Premier ministre de la RDVN de 1955 à 1976. Chef du gouvernement de la RSVN après la réunification jusqu’en 1986. Ainsi, il dirige le gouvernement communiste pendant plus de trente ans. Il est aujourd’hui critiqué pour avoir validé une directive chinoise de 1958 sur l’espace maritime englobant les Paracels.


Trường Chinh (Đặng Xuân Khu, 1907-1988)

Dirigeant communiste, principal théoricien du parti. Secrétaire général du PCI à partir de mai 1941 puis du Lao Động entre 1951 et 1956 (soit pendant 15 ans). Auteur du célèbre texte La résistance vaincra, regroupant une série d’articles parus à l’origine dans la revue du parti Sự Thật (La Vérité) du 4 mars au 1er août 1947. Pro-chinois, il est le maître d’œuvre de la réforme agraire radicale avant d’être écarté de la direction du parti. Président de l’Assemblée nationale de la RDVN en 1960. Chef de l’État de la RSVN de juillet 1981 à juin 1987. Incarne la ligne dure du PCV et la ligne maoïste dans les années soixante. Paradoxalement, il est favorable aux réformes du Đổi Mới (Renouveau) en 1986 à la fin de sa vie.


Lê Duẩn (1907-1986)

Dirigeant communiste, resté au Sud après 1954, il coordonne les activités communistes au Sud jusqu’en 1957. De retour à Hanoi, il préconise la reprise de la lutte pour la réunification, ligne que le Parti des Travailleurs du Viêt-Nam (ancien PCI) adopte en mai 1959. Il devient secrétaire général du Lao Động en 1960 jusqu’en 1975, puis sous la RSVN jusqu’à sa mort en 1986 (soit pendant presque 26 ans), date à laquelle Trường Chinh le remplace. Principal modérateur entre partisans de Moscou et de Pékin au sein de l’appareil communiste surtout après la mort de Hồ Chí Minh. Considéré aujourd’hui comme le principal acteur politique de la guerre de réunification. Il théorise « le droit de maître collectif » lors de la collectivisation au Sud après 1975.


Nguyễn Mạnh Tường (1909-1997)

Juriste, enseignant et chercheur. Étudiant très brillant, il obtient à l’âge de 23 ans deux doctorants à la suite (l’un en droit annamite et l’autre en lettres françaises). De retour au Viêt-Nam, il enseigne la littérature au Lycée du Protectorat. Après la révolution d’août, il dirige la section de la littérature occidentale à la Faculté des Lettres. Il est nommé par Hồ Chí Minh pour participer à la Conférence de Dalat d’avril 1946. Après la Guerre d’Indochine, il publie une critique de la réforme agraire radicale demandant l’application de l’État de droit et de la démocratie. Cette prise de position politique lui vaut de perdre tous ses droits. « Excommunié » par le Parti, il subit un exil intérieur à Hanoi pendant des décennies. Il a publié un témoignage intitulé Hanoi 1954-1991, procès d’un intellectuel, sur cette expérience


Nguyễn Bình (Nguyễn Phương Thảo, 1908/1910?-1951)

Général Viêt-Minh, ancien membre du VNQDĐ, chef de la résistance armée Viêt-Minh au Sud, il dirige les attentats terroristes à Saigon pendant la résistance anti-française. Il échoue à unifier la résistance Viêt-Minh au Sud, poussant même les partisans religieux caodaïstes et Hòa Hảo à rallier le camp de la contre-insurrection. Sur le chemin du retour vers le nord, il est assassiné en 1951 dans un maquis. Sur ce général au parcours atypique, voir l’étude biographique de Christopher Goscha dans Naissance d’un État-Parti (2004), pp. 325-353.


Tạ Quang Bửu (1910-1986)

Chef du mouvement scout au centre Viêt-Nam en 1945. Il rejoint le Viêt-Minh et devient ministre de la Défense nationale de la RDVN en 1948. Il signe les accords de Genève pour la RDVN en juillet 1954. Ministre de l’enseignement professionnel de 1965 à 1976 en RDVN.


Lê Đức Thọ (Phan Đình Khải, 1911-1990)

Dirigeant communiste, diplomate, membre du bureau politique depuis 1954. Il dirige la délégation de la RDVN lors des pourparlers de paix de mai 1968 à janvier 1973. A la suite de l’Accord de Paris (janvier 1973), il est élu prix Nobel de la paix avec Kissinger mais rejette le prix estimant que « la paix n’a pas été réellement établie ». La guerre reprend jusqu’à la chute de Saigon le 30 avril 1975. Il dirige des attaques dans le Sud et participe à la préparation de l’offensive finale. Il incarne de ce fait la politique duale du Lao Động pendant la guerre, « négocier tout en frappant ».


Trần Văn Giàu (1911-2010)

Révolutionnaire professionnel communiste puis enseignant chercheur. Dirigeant communiste au Sud en 1945, organise la prise du pouvoir par le Viêt-Minh à Saigon le 25 août 1945. Ses mémoires inédites sont publiées en ligne en 2010 (Dien Dan Forum).


Võ Nguyên Giáp (1911-2013)

Enseignant, résistant anticolonialiste puis chef militaire, le plus célèbre des généraux du Viêt-Minh, stratège de la bataille victorieuse de Điện Biên Phủ en 1954 et de plusieurs offensives de l’armée populaire pendant la guerre d’Indochine. Après la révolution d’août, en tant que ministre de l’intérieur, il organise à l’épuration des nationalistes non communistes en 1945-1946. Responsable des offensives contre le Sud Viêt-Nam pendant la guerre américaine, il est un des principaux stratèges de l’Offensive du Tết en 1968 (politique, militaire et diplomatique). Ecarté de la direction de la guerre après l’échec de l’offensive de Pâques (à la soviétique) en 1972. Figure historique et emblématique du Viêt-Nam communiste, des funérailles nationales ont été décrétées à sa mort à l’âge de 102 ans en octobre 2013. Pour comprendre les différentes facettes de ce général sans égal, voir la biographie que lui a consacré Georges Boudarel (1977) et plus récemment celle de Cecil B. Currey (1997).


Nguyễn Chí Thanh (1914-1967)

Militaire, homme politique et stratège. Responsable du Service politique de l’Armée populaire de la RDVN à partir de 1950. Préconise l’action politique au Sud après 1954. De 1965 jusqu’à sa mort soudaine en 1967, il dirige l’Armée populaire au Sud.


Thụy An (Lưu Thị Yến, 1916-1989)

Femme de lettres, elle gère plusieurs journaux dédiés aux femmes : Đàn Bà Mới (Sài Gòn), Phụ Nữ Tân Văn (Sài Gòn), Đàn Bà (Hà Nội). Elle dirige l’agence vietnamienne d’information Việt Tấn Xã et mène des reportages de guerre. Compagne d’un cadre important du parti national (VNQDĐ), elle est condamnée en tant qu’ « espionne » et « réactionnaire » au procès des intellectuels des journaux Humanisme et Belles Œuvres en 1960. Libérée en 1973 lors d’une grâce liée aux Accords de Paris, elle s’installe à Saigon.


Trần Đức Thảo (1917-1993)

Philosophe marxiste, anticolonialiste. Élève de l’ENS à Paris, il débute ses études de philosophie en explorant la phénoménologie de Husserl puis le marxisme. Il est l’auteur d’un essai remarqué qui rapproche les deux pensées : Phénoménologie et matérialisme dialectique (1951). Proche du PCF, il est emprisonné en 1945 pour son soutien au gouvernement de Hồ Chí Minh. Il rédige des articles dans les Temps Modernes au début de la guerre d’Indochine. Il retourne au Viêt-Nam en 1951 pour se mettre au service du communisme vietnamien alors sous l’influence du maoïsme. Critique vis-à-vis du Parti lors de l’affaire des revues Humanisme et Belles Œuvres (1956), il doit faire son autocritique en 1958 et subir un exil intérieur comme l’avocat Nguyễn Mạnh Tường . Il est autorisé à rejoindre Paris en 1991 et, malade, meurt deux ans plus tard après avoir exprimé des regrets sur son engagement communiste (Phan Ngoc Khue, 2014). Son œuvre a fait l’objet d’un colloque à l’ENS en 2012 et a été réédité en France (2013) et au Viêt-Nam.


Văn Tiến Dũng (1917-2002)

Général de l’Armée Populaire. Chef d’Etat-Major et commissaire politique en 1953. Responsable de la défense aérienne de la RDVN, de l’entretien de la piste Hô Chi Minh et des opérations au Laos pendant la « guerre américaine ». Supervise avec Võ Nguyên Giáp l’offensive de Pâques en 1972 et la « campagne Hô Chi Minh » en 1975. Il a publié ses mémoires dès 1979 sous le titre Et nous prîmes Saigon.


Trần Văn Trà (1919-1996)

Général de l’Armée populaire du Viêt-Nam. Dirigea la guerre au Sud de 1963 à 1975. Vice-ministre de la Défense de la RSVN de 1978 à 1982. Dans ses mémoires, il a posé une regard critique sur la stratégie militaire pour conquérir le Sud. Considéré comme le principal artisan de la prise de Saigon. Ses mémoires sur la fin de la guerre ont été traduite par les l’armée américaine et mises en ligne (PDF).


Bùi Tín (Né en 1927)

Journaliste puis dissident vietnamien, ancien vice-rédacteur en chef du quotidien du peuple (Nhân Dân, le journal officiel du Parti communiste du Vietnam). Il rejoint le Viet Minh en 1945 et exerce en tant que journaliste pour le journal de l’Armée populaire du Vietnam. Il sert au sein l’état-major de l’armée nord-vietnamienne pendant la guerre du Viêt-Nam et s’occupe de la question des prisonniers de guerre américains. Durant la prise de Saigon le 30 avril 1975, il fait partie de l’unité nord-vietnamienne qui reçoit la reddition de Dương Văn Minh, dernier dirigeant de la RVN (Sud). En 1990, Bùi Tín quitte son pays pour vivre en exil à Paris et exprimer publiquement ses critiques vis-à-vis du régime. Il publie plusieurs ouvrages en vietnamien qui font sensation dans lequel il dénonce l’appareil totalitaire communiste. Dissident pro-démocrate, il continue aujourd’hui à donner son avis sur l’évolution du Viêt-Nam à travers son propre blog sur VOA. Un de ses ouvrages a été traduit en français sous le titre Vietnam, la face cachée du régime (1999).


Đặng Thùy Trâm (1943-1970)

Femme médecin et chirurgien opérant sur le front de guerre. Elle soigne les blessés de l’armée populaire dans un dispensaire de la province de Quảng Ngãi. Elle retranscrit ses émotions personnelles sur la violence de la guerre dans un carnet de bord qui est retrouvé aux États-Unis trente ans plus tard. Publié comme un témoignage historique de grande valeur et promu par l’État-Parti pour valoriser l’esprit de sacrifice de la jeunesse pendant la guerre, l’ouvrage devient un best-seller international (traduction française en 2010). En 2009, le cinéaste Đặng Nhật Minh réalise sur Trâm un film hommage intitulé Đừng Đốt (« Ne pas brûler »).


La Thị Tám (Née en 1949), membre des Jeunesses de choc (Thanh Niên Xung Phong) en 1967. Pendant la « guerre américaine », elle surveille le carrefour de Đồng Lộc, noeud stratégique vers la Piste Hồ Chí Minh, dans la province de Hà Tĩnh. Elle reçoit la distinction d' »héroïne des Forces armées populaires » en 1969 pour sa bravoure.


★ ★ ★

République du Viêt-Nam (Việt Nam Cộng hòa – Sud, 1955-1975)

Thích Quảng Đức (1897-1963)

Vénérable bouddhiste, né Lâm Văn Tức en 1897, originaire de la province de Khanh Hoa au centre. Pratiquant dès l’âge de 7 ans, il consacre sa vie à l’étude du bouddhisme. Moine à 20 ans, il s’isole lors d’une retraite de trois ans après son ordination. Il s’immole par le feu à Saigon le 11 juin 1963 pour s’opposer à la politique répressive du gouvernement de Ngô Đình Diệm contre les bouddhistes. L’image de cette immolation (Malcom Browne, prix Pulitzer et 1963),  fait le tour du monde et la crise bouddhiste précipite la chute du clan des Ngô et de l’appareil diemiste. Sur le remake italien de cette immolation, voir notre billet.

Immolation du vénérable Quang Duc à Saigon le 11 juin 1963 © AP Malcolm Browne

Jean-Baptiste Ngô Đình Diệm (1901-1963)

Mandarin nationaliste et catholique, originaire de Huê. Ministre de l’empereur Bảo Đại en 1932, démissionne en 1933. Il se rend aux États-Unis au début des années cinquante. De retour au Viêt-Nam, il prend la direction du dernier gouvernement de Bảo Đại en juin 1954. Un an plus tard à la suite d’un référendum populaire douteux, il devient Chef d’État de la Première République du Viêt-Nam (1955-1963) qu’il fonde le 26 octobre 1955. Il met en place une politique anticommuniste de contre-insurrection avec les Agrovilles en 1959 et les Hameaux stratégiques en 1961. Très contesté au sein même du camp nationaliste, il est assassiné en novembre 1963 avec son frère Nhu à la suite de la violente crise bouddhiste. Sa diparition plonge le Sud Viêt-Nam dans une période de chaos et de troubles politiques pendant trois ans. Pour une biographie plus complète voir Ngo Dinh Diem (par Kelsey Leonard – Cold War Museum). Son rôle est aujourd’hui mieux évalué par les historiens (Catton, 2002 ; Chapman, 2013 ; Jacobs, 2006 ; Miller, 2013).


Trần Văn Hương (1904-1981)

Professeur et homme politique. Premier ministre au Sud Viêt-Nam en 1964-1965 et en 1968-1969. Nommé par Nguyễn Văn Thiệu vice-président de la République en 1971. Chef d’Etat de la République du Viêt-Nam en avril 1975 quelques jours (21-28 avril) avant la chute de Saigon. Il cède sa place à Dương Văn Minh.


Trần Văn Văn (1908-1966)

Homme politique et entrepreneur, originaire de Thốt Nốt (province de Long Xuyên) dans le delta du Mékong. Diplômé de HEC (Paris) puis de Oxford, il retourne au Viêt-Nam et se marie en 1940 avec la nièce de Bùi Quang Chiêu. En 1945, il est directeur de cabinet du ministre de l’économie du gouvernement Trần Trọng Kim puis en 1949 est nommé responsable des affaires économiques du premier gouvernement Bảo Đại. Pendant la période de la République du Viêt-Nam de Ngô Đình Diệm, il est cosignataire du manifeste du « groupe Caravelle » qui demande la démocratisation du régime. Il incarne la tentative de construction d’un pouvoir civil après les années chaotiques qui suivent le renversement du Président Diệm.  Combattu autant par les résistants communistes que les militaires sud-vietnamiens, il est assassiné par un commando Viêt-Công le 7 décembre 1966 alors qu’il se rend à l’Assemblée nationale. Particularité familiale : son oncle Bùi Quang Chiêu a été assassiné par le Viêt-Minh en 1945 et son fils Trần Văn Bá, résistant anticommuniste, a été exécuté en janvier 1985. Notice biographique sur le site qui lui est dédié. Le chercheur américain Ryan Nelson lui a consacré un mémoire de recherche en 2013.


Nguyễn Hữu Thọ (1910-1996)

Avocat, principal dirigeant du FNL du Sud Viêt-Nam à partir de 1961 lors de sa libération de prison. Il incarne la branche intellectuel du Front de libération. Nommé vice-président de la RSVN en 1976. Après la mort de Tôn Đức Thắng, il devient Président par intérim de la RSVN pendant environ un an (avril 1980-juillet 1981).


Ngô Đình Nhu (1911-1963)

Frère du Président Ngô Đình Diệm dont il est le conseiller politique. Ancien archiviste à Dalat. Théoricien du régime et chef du parti d’élite Cn Lao (Parti Révolutionnaire Personnaliste du Travail). Assassiné en novembre 1963 avec son frère Diệm.


Dương Văn Minh (1916-2001)

Homme politique et militaire de carrière. Membre du Conseil militaire révolutionnaire qui renverse le régime de Ngô Đình Diệm en novembre 1963. Principal acteur de la « troisième force » pendant la guerre américaine. Dernier chef d’Etat de la République du Viêt-Nam à partir du 28 avril 1975. Remet le pouvoir aux cadres communistes du Nord le jour de la capitulation de Saigon le 30 avril 1975.


Trần Văn Đôn (André,  1917-1998)

Né à Bordeaux. Militaire de carrière. Général de l’ARVN. Il participe au coup d’État contre Ngô Đình Diệm et devient Commandant en chef de l’ARVN en 1963. Vice-Premier ministre et ministre de la Défense en avril 1975 (remplace Trần Thiện Khiêm). Il quitte le Viêt-Nam fin avril 1975 pour les États-Unis puis la France. Il rédige un récit personnel de la guerre publié en anglais en 1978 (Notre guerre sans fin) puis traduit en français sous le titre Les guerres du Vietnam (1985). Voir ses différentes fonctions dans l’armée sur sa fiche en ligne (site General Hieu).


Nguyễn Thị Định (1920-1992)

Femme militaire, membre du FNL du Sud Viêt-Nam, elle est surnommée la « générale Định ». Elle dirige une unité de combattante, « l’armée des cheveux longs » qui fait la réputation et forge le mythe de la résistance dans la province de Bến Tre. Décédée en 1992, elle obtient le titre d’héroïne des Forces armées populaires en 1995. Ses mémoires éditées pendant la guerre (1969) ont été traduites en anglais et publiées chez Cornell University (1976).


Nguyễn Văn Thiệu (1923-2001)

Militaire de carrière, homme d’État. Général, vice-président du Conseil en 1965 avec Nguyễn Cao Kỳ. Président de la Seconde République du Viêt-Nam en 1967, réélu en 1971. Lâché par les Américains, il démissionne le 21 avril 1975 et s’exile à Taïwan. Il décède à Boston en septembre 2001 après 26 ans d’exil. Voir son portrait par Jean-Claude Pomonti dans Le Monde (2001).


Y Bham Enuol (1923-1975)

Résistant montagnard d’origine E-Dhe (Radhé), il fonde et dirige plusieurs mouvements armés montagnards. Au mois de mai 1958, il créé le front Bajaraka mais il est arrêté en septembre par le régime de Ngô Đình Diệm et reste emprisonné jusqu’à sa chute. En mars 1964, il fonde le Front de Libération des Hauts Plateaux Montagnard, front qui intègre le FULRO (Front Unifié de Lutte des Races Opprimées) créé le 20 septembre 1964 dont il prend la direction. Pour divergence de stratégie, il est arrêté par Lès Kosem, un des leaders cambodgien du Front. Il est assigné à résidence à Phnom Penh jusqu’à sa mort en avril 1975 où il est exécuté par les Khmers rouges avec sa famille. Sur le FULRO voir l’étude de Po Dharma (2006).


Nguyễn Ngọc Huy (1924-1990)

Intellectuel nationaliste, théoricien, professeur. Rénovateur de la « Doctrine de la Survivance du Peuple ». Membre du Đại Việt QDĐ depuis 1945, il est en charge de la propagande et de la formation des cadres.  Fondateur du Parti néo Đại Việt (Tân Đại Việt) en 1964 puis du Mouvement National Progressiste en 1969. Il est l’un des inspirateurs de la constitution de la seconde République du Viêt-Nam en 1967. Activiste anticommuniste en exil après 1975 au sein de l’Alliance pour la Démocratie au Viêt-Nam. Sur sa vie politique, voir notre chapitre « An Intellectual through Revolution, War, and Exile. The Political Commitment of Nguyen Ngoc Huy (1924-1990) », in Nathalie Huynh Chau Nguyen (ed.), New Perceptions of the Vietnam War. Essays on the War, the South Vietnamese Experience, the Diaspora and the Continuing Impact, Jefferson (NC), McFarland, 2015, pp. 41-71.


Trần Lệ Xuân, dite Mme Nhu (1924-2011)

Figure charismatique de la République du Viêt-Nam sous le régime de Ngô Đình Diệm. Epouse de Ngô Đình Nhu, frère du Président Diệm, elle dirige le mouvement de solidarité des femmes (Phong trào Liên đới Phụ nữ), fondé en 1958. Elle choque une partie de l’opinion publique lorsqu’elle fustige l’action des bonzes qui s’immole par le feu en parlant de « barbecue » en 1963. A la suite de l’assassinat de son mari et du Président Ngô Đình Diệm, elle s’exile à Rome jusqu’à la fin de ses jours. Une biographie intitulée Finding the Dragon Lady a été publiée en 2013 et des mémoires posthumes intitulée « Le caillou blanc » ont été éditée par sa famille la même année.


Trần Thiện Khiêm (1925-2004)

Général, homme politique de la République du Viêt-Nam (1955-1975). Il participe au coup d’État contre Ngô Đình Diệm en 1963. Cumule de nombreuses fonctions politiques et militaires à partir de 1964. Ministre de l’intérieur du gouvernement de Trần Văn Hương en 1968 puis vice-Premier ministre en 1969. Premier-ministre et ministre de la Défense de 1969 à 1975. Il démissionne en avril 1975 et s’exile aux États-Unis.


Nguyễn Khánh (1927-2013)

Militaire, acteur du renversement de Ngô Đình Diệm en 1963 puis de Dương Văn Minh en 1964. Il est lui-même renversé par les « jeunes Turcs » Nguyễn Văn Thiu et Nguyễn Cao Kỳ en février 1965. En exil pendant de longues décennies, il prend en 2005 la présidence du « Gouvernement provisoire du Viêt Nam libre ». Voir notre billet biographique sur ce carnet de recherche.


Nguyễn Thị Bình (Née en 1927)

Femme politique, diplomate. Résistante du FNL dont elle devient membre du Comité central en 1962. Spécialiste des relations extérieures du FNL, elle représente le mouvement de résistance à la Conférence de Paris. Après la réunification, elle devient ministre de l’Éducation de la RSVN de 1976 à 1987 puis vice-présidente de la RSVN de 1992 à 2002.


Nguyễn Văn Bông (1929-1971)

Homme politique et enseignant, originaire de la province de Tin Giang dans le Sud. Il fait ses études en France, obtient une licence de Droit puis un doctorat en Sciences Politiques. De retour au Viêt-Nam (Sud) en 1963, il enseigne ces deux disciplines et, après le renseignement du régime diemiste, il prend la direction de l’Institut National d’Administration. A la fin de l’année 1968, il fonde avec Nguyễn Ngọc Huy le Mouvement National Progressiste (Phong trào Quốc gia Cấp tiến), opposé au régime militaire. Cible du Viêt-Công, il est victime d’une première tentative d’assassinat à la bombe en 1968 puis d’une seconde le 10 novembre 1971 où il trouve la mort. Sa disparition met définitivement fin aux possibilités d’un gouvernement civil au Sud.


Nguyễn Cao Kỳ (1930-2011)

Militaire de carrière, homme d’État. Général d’aviation, premier ministre de la République du Viêt-Nam près le coup d’État de 1965. Nommé Vice-président de la République après les élections de 1967. Exilé aux États-Unis après 1975. Il retourne en voyage au Viêt-Nam en 2005 où il est reçu officiellement. Il décède en Malaisie.


Ngô Bá Thành (Née Phạm Thị Thanh Vân, 1931-2004)

Juriste et femme politique. Elle fait de brillantes études de Droit en France où elle soutient une thèse en droit comparé et poursuit des recherches dans ce domaine à Paris. Pendant la période de la guerre, elle incarne la « troisième force » pacifiste et préside le Comité des femmes pour le droit à la vie (Ủy ban Phụ nữ đòi quyền sống) en 1970. Après la réunification, elle est nommée vice-présidente de l’Association des Juristes du Viêt-Nam (Hội luật gia Việt Nam), assure d’autres fonctions au sein du Front de la Patrie (Mặt trận Tổ quốc Việt Nam) et en tant que député au sein de l’Assemblée nationale.


Nhất Chi Mai (1934-1967)

Enseignante bouddhiste, elle participe au groupe « de la Jeunesse pour le service social » (Thanh niên phụng sự xã hội) pendant la guerre. Elle se suicide par le feu le 16 mai 1967 à Saigon pour protester contre la guerre et la division entre les différentes religions.


Nhã Ca (Trần Thị Thu Vân, née en 1939)

Écrivaine originaire de Huế. Elle publie des romans sur la guerre et la jeunesse à partir des années soixante. Elle devient célèbre avec son témoignage sur les massacres de Huế perpétrés par le FNL (Viêt-Công) en 1968. Après la réunification, elle est classée parmi les auteurs dangereux liés à la guerre psychologique. Elle est emprisonnée tout comme son mari avant de prendre le chemin de l’exil. Éditrice du Vit Báo en Californie, elle est une figure majeure du journalisme de la communauté vietnamienne aux États-Unis. Son ouvrage Giải khăn sô cho Huế (Portons le deuil de Huê) a été traduit pour la première fois en anglais en 2014 et présenté par Olga Dror.


Khánh Ly (Née en 1945)

Chanteuse, interprète renommée. Elle débute sa carrière au Sud Viêt-Nam pendant la guerre. Accompagnant le compositeur Trịnh Công Sơn, elle devient une des figures marquantes de la musique contestataire dite « jaune » (nhc vàng). Les chansons de ce couple de musiciens critiquent la violence de la guerre et prône l’idéal d’un pays réunifié en paix. Après la chute de Saigon, elle s’exile aux États-Unis et chante pour les Boat People. Encore très populaire, elle retourne au Viêt-Nam pour une série de concerts en 2014. Voir notre article sur notre carnet de recherche Femmes et Guerres au Viêt-Nam.


Võ Thị Thắng (1945-2014)

Membre du FNL Sud Viêt-Nam à l’âge de 16 ans, elle infiltre le mouvement étudiant puis ouvrier et intègre les commandos de la lutte armée à Saigon. Arrêtée en 1968 lors de l’offensive du Têt, elle est condamnée à vingt ans de prison pour terrorisme. Après la guerre, elle dirige le Service général du tourisme tout en étant députée à l’Assemblée nationale.


Quách Thị Trang (1948-1963)

Collégienne et bouddhiste, elle milite contre le régime de Ngô Đình Diệm. Elle est tuée à l’âge de quinze ans lors d’une manifestation violemment réprimée le 28 août 1963 en pleine crise bouddhiste. Elle devient une figure icônique de la lutte des bouddhistes du Sud. En 1964, une statue commémorative est érigée sur la place qui porte son nom en face du marché central de Saigon. Cette statue a été depuis déplacée (voir sur Virtual Saigon).


Le Ly Hayslip (Phùng Thị Lệ Lý, née en 1949)

Écrivaine, elle retrace son destin tragique pendant la guerre et en exil aux États-Unis dans deux recueils de mémoires. Ceux-ci servent de trame au film Entre ciel et terre d’Oliver Stone (1993). Prise dans les affres de la guerre civile, c’est la voix d’une paysanne pauvre du centre du Viêt-Nam qui voit son sort basculer dans le Sud entre terrorisme Viêt-Công et répression républicaine. Victimes de violences, elle se prostitue et trouve refuge auprès d’un GI américain qui se suicide après la guerre. De retour au Viêt-Nam dans sa famille, Lê Ly incarne la réconciliation « vu d’en bas » entre Vietnamiens dans les années 1990.


Phan Thị Kim Phúc (Née en 1963)

Figure iconique d’une enfant dans la guerre, Kim Phúc devient célèbre suite à la photographie de Nick Út (Huỳnh Công Út). Le 8 juin 1972, avec un groupe d’enfants, elle est prise dans un bombardement aérien qui déverse du napalm. Son corps est sévèremment brûlé. Témoignage de la violence de la guerre, ce cliché change à jamais son destin. Kim Phúc après avoir été utilisée par la propagande du régime communiste se réfugie au Canada où elle fonde une famille. Elle est ambassadrice de la paix pour l’Unesco depuis 1997.

8 juin 1972. Kim Phúc, centre gauche, court nue sur une route près de Trang Bang après une attaque au napalm de la Force aérienne sud-vietnamienne (Nick Ut / The Associated Press).

Lès Kosem (?-1976)

Officier militaire cambodgien d’origine Cham, connu sous le nom de guerre « Po Nagar », et figure marquante de la Deuxième Guerre d’Indochine. Parachutiste dans l’Armée royale cambodgienne, il fonde le Front de Libération du Champa dans les années 1950. Son organisation rejoint le front de résistance montagnarde FULRO (Front Unifié de Lutte des Races Opprimées) créé le 20 septembre 1964. Il se sépare du FULRO en 1968 après un désaccord avec Y Bham Enuol, le leader du Front. Lié aux services secrets cambodgiens, Lès Kosem est impliqué dans le trafic d’armes avec les Nord-Vietnamiens. Après le renversement de Sihanouk en 1970, il devient un fervent partisan de Lon Nol et reçoit le grade de général des Forces Armées Nationales Khmères (FANK). A la victoire des Khmers rouges en avril 1975, il se serait réfugié en Malaisie où il décède un an plus tard.


★ ★ ★

République Socialiste du Viêt-Nam (Cộng hòa Xã hội chủ nghĩa Việt Nam, Viêt-Nam réunifié depuis juillet 1976)

Nguyễn Văn Linh (Nguyễn Văn Cúc, alias Mười Cúc, 1913/15?-1998)

Révolutionnaire communiste et homme politique. Membre du PCI depuis 1936. A partir de 1945 et surtout pendant la guerre, il assume plusieurs fonctions clés au Sud notamment celle de secrétaire puis vice-secrétaire du « Cục R », le Comité central du Parti au Sud (Trung ương Cục miền Nam). Il est chargé de l’administration du Sud après la réunification puis prend le poste de secrétaire du PCV pour Hô Chi Minh-Ville. Il préside le VIe congrès du PCV instaurant la politique de Renouveau économique (Đổi Mới) en décembre 1986 dont il est au départ un ardent défenseur. Secrétaire général du PCV de 1986 à 1991. En 1987, il invite les écrivains et les intellectuels à « ne plus courber la plume ».


Võ Văn Kiệt (Phan Văn Hòa, alias Sáu Dân, 1922-2008)

Révolutionnaire communiste et homme politique de premier plan. Membre du PCI depuis 1939. Après les Accords de Genève en 1954, il devient membre du Comité de Pays au Sud (Xứ ủy Nam Bộ). Il est en charge à partir de 1959 de la zone T.4 (Saigon – Giadinh) puis membre du Comité central pour la Sud de 1973 à 1975. Après la réunification, il préside le Comité populaire de Hô Chi Minh-Ville. Membre du Polit-buro, il occupe plusieurs hautes-responsabilités au sein de l’État-Parti : député de l’Assemblée nationale, responsable de la planification étatique, président du Conseil des ministres, Premier ministre de la RSVN (1988 par intérim puis 1991-1997). Sous sa mandature, il promeut le Renouveau endossant le rôle d’ingénieur général (« tổng công trình sư ») des multiples projets. En 2005, il fait un bilan contrasté de la guerre civile et met en avant dans plusieurs entretiens le patriotisme au dessus du parti et la question de la liberté de la presse. Il décède à l’hôpital à Singapour en 2008.


Lê Khả Phiêu (Né en 1931)

Dirigeant communiste, général d’armée. Commissaire politique dans l’armée pendant une longue période, il est responsable du Service politique général (Tổng cục Chính trị) de l’armée populaire en 1991. Secrétaire général du PCV de décembre 1997 à avril 2001. Il incarne le retour de l’orthodoxie après dix ans de Renouveau et s’attache à la lutte contre la corruption pendant son mandat.


Hoàng Cơ Minh (1935-1987)

Militaire de carrière. Vice-amiral de l’Armée de la République du Viêt-Nam (Sud) avant 1975. Exilé aux Etats-Unis après la chute de Saigon, il organise et prend la tête du Front National Unifié de Libération du Viêt-Nam (Mặt Trận Quốc Gia Thống Nhất Giải Phóng Việt Nam), un mouvement de résistance armée anticommuniste. Il est tué au Sud du Laos en 1987 lors d’une tentative d’infiltration au Viêt-Nam dénommée la « marche vers l’Est ».


Nông Đức Mạnh (Né en 1940)

Membre de l’ethnie minoritaire Tay. Président de l’Assemblée nationale de 1992 à 2001. Nommé Secrétaire général du PCV de 2001 à 2011. Membre permanent du Bureau politique du PCV depuis 1998. La rumeur le présente comme le fils d’Hồ Chí Minh ce qu’il a toujours nié en répondant par cette boutade « au Viêt-Nam, tout le monde est un enfant de l’Oncle Hồ« .


Trần Văn Bá (1940-1985)

Etudiant nationaliste. Ancien Président de l’Association Générale des Vietnamiens de Paris (AGEVP), il rentre au Viêt-Nam pour intégrer la résistance anticommuniste. Chargé des opérations militaires au sein du Front Unifié des Forces Patriotiques de Libération du Viêt Nam (Mặt trận Thống nhất các Lực lượng Yêu nước Giải phóng Việt Nam). Arrêté lors de l’opération de contre-espionnage CM12 en 1984, il est condamné à mort à l’issue d’un procès médiatique à Hô Chi Minh-Ville. Fusillé en janvier 1985, son corps n’a jamais été rendu à la famille. Un site tenu par son frère lui est dédié.


Dương Thu Hương (Née en 1947)

Femme de lettres et dissidente politique. Née dans la province de Thái Bình en RDVN, elle participe à la guerre du Viêt-Nam dans un groupe d’artistes qui a pour mission de « Chanter plus fort que les bombes » (Tiếng hát át tiếng bom). Figure importante de la littérature du Renouveau, elle publie des romans qui dérange l’orthodoxie du régime communiste. Elle est expulsée du PCV en 1991 puis emprisonnée avant d’être libérée sous la pression internationale. Elle s’exile à Paris en 2006 et poursuit depuis sa lutte contre la dictature.


Phạm Th Hoài (Née en 1960)

Femme de lettres, romancière, traductrice et figure intellectuelle renommée de la diaspora vietnamienne. Elle fait partie de nouvelles figures de la renaissance littérature sous le Renouveau. Surveillée par le régime communiste, elle quitte le Viêt-Nam pour poursuivre son métier. Depuis l’Allemagne où elle réside, elle fonde le forum Talawas (2001-2010) dédié aux débats intellectuels puis le site Pro/Contra (2010-2014).


[à suivre]

FG, 20/03/2017. MàJ 13.04/2017.

Premier volet de la série « Clés du Viêt-Nam contemporain » :

 

 

Le corps en perspective – Journée d’étude SFHOM – vendredi 27 mai 2016

[ndlr] La SFHOM vous fait part de cette journée d’étude qui se tiendra à la Sorbonne le 27 mai prochain, sur le thème :

LeCorpsEnPerspective_SFOM_2016

Le corps en perspective

Représentations, pratiques et prises en charge dans les colonies

Cette journée d’étude entend nourrir le chantier de l’histoire du corps « colonial », celui du colonisé et celui du colonisateur, en s’interrogeant plus spécifiquement, tant le champ est vaste, sur la question de leur définition et des politiques de prises en charge du corps qu’elles supposent. C’est de l’histoire culturelle, assurément, mais comment se priver de l’histoire sociale, politique, voire même paradoxalement de celle des idées ? Et comment, dans une histoire coloniale, laisser de côté la dimension économique, celle de l’exploitation des corps, de leur contrôle ? Le corps n’est-il pas le lieu d’exercice et d’inscription de tous les pouvoirs ? Il est aussi celui des résistances et des réappropriations, coloniales ou postcoloniales. Le but est également de resituer le corps et les systèmes genrés qui l’accompagnent au cœur des modes de vie des différentes communautés.

  • 9h30 : Introduction : Jacques Dumont, responsable de la journée d’étude, « Corps-objet ? Le corps objet de recherche en milieu colonial »
  • 10h00 : Monia Lachheb, « La construction du corps des femmes dans la Tunisie coloniale : Négociation ou métissage ? »
  • 10h30 : Delphine Pereiti-Courtis, « La nudité africaine dans la littérature médicale française (1780-1950) »
  • 11h : Brice Fossard, « Les populations colonisées doivent-elles faire du sport ? »
  • Discussion : 11h30-12h30

PAUSE-DÉJEUNER

  • 14h15 : Hugues Tertrais, « Que faire des “techniques du corps” de Marcel Mauss ? »
  • 14h45 : François Guillemot, « Indochine/France : un corps à corps utopique » (titre provisoire)
  • 15h15 : Christine Mussard, « Voisinages coloniaux dans les villages de l’Algérie rurale : les indices de la présence de l’autre »
  • 15h45 : Olivier Malo, « La capoeira, d’un corps brésilien à la brasillanité (1908-2009) : un même idéal, des conceptions plurielles »
  • 16h15-17h15 : Discussion

Programme en ligne : SFHOM

Hoang Ngo : Building a New House for the Buddha – Buddhist Social Engagement and Revival in Vietnam, 1927-1951

[ndlr] Annonce d’une nouvelle étude sur le bouddhisme vietnamien concernant une période clé de son histoire. Résumé de l’étude par Christoph Giebel, publié avec son aimable autorisation.

Ref.: Hoang Ngo, Building a New House for the Buddha: Buddhist Social Engagement and Revival in Vietnam, 1927-1951, Chair: Christoph Giebel

The dissertation investigates in particular social engagement of Vietnamese Buddhists, in itself the product of the Buddhist revival emerging in the 1920s. During the revival, Vietnamese Buddhists attempted to remake their religion into a this-worldly Buddhism, establishing Buddhist associations and monastic schools and publishing periodicals to propagate the Dharma. Their goal was to use Buddhism to effectively deal with the colonization of the country by the French and the challenges posed by colonial modernity.

Hoang follows in great detail the debates within and among the emerging Buddhist associations of Cochinchina, Annam, and Tonkin, particularly during the 1930s and early 1940s when new ideas and profound change caused much excitement and activities as well as great anxieties and self-doubt.  What was the best way to propagate the Dharma among the masses?  How could one separate the « true » monk from the « fake »?  What was to be the proper balance between the sangha and the laity?  How could Buddhist associations organize themselves and operate effectively within an all-encompassing colonial order of control?  What role was there for revived Buddhism in the national(ist) struggle?  These and other questions fueled an explosion of intense debates, both in personal interactions as well as in various print media, over doctrinal, organizational and institutional aspects of Buddhism.

Despite personal and institutional rivalries, tensions between leading monks,  newly empowered lay people, and French authority, and persistent regional divisions, the ideal of a unified, all-Vietnamese Buddhist organization remained a long-standing, if elusive goal.  Unity, however, would come about only in the twilight of the colonial empire and the early years of the Cold War, and via the catalyst of the World Buddhist Conference in Sri Lanka.  In an epilogue, Hoang links the (short-lived) moment of unity in 1951 to the Buddhist Struggle Movement in the 1960s Republic, the subject of his earlier, pre-dissertation work.  At the end of a rigorous and vigorous defense, Hoang’s committee urged him to turn this important and richly documented dissertation into a full-fledged book manuscript.

Christoph Giebel, 15/09/2015.

Conférence : Fragments culturels et itinéraire personnel – Bérurier Noir et l’Asie

BxN_EmpereurTomato-Ketchup
Disque 45 t. en hommage à Shuji Terayama. Réédition 2013.

 

Bérurier Noir et l’Asie

Fragments culturels et itinéraire personnel

(1974-1989)

par François Guillemot

 

Cette conférence inédite sur le groupe Bérurier Noir s’attachera à présenter des aspects peu connus de la genèse du groupe alternatif des années 1980. En tant qu’ancien chanteur de cette formation, j’ai privilégié une perspective culturelle qui permet de mieux comprendre les sources d’inspiration des chansons et des thématiques portées par Bérurier Noir entre 1983 et 1989. Ce sera l’occasion de porter un regard à la fois introspectif et rétrospectif sur une aventure exceptionnelle de sept ans. La conférence s’articule autour de quatre temps forts :

  • L’apprentissage du nihilisme (1974-1979).
  • Dissidences occidentales en noir et blanc (1980-1984)
  • Le cirque mondial de la guerre (1985-1987)
  • Le sang rouge des illusions de Saigon à Tien An Men (1988-1989)

Le spectateur sera plongé dans un tourbillon d’actions débutant au lycée Paul Valéry (Paris 12e), se poursuivant dans la rue sur le Parvis Beaubourg, les squatts et l’Usine Pali-Kao, pour investir le Zénith de Paris le 3 mars 1988, le Québec par deux fois et finalement l’Olympia les 9, 10 et 11 novembre 1989 alors que tombe le mur de Berlin. Sur le plan culturel, ce voyage mènera l’auditoire du cinéma d’avant-garde japonais aux films politique européens, de la bande à Baader-Meinhof à l’association Actes Energie Perdue, de la boutique Harry Cover (aux Halles) au dojos de Karaté, du « No future » au « Yes future », du noir & blanc à la couleur. L’épilogue rappellera brièvement la continuité décelable chez Molodoï (1990-1996), Les Anges Déchus (1999-2002) et l’ultime Déformation (2003-2006). La conférence sera suivie d’un débat.

Affiche_BxN_UQAM

 Cliquez sur l’affiche pour l’agrandir

BxN_Sampan
Disque 45 t. dédié à l’opération Sampan paru en 1988.

 

Annonce de la conférence sur le CHRS (Centre d’Histoire des Régulations Sociales) de l’UQAM.

Le théâtre français en Indochine – Marseille, Alcazar, 15-17 octobre 2013 [colloque]

Colloque international

Marseille Porte de l’Extrême-Orient

Le théâtre français en Indochine

BMVR Alcazar, Marseille

Salle de conférence 15, 16 et 17 octobre 2013
9h – 18h
Entrée libre
ThéâtreFrançaisIndochine
Organisé par deux laboratoires d’Aix-Marseille Université, le Centre Interdisciplinaire d’Étude des Littératures d’Aix-Marseille (CIELAM) et l’Institut de Recherches sur l’Asie (IrAsia), avec le soutien de la Mission Culture d’AMU, ce colloque international qui interroge les liens entre théâtre et colonialisme (répertoire français joué en Indochine, censure, héritage du théâtre français sur la création contemporaine vietnamienne) s’accompagne d’une table ronde avec le Théâtre du Monte-Charge jumelé avec le théâtre National Tuong de Hanoi, de l’exposition d’une somptueuse collection de costumes de scène créés par la styliste vietnamienne de renom international Minh Hanh, et d’instruments de musique vietnamiens traditionnels, enfin de la projection d’une exposition virtuelle de documents d’archives (Archives Nationales d’Outre-Mer / Archives Nationales du Vietnam (Centre n°1, Hanoi)) portés pour la première fois à la connaissance du public.
  • Inauguration de l’exposition de costumes et d’instruments de musique traditionnels vietnamiens par le Président de l’université d’Aix-Marseille Yvon Berland, le mardi 15 octobre à 14h15
  • suivie d’une table ronde avec le Théâtre du Monte-Charge, en présence des étudiants du Master Métiers de la Mode et du Textile : 15h-16h30.
  • Projection de l’exposition virtuelle « Le théâtre français en Indochine » (Archives Nationales d’Outre-Mer /Archives Nationales du Vietnam) : le mercredi 16 octobre à 18h.

Télécharger l’affiche et le programme (recto+verso) :

Vietnam – A0_Affiche_congres_2013_DEF

Vietnam_Colloque_Programme_recto

Vietnam_Colloque_Programme_verso

Source : Marseille-Provence 2013

Rémi Dalisson : Les guerres et la mémoire [avis de parution]

Dalisson_LesGuerresEtLaMémoire[ndlr] Avis de parution de l’étude de Rémi Dalisson, professeur des Universités en histoire contemporaine à l’Université-ESPE de Rouen. Historien des sociabilités et politiques symboliques aux XIX-XXe siècles, ses recherches en histoire culturelle et politique portent sur les rapports entre histoire et mémoire.

Commémorer la guerre. Une habitude que la France, depuis Sedan, n’a cessé d’entretenir pour célébrer ses glorieuses défaites ou ses retentissantes victoires. Il est peu de pays qui honore avec tant de soin, de persévérance et de moyens la mémoire des événements et des hommes, semant ici et là les monuments du souvenir.

Inventées après la déroute de 1870, ces fêtes nationales, parfois appelées « journées de guerre », se structurent tout au long de la IIIe République. Après la Grande Guerre, qui en fixe les rituels, ces célébrations deviennent le réceptacle de toutes les passions nationales. Même Vichy n’osera pas remettre en cause cet instrument d’assignation identitaire et de communion mémorielle dédié à l’écriture du roman national. La victoire des Alliés, puis les guerres coloniales, ne feront qu’enrichir et compliquer ces questions d’identité.

Menée à l’échelle du pays, mariant archives nationales et locales, l’étude de Rémi Dalisson raconte plus d’un siècle de « guerre des mémoires », mémoires toujours incandescentes, comme en témoigne la célébration polémique de la fin de la guerre d’Algérie. Il montre que les fêtes de guerre, à la différence d’autres commémorations nationales et en dépit de la disparition des acteurs, restent l’un des espaces centraux du débat politique national, l’un des lieux de mémoire primordiaux de la République.

Source : CNRS éditions

France et Việt-Nam, les réalités d’un dialogue culturel de trois siècles – Nguyễn Thế Anh [1995]

[ndlr] Article publié initialement dans : Universités francophones, Affaires, Entreprises et Francophonie. Montréal, Editions AUPELF-UREF, 1995, pp. 121-128. Nous remercions vivement le Professeur Nguyên Thê Anh de nous avoir autorisé à reproduire son article sur Mémoires d’Indochine.

France et Việt-Nam, les réalités d’un dialogue culturel de trois siècles

Nguyễn Thế Anh

C’est par l’entremise des missionnaires que la France a découvert le Vietnam au XVIIe siècle. Dès la fondation des Missions étrangères de Paris, ce pays constitue en effet pour celles-ci le terrain de prédilection : tout jeune missionnaire aspire à y aller, dans l’espoir d’y revivre les temps du christianisme originel, celui de l’irrésistible essor de la « vraie religion » malgré la persécution par les autorités. La présence des premiers prêtres des MEP, arrivés sous le déguisement de marchands, prend en 1669 l’apparence d’un comptoir de commerce, afin d’éluder les mesures d’interdiction prises à l’égard de la religion occidentale. Il s’agit là d’une situation des plus précaires ; pour en sortir, la Société imagine de faire intervenir le roi de France. Une « ambassade » débarque en 1682, porteuse de cette lettre de Louis XIV, datée du 10 janvier 1681 :

« … nous avons donné aussitôt nos ordres à la compagnie royale de s’établir dans votre royaume le plus tôt qu’elle pourra, et aux SS. Deydier et De Bourges de demeurer auprès de vous afin d’entretenir une bonne correspondance entre nos sujets et les vôtres, pour nous avertir aussi des occasions qui se pourraient présenter où nous puissions vous donner des marques de notre estime et du désir que nous avons de concourir à votre satisfaction, ainsi qu’à vos avantages. Pour commencer de vous en donner des marques, nous avons commandé qu’on vous portât quelques présents que nous avons cru qui vous seraient agréables ; mais la chose du monde que nous souhaiterions le plus et pour vous et pour vos états, ce serait d’obtenir pour vos sujets qui ont déjà embrassé la loi du vrai Dieu du Ciel et de la Terre, la liberté de la professer, cette loi étant la plus haute, la plus noble, la plus sainte et surtout la plus propre pour faire régner les rois absolument sur les peuples. Nous sommes même très persuadés que si vous connaissiez les vérités et les maximes qu’elle enseigne, vous donneriez le premier à vos sujets le glorieux exemple de l’embrasser ; nous vous souhaitons ce bien incomparable avec un long et heureux règne, et prions Dieu qu’il veuille augmenter votre grandeur avec toute fin heureuse. » [1]

A cette demande de tolérance, le « roi du Tonquin » oppose formellement son refus de la religion importée :

« Votre relation qui vient du pays éloigné de mille stades et qui part du cœur comme un témoignage de votre sincérité, mérite des répétées considérations et des infinies louanges. La politesse envers les étrangers n’est pas une chose extraordinaire à notre pays. Il n’y a pas un étranger qui ne soit bien accueilli par nous. Comment pourrions-nous refuser un homme de France, qui est le plus célèbre des royaumes du monde, et qui par amour pour nous veut nous fréquenter, et nous apporter des marchandises ? Ces sentiments de fidélité et de justice sont vraiment dignes d’applaudissement. Quant à votre désir que nous coopérions à propager votre religion, nous n’osons pas l’admettre, parce qu’il y a une ancienne coutume introduite par des édits qui l’ont défendue formellement. Or, tous édits ne sont promulgués que pour être exécutés avec fidélité, sans fidélité rien n’est établi. Comment pourrions-nous mépriser une coutume bien établie, pour satisfaire une amitié privée ? Aujourd’hui, la France transporte ici ses marchandises pour vendre ou pour échanger, elle pratique la justice par ses richesses et exerce la fidélité par sa corrélation. C’est par là que l’amitié est fondée sur la justice et la fidélité, et ainsi elle peut être durable comme l’or et la pierre. Pourquoi donc est-il nécessaire que nous ayons le même désir ? » [2]

Mgr Pigneau de Béhaine, évêque d’Adran (1741-1799)

L’évangélisation progresse malgré tout. Les missionnaires français ne comptent certes à leur arrivée qu’environ 60 000 chrétiens au lieu des 200 000 annoncés par les jésuites qui les ont précédés. Il n’empêche qu’en 1883, le nombre des chrétiens est estimé à 600 000. Même si la grande majorité de la population n’a pas été touchée, il est indéniable que l’action missionnaire a été couronnée de succès. L’état de guerre opposant depuis le début du XVIIe siècle les deux domaines entre lesquels le Vietnam est divisé, celui des Trịnh au Nord (appelé royaume du Tonkin par les Européens) et celui des Nguyễn au Sud (royaume de Cochinchine), impose une relative ouverture du pays. Les deux belligérants ont en effet besoin de maintenir un certain réseau d’échanges avec l’extérieur afin de se procurer des armes et des munitions, donc d’entretenir des rapports cordiaux avec les puissances maritimes et commerciales. Dans ces conditions, la présence de missionnaires est plutôt considérée comme un atout permettant l’instauration de nécessaires bonnes relations avec l’étranger ; l’action chrétienne est davantage perçue comme susceptible d’affaiblir le camp adverse que de présenter le risque d’une intervention extérieure. Quant à la population, le christianisme a pu apparaître au moins aux couches les plus défavorisées, exclues du système mandarinal comme du système communal d’encadrement et d’expression, comme une accessible solution de rechange à l’ordre sociopolitique existant. II offre bien entendu la perspective de salut individuel à long terme. Mais surtout, il semble constituer là où il s’implante une communauté plus solidaire et plus juste : s’ils ne peuvent protéger du châtiment des autorités, les « pères » étrangers veillent à ce que les plus pauvres soient soutenus et écoutés, et instaurent une organisation socioéconomique manifestement plus bénéfique pour eux. Enfin, ce christianisme ouvre à ses adeptes le champ du vaste savoir énoncé par les missionnaires porteurs de culture et de techniques occidentales, par l’emploi de la langue du pays et l’utilisation de l’écriture romanisée appelée plus tard quốc ngữ (système de transcription inventé par les missionnaires du début du XVIIe siècle et structuré par Alexandre de Rhodes). Cette initiation des prêtres locaux et des catéchistes à un savoir manifestement aussi efficace que celui que les lettrés confucéens, détenteurs du pouvoir, s’attribuent en vertu de leur pratique d’une langue et de textes en chinois classique incompréhensibles au peuple, correspond à l’époque à une sorte de révolution culturelle. Le discours missionnaire renferme cependant des effets extrêmement dissolvants sur le plan politique et social : il ne vise pas à une insertion harmonieuse dans la société, mais véritablement à la construction d’une autre société, la société chrétienne. Les lettrés confucéens par contre, dépositaires d’une conception totalisante et cohérente de l’ordre social dont ils sont les garants et ordonnateurs, ne sauraient souffrir qu’une communauté se particularise à l’intérieur du corps social. La monarchie confucéenne se doit ainsi de contrecarrer le prosélytisme des missionnaires, considéré comme antisocial et subversif. Après 1672, la cessation du conflit armé ayant rendu moins pressants les besoins en matériel de guerre, les autorités vont manifester une hostilité croissante pour les apports du dehors. Si les Nguyễn continuent de ne pas contrarier le commerce extérieur, dont ils font au contraire une large utilisation pour renflouer leurs finances et consolider leur pouvoir, les Trinh ferment de plus en plus leur domaine aux mouvements des échanges. Les édits de persécution se font plus fréquents au Tonkin (1706, 1712 13, 1721, 1736 37, 1765, 1773), et alors qu’aucun religieux européen n’a été mis à mort au XVIIe siècle, plusieurs missionnaires subissent le martyre au XVIIIe.

Justement, c’est au XVIIIe siècle que les Français accordent une attention plus soutenue à l’Indochine, avec le double objectif d’y développer le prosélytisme catholique et d’y chercher des bases et des débouchés commerciaux. La politique commerciale française restera toutefois toujours floue, velléitaire, sans continuité. La Compagnie française des Indes, qui a en réalité longtemps négligé le pays, lui porte, entre 1740 et 1750, beaucoup d’intérêt. Les expériences tentées par Dupleix et Pierre Poivre, cependant, n’aboutissent pas. Mais, après la guerre de Sept Ans, les succès de l’Angleterre et les échecs coloniaux de la France dans l’Inde provoquent un foisonnement de projets d’installation de comptoirs dans un pays devenu comme la Chine à la mode. Un ancien commerçant de Canton, de Rothé, écrit par exemple dans son mémoire, Réflexions politiques et secrètes sur les royaumes de Cochinchine et du Cambodge (1776) :

« Il semble qu’il ne reste plus que la Cochinchine qui ait échappé à la vigilance des Anglais. S’ils s’y décident avant nous, nous en serons exclus pour jamais, nous aurons perdu un point important dans cette partie de l’Asie, qui nous rendrait les maîtres d’intercepter aux Anglais, en temps de guerre, leur commerce avec la Chine. » [3]

Certains de ces projets reçoivent un commencement d’exécution, mais tous s’arrêtent court, parce que l’argent manque, et que les dirigeants politiques se montrent d’une prudence extrême. Ils témoignent en tout cas de la persistance des visées de la France sur le Vietnam.

L’Empereur Gia Long (1762-1820)

Or, à la suite d’une guerre civile et sociale divisant la Cochinchine dans le dernier quart du XVIIe siècle, un évêque français, Mgr Pigneau de Béhaine, entouré d’un certain nombre de volontaires, va apporter au prince Nguyễn Ánh chassé de ses États, l’aide qui lui manque pour triompher de ses adversaires et offrir ainsi le spectacle d’une première collaboration militaire franco-vietnamienne. Il se rend en 1787 à Versailles pour négocier, au nom de Nguyễn Ánh, un traité d’alliance. La France officielle n’accorde en fait qu’une fourniture de poudre, mais l’évêque d’Adran, décidé à « faire la révolution lui-même en Cochinchine » selon son expression, a fait assez de publicité autour de son entreprise pour que des officiers français viennent chercher aventure auprès de lui. Ils rendent d’importants services : Lebrun dresse les plans d’une nouvelle ville à Saigon et construit des fortifications ; Olivier de Puymanel forme plusieurs régiments d’infanterie à l’européenne ; Jean-Marie Dayot organise une marine moderne, et relève l’hydrographie des côtes cochinchinoises ; Chaigneau lui succède à la tête de la marine, et Barizy se charge des approvisionnements. Quant à Pigneau de Béhaine, son énergie encourage Nguyễn Ánh dans la longue lutte qui doit aboutir à son triomphe définitif et à l’unification du Vietnam tout entier sous sa direction en tant qu’empereur Gia Long.

On ne doit certes pas s’exagérer l’importance de l’apport français dans la reconquête du pouvoir par Nguyễn Ánh, puisque celui-ci, excellent stratège militaire et soutenu par les grands propriétaires fonciers, a déjà repris possession de la région de Saigon avant le retour de Pigneau de Béhaine en 1789. L’évêque d’Adran n’en a pas moins été, par la suite, dépeint comme l’artisan essentiel de l’établissement d’une nouvelle dynastie exerçant son autorité sur un Vietnam réunifié. Il devient une grande figure illustrant la générosité d’une France rétablissant le bon droit du souverain légitime, et la possibilité d’une bonne entente entre l’Église catholique et un pouvoir païen lorsque celui-ci est éclairé. Mais, très vite aussi, une autre représentation s’oppose à cette imagerie, axée sur la démonstration de la collusion entre l’action missionnaire et l’expansionnisme occidental, et de la corrélation entre adhésion au christianisme et appel à l’étranger, avec en touche finale la condamnation du rôle historique des Nguyễn, jugés coupables d’avoir donné au loup colonial l’accès à la bergerie.

Quoi qu’il en ait été de cette prétendue collusion, il reste que les missionnaires, obligés de s’insérer dans le lieu de leur action et de s’adapter aux conditions de la société d’accueil, deviennent en quelque sorte des experts bien au courant des spécificités de cette société. Ils s’imposent naturellement comme des personnages clés des relations interculturelles : ils rendent compte en France des situations locales, et influencent en retour la vision que la France se fait des sociétés asiatiques. A ce titre, ils vont jouer le rôle de guides du pouvoir politique, lorsque l’État français, cédant à leurs instances, décide d’intervenir militairement au Vietnam pour soutenir les intérêts de la religion catholique.

Portrait de l’Empereur Minh Mang (1791-1841) dans l’ouvrage de John Crawfurd (publié en 1828)

Car, les bons rapports entretenus par Gia Long avec l’Occident, qui favorisent un certain développement de la présence française, notamment dans le domaine militaire et religieux, n’ont constitué qu’un éphémère intermède. Sur la fin de son règne, le fondateur de la dynastie des Nguyễn se met d’ailleurs à marquer ses distances à l’égard de ces étrangers qui l’ont aidé à conquérir le pays. Sa mort au début de 1820 marque un changement d’attitude plus net encore vis-à-vis des missionnaires et des chrétiens, avant que la publication en 1833 d’un premier édit de proscription ne vienne inaugurer une dure politique de persécutions religieuses. Les mesures prises ne sont du reste qu’un aspect particulier d’une ligne politique générale placée sous le signe d’une complète identification avec l’idéologie confucéenne et la culture officielle chinoise. Malgré les oppositions internes et les déchirements sociaux qui se manifestent, malgré les indices d’une confrontation imminente avec la culture et les armes occidentales, les successeurs de Gia-Long, loin d’imaginer la faillite du système traditionnel, demeurent confiants dans la supériorité de l’ordre sociopolitique confucéen, persuadés qu’ils tiennent là la seule clé possible de la prospérité, de la pérennité et de l’harmonie sociales. Ce repli sur les traditions explique l’incapacité de la classe dirigeante à concevoir une riposte à la menace croissante que fait peser sur le destin du Vietnam l’intervention française.

Cette intervention s’est étalée sur une vingtaine d’années : la France impose en 1862 son administration directe sur la Cochinchine, et en 1883 son protectorat au reste du pays. Le Vietnam va ainsi rester, selon les lieux, de soixante à quatre-vingts ans sous curatelle française, mais cette période d’administration française, laps de temps bien court en comparaison du millier d’années d’occupation chinoise au début de l’histoire du pays, n’en a pas été moins décisive pour son évolution. A bien des égards, les transformations imposées par la colonisation ont été brutales. Le territoire vietnamien est divisé en trois entités de statut différent, entre lesquels les liens organiques ne peuvent plus passer que par l’intermédiaire de la puissance protectrice, et englobées avec le Cambodge et le Laos dans une fédération politique et économique, l’Union indochinoise. Une administration coloniale toute en valeur de commandement et d’exécution se substitue progressivement aux anciennes institutions, mises en tutelle ou conservées simplement à titre décoratif, pour effectuer les aménagements qui doivent inaugurer l’ère de l’État moderne. Elle démantèle en premier lieu l’édifice socioculturel traditionnel en vidant de sa substance sa clé de voûte, l’institution monarchique, qui cesse plus ou moins d’être perçue comme l’axe de référence autour duquel s’ordonne la société. Par là même, elle oblige le Vietnam à tourner le dos à la tradition chinoise pour l’ouvrir à l’Occident. La modernité touche tous les domaines, après l’abandon des concours triennaux et de la culture classique. Le nouveau système d’enseignement encourage, à côté de l’étude du français, la pratique de l’écriture romanisée du quốc ngữ, et introduit les éléments de la science occidentale, en même temps que des modes de penser nouveaux. Son développement atteint une dimension culturelle telle qu’il prend un aspect d’interpénétration de civilisations auquel l’élite vietnamienne est restée sensible bien après 1954 encore. Le domaine médical se trouve aussi bouleversé : un important réseau sanitaire est très tôt mis en place et il s’avère d’emblée, avec ses dispensaires, ses hôpitaux, son Institut Pasteur, comme l’un des meilleurs et des plus efficaces de l’Asie. Le paysage socioculturel subit également une profonde modification à la suite des réalisations économiques effectuées.

Sous l’effet de ces différentes transformations, une véritable symbiose culturelle s’opère, surtout chez ceux des Vietnamiens qui croient à la possibilité d’un compromis avec la colonisation pour mettre à jour, en vue de l’émancipation du pays, une voie praticable vers une construction nationale conçue en termes d’État nation à l’image du modèle européen. Persuadés que la supériorité de l’Occident réside dans les effets combinés de son avance scientifique et technique et le dynamisme conféré à ses sociétés par la démocratie politique, ils pensent que la modernisation culturelle, économique et sociale, par la diffusion du progrès, par le développement des activités commerciales et industrielles, par la rupture avec les coutumes archaïques, permettrait d’émanciper 1a société et l’individu du carcan de la tradition confucéenne, de dynamiser ensuite le peuple asservi en lui inculquant une véritable conscience nationale. La tendance dominante va être à l’occidentalisation, plus précisément à la francisation : l’indispensable voyage en Occident doit désormais s’effectuer par le détour par la France, que l’on y vienne faire des études ou se livrer à une activité politique. En 1911, le futur Hồ Chí Minh arrive à Marseille ; en attendant de s’initier quelques années plus tard au communisme à Paris, son premier geste a été de tenter de forcer la porte de l’École Coloniale [4]. Même lorsque la situation coloniale se trouve bloquée par les réticences avec lesquelles les autorités répondent aux demandes de droits politiques, notamment l’accès aux emplois publics et la jouissance de libertés fondamentales, on aura encore propension à porter l’action dans 1a métropole, où on espère être mieux écouté.

En s’installant tout d’abord dans le Sud du pays et en faisant de cette région la pièce maîtresse de son système, la domination française semble cependant avoir contribué à renforcer le poids de cette partie méridionale dans l’équilibre vietnamien. Dans la colonie française de Cochinchine en effet, une élite réduite bénéficie de nombreux privilèges, grâce auxquels ses membres, grands propriétaires fonciers pour la majorité, peuvent acquérir leur savoir-faire et diversifier leurs avoirs. Cette minorité de Cochinchinois, qui ont accès à la nationalité française, qui sont francophones et souvent francophiles, va jouer un rôle politique dans les années quarante et au début des années cinquante, le plus souvent aux côtés des autorités françaises ; elle se démarque du reste de la nation à un point tel qu’elle a pu susciter l’idée d’un particularisme, d’un séparatisme même, cochinchinois. Il est vrai que l’espace national vietnamien, de construction trop récente, ne s’est pas encore vraiment concrétisé à la veille de la colonisation. Mais, malgré les divisions administratives qui semblent vouloir continuer à briser l’unité du pays, l’accroissement de la population, les grands travaux d’infrastructure, les réseaux de transport coloniaux, en changeant l’espace, vont constituer un puissant facteur d’intégration des différentes régions. C’est ainsi que le recensement de 1937 révèle une Cochinchine infiniment plus vietnamienne qu’elle ne l’était en 1860. Ce renforcement de l’espace national vietnamien fait assez tôt prendre conscience qu’un nouveau Vietnam s’est dessiné dans l’Indochine française. Il n’empêche que les apports positifs de l’administration coloniale ont été plus que souvent contestés. Les analyses communistes et nationalistes se sont en général rejointes pour dénoncer l’inspiration et les résultats d’une action inscrite avant tout, pour elles, dans le cadre éminemment suspect de l’exploitation et de la dépendance coloniales. Rien ne serait plus arbitraire, toutefois, que d’exclure du bilan fort contrasté de l’action coloniale les nombreuses réalisations portant la marque d’une inspiration résolument « civilisatrice », qui entend justifier la colonisation par le progrès apporté. Mais, fondamentalement, l’état de dépendance ne peut guère permettre au dossier du colonisateur d’être examiné avec équité. Car, la politique coloniale entend faire de son bilan une justification du droit comme de la pérennité de sa présence et du rapport de domination politique, et cela, il est difficile même aux tenants du nationalisme le plus modéré et le plus disposé à une collaboration sincère et loyale de l’admettre. C’est ce que résume Paul Mus en une formule frappante :

« Le Français voit ce qui a été fait, l’Annamite ce qui ne l’a pas été… En quatre-vingts ans, l’Indochine avait plusieurs fois le temps de devenir un pays moderne ; elle le serait devenue sans la colonisation ; l’Annamite en est convaincu car il l’éprouve dans son vouloir vivre… Si dans ce qui a été fait, il ne voit que le manque de ce qui ne l’a pas été et qui aurait dû l’être, ce n’est pas mauvaise foi ou parti pris, c’est simplement parce que en tant qu’Annamite, il vit dans un monde où se projettent les possibilités d’un Vietnam indépendant, libre de s’industrialiser. » [5]

De cette antinomie foncière découle une incompréhension qui va s’aggravant, à mesure que, devant la montée des forces d’opposition du nationalisme, les autorités coloniales durcissent leur position pour ne pas prendre le risque d’une libéralisation politique. Une guerre de huit ans, provoquée par les mécomptes de la décolonisation, est finalement venue interrompre pour un temps un dialogue culturel qui s’est déroulé en fait sur trois siècles, rarement sans heurts, mais toujours bien passionnant.

Nguyên Thê Anh

 

Indications bibliographiques sommaires

Melanie Beresford, Vietnam. Politics, Economics and Society. London, Pinter, 1988.

Alain Forest & Yoshiharu Tsuboi, Catholicisme et sociétés asiatiques. Paris, L’Harmattan, 1988.

Paul Isoart, Le phénomène national vietnamien. De l’indépendance unitaire à l’indépendance frac¬tionnée. Paris, Lib. Gle de Droit et de jurisprudence, 1961.

Frédéric Mantienne, Monseigneur Pigneau de Béhaine, évêque d’Adran, dignitaire de Cochinchine. Paris, Eglises d’Asie, 1999, 256 p.

David Marr, Vietnamese Tradition under Trial, 1920 1945. Berkeley, Univ. of California Press, 1981.

Nguyên Thê Anh, Monarchie et fait colonial au Vietnam (1875 1925). Le crépuscule d’un ordre tra¬ditionnel. Paris, L’Harmattan, 1992.

Jean Claude Pomonti & Hugues Tertrais, Vietnam, communistes et dragons. Paris, Le Monde Éditions, 1994.

Ralph Smith, Vietnam and the West. London, Heinemann, 1968.

Yoshiharu Tsuboi, L’Empire vietnamien face à la France et à la Chine. Paris, L’Harmattan, 1987.

Alexander Woodside, Community and Revolution in Modern Vietnam. Boston, Houghton Mifflin, 1976.

Notes

[1] Archives des Missions étrangères, série de Siam, vol. 855, reprod. par Frédéric Mantienne, Les Missions françaises et le début du commerce avec le Fleuve Rouge au XVIIe siècle, 1664 1699. Mémoire de DEA de l’EPHE, 1994, pp. 95 98.

[2] Ibid.

[3] E. Gaudart, « Les archives de Pondichéry et les entreprises de la Compagnie française des Indes en Indochine au XVIIIe siècle », Bulletin de la Société des Amis du Vieux Huê, 1937, p. 353.

[4] Voir “Du rêve mandarinal au chemin de la révolution : Hồ Chí Minh et l’Ecole Coloniale”, Parcours d’un historien du Viêt-Nam. Recueil des articles écrits par Nguyễn Thế Anh. Paris, Indes Savantes, 2008, pp. 496-502.

[5] Vietnam. Sociologie d’une guerre. Paris, Le Seuil, 1952.

Laurent Dartigues : Histoire d’une rencontre ratée et histoire à parts inégales [édition 2012]

Histoire d’une rencontre ratée et histoire à parts inégales. Essai sur le discours orientaliste à propos du Viêt Nam 1860-1940

Laurent Dartigues

2012

Ce texte (texte principal + annexes) est la version auteur corrigée et augmentée (527 pages) d’un ouvrage paru en 2005 sous le titre : L’orientalisme français en pays d’Annam 1862-1939, aux éditions Les Indes savantes. L’objet de cet ouvrage est d’étudier les discours orientalistes produits pendant la période coloniale sur la société, l’histoire et la culture viêtnamienne en cherchant à rendre compte des conditions spécifiques qui les ont rendu possibles. L’objet s’est ordonné autour de trois notions : la Bibliothèque annamite, la polyphonie, la production conjointe de connaissances. Ces représentations fonctionnent sur le mode d’une « Bibliothèque annamite », vaste ensemble métaphorique qui propose des configurations d’images autosuffisantes quant au sens qu’elles procurent aux objets décrits.

 

Cette « Bibliothèque » :
– puise dans la tradition savante occidentale, notamment dans La Cité antique de Fustel de Coulanges,
– inscrit certaines de ses thématiques dans l’entreprise coloniale (gestion et exploitation de la colonie et de ses habitants),
– s’insère dans un dialogue avec l’élite lettrée viêtnamienne, qui non seulement a permis dans une large mesure le travail de la connaissance de se faire, mais a aussi contribué à la construction, reconstruction, transformation des représentations françaises.

La recherche s’appuie sur l’analyse d’une centaine de textes de taille variable (de l’article d’une dizaine de pages à l’ouvrage de plus d’un millier de pages) qui relèvent des disciplines historiques, juridiques, ethnologiques, archéologiques, et pour l’essentiel sur la consultation des archives de l’École française d’Extrême-Orient. L’ouvrage se compose de quatre parties et comporte un index des noms d’auteurs.

La première partie est d’ordre théorique et méthodologique. Elle s’attache à délimiter les questions posées à l’objet et à expliciter les critères d’élaboration d’un corpus raisonné de textes. Pour ce faire, elle mobilise notamment les travaux de M. Foucault, E. Saïd et M. Bakhtine (chap. 1) et s’appuie sur la notion d’instance de consécration pour choisir les œuvres de notoriété (chap. 2). Cette partie s’achève par la caractérisation matérielle des textes et une sociographie des auteurs sélectionnés qui met en évidence l’importance des fonctionnaires, missionnaires ou militaires dans la production orientaliste (chap. 3).

La seconde partie décrit la manière dont les savants français représentent le monde social viêtnamien et met en lumière les grandes thématiques, les motifs et les fétiches, plus largement l' »expression intérieure » (style, rhétorique) qui structurent ce savoir et s’imposent à la plume savante. J’ai appelé « Bibliothèque annamite » cette police lexicographique (chap. 4). Cette Bibliothèque inscrit certaines de ses thématiques dans l’espace des questions coloniales qui se retraduisent dans les textes en terme de problématiques, de conceptions, de prises de position. À l’encontre d’un débat stérile sur la question de la « contamination » ou de la « pureté » de l’orientalisme vis-à-vis de la domination coloniale – le problème est plutôt de comprendre ce qu’on fait avec cette domination dans l’acte même de l’écriture -, je propose une lecture fluide de ces rapports à travers des études de cas (les préfaces dans les ouvrages d’administrateurs coloniaux, la comparaison de deux thèses de géographie humaine, etc.) qui laissent toute sa place à l’expression d’un projet savant (chap. 5). Cette Bibliothèque transcrit également sur le terrain viêtnamien le grand livre de Fustel de Coulanges La Cité antique. L’impact de La Cité antique sur la pensée européenne de la fin du siècle dernier et des premières décennies de ce siècle et sa rencontre avec un type d’homme façonné par les humanités classiques expliquent très certainement l’omniprésence de cette œuvre dans le champ des études viêtnamiennes. Son mode de présence est très divers, que ce soit à travers le vocabulaire « antique » ou bien la grille de lecture proposée par Fustel de Coulanges. Le Viêtnam apparaît ainsi comme une société fondée sur la communauté villageoise, une société profondément religieuse dans laquelle domine le culte des ancêtres (chap. 6).

La troisième partie permet de retrouver les auteurs derrière les textes, en l’occurrence ici un missionnaire, Léopold Cadière (chap. 7), là un sociologue des religions, Paul Mus (chap. 8). À travers l’analyse de leurs écrits – qu’on considère aujourd’hui comme les deux œuvres majeures produites sur le Viêtnam -, j’ai cherché notamment à travailler sur les catégories du malentendu et du désir pour rendre compte du rapport singulier qu’ils nouent avec leur « objet », des discours qu’ils tiennent à son propos.

La quatrième partie cherche à améliorer la véridicité de la proposition « les connaissances françaises sont coproduites dans un dialogue constant avec les lettrés ». Je compose à cet effet différentes échelles de raisonnement présomptif : – le niveau du vraisemblable où je combine : a/ la comparaison avec la situation indienne qui incite à transférer les vertus descriptives de la notion de production conjointe dans la situation viêtnamienne. b/ le raisonnement logique par lequel je noue habitus savant valorisant l’érudition, importance des fonctionnaires coloniaux dans la production savante, place des lettrés dans le fonctionnement administratif colonial pour mettre en avant la supposition d’une rencontre entre savant et élite lettrée. c/ la description des conditions matérielles du terrain viêtnamien. – le niveau du probable : J’ai relié ici pour les produire en tant qu’indicateurs la question de la maîtrise linguistique et de l’objectivation du travail en commun avec les lettrés. Ils suggèrent un recours généralisé à des collaborateurs viêtnamiens alors même que ces questions sont constituées comme des voiles de cette réalité, la langue parce qu’elle est le lieu d’exhibition de soi, de production d’effets de réel au sens de Barthes ou de luttes symboliques ; l’objectivation du travail en commun parce qu’il s’adosse à un modèle de division des tâches qui relègue les lettrés dans un rôle de simple fournisseur de renseignements. – le niveau de l’argumentation que je documente, par exemple, à travers des études de cas qui permettent d’appréhender la nature du travail en commun. C’est la combinaison de ces trois niveaux qui m’a conduit, au-delà de l’établissement du fait que les lettrés ont permis dans une large mesure le travail de la connaissance, à essayer de mesurer la manière par laquelle ces lettrés ont contribué à construire, reconstruire, transformer les représentations françaises du monde social viêtnamien.

La conclusion revient sur les pistes de recherche délaissées en route, notamment sur la place de l’organicisme en tant que cadre de perception de la réalité viêtnamienne ou sur l’héritage missionnaire (jésuite en particulier) dans l’appréhension du système religieux viêtnamien. Elle pose aussi la question de savoir ce que la viêtnamologie d’aujourd’hui a à gagner de nouer un dialogue avec la production savante coloniale.

La réponse ne regarde pas simplement à mes yeux le problème d’un retour réflexif sur des savoirs dont les études viêtnamiennes sont encore dépendantes, mais renvoie aussi et d’abord aux conditions d’une coproduction scientifique aujourd’hui – ce mode production, dans un monde de circulation généralisée, devient un mode privilégié – avec des chercheurs viêtnamiens dont le statut est fixé par l’appartenance à un monde « périphérique » anciennement colonisé et est source de tensions, de concurrences et de souffrances.

Réf. : HAL : halshs-00769182, version 1.

Source : HAL SHS

Liens vers le document intégral en pdf sur Hal SHS : Etude + Annexes.

Laurent Dartigues est socio-anthropologue, ingénieur agronome (Paris-Grignon) et docteur en anthropologie historique (EHESS). Il est Chargé de recherche au CNRS, membre du laboratoire Triangle (UMR 5206) à Lyon.

Bui Tran Phuong : Viêt Nam 1918-1945, genre et modernité – Émergence de nouvelles perceptions et expérimentations

[ndlr] Nous reproduisons ci-dessous un texte clé de Bui Tran Phuong, publié en 2007 dans la revue Genre & Histoire. Elle y expose la problématique de sa thèse et explique sa démarche scientifique dans le contexte particulier du Viêt Nam actuel dans le but d’élaborer une histoire des femmes vietnamiennes. L’article est suivi par le résumé de sa thèse et le lien de ce travail remarquable et pionnier accessible en ligne.

 

 

Pourquoi ce sujet ?

D’abord pour combler un vide. Si l’on ne considère que l’historiographie vietnamienne, ce dont dispose le public vietnamien dans le pays, malgré une abondance apparente à un certain moment, l’histoire contemporaine reste déplorablement pauvre sur le plan cognitif. Elle renseigne peu sur les hommes (et encore moins sur les femmes) en société, dans l’espace et dans le temps. Dans la recherche internationale sur le Viêt Nam, jusqu’à très récemment les femmes ne figuraient pas non plus parmi les centres d’intérêt[1]. Une piste féconde a été ouverte, avec des travaux de recherche en histoire sociale et/ou sociologie historique qui pour la première fois ont permis la visibilité et le droit à l’expression aux humbles, aux victimes de la répression de tout genre ; mais sans avoir vraiment pris en compte les femmes en tant que telles. Avec le vide accusé dans l’histoire des femmes en général, un voile d’oubli ou de négligence a recouvert également la vie intellectuelle[2] de la société vietnamienne et la vie quotidienne[3] pure et simple, là où les revendications politiques ne s’expriment pas directement, explicitement.

Dans mon parcours personnel, avec la création d’un Département – à l’époque premier et unique au Viêt Nam – des Etudes sur la femme[4], j’ai été amenée en 1992 à y assurer un cours sur l’Histoire des femmes vietnamiennes et ai été confrontée au dénuement bibliographique dans ce domaine vierge. A la recherche d’une méthodologie d’investigation, j’ai fait la connaissance de l’œuvre puis des auteur-es de l’Histoire des femmes en Occident et ai été ainsi initiée aux réflexions épistémologiques françaises puis internationales. Sans l’avoir fait exprès, ma thèse m’a permis de renouer avec un travail précédemment accompli sur la pensée d’un catholique à la fois lettré et moderniste, Nguyên Truong Tô (1828-1872)[5].

Pourquoi les repères de 1918 et 1945 ? L’année 1918 est marquée par deux événements : la parution du Son de cloche du genre féminin (Nu gioi chung), premier périodique féminin vietnamien et le début de la carrière journalistique de Dam Phuong, née Công nu Dông Canh (1881-1947). La Révolution d’août 1945, en même temps qu’elle mobilise massivement les forces vives de la nation dans la lutte violente, met fin à une période de bouillonnement politique et culturel en assurant l’hégémonie du Parti communiste vietnamien sur la lutte pour l’indépendance et les deux guerres contre les Français et les Américains. Dans l’histoire du féminisme vietnamien, 1945 représente un creux de la vague.

Méthodologie, sources et documentation disponible

L’interdisciplinarité est de mise, d’abord parce que le terrain historique est encore trop peu défriché sous l’angle de l’histoire sociale et culturelle, de l’histoire du quotidien, de l’histoire des mœurs, de l’histoire totale ; mais aussi et encore plus impérativement parce que les réalités sur le sujet l’imposent. Des questionnements d’ordre anthropologique et linguistique par exemple pourraient éclaircir la place sociale des femmes et l’évolution ou la stagnation des rapports homme-femme. La famille, la parenté, la hiérarchie dans la sphère du public et dans l’intimité du privé – primauté de l’âge, de la fortune, du savoir, de la masculinité, mais aussi du rang de l’épouse principale par rapport aux autres, par rapport à la concubine, ou de l’enfant né d’une concubine par rapport à sa propre mère… et tant d’autres thèmes sont incontournables pour saisir et faire resurgir la place des femmes.

Travaillant essentiellement sur les sources et documentation disponibles au Viêt Nam, j’ai néanmoins essayé d’identifier de manière aussi large et variée que possible les sources et documentations pouvant intéresser mon projet scientifique, quitte à faire la part exacte de la documentation sur laquelle j’ai effectivement travaillé.

J’ai bénéficié d’un long passé de lecture, d’enseignement et de recherche sur l’histoire et la culture vietnamiennes en général, sur les problématiques de la colonisation, du modernisme, du nationalisme, du communisme vietnamiens et plus récemment, depuis 1992 sur l’histoire des femmes. Mais je suis consciente des limites de mes possibilités d’investigation dans la mesure où je ne suis pas informée à temps et n’accède pas facilement à l’historiographie internationale.

J’ai consacré du temps à exploiter deux sources essentielles : la presse et la littérature en quôc ngu. Parmi les périodiques en vietnamien, j’ai évidemment privilégié la presse féminine, plus particulièrement la collection de Phu nu tân van (Gazette de femmes) et celle de Phu nu thoi dam (Chroniques de femmes) disponibles à la Bibliothèque générale de Hô Chi Minh Ville et, pour la première, en même temps au Musée des Femmes du Sud, que je remercie de m’avoir accordé des facilités exceptionnelles pour la consultation. J’ai également travaillé à partir de quelques autres périodiques, notamment Thân chung (Cloche du matin) au Sud, Phong Hoa (Mœurs) et Ngay nay (Notre temps) au Nord. Le choix s’impose pour les deux derniers car c’étaient les organes du groupe littéraire Compter sur ses propres forces (Tu luc)[6] ; le premier était parmi les plus résolument modernistes du Sud. Pour la littérature en quôc ngu, j’ai par contre questionné la presque totalité des sources disponibles, se composant des nouvelles, des romans et de la poésie ; pour les pièces de théâtre (kich noi) je me suis arrêtée seulement aux auteurs et aux productions les plus caractéristiques de l’époque. Parmi les nouvelles et romans, j’ai certes privilégié les auteurs et ouvrages très connus, notamment ceux de Tu luc ; mais j’ai aussi re-découvert un grand auteur méconnu, Hô Biêu Chanh ainsi que des auteures pour la plupart oubliées ou sous-estimées et n’ai négligé aucune production littéraire considérée comme document au premier degré pour scruter les représentations de femmes. Si je n’insiste pas beaucoup sur les auteurs dits « réalistes critiques » et sur ceux de leurs ouvrages qui figurent au programme de l’enseignement secondaire, c’est surtout parce que je trouve les représentations féminines de ces ouvrages trop biaisées par le point de vue politique des auteurs. J’ai cependant sélectionné non pas les auteurs mais les ouvrages et mes critères de choix sont bien plus informatifs que littéraires. J’ai tenté de refléter des tendances et nuances diversifiées, mais en me concentrant sur les productions littéraires et/ou certains de leurs aspects qui concernent le plus directement le sujet : les nouvelles perceptions et représentations de genre.

L’époque étant récente – ceux et celles qui avaient vingt ans en 1930 ou 1940 ne sont pas tous disparus – le recours aux témoignages et aux sources orales semble encore possible, sans être aisé, du fait de la dispersion aux quatre coins du monde d’une fraction non négligeable, qualitativement surtout, de nos compatriotes. J’ai pu malgré tout interviewé 8 personnes et mobilisé la mémoire familiale sur mes grands-mères. Les mémoires, biographies ont été d’une aide précieuse ; dans la mesure du possible, j’ai essayé de confronter avec d’autres sources ou témoignages pour pallier la subjectivité inévitable, j’ai également interviewé et confronté les auteures des biographies, dont par exemple Lê Minh, biographe de Nguyên Thi Minh Khai.

En ce qui concerne la méthodologie de la recherche historique et plus particulièrement en histoire des femmes, j’ai pu bénéficier de la richesse et de la fécondité des réflexions et des travaux entrepris depuis plus de trois décennies en France. Encore davantage que pour l’historiographie vietnamienne, j’aurais eu du mal à suivre l’évolution dans la réflexion épistémologique française et internationale concernant l’histoire des femmes, celle des féminismes et une approche genrée de l’histoire socioculturelle, si je ne disposais pas du concours précieux de ma Directrice de thèse, une spécialiste en la matière. Grâce à elle, même si mon accès à la documentation reste limité, je crois avoir pu consulter l’essentiel des écrits qui font état de l’évolution méthodologique en cours. J’ai regretté de n’avoir pu être présente dans les activités scientifiques du LARHRA, dont je suis informée par courriel.

En résumé, mon approche méthodologique consiste à analyser aussi scrupuleusement que possible les différentes sources de documentation disponibles, à tenter de rendre compte des réponses ou éléments de réponse aux questionnements diversifiés et souvent entrecroisés dans le cadre d’une histoire globale.

Le travail que je vous présente aujourd’hui se compose de trois parties. Dans la première partie, pour définir le cadre, je commence par décrire et analyser la place des femmes et la problématique du genre au sein des traditions vietnamiennes, que je montre miroitantes de multiples facettes.

Dans l’héritage du passé, j’ai commencé par analyser comment on nomme les Vietnamiennes et comment on s’adresse à elles. L’existence d’un tên (nom individuel) de plus en plus significatif est une marque de reconnaissance de l’individu dont les filles bénéficient plus tardivement que les garçons. L’inégalité sexuée est claire dans les relations masculin-féminin où l’individu masculin se désigne et est désigné comme « anh, grand frère » par rapport à l’autre qui est « em, petite sœur ». Les mots d’adresse contiennent une multiplicité de nuances. Ils ne dénotent pas toujours la sous-évaluation ; ils peuvent marquer le respect mais insistent souvent sur les rapports de la femme avec les autres membres de la communauté et rallongent ainsi le chemin pour que parvienne à émerger l’individu-femme.

Aussi bien des ca dao (chansons populaires), proverbes[7], que des ouvrages et auteur-es classiques ont été sollicités pour essayer des cerner les traditions culturelles vietnamiennes relatives aux femmes dans leur historicité. J’ai présenté ensuite les acteurs et les vecteurs de la modernisation, où venait en première ligne l’instruction publique, mais où foisonnaient aussi d’autres ferments tels que la presse, la littérature moderne, la professionnalisation des femmes, le militantisme, … J’ai insisté sur le fait que les colonisé-es ne font pas que bénéficier passivement de la politique éducative coloniale ou d’en pâtir, mais que la volonté des familles et le choix des individus s’avèrent plus déterminants sur le parcours des élèves, les résultats scolaires et les impacts de l’instruction sur chaque destinée particulière. Surmontant de multiples obstacles, une élite intellectuelle féminine émerge.

Concernant plus spécialement la manière dont le confucianisme imprègne les principes éthico-moraux dans les réalités des mentalités et comportements, j’ai attiré l’attention sur la particularité du Sud Viêt Nam dans le processus de modernisation. Le chapitre III était en fait prévu plus long. J’avais initialement l’intention d’analyser les caractéristiques régionales de chacun des trois « pays » vietnamiens. Mais, me rendant compte à temps qu’une telle sophistication pourrait m’éloigner du sujet, je me contente de souligner la spécificité et la vitesse d’évolution différente dans les limites territoriales où ces deux caractéristiques se font remarquer. Comme la non-homogénéité remonte à des événements antérieurs à la colonisation française, notamment l’expansion vietnamienne au Sud de son berceau culturel, en direction des territoires cham et khmer, un autre sous-chapitre aurait pu être consacré à la partie du Dang Trong des seigneurs Nguyên qui est devenue l’Annam sous les Français. Le manque de temps m’a obligée de réduire ce chapitre III à une dimension quelque peu disproportionnée par rapport aux autres ; cela a néanmoins l’intérêt de le concentrer sur la Cochinchine où a lieu effectivement, dans l’ensemble de l’environnement social, le premier éveil sur les questions féminines et féministes.

Dans la deuxième partie, j’analyse des représentations de femmes à partir des sources imprimées que constitue la création artistique de l’époque, plus particulièrement la création littéraire. Les romans et nouvelles témoignent d’une exploration de nouvelles possibilités dans la relation de couple, dans la vertu féminine comme dans le comportement de chacun-e des membres de la petite et grande famille. Si les romans font état de prises de position plus ou moins révolutionnaires de la part des femmes instruites, de leurs comportements de soumission ou de révolte (chapitre IV) ; la poésie dévoile des transformations profondes dans la sensibilité des jeunes (chapitre V). J’ai présenté au chapitre VI des parcours de femmes. Le premier critère de sélection est la disponibilité documentaire ; à partir de cette condition nécessaire, j’ai diversifié les types de représentativité. On trouve ainsi des militantes nationalistes et communistes, des enseignantes, des écrivaines, poétesses, journalistes, éditrices et aussi les épouses d’éminents intellectuels.

La dernière partie répond plus directement à la question : dans quelle mesure peut-on parler d’un – ou des – féminisme(s) vietnamien(s) qui aurai(en)t émergé avant la Révolution d’août 1945 ? Mon travail a permis d’expliciter une panoplie d’idées émancipatrices, de pratiques innovantes et d’en questionner les origines. Il devient possible de rendre compte de l’existence d’un véritable féminisme vietnamien, d’en esquisser un tableau récapitulatif et un premier bilan.

Tout d’abord, les activités des femmes dans les différents domaines culturel et sociopolitique ont des significations et portées plus ou moins féministes. La distinction entre les domaines permet juste une plus grande clarté de présentation, car les actrices et acteurs en sont souvent les mêmes : des modernistes animé-es d’une ardeur patriote, ou des patriotes convaincu-es que les réformes culturelles ou sociales ont une teneur politique car elles encouragent l’évolution du rôle et de la contribution des femmes à la lutte pour la survie de la nation. J’ai présenté ainsi, dans le féminisme culturel, la pionnière et chef de file de la presse féministe, Phu nu tân van (Gazette de femmes), un projet de maison de culture pour les femmes émanant de la même équipe, et quelques éléments d’information sur les femmes et le sport. Dans le féminisme sociopolitique, j’ai abordé la socialisation de la maternité et celle des travaux ménagers féminins. Celle qui en a laissé une œuvre écrite imposante et des réalisations pratiques non moins impressionnantes est Dam Phuong, éducatrice d’une modernité qui ne cesse d’étonner, en qui j’identifie une féministe modérée, sereine mais dévouée et déterminée dans sa vocation. Mère et grand-mère de plus d’une génération de jeunes intellectuel-les, toutes et tous doté-es d’un métier pour vivre autonomes ou engagé-es dans le militantisme révolutionnaire, elle s’investit toute sa vie à former et à organiser la formation d’autres femmes éducatrices à qui elle fait partager des connaissances, des compétences éducatives et la conviction que « l’éducation n’est pas une œuvre coercitive. Elle vise au contraire à encourager l’épanouissement des plus nobles capacités d’un individu ». Formule qui résume à merveille l’heureuse harmonie entre la tradition humaniste de sa formation initialement et fondamentalement confucéenne et le modernisme résolu d’une autodidacte ouverte au savoir international contemporain. Elle est également la présidente fondatrice de l’Association éducative professionnelle pour les femmes (Nu công hoc hôi), qui doit « servir en même temps comme lieu de rencontre où les femmes viennent discuter des droits et des devoirs de leur genre (gioi), de tribunes où les droits et intérêts légitimes des femmes sont défendus ».

Sous la rubrique militantisme politique non violent, je place les activités en faveur du droit de vote, de l’élaboration des autres droits ou de la prise de position féminine par rapport aux hommes dans les affaires politiques. La lutte politique « par conjoint interposé » semble avoir toujours tenté les féministes vietnamiennes de Sai Gon et constitue une manière originale de s’affirmer. On peut inclure aussi dans cette rubrique les grèves des collégiennes et la participation des femmes au mouvement du congrès indochinois.

Les femmes sont naturellement très présentes dans la lutte anticolonialiste, dans les activités ouvertes comme clandestines. Aussi bien les nationalistes que les communistes préconisent l’émancipation féminine, en l’orientant très fortement vers la mobilisation de cette force complémentaire pour le besoin de la cause patriotique. La valorisation des femmes va de pair avec une « nationalisation » ouvertement déclarée. Ou, comme décrète La voie révolutionnaire (Duong Kach mênh), manuel de formation du Thanh niên[8] : « La révolution vietnamienne a besoin de la participation du sexe féminin pour réussir, et le sexe féminin doit suivre l’instruction de l’Internationale des femmes pour devenir révolutionnaire. » Quelques femmes communistes de la première génération (Nguyên Trung Nguyêt, Nguyên Thi Minh Khai) ont tenté d’organiser les femmes en tant que telles, et ce faisant, de les former aux idées féministes. Les informations sont insuffisantes pour décrire ces organisations, encore moins pour en évaluer les résultats. On constate néanmoins d’une part un dynamisme indéniable de ces tentatives et d’autre part leur existence trop exceptionnelle et éphémère, non seulement du fait de la répression colonialiste mais aussi de l’embrigadement révolutionnaire ou d’une hésitation trop timorée de la part des cadres masculins.

Des expériences vécues et des réflexions personnelles des militantes confirment que de leur propre part, le décalage persiste entre la révolte ouverte (dans la pensée et dans l’écriture) des femmes contre des principes oppresseurs (par exemple confucéens) et une véritable émancipation sur le plan personnel et que toutes les militantes, même parmi les plus confirmées, ne le franchissent pas aussi allègrement les unes que les autres.

Dans le bilan, j’ai également présenté les premiers éléments de l’enquête sur les usages des termes féminisme et féministe, ainsi qu’une approche générationnelle. Le rôle précurseur dans le militantisme féministe proprement dit et dans l’effort de théorisation de cette nouvelle tendance de pensée et d’action revient à l’organe médiatique créé en mai 1929 à cette intention, l’hebdomadaire Phu nu tân van. Il me semble confirmé que les initiateurs et initiatrices de ce concept au Viêt Nam pensent le féminisme à partir du terme français ; j’ai énuméré et analysé, comparé les différentes traductions-interprétations vietnamiennes, variées en fonction des utilisateurs et selon les nuances que chacun-e souhaite donner au concept. Une féministe parmi les plus jeunes et les plus résolument modernistes, Nguyên Thi Kiêm (1914- ?), ancienne élève du collège des Jeunes filles de Sai Gon et journaliste de Phu nu tân van a ainsi défini : « Ce concept désigne celles qui comprennent et examinent bien la situation et le rôle des femmes dans la société puis s’engagent à défendre leurs droits et leurs intérêts, elles qui depuis toujours ont été opprimées, qui se proposent à les guider, à les encourager et à promouvoir des progrès, de manière à ce que le niveau de vie des femmes, au point de vue matériel et intellectuel soit à l’égalité des hommes dans la société ». Mise à part cette volonté d’assumer une responsabilité envers la communauté et à l’égard de leurs consoeurs, les féministes, « qui ont vraiment la témérité de vivre comme des hommes », dit Kiêm, sont simplement « des femmes nouvelles qui suivent le courant social des temps modernes ».

J’ai identifié trois générations de femmes modernes et féministes. Celles qui ont transgressé les limites de leur génération et passé le flambeau sont les femmes du début du 20ème siècle, presque toutes épouses et filles des lettrés modernistes. Elles sont institutrices, élèves des écoles du Renouveau (Duy tân) ou se sacrifient pour permettre à leurs époux de poursuivre leur entreprise anticolonialiste. Les plus jeunes s’y consacrent elles-mêmes en adhérant aux partis national ou communiste, d’autres se réinvestissent dans leurs progénitures, telle la mère de Nguyên Van Huyên. La deuxième génération est celle des pionnières qui élèvent effectivement l’étendard du féminisme. On y trouve des descendantes de famille impériale comme Dam Phuong, de jeunes journalistes que les contemporains trouvent « complètement européanisées » comme Nguyên Thi Kiêm, ou des communistes comme Nguyên Thi Minh Khai, Nguyên Trung Nguyêt. La troisième génération est constituée par leurs jeunes disciples et/ou camarades de lutte.

Dans un sous-chapitre intitulé « Regards croisés et expériences partagées », j’ai rendu compte de la position des hommes plus ou moins féministes. Il y en a qui restent nostalgiques des traditions, mais respectueux de la personne au féminin. D’autres s’avèrent plus résolument féministes. Phan Bôi Châu (1867-1940) et Nguyên An Ninh (1900-1943) appartiennent à deux générations différentes. Le premier, un lettré moderniste, est l’un des initiateurs du mouvement du Renouveau dans le Nord et le Centre (Duy tân) au début du 20ème siècle. Le deuxième, dont le père était très actif dans le Renouveau du Sud (Minh tân), est envoyé à l’université française. Revenu licencié en droit, il se consacre au journalisme militant et devient l’intellectuel révolutionnaire professionnel le plus influent et le plus populaire du Sud Viêt Nam dans les années 1923-1940. En mobilisant les femmes pour la lutte anticolonialiste et pous la réforme sociale, voire socialiste, Phan et Ninh, chacun à sa manière, portent la reconnaissance du rôle sociopolitique des femmes à un autre niveau. Ils ne représentent pas des cas exceptionnels, mais des figures de proue d’une tendance confirmée.

Le modernisme vietnamien est exogène, il en est de même du féminisme. Les écrits de l’époque parlent souvent du « déferlement de la vague féministe (lan song nu quyên) » dans le monde. Comment cette vague bat-elle jusqu’aux rivages vietnamiens ? Quelle est la circulation des informations et des idées féministes dont la conscience de genre vietnamienne émergente bénéficie ? Je n’ai pas encore suffisamment d’éléments pour une réponse complète. J’ai juste explicité quelques domaines où les traces des échanges sont perceptibles dans la documentation vietnamienne. Les « tân thu (livres nouveaux) »[9] parviennent aux modernistes pionniers dès le milieu du siècle précédent ; mais seulement au début du 20ème siècle, la lecture vietnamienne en retire des pensées et valeurs qui, ajoutées à l’égalitarisme enraciné dans la culture traditionnelle, génèrent des idées favorables à la mobilisation des femmes à la cause patriotique et réformiste. C’est à partir des dernières années de la décennie 1910 dans le Sud – avec des périodiques comme Luc tinh tân van (Gazette cochinchinoise), Nông cô min dam (Entretiens sur l’agriculture et le commerce) – et surtout dans les trois décennies suivantes que les flux d’informations et de connaissances drainés par la presse apportent un complément à l’enseignement scolaire pour vivifier le monde des lettres et favoriser l’évolution moderniste et féministe. Sans pouvoir identifier plus précisément les sources et documentations exploitées, il me semble que les périodiques féminins et féministes vietnamiens comme la presse vietnamienne en général utilisent largement des articles issus de périodiques étrangers, notamment français, chinois et indiens. Des intellectuel-les vietnamien-nes éminent-es sont majoritairement collaborateurs des périodiques et mettent tout leur savoir et leur ardeur à faire reconnaître le bien-fondé de l’égalité de genre. Ils se soucient également de procurer des connaissances juridiques utiles ou d’informer leurs lectrices d’une évolution des lois favorable aux femmes.

La presse féminine et féministe s’intéresse par ailleurs à des pratiques étrangères analogues ou différentes des mœurs et coutumes vietnamiens ; aux portraits physiques, intellectuels et moraux des femmes du monde, plus spécialement celles qui se distinguent par leurs divers mérites. On imite et vietnamise des pratiques françaises, de la cuisine à l’arbre de Noël, etc. Les femmes de lettres, de sciences et d’autres exploits de femmes dans le monde ont leur valeur exemplaire dont les périodiques féminins vietnamiens tirent le meilleur profit. Les activités féministes internationales sont suivies avec intérêt. J’ai repéré des contacts inspirateurs et stimulants avec quelques féministes françaises, dont l’ethnologue Suzanne Karpelès. Les féministes vietnamien-nes s’informent régulièrement de ce qui se passe dans les pays voisins, notamment la Chine, l’Inde et le Japon en ce qui concerne les mœurs et les cultures. Grâce à la circulation des informations et des idées, relayée par la presse féminine et féministe, l’évolution de la conscience de genre s’accélère, se diversifie.

En somme, les femmes vietnamiennes s’affirment dans plusieurs domaines d’activité ; elles commencent à conceptualiser et à théoriser sur l’égalité de genre, sur la place et le rôle des femmes dans la famille et dans la société ; elles jouent effectivement un rôle politique en tant que femmes. Le féminisme vietnamien, dans ses différentes variantes et tendances, se range résolument du côté moderniste et patriote et en tire une grande partie de sa force de conviction à l’égard des femmes comme d’autres acteurs influents de la société et des familles. Il n’en perd pas son identité propre et ne se concentre pas moins sur ses objectifs spécifiquement féministes.

Dans leur affirmation identitaire, les féministes vietnamien-nes optent majoritairement pour la conciliation. J’ai expliqué les raisons culturelles, historiques et conjoncturelles de ce choix. S’affirmer, non pas contre mais avec, en harmonie avec les autres, avec l’autre sexe, avec des générations plus âgées ou plus jeunes, avec des personnes vivant dans des situations peu analogues aux siennes ou ayant des systèmes de valeurs différents suppose une grande tolérance. Ce n’est pas l’une des moindres originalités de l’affirmation de soi de la part des Vietnamiennes. Il n’empêche, néanmoins, qu’elles affirment fortement leur autonomie. Être autonomes suppose de révolutionner les relations avec autrui. Parviennent-elles à s’émanciper en tant qu’individus ? A travers de multiples approches (représentations littéraires, théâtrales, parcours de femmes, etc.), je pense être fondée en affirmant l’émergence évidente et vigoureuse de l’individu-femme dans les années de 1918 à 1945.

Les acquis de l’esprit féministe sont fondamentaux. Ce qui est le plus essentiel et dont l’effet demeure durable, c’est la légitimité du droit de s’instruire pour devenir une personne humaine (hoc dê nên nguoi). Qu’il soit important d’être instruit, cela a toujours été vrai dans les sociétés confucéennes. Que cela soit vital pour les filles, c’est une nouvelle perception, un argument fort des modernistes, patriotes chacun à sa façon. Devenir un être humain digne de l’être, cela veut dire, selon les courants majeurs de l’opinion féministe des années 1918-1945, s’affirmer comme une femme qui sait rendre service à la communauté, tout d’abord en participant à la lutte anticolonialiste. Seules quelques femmes se soucient parallèlement, comme l’exprime la féministe Dam Phuong de la « recherche du propre bonheur de chacune ». Cette recherche, discrète et fugitive, n’entrave jamais l’objectif prioritaire.

Les conjonctures sociopolitiques des années 1920 jusqu’à 1945 favorisent la participation féminine ; celle-ci à son tour contribue à enrichir la diversification des moyens de lutte comme des thèmes soulevés. Les trois générations de femmes modernes et/ou féministes que nous avons identifiées correspondent en fait aux générations actives sur la scène sociopolitique vietnamienne. Ces hommes et femmes sont en même temps les promoteurs et les pionnier-ères dans la pensée et l’action militante réformistes et féministes. Quant à la lutte anticolonialiste, la première moitié du 20ème siècle est le moment où elle s’est manifestée de manière multiforme, à la fois pacifique par la voie réformiste et violente par l’action insurrectionnelle ou subversive. L’un n’exclut pas l’autre ni ne s’y oppose. La journaliste et poétesse Nguyên Thi Kiêm lance des tracts dans un meeting du mouvement du congrès indochinois. Nguyên Thi Minh Khai, la secrétaire du Parti communiste à Sai Gon, tient à défendre ses idées féministes dans la polémique ouverte sur les colonnes du journal Dân chung (Le Peuple). La recherche sur la première vague du féminisme vietnamien m’a ainsi amenée à remettre en cause non seulement la ligne de partage masculin-féminin mais aussi certaines autres, parmi les plus fondamentales de l’histoire moderne vietnamienne.

Pourquoi cependant une flambée si éphémère ? J’ai doublement examiné la question. D’une part, en soulignant ce qui peut expliquer l’émergence de la conscience de genre à partir d’un terrain en apparence peu propice ainsi que la floraison des idées et solutions proposées à la question des femmes (vân dê phu nu) ; d’autre part en essayant d’expliquer les raisons du caractère éphémère des premières manifestations féministes vietnamiennes.

Quelques pistes

On ne peut jamais, d’autant moins dans un travail isolé, explorer toutes les pistes autour d’une problématique si bien cernée soit-elle. Je regrette cependant de n’avoir pu, faute de temps présenter certaines questions déjà assez bien possédées. Ainsi dans le sous-chapitre 4 du chapitre VI (Et les femmes modernes “en apparence”), j’aurais retracé entre autres choses l’aventure significative du ao dai vietnamien. D’un costume traditionnel profondément rénové dans les années 1934-1936 par les peintres modernistes du groupe Tu luc selon l’esprit individualiste occidental, il est considéré au début, surtout dans le Nord, comme un costume trop européanisé pour être porté par des femmes sérieuses. En une trentaine d’années, il devient dans les années 1960 jusqu’à maintenant le symbole même non seulement de la “féminité vietnamienne” mais des traditions jalousement défendues par les anti-modernistes actuels qui ont peur de vendre l’âme au diable – maintenant de la mondialisation! – si jamais les Vietnamiennes le délaissent. J’ai dû décider de retirer ce sous-chapitre, n’ayant pas le temps de le rédiger. Seul l’entêtement de l’informatique que je n’ai pas pu maîtriser l’a laissé inachevé dans la version actuelle.

J’ai évoqué dans la Conclusion quelques aspects qui auraient mérité d’être creusés davantage. Ainsi, une étude plus poussée des données de départ au Tonkin et surtout en Annam, qui permettra sans doute de mieux comprendre comment l’Association éducative professionnelle pour les femmes (Nu công hoc hôi) a pu y être née et mieux appréhender l’environnement socioculturel qui a vu surgir des personnalités féminines remarquables. Ou, à l’inverse, les effets pervers de la modernité, plus spécialement pour les femmes; les raisons qui expliquent des réserves et réticences vis-à-vis de la modernisation des rapports hommes-femmes. J’ai dû également renoncer à l’idée de départ d’étudier les regards croisés du côté français, une problématique qui reste prometteuse. La culture asiatique en partage avec les femmes des pays de la région représente une autre piste où la confrontation des stratégies analogues ou diversifiées proposées aux problèmes de la colonisation et de la modernité révélera ses richesses. Enfin, l’expérimentation de la méthodologie et des outils de recherche mis en place par le développement de l’histoire des femmes et des féminismes en Occident ouvre la perspective à des projets de recherche transnationaux qui feront peut-être bouger des lignes de partage Occident-Orient, européen-asiatique comme ont pu être questionnées d’autres lignes de partage.

Avec des responsabilités professionnelles chargées et d’autres contraintes personnelles, je n’ai pas pu travailler à temps plein sur ce projet ; mais pendant les sept ans depuis la définition du sujet, je pense y avoir travaillé de manière méthodique, scrupuleuse, en évitant autant que faire se peut des remarques superficielles ou des conclusions hâtives. Il reste que l’historien-ne averti-e ne peut qu’assumer, avec ses lacunes et ses défaillances, sa part inévitable de subjectivité.

Notes

[1]  J’ai pris connaissance, assez tardivement du Viêt Nam au féminin, paru en 2005 de Gisèle Bousquet et Nora Taylor (éd.) et salue cette intéressante approche pluridisciplinaire qui aborde majoritairement ce que je désigne par les 2ème et 3ème vagues dans l’histoire du féminisme vietnamien.

[2]  Une exception, mais importante : Trinh Van Thao y a consacré près de 700 pages d’études sociologiques dans ses deux ouvrages Vietnam du confucianisme au communisme, L’Harmattan, coll. Recherches Asiatiques, Paris, 1991 et L’école française en Indochine, Karthala, Paris, 1995.

[3]  Une autre exception, l’étude également sociologique : NGUYEN VAN KY La société vietnamienne face à la modernité, Le Tonkin de la fin du XIXè siècle à la seconde guerre mondiale, L’Harmattan, Paris, 1995.

[4]  Créé en 1992 à l’Université Ouverte de Hô Chi Minh Ville, il a repris depuis quelques années le nom plus généraliste de Département de Sociologie.

[5]  « La politique de paix préconisée par Nguyên Truong Tô face au défi de l’Occident au milieu du 19ème siècle », mémoire de maîtrise soutenu en 1994 à l’Université Paris VII.

[6]  Ce groupe littéraire, que nous désignons par son nom vietnamien Tu luc, était en son temps le véritable chef de file de la tendance moderniste. Ses auteurs et leurs ouvrages ont été un peu relégués aux oubliettes dans le Nord de 1954 à 1975 et dans tout le pays après 1975, à cause des activités politiques de certains de ses membres. I

[7]  Dans G. BOUSQUET – N. TAYLOR (ss la dir.), Le Viêt Nam au féminin, Les Indes savantes, Paris, 2005, dont j’ai pris connaissance tardivement après avoir terminé ce travail, j’ai beaucoup apprécié la contribution de Nelly Krowolski et Nguyên Tung, « Femmes et « forêt de rire » : les femmes à travers les contes à rire au Viêt Nam », qui apporte des éléments d’information convergents par rapport à ce que j’ai présenté à partir des chansons populaires (ca dao).

[8]  Nom abrégé usuel de Viêt Nam Thanh niên cach mênh dông chi hôi (Association de la jeunesse révolutionnaire du Viêt Nam), organisation communisante fondée par Nguyên Ai Quôc-Hô Chi Minh en 1925 à Canton.

[9]  Terme consacré pour désigner les ouvrages en chinois qui diffusent de nouvelles connaissances sur les pays occidentaux et dévoilent les mécanismes de leur puissance économique et militaire, de leur philosophie politique qui sous-tend une société plus apte à évoluer et à prospérer.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bui Tran Phuong, « Bui Tran Phuong, Viêt Nam 1918-1945, genre et modernité : Émergence de nouvelles perceptions et expérimentations », Genre & Histoire [En ligne], 2 | Printemps 2008, mis en ligne le 14 juillet 2008, consulté le 23 octobre 2012. URL : http://genrehistoire.revues.org/255

* * *

Résumé de la thèse

Le début du 20ème siècle fut pour l’histoire du Viêt Nam une époque charnière où s’opérèrent le passage à la modernité, l’intégration au monde moderne, l’auto-reconnaissance de son identité nationale parmi les nations du vaste monde et non plus exclusivement par opposition-identification à la sphère sinisée. Ce fut aussi le moment où, face à une modernité venue de l’extérieur, qui s’était imposée non sans arrogance ni sans agressivité, mais aussi avec une grande force d’attraction, surtout culturelle, les Vietnamien-nes furent amenés à faire le bilan de leur passé, à jeter un regard neuf sur le vécu quotidien, à comparer, confronter, s’imprégner de cultures différentes, à remettre en question un ordre, une hiérarchie, des valeurs jusque-là souvent ressentis comme immuables. Après la répression des lettrés modernistes en 1908, il a fallu attendre l’arrivée sur le front politique d’une relève militante, sur l’arène socioculturelle celle d’une génération de jeunes intellectuel-les issus de l’enseignement franco-indigène, voire des universités françaises en métropole pour que de nouvelles voix se fassent entendre.

Nous définissons par conséquent comme repères chronologiques d’abord l’année 1918 où l’on note deux événements marquants, la parution du premier périodique féminin et féministe, le Son de cloche du genre féminin et le début de la carrière journalistique de la féministe Dam Phuong. Notre travail s’arrête en 1945 où la Révolution d’août mit fin à une période de bouillonnement politique et culturel en assurant l’hégémonie du Parti communiste vietnamien sur la lutte pour l’indépendance et les deux guerres contre les Français et les Américains.Entre 1918 et 1945, notre recherche privilégie les réponses féminines et féministes apportées à la problématique de la modernisation de la société vietnamienne. Elle rend compte de la volonté et de la décision des femmes (et des hommes) appartenant le plus souvent aux couches sociales moyennes et supérieures, des intellectuel-les formé-es à l’école française dans la plupart des cas, d’affirmer la présence féminine dans les affaires publiques et de faire entendre la voix des femmes au-delà de l’espace privé qui leur était traditionnellement assigné, sans exclure leurs propositions, ni celles des modernistes en général, de réorganiser cet espace privé. Elle se soucie de cerner les débats – non exclusivement féminins, loin de là – et les multiples identités féminines nouvelles qui émergeaient des relations complexes de remise en cause ou de défense des traditions, d’approches diversifiées de la modernité inspirée du modèle occidental.

Les Vietnamiennes et Vietnamiens des années 1920 à 1945 tentèrent de promouvoir la modernité et la modernisation de la famille, de la société au travers des efforts investis dans les études scolaires et universitaires, dans le travail professionnel salarié, dans les activités socio-culturelles, dans le militantisme réformiste ou révolutionnaire, nationaliste ou internationaliste. Ils participèrent ainsi activement à l’évolution des mœurs, à la déconstruction pour des reconstructions différenciées des rapports homme-femme et des rapports interpersonnels, des rapports entre l’individu et les communautés, notamment familiales. Dans la première partie, pour définir le cadre, nous commençons par décrire et analyser la place des femmes et la problématique du genre au sein des traditions vietnamiennes, que nous montrons miroitantes de multiples facettes, tellement la longue et riche histoire vietnamienne avait accumulé des apports divers à partir d’un substrat sud-est asiatique qui ne perdait point de son originalité au contact des civilisations chinoises et indiennes si brillantes fussent-elles. Nous présentons ensuite les acteurs et les vecteurs de la modernisation, où venait en première ligne l’instruction publique, mais où foisonnaient aussi d’autres ferments tels que la presse, la littérature moderne, la professionnalisation des femmes, le militantisme,…

Dans la deuxième partie, à partir des sources imprimées que constitue la création artistique de l’époque, plus particulièrement la création littéraire, nous analysons des représentations de femmes. Les romans et nouvelles témoignaient d’une exploration de nouvelles possibilités dans la relation de couple, dans la vertu féminine comme dans la façon de traiter chacun-e des membres de la petite et grande famille. Si les romans faisaient état de prises de position plus ou moins révolutionnaires de la part des femmes instruites, de leurs comportements de soumission ou de révolte ; la poésie dévoilait des transformations profondes dans la sensibilité des jeunes. Toute cette littérature moderne était la production de nouvelles générations d’auteur-es gagné-es à la cause de l’européanisation (Âu hoa) – comme le formulait le groupe littéraire Tu luc (Compter sur ses propres forces), leurs moyens de promotion de nouveaux modes de vie, de nouvelles valeurs ou d’une rénovation en profondeur des valeurs ancestrales. Elle s’inspirait de l’évolution socioculturelle en cours et y contribuait puissamment avec tout le multiple talent et toute l’ardeur réformatrice des initiateurs. Nous retraçons également des parcours de femmes militantes de diverses tendances, de femmes de lettres comme d’épouses de quelques intellectuels et/ou révolutionnaires éminents.La dernière partie répond plus directement à la question : dans quelle mesure peut-on parler d’un – ou des – féminisme(s) vietnamien(s) qui aurai(en)t émergé avant la Révolution d’août 1945 ?

Notre recherche a permis d’expliciter une panoplie d’idées émancipatrices, de pratiques innovantes et d’en questionner les origines. Il devient possible de rendre compte de l’existence d’un véritable féminisme vietnamien et d’en esquisser un premier bilan. En affirmant la réalité et le dynamisme des femmes et des féministes vietnamiennes dans les années 1918-1945, nous pensons avoir aussi contribué à rétablir un maillon estompé dans l’histoire moderne et contemporaine vietnamienne, l’époque qui se situe entre ce qui est perçu comme « l’échec » du mouvement des lettrés modernistes et la Révolution d’août 1945.En nous intéressant à l’histoire des femmes, en tant qu’ « histoire relationnelle, qui compare les situations ou les rôles des hommes et des femmes et examine les représentations des deux sexes » (Françoise Thébaud), nous avons éclairé d’autres aspects de la société et de la culture vietnamiennes en cette phase capitale de mutation. Les bases idéologiques de la nation vietnamienne moderne furent alors jetées, à travers l’appropriation par les différentes catégories sociales, par les femmes comme les hommes, des valeurs et pratiques exogènes maintenant examinées, sélectionnées, adaptées, parfois reconstruites dans une harmonisation voulue par la majorité (loin de nous l’idée qu’elle fût homogène et monolithique) avec les valeurs culturelles traditionnelles, elles aussi repassées au crible de la réflexion critique des intellectuel-les modernistes.

En interrogeant les femmes, nous avons rencontré d’autres oubliés, méconnus, mal connus ou injustement marginalisés de l’histoire moderne vietnamienne ; ils furent pourtant non seulement objets (de l’instruction moderne et des changements socioéconomiques) mais des sujets actifs œuvrant pour une meilleure dignité humaine, des femmes comme des hommes, des colonisé-es d’hier qui n’aspiraient qu’à devenir des égaux, voire des frères et sœurs.En scrutant une étape cruciale de l’histoire (à écrire) des femmes vietnamiennes, ce travail aura défriché un terrain prometteur.

Source : Thèses Université de Lyon

La thèse est en ligne sur le portail des Thèses de l’Université Lumière Lyon 2

* * *

Pour un aperçu de la presse féminine avant 1945 voir :

  • Đặng Thị Vân Chi, « Dòng báo phụ nữ trước cách mạng tháng Tám năm 1945 », Blog Chuyen cua Chi, 20-06-2010. Bài đã đăng trên Tạp chí Nghiên cứu Lịch sử  tháng 11 ( 367) năm 2006.

Source de l’illustration : reprise du blog de Le Minh Khai