Archives par mot-clé : héroïsme

Séminaire « Mémoires d’Indochine » 2017 : séance 1

Année universitaire 2017-2018 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Récits de vie, histoire et littérature : connexions et déconnexions

★ ★ ★

L’enthousiasme révolutionnaire

Séance 1 : mercredi 20 septembre 2017 – salle D4.070 (IAO)

La première séance de ce séminaire porte sur les enjeux de la littérature et de l’histoire. Pour en cerner les contours, nous nous appuierons sur le discours de Gao Xingjian prononcé devant l’académie suédoise le 7 décembre 2000 à l’occasion de la remise du Prix Nobel de littérature. Nous examinerons ensuite le corpus de textes traduits du vietnamien qui nourrira les différentes thématiques du séminaire.  Dans un second temps, nous décrypterons le style pédagogique du témoignage héroïque en le resituant dans la chronologie historique de la révolution vietnamienne de 1945.

Sources mobilisées :

  • Gao Xingjian, La raison d’être de la littérature, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, L’Aube poche, 2000.
  • Hoang Quoc Viet, « Peuple héroïque » [extraits], in Récits de la résistance vietnamienne, Paris, Librairie François Maspéro, Petite Collection Maspéro, 1971, p. 150-175.

Texte à lire pendant la séance :

  • Dao Phuong, « Les bicyclettes de Dien Bien Phu », in De la reconquête française à Dien Bien Phu. Témoignages et récits, 1945-1954, Hanoi, Éditions en langues étrangères, coll. Fleuve Rouge, 1985, p. 272-279.

Image « à la une » et illustration : Cach mang thang tam [La Révolution d’Août] © Archives Nationales d’Outre-Mer (ANOM). Photographies FG.

Vo Nguyen Giap, le « Napoléon vietnamien », héros intangible

GeneralGiap_10-07-2008_Hanoi
Le général Giap, le 10 juillet 2008 à son domicile à Hanoi. © Hoang Dinh Nam / AFP

Le décès du général Vo Nguyen Giap n’est pas une surprise mais sa disparition est indéniablement d’ores et déjà celle d’un grand personnage de l’histoire mondiale. Figure mythique de la révolution et de la guerre d’Indochine, il incarne à lui seul la victoire de Dien Bien Phu, un pari militaire insensé qui symbolise encore aujourd’hui la victoire des peuples colonisés sur l’Occident. Ce « coin d’enfer » décrit par Bernard Fall, les Français s’en souviendront pendant longtemps.

Pourtant, Giap conserva une aura même chez ses farouches adversaires français. Il suscita l’admiration chez d’autres Français comme le photographe Roger Pic qui possédait un grand portrait de lui dans son atelier à Montparnasse ou l’historien Alain Ruscio, compagnon de route du communisme vietnamien, qui mena plusieurs entretiens importants avec le général [1]. Son Guerre du peuple, armée du peuple deviendra la bible d’une génération contestataire et tiers-mondiste dans les années soixante-dix [2]. Référence incontournable de la polémologie nord-vietnamienne, il suscitait beaucoup d’intérêt dans les médias et aimait jouer les stratèges dans les reportages télévisés occidentaux consacrés à la guerre du Viêt-Nam.

Mais le destin du général Vo Nguyen Giap est complexe comme l’a démontré le biographe Cecil B. Currey [3]. S’il fait figure de héros pour la République Démocratique du Viêt-Nam (RDVN) à l’époque d’Ho Chi Minh, il représente aussi une autre voie plus nationaliste que le Viêt-Nam refusa de prendre dans les années soixante lors des tensions sino-soviétiques. Pro-soviétique dans son patriotisme, il ne fut pas directement attaqué comme le fut le général Lê Liêm et de nombreux autres cadres de l’armée populaire lors des procès pour « révisionnisme anti-parti » (1966-1967). Le général vainqueur du colonialisme restait pratiquement intouchable. Le colonel Bui Tin, ancien rédacteur en chef du Nhân Dân, est certainement un de ceux qui connaissent le mieux cette période sombre où le parti choisit avec Le Duan, Le Duc Tho, Pham Hung ou Nguyen Chi Thanh (décédé prématurément en 1967) l’autoritarisme, la propagande et le communisme de guerre [4].

Vo Nguyen Giap apparaît pour d’autres Vietnamiens, anticommunistes et exilés, comme le principal instigateur de la lutte contre les partis nationalistes concurrents du Viêt-Minh en 1945-1946. Giap signe les décrets de septembre 1945 contre les organisations dite « réactionnaires ». A ce titre, il symbolise la terrible répression au Nord contre le VNQDD (affaire On Nhu Hau) [5]. Sa stratégie militaire très dispendieuse en femmes (il faut le souligner) et en hommes est aussi souvent remise en cause aujourd’hui par la jeune génération. Car Dien Bien Phu, malgré l’exploit, fut une boucherie pour les deux camps et les Vietnamiens payèrent chère cette bataille comme le démontre les travaux des journalistes indépendants Dao Thanh Huyen, Dang Duc Tue, Nguyen Xuan Mai… [6]. Sa stratégie ne fut pas « celle de la paix » comme il le rapporte dans une mise en scène adressée à une journaliste de L’Humanité (le quotidien du Parti communiste français) en 2004, sa stratégie fut celle de la victoire sur le long terme et au prix d’un sacrifice humain incomparable [7].

Ho Chi Minh et Vo Nguyen Giap en 1954 © VOV
Ho Chi Minh et Vo Nguyen Giap en 1954 © VOV

Je me souviens de Georges Boudarel qui, grâce à ses connections avec Hanoi, savait que Giap avait rédigé près de mille pages de mémoires. Celles-ci furent publiées en France en trois volumes et malgré la forte attente, Giap continuait à offrir cette vision « orthodoxe » de l’histoire national-communiste vietnamienne [8]. Contesté dès l’échec de l’offensive du Têt en 1968 (à laquelle il s’opposa avec Ho Chi Minh contre le Politburo), il vit ses prérogatives en matière militaire et politique s’amoindrir pendant les dernières années de la guerre du Viêt-Nam et plus encore après la réunification [9]. Il se plia à toutes les épreuves du parti communiste vietnamien pour ne jamais trahir Ho Chi Minh. Ce fut sa ligne de conduite jusqu’au bout, presque une obsession. Rester fidèle à son maître vertueux et déterminé. C’est aussi pour cette raison que, paradoxalement, il incarne aujourd’hui une forme de droiture et d’héroïsme dans un Viêt-Nam en proie à la dégradation sociale et morale. Sa conduite et son hygiène de vie simples sont un modèle pour beaucoup de ses compatriotes. Il appela dans les années 1990 à un « Dien Bien Phu économique » (Saigon Eco) et, sur ce plan, il ne fut pas déçu. Son nom reste aussi associé aux blogs dissidents qui contestent la puissance maritime chinoise sur la mer orientale et l’exploitation de bauxite sur l’ancienne piste Ho Chi Minh [10].

Le général Vo Nguyen Giap est assurément le héros dont le Viêt-Nam a besoin pour relever le défi de la transformation pacifique du pays, une paix qu’il chérissait à la fin de sa vie. Il est resté très populaire jusqu’à sa mort. Lui qui conduisit tant de jeunes gens à la mort, lui qui haïssait les autres nationalistes, c’est bien cela le paradoxe. Il était l’ultime survivant du carré de dirigeants autour d’Ho Chi Minh (Truong Chinh, Pham Van Dong, Le Duan, Le Duc Tho). Son histoire, intimement liée à celle du parti et de l’armée populaire, reste à écrire.

François Guillemot, 05-10-2013. Version mise à jour le 06-10-2013.

Notes

[1] Vo Nguyen Giap, une vie. Propos recueillis par Alain Ruscio. Hanoi, 1979-2008, Paris, Les Indes Savantes, 2010.

[2] Vo Nguyen Giap, Guerre du peuple, armée du peuple, Paris, Maspéro, PCM 14, 1967 (première édition chez Maspéro dans les Cahiers Libres en 1966). Paru précédemment en français à Hanoi aux Editions en Langues Etrangères , 1961. Une guerre du peuple remarquablement bien analysée dans Christopher Goscha, Vietnam, un Etat né de la guerre 1945-1954, Paris, Armand Colin, 2011.

[3] Cecil B. Currey, Victory at Any Cost. The Genius of Vietnam’s Gen. Vo Nguyen Giap, Potomac Books Inc., coll. The Warriors, 2005 (rééd.). Version française amoindrie des notes de bas de page : Vo Nguyên Giap – Viêt-nam, 1940-1975. La Victoire à tout prix, Paris, Phébus, coll. De Facto, 2003. Sans doute la biographie la mieux informée.

[4] Mặc Lâm, Tướng Võ Nguyên Giáp từ trần, thọ 103 tuổi, RFA, 04-10-2013. Voir aussi Bui Tin, 1945-1999: Vietnam, la face cachée du régime, Paris, Kergour, 2000 et surtout son témoignage éclairant : Bùi Tín, Tướng Võ Nguyên Giáp, như tôi từng biết, VOA, 04-10-2013.

[5] Sur cette affaire, voir notre article : « Au cœur de la fracture vietnamienne : l’élimination de l’opposition nationaliste et anticolonialiste dans le Nord du Vietnam (1945-1946) », in Naissance d’un Etat-Parti. Le Viêt Nam depuis 1945. The Birth of a Party-State. Vietnam since 1945, Christopher E. Goscha & Benoît de Tréglodé (Ed.), Paris, Les Indes Savantes, 2004, pp. 175-216.

[6] Dao Thanh Huyen & al., Dien Bien Phu vu d’en face. Paroles de bô dôi, Paris, Nouveau Monde Editions, 2010.

[7] Vo Nguyen Giap: « Ma stratégie était celle de la paix », interview de Dominique Bari en 2004, republiée dans L’Humanité, 04-10-2013.

[8] Vo Nguyen Giap, Mémoires 1946 -1954. Tome 1 : La résistance encerclée. Tome II : Le chemin menant à Dien Bien Phu. Tome III : Dien Bien Phu, le rendez vous de l’histoire, Fontenay-sous-Bois, Anako éditions, 2003-2004.

[9] Certains historiens considèrent que Vo Nguyen Giap fut isolé au sein de l’appareil dirigeant dès 1960. Sur ces aspects, voir le chapitre 15 du journaliste Huy Duc consacré à Giap dans Ben Thang Cuoc (tome 2, pp. 134-178) reproduit sur le site Viet Studies. Sur la conduite de la guerre, voir l’ouvrage de Lien-Hang T. Nguyen, Hanoi’s War (University of North Carolina Press, 2012) et l’article de Merle Pribbenow, « General Giap and the Mysterious Evolution of the Plan for the 1968 Tet Offensive » (Journal of Vietnamese Studies, Vol. 3, Issue 2, Summer 2008, pp. 1-33). Son destin rejoint celui d’autres patriotes au sein du parti (comme Dang Van Viet par exemple) qui furent isolés ou broyés par l’État totalitaire qu’ils avaient eux-mêmes contribué à mettre en place aux côtés d’Ho Chi Minh.

[10] Voir sa photographie sous forme d’un avertissement qui orne la page d’ouverture du site Bauxite Viet-Nam.

* * *

Une version précédente de cet article a été traduite en vietnamien par la BBC et mise en ligne le 05-10-2013 sous le titre : Tướng Giáp – người hùng và nghịch lý (Le général Giap, héros paradoxal).

Le chapitre consacré au général Giap de l’ouvrage de Huy Duc a été traduit en anglais : HuyDuc_TheWinningSide-Vol2Chap15GeneralGiap

Un imaginaire national vietnamien en chansons – 14 tableaux musicaux épiques

Sur son site intitulé Việt Sử Ca [Ode à l’histoire du Viêt-Nam] inauguré en 2008, Ngô Nguyễn Trần propose en ligne sur la chaîne You Tube ses compositions personnelles (poésies) accompagnées par la musique de Lê Huỳnh et du groupe « Nouvelle force vitale » (Nhóm Sức Sống Mới) sur des thématiques historiques. Il a ainsi créé une série de portraits musicaux de personnalités du Viêt-Nam contemporain. Parmi la centaine de compositions musicales audiovisuelles, nous avons sélectionné ci-après 14 grandes figures du nationalisme vietnamien mises en chanson par cet auteur. Une façon efficace de rappeler le destin « héroïque » de quelques révolutionnaires anticolonialistes du début du XXe siècle et une illustration pour Mémoires d’Indochine du processus de résistance à la colonisation par une source originale. On remarque qu’actuellement, pour la période contemporaine, aucune femme révolutionnaire n’a fait l’objet d’une chanson, aucun empereur de la dynastie des Nguyen et qu’aucun militant communiste ne figure dans la liste, ce qui donne une couleur particulière à l’imaginaire national mis en valeur par l’auteur.

Chaque vidéo est précédée d’une courte notice biographique.

FG, 10/01/2013.

Source : Ngo Nguyen Tran’s Channel sur You Tube

* * *

Phan Thanh Giản (1796-1867)

Mandarin de la cour de l’Empereur Tu Duc. Conduit la délégation vietnamienne en France pour renégocier la perte des trois provinces orientales du Sud. Vice-roi de Cochinchine, déshonoré, il se suicide en 1867 après la conquête française sur les trois provinces occidentales du Sud.

* * *

Nguyễn Tri Phương (1800-1873)

Grand mandarin militaire de la cour de Hue. Il est le général en chef de l’armée des Nguyen contre l’invasion française et fait défendre les places fortes de Danang (1858), Gia-Dinh (1861) ou Hanoi (1873). Il organise la bataille de Chi Hoa en 1861 pour contenir l’avancée des troupes coloniales mais il ne peut empêcher la chute de Gia Dinh. Il défend Hanoi contre l’attaque des troupes de Francis Garnier en novembre 1873. Blessé et capturé par les Français, il refuse de se nourrir et meurt le 20 décembre 1873.

* * *

Nguyễn Trung Trực (1839-1868)

Chef rebelle, il dirige l’insurrection contre les Français dans le Sud au milieu du XIXè siècle. Participe à la bataille de Chi Hoa en 1861 puis poursuit la guérilla dans la provinces de Kiên Giang où il inflige de lourdes pertes aux Français mais peu à peu doit reculer face à l’avancée des troupes coloniales. Il se réfugie sur l’île de Phu Quoc où il est arrêté, emprisonné et torturé, puis exécuté à Rach Gia en 1868.

* * *

Hoàng Diệu (1828-1882)

Grand mandarin de la dynastie des Nguyen, il refuse la soumission de la cour de Huê et prend en main la résistance vietnamienne lors de l’attaque de Hanoi par les Français en 1882. A la chute de Hanoi, le 24 avril 1882, il se suicide pour ne pas tomber dans les mains des colonisateurs. Il représente aujourd’hui la figure héroïque anticolonialiste principale de Hanoi.

* * *

Tôn Thất Thuyết (1838-1913)

Grand madarin à la cour de Hue. Régent avec Nguyen Van Tuong à la mort de l’empereur Tu Duc. Il place le jeune empereur Hàm Nghi sur le trône puis organise la résistance antifrançaise du mouvement Can Vuong (Aide au Roi).

* * *

Phan Đình Phùng (1847-1895)

Résistant nationaliste, figure historique du Mouvement d’Aide au Roi (Can Vuong). Il dirige et organise la résistance antifrançaise pendant dix ans de 1886 à 1895 dans le Centre du pays. Il décède dans le maquis à la suite d’une blessure en décembre 1895. Sa disparition porte un coup sévère au mouvement de résistance.

* * *

Cao Thắng (1864-1893)

Considéré comme un des meilleurs combattants de Phan Dinh Phung. Il commande le soulèvement de Huong Khe (1885-1896) jusqu’à sa mort pendant la résistance Can Vuong. Il décède au combat en février 1894 à l’âge de 29 ans.

* * *

Hoàng Hoa Thám (1858-1913)

Surnommé le Général Tham (Đề Thám), ce chef rebelle mène la vie dure aux troupes coloniales pendant de longues années dans la région de Yên Thế. Il dirige un maquis important, organise la guérilla paysanne et se lie avec d’autres partisans anticolonialistes de son époque notamment Phan Boi Chau. Après plusieurs soumissions ou cessez-le-feu, il reprend la guérilla en 1909 et meurt assassiné en 1913. Il est aujourd’hui la figure la plus romanesque de l’imaginaire colonial qui l’a longtemps affublé du nom de « pirate ».

* * *

Phan Châu Trinh (ou Phan Chu Trinh) (1872-1926)

Lettré moderniste, nationaliste réformateur, partisan d’une solution pacifique pour accéder à l’indépendance. Il participe à l’aventure de l’Ecole de la Juste Cause (Đông Kinh Nghĩa Thục) en 1907 à Hanoi et soutient l’agitation anti-fiscale de 1908 dans le Centre du pays. Son combat politique lui vaut d’être condamné à mort par le régime colonial puis déporté à Poulo-Condore et enfin d’être assigné à résidence suite aux vives protestations de la Ligue des Droits de l’Homme. Il se rend en France en 1911 et organise le combat anticolonial au sein du groupe des Cinq Dragons. De retour au Viêt-Nam en 1925, il poursuit sa lutte pour une réforme républicaine, milite pour l’amnistie de Phan Bội Châu mais décède un an plus tard. Son enterrement donne lieu à de grandes manifestations populaires dans tout le pays. Auteur de nombreux écrits politiques, il reste considéré comme le père de l’idéal démocratique.

* * *

Phan Bội Châu (1867-1940)

Lettré moderniste, révolutionnaire, grande figure nationaliste. Opte pour la solution radicale contre le gouvernement colonial (résistance armée et renversement du régime colonial). Organisateur du Voyage vers l’Est (Đông Du) où 200 jeunes nationalistes sont envoyés en formation au Japon. Fondateur de l’Association pour le Renouveau du Viêt-Nam en 1904 (Việt Nam Duy Tân Hội) puis de l’Association de Restauration du Viêt-Nam en 1912 (Việt Nam Quang Phục Hội) et enfin d’un Parti national du Viêt-Nam en 1924 (existence éphémère). Arrêté en 1925 à Shanghai sur dénonciation, il est d’abord condamné à mort par le régime colonial puis sa peine est commuée en assignation à résidence jusqu’à sa mort à Huê. Auteur de nombreux écrits, il est considéré comme le père du nationalisme révolutionnaire vietnamien.

* * *

Phạm Hồng Thái (1896-1924)

Activiste révolutionnaire de la Société des Cœurs (Tâm Tâm Xã). Tente d’assassiner le gouverneur général de l’Indochine Martial Henri Merlin à Canton en juin 1924. L’attentat à la grenade échoue mais cinq Français sont tués. Poursuivi par la Sûreté, Thái s’échappe et se noie dans sa fuite. Sun Yat-sen fait ériger une stèle à son nom au cimetière des Combattants.

* * *

Nguyễn Thái Học (1904-1930)

Révolutionnaire, nationaliste. Un des fondateurs et chef du Parti National du Viêt-Nam (VNQDĐ). Lance l’insurrection générale du VNQDĐ en février 1930 au Tonkin. Prématurée, celle-ci échoue. Fait prisonnier par les Français, il est guillotiné avec douze autres révolutionnaires le 17 juin 1930. Il explique son geste révolutionnaire dans une Lettre aux députés français.

* * *

Nguyễn Văn Vĩnh (1882-1936)

Journaliste, traducteur et écrivain de renom. Rédacteur en chef de plusieurs périodiques importants : Đại Nam Đăng Cổ Tùng Báo, Lục Tỉnh Tân Văn, Đông Dương Tạp Chí, Notre Journal, Notre Revue, Annam Nouveau. En particulier, il exprime ses idées modernistes à travers la Revue Indochinoise. Il participe à l’Ecole de la Juste Cause à Hanoi en 1907. Son œuvre contribue beaucoup à l’essor de la langue et de la littérature moderne vietnamienne.

* * *

Trần Trọng Kim (1882-1953)

Lettré, professeur, historien et homme politique. Chef du Cabinet de l’Empire du Viêt-Nam (indépendant mais sous occupation japonaise) entre avril et août 1945. Auteur d’une histoire du Viêt-Nam (Việt Nam sử lược) en 1919, encore rééditée à l’heure actuelle.