Archives par mot-clé : hauts-plateaux

« Mémoires d’Indochine » 2018 : séance 4

Année universitaire 2018-2019 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires, récits de vie en situations

★ ★ ★

Groupe de montagnards armés, hauts-plateaux du centre du Viêt-Nam, 1962 © DR

Mémoires « minoritaires »

Séance 4 : mercredi 17 octobre 2018 – salle de réunion LLE

Certains groupes sociaux parviennent difficilement à produire et à diffuser des traces écrites de leur histoire. Transmis oralement, leurs récits de vie restent confinés dans un statut de « mémoires minoritaires ». A travers l’approche des subaltern studies, cette séance sera consacré aux récits mémoriels provenant d’ethnies minoritaires chez lesquelles la parole vernaculaire prime et à tendance à disparaître dans un contexte de domination politique, linguistique ou culturelle. Comment se construisent ces récits subalternes face au récit dominant, comment s’organise la résistance mémorielle dans de telles situations ? Comment la marge conteste la centralité et les normes imposées. Nous survolerons l’histoire de la résistance des mouvements montagnards des Hauts-plateaux du Viêt-Nam pour illustrer notre propos.

La seconde partie du séminaire sera dédiée aux exposés oraux autour des questions de l’altérité en situation coloniale, à travers la littérature, et en situation post-coloniale, à travers l’anthropologie culturelle et politique développée par le professeur Lê Huu Khoa.

Textes étudiés

« A History of Resistance to central Government Control », in Repression of Montagnards. Conflicts over Land and Religion in Vietnam’s central Highlands, New York, Human Rights Watch, 2002, p. 13-27.

Po Dharma, « Le FULRO. Moment de l’histoire ou tradition de lutte des peuples du Campa » dans Po Dharma (avec la coll. de Mak Phoeum), Du FLM au FULRO, une lutte des minorités du sud indochinois, 1955-1975, Paris, Les Indes savantes, 2006, p. 159-172.

Sources complémentaires sur Mémoires d’Indochine

Portraits

Lès Kosem (?-1976)

Officier militaire cambodgien d’origine Cham, connu sous le nom de guerre « Po Nagar », et figure marquante de la Deuxième Guerre d’Indochine. Parachutiste dans l’Armée royale cambodgienne, il fonde le Front de Libération du Champa dans les années 1950. Son organisation rejoint le front de résistance montagnarde FULRO (Front Unifié de Lutte des Races Opprimées) créé le 20 septembre 1964. Il se sépare du FULRO en 1968 après un désaccord avec Y Bham Enuol, le leader du Front. Lié aux services secrets cambodgiens, Les Kosem est impliqué dans le trafic d’armes avec les Nord-Vietnamiens. Après le renversement de Sihanouk en 1970, il devient un fervent partisan de Lon Nol et reçoit le grade de général des Forces Armées Nationales Khmères (FANK). A la victoire des Khmers rouges en avril 1975, il se serait réfugié en Malaisie où il décède un an plus tard.

Y Bham Enuol (1923-1975)

Résistant montagnard d’origine E-Dhe (Radhé), il fonde et dirige plusieurs mouvements armés montagnards. Au mois de mai 1958, il créé le front Bajaraka mais il est arrêté en septembre par le régime de Ngo Dinh Diem et reste emprisonné jusqu’à la chute de Diem. En mars 1964, il fonde le Front de Libération des Hauts Plateaux Montagnard, front qui intègre le FULRO (Front Unifié de Lutte des Races Opprimées) créé le 20 septembre 1964 dont il prend la direction. Pour divergence de stratégie, il est arrêté par Les Kosem, un des leaders cambodgien du Front. Il est assigné à résidence à Phnom Penh jusqu’à sa mort en avril 1975 où il est exécuté par les Khmers rouges avec sa famille.

Autres liens

Blog militant : Montagnard Support Group

Télévision vietnamienne, chaîne de la sécurité publique : Vạch trần âm mưu phục hồi Fulro, “Tin lành Đê ga”, ANTV, 26/03/2017. Voir aussi sur Gia Lai Online.

Exposés oraux

Exposé de Mathilde Michel

  • Copin, Henri, L’Indochine des romans, Paris, Kailash, coll. « Asie imaginaire », 2000.

Présentation de l’éditeur : éditions Kailash

Exposé de Lou Eve

  • Lê Huu Khoa, Anthropologie du Vietnam, vol. 5 : L’espace cognitif du peuple, Paris, Les Indes savantes, 2016.

Présentation de l’éditeur : Les Indes savantes

Image « à la une » : Drapeau du FULRO © DR

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2016 : Séance 6

Année universitaire 2016-2017 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Imaginaires nationaux :

de l’empire colonial aux états-nations d’aujourd’hui

sapa_hmong_1996
Jeune Hmong de Sapa © 1996 FG

★ ★ ★

Marges, ethnies minoritaires et frontières

Séance 6 : mardi 15 novembre 2016 (F111)

Il a été beaucoup question dans ce séminaire de l’espace indochinois, de sa géographie (physique, humaine et culturelle), de ses marges, de sa composition ethnique ou de ses frontières. Cette séance poursuivra l’investigation en rappelant les principales révoltes montagnardes qui ont secoué l’espace transnational indochinois de la fin du XIXe siècle jusqu’à une période récente pour tenter de saisir les multiples revendications identitaires qui entendent s’inscrire dans la durée.

Source mobilisée :

★ ★ ★

Exposés oraux

Espace indochinois colonial et post-colonial, imaginaire national et enchevêtrement des guerres :


  • anderson_limaginairenational_pocheAnderson, Benedict, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte / Poche, 2006.

Exposé de Léa Debraux

Présentation de l’éditeur : La Découverte


  • LePasséDesKhmers_couv.Abdoul-Carime, Nasir / Mikaelian, Grégory et Thach, Joseph (eds.), Le passé des Khmers. Langue, textes, rites, Berne, Peter Lang, 2016.

Exposé d’Élisabeth Beauvallet

Présentation de l’éditeur : Peter Lang


  • cesari_lindochineenguerresCesari, Laurent, L’Indochine en guerres 1945-1993, Paris, Éditions Belin, Histoire Belin Sup, 1995.

Exposé de Rémy Lacaze

Présentation de l’éditeur : Belin

★ ★ ★

Quelques ouvrages clés :

  • Guérin, Mathieu, Hardy, Andrew, Nguyen Van Chinh et al., Des montagnards aux minorités ethniques. Quelle intégration pour les habitants des hautes terres du Viêt Nam et du Cambodge ? Paris / Bangkok, L’Harmattan / IRASEC, Analyses en regard, 2003. Cote IAO : 103AV.06/227
  • Hardy, Andrew [2003], Red Hills. Migrants and the state in the highlands of Vietnam, Copenhagen, Singapore, NIAS press / ISEAS, 2005. Cote IAO : 604AV.03/1161
  • Hickey, Gerald C., Free in the forest: ethnohistory of the Vietnamese central highlands, 1954-1976, New Haven, Yale University Press, 1982. Cote IAO : 600AV.03/534

Image « à la une » : Rizières en terrasse de Sapa © 1996 FG

Tâm T. T. Ngô: The New Way – Protestantism and the Hmong in Vietnam

[ndlr] Nouvelle publication sur la religion et la communauté Hmong au Viêt-Nam. Présentation de l’éditeur.

Tam T. T. Ngo, The New Way: Protestantism and the Hmong in Vietnam, Seattle, University of Washington Press, 2016.

TamTTNgo_TheNewWay

In the mid-1980s, a radio program with a compelling spiritual message was accidentally received by listeners in Vietnam’s remote northern highlands. The Protestant evangelical communication had been created in the Hmong language by the Far East Broadcasting Company specifically for war refugees in Laos. The Vietnamese Hmong related the content to their traditional expectation of salvation by a Hmong messiah-king who would lead them out of subjugation, and they appropriated the evangelical message for themselves.

Today, the New Way (Kev Cai Tshiab) has some three hundred thousand followers in Vietnam. Tam T. T. Ngo reveals the complex politics of religion and ethnic relations in contemporary Vietnam and illuminates the dynamic interplay between local and global forces, socialist and postsocialist state building, cold war and post-cold war antagonisms, Hmong transnationalism, and U.S.-led evangelical expansionism.

Tam T. T. Ngo is a research fellow in the department of religious diversity at the Max Planck Institute for the Study of Religious and Ethnic Diversity in Germany.

* * *

« Conversion to evangelical Protestantism by members of the Hmong community in Vietnam raises a host of questions: the impact of conversion on individual converts and non-converts; the relationship between Protestant eschatology and Hmong millenarianism; relations between the Hmong and the state; the transformation of this marginal community into the center of the Hmong diasporic imagination through radio broadcasts and US-based missionaries. This ethnographically rich and theoretically sophisticated study is a major contribution to a wide range of disciplines. »
-Hue-Tam Ho-Tai, Harvard University

 Source : University of Washington Press

La palabre du serment du Darlac (réédition)

La palabre du serment du Darlac

Les tribulations d’un Résident de France sur les hauts-plateaux du centre-Vietnam

[Présentation de l’éditeur] La célèbre harangue prononcée en 1926 par l’administrateur provincial du Darlac, Léopold Sabatier, devant les chefs de villages aborigènes des hautes-terres, témoignage du long travail que celui-ci avait accompli pendant quatorze ans pour que leurs tribus, improprement dénommées « Moï ou Kha », c’est-à-dire sauvages, recouvrent leur dignité, retrouvent le bon usage de leurs coutumes ancestrales ainsi que le respect de leurs lois.

Né le 1er avril 1877 à Grignan (Drôme), Léopold Sabatier par en Indochine à ses frais et se fait nommer commis des services civils de 3e classe. De 1911 à 1926, sans interruption ni congé, il vécut, souvent quasiment seul européen, parmi quelques 150 000 « montagnards ». Là il transcrit le dialecte Rhadé en caractères romains, crée une école, un début d’organisation sanitaire, assure l’autosuffisance alimentaire des Moïs, créé des routes (600 km). En 1926, il repart en France pour un congé administratif de deux ans avant d’être nommé en 1928 Inspecteur des affaires administratives en pays Moï, mais, malade et découragé il quitte définitivement l’Indochine en 1931. Il décèdera à Montsaunès (près de Salies-du-Salat, en Haute Garonne) le 28 janvier 1936.

L’action de Léopold Sabatier s’était accompagnée d’un long travail de restitution ethnologique des coutumes et légendes de ces populations, travail salué et conforté par sa hiérarchie. Parallèlement Sabatier avait engagé son territoire dans la voie d’un développement moderne mais à l’abri, exigeait-il, de toute intrusion voisine jugée néfaste, voire de toute visée colonialiste européenne.

Ainsi la promesse, formulée dans sa Palabre, de garantir, sous son autorité, la propriété familiale de leur sol aux autochtones suscita une violente réaction du lobby colonial. Le sort de nombreuses demandes de concessions destinées, sur les terres rouges du Darlac, aux plantations en vogue de thé et de café voire de latex, était en jeu. Une campagne de calomnie fut entreprise contre le résident et le contraignit, la politique s’en étant mêlée, à revenir en France pour défendre son honneur dans une affaire le mettant en cause le 18 mars 1927 devant l’Assemblée nationale.

Malgré sa réhabilitation et sa nomination comme inspecteur des affaires administratives en pays Moï, Sabatier ne put que constater l’écroulement de sa politique de protection des montagnards et quitta définitivement l’Indochine en 1931.

De nombreux ethnographes, chroniqueurs, juristes et historiens de la période coloniale indochinoise ont retracé le parcours original de cet administrateur colonial hostile… à « la colonisation » de sa province.

Le départ de la chasse à l’éléphant à Bandon.
Source : site Belle Indochine

Texte écrit par Léopold Sabatier, résident de France au Darlac, d’après la harangue qu’il avait prononcée en langue vernaculaire devant l’assemblée des chefs moïs en 1926.

Préface d’Oscar Salemink, professeur au département d’anthropologie de la faculté des Sciences sociales à l’université de Copenhague.

Suivi de « Parenthèse coloniale », commentaire écrit par le journaliste méridional Jacques Borel, petit neveu de Léopold Sabatier.

Illustrations et photographies, au Darlac et au Kontum (collection privée famille Maximilien Dereymez) et eaux-fortes de Becque, tirées de La Chanson de Damsan, légende rhadé du XVIe siècle (tribu malayo-polynésienne du Darlac) transmise par la tradition orale, recueillie et transcrite par Léopold Sabatier (préfaces de C. Pasquier et R. Dorgelès) 1927.

Source : La palabre du serment du Darlac (Bon de commande de l’éditeur – pdf)