Archives par mot-clé : Hanoi

Nguyễn Đệ

NguyenDeM. Nguyễn Đệ. Commerçant, né à Hanoi en 1900.

Fils de feu Nguyễn-Liên, Án-Sát, envoyé en France en mission pendant la guerre de 1914-1918 comme attaché au Ministère de la Guerre et décédé en service de la Métropole en 1916.

Ancien élève du Collègue Paul Bert et du Lycée Albert Sarraut.

Diplôme de l’École Supérieure de Droit et d’Administration.

Nommé Commis des Résidences en 1923.

Mis en disponibilité sur sa demande pour servir à la Banque de l’Indochine en 1926.

En 1927, envoyé en France faire ses études bancaires et commerciales par la Banque de l’Indochine. De retour à Hanoi en 1928, il est nommé Agent courtier, fonction jusqu’alors réservée aux Chinois.

Membre du Comité consultatif de la Jurisprudence du Tonkin en 1931.

Nommé tri-huyện la même année.

Abandonne l’Administration pour se consacrer aux affaires en 1933. S’associe en 1937 à son frère Nguyễn Thiêu, ancien membre de la Conférence Économique Impériale, et devient en 1938 à la mort de ce dernier propriétaire de la Maison Nam-Long, qui représente de nombreuses fabriques de France.

Chevalier de la Légion d’Honneur (1942).

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, p. 17.

* * *

[ndlr] Par la suite Nguyễn Đệ fut conseiller économique de la jeune RDVN avant de devenir le directeur de Cabinet de S. M. Bảo Đại, Chef de l’État du Viêt-Nam.

Trang Hạ : Vietnam, « la blessure de la guerre n’est pas cicatrisée »

[ndlr] Entretien sur RFI avec l’écrivaine Trang Hạ. Extraits.

Née en 1975, Trang Ha a écrit une quinzaine de livres dont plusieurs best-sellers au Vietnam. Alors que son pays célèbre aujourd’hui le 40e anniversaire de la fin de la Guerre, elle estime qu’il reste beaucoup de chemin à parcourir avant de parler d’une véritable réconciliation.

TrangHa
Née en 1975, Trang Ha se montre critique envers son pays, un Vietnam qui n’a pas assez évolué à son goût © RFI

[…]

Pour votre génération, que représente le 30 Avril 1975 ?

J’ai beaucoup réfléchi à cet évènement. A la fois en tant que vietnamienne née en 1975 et en tant qu’écrivain. Mon grand frère est né en 1952, c’est-à-dire avant le début de la campagne de Diên Biên Phu. Moi-même, je suis née en 1975, année du début de la réunification du pays. Mon petit frère est né fin 1978 au moment où la Chine se préparait à provoquer la guerre à la frontière, au nord du pays. On peut donc dire que nos dates de naissance sont des jalons qui marquent les trois grandes guerres au Vietnam. Nous sommes tous trois nés dans l’intervalle d’une guerre. C’est pourquoi l’histoire de notre pays et de notre peuple fait partie de celle de ma famille. Mon père a été soldat avant 1945. Puis il est devenu responsable au ministère de la Défense. Il parle souvent de notre responsabilité envers le pays, le peuple. Voilà l’histoire de ma famille.

En réalité, en tant qu’écrivain, je me sens déchirée. Depuis 40 ans, la blessure provoquée par la guerre n’est pas cicatrisée. Cette blessure existe toujours chez les gens qui réfléchissent sur la destinée de notre peuple. Depuis des années, les Vietnamiens parlent de la réconciliation nationale. Les gens dans le pays ainsi que la diaspora disent que nous sommes tous Vietnamiens, que nous parlons la même langue, que nous avons la même couleur de peau, la même volonté et la même ferveur pour construire le pays. Que sous sommes tous patriotes.

Ce sont de belles paroles mais la réalité est tout autre. Il existe plusieurs obstacles : des points de vue divergents et aussi les chocs culturels entre les générations. Ceux qui sont nés en 1975, comme moi, ont déjà 40 ans. Et nous n’avons pas fait grand-chose pour contribuer à surmonter ces obstacles et à effacer les divisions. La guerre, mais aussi les conflits et la discrimination entre les Vietnamiens, ont créé la blessure.

Lire la suite : RFI, 29/04/2015.

Séminaire : Villes diffuses en Asie. Nouvelles perspectives sur le desakota – 9 avril 2015

[ndlr] Programme détaillé du séminaire accompagné de son argumentaire et d’une bibliographie.

Villes diffuses en Asie

Nouvelles perspectives sur le desakota

Séminaire organisé dans le cadre du DSA « Architecture et Projet Urbain», ENSA de Paris-Belleville avec l’UMR-AUSSER.

9 avril 2015

Salle des enseignants, ENSAPB, de 14h30 à 17h45

 

PROGRAMME

  • 14h30-15h. Introduction. Adèle Esposito, chargée de recherche CNRS-AUSSER
  • 15h-15h30. Le desakota en son envers, son endroit : agriculture et aménagement des périphéries métropolitaines de Shanghai. Etienne Monin, doctorant, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Laboratoire Prodig UMR 8586
  • 15h30-15h45. Questions/ Réponses
  • 15h45-16h. Pause
  • 16h-16h30. Les métropoles diffuses en Chine : processus de transition urbaine dans la région de delta du fleuve Yangzi. Andrea Palmioli, doctorant UMR AUSser
  • 16h30-16h45. Questions/Réponses
  • 16h45-17h15. Enjeux de l’étalement urbain sur les recompositions des pratiques quotidiennes des habitants périurbains de Hanoi. Gwenn Pulliat, ATER, Aix Marseille Université/ESPE
  • 17h15-17h45. Questions/Réponses & Discussion animée par Adèle Esposito
photo_AndreaPalmioli
© Andrea Palmioli

 

Ce séminaire vise à engager une réflexion sur les processus et les formes de l’urbanisation diffuse en Asie. Par urbanisation diffuse, on entend une figure de l’urbanisation caractérisée par l’alternance, la coexistence, et l’hybridation de formes urbaines et rurales, dispersées sur des territoires urbanisés à basse densité (Piccinato e Sartore 1990, Piccinato, Quilici et Tafuri 1962, Barattucci 2015). Avec des temporalités spécifiques à chaque pays d’Asie, on assiste, depuis environ trente ans, à la formation de régions métropolitaines et de territoires urbanisés (McGee 2009). Pour décrire la nature de ces phénomènes, des chercheurs travaillant sur l’Asie ont construit des concepts aptes à saisir les processus à l’œuvre dans ces contextes. Parmi ceux-ci, Mc Gee (1991) a désigné, par le néologisme desakota (de l’indonésien, desa, village ; kota, ville), des régions caractérisées par la mixité entre activités agricoles et non-agricoles qui, souvent, se développent le long de corridors reliant de grands noyaux urbains (Sui et Zeng 2001). Dès lors, de nombreux travaux se sont servis du concept de desakota pour appréhender les phénomènes urbains en Asie (inter al. Guldin 1996 ; Hebbert 1994). Ces travaux se sont principalement intéressés aux métropoles et aux grands pôles de développement  et ont privilégié certains terrains (ex. l’Asie de l’Est et l’Indonésie). La majorité d’entre eux a développé des approches d’analyse fondées sur une appréhension géoéconomique des phénomènes urbains ou sur l’évaluation des pro et contra de cette figure de l’urbanisation sur le plan environnemental, administratif, et social.

Ce séminaire vise à ouvrir des pistes d’investigation sur l’urbanisation diffuse et le desakota, qui ont été moins développées par la littérature, mais tout autant importantes pour comprendre les processus d’urbanisation en Asie contemporaine. Sans prétention d’exhaustivité, sont livrées ici quelques thématiques de réflexion qui pourront être développées par les contributions à ce séminaire.

1) Les fondements théoriques, les outils conceptuels et analytiques qui permettent d’appréhender les phénomènes d’urbanisation diffuse en Asie.

Le panorama de la recherche sur l’Asie a été largement influencé par les notions de desakota et de « extended metropolitan region » développées par McGee. En revanche, des travaux portant sur des contextes occidentaux ont développé d’autres désignations, inter alia celle de « concentration dispersée métropolitaine » (Castells 1998), de « post-suburbanisation » (Phelps et Wu 2011) et de « métropole horizontale » (Secchi et Viganò 2013).

Des concepts élaborés pour des contextes occidentaux, peuvent-ils éclairer ou servir comme catégories d’analyse pour l’étude des contextes asiatiques ? Quelles sont, s’il y en a, les singularités irréductibles des villes diffuses asiatiques ? Certains auteurs (inter alia Yokohari et al. 2000) ont essayé de montrer que la figure urbaine du desakota serait spécifique à l’Asie. Par ailleurs, des recherches récentes sur le site archéologique d’Angkor ont établi un lien entre l’urbanisme des anciennes capitales khmères (caractérisées par la basse densité et la prévalence des fonctions agraires) et les phénomènes contemporains de desakota en Asie du Sud-Est[1].

2) L’urbanisation diffuse des villes moyennes  

Les travaux sur l’urbanisation diffuse en Asie ont été en grande partie focalisés sur les métropoles et les grandes villes. Mais désormais, les processus d’urbanisation dispersée concernent aussi les villes de taille moyenne qui sont capables d’attirer des capitaux, des ressources, et de nouvelles populations. Parmi celles-ci, les villes touristiques (par exemple, la ville de Melaka), où la spécialisation patrimoniale et commerciale du centre historique amène au déplacement d’autres fonctions (administratives, résidentielles, etc.) vers la périphérie, mais aussi à l’implantation de nouvelles formes et activités dans des vastes territoires urbanisés. A l’instar de Robinson (2006), le séminaire accueillera des contributions étudiant l’originalité et l’innovation des processus d’urbanisation dans ces villes dites « ordinaires » par rapport aux grandes agglomérations de la région.

3) La reconfiguration des centralités urbaines

Une grande partie des recherches sur l’urbanisation dispersée a analysé les franges métropolitaines, le périurbain, et les nouvelles zones d’expansion. Dans un article récent, McGee (2009) souligne l’importance de conduire des recherches sur « les marges des méga-régions urbaines » qui concentreront 75% de la croissance urbaine au cours des prochaines décennies. Or, si ces recherches s’avèreront fort utiles, McGee souligne également l’importance de travailler sur la redéfinition des rapports entre centre et périphérie, sur leur articulation… ou désarticulation. Quel est le rôle des centres urbains, et en particuliers des noyaux historiques des villes diffuses ?  Quelles nouvelles centralités se configurent lorsque le territoire urbain s’élargit ? Comment ces centralités s’articulent-elles, sur le plan physique, spatial, et fonctionnel, dans des grandes agglomérations diffuses ?

4) Le devenir de l’idée de « ville » à l’épreuve de la dispersion.

Les périmètres urbains s’élargissent : les municipalités de Hanoi et de Ho Chi Minh-Ville ont, par exemple, vu leurs frontières s’agrandir à partir de 2008, avec l’inclusion de vastes zones rurales. La municipalité de Siem Reap, au Cambodge, inclut aujourd’hui 13 communes, dont 3 auparavant rurales, et une surface cultivée de plus de 12.000ha.

Le terme ville, est-il utilisé pour décrire ces territoires urbanisés mais hybrides ? Quelles sont les significations qui lui sont associées ? Dans un travail récent, McGee (2009) invite les chercheurs à interroger la pertinence actuelle de ce mot, et de celui qui lui est souvent opposé, de « campagne ». Une interrogation qui doit être fondée sur la connaissance du bagage historique et culturel de ces notions, et de leur portée politique dans les stratégies d’aménagement et de gouvernance urbaine.

De nature exploratoire, ce séminaire inaugure une réflexion de longue haleine sur la thématique de la « ville diffuse », qui sera développée à l’ENSA de Paris-Belleville, à l’UMR AUSser, et au Labex Futurs Urbains, à partir de cette année. Il vise alors à identifier des chercheurs, et surtout des jeunes chercheurs, qui pourraient être impliqués dans cette réflexion à venir.

 

[1] http://sydney.edu.au/southeast-asia-centre/students/field-schools-exchanges/cambodia.shtml – 13 février 2015.

Contact : adeleesposito@yahoo.fr

Il est préférable de communiquer par email votre participation au séminaire

 

Bibliographie sélective.

Barattucci, C. 2015. « Campagna urbanizzata, urbanizzazione diffusa et città diffusa : les inventions lexicales des urbanistes italiens après 1960 », dans Coudroy, L. et Ratouis, O. (a cura di), Langages techniques et spécialisés de l’urbain, Collection Les mots de la ville. Paris : Unesco – Maison des sciences de l’homme – Ehess, Paris (en cours de publication).

Castells, M. 1998. La société en réseaux. L’ère de l’information. Paris, Fayard.

Franck, M., Goldblum, C. et Taillard, C. (dir.), 2012, Territoires de l’urbain en Asie du Sud-Est. Métropolisations en mode mineur, Paris : CNRS Editions, coll. “Etudes Imasie-Pacifique”.

Chaléard, J.-L. (dir.), 2014, Métropoles aux Suds. Le défi des périphéries? Paris : Karthala-Prodig.

Guldin, G.E., 1996. “Desakotas and beyond: urbanization in southern China”, in Ethnology, vol. 35, n°4, pp. 265–283.

Hebbert, M., 1994. “Sen-biki amidst Desakota: Urban Sprawl and Urban Planning in Japan” in Shapira, P., Masser, I., Edginton, D.W. (eds.), Planning for Cities and Regions in Japan. Liverpool: Liverpool Universities Press, pp. 70–91.

McGee, T.-G., 1991. “Presidential Address: Eurocentrism in geography – the case of Asia Urbanization” in The Canadian Geographer, n° 35, 332–344.

McGee, T.-G., 2009. The Spatiality of Urbanization: The Policy Challenges of Mega-Urban and Desakota Regions of Southeast Asia, in: Working Paper -N. 161. Presented at the UNU-IAS, Yokoama, p. 40.

Phelps, N.-A. and Fulong Wu (eds.). 2011. International Perspectives on Suburbanization: a Post-suburban World? New York: Palgrave MacMillan.

Piccinato, G., and Sartore, M. 1990. “Spazio rurale e urbanizzazione diffusa: il caso veneto.” In Clementi, A. et Perego, F. (a cura di), Eupolis. La Riqualificazione Della Città in Europa. Roma-Bari: Laterza, pp. 489-505.

Piccinato, G., V. Quilici, and M. Tafuri. 1962. “La Città Territorio, verso una nuova dimensione.” In Casabella Continuità, n° 270, p. 16.

Robinson, J. 2006. Ordinary Cities. Between Modernity and Development. London-New York: Routledge.

Secchi, B. et Vigano’, P. 2013. Habiter le Grand Paris. L’habitabilité des territoires: cycles de vie, continuité urbaine, métropole horizontale. Paris: Atelier International du Grand Paris. Publication en ligne: http://www.ateliergrandparis.fr/aigp/conseil/studio/Studio13Habiter2013.pdf 16 février 2015.

Sui, Z.-D., Zheng, H., 2001. “Modeling the dynamics of landscape structure in Asia’s emerging desakota regions: a case study in Shenzhen”, in Landscape and Urban Planning, n° 53, 37–52.

Yokohari, M., Takeuchi, K., Watanabe, T., Yokota, S., 2000. “Beyond greenbelts and zoning: A new planning concept for the environment of Asian mega-cities”, in Landscape and Urban Planning, n° 47, pp. 159–171.

Hanoi : L’adieu aux arbres [reportages]

DonHaCauXanhHaNoi
© 2015 VN Express

La destruction des arbres à Ho Chi Minh-Ville et à Hanoi sans la consultation de la population a créé le mécontentement et la stupeur de nombreux habitants du Viêt-Nam et hors du Viêt-Nam. Un patrimoine culturel et végétal disparaît sous les coups de la modernisation effrenée du pays.

Nous remercions le professeur Dinh Trong Hieu pour nous avoir indiquer ces deux reportages vietnamiens.

 

Pour en savoir plus (MàJ 02/04/2015) :

  • Biểu tình chống đốn cây xanh tại Hà Nội, RFA, 22/03/2015. Sáng hôm nay ngày 22 tháng Ba năm 2015 người dân Hà Nội tập trung đông đảo tại nhiều địa điểm trong thành phố để biểu tình chống lại quyết định chặt 6.700 cây xanh của UBND thành phố.
  • Yếu tố pháp lý qua việc chặt cây tại Hà Nội, RFA, 24/03/2015. Vụ chặt hàng loạt cây xanh dưới sự chỉ đạo của UBND thành phố Hà Nội ngả sang một bước rẽ mới khi đại biểu Quốc hội Nguyễn Sỹ Cương xác định là UBND thành phố vi phạm Luật Thủ Đô. Mặc Lâm phỏng vấn luật sư Trần Vũ Hải để biết thêm yếu tố luật pháp trong vần đề này.
  • Hà Nội dừng chặt hạ cây xanh, VN Express, 20/03/2015. Chủ tịch thành phố yêu cầu dừng việc chặt hạ thay thế cây xanh trên một số tuyến phố để rà soát, phân loại, đưa ra các tiêu chí cụ thể.
  • Điểm tập kết cây xanh bị đốn hạ ở Hà Nội, VN Express, 23/03/2015. Hơn 100 cây hoa sữa bị cắt cụt cành, hàng nghìn khúc gỗ xà cừ lớn nhỏ… được đưa về vườn ươm ở Cầu Diễn (Nam Từ Liêm, Hà Nội) chờ tái sử dụng hoặc bán đấu giá. [Reportage photographique sur les arbres abattus entreposés pour une exploitation ou promis à la vente].
  • Theo dấu cây xanh vừa bị đốn hạ ở Thủ đô, Tien Phong, 23/03/2015. Vụ hàng nghìn cây xanh ở Thủ đô bất ngờ bị đốn hạ nhanh chóng đang là tâm điểm chú ý của dư luận. PV Tiền Phong vào cuộc truy tìm đường đi của những cây xanh vừa bị triệt hạ nhằm giải đáp thắc mắc của nhiều bạn đọc.
  • Toàn cảnh vụ chặt hạ cây xanh ở Hà Nội, Dan Tri, 25/03/2015. “Chiến dịch” chặt hạ 6.700 cây xanh ở Hà Nội đã được phê duyệt từ năm 2014; và bức thư ngỏ của một người dân gửi Chủ tịch thành phố chính là “công tắc” đánh thức dư luận xã hội. Gần 10 ngày nay, “chặt cây xanh” là cụm từ nóng nhất trong những câu chuyện của người dân Thủ đô.

“Hanoi and the American War: Two International Histories” review by Geoffrey C. Stewart

[ndlr] Signalé par VSG, un compte-rendu de lecture par Geoffrey C. Stewart des ouvrages de Pierre Asselin (2013) et de Lien Hang T. Nguyen (2012) consacrés au déroulement de la guerre du Viêt-Nam (période 1954-1975).

HanoiSRoadToTheVietNamWar_HanoiSWar

Hanoi and the AmericanWar: Two International Histories

Geoffrey C. Stewart, Western University

On November 22, 1963, an emergency session of the Central Committee of the Vietnam Workers’ Party (VWP) opened in Hanoi. The session, known as the Ninth Plenum, was held, in part, to determine the best route forward for the party following the coup that had toppled Ngo Dinh Diem’s South Vietnamese government three weeks before. Over the ensuing weeks, the committee members addressed domestic and international concerns of the Democratic Republic of Vietnam (DRV), particularly the evolving political situation in the South and the status of the world revolutionary struggle. At the heart of the matter were divisions within the party over the best means to achieve the reunification of Vietnam and the ramifications that the widening Sino-Soviet split might have on this goal. From what can be gleaned from the spotty historical record, the debates were quite contentious.

Ever since Vietnam was divided at the seventeenth parallel following the Geneva Accords of 1954, the VWP had been split over how best to reunify Vietnam. Some advocated a “North-first” strategy, in which efforts would be focused on building a viable socialist base above the demarcation line before embarking on a quest to reunify the nation, by violent means if necessary. Others believed in a “South-first” strategy. They felt that the socialist revolution in the North could be advanced only by eliminating the anticommunist government below the seventeenth parallel. By the Ninth Plenum, this domestic split was threatening the unity of the party. Militant advocates of the “South-first” strategy viewed the moderate position as bankrupt, believing it had done nothing to further the goal of national reunification. Just as problematically, it threatened to cede the direction of the southern revolution to local revolutionaries, who, after eight and a half years of oppression from the southern government without much relief from the North, were becoming less inclined to pursue the party line as dictated by Hanoi.

Lire la suite en ligne (PDF) : Cross-Currents

From: Cross-Currents: East Asian History and Culture Review
Volume 3, Number 1, May 2014
pp. 275-285 | 10.1353/ach.2014.0006

Hanoi en couleurs, 1914-1917 : autochromes des archives de la planète

[ndlr] Nouvelle exposition dans le cadre de l’année France-Vietnam à la Cité universitaire de Paris du 16 septembre au 16 novembre 2014.

Hanoi en couleurs, 1914-1917 :

autochromes des archives de la planète

Expo_Hanoi1914-1917

Du 16/09/2014 au 16/11/2014
Maison des étudiants de l’Asie du Sud-est

L’exposition, formée de 60 autochromes, a été conçue par Emmanuel Poisson, historien de l’Université Paris Diderot, et Đinh Trọng Hiếu ethnologue au CNRS.

Prises entre 1914 et 1917, ces photographies en couleurs sur plaques de verre (procédé des frères Lumière, 1903) seront présentées selon deux thèmes : vie au quotidien – métiers et société ; environnement et croyances. Ces témoignages dus au talent photographique de Léon Busy permettront au public d’appréhender et de retrouver le passé des Vietnamiens en nous invitant à aller à la rencontre de l’Autre. Une projection d’une dizaine de courts-métrages d’époque, en noir et blanc, sera également proposée.

Plus d’infos prochainement sur le site internet de la Cité Internationale Universitaire de Paris ainsi que le site internet de la Maison des étudiants de l’Asie du Sud-Est.

Maison des étudiants de l’Asie du Sud-Est

57 Boulevard Jourdan
Cité Universitaire internationale de Paris
75014 – Paris

Danielle Labbé : Land Politics and Livelihoods on the Margins of Hanoi, 1920-2010

Labbé_LandPoliticsAndLivelihoodsOnTheMarginsOfHanoi1920-2010[ndlr] Avis de parution, présentation de l’éditeur.

In the late 1990s, planning authorities in the Vietnamese capital of Hanoi pushed the imaginary line between city and country several kilometres westward, engulfing dozens of rural settlements. As state policies forced rapid urbanization, villagers whose families had farmed the land for generations saw rice fields levelled, irrigation canals filled, and large avenues flanked by residential towers, big-box stores, and office buildings spring up.

Danielle Labbé considers a century of change to the settlement of Hòa Mục — a community that underwent a rapid transition from rural village to urban neighbourhood. Through extensive research in the community, Labbé studies not only the changing lives of villagers, but also the state regulations and territorialization projects that drove these changes on the outskirts of Hanoi, and the early urban changes in the decades that preceded the reforms and continue to influence the area’s urbanization.

Despite the new buildings, the end of farming activities, and the arrival of a large new population, the former villagers still consider Hòa Mục their homeland. The compelling story of this single village is both a portrait of a population that has endured despite drastic upheavals and a new analytical window onto Vietnam’s ongoing urban transition.

Danielle Labbe is a professor of urban planning at the Université de Montréal.

Table of Contents

List of Figures and Table
Acknowledgments
Abbreviations
Chronology

Introduction
1 The Early Urban Transition (1920-40)
2 Uneven Socialist Revolutions (1940-65)
3 Eating by Points and Coupons Is Not Enough (1965-80)
4 The New Urban Territorial Order (1980-2010)
5 Land for Fresh Ghosts, Land for Dry Ghosts
Conclusion

Notes
References
Statutes Cited
Index

Source : University of British Columbia Press

Introduction PDF : LandPoliticsAndLivelihoodsOnTheMarginsOfHanoi

* * *

Résumé en français

Land Politics and Livelihoods on the Margins of Hanoi, 1920-2010 – Danielle Labbé (2013)

A la fin des années 90 et sous l’injonction des autorités planificatrices de la capitale vietnamienne, le front urbain de la métropole de Hanoï s’est étendu vers l’Est, englobant ainsi plusieurs dizaines d’établissements et de villages ruraux. Cet ouvrage, en prenant pour cas d’étude l’un de ces villages, Hoa Muc, aujourd’hui devenu un quartier urbain, interroge les processus qui ont participé à cette transformation, des dynamiques étatiques aux héritages urbains antérieurs. Au travers d’une mise en récit de l’histoire du village nous est présenté à la fois un portrait de sa population et des ses mobilisations, en même temps qu’un nouveau cadre de compréhension et d’analyse de la « transition urbaine » qui se déroule en ce moment au Vietnam.

Source : Université de Montréal, Observatoire Ivanhoé Cambridge du Développement Urbain et Immobilier