Archives par mot-clé : Hanoi

Black Market Business: Selling sex in Nothern Vietnam, 1920-1945 – CR de lecture par Louise Arnoux-Maillet

L’ouvrage de Christina Elizabeth Firpo paru en 2020, Black Market Business : Selling Sex in Northern Vietnam, 1920-1945 s’inscrit dans des recherches récentes sur les travailleuses du sexe durant la période coloniale. Christina Firpo est une enseignante-chercheuse sur l’Asie du sud-est à San Luis Obispo en Californie. Parmi ses autres travaux on trouve The Uprooted. Race, Children, and Imperialism in French Indochina, 1890-1980 (2017) centré sur les métis. Quant à Black Market Business, il traite du Vietnam du Nord (Tonkin) dans l’entre-deux-guerres et le début de la Seconde guerre mondiale, dans un contexte de renforcement d’un marché illégal notamment tourné vers le commerce du sexe.

L’ouvrage décrit un pays en situation coloniale dans lequel le système colonial tente d’imposer une institutionnalisation du travail du sexe, en vain. Le marché noir serait une lentille de choix pour étudier comment une population déjà marginalisée est affectée par toutes les tensions qui traversent cette région à cette période. L’étude s’inscrit à la fois dans les Gender studies et les Subaltern studies en écrivant sur les femmes pauvres, essentiellement issues du monde rural, peu étudiées en histoire, entre autres à cause du problème des sources. Celles dont l’autrice dispose majoritairement permettent une étude centrée sur le travail du sexe des femmes dans un cadre hétérosexuel. Par ailleurs, de cette historiographie renouvelée, émerge un débat sur les termes utilisés pour désigner ces femmes. Christina Firpo choisit “travailleuses du sexe” et non “prostituées” : cela participe d’une construction d’outils sémantiques qui s’éloignent d’un vocabulaire qui dénote d’un fort jugement moral. Ainsi, l’objectif de cet ouvrage est de démontrer dans quelle mesure les travailleuses du sexe sont au croisement de questions politiques, économiques et bien-sûr sociales. Le difficile travail sur les sources fait émerger des mémoires oubliées et des individus qui n’apparaissent que de façon fragmentaire dans des rapports de santé et/ou de police, dans des journaux et dans des procès.

Géographie poreuse

Le premier chapitre, “Géographie du vice”, souligne la nécessité d’adopter une approche géographique complexe de l’Indochine et de ses spécificités. Il s’agit en fait de quatre géographies :

  • physique – pour les routes et les espaces où se cacher pour les trafiquants ;
  • politique – pour une utilisation avantageuse des espaces de droit ou désorganisés ;
  • économique – concernant les migrations selon les lieux de besoin et d’opportunités ;
  • urbaine – pour son étude d’une croissance rapide et ses conséquences sur les travailleuses du sexe et leur clientèle.

Cette “géographie du vice” décrit la constitution du marché noir, des enlèvements des jeunes filles et femmes dans les campagnes, à leur transport, à leur vente et/ou assignement à une auberge, à une maquerelle. Elle décline plusieurs espaces : le paysage de Tonkin, le delta du Fleuve rouge, Hanoi, les banlieues de Hanoi, Hai Phong, les trafics maritimes, les bases militaires et les villes-frontières.

Le Viêt Nam est juridiquement fragmenté par le Traité Patenôtre/Huê de 1884 faisant du Tonkin et de l’Annam des protectorats français. Ensuite, l’ordonnance royale de 1888 cède Hanoi, Hai Phong et Tourane à la France comme concessions et donc également des territoires concernés par l’extension de la juridiction française, cette dernière s’appliquant aussi aux bases militaires. Le développement des infrastructures de transport facilite les migrations d’une main d’œuvre importante des campagnes vers les villes, cela accroît sensiblement le nombre de travailleuses du sexe et leur clientèle. 

Cet ouvrage tend à démontrer que le travail du sexe apparaît comme catalyseur des différents contextes du Vietnam colonial. Ainsi, l’étude du Delta de Fleuve rouge souligne la pauvreté, la surpopulation (terres fertiles, avancées médicales et technologiques importantes) et la vulnérabilité des campagnes face aux catastrophes naturelles. En 1936, le Delta concentre plus de 30% de la population d’Indochine. Le système colonial, notamment une certaine politique des terres, conduit à un appauvrissement général des paysans, une généralisation du métayage et des dettes, ayant pour conséquences la servitude et/ou la prostitution des femmes et filles.

Les migrations prennent de l’ampleur, qu’elles soient temporaires ou permanentes : les fluctuations de l’industrie du sexe sont intimement liées aux fluctuations  des récoltes et à la demande de main d’œuvre à Hai Phong et à Hanoi en pleine croissance urbaine et industrielle. L’étude complexe de cette “géographie” repose sur la porosité des limites entre différents espaces : municipalités et banlieues, bases militaires et alentours hors de la juridiction française, et enfin la position singulière des villes-frontières  comme plaque tournante de toutes sortes de trafics comme l’ont montré les travaux d’Eric Tagliacozzo pour les zones-frontières de l’empire britannique.

Santé publique entre policiers et médecins militaires

De cet essor du marché noir résulte une préoccupation majeure pour les autorités. En effet, en 1934 le général français Gaston Billotte affirme : “L’ennemi le plus redoutable en Indochine n’est pas le Chinois, ni l’Allemand, ni le rebelle [anticolonial], ce sont les maladies vénériennes” (p. 59). Ainsi, Christina Firpo consacre à ce fléau une grande partie de son ouvrage à cause de l’aspect très problématique de ces pathologies, par leur vaste et rapide propagation. Les antibiotiques contre la syphilis et la gonorrhée ne se développent qu’au milieu des années 1940, le préservatif n’est en outre pas populaire et il y a un véritable manque de sensibilisation aux maladies vénériennes. Peu de médecins arrivent à déterminer les symptômes et les maladies associées.

Dès le XIXe siècle, le gouvernement colonial impose la législation métropolitaine pour les travailleuses du sexe mais il n’a pas les moyens légaux de réguler les auberges non-enregistrées ou encore de forcer ces femmes à des examens gynécologiques. Paradoxalement, plus il y a des tentatives de régulation de cette industrie et plus les infections se propagent. Les allers-retours entre la métropole et la colonie font des militaires et des travailleurs une source de propagation majeure. Le 3 février 1921, le résident supérieur au Tonkin adopte une loi métropolitaine uniforme pour le travail du sexe concernant les concessions françaises, excluant de fait les territoires  restés sous juridiction vietnamienne depuis le Traité Patenôtre (1884) (p. 63). Les restrictions de 1921 poussent davantage les travailleuses du sexe à se tourner vers l’industrie du sexe clandestin, elle-même intrinsèquement dérégulée et propice à la transmission de maladies. Cette loi comporte en elle-même des failles comme un manque de définition claire des actes constituant le travail du sexe et donc des problèmes de surveillance et d’intervention. Les maladies vénériennes ont une dimension politique d’un point de vue juridique mais également dans le fait que les médecins coloniaux tentent de discréditer les médecins traditionnels, mais les populations continuent de s’y référer. Les mesures sont essentiellement prophylactiques et concernent la multiplication des dispensaires pour les populations indigènes. Ces derniers sont critiqués pour leurs mauvaises conditions d’hygiène et leurs conditions de vie (maladies, abus physiques et émotionnels, aspect carcéral), tel celui d’Hanoi.

Si tout le monde peut transmettre ces maladies, ce sont les femmes qui sont visées par les arrestations – en tant que travailleuses du sexe, ou liées à l’économie du divertissement ou encore comme me tây c’est-à-dire épouses et/ou concubines des soldats. Il n’est pas envisagé que ces femmes puissent contracter ces maladies à cause de leur mari.

De plus en plus d’acteurs de la santé publique voient les mesures de régulation comme un double échec : de surveillance et de prémunition des épidémies. Un débat entre les “régulationnistes” et les abolitionnistes s’engage, autrement dit entre les policiers et docteurs militaires contre les fonctionnaires de la santé publique et médecins des dispensaires. Enfin, de vastes organismes sont créés pour rénover les dispensaires, développer des traitements efficaces (1938), former les femmes dans les dispensaires pour une réorientation professionnelle et surtout les sensibiliser aux maladies. Cette sensibilisation est également mise en place auprès des militaires. C’est donc une surveillance de la transmission de ces maladies plutôt que sur le travail du sexe lui-même comme auparavant.

Sociologie des jeunes populations exploitées

Dans le cadre de son approche géographique du marché noir, Christina Firpo souligne entre autres l’omniprésence des arrangements dans le cadre d’une servitude pour dettes en Asie du sud-est. Ils concernent une population avec peu de moyens et dépourvue d’endroit où loger. En effet, le début du XXe siècle est marqué par un vaste mouvement de migrations volontaires ou forcées d’hommes, de femmes et d’enfants souvent vendus ou s’engageant dans les plantations, les usines, en tant que domestiques et surtout dans l’industrie du sexe illégale où la servitude pour dettes est généralisée. L’important est de savoir à quel point ces femmes sont au courant de toutes les modalités et conséquences de ce système. Son problème majeur réside dans une durée allongée du contrat par ajout d’intérêts aux emprunts ou par dévaluation des revenus de l’employée, donc sa mutation en exploitation. Dès les années 1920, le gouvernement colonial met en place des mesures contre ce système, sans particulièrement viser les travailleuses du sexe, et tente en parallèle de contrôler ces vastes mouvements migratoires. Ce dernier échoue notamment à cause du statut contraignant du protectorat pour poursuivre les trafiquants sur plusieurs territoires.

Au sein de cette population vulnérable, Christina Firpo insiste sur les plus jeunes. La multiplication du nombre d’enfants et d’adolescents dans les villes en recherche de travail alarme de plus en plus le gouvernement colonial qui cherche à régler leur problème de pauvreté. Leur méconnaissance du fonctionnement du crime organisé et leur désespoir font d’eux des proies faciles, notamment pour le travail du sexe – contraint ou choisi. Le marché du sexe pour les mineurs est davantage marqué par le secret donc très difficile à démanteler, en plus de l’absence de lieux centralisés. Ceux dans la confidence sont les garçons des auberges, les vendeurs itinérants et les tireurs de pousse-pousse, agissant comme intermédiaires entre les travailleuses du sexe et les clients. Ces dernières ont souvent entre 10 et 17 ans. L’industrie du sexe adolescent est une des conséquences d’une pauvreté du monde rural accentuée par les changements économiques radicaux entrepris par le gouvernement colonial. Ces enfants sont souvent des enfants de familles pauvres adoptés par d’autres familles puis expulsés ou vendus lorsqu’ils sont devenus des fardeaux.

Il y a également de nombreux enfants chinois en lien avec une clientèle chinoise solide, ou encore des enfants métisses marginalisés au sein de la société mais sexualisé par l’exotisme de leur physique. Les enfants sont aussi souvent enlevés par des me min et acheminés dans l’industrie du sexe ou alors embauchés comme domestiques et forcés à vendre du sexe au sein des maisons. Les me min sont des femmes d’environ 40-50 ans suscitant une peur panique parmi les populations puisqu’elles sillonnent les campagnes pour trouver des enfants et jeunes femmes à kidnapper en les droguant pour ensuite les vendre. Pour cela, elles sont en lien avec les auberges clandestines ayant pour façade les dance halls et les a dao singing houses, et signent parfois des contrats de servitude pour dettes à l’insu des personnes enlevées. Afin de défendre les enfants et adolescents, la brigade des mœurs cherchent à étendre ses prérogatives et à démanteler les organisations mais c’est peu efficace.

Etudes de cas : A dao singers et taxi dancers

Enfin, Christina Firpo met en valeur deux figures centrales de femmes ayant un rapport plus ou moins important avec le travail du sexe : les a dao singers et les taxi dancers.

La figure des a dao singers est décrite dans un contexte de grand changement de leur image : de chanteuses traditionnelles aux travailleuses du sexe. En effet, ces lieux sont souvent des vitrines pour le travail du sexe. Ils sont très concentrés géographiquement, soit en zones périurbaines et hors de contrôle des autorités coloniales, soit dans les limites municipales comme à Hanoi dans la célèbre rue Khâm Thiên. Malgré les efforts des autorités, ces lieux du travail du sexe se maintiennent relativement bien pour trois raisons : la performance artistique est avancée face aux accusations des autorités ; le mouvement de refuge dans la culture traditionnelle suscite une forte demande ; les autorités disposent d’outils légaux limités même si elles tentent d’étendre leur contrôle par des décrets de planification urbaine et en forçant les chanteuses à des examens.

Outre les a dao singers, c’est la figure des taxi dancers qui est explicitée. Loin de la tradition, elle s’inscrit dans la vaste émergence des bals dansant, dans le style occidental, au milieu des années 1930. Les dance halls témoignent de la division urbain/rural comme échappatoire temporaire à la pauvreté et aux normes sociales régissant les rapports entre les sexes, ainsi qu’une image de la sophistication urbaine et de la modernité. La majorité des taxi dancers sont des paysannes pauvres ayant migré vers les villes. Les réactions à l’encontre des dance halls sont vives : les journalistes dénoncent leur aspect sombres, le capitalisme, le matérialisme, l’occidentalisation et le culte de la modernité ; le gouvernement colonial quant à lui s’inquiète des risques de maladies vénériennes chez les militaires constituant une grande partie de la clientèle. La composition de la clientèle est par ailleurs régulièrement évoquée pour en souligner la grande diversité – dans l’idée que cette étude complexe concentre des intérêts et des problématiques multiples. Finalement, Christina Firpo propose une comparaison intéressante entre les a dao singing houses et les dance halls : le premier lieu témoigne d’une volonté d’épouser la culture traditionnelle vietnamienne tandis que le second illustre nettement une forme d’occidentalisation.

***

L’ouvrage Black Market Business de Christina Firpo constitue bien une sociohistoire riche de la situation coloniale de l’entre-deux-guerres et du début de la Seconde guerre mondiale au Vietnam. Outre son travail sur les contextes politiques et économiques, elle propose un éclairage singulier sur les mémoires oubliées et notamment celles des femmes pauvres. S’appuyant sur de nombreuses sources (pp. 235-248), cet ouvrage rappelle les interrogations traversant le Le goût de l’archive d’Arlette Farge (1989), par des types de sources communs et surtout marqués par le défi que constitue leur approche.

Réf. : Firpo, Christina Elizabeth, Black Market Business. Selling sex in Northern Vietnam, 1920-1945, Ithaca & London, Cornell University Press, coll. “Studies of the Weatherhead East Asian Institute, Columbia University”, 2020. Notes (p. 195-234), bibliographie (p. 235-248) et index (p. 249-255).

Louise Arnoux-Maillet, promotion ASIOC 2021-2022.

Louise Arnoux-Maillet est étudiante en première année en Histoire à l’ENS de Lyon.

Têt 2022: Le Tigre dans les beaux arts vietnamiens

Exposition consacrée à l’image du Tigre dans les beaux-arts vietnamiens.

Une exposition sur le thème “le Tigre dans les beaux arts vietnamiens” ouvrira ses portes le 18 janvier au Musée national d’histoire du Vietnam pour célébrer le Nouvel An lunaire 2022.

Lire l’article : https://fr.vietnamplus.vn/tet-2022-le-tigre-dans-les-beaux-arts-vietnamiens/176447.vnp

Voir également en vietnamien :

Concern in Vietnam at Hanoi topping AirVisual’s ranking

La réponse argumentée de Air Visual aux contestations vietnamiennes sur la pollution de Hanoi.

Hanoi has topped AirVisual’s rankings several times in recent days, provoking discussion and concern in Vietnam.

We have noticed some concern in Vietnam that Hanoi has been at no. 1 on AirVisual’s “major city ranking” at certain times over recent days.

We would like people to be aware that this does not mean that Hanoi is the world’s no. 1 polluted city. The “major city ranking” currently consists of around 90 major global cities.

At any one time, a city can top the live ranking, as happened with London and even San Francisco last year. Details on how we curate the “major city ranking” in order to make it relevant to people are here

We also publish a separate annual world ranking in partnership with Greenpeace. The report published in March showed that Hanoi was not in the world’s top 200 most polluted cities in 2018.

Lire la suite : Air Visual

Voir aussi : AirVisual nói gì về cáo buộc ‘thao túng dữ liệu’ để bán hàng ở Việt Nam?, VOA, 09/10/2019.

Arrivée de Kim Jong Un à Hanoi en Images

Précédant le président américain Donal Trump dont la venue à Hanoi est prévue demain, le dictateur nord-coréen est arrivé à Hanoi pour cette seconde rencontre au sommet pour la dénucléarisation. Images de Euronews, de l’AFP, VTC News.

Créant le buzz sur la toile, les sosies des deux leaders ont inquiété les services de sécurité vietnamiens et le sosie de Kim Jong Un a été prié de quitter le Viêt-Nam avant la venue du vrai dictateur. Le faux Donal Trump pourra rester “sans apparitions publiques en costume” (AFP).

Décryptage 5 : Retour sur les rebelles décapités de juin 1894

[ndlr] Suite de notre billet décryptage du 28 mars 2014 : “Décryptage 3 : Besoin d’image, besoin de sens – à propos d’une image iconique associée à la lutte pour l’indépendance du Viêt-Nam“.

Il y a quatre ans, à l’occasion d’un billet « décryptage » nous avions mis en évidence l’origine de la reproduction en gravure d’une photo de pirates décapités en 1894 que de nombreux articles vietnamiens en ligne liaient à l’exécution des protagonistes de la révolte de Yên Bai en juin 1930. Malgré une certaine ressemblance, il ne s’agit pas des têtes des treize militants du VNQDÐ (Parti national du Viêt-Nam) guillotinés à l’aube du 17 juin 1930 à Yên Bái.

Olivier, un lecteur de Mémoires d’Indochine vient de contribuer à cette enquête photographique en nous livrant plusieurs éléments clés au sujet de deux photos présentées dans notre billet de mars 2014.

En effet, il possède dans sa collection personnelle l’original de la photographie qui a servi à illustrer un article de L’Illustration (N°2685 du samedi 11 août 1894) puis par la suite à l’édition de cartes postales.

Vendeur professionnel spécialisé dans les photos anciennes, il a récemment acquis auprès d’un brocanteur un lot de photographies prises pour la plupart en Chine et en Indochine entre 1860 et 1895. Selon lui, il s’agit sans doute d’archives appartenant à un ancien militaire français en poste en Asie.

Première photo décryptée :

N°1 Jean-Marie Le Priol (XIX-XX) ou Pierre Dieulefils (1862-1937), Indochine (Vietnam), Têtes de pirates décapités, Juin 1894, légende manuscrite sur le montage en haut “Juin 1894, Prisonniers pirates échappés des prisons d’Hanoï après avoir assassinés les sentinelles, repérés à 8 km de la ville barricadés dans une pagode”, tirage albuminé, dimensions tirage 23,2 x 17,4 cm., du montage 31,3 x 24,2 cm.

Seconde photo décryptée :

Plus intéressant encore, ce lecteur nous rappelle l’origine de la seconde photographie, également présentée sur plusieurs sites vietnamiens comme étant celle des corps décapités des militants du VNQDÐ à Yên Bái. Et là, nouvelle surprise, puisque nous ne sommes plus en Indochine coloniale mais dans la Chine impériale comme l’indique sa légende.

N°2 William Saunders (1832-1892), Chine, exécution publique, vers 1865-70, inscription manuscrite à la mine sur le montage en français “Exécution – Hong-Kong”, numéroté dans le négatif “32”, tirage albuminé, dimensions photographie 27,3 x 19,2 cm., montage 31,2 x 24,2 cm.

Ces compléments d’information très utiles nous rappellent l’intérêt qu’il y a à revenir à la source d’une image véhiculée sur la toile et, ici, porteuse d’une erreur historique.

Les deux photographies sont en ligne sur la page Facebook de l’auteur (AuDiableVauvert, magasin en ligne sur Ebay) que nous tenons à remercier chaleureusement.

FG, 27/07/2018

Prix Phan Châu Trinh 2018 décerné à Pierre Brocheux et Daniel Hémery

[ndlr] Annonce sur le Prix vietnamien Phan Châu Trinh décerné le 24 mars dernier à Ho Chi Minh-Ville.

Le prix de la Fondation culturelle Phan Châu Trinh, un prix prestigieux qui récompense l’érudition vietnamienne, a été décerné cette année en Vietnamologie à MM. Pierre Brocheux et Daniel Hémery, tous deux historiens et anciens enseignants-chercheurs à l’Université Paris Diderot (connue sous le nom de Paris 7 à l’époque de leurs enseignements). Pierre Brocheux et Daniel Hémery sont les auteurs de nombreux ouvrages sur l’histoire du Viêt-Nam de la période coloniale à nos jours. Ils ont notamment co-écrit Indochine, la colonisation ambiguë (La Découverte, 2001) une référence incontournable sur la période 1858-1954. Ce prix récompense l’ensemble de leurs travaux historiques. Nous leur adressons ici nos plus chaleureuses félicitations.

Pour en savoir plus, lire leurs remerciements respectifs adressés au Comité de sélection :

Sur l’ensemble des récipiendaires du Prix en 2018 voir la page : Prix Phan Châu Trinh 2018

Pour une revue de presse sur ce prix de 2018 : MỘT SỐ TIN BÀI VỀ GIẢI THƯỞNG VĂN HÓA PHAN CHÂU TRINH LẦN THỨ XI, NĂM 2018

 

Pierre Asselin : Vietnam’s American War – A History

[ndlr] Parution le 11 janvier 2018 du nouvel ouvrage de Pierre Asselin portant sur la conduite de la guerre vue de Hanoi.

Communist forces in the Vietnam War lost most battles and suffered disproportionally higher casualties than the United States and its allies throughout the conflict. The ground war in South Vietnam and the air war in the North were certainly important in shaping the fates of the victors and losers, but they alone fail to explain why Hanoi bested Washington in the end. To make sense of the Vietnam War, we must look beyond the war itself. In his new work, Pierre Asselin explains the formative experiences and worldview of the men who devised communist strategies and tactics during the conflict, and analyzes their rationale and impact. Drawing on two decades of research in Vietnam’s own archives, including classified policy statements and reports, Asselin expertly and straightforwardly relates the Vietnamese communist experience – and the reasons the war turned out the way it did.

Continuer la lecture de Pierre Asselin : Vietnam’s American War – A History