Archives par mot-clé : guillotine

Décryptage 3 : Besoin d’image, besoin de sens – à propos d’une image iconique associée à la lutte pour l’indépendance du Viêt-Nam

Le 17 juin 1930, à l’aube, treize militants du Parti national du Viêt-Nam (Việt Nam Quốc Dân Đảng – VNQDĐ) étaient guillotinés à Hanoi. Cette exécution a été décrite par le journaliste Louis Roubaud dans un célèbre ouvrage intitulé Viêt-Nam la tragédie indochinoise (Librairie Valois, 1931), réédité en 2010. Jusqu’à une période récente aucune image des têtes des partisans du VNQDD exécutés ce jour là n’était disponible.

Or, depuis quelques années, une carte postale reproduisant l’image de treize décapités circule sur la toile, dans des monographies sur le VNQDĐ et parfois même dans des présentations académiques pour illustrer les guillotinés de Yen Bai. Malgré une éventuelle ressemblance s’il l’on n’y prend pas garde, il ne s’agit pas des têtes de ces condamnés à mort. Retour sur cette confusion.

Image 1 : Une carte postale ancienne colorisée (N°47 de la Maison Passignat)

TêtesPiratesDécapités1

La légende de cette carte postale diffusée sur la toile est inscrite en bas de l’image au centre : « 47. Têtes de pirates décapités (N° 1) ». La numérotation entre parenthèses laisse supposer qu’elle appartient à une série publiée sur le même thème, ce qui est le cas (voir en fin d’article, Image 10).

 

Détails intrigants

Notre regard s’est d’abord porté sur plusieurs détails intrigants. Une critique externe du document s’imposait. Le premier détail qui saute aux yeux concerne les timbres figurant sur les cartes postales. Celui de type Grasset (5c vert) mis en circulation en Indochine au mois de juin 1904 et le type Annamite (5c vert) mis en circulation en 1907. Il paraissait peu probable d’avoir été tous deux utilisés jusqu’en 1930 date de l’exécution.

Timbre_TypeGrasset_Indochine_5c
Type Grasset, 5 centimes, 1904.
TypeAnnamite_1907
Type Annamite, 5 centimes, 1907.

 

Image 2 : timbre type Grasset en haut à droite

PiratesDécapités_carte10Source : Cartes postales coloniales (Association des Anciens et Retraités de la Banque Indosuez)

Image 3 : timbre type Grasset en bas à gauche

260217

Source : postcardman.net

Le second détail, concerne la signature de la carte postale. Sur certaines d’entre-elles un tampon rouge apparaît en bas à droite de l’image. Il s’agit du logo-type de la maison Passignat, éditrice de cartes postales sur l’Indochine et la Chine jusqu’en 1922.

Signature_Passignat_Indochine

La regrettée Marie-Hélène Degroise (1947-2012), conservatrice aux archives (CAOM devenu ANOM), nous livre cette information précieuse sur la Maison Passignat :

Passignat est commerçant quai du Commerce, et signe toujours du même signe : un cartouche à l’encre rouge représentant un porteur de palanche. Il édite aussi sur le Cambodge et sur la Chine (Kouang-Tchéou-Wan), mais les vues qu’il choisit sont toujours très intéressantes par les scènes de la vie quotidienne ou les paysages qu’elles montrent. En 1922, la maison Passignat existe toujours, mais est en gérance, installée aux 11 et 13 rue Borgnis-Desbordes, spécialisée dans la gravure, l’encadrement, et les articles cultuels et funéraires.

Il paraissait donc peu probable que la Maison Passignat ait édité cette carte postale après 1930.

 

La véritable source

Enfin, une investigation plus poussée sur les sites de collectionneurs (en général bien informés) à partir d’une série de mots-clés (pirates, décapités, Tonkin, têtes…) nous mena  jusqu’à un numéro du journal L’Illustration paru en 1894 soit 35 ans avant l’affaire de Yen Bai. L’image des fameux « pirates décapités » est reproduite, sous forme de gravure, à la page 121 du N° 2685 (52e année) du samedi 11 août 1894. Elle est légendée : « Au Tonkin. – Têtes des pirates décapités après leur évasion de la prison d’Hanoi » et gravée d’après une photographie de Lepriol.

Image 4 : Recherche sur le site de L’Illustration :

LIllustration_11-08-1894

Image 5 : La gravure éditée par L’Illustration en page 121 du N° 2685

L'Illustration_TêtesPiratesDécapités_1894
© 1894 L’Illustration

Le journal offre au moins deux informations importantes. En premier lieu, elle livre le nom du photographe Lepriol (il s’agit de Le Priol), présent en Indochine à la toute fin du XIXe siècle. En second lieu, le journal rappelle le contexte de l’exécution. De quoi s’agit-il et qui sont ces hommes ?

Sur la première information concernant l’auteur de la photographie, Marie-Hélène Degroise dans sa recherche minitieuse sur les Photographes d’Asie (1840-1944) resitue le personnage et s’interroge sur la paternité des clichés de « décapités » habituellement attribués à Dieulefils :

Jean-Marie Le Priol, est originaire du Morbihan, comme Dieulefils : il est installé dès 1894 à Hanoi comme photographe et L’Illustration publie cette année-là un de ses clichés représentant une exécution de pirates. On peut donc se demander si les clichés ayant servi à éditer les cartes postales représentant le De Tham et son entourage (rébellion de Yên Thê) sont de Dieulefils ou de Le Priol (1898-1905).

En prenant des précautions quant à l’impact que pourrait susciter la publication d’une telle image, dans une chronique intitulée « Les révoltés d’Hanoi », L’Illustration nous informe sur la rebellion qui mena à l’exécution de ces huit Tonkinois. Extraits en p. 124 :

[…] Voici en deux mots l’incident qui a donné lieu à cette multiple et sanglante exécution. Le 19 juin dernier [1894], pendant un violent orage, les pirates prisonniers employés comme coolies au jardin d’essai d’Hanoi, sautèrent subitement et avec ensemble sur les faisceaux, s’emparèrent de huit fusils et des munitions et prirent leur course dans la direction de Sontay, après avoir tué le factionnaire à coups de baïonnette et blessé deux miliciens ; poursuivis aussitôt par la milice indigène commandée par l’inspecteur Chigot et les gardes principaux Savoyat et Turcaz, ils furent atteints, après une poursuite de deux heures, dans la pagode du village de Trien-Khuc, à un kilomètre de la route de Phu-Thanh-Oaï, où ils s’étaient réfugiés pour éviter les coups des habitants du village qui voulaient leur barrer la route. Il fallut faire de la pagode un siège en règle et en créneler les murailles pour pouvoir tirer sur les fugitifs. L’affaire fut chaude ; trois miliciens et un habitant de Trien-Khuc y laissèrent la vie, sept miliciens furent blessés ; mais les treize rebelles, tués ou blessés dans l’engagement, furent décapités séance tenante et leurs têtes rapportées pour l’exemple.

L’affaire fut donc très sérieuse et les prisonniers « rebelles » étaient déterminés à aller jusqu’au bout de leur action. L’affaire expose sans fioritures le traitement infligé à ceux qui défient l’ordre colonial. Cette image symbolisant parfaitement cette brutalité et sa mise en scène a donc été reproduite sous la forme de cartes postales aux alentours de 1904-1908 alors que la résistance du célèbre De Tham (Hoang Hoa Tham, 1936-1913) s’amenuisait. S’il s’agit bien ici de résistants à la colonisation, le journal ne donne pas d’indication sur leurs actions passées et les raisons de leur incarcération. Quant au « complot », il aurait été inspiré par « un ancien lieutenant du pirate Tay, récemment exécuté » sans plus de précisions.

 

Une figure iconique

A l’heure d’internet, l’image, très emblématique, a été rapidement diffusée sur différents sites et blogs en particulier sur le site officiel du VNQDĐ aux Etats-Unis.

Image 6 : Reproduction sur le site du VNQDĐ (Parti Nationaliste du Viêt-Nam)

VNQDD_13LietSiYenBaiSource : Viet Quoc

L’image est tranformée en « icône » pour illustrer le 78e anniversaire (2008) de l’exécution des héros du VNQDĐ comme le montre cette photo encadrée placée sur l’autel des héros patriotiques (ci-dessous à droite de l’encensoir).

HinhBanTho_VNQDD
L’autel du VNQDD en hommage aux 13 guillotinés de Yen Bai © vietquoc.org

Image 7 : Gros plan sur les 13 « Liệt sĩ » (héros morts pour la Patrie) sur l’autel du VNQDD

VNQDD_13LietSiYenBai2

Source : Viet Quoc

La réédition de la monographie de Hoàng Văn Đào (Lịch Sử Đấu Tranh Cận Đại 1927-1954 – Việt Nam Quốc Dân Đảng) sur ce parti publiée en 2006 (4e éd.) par les éditions Tân Việt n’échappe pas à cette erreur. En p. 158 figure la carte postale agrémentée de la légende : « Thủ cấp của 13 Liệt sĩ Yên Bái lên đoạn đầu đài vào sáng sớm ngày 17/6/1930 » [Têtes coupées des 13 Martyrs de Yên Bai, guillotinés à l’aube du 17 juin 1930]. De même, l’illustration est reprise dans l’ouvrage trilingue de Linh Linh Ngọc, Une route interminable, compilation de textes dédiés aux martyrs du VNQDĐ (voir p. 264, Ed. Gió Đông, 2004).

D’autres sites mentionnant la mutinerie de Yen Bai se sont servis de cette illustration sans plus de précautions comme l’atteste l’entrée dédiée à l’année 1930 sur un site à vocation historique : 1930: 13 Viet Nam Quoc Dan Dang cadres, for the Yen Bai mutiny

Image 8 : Executed today

13_vnqdd_martyrs_smaller
© ExecutedToday.com

Il existe pourtant une seconde image, moins spectaculaire, qui met en scène les exécutés et leurs exécuteurs. Cette image reste difficile à authentifier mais elle semble être tirée de la presse de l’époque. Ce qui ouvre la voie à une possible vérification :

Image 9 : Une nouvelle vérification s’impose

13LietSiSiVietQuoc_1930
La tête cerclée serait celle de Nguyen Thai Hoc, le chef du parti © vietquoc.org

Source : Viet Quoc

Frappante, l’image de treize têtes a donc été reprise sur plusieurs sites dont celui du Parti nationaliste (VNQDĐ). Pourquoi cette confusion ? Au premier abord, l’image apparaît cohérente puisqu’il s’agit de la seule image disponible avec autant de têtes de « rebelles » décapités (13). En général, les cartes postales de ce genre présentent tout au plus trois, cinq, voire huit têtes comme le démontre l’exemple suivant publié par la même Maison dans la même série (ici le n° 48 avec cinq têtes).

Image 10 : La série continue (N°48 de la Maison Passignat)

PiratesDécapités2Source : Delcampe

En outre, la tête placée au centre de l’image afficherait une légère ressemblance avec le jeune chef du parti Nguyễn Thái Học. Malgré cette ressemblance lointaine et trompeuse, le chef du VNQDĐ au jour de son exécution ne donnait pas à voir le même visage que sur la photo de Le Priol. Voici comment le journaliste Louis Roubaud qui avait « vu mourrir ces hommes » à l’aube du 17 juin 1930, décrivit le chatiment imposé au dernier condamné :

– Viêt Nam !… Viêt Nam !… Viêt Nam !… Patrie du Sud !… Patrie du Sud !…

J’entendis cela plusieurs fois et le mot retentissait encore à nos oreilles lorsque j’aperçus le dernier condamné, Nguyen Tai Hoc [Nguyen Thai Hoc], le Grand Professeur, le visage gras, une barbiche de lettré. Il souriait ! d’un sourire simple, sans contrainte, et il saluait la foule en inclinant la tête. Lui aussi, d’une fois forte et bien timbrée entonna : « Viêt Nam !… » et la main du légionnaire étouffa son cri [p. 161-162, souligné par nous].

Image 11 : portrait de Nguyen Thai Hoc, le jeune chef du Parti, abondant dans le sens de la description de Louis Roubaud

NguyenThaiHoc
Nguyen Thai Hoc (1902-1930) © Hoang Van Dao 1965

Besoin d’image, besoin de sens

Au delà de l’aspect descriptif, rapidement présenté ci-dessus, se pose la question du sens de ce détournement d’image. A défut de posséder une image iconique du drame du 17 juin 1930, le VNQDĐ s’en est créé une à travers les treize décapités de 1894. Peu importe la réalité historique puisque le symbole est fort et plus il est frappant plus il semble incontestable. Cette jonction entre l’image (exposition malsaine de treize têtes décapités alignées sur deux rangs) et le discours (exécution brutale de nationalistes vietnamiens) à des fins politiques n’est pas le propre de ce parti mais il témoigne de la volonté de la mise en drame par le visuel du destin des Vietnamiens en lutte jusqu’à la mort pour l’indépendance de leur pays. L’image détournée doit servir la cause indépendantiste, anticoloniale, nationaliste et révolutionnaire et nourrir la martyrologie du VNQDĐ.

Comble de l’ironie, ces révolutionnaires vietnamiens qui demandaient l’application de la devise républicaine « liberté – égalité – fraternité » à l’Indochine furent exécutés par l’instrument de terreur lié à l’imaginaire de la Révolution française. Les descendants de la Révolution française, placés en situation coloniale, usèrent de cette machine à tuer contre les partisans de la révolution vietnamienne. Cet écart de considération envers les « Annamites » avaient été, dès les années vingt, dénoncé par les révolutionnaires Nguyễn An Ninh ou Nguyễn Ái Quốc, le futur Hồ Chí Minh, eux aussi attachés aux idéaux de 1789.

Il est évident que ce détournement d’image n’enlève rien à la brutalité de l’acte répressif du 17 juin 1930. Il atteste, 80 ans après les faits, de ce besoin d’image, refusé par les autorités coloniales sur les massacres des milliers de révolutionnaires et de paysans (nationalistes ou communistes) lors des importantes révoltes de 1930 et 1931.

L’histoire contemporaine du Viêt-Nam, à la fois tumultueuse et complexe, est richement illustrée sur la toile. Cette histoire est d’autant plus riche en illustrations qu’il faut prendre garde à ce qui nous est donné à voir. Ce besoin d’images pour illustrer des périodes troubles de l’histoire doit de toute évidence nous faire réfléchir sur les sources iconographiques, l’utilisation de l’image sous toutes ses formes, son sens réel ou caché et sa circulation sur la toile.

François Guillemot, 28/03/2014.

 

* * *

Sur le même thème :

 

Pour citer cet article / To cite this article: François Guillemot, "Décryptage 3 : Besoin d’image, besoin de sens – à propos d’une image iconique associée à la lutte pour l’indépendance du Viêt-Nam," sur Mémoires d'Indochine, 28/03/2014. Lien : https://indomemoires.hypotheses.org/13963.

Việt Nam ! Việt Nam ! Việt Nam ! (Cablogramme de l’exécution)

[ndlr] Témoignage du journaliste Louis Roubaud sur l’exécution des 13 partisans nationalistes du VNQDD guillotinés à Yen-Bai le 17 juin 1930.

Viêt Nam ! Viêt Nam ! Viêt Nam !

(Cablogramme de l’exécution)

Yen-Bay, 17 juin, 6 heures du matin.

Viet Nam ! Viet Nam ! Patrie du Sud ! Patrie du sud !

Ici le petit jour réglementaire se confond avec la nuit. Il est 6 heures; il n’ y a pas vingt minutes que le soleil s’est annoncé en colorant de carmin le bois des Laquiers… et tout est fini.

Treize hommes ont subi le châtiment.

Cela se passait dans un pré qui aurait pu être un terrain de foot-hall et qui est encadré par quelques bâtiments neufs, sans  étage, propres et coquets, de style colonial: la caserne de la garde indigène, la maison des passagers… Je logeais dans la maison des passagers et j’ai été éveillé cette nuit par des voix, des ordres, des coups de marteau. On dressait la machine à cinquante mètres de ma chambre à coucher ! Je suis sorti en sandales et en pyjama et j’ai aperçu dans la cour de la caserne indigène de longues caisses rangées comme des dominos; j’en comptai quinze et je demandai :

– Ils sont donc quinze?

– Non, treize, mais le chiffre a été tenu secret jusqu’à la dernière minute et nous avons compté largement pour ne pas être pris au dépourvu.

Je suis rentré, je me suis étendu sous la moustiquaire, sur mon drap moite. Le travail était fini au milieu du pré. Les coups de marteau ont cessé, les voix se sont tues. Le silence s’est emparé de la nuit; les insectes se sont emparés du silence.

La sauterelle dit : « cricri » ; le margouillat dit : « tectec » ; le toquet dit : « tock qué » ; la cigale brise ses entrailles sonores et le crapaud buffle meugle comme un ruminant. Pourtant, ce vacarme est encore du silence lorsque nul être ne parle plus.

C’était une nuit d’été tonkinois, si chaude qu’on aurait voulu demander grâce, toute remplie d’humidité, empestée ou parfumée – on ne sait plus – par la pourriture végétale. Des cancrelats mordorés avaient entrepris l’ascension de mon lit, de stupides sauterelles se heurtaient contre l’ampoule électrique que j’avais laissé allumée.

Au bout d’une heure ou deux, les hommes sont revenus, mais on les entendait à peine : huit cents pieds nus de tirailleurs frappaient l’herbe. La garnison de Yen-Bay se rangeait en carré aux quatre limites du pré.

Je me suis habillé et j’ai rejoint un groupe d’Européens qui se tenaient devant le mur de la garde indigène. En face de nous, de l’autre côté du champ, derrière la haie des deux sections de tirailleurs et de la section de l’infanterie coloniale, je voyais le public indigène assez réduit et parfaitement silencieux.

A cinq heures moins cinq, le premier homme déboucha en haut du petit raidillon qui conduit de la prison à la prairie. Je dis : le premier homme, c’était plutôt un groupe : quatre fantassins coloniaux, baïonnette au canon, deux fantassins coloniaux sans armes, pour parer à la défaillance physique des suppliciés pendant le court trajet. La petite troupe était conduite par le résident de Bottini. Elle atteignit, au pas accéléré, cette chose qui était surgie peu à peu de l’ombre, qui s’était dessinée dans l’aurore et qui ressemblait à un agrès de gymnastique. La guillotine à ras de terre, une planche à peu près de la taille d’un homme, est dressée devant la lunette…

Les soldats s’écartent, Je petit supplicié en sarrau blanc apparaît. Alors, M. d ‘Hanoï, le bourreau annamite, lui met la main sur l’épaule et lui parle, il le conduit sans cesser de l’exhorter jusque devant la planche… qui bascule comme une trappe.

– Que lui a-t-il dit?
– Il lui a dit : n’aie pas peur, on ne sent rien…

Le petit groupe est retourné à la prison pour chercher le suivant.

Treize fois, M. de Bottini a interrompu l’homme en train de tirer avidement les bouffées de tabac noir par le tuyau de la pipe à eau, la caïdieu, et il a signé treize levées d’écrou.

Presque tous les condamnés avaient accepté, avec le verre de chum-chum, les bons offices des missionnaires, les pères Méchet et Dronet, qui leur proposaient de transmettre leurs dernières volontés à leurs familles; presque tous ont écrit une ultime lettre. Les deux derniers exécutés ont été Pho Duc Chinh, « Droit et Vertu » et N’guyen Thaï Hoc ou le « Grand Professeur ll. L’un était le lieutenant, l’autre le fondateur et président du parti nationaliste annamite.

Avant eux avaient expié : Bui le Conciliani, Bui le Messager, N’Guyen le Pacifique, Ha le laborieux, Duc le Mesquin, N’Guyen le Prospère, N’Guyen le Bienfaiteur, N’Guyen le Charitable, N’Guyen le Puits de pierres précieuses, Ngo le Séducteur, Do le Quatrième fils. Tous m’ont paru marcher sans forfanterie et mourir simplement .

Afin que le secret de l’exécution fût gardé jusqu’au dernier instant, les treize condamnés ont été transférés, pendant la nuit, d’Hanoï à Yen-Bay, par train spécial.

La machine est arrivée sournoisement, dans l’obscurité.

En ville, nul ne se doutait de rien. Le fourgon qui transportait la guillotine a croisé devant la place du marché une colonne de pitres et de clowns qui faisaient en musique la parade, dans les rues de la ville, pour attirer le public jusqu’à leur cirque ambulant.

Yen-Bay, 12 juin 1930, 12 heures.

Il était six heures, ce matin, lorsque je vous ai câblé. J’ai dû me hâter, je n’ai pu tout dire.

Avant l’aurore, autour de la machine éclairée par quelques lampes électriques, ceux qui avaient surveillé le montage parlaient pour attendre l’heure légale et parce que les minutes semblaient longues. Parmi eux se trouvaient quelques inspecteurs de police qui avaient voyagé cette nuit même d’Hanoï à Yen-Bay, dans le wagon de quatrième classe, avec les treize. Ils se communiquaient leurs impressions sur chacun. Pendant quatre heures de trajet, ils les avaient vus vivre leurs dernières heures. Des condamnés, liés par une main, deux à deux, conversaient familièrement entre eux avec ceux de leurs gardiens qui parlaient l’annamite et avec le père Dronet, l’aumônier de la prison d’Hanoï, qui avait entrepris de les catéchiser.

Du était lamentable et se prétendait innocent.

– C’est vrai ! appuyait Pho Duc Chinh, aussi vrai qu’il me faudrait trois têtes pour payer ma part, la tête de ce pauvre Du est de trop.

Deux autres agonisants, effondrés dans un coin, accroupis à la mode annamite, demeuraient silencieux, blêmes de peur. Mais les neuf autres s’efforçaient de s’encourager.

– Nous allons être bien accueillis à Yen-Bay, disaient-ils, nous allons trouver sur le quai de la gare nos chers camarades Hoang, Tiep, Thuyet et Luong !

C’étaient les noms de quatre hommes exécutés dans cette ville le 8 mai dernier.

– Nous ne sommes pas des criminels, mais des vaincus.

N’guyen, le Grand Professeur, discutait avec le père Dronet.

– Pourquoi voulez-vous que je me repente ? je ne regrette rien.

Et il citait les vers français :

Mourir pour sa patrie,
C’est le sort le plus beau,
Le plus digne d’envie…

Ngoc Thinh – Puits de pierres précieuses – s’informait auprès d’un inspecteur :

– Le sergent Bouhier est-il mort?

– Malgré les trente coups de coupe-coupe que tu lui as donnés, il s’est rétabli. Ce n’est pas de ta faute.

– Alors il est juste que je meure.

Ceux qui rapportaient ces paroles concluaient :

– Ce sont tous des orgueilleux; ils ont crâné toute la nuit.

Pourtant, le matin, avant l’aurore, le père Dronet et le père Mechet parvinrent à convaincre la plupart des intraitables. Dans neuf cellules, ils versèrent l’eau sur le front, déposèrent le sel sur la langue des neuf condamnés qui avaient accepté, peut-être pour prolonger leur vie de quelques minutes, d’être baptisés in extremis.

J’ai dit que pour aller de la prison au champ du supplice, les hommes, les mains liées derrière le dos, montaient un petit raidillon. Ce raidillon est surplombé par une sorte de talus, bordé d’une barrière de bambous et où s’élèvent des paillotes. Les habitants des quatre ou cinq maisons s’étaient groupés pour voir monter les condamnés. Lorsque passa Dao Van N’hit, un garçon de vingt ans que soutenaient deux robustes légionnaires, on entendit une voix de femme :

– 0 cha oi em oi!

C’était ]a mère. Ses paroles voulaient dire : Oh! hélas! mon petit enfant!

En arrivant sur la prairie, N’guyen Van Cuu, dit « Le Charitable », s’écria :

– Toi xin noi (je veux dire quelque chose)

Mais un légionnaire lui appliqua une main sur la bouche. Quelques instants après, Nguyen Van Thinh, « Le Prospère, » commença :

– Viet Nam…

Il fut bâillonné de même. Et de même encore les autres.

– Viet Nam !. .. Viet Nam !.. . Viet Nam !… Patrie du Sud !… Patrie du Sud !…

J’entendis cela plusieurs fois et le mot retentissait encore à mes oreilles lorsque j’aperçus le dernier condamné, Nguyen Thai Hoc, le Grand Professeur, le visage gras, une barbiche de lettré. Il souriait! d’un sourire simple, sans contrainte, et il saluait la foule en inclinant la tête. Lui aussi, d’une voix forte et bien timbrée entonna : « Viet Nam!… » et la main du légionnaire étouffa son cri.

• • •

Ayant vu mourir ces hommes, je suis allé cet après-midi dans la caserne, au fort, dans les petites villas d’officiers, où erraient encore les ombres d’autres suppliciés.

– Dans cette pièce obscure, me dit un officier, j’ai aperçu mon camarade Jourdan étendu. Il tenait à la main une lanterne électrique allumée dont le réflecteur était dirigé par un hasard tragique sur son visage. Je pris la lanterne, je secouai mon ami, il était mort.

Dans ce lit, Bouhier a été lardé au coupecoupe. Devant cette grille, le sergent Damour était étendu, le crâne scalpé, le ventre ouvert, les bras tordus…

Sous cette véranda, la pauvre petite Mme Robert, une jeune femme de vingt-quatre ans, avait traîné le corps de son mari, tué dans la salle à manger. Mme Robert a passé toute la nuit serrée contre le corps qu’elle ne voulait pas abandonner. De ses mains, elle comprimait sur le front du cadavre la cervelle jaillie d’une horrible blessure.

Viet Nam ! Viet Nam !… Patrie !… Cruelle Patrie

Louis Roubaud.

 

Réf. : Louis Roubaud, Viet-Nam, la tragédie indo-chinoise, Paris : Librairie Valois, Enquêtes, 1931, pp. 153-163.

Aperçu de la réédition de cet ouvrage (2010) sur Google Books