Archives par mot-clé : guerre du Viêt Nam

Hwang Sok-Yong, L’Ombre des armes – Recension de Julia Fournier

Recension de : Sok-Yong Hwang, L’ombre des armes, 1992, Édition Zulma, 2003, traduit du coréen, 672 pages.

La présence sud-coréenne dans la guerre du Vietnam

Sous le régime du dictateur Park Chung-Hee, la Corée du Sud participe aux côtés des États-Unis à la Guerre du Vietnam. L’envoi de troupes coréennes en septembre 1964 au Vietnam se fait en échange de promesses d’aides financières et d’investissements dans les consortiums internationaux par les États-Unis. Environ 300 000 soldats sud-coréens ont combattu, c’est le 2ème plus gros bataillon défendant le Sud-Vietnam après les États-Unis.

Trois divisions sud-coréennes d’intervention se distinguent : The Tiger Division, The Blue Dragons, et The White Horse. L’armée coréenne était redoutée des Vietnamiens et reconnue des Américains. En effet, sur le terrain les divisions coréennes pratiquent l’art martial du Taekwondo et usent de stratégies très bien coordonnées ne laissant aucune chance à l’adversaire. Des villages vietnamiens étaient réduits en cendre, et les chefs de villages exécutés et leurs corps disposés comme exemple. Une armée efficace mais cruelle.

Malgré la forte présence de l’armée coréenne dans la guerre du Vietnam, le grand public n’en a généralement pas connaissance. De même, les actes que les soldats sud-coréens ont commis ne sont pas connus ni enseignés dans les manuels scolaires des élèves sud-coréens. Il y a, encore aujourd’hui, une guerre de mémoire entre le Vietnam et la Corée du Sud sur ce sujet. Les victimes vietnamiennes attendent une reconnaissance.

Hwang Sok-Yong, un écrivain militant aujourd’hui incontournable

Hwang Sok-Yong est né en 1943 en Mandchourie alors occupée par l’armée japonaise. Il a passé son enfance en Corée du Nord et s’exile avec ses parents à Séoul en 1950. Il fait des études en philosophie à l’université de Dongguk et est emprisonné en 1954 pour des raisons politiques. En 1966-1967, Hwang Sok Young a 23 ans et est envoyé combattre à contrecœur aux côtés des Américains dans la guerre du Vietnam. Il a combattu avec le contingent coréen à Da Nang.

« Quelle différence peut-il bien y avoir entre la génération de mon père enrôlée au sein de l’armée japonaise pour servir les ambitions impériales japonaises, et ma génération, mêlée à la guerre du Vietnam aux côtés des Américains pour établir « un axe américain » en Extrême-Orient pendant la Guerre Froide? » (Hwang Sok-Yong, The Old Garden, Seven Stories Press, page 540).

Au Vietnam Hwang Sok-Yong a fait partie d’une unité chargée du « nettoyage ». C’est à dire de l’effacement des preuves de massacres civils, en contact constant avec la mort et en témoin direct de massacres. Il écrit La pagode en 1970 basée sur ces expériences et remporte le prix littéraire du Chosun Ilbo (nom d’un journal sud-coréen).

En 1970, il publie notamment la nouvelle Monsieur Han, histoire d’une famille séparée par la guerre de Corée. C’est son livre le plus connu et celui qui ouvre sa carrière littéraire. En 1974, il édite un recueil de trois nouvelles Sur la route de Sampo puis une nouvelle Jang Gil-san qui fut publiée entre 1974 et 1984 en série dans un quotidien. Hwang Sok-Yong écrit des romans faisant parabole aux évènements historiques qu’il a vécu ainsi qu’à ses expériences personnelles. Bien que fictives, ses œuvres sont des témoignages indirectes et des best-sellers en Corée du Sud. Dans les années 80, Hwang Sok-Yong écrit aussi pour le théâtre, coordonne des écrivains contre la dictature de Park Chung-Hee et lance une radio clandestine et participe au soulèvement démocratique de Gwanju. En 1985, sort enfin L’ombre des armes, traduit en français en 2003. Il se rend à Pyongyang en 1989 pour soutenir des intellectuels nord-coréens puis s’exile à New-York car la loi sud-coréenne interdisait tout contact avec des Nord-Coréens. Il rentre à Séoul en 1993 et est tout de suite emprisonné pour atteinte à la sécurité nationale. Il est libéré en 1998 après les demandes d’organisations internationales et par la grâce du nouveau président Kim Dae-Jung. Il est aujourd’hui considéré comme un auteur classique incontournable et a reçu de nombreux prix internationaux.

L’Ombre des armes, un roman « total »

L’Ombre des armes est une œuvre imposante (670 pages tout de même) publiée en feuilleton en 1983 dans le mensuel Wolgan Joseon, puis en deux volumes en 1985 et 1988. Hwang Sok-Yong a attendu le départ du dictateur Chun Doo-Hwan et une libéralisation du régime pour publier le second volume. Cette dernière version de 1992 est traduite en français en 2003 par Lim Yeong-He, Françoise Nagel et Marc Tardieu. Ce récit, prenant la forme d’un roman, est basé sur l’expérience personnelle de l’auteur au Vietnam. Dans son œuvre, il aborde « l’ombre des armes », c’est à dire, ce qu’il se passe pendant la guerre du Vietnam derrière les confrontations armées : l’organisation, la logistique, l’économie ; mais aussi les confrontations d’idéaux qui se déroulent chez chacun, le non respect des règles et les limites de l’acceptable. En effet, Hwang Sok-Yong ne se concentre pas sur le carnage qui a eu lieu pendant la guerre (cependant les personnages n’échappent pas complètement à ce carnage inexorablement présent) mais il zoome sur l’aspect économique de la guerre : le marché noir. En changeant de chapitre, on change de personnage et nous voyons les choses de leur point de vue. Ainsi on a l’occasion de croiser différents personnages vietnamiens, américains et sud-coréens de différents milieux. On suit un jeune caporal sud-coréen, Ahn Yeong Kyu, affecté à Da Nang au département d’enquête des Forces Alliées. Il découvre le marché noir du port de Da Nang et la guerre économique qui s’y déroule. Il est à considérer comme le personnage principal. Il croise Pham Quyen, un commandant de l’armée sud-vietnamienne et son frère engagé dans les rangs viêt-congs. D’autres personnages les accompagnent tout au long du récit, des supérieurs, de la famille, des amours, des compagnons d’armes et collègues.

Marines sud-coréens en opération pendant la guerre du Viêt-Nam © DR

L’auteur ayant vécu une expérience proche de celles de ces personnages, les descriptions peignent un décor qu’il est facile de s’imaginer. L’auteur donne de l’importance aux gestes des personnages et peut consacrer une page à la description de la manière dont un personnage va se déshabiller, va conduire sur un trajet ou va se faire un café. Ces descriptions comportent toujours des détails qui apprennent de nouvelles choses au lecteur et l’aide à comprendre le monde dans lequel évoluent les différents personnages. Pour reprendre les exemples précédents, lorsque Ahn Yeong-Kyu retire son habit militaire usé qu’il a porté au combat, se lave, puis enfile une tenue de civil, un changement radical va s’opérer chez lui. Le personnage change de monde, d’apparence, de statut, de métier, de manière de communiquer verbalement et physiquement, d’identité et d’idéologie. La description d’un trajet en voiture va révéler des informations sur l’organisation militaire, l’état des routes et le déroulement des contrôles que les lecteurs n’auront jamais croisé ailleurs. Ce qui choque dans l’intrigue du livre d’Hwang Sok-Yong, ce sont les relations entre les Américains soldats et trafiquants en même temps, avec les Coréens présentés tantôt comme les  égaux des Américains, tantôt comme les frères des Vietnamiens.

★ ★ ★

 

L’ombre des armes  est très bien accueilli par les critiques français qui y voient une œuvre qui se démarque des autres, autant pour ce qu’elle raconte que pour son style littéraire. La personnalité originale de Hwang Sok-Yong ajoute à la singularité du livre. En effet, bien qu’il existe de nombreux livres sur la guerre du Vietnam, rare sont ceux évoquant la présence de l’armée sud-coréenne et encore plus rare ceux décrivant avec un tel réalisme le marché noir qui s’opérait derrière les affrontements armés.

En effet, ce livre a marqué les esprits des critiques. Ici, un extrait des dernières lignes d’un article de Lionel Besnier dans la revue Page en 2003 sur le roman :

« Ce roman n’est pas de guerre ou sur la guerre. Il parle d’hommes et de femmes pris dans la radicalisation de l’Histoire dans un pays de veuves, de prostitution et de trafics. Celui des armes reste dans l’ombre et dévore le reste. Un livre de référence. »

Le livre de Hwang Sok-Yong dénonce l’impérialisme américain et est emprunt d’actualité. Le sujet du marché noir en temps de guerre n’est que peu abordé aujourd’hui bien qu’il soit de pair avec l’intervention militaire des États-Unis dans un pays.

J’ai personnellement apprécié le livre. Et bien qu’il soit long, une fois qu’on l’a rouvert on se retrouve plongé auprès du personnage, curieux d’en apprendre plus sur les exactions commises et l’évolution des personnages dans ce milieu sans règles. Le style littéraire de Hwang Sok-Yong est convaincant et mêle souvenirs réels et fictions au suspens policier.

Julia Fournier

Références :

  • Lionel Besnier, « Hwang Sok-Yong », Page des libraires, n°83, juin-juillet-aout 2003.
  • André Clavel, « Un soldat sud-coréen englué dans la guerre du Vietnam », Le Temps, 31 mai 2003.
  • André Clavel, « Des matins pas si calmes », L’Express, 24 juillet 2003.
  • Claude Combet, « A l’ombre de la guerre du Vietnam », Livres Hebdo, 11 avril 2003.
  • Philippe Pons, « Corées, Vietnam, les perditions parallèles », Le Monde, 4 juillet 2003.
  • François Kasbi, « L’ombre des armes », Magazine littéraire, n°422, juillet-aout 2003.
  • Notice « Hwang Sok-yong », Wikipédia, mise à jour en novembre 2017.
  • RFI, « Guerre du Vietnam: les Sud-Coréens accusés de violences sur des civils », 22 mai 2015.
  • Lina Sankari, « Vietnam-Corée. La guerre sans fin des mémoires », L’Humanité, 6 février 2017.

Image « à la une » : Marines sud-coréens préparant une position défensive près de Tuy Hoa © Wikipedia  Larsen, Stanley Robert; Collins, James Lawton Jr. (1975) Vietnam Studies: Allied Participation in Vietnam, Washington, D.C.: Department of the Army, p. 137 Retrieved on 27 March 2007.

Julia Fournier est étudiante en Master 2 Asie orientale contemporaine (ENS de Lyon et Sciences Po Lyon). Tout d’abord intéressée par le Japon et les enjeux des mémoires de guerre, elle s’est ensuite tournée vers la Corée du Sud, un pays aux problématiques multiples encore peu étudié en France. Elle effectue actuellement une mobilité académique en Corée du Sud à Séoul.

Olga Dror : The Author and her Work [about Nha Ca]

[ndlr] A l’occasion des cinquante ans de l’Offensive du Têt, relisons l’article historique d’Olga Dror en introduction du témoignage de Nha Ca paru en 1969 et traduit en anglais en 2014 (p. xv-lxv).

Réf. : Nha Ca, Mourning Headband for Hue. An Account of the Battle for Hue, Vietnam 1968, Indianapolis, Indiana University Press, 2014. Translated with an Introduction by Olga Dror.

 

Panel discussion : The Tet Offensive – Lessons from the Campaign After 50 Years (CSIS)

[ndlr] Annonce du CSIS sur un panel consacré à l’Offensive du Têt.

The Project on Military and Diplomatic History cordially invites you to

The Tet Offensive: Lessons from the Campaign After 50 Years

Continuer la lecture de Panel discussion : The Tet Offensive – Lessons from the Campaign After 50 Years (CSIS)

Conference Call for Papers and Panels : “1968 and the Tet Offensive”

[ndlr] Annonce du Vietnam Center & Archive.

Conference Call for Papers and Panels

“1968 and the Tet Offensive”

April 27-28, 2018, Lubbock Texas

The Vietnam Center and Archive (VNCA) and the Institute for Peace & Conflict (IPAC) at Texas Tech University are pleased to announce a conference focused on the year 1968 and the Tet Offensive. We expect in this conference to approach these historical events in the broadest possible manner by hosting presenters who examine diplomatic, military, international regional, and domestic aspects of the Vietnam War during that year, as well as the strategic and tactical decision-making and actions that led up to and followed the Tet Offensive. This will include presentations that look at all participants to include the US, RVN, DRV, NLF, and the numerous allies and other nations involved. We will also strongly encourage presentations that examine the antiwar and peace movements at home and abroad, the efforts to support the war effort, and the efforts to end the conflict through international diplomacy, as well as military and diplomatic means in Vietnam and Southeast Asia.

Recent and emerging scholarship on the Tet Offensive and on 1968, more broadly, is refocusing much needed attention on some of the pivotal events that took place during that fateful year. In late November 1967, General William Westmoreland publicly conveyed his optimism regarding eventual US victory in Vietnam, helping President Johnson to buoy flagging US popular and political support for the war effort. In the aftermath of the Tet Offensive, as fighting broke out in every major city throughout the entirety of South Vietnam, many started to doubt the veracity of those previous claims, including prominent politicians and members of the American media.

Attention within the US came to focus on some of the more brutal battles that emerged as US Marines fought to retake Vietnam’s ancient Imperial city in the Battle for Hue and they came under heavy fire during in the Siege of Khe Sanh. As the fighting intensified in Vietnam, so it did in the streets and on campuses across America, as critics of the war continued their calls for an immediate US withdrawal and an end to the war. So powerful was the effect of these events that on March 31, President Johnson announced that he would not seek reelection – adding to the leadership changes already in play with the departure of Robert McNamara as Secretary of Defense in late February and the emergence of General Creighton Abrams and departure of General Westmoreland as commander of US forces in Vietnam in June. The violence that year included some of the most horrific wartime atrocities committed against civilians in Vietnam, including the Hue Massacre and the My Lai Massacre, while violence in the US claimed the lives of nationally prominent figures, such as Martin Luther King, Jr., and Robert F. Kennedy. The presidential election that year witnessed last-minute attempts by the Johnson administration to end the war in Vietnam sabotaged by the Nixon campaign.

By the end of 1968, approximately 550,000 Americans engaged in more than 200 major combat operations, dropped more than 500,000 tons of bombs, and the overall financial costs of the war for that year alone totaled approximately $20 Billion. 1968 resulted in the highest numbers of casualties in a single year with more than 16,000 Americans and approximately 100,000 Vietnamese killed on all sides. All the while, the North Vietnamese and NLF fought on. With a new president and leadership team preparing to take over in January of 1969, innumerable questions remained as to whether a US victory could be achieved in Vietnam.

This two-day conference will be hosted at the MCM Elegante Hotel and Suites in Lubbock, Texas. Conference organizers welcome both individual presentation proposals as well as pre-organized panel proposals that include a moderator/commentator and three individual presentations. Conference sessions will follow the standard 90-minute format to include 60 minutes for presentations (20 minutes per presentation) followed by 30 minutes for questions and discussion. Presentations by veterans are especially encouraged as are presentations by graduate students. Graduate student travel grants will be made available to select students. All presentations will be video recorded and made publicly available after the conference via the Vietnam Center and Archive website. Select papers may also be published in a collection by the TTU Press.

Proposal submission deadline is February 15, 2018

Please submit a 250 word abstract and separate two-page CV/resume to 1968vietnamconference@gmail.com. The program committee of Ron Milam, Steve Maxner, Justin Hart, Dave Lewis, and Laura Calkins will evaluate all paper proposals and develop a program that reflects the many remarkable aspects of 1968. If submitting a panel proposal, please include separate abstracts for each proposed presentation and CVs/resumes for each speaker.

Thank you for your interest in participating in this conference.

 

Contact Email: justin.hart@ttu.edu

Source : https://www.vietnam.ttu.edu/events/2018_Conference/

Illustration « à la une » : photo de couverture du magazine Life, 9 février 1968 : « A guerilla is taken alive during the Ambassy battle » © 1968 Life.

Merrill A. McPeak : Bombing the Ho Chi Minh Trail

[ndlr] Article paru dans le New York Times le 26 décembre 2017, descente aux enfers sur la Piste Hô Chi Minh.

I spent 1967 flying air shows with the Thunderbirds, the Air Force aerobatic team, and worrying the war in Vietnam would be over before I got there. All my fighter pilot buddies were in the thick of it, and here I was in front of friendly crowds instead of enemy troops — recruiting duty instead of combat — and in an assignment I couldn’t leave before completing a two-year tour.

I needn’t have worried; the war would wait for me. When my turn came, I logged 269 sorties, many of them highly classified because we weren’t supposed to be flying over Laos. But we were, and my outfit’s job was to stop traffic down the Ho Chi Minh Trail.

Interestingly, the North Vietnamese didn’t call it the Ho Chi Minh Trail. It twisted through the Truong Son Mountains of the Central Highlands, which run nearly the length of Vietnam along its border with Laos and Cambodia. For the North, the trail was either the Truong Son Strategic Supply Route, or Highway 559, numerals that memorialized the month (May) and year (1959) the government of North Vietnam reached a formal decision to provide active support to the insurrection in the South.

Hanoi could never have sustained military operations in the South without a way to send men and supplies into the region. Of course, neither could we. We built an impressive, modern infrastructure — air bases, port facilities, pipelines, the huge supply depot at Long Binh.

Meanwhile, starting in the late 1950s, North Vietnam appropriated a piece of Laotian real estate the size of Massachusetts and constructed an infrastructure that in many ways mirrored ours: hundreds of miles of road, communications centers, ammo dumps, stockpiles of food and fuel, truck parks, troop bivouacs. The North Vietnamese did this in a much more difficult environment: a sparsely populated region of rugged mountains, triple-canopy jungle and dense primeval rain forest. It was one of history’s great achievements in military engineering, and all of it hidden from sight except for the trace of the road itself.

Lire la suite : New York Times

Illustration « à la une » : Merrill McPeak in Vietnam © NYT

Pierre Asselin : Vietnam’s American War – A History

[ndlr] Parution le 11 janvier 2018 du nouvel ouvrage de Pierre Asselin portant sur la conduite de la guerre vue de Hanoi.

Communist forces in the Vietnam War lost most battles and suffered disproportionally higher casualties than the United States and its allies throughout the conflict. The ground war in South Vietnam and the air war in the North were certainly important in shaping the fates of the victors and losers, but they alone fail to explain why Hanoi bested Washington in the end. To make sense of the Vietnam War, we must look beyond the war itself. In his new work, Pierre Asselin explains the formative experiences and worldview of the men who devised communist strategies and tactics during the conflict, and analyzes their rationale and impact. Drawing on two decades of research in Vietnam’s own archives, including classified policy statements and reports, Asselin expertly and straightforwardly relates the Vietnamese communist experience – and the reasons the war turned out the way it did.

Continuer la lecture de Pierre Asselin : Vietnam’s American War – A History

Cody J. Foster : Did America Commit War Crimes in Vietnam?

[ndlr] Dans la série « Vietnam ’67 », un article à lire sur le tribunal Russell organisé par des intellectuels européens pour dénoncer la guerre menée par les Américains au Viêt-Nam.

Continuer la lecture de Cody J. Foster : Did America Commit War Crimes in Vietnam?

Séminaire « Mémoires d’Indochine » 2017 : séance 7

Année universitaire 2017-2018 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Récits de vie, histoire et littérature : connexions et déconnexions

★ ★ ★

Expériences métisses

Séance 7 : mercredi 15 novembre 2017– salle D4.024

Cette dernière séance du séminaire est consacrée à la question des métis en Indochine sous la colonisation française puis pendant la guerre du Viêt-Nam. En compagnie de Nastassia Sersté nous évoquerons les destins d’enfants métis à travers plusieurs œuvres, roman ou récits autobiographiques. Nous nous positionnerons ainsi du côté de celles et ceux qui furent marginalisés ou discriminés du fait de leur double appartenance culturelle ou sociale.

La seconde partie du séminaire, dédiée aux exposés oraux, reviendra sur la question du déroulement de la guerre du Viêt-Nam à travers l’expérience sud-coréenne et l’analyse du long documentaire de Ken Burns et de Lynn Novick qui a fait débat.

Nastassia Sersté est historienne, reçue à l’agrégation d’histoire en 2015. Elle a fait ses études en Belgique à l’Université catholique de Louvain. En 2016, elle a commencé son doctorat à l’Université de Rouen (France) dans le cadre du projet international et interdisciplinaire ChiBOW (Children Born of War – Past, Present and Future) soutenu par l’Union Européenne au sein du programme Marie Curie Horizon2020. Sa recherche porte sur les Enfants de la Guerre du Vietnam (1955-1975) accueillis en France, en particulier l’expérience de vie des enfants métis nés de père soldat étranger et de mère locale vietnamienne. Ainsi, son étude touche principalement aux domaines de l’histoire diplomatique, l’histoire internationale, l’histoire culturelle, l’histoire sociale et de moindre mesure l’histoire militaire. Sa méthodologie combine travail archivistique et Histoire orale.

★ ★ ★

Exposés oraux


  • Hwang Sok-Yong, L’ombre des armes, Paris, Éditions Zulma, 2003.

Exposé de Julia Fournier

Présentation de l’éditeur : Zulma

En pleine guerre du Viêt Nam, Ahn Yeong-kyu, jeune caporal de l’armée coréenne, est affecté à Da Nang, au département d’enquête des forces alliées. Il est chargé de la surveillance du marché noir, qui fait rage…


  • Documentaire The Vietnam War de Ken Burns & Lynn Novick, PBS en association avec ARTE France, 2017.

Exposé de Manon Barret

Site de l’éditeur dédié au film : PBS

Présentation du film documentaire à Columbia University : The Vietnam War: A Film by Ken Burns and Lynn Novick


★ ★ ★

Sources mobilisées :

Duyên Anh, La colline de Fanta, Paris, Pierre Belfond, 1989, ouvrage réédité par Fayard, coll. « Les enfants du fleuve », 1995 (Traduit du vietnamien par Tran Van Nghiêm et Ghislain Ripault) et adapté au cinéma par Rachid Bouchared, Poussières de vie (1994), bande-annonce ci-dessous.

Kim Lefèvre, Métisse Blanche, Paris, B. Barrault, 1989, L’Aube poche, 1989, réédité chez Phébus, 2008.

Kien Nguyen, The Unwanted: A Memoir of Childhood, Boston, Little, Brown & Company, 2002. Ouvrage traduit en français sous le titre La nuit nous a surpris (Denoël, 2001).

 

Image « à la une » : photos de Kim Lefèvre et de Kien Nguyen enfants en couverture de leur récit autobiographique © DR

George J. Veith & Merle Pribbenow : The Return to War: North Vietnamese Decision-Making, 1973-1975

[ndlr] Parution en ligne d’une étude de George J. Veith et Merle Pribbenow sur la reprise de la guerre après les Accords de Paris de 1973.

Edited and Annotated by George J. Veith
Translations by Merle L. Pribbenow

November 2017

In support of the Cold War International History Project’s efforts to facilitate the release of historical materials from governments on all sides of the Cold War, we have compiled 80 primary source documents dealing with North Vietnam’s decision-making from the signing of the Paris Peace Accords in January 1973 until the end of the war, April 1975. The documents are appended to this Working Paper and accessible on DigitalArchive.org.

Much of this declassified information formed the basis for the book, Black April: The Fall of South Vietnam, 1973-1975. This array of cables, memoranda, and directives provides a fascinating glimpse inside Hanoi’s choice in 1973 to return to war—despite having just signed the Paris Peace Accords. The files deliver insights into how the Politburo of the Vietnamese Workers’ Party, and its major command in the southern half of South Vietnam known as COSVN, viewed the situation after the accords. These documents clarify, to some extent, Hanoi’s decision to resume armed conflict in the south. They further outline Hanoi’s preparations in 1974 for launching a new offensive and the goals the Politburo wished to achieve, as well as the detailed military planning aimed at defeating South Vietnam. In the 1975 time-frame, the documents provide unique insights into how Hanoi’s military commanders managed the campaign that led to the rapid collapse of South Vietnam.

While this collection is voluminous, the author of and translator for this Working Paper did not include every document released by the editors of the volumes cited in the bibliography. We reviewed each document in various Vietnamese Communist publications, but only chose to translate those directly related to the fall of South Vietnam or those which provided information of broader and significant historical interest. Thus, many documents from the volumes of the Van Kien Dang series (a massive collection of nearly 40,000 pages of mostly internal Vietnamese Communist Party documents) were not translated and included in this Working Paper simply because they dealt with mundane party or economic affairs.

Although this set of documents cannot be considered definitive, it does provide one of the most detailed views of Vietnamese Communist decision-making ever unveiled for a specific period. However, the materials included in this study are almost exclusively documentary, as we chose not to incorporate information from the numerous memoirs, battle studies, or unit histories. We did, though, feature some secondary materials from the 1973 time-frame solely to help illuminate the thin documentary record on the Politburo’s decision to resume armed conflict in the South. While these other sources do generally agree on the Politburo’s review and approval process to resume the war, we suspect that the decision was not as smooth or unanimous as the Party portrays, especially after achieving a spectacular military victory in 1975.

Lire la suite : Wilson Center

Ou cliquer sur l’image ci-dessous pour accéder au PDF en ligne :

George J. Veith is the author of three books on the Vietnam War, including Code Name Bright Light: The Untold Story of U.S. POW Rescue Efforts during the Vietnam War (1998) and Black April: The Fall of South Vietnam, 1973-1975 (2013).

Merle Pribbenow is a former CIA officer who served in Vietnam from April 1970 to April 1975, and is the translator of Volume 2 of the history of the People’s Army of Vietnam, which was published by the University of Kansas Press as Victory in Vietnam: The Official History of the People’s Army of Vietnam, 1954-1975 (2002).

Séminaire « Mémoires d’Indochine » 2017 : séance 3

Année universitaire 2017-2018 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Récits de vie, histoire et littérature : connexions et déconnexions

★ ★ ★

Guerres directes et indirectes

Séance 3 : mercredi 4 octobre 2017 – salle D4.070 (IAO)

« La guerre, comme l’amour, ne se raconte pas » écrit Phan Huy Duong le traducteur de Bao Ninh. Alors que la guerre fait rage au Viêt-Nam pendant plus de trente ans, elle a varié en intensité. La guerre à Cantho, dans le delta du Mékong, n’est pas la même qu’à Danang. Dien Bien Phu, le Verdun vietnamien, s’écrit aujourd’hui à hauteur d’hommes avec de la peur et des larmes. La guerre vue de Saigon reçoit les échos des brutalités commises par les hommes en armes dans les deltas et dans la jungle. Les petites « guerres » qui se déroulent sur les campus américains, japonais ou européens en forment des échos indirects et lointains. Hanoi sous les bombardements de 1972 ou la Piste Ho Chi Minh sous les nuages de défoliants et sous les orages de feu ont laissé des traces profondes dans les récits de ceux qui l’ont vécu. Pour l’écrivain Bao Ninh, un des premiers à briser le tabou de l’héroïsme officiel, la guerre n’est que dévastation et reste à toujours sans vainqueurs. A travers quelques textes, nous explorons ce qu’en disent les écrivains et comment la déchirure s’exprime.

Sources mobilisées :

  • Bao Ninh, Le chagrin de la guerre, Arles, Philippe Picquier, 1994, p. 15-27.
  • Nha Ca, Les canons tonnent la nuit, Arles, Philippe Picquier, 1997, p. 103-150.
  • Vu Bao, « Le héros qui pissait dans son froc », dans Le héros qui pissait dans son froc, La Tour d’Aigues, L’Aube, 1996, p. 51-62.

 

Quelques récits accompagnants cette séance :

Dang Thuy Trâm, Les carnets retrouvés, 1968-1970, Arles, Philippe Picquier, 2010.

Dao Thanh Huyen et al., Dien Bien Phu vu d’en face. Paroles de bô dôi, Paris, Nouveau Monde éditions, 2010.

Lê Cao Dai, C’était au Tây Nguyên. Journal de guerre d’un chirurgien nord-vietnamien, 1965-1973, Hanoi, Editions The Gioi, 2006.

Ngo Van Chieu, Journal d’un combattant Viêt-Minh, Paris, Seuil, 1955.

  • Portrait de Phan Nhat Nam : Phan Nhật Nam (1943) is a writer, known as South Vietnam’s most famous war reporter.

 

Analyses du roman de Bao Ninh :

Doan Cam Thi, « Le Chagrin de la guerre » ou l’impossible autobiographie, La Revue des Ressources, mardi 1er février 2011.

Phan Huy Duong, « Une douleur sans perspective », in Bao Ninh, Le chagrin de la guerre, Arles, Philippe Picquier, 1994, p. 5-14.

 

Image « à la une » : « Guerre en Asie » par FX et illustration photographique de l’agence Sputnik, La piste Ho Chi Minh.