Archives par mot-clé : guerre du Viêt Nam

Cao Xuân Huy – En mars, fusils brisés – Recension de Pierre Brocheux

Première recension du témoignage de Cao Xuân Huy par l’historien Pierre Brocheux.

Cao Xuân Huy, En mars, fusils brisés, Paris, Riveneuve 2021, 243 p. (traduit du quôc ngu par Emmanuel Poisson)

Un historien du Vietnam ne peut pas passer à côté de ce livre et l’ignorer. Non pas qu’il soit le premier livre concernant la guerre du Vietnam (celle dite de réunification) où deux états vietnamiens s’affrontèrent après la trêve instaurée par les Accords de Genève (rappelons qu’il s’agissait d’accords de cessez le feu et non de paix). D’un côté la République démocratique du Vietnam (dite communément Nord Vietnam fondée en 1945) et la République du Vietnam (dite communément Sud Vietnam proclamée en 1955). La première dirigée par le parti communiste vietnamien disposait d’une armée aguerrie par neuf années d’hostilités contre le Corps expéditionnaire français et consacrée par la victoire de Dien Bien Phu (1954). La seconde était le produit du “contre-feu nationaliste”que les Français avaient organisé et armé avec l’aide des États-Unis, avec le but affiché de barrer la route au communisme soviétique. Les fondateurs et artisans de la Viêt Nam Công Hoa devaient créer un état moderne, et rappelons nous que le juriste français Georges Vedel disait « un état c’est d’abord l’ armée ».

Celle que créa la République du Vietnam fut défaite quinze ans après que le parti communiste ait décidé de relancer la « lutte armée » dans le Vietnam méridional (#1960).

Les historiens de la Vietnam War ont étudié l’Armée républicaine (ils sont cités par les éditeurs du livre dans la préface) mais le livre de Cao Xuan Huy ne se situe pas dans le même registre que les thèses universitaires ou les documentaires filmés. Celles-ci sont des histoires d’en-haut ; l’officier sud-vietnamien Cao Xuan Huy nous conte un récit « d’en-bas », dans un moment crucial pour ne pas dire décisif, dans les derniers jours pour ne pas dire les dernières heures de la République du Vietnam . Il combat dans un corps d’élite de l’ARVN (Armée de la république du Vietnam) qui se bat aux environs de Huê alors que les hauts plateaux sont déjà tombés aux mains de l’Armée populaire. Lui et ses camarades sont capturés après avoir été les acteurs et témoins d’une débâcle infernale.

Son récit n’a rien de littéraire, le langage est cru, il est le cri d’un désespéré qui a vu se confondre incapacité, humanité et bestialité dans ses propres rangs. Même si son livre fut rédigé des années plus tard, on sent que l’auteur a porté cette tragédie en lui après qu’il ait été libéré du camp de prisonniers.

Les préfaciers mettent en parallèle ce livre avec celui d’un combattant “nordiste” Bao Ninh dont le récit fut en rupture complète avec l’exaltation d’une guerre héroïque pour une juste cause. Le sudiste comme le nordiste, Abel et Caïn, se rejoignent en mettant à nu le visage sombre de la brute humaine.

Reste deux questions. L’une existentielle et historique : pourquoi une armée équipée à l’américaine (comme l’armée nationaliste chinoise dans les années 1949, comme l’armée afghane aujourd’hui en 2021), est défaite ?

La seconde est essentielle et philosophique : pourquoi cette guerre intestine et fratricide ? Ceci m’a conduit à relire Victor Hugo :

L’homme ivre d’un affreux bruit,

N’a plus d’autre intelligence que le massacre et la nuit

On pourrait boire aux fontaines,

Prier dans l’ombre à genoux,

Aimer, songer sous les chênes ;

Tuer son frère est plus doux.

Pierre Brocheux

Cao Xuân Huy – En mars fusils brisés [parution]

Un témoignage dur comme la guerre et la déroute. A ne pas manquer. Présentation de l’éditeur.

En mars 1975, un mois avant la prise de Saigon par les soldats communistes du Nord, le jeune lieutenant Cao Xuân Huy est fait prisonnier près de Huê. Il relate la retraite et l’annihilation d’une des meilleures unités sud-vietnamiennes, la division de Marines, qui défend le 17e parallèle. Ce texte autobiographique, cru et sans complaisance, n’est pas sans rappeler Henri Barbusse ou Ernst Jünger. Rien ne manque au récit apocalyptique d’une armée en déroute : combats d’arrière-garde, exécutions sommaires, trahisons et lâchetés. Cao Xuân Huy le fait avec une candeur absolue, racontant même comment, lors d’une bousculade, il parvient à se frotter aux seins de ses gardiennes viêt-công. Son témoignage fera scandale par sa fraîcheur et sa véracité dans la communauté amère des exilés sud-vietnamiens. De cette guerre du Viêt Nam, le lecteur occidental connaît surtout les témoignages des “vainqueurs”, même critiques, comme celui de Bao Ninh.

Lire Cao Xuân Xuy, c’est écouter la voix déchirante d’un “vaincu”.

Source : https://www.riveneuve.com/catalogue/en-mars-fusils-brises-2/

Saigon Social Science Hub – Tales of three National liberation fronts: oral histories of the wars in Indochina, Algeria and Vietnam (3 FÉVRIER 2021)

Annonce de la 3e conférence du Saigon Social Science Hub à Hô Chi Minh-Ville. Présentation du programme ci-dessous.

Page Facebook du SSSH : https://www.facebook.com/pages/category/School/Saigon-Social-Sciences-Hub-SSSH-101791245106715/


Les prochains événements :

3 février 2021 : Tales of three National liberation fronts: oral histories of the wars in Indochina, Algeria and Vietnam
23 février 2021 : Printing and Editing networks in the Mekong delta during the colonial period (1907-1945).

Contact :
Olivier Tessier, responsable de l’antenne EFEO à Hồ Chí Minh ville.

“Mémoires d’Indochine” 2020 : séance 7

Année universitaire 2020-2021 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

« Mémoires online : commémorations officielles et récits alternatifs »

Montagnards armés des hauts-plateaux du centre du Viêt Nam © 1962 AP wire photo / collection FG

★ ★ ★

Ethnies minoritaires en danger et formations religieuses sous contrôle : histoires et mémoires de groupes “subalternes”

Séance 7 : mercredi 2 décembre 2020 (visioconférence)

Pendant la longue période de la décolonisation et d’accession à l’indépendance, les populations de la péninsule indochinoise ont enduré des guerres civiles particulièrement meurtrières au sien desquelles les ethnies minoritaires ont dû se positionner. Les belligérants de part et d’autre ont en effet recruté, utilisé, formé des bataillons composés de membres de différentes ethnies et ont partitionné leur territoire. Pendant la guerre d’Indochine puis la guerre du Viêt-Nam, des groupes ethniques se sont mobilisés pour former des fronts de résistances montagnards (Thai, Nung, Barajaka, FULRO…) dans le but de préserver leur territoire et leurs identités plurielles face aux hégémonies locales. D’autre groupes comme les Hmongs au Laos ou les Nungs au Viêt-Nam ont joué un rôle clé dans la guerre.

La religion a de façon plus subtile été également partie prenante de ces conflits. Les années soixante dans le Sud du Viêt-Nam sont connus pour avoir traversé une crise importante entre catholiques et bouddhistes et d’autres groupes comme les bouddhistes Hoa Hao, les protestants ou encore les musulmans de l’ethnie Cham ont moins retenus l’attention des observateurs pendant la période de la guerre. Le front montagnard FULRO a également été au cœur de l’actualité de la République du Viêt-Nam entre 1964 et 1975. Les problématiques liées à l’existence de ces groupes ethniques, parfois avec une dimension politico-religieuse (cas des nouvelles religions : caodaïsme et bouddhisme Hoa Hao dans le delta du Mékong), a néanmoins ressurgi à l’heure de la mise en place des Etats post-coloniaux unifiés sous l’égide des partis communistes.

L’historiographie s’est encore assez peu intéressée à la trajectoire particulière de ces minorités ethniques ou religieuses, en marge ou au cœur des guerres d’indépendance. Cette séance proposera un survol des enjeux actuels et mémoriels autour des questions ethnico-religieuses en péninsule indochinoise.

La seconde partie de la séance est consacrée au dernier exposé.

Lectures :

Bruneau Michel, « Évolution des étagements ethnopolitiques dans les montagnes sino-indochinoises », Hérodote, 2002/4 (N°107), p. 89-117. DOI : 10.3917/her.107.0089. URL : https://www.cairn.info/revue-herodote-2002-4-page-89.htm

Jammes Jérémy, Sorrentino Paul, « Géopolitique des religions au Viêt Nam. Les voies multipolaires d’une société civile confessionnelle », Hérodote, 2015/2 (n° 157), p. 112-125. DOI : 10.3917/her.157.0112. URL : https://www.cairn.info/revue-herodote-2015-2-page-112.htm

Corpus d’ouvrages accompagnant la séance.

Exposé de Clémence-Leïla AITOUT :

Gerard C. Hickley, Free in the forest : ethnohistory of the vietnamese central highlands 1954-1976, London, Yale University Press, 1982.


Image « à la une » : Rizières en terrasse de Sapa © 1996 FG

« Mémoires d’Indochine » 2020 : Séance 6

Année universitaire 2020-2021 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

« Mémoires online : commémorations officielles et récits alternatifs »

★ ★ ★

Filles d’un groupement de Jeunesses de choc : transport de munitions pendant la guerre du Viêt-Nam © DR

Femmes en guerre : actrices et victimes

Séance 6 : mercredi 25 novembre 2020 (visioconférence)

Reprise partielle d’une séance de 2018 sur les mémoires genrées.

Quelle est la place des femmes dans les récits mémoriels ? Quels types de récit sont écrits par les femmes ? A travers quelques exemples présentés pendant le séminaire, cette séance aborde la question des récits personnels rédigés par des femmes. Si ceux-ci souvent porteurs d’une histoire familiale et sociale dépassant le récit politique ou militaire des hommes, ils proposent aussi un récit alternatif (« genré et réconciliateur ») de la déchirure vietnamienne. Nous ferons appel aux mémoires de personnalités politiques de premier plan (Nguyen Thi Binh) tout comme de statut plus modeste (Le Ly Hayslip, Quynh Dao, Xuan Phuong) pour confronter la vision d’un récit à la fois national et familial.

Pour accompagner cette présentation nous lirons au préalable le texte de Marguerite Rollinde “Genre et conflit. Femmes victimes, femmes actrices” (paru dans la revue Aspects, n°4, 2010, p. 115-130) et écouterons ensemble un extrait de la discussion sur l’ouvrage récent de Patrica D. Norland, The Saigon sisters (2020).

La seconde partie de la séance est consacrée aux exposés oraux.

Corpus de récits personnels présentés en début de séance

  • Bong-Wright, Jackie, Autumn Cloud. From Vietnamese war widow to American activist, Sterling, VA, Capital Books, 2001.
  • Chân Không (Sœur), La force de l’amour. Une bouddhiste dans le Viêt-Nam en guerre, Paris, La Table Ronde, « Les chemins de la sagesse », 1995.
  • Dang Phuong Nghi, Mo, une micro-histoire du Vietnam au XXe siècle, Paris, Centre International d’Études Vietnamiennes, 2004.
  • Elliott, Duong Van Mai, The Sacred Willow. Four Generations in the Life of a Vietnamese Family, Oxford, Oxford University Press, 1999.
  • Le Ly Hayslip (avec Jay Wurst), Entre le ciel et la terre, Paris, Éditions du Seuil, 1993. Lire le CR de lecture en ligne d’Astrid Gillier sur le carnet de recherche Femmes et Guerres au Viêt-Nam.
  • Ly San Meas, Mon Cambodge. Le destin d’une femme, Paris, L’Harmattan, « Graveurs de mémoire », 2012.
  • Nguyen Thi Binh, Family, Friends and Country. Autobiography, Hanoi, Tri Thuc Publishing House, 2013. Traduit en français sous le titre Ma famille, mes amis et mon pays. Mémoires (Éditions Tri Thuc, Université Hoa Sen, 2015).
  • Quynh Dao, Tales from a Mountain City. A Vietnam War Memoir, Fyshwick, Odyssey Books, 2010.
  • Tran To Nga, Ma terre empoisonnée. Vietnam, France, mes combats, Paris, Stock, 2016.
  • Xuan Phuong (avec Danièle Mazingarbe), Ao dai, du couvent des Oiseaux à la jungle du Viêt-minh, Paris, Plon, 2001.

★ ★ ★

Exposé de Sophie Rainaut :

Eléonore Lépinard et Marylène Lieber, Les théories en études de genre, Paris, La Découverte, collection “Repères”, 2020.

Exposé de Marine Chuberre :

ROBSON, Kathryn & YEE, Jennifer (eds.), France and “Indochina”. Cultural Representations, Lanham, Lexington Books, 2005.

Illustration « à la une » : groupe de filles des Jeunesses de choc de la province de Hà Nam en marche sur la Piste Hô Chi Minh en 1972 © DR

VIÊT NAM : l’histoire politique des deux Guerres 1858-1954 et 1945-1975 (Nguyễn Ngọc Châu)

Pour revoir le webinaire autour de l’ouvrage de Nguyên Ngoc Châu, organisé par le MCFV (Mouvement des Citoyens Français d’origine Vietnamienne). Discussion modérée par Louis Raymond avec les interventions des historiens François Guillemot (IR CNRS, IAO) et Pascal Bourdeaux (MCF EPHE, GRSL).


Webinaire du MCFV du 14-11-2020 : dialogue sur l’histoire politique des deux guerres du Viet Nam entre l’auteur NGUYEN NGOC Châu et le journaliste Louis RAYMOND

Source : MCFV. URL : http://www.mcfv.eu/webinaire-du-mcfv-du-14-11-2020-dialogue-sur-lhistoire-politique-des-deux-guerres-du-viet-nam-entre-lauteur-nguyen-ngoc-chau-et-le-journaliste-louis-raymond/

Tran Ngoc Chau, Vietnamese counterinsurgency specialist, dies at 96 of coronavirus complications

[ndlr]  Parution dans le Washington Post (accès limité depuis l’Europe) d’un article biographique intéressant de Harrison Smith sur Tran Ngoc Chau un personnage dont le destin est intimement lié à la déchirure nationale vietnamienne et qui a défrayé la chronique au Sud Viêt-Nam dans les années 1969-1970.

Tran Ngoc Chau, a Vietnamese soldier and politician who battled French colonial forces and later the communist Viet Cong, emerging as an influential American ally before being imprisoned in Saigon on treason charges, died June 17 at a hospital in the West Hills section of Los Angeles. He was 96.

His daughter Tamminh Tran Kapuscinska said the cause was complications from covid-19, the disease caused by the novel coronavirus.

Mr. Chau was part of a dwindling group of Vietnamese whose lives were dominated by three decades of conflict, including the resistance against Japanese occupation during World War II, the battle for independence against colonial France and the war that followed the country’s 1954 partition, which pitted the communist North against the U.S.-backed South.

Lire la suite / Read more : The Washington Post, 10/07/2020.

Image “à la une” : Tran Ngoc Chau dans les années cinquante à l’académie militaire de Dalat © DR