Archives par mot-clé : guerre du Viêt Nam

Stewart Lone (ed.), Daily lives of civilians in wartime Asia – CR de lecture par Gwendolène Chambon

Réf. : LONE, Stewart (ed.), Daily lives of civilians in wartime Asia: from the Taiping Rebellion to the Vietnam War, Westport, Conn., Greenwood Press, 2007.

Cet ouvrage intitulé Daily lives of civilians in wartime Asia: from the Taiping Rebellion to the Vietnam War a été publié en 2007 chez Greenwood Press, une maison d’édition basée à Westport dans le Connecticut, spécialisée dans les publications académiques et plus largement à destination de l’enseignement (du primaire au supérieur). L’ouvrage est édité sous la direction de Stewart Lone, professeur d’histoire sociale sur l’Asie de l’Est à l’Université de South West Wales en Australie, et spécialiste du Japon et de la Corée. Cet ouvrage collectif s’insère dans la collection Daily Life through History qui rassemble un certain nombre d’études consacrées à la vie quotidienne durant la guerre.

Quelques titres de la collection « Daily Lives of Civilians in Wartime » chez Greenwood Press.

L’ouvrage apparaît d’abord comme un manuel d’histoire. Il couvre des périodes différentes et des éléments de guerre diverses : colonisation, décolonisation, rébellions ou guerre civile (les belligérants impliquant parfois des puissances occidentales mais pas systématiquement). Il couvre un peu plus d’un siècle de guerres en Asie. Découpé en huit chapitres, traitant chacun d’une période différente, il se veut accessible à tous les publics.

« La guerre est arrivée à la maison »

Dans l’introduction, l’Asie est définie comme comprenant les pays d’Asie du Nord-Est et du Sud-Est, principalement ceux proches de l’influence géographique ou culturelle de la Chine. Sont donc exclus les pays d’influence indienne ou islamique, soit l’Asie du Sud et l’Asie centrale. On peut nuancer cette limitation de l’espace avec la présence d’un chapitre sur l’Indonésie et d’un autre sur les Philippines. Cependant, les auteurs justifient leur position en s’appuyant sur l’importance du commerce maritime de ces pays, longtemps colonisés par des puissances occidentales, avec la Chine.

L’introduction pose ensuite les concepts de « conflits » et de « guerre » dans cette région largement influencée par le confucianisme. Selon  l’auteur, il y a une « résistance intrinsèque à la guerre et aux guerriers » (avec une nuance pour le Japon). Ainsi, entre la prise de pouvoir des Qing en Chine en 1644, qui ont su maintenir un système stable, et l’arrivée des britanniques vers le milieu du XIXe siècle, il n’y a pas de conflits majeurs entre deux pays de l’est de l’Asie 1. Il y a une mise en opposition avec les pays d’Europe de l’Ouest et les États-Unis, où se développe l’idée que la guerre est source de progrès et créativité. Avec l’arrivée des Occidentaux, les sociétés asiatiques auraient été forcées d’altérer leurs valeurs et pratiques, le point de rupture étant la première de l’opium (1839-1842). Avec les Traités inégaux et les colonisations occidentales, il y aurait eu l’établissement d’un nouvel ordre culturel et social.

Cette idée qui prône que ce sont les Occidentaux qui ont amené la culture de la guerre en Asie, nous semble assez critiquable, même si bien sûr, et on va le voir dans les chapitres, ils sont souvent mêlés de près ou de loin aux différents conflits étudiés (belligérants, forces alliées à l’une des parties en guerre).

Cet ouvrage a sans doute vocation à raconter l’histoire autrement, c’est-à-dire à travers le regard des gens ordinaires, les civils, qui ne participent pas directement aux combats, à l’inverse des soldats, mais qui sont nécessairement impactés, d’une manière ou d’une autre par les conflits, et qui sont d’ailleurs souvent ceux qui en souffrent le plus. On se trouve parfois à chemin entre l’histoire sociale et la micro-histoire. Cette approche est intéressante mais se pose évidemment la question des sources et de la méthode pour rendre compte d’un tel point de vue.

« La guerre est arrivée à la maison » : cette phrase indique la nécessaire adaptation de la vie quotidienne des civils pendant ces temps de guerre (se réfugier sous terre, fuir, survivre, résister…), notamment sur les points les plus élémentaires comme la nourriture et l’habillement. Les auteurs analysent et mesurent comment la guerre s’introduit dans la vie quotidienne. Pour ce faire, différents angles d’approche sont valorisés : un point de vu large, un autre centré sur une ville, l’idée étant de restituer une histoire sociale au plus proche des civils dans leur vie quotidienne. L’introduction annonce également l’existence de biais du fait que les auteurs se concentrent surtout sur la vie urbaine, faute de source sur la vie rurale. Il y a donc une part d’ignorance sur le quotidien d’une partie importante des populations étudiées. L’ouvrage est enfin illustré par des cartes et des photographies, comme autant de  témoignages visuels au lecteur.

Une diversité d’approches pour rendre compte de la vie quotidienne en temps de guerre

Sept auteurs différents se partagent l’écriture du livre, tous des professeurs associés, professeurs ou chercheurs, spécialistes dans les domaines et pays abordés par l’ouvrage. Cela apporte une grande diversité dans l’écriture et dans les approches privilégiées dans chaque chapitre. Des éléments communs dans la structure des chapitres peuvent être relevés. Il y a toujours un point de contextualisation sur le conflit en introduction de chapitre. Le plus souvent, il y a une description de la vie des civils par la ville (en termes spatiaux), même si on a parfois quelques éléments sur la vie dans les campagnes comme c’est le cas dans le premier chapitre sur la Chine durant la rébellion des Taiping ou dans le chapitre sur le Japon en guerre de 1937 à 1945.

Les chapitres sont structurés en parties (excepté pour le dernier qui porte sur le Vietnam, relevant plus du témoignage direct) mais n’abordent pas toujours les mêmes thèmes. Le chapitre peut être organisé par thèmes sociétaux (comme le premier sur le Japon de Meiji), autour d’un lieu (comme le Teahouse dans le chapitre sur la Chine urbaine en temps de guerre), par catégories de personnes, par des éléments culturels. Le chapitre sur la Corée se structure autour de trois villes : Séoul, Pusan et Pyongyang. Certains thèmes sont récurrents comme les conditions de vie de certaines catégories de la population (enfants, étudiants, femmes), l’impact de la guerre sur les éléments de base de la vie quotidienne comme la nourriture ou l’habillement, le rapport aux forces d’occupation quand il existe.

Des similarités dans le quotidien des civils en temps de guerre ?

On ne peut pas généraliser ce qui se déroule dans chacun des conflits mais on peut noter certaines similarités. La rhétorique de la “vie à la normale” est un concept qui ressort de cet ouvrage : malgré la guerre, les gens essaient de vivre normalement. Emergent alors des formes de résilience permettant aux populations de survivre (se nourrir, gagner de l’argent). Dans les attaques contre les villes, on observe également des similarités : la ville est prise par l’ennemi, parfois avec l’aide des habitants comme dans la Chine des Taiping (ou leur indifférence dans le cas de Séoul par exemple), elle est reprise et on assiste à des destructions massives puis à une repopulation tardive. Cela nous amène à la notion de « villes fantômes » (ghost cities) comme c’était le cas également de Phnom Penh qui n’est pas évoqué dans l’ouvrage.2. Le déplacement des populations est également un arc qu’on retrouve dans plusieurs des conflits évoqués. Ils entraînent en effet un nombre important de réfugiés, ce qui provoque une pression sur les ressources vivrières. C’est une conséquence connue de la guerre. Les questions des maladies et des conditions de la vie quotidienne pendant la guerre en fonction du climat pourraient être davantage abordées mais on sent que c’est également un point commun à considérer. Il ressort également de ces chapitres une importante routinisation de la violence sur ces civils.

En effet, dans les conflits étudiés, les civils sont les plus grandes victimes (bombardement, invasion / destruction, occupation / répression, mise à contribution forcée, déplacement de population…). Pour les auteurs, il y a une fracture avec les conflits antérieurs dans lesquels les forces armées étaient les plus touchées.

Guerre du Viêt-Nam, familles sur la route de Tan An, 1966-1967 © Tom Jackson (sur Manh Hai)

Comment restituer l’histoire quotidienne ?

L’ouvrage n’est pas exempt de points critiquables. On peut regretter le peu d’information sur la méthode, l’approche analytique de chacun des auteurs (en début de chapitre par exemple) bien qu’il faille noter la présence de notes et de bibliographies à chaque fin de chapitre. Il y a peu de citations directes dans la plupart des articles et peu d’explications sur les sources utilisées précisément. Il est difficile de savoir si les auteurs se basent sur des archives ou des témoignages. Cela est sûrement dû au fait que le livre s’adresse à un public large mais, dans le cadre académique, cette absence de précisions se révèle dérangeante. Certains chapitres gagneraient à être plus illustrés, avec des cartes pour la ville de Manille par exemple, ou avec davantage de photos comme pour le Vietnam. Un chapitre sur le conflit civil au Cambodge aurait apporté un autre point de vue intéressant. 

L’ouvrage reste facile à lire puisque chronologique. Même sans bien connaître les conflits, on peut aisément suivre les événements et se rendre compte de l’impact de la guerre sur les vies quotidiennes des civils, ce qui est l’objectif principal du livre. Les différentes approches apportent un point de vue varié très intéressant, diversifiant la lecture et la rendant fluide. Il faut noter également que les chapitres sont parfois très détaillés, ce qui nous apporte une vraie information sur la vie de ces civils, de manière très large : hommes, femmes, enfants, personnes âgés, prisonniers, étrangers… La restitution de ces vies en temps de guerre reste le point fort de cet ouvrage.*

* * *

Un travail de mémoire essentiel

Bien que les auteurs abordent quelques éléments politiques, ils ne forment pas du tout le cœur de l’ouvrage. Celui-ci est tourné vers le récit de la vie quotidienne des civils en temps de guerre. Cette histoire se double ainsi d’un travail de mémoire,permettant aux lecteurs d’avoir accès au point de vue des gens ordinaires, et finalement à l’autre côté de la guerre, pas seulement celui des élites, des dirigeants ou des combattants. Ce n’est évidemment pas un travail facile, en fonction des sources disponibles, notamment pour certains pays qui sont encore assez fermés sur le sujet. On note alors une difficulté de la micro-histoire : Comment généraliser la vie d’une population ou le point de vue des individus à partir d’un seul témoignage comme dans le cas du chapitre sur le Vietnam ? C’est là un des enjeux du travail des historiens.

Gwendolène Chambon, promotion ASIOC 2018-2019.

Gwendolène Chambon est étudiante en Master 2 Asie Orientale Contemporaine à l’ENS de Lyon. Elle s’est spécialisée sur la Chine populaire et s’intéresse en particulier aux enjeux de la relation entre ce pays et l’Union européenne. Elle effectue actuellement une mobilité académique à Shanghai.

Image « à la une » : Photo de Nick Ut, New York Times © DR

Notes

  1. Notons qu’une guerre civile prolongée se déroule dans l’ancien Vietnam entre les seigneuries Trinh et Nguyen, 1627-1672 ; 1774-1775 []
  2. Rappelons que la ville fut vidée de ses habitants à l’arrivée des Khmers rouges à partir du 17 avril 1975 []

“1969: Vietnamization and the Year of Transition in the Vietnam War”

[ndlr] Annonce de la prochaine grande conférence sur la guerre du Viêt-Nam au Vietnam Center (Texas).

Special Conference Announcement


“1969:  Vietnamization and the Year of Transition in the Vietnam War”

April 25-27, 2019, Lubbock, Texas

The Vietnam Center and Archive and Institute for Peace and Conflict at Texas Tech University are pleased to announce the participants in our plenary session on April 26, 2019, for our conference on the year 1969 and Vietnamization.  Dr. Pierre Asselin, Professor of History at San Diego State University, will lead a discussion with Dr. George Herring, Professor Emeritus at the University of Kentucky and Dr. Lloyd Gardner, Professor Emeritus at Rutgers University.  We hope you will be able to join us for this exciting discussion with two of our nation’s most prominent and accomplished scholars of the Vietnam War.  We are equally proud to announce that our banquet speaker that evening will be Dr. Fred Logevall, Professor of History at Harvard University, and recipient of the Pulitzer Prize in History in 2013 for his work,Embers of War: The Fall of an Empire and the Making of America’s Vietnam.

For more information on our conference, to include guidelines to submit a paper or panel proposal, please visit

https://www.vietnam.ttu.edu/events/2019_Conference/ 

Deadline for proposal submissions is February 1, 2019.

Thank you for your interest in participating in this conference.

François Guillemot : La guerre civile au Viêt-Nam, approche polémologique et pratique révolutionnaire

[ndlr] Communication de François Guillemot dans le séminaire de l’ERC : Social Dynamics of Civil Wars.

La prochaine séance du séminaire « Social Dynamics of Civil Wars » aura lieu :

Le mercredi 21 novembre 2018 de 18h à 20h  

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne – Centre Broca 

21 rue Broca, 75005 Paris

Bâtiment A / salle 701 / 7ème étage

Nous aurons le plaisir d’accueillir François Guillemot, ingénieur de recherche CNRS à l’Institut d’Asie Orientale (ENS Lyon), pour une intervention intitulée :

« La guerre civile au Viêt-Nam, approche polémologique et pratique révolutionnaire ».

Résumé :

L’intervention de François Guillemot questionnera à travers deux textes inédits la catégorie « guerre civile » confrontée à l’expérience vietnamienne entre 1945 et 1975. La plus grande partie de sa communication vise à expliquer comment la « guerre du peuple », théorisée par le général Vo Nguyên Giap, se transforme en « guerre civile révolutionnaire » au Sud dans le contexte de la Guerre froide, de la rupture sino-soviétique et du communisme de guerre sous l’égide de Lê Duân. Ainsi, deux polémologies se sont concurrencées et croisées pour le leadership de la conduite et des modalités de la guerre. La stratégie de la lutte à outrance ne fut pas sans conséquences pour le coût général du conflit et questionne encore aujourd’hui la réconciliation nationale. Invisible dans l’historiographie officielle, le concept de « guerre civile » est peu à peu admis par les historiens vietnamiens à l’intérieur du pays alors qu’il apparaît comme une évidence dès les années soixante pour les intellectuels et artistes de la République du Viêt-Nam (1955-1975). Pour illustrer son propos, François Guillemot évoquera la pratique des « Biêt Dông », les commandos urbains vietnamiens dans la « guerre civile révolutionnaire » au sud. Une discussion générale suivra cette communication qui s’inscrit dans le cadre de l’ERC « Dynamiques sociales de la guerre civile » (Social Dynamics of Civil Wars) portée par Gilles Dorronsoro.

  • Ouvrage cité : François Guillemot, Viêt-Nam, fractures d’une nation. Une histoire contemporaine de 1858 à nos jours, Paris, La Découverte, Poche / Sciences humaines et sociales, 2018.

Image « à la une » :  Echange de prisonniers vietnamiens entre le Nord et le Sud, Bien Hoa 1973. La pancarte dit : « Retourner chez les communistes s’est se suicider ». Source : Manh Hai

Vietnam : l’agent orange scruté in situ

[ndlr] Signalement d’une mission de terrain sur la guerre chimique pendant la guerre du Viêt-Nam et l’utilisation massive des pesticides aujourd’hui. Cette enquête soulevant de question sanitaires, historiques et sociales encore très sensibles est menée par Charles Sultan, endocrinologue pédiatrique, et Pierre Journoud, historien, professeur à l’Université Paul Valéry Montpellier.

Quarante-trois ans après la fin de la plus importante guerre chimique du XXe siècle, une mission de terrain inédite s’apprête à enquêter sur l’impact sanitaire de l’herbicide, qui a contaminé entre 2 et 5 millions de personnes. Mais aussi sur les pesticides encore utilisés.

Le projet n’a pas d’équivalent : une équipe scientifique pluridisciplinaire va enquêter en Asie du Sud-Est sur les conséquences de l’épandage de l’agent orange, défoliant employé par les États-Unis durant la guerre du Vietnam, et sur les effets aujourd’hui des pesticides utilisés par l’agriculture dans la région. Le dossier de cette mission d’expertise sera déposé ce jeudi pour validation à la Maison des sciences de l’homme de Montpellier, où sont basés la grande majorité des scientifiques, praticiens et professeurs investis dans cette recherche clinique. Après le verdict historique rendu en août dans l’affaire du jardinier américain Dewayne Johnson contre le géant de l’agrochimie Monsanto (jadis producteur de l’agent orange et aujourd’hui du glyphosate), les résultats de l’enquête sont très attendus.

Lire la suite : Libération, 24/10/2018. (Arnaud Vaulerin)

« Mémoires d’Indochine » 2018 : séance 6

Année universitaire 2018-2019 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires, récits de vie en situations

★ ★ ★

« Carrying Buddy ». Près de Ben The, province de Binh Duong, au nord de Saigon, un soldat sud-vietnamien porte un frère d’arme blessé et inconscient sur ses épaules vers l’arrière du front pour le faire soigner © Associated Press, 1972.

Mémoires combattantes

Séance 6 : mercredi 7 novembre 2018 – salle de réunion R20

Les mémoires combattantes forment un corpus très important de la production livresque en péninsule indochinoise, en particulier au Viêt-Nam. Dès les années soixante, la République démocratique du Viêt-Nam (1945-1976) a édité des « mémoires de la révolution » (hồi ký cách mạng) pour inscrire le processus révolutionnaire comme fondateur de l’État et pour honorer ses acteurs. Après la guerre, des ambitions mémorielles antagonistes se sont de plus en plus affirmées. Sur le plan des mémoires combattantes, rédigées par des militaires, des révolutionnaires professionnels ou des hommes politiques, les récits apparaissent largement clivés. D’un côté, les vainqueurs élaborent une nouvelle historiographie nationale et organisent le récit mémoriel pour valider la guerre de réunification (1945-1975) et la légitimité de la direction du parti communiste. De l’autre côté, les vaincus de la guerre et les exclus du processus politique témoignent de l’existence d’une contre-histoire qui percute le récit national-communiste. Cette séance donnera un aperçu des engagements des uns et des autres.

Dans un second temps, nous écouterons trois exposés oraux avant de débattre. Chaque ouvrage présenté reprendra une thématique abordée lors des séances précédentes : la question des frontières et du banditisme au moment de la colonisation du Tonkin, la formation des révolutionnaires à Paris et l’espionnage sous la République du Viêt-Nam au Sud (1955-1975).

Textes discutés

Nguyen Cong Luan, Nationalist in the Viet Nam Wars. Memoirs of e victim turned soldier, Bloomington, Indiana University Press, 2012, p. 545-574 (Ch. 29 : « On the Viet Nam War » ; Ch. 30 : « Ever in my memory »).

Vo Nguyen Giap (général), Le haut commandement et le printemps de la victoire, Hanoi, Editions The Gioi, coll. Mémoires de guerre, 2008, p. 301-317 (Ch. X : « Quelques réflexions »).

Exposés oraux

Exposé de Thibaut Bara

  • Davis, Bradley Camp, Imperial Bandits. Outlaws and rebels in the China-Vietnam borderlands, Seattle, University of Washington Press, 
    Critical dialogues in Southeast Asian studies, 2017. 

Présentation de l’éditeur : Washington University Press

Exposé de Clémence de Gail

  • Goebel, Mickael, Paris, capitale du tiers monde. Comment est née la révolution anticoloniale (1919-1939), Paris, La Découverte, 2017. Traduit de l’anglais par Pauline Stockman.

Présentation de l’éditeur : La Découverte

Exposé de Valentin Martin

  • Bass, Thomas A., Agent Z. 21, le meilleur ennemi des Américains. Saïgon 1946-1975, Paris, Tallandier, 2010. Traduit de l’anglais (États-Unis) par Béatrice Vierne.

Présentation sur Galaxidion

Image « à la une » : Groupe de la guérilla Viêt Công traversant une rivière en 1966 (Wikipedia)

“1969: Vietnamization and the Year of Transition in the Vietnam War” (Call for Papers and Panels)

Message de Steve Maxner du Vietnam Center à l’université Lubbock du Texas.

Conference Call for Papers and Panels
“1969:  Vietnamization and the Year of Transition in the Vietnam War”

April 25-27, 2019, Lubbock, Texas

The Vietnam Center and Archive (VNCA) and the Institute for Peace & Conflict (IPAC) at Texas Tech University are pleased to announce a conference focused on the year 1969. We expect in this conference to approach a wide range of historical events and topics by hosting presenters who examine diplomatic, military, international, regional, and domestic aspects of the Vietnam War. We also seek presentations that reflect the recent and emerging scholarship on the transition of leadership from Johnson to Nixon and from Westmoreland to Abrams in challenging and complicating existing interpretations of them and their policies. We are also particularly interested in papers that address the concepts of “Vietnamization” and the shift toward “pacification.” We seek presentations that reflect all participants and perspectives, including those of the US, RVN, DRV, NLF, and other nations involved. Additional areas of interest include the strategic and tactical decision-making to expand the war into Cambodia with OPERATION MENU. We also encourage presentations that examine the social and religious aspects of the war, the antiwar and peace movements at home and abroad, the effect of journalism and reporting on the war, and the efforts to end the conflict through international diplomacy and military and diplomatic means in Vietnam and Southeast Asia.

This two-day conference will be hosted in Lubbock, Texas. Conference organizers welcome both individual presentation proposals as well as pre-organized panel proposals that include a moderator/commentator and three individual presentations. Conference sessions will follow the standard 90-minute format to include 60 minutes for presentations (20 minutes per presentation) followed by 30 minutes for commentary, questions, and discussion. Presentations by veterans are especially encouraged as are presentations by graduate students. Graduate student travel grants will be made available to select students. All presentations will be video recorded and made publicly available after the conference via the Vietnam Center and Archive website. Select papers may also be published in a collection by the TTU Press.

Proposal submission deadline is February 1, 2019.

Please submit a 250-word abstract and separate two-page CV/resume to VietnamConference.TTU@gmail.com. The program committee of Ron Milam, Steve Maxner, Justin Hart, Dave Lewis, and Laura Calkins will evaluate all paper proposals and develop a program that reflects the many remarkable aspects of 1969. If submitting a panel proposal, please include separate abstracts for each proposed presentation and CVs/resumes for each speaker.

Thank you for your interest in participating in this conference.

The 10th « Engaging With Vietnam » conference – Ho Chi Minh City & Phan Thiet – December 15-21

[ndlr] Message des chercheurs Liam Kelley (University of Hawaii) et Phan Le Ha (Universiti Brunei Darussalam) sur VSG.

The 10th Engaging With Vietnam conference will be held in Ho Chi Minh City and Phan Thiet this December 15-21. September 30 is the deadline for submitting proposals to participate, so there is still time to submit and we are therefore sending this message as a reminder.

We would encourage anyone interested in participating/attending to visit the Engaging With Vietnam website for detailed information about the 10th conference:

http://engagingwithvietnamconference.org/

As is always the case, this year’s conference is shaping up to be an exciting one, and it will have its share of surprises. The current list of invited speakers/discussants should give some sense of that:

http://engagingwithvietnamconference.org/speakers/

Keynote Panels

This year, the 10th Engaging With Vietnam Conference will feature several keynote panels that delve into the questions and issues regarding dichotomies and dichotomization in knowledge and scholarship production specified above. These panels may include:

• Vietnam’s Participation in and Appropriation of Global-level Dominant Dichotomies: A Dialogue across Geography, Anthropology, and Education
• Milestone Events and their Associated Dichotomies Driving Knowledge Production in Contemporary Vietnam and the U.S: “Doi Moi” for Vietnam and “The Vietnam War” for the U.S
• Dichotomies Embedded in Traveling Policies, Reforms, Ideas, and Practices in Education, Tourism, and Sociology: Vietnam From Within and Afar
• The Historicization of “Us” and “Them” in Knowledge Production about Vietnam: Multiple Sets of Dichotomies in Focus
• Dichotomies in Development and Legal Studies: Vietnam and “the Other”