Archives par mot-clé : guerre du Viêt Nam

Les combattants oubliés de la Corée du Nord au Vietnam

L’engagement des deux Corées pendant la guerre du Viêt-Nam, un rappel historique succinct par l’AFP le 22 février 2019.

Non loin de Hanoï, quatorze pierres tombales rendent hommage aux soldats nord-coréens tombés lors de la guerre du Vietnam contre les « impérialistes » américains. Un gardien tente d’entretenir le souvenir de cette contribution peu connue de Pyongyang à son allié communiste.

Aujourd’hui le Vietnam, Etat communiste ayant embrassé le capitalisme, apparaît comme une terre de compromis, au point d’avoir été choisi par le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un pour leur deuxième sommet dans quelques jours.

Mais le fait que la Corée du Nord avait soutenu le Nord communiste lors de la guerre du Vietnam, envoyant des soldats de l’armée de l’air en renfort, reste un aspect peu connu de l’histoire vietnamo-coréenne.

Lire la suite : Orange, 22/02/2019.

Vietnam War Documentary Film Launch Invitation

Présentation aux Etats-Unis (Virginie) d’un important projet d’histoire orale sur la guerre du Viêt-Nam. Le premier volet est consacré aux témoignages et à l’analyse de l’ancien ambassadeur de la République du Viêt-Nam aux Etats-Unis.

Vietnam War Documentary Film Launch Invitation

The United States Intervention in Vietnam Through the Eyes of a Diplomat, 1965 1975

Dear invitees,

You are cordially invited to the official launch of the Vietnam War oral history documentary series People and History: The United States Intervention in Vietnam Through the Eyes of a Diplomat, 1965 1975.

Produced between 2013 and 2019, the 15-part, 17-hours Vietnamese-language documentary series interviewed Bùi Diễm, the former Republic of (South) Vietnam Ambassador to the United States from 1967 and 1972, on his perspective of the United States’ involvement in the Vietnam War. He shares his memories, reflections, as well as orally annotating and contextualizing several thousand pages of primary sources in his possession. The documentary also taps into Bùi Diễm’s immense knowledge from having lived through some of the most significant historical events and transformations in 20th-century Vietnamese history, American foreign policy, and the Cold War.

The series presents an overarching narrative covering the years from 1945 to 1975. Through Bùi Diễm’s recollections, the documentary series sheds light on an understudied perspective on the Vietnam War—a complicated and controversial historical event that is still imperfectly understood. The series is accompanied by more than 350 pages of Vietnamese transcription and 170 digitized files of original documents. More information on the project, please visit www.vietnamwarohp.com.


The launch will be held on Saturday, March 2, 2019, at 1:00 PM, in Founders Hall Multipurpose Room 125, George Mason University Law School, 3351 Fairfax Drive, Arlington, VA 22201.

Program:

1:00 PM – Greetings

1:30 PM – Opening ceremony

1:45 PM – Introducing guests

2:00 PM – Presentations by Alex-Thai D. Vo and Former Ambassador Bui Diem

2:45 PM – Selective screening

3:00 PM – Q&A

3:30 PM – Film signing by Amb. Bùi Diễm

4:00 PM – Adjourn

Your presence will be greatly appreciated. Please contact the following representatives for further information.

Dr. Nguyễn Mậu Trinh: 301- 461-8490; trinh.nguyenmau@gmail.com 

Mr. Thành Nhân: 301-257-8496; vothanhnhan@sbtn.tv

Mr. Alex-Thái Đ. Võ: 757-318-1661; vietnamwaroralhistoryproject@gmail.com.

Sincerely,

Alex Thái Đ. Võ, Project Leader

Ph.D. Candidate, Cornell University 

Image « à la une » : Bui Diem dans son bureau © DR

A brief rundown of North Korea-Vietnam relations

[ndlr] Rapide survol des relations entre la Corée du Nord et le Viêt-Nam, rédigé par le chercheur Yoo Kang-moon et publié dans The Hankyoreh, un journal indépendant .

Special relationship between two countries put into spotlight ahead of 2nd N. Korea-US summit.

Vietnam, the host country for the upcoming second North Korea-US summit on Feb. 27–28, is a very special country to North Korean leader Kim Jong-un. Not only is Kim keenly interested in the Vietnamese models of reform and openness, but during the Vietnam War, North Korea formed a relationship with the country to equal its ties to China under Kim’s grandfather Kim Il-sung.

At the height of the Vietnam War between 1964 and 1969, North Korea provided military supplies and deployed its air force to North Vietnam, led at the time by Ho Chi Minh. China also provided weapons and engineers around the same time. With South Korea contributing its own forces to support South Vietnam as a US ally, the situation amounted to a “second war” pitting South Korea and the US against China and North Korea in Vietnam. The historical significance of the Vietnam War appears poised to enter the spotlight once again if the four parties end up holding discussions on a quadrilateral declaration ending the Korean War at the second North Korea-US summit.

North Korea refers to its troops who fought in the Vietnam War as “volunteers” – just as China described its People’s Army troops who fought in the Korean War. In 2002, the remains of North Korean volunteers who died in the Vietnam were returned to the North and laid to rest at the Korean People’s Army Heroic Martyrs’ Cemetery. Tombstones for them can still be found in Bac Giang Province near Hanoi.

Lire la suite : The Hankyoreh, 08/02/2019.

Image « à la une » : L’ancien dirigeant nord-coréen Kim Il-sung serre la main du président Hô Chi Minh lors de sa visite en RDVN en novembre 1958 © DR

Le merdier de Ted Post (1978) – version restaurée de 2017

Diffusion sur la chaîne Arte du film de Ted Post Le merdier (Go Tell the Spartans, 1978)  dans sa version restaurée de 2017. Présentation ci-dessous. 

Un film à revoir. Disponible du 04/02/2019 au 10/02/2019. Prochaine diffusion le lundi 4 février à 20:55

Le Viêtnam, en 1964, un an avant l’intervention des États-Unis. Un major reçoit l’ordre d’envoyer un détachement à un avant-poste… Un brûlot énergique dénonçant l’absurdité de la présence américaine au Viêtnam. Burt Lancaster y force l’admiration.

Le Viêtnam, en 1964, un an avant l’intervention des États-Unis dans la guerre fratricide opposant le Nord et le Sud. Le major Asa Barker dirige un camp de conseillers militaires américains prêtant main-forte à la lutte contre les Viêt-congs communistes. Il reçoit l’ordre de sa hiérarchie d’envoyer un détachement à Muc Wa, un avant-poste désert et néanmoins stratégique. Mais en manque de troupes, le vétéran constitue son équipe avec les moyens du bord : quelques nouvelles recrues peu aguerries, des civils vietnamiens et un groupe de militaires locaux, commandés par un sergent-traducteur particulièrement violent. Sur place, l’opération ne se déroule pas comme prévu…

Au fond du trou

Le nom de l’avant-poste où se situe le principal de l’action, Muc Wa, est un jeu de mots sur l’expression anglaise muck war, « guerre embourbée » en français. C’est de cela dont il s’agit : l’enlisement des soldats américains dans un conflit qu’ils ne comprennent pas. « C’est leur guerre« , entend-on tout au long du film, comme un leitmotiv. Situé quelques mois avant le véritable engagement de l’armée américaine, alors que plane encore le spectre de la défaite de la France en Indochine, le film annonce et miniaturise à l’échelle d’un seul avant-poste l’ampleur du chaos qui va suivre. Dans un milieu hostile, les hommes sont la cible d’ennemis invisibles et exécutent des ordres qui paraissent absurdes. Ils sont exaltés, patriotes, suicidaires ou se réfugient dans les opiacés. Qui peut en sortir indemne ? Avec Le merdier, Ted Post, par ailleurs réalisateur prolifique pour la télévision (La quatrième dimension) et le cinéma (Le secret de la planète des singesMagnum Force) signe un brûlot pacifiste percutant, avec un Burt Lancaster fascinant en vétéran à l’empathie bourrue.

Source : Arte

Thomas Bass, Agent Z.21 – CR de lecture par Valentin Martin

Compte-rendu de lecture : Thomas A. BASS, Agent Z.21, le meilleur ennemi des Américains – Saigon 1946-1975, Paris, Editions Tallandier, 2010.

« Il dit qu’il n’a jamais menti à personne et qu’il donnait au Time les mêmes analyses politiques qu’à Ho Chi Minh. C’était un homme déchiré d’une parfaite intégrité, un homme qui vivait un mensonge tout en disant toujours la vérité ».

Ce livre nous conte la vie atypique d’un homme, celle d’un citoyen vietnamien qui a été, de par son rôle d’agent double, au cœur même du conflit qui déchira le Vietnam de 1954 à 1975. « Agent double » malgré lui, cet étudiant en journalisme a gravi tous les échelons pour se retrouver finalement rédacteur du prestigieux magazine Time dans les bureaux de Saigon au beau milieu du conflit. Cet amoureux des Etats-Unis et de l’American Dream était pourtant également un fervent défenseur de la cause indépendantiste de son pays, et a trouvé dans la révolution communiste du nord-Vietnam le moyen de parvenir à ses fins. Travaillant de jour pour le gouvernement sud-vietnamien et les agents de renseignement américains, de nuit pour le régime communiste, Ân a mené durant trente ans une double vie pour ainsi tenter de ne jamais perdre de vue les deux mondes qu’il chérissait tant, car comme il l’a dit lui-même : « Comme Joséphine Baker, j’ai deux amours. J’aime mon pays et j’aime les Etats-Unis. Quand la guerre a pris fin, j’aurais voulu qu’ils se remettent ensemble ».

Réédition de l’ouvrage en 2018 aux Etats-Unis (University of Massachusetts Press).

L’auteur de cet ouvrage, Thomas A. Bass, est professeur américain d’histoire, de littérature, et de journalisme à l’Université d’Albany dans l’Etat de New York. Son ouvrage, publié en 2009 sous le titre The Spy who loved us, a été traduit dès 2010 par Béatrice Vierne, sous le titre Agent Z.21, Le meilleur ennemi des Américains – Saigon 1946-1975, bien que l’histoire contée ici dépasse largement les années 1970, pour suivre la vie du Vietnamien Pham Xuan Ân jusqu’à sa mort en 2006.

Cet ouvrage est donc la biographie de ce journaliste à la vie trépidante, au destin incroyable, tel que Pham Xuan Ân la conta à Thomas Bass dans les dernières années de sa vie. D’une grande précision, ces onze chapitres, que je tenterai de vous rendre compte dans ces pages, sont la synthèse de toute une vie, celle d’un homme qui n’a jamais pu, ou su, choisir son camp.

Être le « roi de la jungle »

« Je me disais que, sous un régime communiste, je pourrais vivre comme Tarzan. […] Que possède-t-il ? Son pagne et rien d’autre. Quand on est communiste, on devient Tarzan, roi de la jungle » (Chapitre 2 : Le baptême du feu)

Né en 1927 à Biên Hoa, à 35 km au nord-est de Saigon, et fils aîné d’un cadre supérieur, les autorités lui accordèrent un acte de naissance français, un privilège fort à l’époque. Son père, diplômé de l’université de Hanoi, était géomètre et cadre supérieur de l’administration coloniale française. Ses deux parents étaient devenus de fervents nationalistes, mais des révolutionnaires discrets, « pas de ceux qui allaient en prison ou luttaient dans le mouvement de résistance du Viêt Minh, ce qui n’empêchait pas leur ferveur d’être profonde et inébranlable ».

Une jeunesse tumultueuse et longée d’école buissonnière, le jeune Ân passa son enfance dans plusieurs écoles du sud du pays, où son père l’envoyait pour tenter d’endiguer son côté rebelle. Pressentant que l’avenir de la France en Asie allait se terminer, le jeune An se mit alors à prendre des leçons d’anglais, et se passionna pour la culture américaine, l’histoire révolutionnaire des Etats-Unis, son cinéma, ses gangsters légendaires. Ân pressentait que les Etats-Unis exerceraient bientôt une forte influence sur son pays.

Manifestation d’étudiants à Saigon en 1950. Au premier plan à droite, portant la banderole, on reconnaît Pham Xuân Ân (source : Phap Luat)

Et pourtant, en 1945, à la suite du coup d’Etat japonais, Ân interrompit ses études pour rejoindre le camp communiste contre l’envahisseur nippon. Il prit alors les armes contre les Japonais puis contre les Français, et suivit un entrainement dans un camp militaire communiste, avant d’entamer son « baptême du feu » en 1946 – l’attaque d’un convoi blindé français.

« Espionner, c’est le boulot des chiens de chasse et des oiseaux de proie. […] Je m’étais fait tabasser par la police lors des manifestations d’étudiants à Saigon et je n’avais aucune envie de devenir un mouchard » (Chapitre 3 : Le boulot des chiens de chasse)

Ân participa aux grandes manifestations étudiantes anticoloniales de janvier à mars 1950. Il réussit parallèlement un concours d’entrée dans la fonction publique, et devint inspecteur des douanes à Saigon. Mais en 1952, il est approché par le régime communiste caché dans la jungle vietnamienne, qui lui demanda de le rejoindre. An raconte alors les conditions de vie extrêmement rudes dans la forêt (pas de nourriture ni d’eau, pas de maisons en dur, et obligation sans cesse de bouger et d’être sur ses gardes car l’aviation française faisait des repérages dans la zone). Le Parti Communiste lui intima alors de devenir un espion, le premier agent secret du régime communiste envoyé dans le Sud-Vietnam, rôle qu’il ne prit qu’avec peu d’enthousiasme au début. Enrôlé en 1954 dans l’Armée nationale vietnamienne (de Bao Dai, Etat associé du Viêt-Nam), Ân a donc l’occasion de s’initier aux cours d’analyse et de renseignements dictés par les commandants américains en poste à Saigon, et apprend alors à devenir un véritable espion-analyste dans les renseignements stratégiques.

Pham Xuan An dans sa jeunesse en reporter © DR

« J’ai passé tant d’années à travailler avec des Américains qu’à mesure que le temps passait, mon cerveau résistait de plus en plus à la formation et à l’empoisonnement des communistes. […] Non, je voulais dire à l’endoctrinement des communistes » (Chapitre 4 : Greffe du cerveau)

Ân monta rapidement en grade, et réussi à obtenir la confiance de nombreux agents américains de la CIA qui soutenaient le gouvernement de Saigon. Certains de ces agents secrets américains, comme Edward Lansdale1 ou Mills Brandes (qui était, selon les propres dires d’An, comme son « père adoptif »), furent même de très proches amis. Avec ces derniers, Ân apprit à parler parfaitement anglais, et se familiarisa avec la culture américaine. Voila comment An réussi à greffer un cerveau américain sur son cerveau vietnamien. Il acquit le savoir-faire d’un journaliste occidental, les méthodes analytiques et les techniques d’investigation ; et s’en servit pour devenir le plus grand espion du Vietnam de la seconde moitié du XXème siècle.

Devenir l’informateur indispensable

« Je savais que quelqu’un allait mourir. Si je le signalais à la police, une vie humaine serait sauvée, mais je manquerais à ma parole. Mon informateur m’avait tout révélé à condition que je ne dise rien avant qu’il ne soit passé à l’acte. C’est ça la déontologie de la presse. Il faut la respecter, quoiqu’il vous en coûte » (Chapitre 6 : Jeu de dupes)

Un séjour de trois ans en Amérique (où il étudia le journalisme et fit même un stage d’étude aux Nations Unies) assura à Ân la confiance des hauts-gradés américains et sud-vietnamiens de Saigon. Entre confident et interprète, Ân devint rapidement indispensable à l’administration nationaliste, et sa plume le fit entrer à l’agence Reuters. Ce fut l’apogée de sa vie d’espion : dans les années 1960, Ân avait ses entrées partout, dans les meilleurs restaurants et cafés de la ville, dans les instances gouvernementales et dans les ambassades.

On comprend alors qu’Ân prit conscience de la gravité de sa situation : chaque article qu’il rédigeait ou supervisait pouvait amener, en quelques lignes seulement, à une guerre totale. Chaque mot était pesé, chaque titre se révélait ni proaméricain ni procommuniste. Ân tentait toujours d’objectiviser ses propos, pour ainsi empêcher le plus d’atrocités possibles. Mais cela ne pouvait durer éternellement : en janvier 1963, An fournit suffisamment d’informations au camp communiste pour que ce dernier puisse gagner sa première grande bataille contre l’armée sud-vietnamienne à Ap Bac. C’est également lui qui fut le premier journaliste au courant de l’immolation imminente de bonzes à Saigon en juin 1963, avant même la réalisation de l’acte.

Pham Xuân Ân à Saigon pendant la guerre © DR

« Plus il s’élevait dans la hiérarchie du Time, moins il écrivait. Il était l’informateur occulte, le conseiller, le fournisseur de fuites, de tuyaux, les jambes qui alimentaient la tête, le traducteur – mais jamais l’auteur – de toutes les dépêches en provenance du Vietnam. […] Il commettait le crime parfait, sans laisser de traces d’effraction ni la moindre empreinte digitale. » (Chapitre 8 : Le crime parfait)

En 1964, après avoir quitté Reuters, An réussit à entrer au sein de l’équipe de Saigon du prestigieux journal Time. Il se fit rapidement remarquer par Franck McCulloch, le nouveau directeur du Time à Saigon, notamment de par sa capacité à obtenir tous les renseignements possibles dans chaque camp. Par exemple, An fut le premier journaliste à savoir, avec trois mois d’avance, que les Etats-Unis allaient envoyer au Vietnam 550.000 soldats de l’Armée de terre dans les prochains mois. Mais les renseignements qu’An transmettait au journal pour publication ont eu tôt fait de le faire remarquer par les services de renseignements sud-vietnamiens, et An chercha de moins en moins à associer son nom à ses rédactions. C’est à cette période que l’espion communiste publia son plus grand nombre de rapports pour les services du nord. Chaque nuit, sa salle à manger et sa salle de bain se transformaient en un petit bureau de presse indépendant, dans lequel il photographiait tous les documents susceptibles d’aider le régime communiste. Au petit matin, il maquillait les boites de pellicules dans des nems au porc ou dans le ventre de poissons, avant d’aller les déposer dans un parc pour que l’un de ses complices puisse venir les récupérer, pour ensuite les transporter dans les tunnels de Cu Chi.

« Tous les Vietnamiens étaient pour l’offensive du Têt. Ils savaient que cela forcerait les Américains à négocier et c’est bien ce qui s’est passé. Ils ont bel et bien été obligés d’en venir aux pourparlers » (Chapitre 9 : Le nouvel An)

Approché par Tu Cang, le chef du réseau de renseignement nord-vietnamien, An fut à l’origine de la préparation de l’offensive du Têt du 30 janvier 1968, qui se décomposait en une attaque simultanée de plus de cent villes à travers tout le pays à la veille de la nouvelle année lunaire. An fut chargé de choisir les lieux de Saigon qui seraient attaqués, et donna un grand nombre d’informations sur les lieux les plus stratégiques, comme le tribunal de Saigon qui contenait une grande quantité d’or, stockée à titre de pièces à conviction dans les procès contre les contrebandiers de Saigon. Au lendemain de cette offensive, ce fut An qui accompagna Tu Cang en voiture à travers toute la ville pour recenser les cadavres.

« Il avait aux lèvres un sourire étrange, moqueur. Il paraissait satisfait et en paix avec lui-même. Sa femme et ses enfants venaient d’être évacués hors du pays et on aurait dit qu’il n’avait pas l’ombre d’un souci ». Chanda ne comprit que plus tard qu’An était occupé à fêter cette victoire communiste à laquelle il travaillait depuis trente ans. » (Chapitre 10 : Un pays créé par Salvador Dali)

Une semaine avant la prise de Saigon, tous les membres du personnel du Time, à l’exception d’An, quittèrent le Vietnam grâce au pont aérien. « Le 30 avril 1975, le jour où Saigon tomba aux mains des communistes, An fit parvenir une dépêche au siège new-yorkais : « C’est désormais Pham Xuan An qui assure la permanence dans les bureaux du Time ».

An continua d’écrire pour le Time pendant un an, mais la politique propagandiste d’Ho Chi Minh censurait de plus en plus les nouvelles qui sortaient du pays, et il arrêta finalement ses activités en mai 1976. La même année, il fut décoré à Hanoi de tous les honneurs militaires, et le monde eut la première confirmation officielle du fait qu’An avait travaillé pour les communistes pendant la guerre.

Suspicions d’après guerre

Mais en 1978, il fut envoyé pendant un an dans un centre de rééducation pour cadres hauts-placés qui avaient vécus trop longtemps au contact de l’ennemi capitaliste. Il fut ensuite successivement promu lieutenant-colonel en 1984, puis général en 1990. Mais cette promotion était en réalité un moyen pour le gouvernement communiste de garder un oeil sur cet espion tant épris de culture américaine. On lui refusait bon nombre d’accès, notamment le droit de rendre visite à ses anciens collègues journalistes américains en visite au Vietnam.

Pham Xuân Ân promu général (source Wikipedia)

Durant la décennie 1990, l’histoire de Phan Xuan An commença à intéresser les journalistes et historiens du monde entier (Thomas Bass fit sa connaissance en 1992). Mais le gouvernement vietnamien lui interdisait de se rendre aux Etats-Unis pour y faire des conférences auxquelles il était convié. Ce ne fut qu’en 2002 que ce général de 74 ans fut autorisé à prendre sa retraite. C’est alors que les premières biographies de Pham Xuan An furent écrites, d’abord par des journalistes de la jeunesse communiste, puis plus tard en Occident2.

En 2005, Thomas Bass publia un article sur Phan Xuân Ân dans The New Yorker. Quand il revit An en 2006, ce dernier, très malade, refusa de lui parler davantage de sa vie d’antant. Bass ne comprit que plus tard que cet article avait violé la protection des secrets d’Etat, et que ce vieillard mourant qu’était An avait reçu de nombreuses lettres du gouvernement et d’anonymes lui intimant de ne plus répondre aux questions des journalistes. Le 20 septembre 2006, Phan Xuan An décéda à l’hôpital militaire d’Ho Chi Minh Ville. Malgré sa demande d’être incinéré et ses cendres dispersées, il eut des funérailles nationales somptueuses.

Un double antagonisme

Avant toute chose, je souhaitais saluer cet ouvrage que j’ai particulièrement apprécié dans sa lecture limpide et son enchaînement naturel, qui peut parfois nous rappeler les plus grands James Bond de notre enfance. Le style est compréhensible et franc, et le lecteur se retrouve plongé dans le Saigon des années 1960-1970 avec un souci du détail qui ne vient que parfaire une oeuvre déjà fort riche.

Un trop incroyable souci du détail peut-être pourrait retenir notre attention aux premiers abords. Cet ouvrage est plus qu’une biographie, il semble être un véritable documentaire où chaque étape de la vie de Pham Xuân Ân a été minutieusement collectée et compilée. Véritable puits de mémoire ou volonté de faire paraître son discours plus limpide et plus réaliste ? Voici la première critique que je pourrais faire à cet incroyable ouvrage : son souci du détail s’oppose souvent aux dires de Thomas Bass, qui soutient durant tout son ouvrage que Pham Xuan Ân est resté très discret sur de longues périodes de sa vie. Or, l’ouvrage donne cette impression que rien n’a été omis, que le lecteur a pu retracer, avec méticulosité, toute la vie de cet agent-double.

Traduction de l’ouvrage de Thomas Bass en vietnamien (Nha Nam / Hong Duc, 2014)

Si nous pouvons particulièrement saluer une chose, c’est celle de souligner que l’auteur nous conte à la fois les dires de Ân (sa vie, ses opinions), mais également ce que Ân n’a pas pu forcément voir (le contexte extérieur, les événements étrangers). Il mélange le tout pour en faire un discours narratif continu, évident, clair. On s’y perd cependant parfois entre ce qui a été dit par An, et ce qui relève de l’histoire du pays en lui-même3. Le texte se concentre notamment sur les biographies détaillées de chaque protagoniste (souvent des renseignements américains) dont le nom est donné par Ân lors des interviews, ce qui prouve l’immense travail de recherche effectué par Thomas Bass a posteriori pour permettre au lecteur de comprendre le rôle joué par toutes ces personnes mentionnées. Mais ces biographies, qui parfois frôlent la dizaine de pages dans un chapitre du livre, sont données en même temps que le fil de la pensée qu’Ân déroule, pour finalement se retrouver dans un méli-mélo historique où le lecteur ne comprend plus qui parle de qui finalement.

Une dernière critique pourrait être apportée à ces dires de Pham Xuan Ân : durant notre lecture, nous pouvons parfois avoir l’impression que tous les grands événements de la guerre du Vietnam, ceux que l’on a entendu ou étudié de nombreuses fois (débarquement américain, bataille d’Ap Bac, offensive du Têt, pourparlers de Paris, attaque de Saigon), ont été prédits, si ce n’est orchestrés, par Pham Xuân Ân. Le déroulement de la guerre du Vietnam a-t-il vraiment reposé sur un seul homme, capable de faire pencher la balance dans l’un ou l’autre des deux camps ? Comment un seul homme peut-il avoir été aussi puissant dans un conflit mondialisé et médiatisé pendant plus de vingt ans ?

Finalement, ce livre montre deux séries d’antagonismes qui ont fait de la vie de Ân une épopée si originale :

  • L’antagonisme entre le métier d’agent secret et celui de journaliste : « Les gens ont d’ordinaire une seule carrière, alors que moi, j’en ai deux, un de mes boulots consistait à suivre la révolution et l’autre à faire du journalisme. […] Ces deux professions sont très contradictoires, mais en même temps très semblables. Un agent de renseignement doit recueillir des informations, les analyser et garder jalousement le secret. Un journaliste, de son côté, recueille des informations, les analyse et ensuite les fait connaitre au monde entier. »
  • Et l’antagonisme entre son émerveillement pour les USA, et sa volonté de voir son pays devenir indépendant des forces coloniales : « En 1950, il continua d’étudier l’anglais, en rêvant de se rendre aux Etats-Unis. Il aimait bien la plupart des Américains qu’il rencontrait, mais il restait pourtant convaincu que les puissances coloniales qui occupaient son pays devaient être vaincues par tous les moyens. Ce n’était qu’alors que les Vietnamiens et les Américains pourraient être véritablement amis ».

Un double antagonisme, une double vie, un double amour : cet ouvrage se fait donc parfaitement la synthèse de la vie schizophrénique et trépidante de cet agent double qui aura cherché, tout au long de sa vie, à satisfaire équitablement et paradoxalement les camps nord-vietnamiens et américains.

Valentin Martin, promotion ASIOC 2018-2019.

Edition française chez Tallandier 2010.

Valentin Martin est étudiant en Master 2 Asie Orientale Contemporaine (ENS de Lyon / Sciences Po Lyon). Ses recherches portent actuellement sur le projet chinois des Nouvelles Routes de la Soie, et plus particulièrement sur les visions européennes dudit projet. Il effectue actuellement une mobilité académique à la BCLU (Beijing Language and Culture University), à Pékin, République Populaire de Chine.

Image « à la une » : Pham Xuan An holds up his press card from 1965 at his home in Ho Chi Minh City, Vietnam, on April 26, 2000 ©
Charles Dharapak—AP

Notes

  1. Dont la biographie occupe plus d’une vingtaine de pages au total []
  2. Cf. la biographie de l’ancien correspondant du journal Le Monde Jean-Claude Pomonti, Un Vietnamien bien tranquille, Paris, Équateurs, 2006 ; l’étude de Larry Berman, Perfect spy. The incredible double life of Pham Xuan An, Time magazine reporter and Vietnamese communist agent, New York, Smithsonian Books / Collins, 2008 []
  3. Exemples : visite de la famille des Kennedy à Saigon en octobre 1951 ; biographie ultra détaillée de Graham Greene – auteur britannique du fameux roman Un américain bien tranquille  []

Marcelino Truong, Une si jolie petite guerre (Denoël, 2012) : L’art pour mieux panser l’Histoire

Séminaire « Partitions territoriales : imaginaires et représentations » co-organisé à l’EHESS par Anne Castaing, Benjamin Joinau et Delphine Robic-Diaz au 1er semestre 2019.

Séminaire « Partitions territoriales : imaginaires et représentations »

25 janvier 2019, 14h-17h

Rencontre avec Marcelino Truong, auteur du roman graphique Une si jolie petite guerre (Denoël, 2012) :

« L’art pour mieux panser l’Histoire »

« En 1961, John F. Kennedy devient le 35e président des États-Unis. Décidé à endiguer le communisme en Asie, il lance le Projet Beef-Up, destiné à renforcer l’aide militaire américaine au Sud-Vietnam. C’est dans ce contexte que Marcelino Truong et sa famille arrivent à Saigon. Sa mère est malouine, son père vietnamien. Directeur de l’agence Vietnam-Press, Truong Buu Khanh fréquente le palais de l’Indépendance où il fait office d’interprète auprès du président Ngô Dinh Diêm, chef d’un régime autoritaire pris dans ses contradictions, entre nationalisme, rejet du passé colonial, influence chrétienne et antimarxisme virulent … » Lire la suite sur : Denoël

Projection du film Mille jours à Saigon de Marie-Christine Courtès (Vivement lundi ! productions, 2012).

Le film documentaire Mille jours à Saïgon suit le travail de Marcelino Truong lors de la rédaction d’Une si jolie petite guerre en explorant le période peu connue des débuts de la guerre du Vietnam.

  • Modérateur : François Guillemot (CNRS/IAO)

En deuxième partie de séance, Benjamin Joinau (Hongik University) présentera ses travaux : « Division et sexuation, catégories cognitives? »

Lieu : EHESS, 54 bd raspail, Paris VIe, salle A7-37 

Source : Partitions territoriales

Stewart Lone (ed.), Daily lives of civilians in wartime Asia – CR de lecture par Gwendolène Chambon

Réf. : LONE, Stewart (ed.), Daily lives of civilians in wartime Asia: from the Taiping Rebellion to the Vietnam War, Westport, Conn., Greenwood Press, 2007.

Cet ouvrage intitulé Daily lives of civilians in wartime Asia: from the Taiping Rebellion to the Vietnam War a été publié en 2007 chez Greenwood Press, une maison d’édition basée à Westport dans le Connecticut, spécialisée dans les publications académiques et plus largement à destination de l’enseignement (du primaire au supérieur). L’ouvrage est édité sous la direction de Stewart Lone, professeur d’histoire sociale sur l’Asie de l’Est à l’Université de South West Wales en Australie, et spécialiste du Japon et de la Corée. Cet ouvrage collectif s’insère dans la collection Daily Life through History qui rassemble un certain nombre d’études consacrées à la vie quotidienne durant la guerre.

Quelques titres de la collection « Daily Lives of Civilians in Wartime » chez Greenwood Press.

L’ouvrage apparaît d’abord comme un manuel d’histoire. Il couvre des périodes différentes et des éléments de guerre diverses : colonisation, décolonisation, rébellions ou guerre civile (les belligérants impliquant parfois des puissances occidentales mais pas systématiquement). Il couvre un peu plus d’un siècle de guerres en Asie. Découpé en huit chapitres, traitant chacun d’une période différente, il se veut accessible à tous les publics.

« La guerre est arrivée à la maison »

Dans l’introduction, l’Asie est définie comme comprenant les pays d’Asie du Nord-Est et du Sud-Est, principalement ceux proches de l’influence géographique ou culturelle de la Chine. Sont donc exclus les pays d’influence indienne ou islamique, soit l’Asie du Sud et l’Asie centrale. On peut nuancer cette limitation de l’espace avec la présence d’un chapitre sur l’Indonésie et d’un autre sur les Philippines. Cependant, les auteurs justifient leur position en s’appuyant sur l’importance du commerce maritime de ces pays, longtemps colonisés par des puissances occidentales, avec la Chine.

L’introduction pose ensuite les concepts de « conflits » et de « guerre » dans cette région largement influencée par le confucianisme. Selon  l’auteur, il y a une « résistance intrinsèque à la guerre et aux guerriers » (avec une nuance pour le Japon). Ainsi, entre la prise de pouvoir des Qing en Chine en 1644, qui ont su maintenir un système stable, et l’arrivée des britanniques vers le milieu du XIXe siècle, il n’y a pas de conflits majeurs entre deux pays de l’est de l’Asie 1. Il y a une mise en opposition avec les pays d’Europe de l’Ouest et les États-Unis, où se développe l’idée que la guerre est source de progrès et créativité. Avec l’arrivée des Occidentaux, les sociétés asiatiques auraient été forcées d’altérer leurs valeurs et pratiques, le point de rupture étant la première guerre de l’opium (1839-1842). Avec les Traités inégaux et les colonisations occidentales, il y aurait eu l’établissement d’un nouvel ordre culturel et social.

Cette idée qui prône que ce sont les Occidentaux qui ont amené la culture de la guerre en Asie, nous semble assez critiquable, même si bien sûr, et on va le voir dans les chapitres, ils sont souvent mêlés de près ou de loin aux différents conflits étudiés (belligérants, forces alliées à l’une des parties en guerre).

Cet ouvrage a sans doute vocation à raconter l’histoire autrement, c’est-à-dire à travers le regard des gens ordinaires, les civils, qui ne participent pas directement aux combats, à l’inverse des soldats, mais qui sont nécessairement impactés, d’une manière ou d’une autre par les conflits, et qui sont d’ailleurs souvent ceux qui en souffrent le plus. On se trouve parfois à chemin entre l’histoire sociale et la micro-histoire. Cette approche est intéressante mais se pose évidemment la question des sources et de la méthode pour rendre compte d’un tel point de vue.

« La guerre est arrivée à la maison » : cette phrase indique la nécessaire adaptation de la vie quotidienne des civils pendant ces temps de guerre (se réfugier sous terre, fuir, survivre, résister…), notamment sur les points les plus élémentaires comme la nourriture et l’habillement. Les auteurs analysent et mesurent comment la guerre s’introduit dans la vie quotidienne. Pour ce faire, différents angles d’approche sont valorisés : un point de vu large, un autre centré sur une ville, l’idée étant de restituer une histoire sociale au plus proche des civils dans leur vie quotidienne. L’introduction annonce également l’existence de biais du fait que les auteurs se concentrent surtout sur la vie urbaine, faute de source sur la vie rurale. Il y a donc une part d’ignorance sur le quotidien d’une partie importante des populations étudiées. L’ouvrage est enfin illustré par des cartes et des photographies, comme autant de  témoignages visuels au lecteur.

Une diversité d’approches pour rendre compte de la vie quotidienne en temps de guerre

Sept auteurs différents se partagent l’écriture du livre, tous des professeurs associés, professeurs ou chercheurs, spécialistes dans les domaines et pays abordés par l’ouvrage. Cela apporte une grande diversité dans l’écriture et dans les approches privilégiées dans chaque chapitre. Des éléments communs dans la structure des chapitres peuvent être relevés. Il y a toujours un point de contextualisation sur le conflit en introduction de chapitre. Le plus souvent, il y a une description de la vie des civils par la ville (en termes spatiaux), même si on a parfois quelques éléments sur la vie dans les campagnes comme c’est le cas dans le premier chapitre sur la Chine durant la rébellion des Taiping ou dans le chapitre sur le Japon en guerre de 1937 à 1945.

Les chapitres sont structurés en parties (excepté pour le dernier qui porte sur le Vietnam, relevant plus du témoignage direct) mais n’abordent pas toujours les mêmes thèmes. Le chapitre peut être organisé par thèmes sociétaux (comme le premier sur le Japon de Meiji), autour d’un lieu (comme le Teahouse dans le chapitre sur la Chine urbaine en temps de guerre), par catégories de personnes, par des éléments culturels. Le chapitre sur la Corée se structure autour de trois villes : Séoul, Pusan et Pyongyang. Certains thèmes sont récurrents comme les conditions de vie de certaines catégories de la population (enfants, étudiants, femmes), l’impact de la guerre sur les éléments de base de la vie quotidienne comme la nourriture ou l’habillement, le rapport aux forces d’occupation quand il existe.

Des similarités dans le quotidien des civils en temps de guerre ?

On ne peut pas généraliser ce qui se déroule dans chacun des conflits mais on peut noter certaines similarités. La rhétorique de la “vie à la normale” est un concept qui ressort de cet ouvrage : malgré la guerre, les gens essaient de vivre normalement. Emergent alors des formes de résilience permettant aux populations de survivre (se nourrir, gagner de l’argent). Dans les attaques contre les villes, on observe également des similarités : la ville est prise par l’ennemi, parfois avec l’aide des habitants comme dans la Chine des Taiping (ou leur indifférence dans le cas de Séoul par exemple), elle est reprise et on assiste à des destructions massives puis à une repopulation tardive. Cela nous amène à la notion de « villes fantômes » (ghost cities) comme c’était le cas également de Phnom Penh qui n’est pas évoqué dans l’ouvrage.2. Le déplacement des populations est également un arc qu’on retrouve dans plusieurs des conflits évoqués. Ils entraînent en effet un nombre important de réfugiés, ce qui provoque une pression sur les ressources vivrières. C’est une conséquence connue de la guerre. Les questions des maladies et des conditions de la vie quotidienne pendant la guerre en fonction du climat pourraient être davantage abordées mais on sent que c’est également un point commun à considérer. Il ressort également de ces chapitres une importante routinisation de la violence sur ces civils.

En effet, dans les conflits étudiés, les civils sont les plus grandes victimes (bombardement, invasion / destruction, occupation / répression, mise à contribution forcée, déplacement de population…). Pour les auteurs, il y a une fracture avec les conflits antérieurs dans lesquels les forces armées étaient les plus touchées.

Guerre du Viêt-Nam, familles sur la route de Tan An, 1966-1967 © Tom Jackson (sur Manh Hai)

Comment restituer l’histoire quotidienne ?

L’ouvrage n’est pas exempt de points critiquables. On peut regretter le peu d’information sur la méthode, l’approche analytique de chacun des auteurs (en début de chapitre par exemple) bien qu’il faille noter la présence de notes et de bibliographies à chaque fin de chapitre. Il y a peu de citations directes dans la plupart des articles et peu d’explications sur les sources utilisées précisément. Il est difficile de savoir si les auteurs se basent sur des archives ou des témoignages. Cela est sûrement dû au fait que le livre s’adresse à un public large mais, dans le cadre académique, cette absence de précisions se révèle dérangeante. Certains chapitres gagneraient à être plus illustrés, avec des cartes pour la ville de Manille par exemple, ou avec davantage de photos comme pour le Vietnam. Un chapitre sur le conflit civil au Cambodge aurait apporté un autre point de vue intéressant. 

L’ouvrage reste facile à lire puisque chronologique. Même sans bien connaître les conflits, on peut aisément suivre les événements et se rendre compte de l’impact de la guerre sur les vies quotidiennes des civils, ce qui est l’objectif principal du livre. Les différentes approches apportent un point de vue varié très intéressant, diversifiant la lecture et la rendant fluide. Il faut noter également que les chapitres sont parfois très détaillés, ce qui nous apporte une vraie information sur la vie de ces civils, de manière très large : hommes, femmes, enfants, personnes âgés, prisonniers, étrangers… La restitution de ces vies en temps de guerre reste le point fort de cet ouvrage.*

* * *

Un travail de mémoire essentiel

Bien que les auteurs abordent quelques éléments politiques, ils ne forment pas du tout le cœur de l’ouvrage. Celui-ci est tourné vers le récit de la vie quotidienne des civils en temps de guerre. Cette histoire se double ainsi d’un travail de mémoire,permettant aux lecteurs d’avoir accès au point de vue des gens ordinaires, et finalement à l’autre côté de la guerre, pas seulement celui des élites, des dirigeants ou des combattants. Ce n’est évidemment pas un travail facile, en fonction des sources disponibles, notamment pour certains pays qui sont encore assez fermés sur le sujet. On note alors une difficulté de la micro-histoire : Comment généraliser la vie d’une population ou le point de vue des individus à partir d’un seul témoignage comme dans le cas du chapitre sur le Vietnam ? C’est là un des enjeux du travail des historiens.

Gwendolène Chambon, promotion ASIOC 2018-2019.

Gwendolène Chambon est étudiante en Master 2 Asie Orientale Contemporaine à l’ENS de Lyon. Elle s’est spécialisée sur la Chine populaire et s’intéresse en particulier aux enjeux de la relation entre ce pays et l’Union européenne. Elle effectue actuellement une mobilité académique à Shanghai.

Image « à la une » : Photo de Nick Ut, New York Times © DR

Notes

  1. Notons qu’une guerre civile prolongée se déroule dans l’ancien Vietnam entre les seigneuries Trinh et Nguyen, 1627-1672 ; 1774-1775 []
  2. Rappelons que la ville fut vidée de ses habitants à l’arrivée des Khmers rouges à partir du 17 avril 1975 []