Archives par mot-clé : guerre d’Indochine

“Mémoires d’Indochine” 2021 – Séance 5

Année universitaire 2021-2022 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine : La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

« Altérités et mémoires multiples »

© FX

★ ★ ★

Guerre et mémoires, enjeux mémoriels

Séance 5 : mercredi 27 octobre 2021 (9-12h)

Le « phénomène guerre » en péninsule indochinoise a été particulièrement violent au cours du XXe siècle, illustré par des conflits en poupée de gigogne. Entre la conquête coloniale et l’avènement d’Etats-coloniaux pacifiés, la péninsule a connu un enchevêtrement de conflits d’intensités variées allant de la « small war », petite guerre, à la guerre de dimension internationale impliquant de nombreux pays sur cet Angle de l’Asie transformé en « front chaud de la Guerre froide ». En particulier, les trois pays de la péninsule indochinoise ont subi des guerres civiles cruelles engendrant des massacres, des exactions de tous ordres et des opérations militaires d’envergure. La péninsule a été, en outre, un terrain d’expérimentation pour de nouvelles armes chimiques et technologiques. La péninsule n’a recouvré véritablement la paix qu’à partir du désengagement militaire du Viêt Nam socialiste en 1989 du Cambodge voisin et à l’issue du processus démocratique khmer de 1993 sous l’égide de l’ONU. Ces différentes guerres (coloniales, décoloniales et post-coloniales) ont fortement marqué les consciences et ont laissé des traces profondes autant dans le paysage que dans le fonctionnement politique et social. Cette séance s’intéressera aux commémorations mémorielles officielles ou interdites qui découlent des conflits régionaux entre 1945 et 1990.

La seconde partie du séminaire sera consacrée aux exposés oraux avec deux investigations sur des problématiques elles aussi issues de la guerre : le parcours de femmes de Saigon actrices de la résistance et une expérience vécue de la censure politique vietnamienne.

Textes en discussion :

  • Nguyen Cong Luan, Nationalist in the Viet Nam Wars. Memoirs of a Victim turned Soldier, Bloomongton & Indianiapolis, Indiana University Press, 2012, p. 545-559 et 560-574.
  • Vo Nguyen Giap, Le haut commandement et le Printemps de la victoire, Hanoi, Éditions Thê Gioi, coll. “Mémoires de guerre”, 2008, p. 301-317.

 

Pour un rapide survol des guerres dans la péninsule sur la longue durée :

Nicolas Regaud et Christian Lechervy, Les guerres d’Indochine, Paris, Presses universitaires de France, coll. “Que sais-je ?”, 1996.

Sur la situation dans le Sud du Viêt-Nam :

Shawn F. McHale, The First Vietnam War. Violence, Sovereignty, and the Fracture of the South, 1945-1956, Cambridge, Cambridge University Press, 2021.

Exposés oraux

Sacha Marquet :

Patricia D. Norland, The Saigon Sisters. Privileged Women in the Resistance, DeKalb, Illinois, Northern Illinois University Press, coll. “NIU Southeast Asian Series”, 2020.


Arthur Rochereau :


MàJ 27/10/2021.

Shawn F. McHale: The First Vietnam War. Violence, Sovereignty, and the Fracture of the South, 1945–1956 [parution]

Une nouvelle étude sur la partie méridionale du Viêt-Nam, de la Cochinchine à l’avènement de la Première République du Viêt Nam (Sud, 1955-1963). Un ouvrage clé proposant une nouvelle histoire de la guerre de résistance, à ne pas manquer. Présentation de l’éditeur.

Shawn McHale explores why the communist-led Resistance in Vietnam won the anticolonial war against France (1945–54), except in the South. He shows how broad swaths of Vietnamese people were uneasily united in 1945 under the Viet Minh Resistance banner, all opposing the French attempt to reclaim control of the country. By 1947, Resistance unity had shattered and Khmer-Vietnamese ethnic violence had divided the Mekong Delta. From this point on, the war in the south turned into an overt civil war wrapped up in a war against France. Based on extensive archival research in four countries and in three languages, this is the first substantive English-language book focused on southern Vietnam’s transition from colonialism to independence.

Shawn F. McHale is Associate Professor of History and International Affairs, George Washington University. His first book, Print and Power: Confucianism, Communism, and Buddhism in the Making of Modern Vietnam (University of Hawaii Press, 2004), was a finalist for the Benda Prize in Southeast Asian Studies.

Source : https://www.cambridge.org/fr/academic/subjects/history/south-east-asian-history/first-vietnam-war

« Mémoires d’Indochine » 2021 : Séance 2

Année universitaire 2021-2022 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine : La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

« Altérités et mémoires multiples »

★ ★ ★

Archives, sources et récits

Séance 2 : mercredi 6 octobre 2021 (9-11h)

Intervenante : Tatiana Tepliashina (Université Lumière Lyon 2)

Cette séance est consacrée aux corpus d’archives mis à la disposition des chercheur-es. Comment ces documents s’articulent-ils avec les mémoires ? Comment le récit historique se nourrit des expériences vécues et des témoignages personnels ? Pour répondre à ces questions, nous nous appuierons sur la présentation du fonds Paul Mus, conservé à l’Institut d’Asie Orientale dont l’inventaire exhaustif vient d’être dressé par Tatiana Tepliashina, doctorante en anthropologie. La vision du “Viêt Nam chez lui”, alors que la guerre d’Indochine débute, décrite par l’orientaliste Paul Mus, nous plonge dans les horizons divergents entre Français et Vietnamiens. Paul Mus cite le philosophe Trân Duc Thao pour analyser le conflit dans son processus “existentialiste” de décolonisation et d’accession à l’indépendance. Le petit ouvrage d’Arlette Farge sur les archives judiciaires françaises du XVIIIe siècle rappelle l’importance de la rigueur historique face à cette sensation de “toucher le réel” et la délicate élaboration du récit. L’approche archivistique du génocide des Khmers rouges est enfin abordée à travers un texte de l’historien David Chandler sur la découverte du centre de détention et de torture S-21 à Phnom Penh.

Textes en discussion :

  • Chandler, David, S-21 ou le crime impuni des Khmers rouges, Paris, Editions Autrement, coll. “Frontières”, 2002.
  • Farge, Arlette, Le Goût de l’archive, Paris, Editions du Seuil, Points Histoire H233, 1989.
  • Mus, Paul, Le Viêt Nam chez lui, Paris, Paul Hartmann éditeur, Centre d’études de politique étrangère, 1946.

Illustration « à la une » : Exemple de manuscrit (ici sur les Chams) du fonds Paul Mus, IAO © Tatiana Tepliashina 2021

Các nhà sử học Pháp với lịch sử Việt Nam – VTV

Court reportage de 2’30 minutes de la télévision vietnamienne sur “Les historiens français et l’histoire du Viêt-Nam”, avec une apparition furtive des historiens Alain Ruscio et François Guillemot. Reportage de Vo Trung Dung et Nguyên My Linh.

Lien vers l’article et la vidéo : https://vtv.vn/nguoi-viet-bon-phuong/cac-nha-su-hoc-phap-voi-lich-su-viet-nam-20210905193601232.htm

Xuân Thao Ninh : L’État du Viêt-Nam dans ses rapports avec la France (1949-1955) – Thèse

Une nouvelle thèse sur l’histoire de l’État du Viêt-Nam, contribution à une histoire délaissée depuis les années cinquante. Soutenue le 12 novembre 2019. Résumé de couverture.

Affiche de propagande de l’État du Viêt-Nam, la construction d’un État indépendant associé à la France dans le contexte de la Guerre froide © DR

L’État du Vietnam dans ses rapports avec la France (1949-1955). Une autre voie pour l’indépendance du Vietnam

« L’État du Viêt-Nam » reste encore un sujet controversé figurant parmi « les zones d’ombres » de l’histoire contemporaine du Viêt-Nam. Après l’échec des négociations de 1946, le gouvernement de Hồ Chí Minh choisit la guerre contre les Français, pour l’indépendance du pays. Bảo Đại et ses partisans nationalistes et pro-français s’orientent vers une voie pacifique et une indépendance progressive. Par les accords du 8 mars 1949 naît « l’État du Viêt-Nam » dirigé par son chef Bảo Đại. Il s’agit d’un État associé à la France au sein de l’Union française. De mars 1949 à octobre 1955, six présidents du Conseil (Bảo Đại, Nguyễn Phan Long, Trần Văn Hữu, Nguyễn Văn Tâm, Bửu Lộc, Ngô Đình Diệm) dirigent dix cabinets ministériels pour construire un État nationaliste non-communiste, en pleine guerre d’Indochine et de la guerre froide. L’existence de l’État du Viêt-Nam permet le développement du nationalisme vietnamien qui donne naissance à la République du Viêt-Nam en octobre 1955.

Le jour où le Sud a gagné sa liberté : L’Indochine [2017]

Documentaire de France Télévisions, INA, TV Monde, Et la suite productions… réalisé en 2017 par Laurent Joffrin et Alain Portes.

Notre avis : La guerre d’Indochine n’en finit pas de hanter la mémoire française. Diffusé il y a deux ans sur la chaîne de l’Assemblée nationale (LCP), un documentaire réalisé en 2017 qui aurait pu être intéressant sur le rôle de Pierre Mendès France dans la recherche de la paix en Indochine en fournit une énième illustration.

Si la fin des prétentions impériales françaises signifiées par la défaite de Diên Biên Phu sont bien rappelées, on apprend peu de choses sur la réalité et la complexité de la situation du côté vietnamien (révolution d’août, division politique, guerre civile, encadrement chinois de l’armée populaire d’un côté et soutien américain de l’autre, création de l’armée nationale vietnamienne, période Bao Dai…). Le documentaire est rythmé par des anachronismes dans les images, des idées reçues sur le Viêt-Minh (“en sandales” en 1954) et des approximations (par exemple sur le territoire de la République de Cochinchine) ou une vision caricaturale de SM Bao Dai, chef de l’Etat associé (1949-1955) sans parler d’une confusion d’image entre Vo Nguyen Giap et Truong Chinh au passage 20:50-54.

A part le premier ministre de la RDVN Pham Van Dong, les Vietnamiens de tous bords apparaissent comme des figurants qui subissent dans ce documentaire encore bien trop franco-français. Aucun historiens vietnamien, chinois, russe, américain ou français… n’ont été mobilisés pour étayer le propos. Et pour finir, le titre alambiqué est inintelligible et ne remplit pas sa promesse. Doit-on comprendre : “le Sud a gagné sa liberté” face à la ténacité des dirigeants de la République démocratique du Viêt-Nam (le Viêt-Minh en tant que front politique ayant disparu en 1951) qui désirait réunifier le pays sous leur seul contrôle ? Il aurait mieux valu l’intituler : “La Paix en Indochine : le pari de Mendès France”. Pari risqué pour Mendès France et pari manqué pour ce documentaire qui ne donne pas à voir toute la complexité de la situation. A voir donc, avec en tête ces quelques précautions d’usage.

FG

Lien vers le documentaire : dailymotion

Franck Michelin : La guerre du Pacifique a commencé en Indochine, 1940-1941 [parution]

Parution de la thèse remaniée de Franck Michelin. Un ouvrage clé pour la compréhension de cette période de l’histoire de l’Asie. Présentation de l’éditeur.

Le 23 septembre 1940, l’armée japonaise viole la frontière indochinoise malgré la conclusion d’un accord à Hanoï quelques heures plus tôt. Pour l’Indochine française, c’est le début de près de cinq années d’occupation, qui aboutissent, le 9 mars 1945, à l’élimination de la présence française. Ainsi, l’action des forces nippones a pour conséquence de précipiter l’indépendance du Vietnam, du Cambodge et du Laos, ainsi que celle de déclencher la Guerre d’Indochine. Pour le Japon, nouvel allié de l’Allemagne, c’est la première étape de l’expansion vers le sud qui mène, quinze mois plus tard, à l’éclatement de la Guerre du Pacifique.

Fruit d’un long travail de recherche et d’analyse d’archives françaises et japonaises, ce livre explore enfin le rôle du Japon, longtemps resté absent des études sur le second conflit mondial et sur les origines de la Guerre d’Indochine, bien qu’il ait précipité la crise qui allait changer pour toujours le destin de la France, celui de son ancienne colonie indochinoise, ainsi que celui de l’ensemble de la région Asie-Pacifique.

Spécialiste de l’histoire du Japon contemporain et des relations entre l’Europe et l’Asie, Franck Michelin est professeur à l’université Teikyo (Tokyo) et chercheur associé à l’université Paris-Sorbonne et à l’Institut d’Asie Orientale à Lyon.

Ouvrage à paraître (10 avril 2019) chez Passés composés éditions en co-édition avec le Ministère des Armées, 2019, 360 p. ISBN : 978-2379330605 Prix : 22 €

Image “à la une” : Armée japonaise en Indochine, source : Forum, La guerre en images © DR