Archives par mot-clé : guerre d’Indochine

De quoi l’Indochine est-elle le nom ? [2]

Adieu littérature, la guerre et la politique sont investies dans la seconde partie de ce numéro. Et il y a tant à dire. Ici, en France, gauche révolutionnaire et droite conservatrice se partagent le gâteau indochinois. La première, en louant “la lutte intrépide du résistant vietnamien”, essentialisé à satiété, en oubliant les alternatives politiques qui se sont jouées et qui ont été écrasées par le communisme de guerre. La seconde, en maintenant dans le formol une Indochine idyllique, idéale typique et exotique, en oubliant le coolie qui s’écroule sous les coups ou qui meurt dans les mines de charbon ou les plantations d’hévéas. Évidemment, il faut aller au-delà du compagnonnage du Parti ou du déni de l’exploitation meurtrière pour comprendre la colonialité de cette histoire.

Le journaliste François Reynaert commence ce périple politico-militaire en décrivant, à l’appui du dossier Nguyen Ai Quoc des archives d’Outre-mer (ANOM), la vie du futur Hô Chi Minh à Paris entre petits boulots et grandes idées anticoloniales. L’histoire est connue mais conserve sa part d’ombre. Que faire de cette lettre qu’il écrit en 1911 pour intégrer l’École coloniale ? Quelles sont ses relations au sein du groupe des Cinq Dragons ? L’agitateur se forme au contact d’amis communistes et devient formateur au sein du journal « Le Paria », dont le titre expose déjà la condition humaine du monde colonial coalisé à Paris.

Doan Bui revient sur les dossiers sensibles de la guerre d’Indochine que l’on a qualifié dès les années cinquante de « guerre sale ». Elle appuie où ça fait mal : utilisation du napalm, pratique de la torture, chemin de croix de Diên Biên Phu, « Valmy des colonisés », violences de guerre, bordels militaires de campagne (BMC)… mais son récit revient aussi sur cette lutte haineuse entre Blancs et Jaunes depuis mars 1945 lorsque les Japonais infligent une leçon d’humiliation au pouvoir colonial. On n’aura de cesse d’insister sur l’importance de l’intervention japonaise dans le processus révolutionnaire vietnamien. Les violences, la terreur politique et les atrocités corporelles commises par la guérilla vietminh ne sont pas éludées. Le tableau de la guerre sale dressé par Doan Bui, haut en noirceur, s’étonne de l’invisibilité des victimes face à l’inscription dans l’histoire des persécuteurs. Vraie question sur notre rapport aux événements du monde et sur la façon dont on les présente.

Paul Riché dans son article intitulé « Des rizières au djebel » fait le lien, encore assez peu mentionné dans les recherches académiques, entre guerre d’Indochine et guerre d’Algérie. Il rappelle ce choc polémologique qui incite les officiers français à s’intéresser à la guerre révolutionnaire et à y mettre en œuvre son pendant, la guerre contre-insurrectionnelle, jusqu’à l’invention de l’OAS et de la rébellion militaire à Alger. Le lourd tribut des « anciens de l’Indo » façonne l’imaginaire romantico-militaire du centurion taraudé par ce « Mal jaune » qui hante les consciences, popularisé par Jean Lartéguy.

Dans un entretien avec Doan Bui, l’historien Christopher Goscha répond à une question importante, celle des mots employés pour qualifier les trois guerres d’Indochine qui se succèdent entre 1945 et 1991. Il recadre le conflit indochinois dans le contexte d’une guerre indo-coréenne plus large menée par les Américains en Asie pour contrer l’expansionnisme chinois. Tout à la fois guerre de décolonisation “la plus violente du XXe siècle” et “guerre civile”, il rappelle la nécessité d’explorer ces aspects sur le modèle des contributions importantes des chercheur-es sur la guerre d’Algérie ou d’autres conflits. Notons que cet oubli sera réparé puisque Christopher Goscha dirige actuellement un ouvrage collectif sur ces questions suite à un colloque important à Montréal en 20231. Le sort tragique des derniers résistants Hmongs du Laos est évoqué pour clore cette partie sur la guerre, une aventure périlleuse partagée entre culture du pavot, recherche d’une autonomie montagnarde et engagement dans la lutte contre le communisme.

La troisième partie « Intersections coloniales » conte en quelques tableaux l’histoire transnationale des opprimé-es. On commence par l’exil forcé de l’empereur Hàm Nghi en Algérie, son destin d’artiste néanmoins bâillonné et surveillé (raconté par la documentariste Hélène Lam Trong) mais qui n’empêche pas le prince rebelle de conserver son aura de héros du mouvement de résistance “Aide au Roi” dans le Viêt-Nam d’aujourd’hui. Le sociologue Fabien Truong expose comment la France, coloniale et républicaine, de la Troisième République a théorisé « la hiérarchie des races » entre les différents peuples colonisés. Autrement dit, le devoir de civiliser les « races inférieures » devient un droit et se motive par l’émergence de la science anthropologique. Celle-ci entend « compter, mesurer, dénombrer, quantifier » cette « matière coloniale » qu’elle administre. On compare, décrit les corps, analyse leur robustesse et on les utilise comme ces quelques 90 000 Vietnamiens enrôlés pour la Première Guerre mondiale pour « leur endurance ». Mais cette « ère de violence » ne résiste bientôt plus ni à la science anthropologique ni à l’émancipation des artistes colonisés qui « rient en scène et se moquent de nous » (p. 68). La guerre ressurgit dans l’article de Sarah Diffalah pour nous rappeler que le CEFEO était aussi composé de « 180 000 soldats africains et maghrébins » entre 1947 et 1954. Les colonisés d’Afrique sont réquisitionnés pour combattre d’autres colonisés d’Asie. La gloire militaire illusoire qui leur est offerte et qui les attire est bien amère. Ils restent les grands oubliés des récits sur la Guerre d’Indochine, bribes de mémoires et sans sépultures. Les goumiers marocains sont pourtant en première ligne sur le désastre de la RC4 en 1950.

Les deux derniers volets de cette partie s’intéressent aux métis, aux rapatriés de la guerre et aux héritages sénégalais. Ils ouvrent le champ de la réappropriation par leurs descendant-es des récits oubliés de l’Indochine. Cette prise de parole balaye de nouveau l’histoire sociale de l’Indochine cette fois-ci en France. Doan Bui retrace l’histoire de la famille Sinnourretty, issue « d’une Indochine qui n’existait plus » figée dans le temps et dans l’espace dans le CAFI (Centre d’accueil des Français d’Indochine à Sainte-Livrade sur Lot). Un CAFI emblématique de la décolonisation dont la descendance métisse, à travers le travail d’histoire orale d’Alix Douart, s’attache à faire connaître la pénible existence « sous tutelle militaire » et d’en préserver la mémoire sociale2. Cette partie se termine par un port-folio intitulé “Métissage” qui rend compte du travail vidéo-artistique de Tuan Andrew Nguyen, « Le spectre des ancêtres en devenir », une installation abordant l’histoire méconnue ou passée sous silence des tirailleurs sénégalais et de leurs descendants. « Je ne suis Français que quand ils ont besoin de corps pour arrêter les balles, et noir le reste du temps », dit Anne-Marie Niame en imaginant une parole de son père Wally.

Ainsi, le pari de nous faire entendre d’autres voix s’avère réussi dans ces seconde et troisième parties consacrées à la guerre, aux corps et aux paroles qui surgissent et analysent avec soin le passé colonial.

La quatrième et dernière partie de ce numéro très dense réfléchit sur l’après. « Après l’oubli », que faire de toutes ces histoires, comment se les réapproprier, et faire entendre ces autres voix enfouies de l’histoire ? Une nouvelle génération « d’asio-descendants », terme générique qui prend modèle sur celui d’afro-descendants, à travers une « mumuration » grandissante nous dit Doan Bui, questionne « leur mémoire et leur histoire, trouée par les guerres et les exils » (p. 85). Doan Bui évoque ainsi à grands traits les fractures de cette nation vietnamienne qui se radicalisa sans se réconcilier :

« il nous faut décomposer pour recomposer, déconstruire le récit national pour le reconstruire, en intégrant les voix des marges”, écrit Doan Bui à propos des œuvres de l’artiste Dinh Q. Lê, récemment décédé.

Le souvenir et l‘émotion se télescopent avec la pièce de théâtre Saigon, un gros succès de Caroline Guiela dédié à sa mère, qui laisse entendre cet ultime “ictus” franco-vietnamien3.

Les trois articles suivants reprennent le chemin de la violence dont on propose une autopsie, voire une archéologie muséographique en ce qui concerne les bagnes. A travers son roman « Une sortie honorable », Eric Vuillard explore la géographie autoritaire de l’Indochine avec son exploitation mortifère et la brutalité du rapport colonial et guerrier que Raoul Peck, s’appuyant sur le roman de Conrad Au cœur des ténèbres, raconte si bien dans sa série documentaire « Exterminez toutes ces brutes »4. L’oubli des Vietnamien-nes, de ce qu’ils et elles ont à dire, rappelle que « l’histoire est écrite par les puissants, même lorsqu’ils sont vaincus » (p. 92). L’écrivain Viet Thanh Nguyen revient précisément sur l’invisibilisation de la guerre d’Indochine et de ses atrocités, faute d’images mais aussi sur cette « civilisation européenne » où se côtoient allègrement les Lumières avec les ténèbres. Voilà l’ambiguïté de cette Indochine analysée par les historiens Pierre Brocheux et Daniel Hémery dans leur ouvrage de référence sortie en 1995 et réédité en 2001. Lumières et ténèbres, la page peut-elle se tourner ?

A suivre

François Guillemot, 10 mai 2024.

Suite : De quoi l’Indochine est-elle le nom ? [3]

  1. Cf. “Repenser la guerre d’Indochine : violences civiles et coloniales”, UQAM, 13 et 14 octobre 2023. URL : https://indomemoires.hypotheses.org/40246 []
  2. Cf. Son audio-documentaire : https://indomemoires.hypotheses.org/40590 []
  3. “ictus amnésique”, crise passagère de la mémoire immédiate, sorte de bug. Ce terme désigne une pathologie qui s’illustre par une “manifestation brutale d’un état morbide affectant le système nerveux”, source : ATiLF []
  4. Cf. Raoul Peck, “Exterminez toutes ces brutes, documentaire historique de 3h48, France / États-Unis, Arte éditions, 2021 []

Assurer les services de l’arrière dans la campagne de Dien Bien Phu [infographie Nhân Dân]

A l’appui d’une infographie parlante, rappel de la formidable mobilisation du gouvernement de la RDVN et de l’Armée populaire vietnamienne sur les services de l’arrière lors de la bataille de Diên Biên Phu. Infographie publiée sur le site de l’organe officiel du PCV.

La Victoire de Dien Bien Phu est l’une des victoires glorieuses dans l’histoire de la lutte du peuple vietnamien contre les agresseurs étrangers au 20e siècle. C’était une victoire de la résistance de longue durée et pénible du peuple vietnamien sous la direction du Parti et du Président Ho Chi Minh. L’un des facteurs majeurs de la victoire, c’étaient la volonté et les efforts de tout le peuple et de toute l’armée pour surmonter toutes les difficultés et libérer le pays.

Voir l’infographie : https://fr.nhandan.vn/assurer-les-services-de-larriere-dans-la-campagne-de-dien-bien-phu-post89221.html


Image “à la une” : procession de vélos pour ravitailler Diên Biên Phu, source : VNA

Indochine, une guerre oubliée – un film de David Korn-Brzoza [France TV]

Un long documentaire intéressant de David Korn-Brzoza comprenant des images inédites, souvent en couleurs (ou colorisées), exposant les différentes strates de la guerre d’Indochine. Présentation ci-après.

Le général De Lattre en 1951, à ses côtés Nguyên Huu Tri, Gouverneur du Nord Viêt-Nam sous l’Etat associé et membre du parti Dai Viêt. © ECPAD

Réalisé par : David Korn-Brzoza

Maison de production : Cinétévé / ECPAD / Procirep / Angoa / La Région Île-de-France

A l’occasion des 70 ans de la Bataille de Dien Bien Phu, qui mit un terme à la guerre d’Indochine, ce documentaire revient sur cette guerre française encore méconnue grâce à l’ouverture récente d’archives déclassifiées. La guerre d’Indochine est la guerre de décolonisation la plus violente du XXe siècle. De 1940 à 1954, la perle de l’empire colonial français, s’enflamme. Français et Vietminh transforment la péninsule indochinoise en un sanglant brasier, emportant avec eux tout un peuple. Car, derrière chaque bombe, chaque obus, chaque munition tirée, se cache l’aide des grandes puissances, qui ont fait de ce conflit un enjeu stratégique majeur de la guerre froide.

  • Diffusé le 01/05/2024 à 21h10  
  • Disponible jusqu’au 07/11/2024

Source et accès sur inscription (gratuite et sans abonnement) : https://www.france.tv/documentaires/histoire/5878824-indochine-une-guerre-oubliee.html


Notre avis : un documentaire assez exceptionnel de par la qualité de ses images mais qui comporte des raccourcis affligeants. L’introduction annonce : “Une guerre aux multiples facettes : une guerre coloniale, une guerre d’indépendance, une guerre froide, une guerre oubliée…” Une guerre civile oubliée, une guerre de réunification vue tout autant d’Hô Chi Minh que de SM Bao Dai. Le film fait l’impasse sur le départ de la guerre entre Vietnamiens avec la Révolution d’août, voire depuis les années 30 entre nationalistes et communistes sous la colonisation.

La transition entre l’État associé du Viêt-Nam (1948-1954) et l’avènement de la République du Viêt-Nam (1955-1975) est éludée et traitée de façon caricaturale. A 1h35 du documentaire, la représentation de la République du Viêt-Nam par le drapeau américain sur la carte après les Accords de Genève est une bêtise (faut-il remplacer celui de la RDVN au Nord par celui de la Chine populaire ?). Cette vue de l’esprit épouse le récit national-communiste toujours dans le déni de la guerre civile et de cet autre Viêt-Nam non communiste, vaincu et évacué de l’histoire. On ne comprend pas bien pourquoi des Vietnamiens se battent entre eux, ni pourquoi certains sont jusqu’à la fin aux côtés des soldats français à Diên Biên Phu (visibles à l’écran).

Le commentaire évoque toujours le Viêt-Minh en 1954 alors que la ligue indépendantiste est dissoute en 1951. Il s’agit désormais, au tournant de la guerre froide, d’une guerre contre l’Armée populaire du Viêt-Nam, instruite et équipée par la Chine populaire et l’URSS. Rien n’est dit non plus sur la guerre dans le delta du Mékong (la guerre commence en septembre 1945 au Sud) ou au centre du pays, le véritable oublié de cette guerre.

Points forts du documentaires : l’exploitation coloniale, le déroulement du conflit bien retracé, le napalm dans la guerre, la duplicité de la France, son déni de l’indépendance vietnamienne… Rappelons enfin que “Nguyên Ai Quôc” avant de devenir le pseudonyme du futur Hô Chi Minh était la signature collective du groupe parisien des Cinq Dragons comprenant le lettré moderniste Phan Châu Trinh, l’avocat Phan Van Truong, les nationalistes Nguyên An Ninh et Nguyên Thê Truyên et le communiste Nguyên Tât Thanh, tous indépendantistes…

L’historiographie récente (vietnamienne, anglo-saxonne ou française…) sur ce pays aurait pu être mobilisée pour éviter les quelques malheureux raccourcis dans un film aussi long, dommage.

Pour aller plus loin (ouvrages en français) :

  • Ivan Cadeau, La guerre d’Indochine. De l’Indochine française aux adieux à Saigon, 1940-1956 (Tallandier, coll. Texto, 2019).
  • Christopher Goscha, Vietnam, un état né de la guerre (Armand Colin, 2011).
  • François Guillemot, Viêt Nam, fractures d’une nation (La Découverte, 2018).
  • Pierre Journoud, Dien Bien Phu, la fin d’un monde (Vendémiaire, 2019).

Et en complément, voir l’autre documentaire de Bernard George : “Vietnam, une guerre civile” (2023) : https://indomemoires.hypotheses.org/38986

 

Christopher Goscha : Guerre d’Indochine, des prisonniers travailleurs dans l’armée française [L’Histoire n°519, mai 2024]

Une contribution inédite de l’historien Christopher Goscha à lire dans le n°519 de la revue L’Histoire. Amorce de l’article ci-dessous (accès sur abonnement).

1950 : prise dans un engrenage infernal et ayant besoin de main-d’oeuvre, l’armée française met massivement au travail des prisonniers vietnamiens, parfois même sur des zones de combat, tout en étant consciente de mépriser les règles internationales du droit humanitaire. Une dérive dévoilée pour la première fois.

Photo Paul Corcuff / ECPAD. Réf. ANN53-9R49 DEFENSE

Le 13 février 1991, lors d’un colloque au Sénat sur le Vietnam, un groupe d’anciens combattants de la guerre d’Indochine dénonce publiquement Georges Boudarel, maître de conférences à Paris-VII, alors qu’il s’apprête à prendre la parole, et l’accuse d’avoir servi de commissaire politique dans un camp viêt-minh communiste quarante ans plus tôt. Le chef de file de cette offensive, Jean-Jacques Beucler, vétéran du conflit et ancien prisonnier du viêt-minh, obtient que l’universitaire soit expulsé de l’événement. Les médias se saisissent de l’affaire et des centaines d’articles, d’images de Boudarel ainsi que de l’épouvantable expérience des Français tombés aux mains des communistes sont publiés dans la presse[1]. La conjoncture internationale facilitait ce processus mémoriel : la guerre froide touchait à sa fin, l’Union soviétique était en train de disparaître et les crimes du communisme en passe d’être dévoilés au grand public. […]

Source : https://www.lhistoire.fr/guerre-dindochine-des-prisonniers-travailleurs-dans-larm%C3%A9e-fran%C3%A7aise


Pour en savoir plus sur cette guerre, voir les derniers ouvrages de Christopher Goscha :

  • The Road to Dien Bien Phu: A History of the First War for Vietnam (Princeton University Press, 2022)
  • The Penguin History of Vietnam (Penguin/Random House, 2016), Vietnam, A New History (Basic Books, 2016, version américaine du précédent livre)
  • Historical Dictionary of the Indochina War (1945-1954): An International and Interdisciplinary Approach (University of Hawa’ii Press, 2011)
  • Vietnam, Un État né de la guerre (Armand Colin, 2011).

Indochine, la colonisation oubliée – Nouvel Obs – 25 avril 2024

A l’occasion de la sortie du numéro Hors-Série du Nouvel Obs intitulé “Indochine, la colonisation oubliée”, une soirée-débat est organisée au siège du journal le jeudi 25 avril 2024. Détails ci-après.

Indochine, la colonisation oubliée – débat

de 18h30 à 20h30

Le Nouvel Obs, 75013, Paris, France.

67-69 AVENUE PIERRE MENDES FRANCE 75013 PARIS

Description

Il y a 70 ans, à Dien Bien Phu, la France était défaite par le Vietminh. 1858-1954 : de la conquête à la défaite, s’est déroulé presque un siècle. L’histoire de l’Indochine coloniale reste pourtant mal connue, effacée de nos mémoires collectives, réduite à des chromos exotiques. Dans ce hors-série exceptionnel, le Nouvel Obs décortique les rouages de la machine coloniale, du trafic d’opium à l’exploitation des corps, raconte la violence de la guerre d’Indochine, prémisse du désastre algérien. Et propose de renverser le regard en donnant la voix à des auteurs et artistes asiodescendants, qui interrogent cette histoire.

Pour le lancement de ce numéro, nous vous proposons une soirée avec deux tables rondes.

  • Colonisation, héritage empoisonné, avec Grace Ly, militante anti-raciste et autrice, Fabien Truong, sociologue et auteur, et Anna Moï, écrivaine
  • Mémoire et transmission, les récits des asiodescendants, avec Hanae Bossert, autrice du podcast « Ma tonkinoise », Alix Douart-Sinnouretty, autrice du podcast « Vietnam sur Lot », Mai Hua, réalisatrice du film « Les rivières ». 

Soirée animée par Doan Bui, journaliste le Nouvel Obs


Inscription/billetterie : https://my.weezevent.com/indochine-la-colonisation-oubliee

Marie Robin : “Silent Shadows: A Glimpse Into the Covert and Systematized World of French Military Brothels During the First Indochina War (1946-1954)” | Saigon Social Sciences Hub – 19 avril 2024

Une conférence en ligne à ne pas manquer. Nouvelle recherche sur la Guerre d’Indochine.

Dear SSSH members and friends,

We hope this email finds you well and excited to join the 4th event of the SSSH Spring 2024 Session, starting tomorrow (April 19th) at 5:30 PM (Vietnam time – UTC+7).
 
We will have the pleasure to host Marie ROBIN, PhD candidate in History at Columbia University. Marie will propose a presentation based on her dissertation: “Silent Shadows: A Glimpse Into the Covert and Systematized World of French Military Brothels During the First Indochina War (1946-1954)”.
 
For more information, please refer to the poster in the attachment.
 
IMPORTANTTomorrow’s presentation will be held ONLINE ONLY. If you want to invite external guests to the event, please make sure to to fill in the following registration form
 

Fiche de Marie Robin sur le site de Columbia University : https://alliance.columbia.edu/people/marie-robin

“Regards croisés sur la bataille de Dien Bien Phu” – Centre culturel du Viêt-Nam – Samedi 13 avril 2024

Evénement organisé par l’Ambassade du Viêt-Nam en France. Programme ci-dessous.

REGARDS CROISÉS SUR L’HISTOIRE ET LES MÉMOIRES DE LA BATAILLE DE ÐIỆN BIÊN PHỦ
Table ronde
Date : 16h30-19h

Samedi 13 avril 2024
Centre culturel du Vietnam
19, rue Albert, 75013 Paris

Discours d’accueil de Son Excellence Monsieur DINH Toan Thang, Ambassadeur du Vietnam en France

La bataille

Extraits audiovisuels : Delphine Robic-Diaz et Margaux Blondel
Table ronde avec Daniel Roussel et William Schilardi
Intermède artistique : Dao Thanh Huyen : lecture d’extraits de
témoignages vietnamiens
Extraits slamés de son roman Dien Bien Phu : Marc Alexandre
Oho Bambe, avec Caroline Bentz au piano

La mémoire

Extraits audiovisuels : Delphine Robic-Diaz
Table ronde avec Éric Coudray, Dao Thanh Huyen et Marc
Alexandre Oho Bambe

La paix

Extraits audiovisuels : Delphine Robic-Diaz
Table ronde avec William Schilardi
Conclusion artistique : Marc Alexandre Oho Bambe, avec
Caroline Bentz au piano



Caroline BENTZ, interprète et compositrice, est pianiste depuis son
enfance. Ses mélodies, qui enlacent tendresse et mélancolie, offrent un
refuge universel pour accueillir émotions, images et poèmes.

Margaux BLONDEL, chargée de médiation culturelle à l’Etablissement de communication et de production audiovisuelles de la Défense (Ecpad).

Éric COUDRAY, professeur agrégé d’histoire-géographie au Lycée Gabriel Fauré d’Annecy et docteur en histoire contemporaine de l’Université PaulValéry Montpellier 3, auteur d’une thèse sur l’histoire et les mémoires combattantes de la guerre d’Indochine (2022), à paraître en 2025.

DAO Thanh Huyen, journaliste indépendante, auteure de “Dien Bien Phu vu d’en face. Paroles de Bo Doi” (Éditions Nouveau Monde 2010, version abrégée de “Chuyện những người làm nên lịch sử – Hồi ức Điện Biên Phủ 1954-2009” (Nhà xuất bản chính trị quốc gia, 2009).

Pierre JOURNOUD, professeur d’histoire contemporaine à l’Université
Paul-Valéry Montpellier 3 et responsable du Diplôme universitaire
Tremplin pour le Vietnam, auteur de “Paroles de Dien Bien Phu. Les
survivants témoignent” (Tallandier, 3e édition 2021, traduction
vietnamienne 2024), et de “Dien Bien Phu. La fin d’un monde”
(Vendémiaire, 2019).

Marc Alexandre OHO BAMBE, écrivain-poète-slameur, auteur de Dien
Bien Phu (Sabine Wespieser éditeur, 2018) et de Poèmes de plein jour et
mantras, pour traverser la nuit, un recueil de poésie à paraître.

Delphine ROBIC-DIAZ, maîtresse de conférences en Études
cinématographiques à l’Université de Tours, auteure de La Guerre
d’Indochine dans le cinéma français. Images d’un trou de mémoire (PUR, 2015)

Daniel ROUSSEL, ancien correspondant de L’Humanité au Vietnam entre 1980 et 1986, réalisateur du documentaire “La bataille du tigre et du l’éléphant”.

William SCHILARDI, caporal tireur d’élite au 8e choc, tireur, présent à Dien Bien Phu pendant 5 mois et demi, de l’opération Castor à la fin de la bataille.