Archives par mot-clé : guerre d’Indochine

Vietnam-sur-Lot (audio-documentaire)

Revivre l’histoire du camp de Sainte Livrade (Centre d’Accueil des Français d’Indochine ou CAFI) dans le Lot à travers la belle série documentaire d’Alix Douart.

Lien vers la série en six épisodes : https://podcasts.apple.com/fr/podcast/lhistoire/id1610003675

Repenser la guerre d’Indochine : violences civiles et coloniales – 13-14 octobre 2023 – UQAM / Montréal

Important colloque à Montréal. Programme ci-dessous.

La guerre d’Indochine (1945-54) opposant la France au Vietnam dirigé par Ho Chi Minh fut la guerre de décolonisation la plus violente du 20ème siècle. Environ un million d’êtres humains sont morts – des Laotiens, des Cambodgiens et des Vietnamiens, civils et combattants, hommes et femmes, jeunes et vieillards. L’usage de la torture, du viol et du napalm n’a pas commencé en Algérie, ni lors de la guerre du Vietnam. Et pourtant les destructions et les souffrances de la guerre d’Indochine restent encore dans l’ombre, prisonnières d’un oubli étonnant tant en Indochine qu’en France. Comment expliquer cette guerre de décolonisation si violente ? Ce colloque, le premier en son genre, vise à répondre à cette question en étudiant deux types de violences : celles perpétuées par les Français contre les Indochinois et celles qui opposaient les Indochinois eux-mêmes. Il est temps d’étudier les violences coloniales et civiles au cœur de ce conflit si meurtrier.

PROGRAMME

Vendredi 13 octobre – Salle des Boiseries – J-2805

Introduction – 9h00-10h30

Mot de bienvenue – Benjamin Deruelle (Responsable du GRHG, UQAM)
« Introduction : une guerre et ses silences » – Christopher Goscha (UQAM)

Au cœur de la violence coloniale lors de la guerre d’Indochine – 10H30-12H30

« ‘Le feu qui tombe du ciel’ : le napalm dans la guerre d’Indochine (1951-1954) » – François Guillemot, Estelle Senna, Laurent Gédéon (IAO/ENS Lyon)
« La bataille du riz dans la ‘rue sans joie’ : la guerre des infrastructures au centre du Vietnam » – David Biggs (University of California at Riverside)
« ‘La violence prolongée’ : l’usage français (illégal ?) des prisonniers de guerre et des civils vietnamiens » – Christopher Goscha (UQAM)

À propos de la violence coloniale : les massacres de la reconquête – 14H00-17H00

« L’attaque de la cité Héraud du 25 septembre 1945 : autopsie d’un massacre » – Félix Bégin (UQAM)
« Le massacre d’Haiphong de 1946 » – Stein Tonnesson (Peace Research Institute, Oslo)
« Une ‘rivière rouge de sang’ : la bataille de Thakhek, le 21 mars 1946 » – Vatthana Pholsena (National University of Singapore)
« Un ‘drôle d’oubli’ : le silence français sur les violences de la guerre d’Indochine » – Alexis Mathé (UQAM)

Samedi 14 octobre – Salle des Boiseries – J-2805

Au cœur de la violence civile à l’échelle indochinoise – 9H00-12H30

« Violence, milices et origines de la guerre civile dans le delta du Mékong, 1945-1954 » – Edward Miller (Dartmouth College)
« La première guerre d’Indochine au Laos en tant que conflit civil : l’évolution des formes de violence en 1945-1946 » – Ryan Wolfson-Ford (Library of Congress)
« Origines coloniales et locales des conflits civils au Cambodge : la première guerre d’Indochine, 1945-1954 » – Ben Kiernan (Yale University)
« Je fais la guerre : Nguyen Van Tam et sa participation à la guerre française en Indochine » – Ninh Xuan Thao (École Normale d’Hanoï)

Au cœur de la violence civile à l’échelle locale – 14H00-17H00

« Violences de guerre et persécutions religieuses : les catholiques pendant la première guerre d’Indochine » – Claire Tran Thi Lien (Université Paris Cité)
« Révolution ou agression civile au village ? L’antagonisme de classe et la réforme agraire du Vietnam communiste » – Alex-Thai Vo (Texas Tech University)
« Le massacre de Son Ha de 1950 : un rejet par les montagnards de la gouvernance de la République démocratique du Vietnam » – Dao The Duc (Institute of Culture, Vietnam Academy of Social Sciences)
« Comment les minorités ethniques ont été entraînées dans la guerre d’Indochine : les conséquences du massacre de 1950 dans les terres de Quang Ngai » – Andrew Hardy (EFEO, Paris)

Mot de conclusion et discussion d’ensemble – Christopher Goscha (UQAM)


Un colloque organisé par le professeur Christopher Goscha (UQAM), membre de l’IEIM
Contact : goscha.christopher@uqam.ca


Source : https://ieim.uqam.ca/repenser-la-guerre-dindochine-violences-civiles-et-coloniales/

François Guillemot : Une photographie de l’édition littéraire vietnamienne pendant la guerre d’Indochine – 19 avril 2023 – Inalco

Intervention de François Guillemot dans la journée d’étude « Le livre et l’écrit dans la modernisation du Vietnam du milieu du XIXe siècle aux années 1940 », Inalco, mercredi 19 avril 2023.

Couvertures d’œuvres littéraires de Lê Van Truong © photo FG

Une photographie de l’édition littéraire vietnamienne pendant la guerre d’Indochine

François GUILLEMOT (docteur en histoire, IAO, CNRS – ENS)

À partir d’un corpus de 225 ouvrages édités au Viêt-Nam en 1949 et 1955 pendant l’existence de l’État associé du Viêt-Nam et en pleine guerre d’Indochine, il est possible d’enrichir notre connaissance sur l’édition littéraire de ce pays. Les informations disponibles sur chaque ouvrage édité permettent de compiler une série de données et d’envisager une histoire de l’édition de cette époque. Quelles étaient les maisons d’éditions, petites, grandes, disparues ? Que peut-on savoir de leurs catalogues ? Qui distribuait les ouvrages au nord ou au sud ? Que sait-on des librairies, des imprimeurs, des tirages, du lectorat ? Quels étaient les auteurs et autrices publiés ? Qui illustraient les couvertures des romans ? À quelle typologie et à quel le genre les ouvrages proposés étaient-ils identifiés ? À partir de ces différents éléments sur un échantillon limité, notre communication tentera d’établir une photographie de ce qu’était l’édition littéraire dans un temps de guerre civile et d’incertitudes politiques.

Couvertures d’un roman de Pham Thu Canh sur la guerre et couverture du peintre Bui Xuân Phai pour un roman de Pham Cao Cung © photo FG

Programme complet de la journée d’étude : http://www.inalco.fr/evenement/journee-etude-livre-ecrit-modernisation-vietnam-milieu-xixe-siecle-annees-1940

Christopher Goscha : L’asymétrie mémorielle Algérie-Vietnam en France. Réflexions sur « un oubli indochinois » – Inalco : mardi 6 décembre 2022

Seconde conférence de Christophe Goscha à l’Inalco le 6 décembre 2022.

Date : 

Mardi 6 décembre 2022 – 12:00 – 14:00

Lieu : 

Inalco, PLC (65, rue des Grands Moulins – 75013 Paris ) – 5.09

Professeur à l’Université du Québec à Montréal et spécialiste de la péninsule indochinoise, l’historien Christopher E. Goscha s’intéresse en particulier au contexte international et transnational de la colonisation et de la décolonisation de l’Indochine française. Il donnera le 5 et le 6 décembre 2022 deux conférences à l’Inalco autour de ses deux derniers ouvrages : « Vietnam, a New History » (New York, Basic Books, 2016, 592p) et “The Road to Dien Bien Phu: A History of the First War for Vietnam” (Princeton University Press, 2022, 568p).

Lien vers l’annonce en ligne : http://www.inalco.fr/evenement/asymetrie-memorielle-algerie-vietnam-france-reflexions-oubli-indochinois

Sur le même sujet lire l’article :

Algérie-Indochine : l’asymétrie mémorielle française, The Conversation, 14 septembre 2022 : https://theconversation.com/algerie-indochine-lasymetrie-memorielle-francaise-190024

Le trafic de piastres en Indochine [France Inter]

A réécouter sur France Inter dans l’émission Affaires sensibles avec la participation de Hugues Tertrais, historien.


« La perle de l’Empire » : c’est ainsi que l’on appelait l’Indochine française, cette terre lointaine qui a fasciné jadis tous ceux qui s’y sont aventurés, entre rêve d’exotisme et fumeries d’opium. On l’a aujourd’hui un peu oubliée, remplacée dans la mémoire collective par l’histoire de sa décolonisation – une guerre qui durera huit ans, entre 1946 et 1954. Entre-temps, l’Indochine française fut le théâtre d’un gigantesque trafic financier, un secret d’État aux allures de trahison.

En décembre 1945, la monnaie indochinoise – la piastre – est volontairement surévaluée par le pouvoir gaulliste afin de stimuler, dit-on, les exportations. Mais cette mesure va rapidement être détournée de son but initial et permettre à des milliers de gens de s’enrichir grâce à un tour de passe-passe administratif. Empereur, ministres, députés, militaires, fonctionnaires et banquiers : tout le monde resquille et se gave sur le dos du contribuable. Le trafic dure le temps de la guerre, jusqu’à ce qu’un certain Jacques Despuech, courageux fonctionnaire devenu lanceur d’alerte, ne révèle le scandale, plus grave encore : le Vietminh – en guerre contre la France – se serait infiltré dans le système pour financer son armement.

Un récit documentaire de Margaux Opinel

Invité :

Hugues Tertrais, historien,  professeur émérite à Paris Sorbonne sur l’Asie contemporaine et les relations internationales. Il est l’auteur en 2002 de La piastre et le fusil. Le coût de la guerre d’Indochine, 1945-1945, édité par l’Institut de la gestion publique et du développement économique, 2002

Lien URL : https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/affaires-sensibles/affaires-sensibles-du-lundi-07-novembre-2022-8157253


Références, pour aller plus loin :

Despuech, Jacques C., Le trafic de Piastres, Paris, Deux Rives, 1953. Nouvelle éd. revue et augmentée chez La Table ronde, 1974.

Despuech, Jacques C., Mission inutiles à Saigon, Paris, La Table ronde, 1955.

Laurent, Arthur, La Banque de l’Indochine et la piastre, Paris, Deux Rives, 1954.

Leplat, Daniel, Le trafic de la piastre indochinoise, 1945-1954, thèse de doctorat sous la direction de Jacques Marseille, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2010.

République Française. Ministère de l’Intérieur. Direction Générale de la Sûreté Nationale. Direction de la Surveillance du Territoire, La livraison du rapport Revers : affaire, complications et complicités, 1950.

Marcelino Truong : 40 hommes et 12 fusils. Indochine 1954 [parution]

Le troisième roman graphique de Marcelino Truong, retour vers la guerre d’Indochine et focus sur l’armée populaire. Présentation de l’éditeur.

Après Une si jolie petite guerre et Give peace a chance, Marcelino Truong délaisse la guerre du Viêt-Nam pour celle de l’Indochine. Sur les pas de Minh, le jeune peintre qui rêve depuis Hà Nôi de Saint-Germain-des-Prés et de Juliette Gréco, enrôlé malgré lui dans le Viêt-Minh de l’Oncle Hô, un regard inédit sur le conflit qui conduisit à l’humiliante défaite des Français à Diên Biên Phu…

Source : http://www.denoel.fr/Catalogue/DENOEL/Denoel-Graphic/40-hommes-et-12-fusils