Archives par mot-clé : guerre civile

Norodom Sihanouk, la clef politique de l’émergence des Khmers rouges

[ndlr] Le documentaire de Gilles Cayatte réalisé en 2008 intitulé “Les 9 vies de Norodom Sihanouk” retrace le parcours politique du roi du Cambodge à travers un portrait sans concession. Ce documentaire permet de mieux comprendre les causes politiques qui ont permis l’émergence des Khmers rouges. A voir sur la chaîne You Tube de Gabriel Valmont.

Avec les commentaires de :
Jacques Bekaert, David Chandler, Alain Daniel, Princesse Buppha Devi (fille de Sihanouk), Kek Galabru, John Gunther Dean, Julio Jeldres, Suon Kaset, Jean Lacouture, François Ponchaud, Sam Rainsy, Chak Sarik, Norodom Sihanouk, Son Soubert, Saumura Tioulong…

* * *

Documentaire
Durée : 52′
Auteur-réalisateur : Gilles Cayatte
Production : France 5 / Alegria / INA
Année : 2008

Lundi 23 février 2009 à 20.35 (première diffusion sur France 5)

Alors que le 17 février s’ouvre au Cambodge le procès tant attendu de Douch, ex-responsable du centre de torture S-21 poursuivi pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité, ce documentaire retrace la vie de Norodom Sihanouk, qui a épousé la destinée du Cambodge.

Roi, demi-dieu, père de l’indépendance, simple citoyen devenu prince, chef d’Etat, Premier ministre, exilé, prisonnier… au cours de sa très longue vie politique, Norodom Sihanouk a endossé tous ces costumes. Au total, neuf vies que Gilles Cayatte a choisi de raconter, qui correspondent à autant d’époques, de ruptures, de choix, de stratégies, subis ou adoptés par Sihanouk et qui ont écrit l’histoire de son pays. Cet homme est aujourd’hui le dernier survivant d’une époque, celle de la fin du colonialisme. Il a traversé toutes les épreuves, tous les courants.

Un parcours fait d’ombre et de lumière

Pour raconter ce parcours hors du commun, fait d’ombre et de lumière, le réalisateur a recueilli de nombreux témoignages de proches, de conseillers, de journalistes. Il donne à nouveau la parole à Norodom Sihanouk à travers de multiples extraits d’interviews. Parmi les archives utilisées apparaissent pour la première fois des archives cambodgiennes longtemps conservées à Phnom Penh. Le film montre comment il n’a jamais abandonné et combien il a toujours été adoré par le peuple cambodgien. En pleine guerre d’Indochine, ce « roi d’opérette », sous la tutelle des Français, négocie l’indépendance du Cambodge sans qu’une goutte de sang ne soit versée.

Pour préserver et construire son pays, il joue sur les tensions et les luttes de pouvoir. Selon les époques, les circonstances, il s’appuie sur la Chine, l’Amérique, la France, la Russie. Mais, renversé en mars 1970 par le général pro-américain Lon Nol, il n’est plus maître du jeu. Il s’allie alors aux ennemis communistes d’hier. De 1975 à 1979, l’horreur khmère rouge planifiée par Pol Pot fait environ 1 million et demi de victimes et ne l’épargne pas. Prisonnier puis exilé, il doit attendre la libération du Cambodge par le Vietnam, puis la fin de l’occupation vietnamienne, douze ans plus tard, pour rentrer dans un pays enfin en paix.

Valentine Ponsy (France 5).

Séminaire “Mémoires d’Indochine” : Mémento personnalités – séance 3

Mémento Personnalités

Rappel biographique succinct des auteurs et personnalités historiques  évoqués lors de la Séance 3

 

Partie 1 : Les deux Viêt-Nam

Pavillon national de la RDVN
(Nord Viêt-Nam 1945-1975)
Pavillon national de l’Etat du Viêt-Nam
(1948-1955)
et de la République du Viêt-Nam
(Sud Viêt-Nam 1955-1975)

 

Bùi Tín (1927-)

Dissident vietnamien, ancien vice-rédacteur en chef du quotidien du peuple (Nhân Dân, le journal officiel du Parti communiste du Vietnam). Il rejoint le Viet Minh en 1945 et exerce en tant que journaliste pour le journal de l’Armée populaire du Vietnam. Engagé dans l’Armée populaire vietnamienne à l’âge de 18 ans, il est blessé lors de la bataille Dien Bien Phu. Il sert au sein l’état-major de l’armée nord-vietnamienne pendant la guerre du Vietnam et s’occupe de la question des prisonniers de guerre américains. Durant la prise de Saigon le 30 avril 1975, il fait partie de l’unité nord-vietnamienne qui reçoit la reddition de Duong Van Minh, dernier dirigeant de la RVN (Sud). Après la victoire, il perd peu à peu ses illusions face à la corruption d’après-guerre et l’isolement de la RSVN. En 1990, Bui Tin quitte le Vietnam pour vivre en exil à Paris et exprimer publiquement ses critiques vis-à-vis du régime. A partir de novembre 1991, il intervient dans le débat sur les MIA-POW. Il publie plusieurs ouvrages en vietnamien qui font sensation dans lequel il dénonce l’appareil totalitaire communiste. Il publie en anglais deux ouvrages importants : Following Ho Chi Minh: The Memoirs of a North Vietnamese Colonel (University of Hawaii Press, 1995) et From Enemy To Friend: A North Vietnamese Perspective on the War (US Naval Institute Press, 2002). Il continue aujourd’hui à donner son avis sur l’évolution du Vietnam à travers son propre blog sur VOA.

David Lan Pham (1940-)

David Lan Pham est né à Thu Dau Mot dans la province de Binh Duong au Sud du Vietnam. Diplômé de l’Université de Saigon, il a enseigné l’histoire et a eu de multiples activités culturelles et journalistiques au Sud-Vietnam avant 1975. Il a exercé diverses fonctions de direction en tant que Secrétaire général des enseignants vietnamiens de l’Association des Enseignants d’Histoire et de Géographie, secrétaire général de l’Association de la Bibliothèque nationale vietnamienne, Conseiller à la Confédération Vietnamienne Travail (CVT) de Binh Duong et conseiller d’une Ecole bouddhiste à Binh Duong. Il quitte le pays clandestinement avec son fils et ses deux frères en 1986. Il publie en 2000 un récit de vie dans lesquel il rend compte de la vie sociale et politique vietnamienne sur quatre décennies de guerre civile. Il publie également d’autres ouvrages dont une biographie d’Ho Chi Minh en 2007. Aux Etats-Unis, il a travaillé pour le programme des réfugiés en Alabama et a créé le Bulletin bilingue / Tin Viet et Dac San Que Huong. Pour ses activités éducatives et sociales auprès des réfugiés il est cité dans plusieurs répertoires biographiques. Il vit actuellement à Toledo, dans l’Ohio.

* * *

Ngô Đình Diệm (1901-1963)

Mandarin nationaliste et catholique, originaire de Huê. Ministre de l’empereur Bao Dai en 1932, démissionne en 1933. Il se rend aux Etats-Unis au début des années cinquante. De retour au Viêt-Nam, il prend la direction du dernier gouvernement de Bao Dai en juin 1954. Un an plus tard à la suite d’un référendum populaire douteux, il devient Chef d’Etat de la Première République du Viêt-Nam (1955-1963) qu’il fonde le 26 octobre 1955. Il met en place une politique anticommuniste autoritaire avec les Agrovilles en 1959 et les Hameaux stratégiques en 1961. Très contesté au sein même du camp nationaliste, il est assassiné en novembre 1963 avec son frère Nhu à la suite de la violente crise bouddhiste. Sa diparition plonge le Sud Viêt-Nam dans une période de chaos et de troubles politiques pendant trois ans. Pour une biographie plus complète voir Ngo Dinh Diem (par Kelsey Leonard – Cold War Museum).

Thích Quảng Đức (1897-1963)

Vénérable bouddhiste, né Lâm Văn Tức en 1897, originaire de la province de Khanh Hoa au centre. Pratiquant dès l’âge de 7 ans, il consacre sa vie à l’étude du bouddhisme. Moine à 20 ans, il s’isole lors d’une retraite de trois ans après son ordination. Il s’immole par le feu à Saigon le 11 juin 1963 pour s’opposer à la politique répressive du gouvernement de Ngô Đình Diệm contre les bouddhistes. L’image de cette immolation (Malcom Browne, prix Pulitzer et 1963),  fera le tour du monde et précipitera la chute du clan des Ngo et de l’appareil diemiste. Par ce geste, Thich Quang Duc est depuis devenu une icône internationale.

Trường Chinh (Đặng Xuân Khu, 1907-1988)

Dirigeant communiste, principal théoricien du parti. Secrétaire général du PCI à partir de mai 1941 puis du Lao Động entre 1951 et 1956. Auteur du célèbre texte La résistance vaincra, regroupant une série d’articles parus à l’origine dans la revue du parti Su That (La Vérité) du 4 mars au 1er août 1947. Pro-chinois, il est le maître d’œuvre de la réforme agraire radicale avant d’être écarté de la direction du parti. Président de l’Assemblée nationale de la RDVN en 1960. Chef de l’Etat de la RSVN de juillet 1981 à juin 1987. Incarne la ligne dure du PCV et la ligne maoïste dans les années soixante. Paradoxalement, il est favorable aux réformes du Doi Moi en 1986 à la fin de sa vie.

 

 

Partie 2 : Mouvements de résistance

Le FULRO

Pavillon du Front de Libération du Champa
Pavillon du Front de Libération des Hauts Plateaux Montagnards
(Flag by Chrystian Kretowicz)
Pavillon du FULRO
(Front Unifié de Lutte des Races Opprimées)

 

Lès Kosem (?-1976)

Officier militaire cambodgien d’origine Cham, connu sous le nom de guerre “Po Nagar”, et figure marquante de la Deuxième Guerre d’Indochine. Parachutiste dans l’Armée royale cambodgienne, il fonde le Front de Libération du Champa dans les années 1950. Son organisation rejoint le front de résistance montagnarde FULRO (Front Unifié de Lutte des Races Opprimées) créé le 20 septembre 1964. Il se sépare du FULRO en 1968 après un désaccord avec Y Bham Enuol, le leader du Front. Lié aux services secrets cambodgiens, Les Kosem est impliqué dans le trafic d’armes avec les Nord-Vietnamiens. Après le renversement de Sihanouk en 1970, il devient un fervent partisan de Lon Nol et reçoit le grade de général des Forces Armées Nationales Khmères (FANK). A la victoire des Khmers rouges en avril 1975, il se serait réfugié en Malaisie où il décède un an plus tard.

Y Bham Enuol (1923-1975)

Résistant montagnard d’origine E-Dhe (Radhé), il fonde et dirige plusieurs mouvements armés montagnards. Au mois de mai 1958, il créé le front Bajaraka mais il est arrêté en septembre par le régime de Ngo Dinh Diem et reste emprisonné jusqu’à la chute de Diem. En mars 1964, il fonde le Front de Libération des Hauts Plateaux Montagnard, front qui intègre le FULRO (Front Unifié de Lutte des Races Opprimées) créé le 20 septembre 1964 dont il prend la direction. Pour divergence de stratégie, il est arrêté par Les Kosem, un des leaders cambodgien du Front. Il est assigné à résidence à Phnom Penh jusqu’à sa mort en avril 1975 où il est exécuté par les Khmers rouges avec sa famille.

 * * *

Le FNL Sud-Vietnam

Pavillon du Front national pour la libération du Sud-Viêt Nam (FNL-Sud VN 1960-1975)

 

Nguyen Huu Tho,  (born July 10, 1910, Cho Lon, southern Vietnam—died Dec. 24, 1996, Ho Chi Minh City, Vietnam), chairman of the National Liberation Front (NLF), the South Vietnamese political organization formed in 1960 in opposition to the U.S.-backed Saigon government.

The son of a rubber-plantation manager who was later killed during the First Indochina War (1946–54), Nguyen Huu Tho studied law in Paris in the 1930s. Returning to Saigon, he set up practice, remaining politically inactive until 1949, when he led student demonstrations against the French; he also organized protests in 1950 against the patrolling of the southern Vietnamese coast by U.S. warships. He was imprisoned and won popular acclaim for his prolonged hunger strike in protest of the war.

After the Geneva Agreements had divided Vietnam into northern and southern zones in 1954, Tho cooperated with the southern regime of Ngo Dinh Diem until he was arrested for advocating nationwide elections on reunification. Except for a short interval in 1958, Tho remained in prison from 1954 to 1961, when he escaped with the aid of some of his anti-Diem followers. These men, who had recently formed the National Liberation Front, made Tho, a noncommunist, provisional and then full-time chairman of the NLF.

Tho essentially served as a figurehead leader, while real power in the NLF was held by its military arm, the Viet Cong, and by veteran communists who reported directly to the North Vietnamese leadership. Tho helped attract a wide spectrum of South Vietnamese supporters to the NLF. In June 1969 the NLF established a Provisional Revolutionary Government (PRG) with Huynh Tan Phat as president and Nguyen Huu Tho as chairman of its advisory council. The PRG, in effect, became the government of South Vietnam in April 1975, when the Saigon government’s troops surrendered to the North Vietnamese and PRG forces. Tho was made a vice president of Vietnam in 1976, a post he held until 1980, when he became acting president. In 1981 Tho was made vice president of the Council of State, as well as chairman of the Standing Committee of the National Assembly. (source : Encyclopedia Britannica).

Sisouk Na Champassak : Tempête sur le Laos [1961]

[ndlr] Témoignage direct du prince Sisouk na Champassak (1928-1985) sur la guerre civile laotienne. Paru en 1961, Tempête sur le Laos retrace les événements politiques du Laos de la Seconde guerre mondiale jusqu’en 1960. La vision est celle d’un officiel du gouvernement royal alors très impliqué dans les affaires politiques et internationales de son pays. L’auteur explique sa démarche dans l’avant-propos qui suit. L’ouvrage est paru initialement en langue anglaise sous le titre Storm over Laos, a contemporary history (New York, Praeger, 1961).

Avant-propos de l’auteur

Ce livre n’est qu’une esquisse. C’est une série de témoignages et de récits vécus des événements qui ont pesé lourdement sur le destin de mon pays depuis 1945. Depuis seize ans, le royaume du Laos vit dans l’insécurité et la guerre, et pourtant l’opinion internationale n’a jamais été clairement informée de la nature que mène le peuple du Royaume du Million d’Éléphants contre les ingérences de la République démocratique du Nord Vietnam et de ses empiètements successifs d’abord, sous le couvert d’une prétendue libération des pays de l’ancienne Indochine française, et ensuite, au nom d’une croisade idéologique. Dans ce livre je me suis borné à relater les faits, surtout depuis la Conférence de Genève de juillet 1954 en essayant de les analyser sans préjugés ni passion. J’ai été mêlé de près ou de loin dans tout cet enchaînement de drames qui déchirent mon pays. J’ai collaboré avec Son Excellence Katay Don Sasorith, alors premier ministre, en tant que son directeur de cabinet et représentant du gouvernement royal auprès de la Commission Internationale de Contrôle ; j’ai servi Son Altesse le prince Souvanna Phouma, en qualité de secrétaire général du Conseil des ministres ; et j’ai eu l’honneur de faire partie du gouvernement de son Excellence Phoui Sananikone, comme secrétaire d’Etat à l’Information et à la Jeunesse, gouvernement au sein duquel le général Phoumi détenait le portefeuille du secrétariat d’État à la Défense nationale. Je connais le prince Boun Oum Na Champassak dont je suis l’un des proches parents et pour lequel j’éprouve le plus grand respect et la plus grande affection. En outre, j’ai participé à toutes les négociations et conversations avec les leaders du Pathet-Lao depuis la première prise de contact à la plaine des Jarres en janvier 1955, jusqu’à la Conférence de Vientiane, en août 1956. En passant par le rendez-vous Katay D. Sasorith-prince Souphannouvong de Rangoon.

Mon but n’est pas de faire l’apologie de telle ou telle politique de ces hommes au pouvoir depuis la naissance du Laos indépendant, mais de montrer à l’opinion publique les diverses étapes de ce qu’il convient d’appeler les « approches du communisme international pour la conquête de l’Asie du Sud-Est », et surtout les difficultés de toutes sorte qui assaillent un pays petit enclavé, né dans l’équivoque de Genève, et placé en sandwich entre les deux camps antagonistes dans une zone de tension où pressions et dépressions atteignent souvent leur maximum.

Je souhaite que ce livre puisse ramener les laotiens égarés dans la communauté nationale afin d’édifier un Laos uni, neutre, et indépendant. Je forme également le voeu que les Laotiens de quelque bord qu’ils soient fassent notre propre évolution au lieu de faire la révolution des autres.

Réf. Sisouk Na Champassak, Tempête sur le Laos, Paris, La Table Ronde, « L’ordre du jour », 1961, 266 p.

 

Couverture de l’édition new-yorkaise
(Frederick A. Praeger, 1961)

 

Prince Sisouk na Champassak (March 28, 1928 in Pakse, Champassak, Laos – May 10, 1985 in Santa Ana, California, United States). He was the eldest son of Chao Bounsouane na Champassak, who was in turn the eldest son of the last King of Champassak, Chao Ratsadanay. His brother is Chao Sisanga Na Champassak.

Prince Sisouk was a member of the Na Champassak royal family or house. He served as Secretary General of the Royal Government in the Kingdom of Laos. He is the author of Storm over Laos, a history of Laos from World War II until about 1961.

He became Minister of Finance and Minister of Defense in the pre-1975 Royal Lao Government. After fleeing Laos in May 1975, as the country fell to the communist Pathet Lao, he immigrated to France. In 1981, he became a key political leader of the resistance against the communist Lao PDR government, together with General Vang Pao. He died in Vang Pao’s house in Santa Ana, California. (source : Wikipedia – page consultée le 10 octobre 2012).

Book review :

By Gordon Leonard, in Political Research Quartely, Volume 15 (4): 738-740, December, 1962.

War in Shangri-La: A Memoir of Civil War in Laos by Mervyn Brown

Mervyn Brown, War in Shangri-La: A Memoir of Civil War in Laos, Radcliffe Press / I. B. Tauris, 2001, 288 p.

Sandwiched between US-supported Thailand and Communist North Vietnam, the tranquil Buddhist Kingdom of Laos–the original Shangri-La–became the center of a major Cold War crisis in the early sixties, when Mervyn Brown served there as deputy to the British Ambassador. He has written a fascinating and highly readable account of his often hazardous experiences, which included the battle of Vientiane passing through his garden and a grueling month as prisoner of left-wing Pathet Lao guerrillas in remote mountainous jungle inhabited by Stone Age aboriginal people. His story is set against a detailed account of the developing political and military crisis. It reveals the tensions that developed in the US between the newly elected President Kennedy, his Secretary of State Dean Rusk, and their advisors in the State Department, the CIA, and the Pentagon while a regional policy was formulated in the face of the perceived communist threat.

Sir Mervyn Brown, after Oxford where be gained a tennis blue and formed life long friendships with Kingsley Amis and Philip Larkin mainly through jazz, became a career diplomat, and served in Buenos Aires, Singapore and Vientiane, as Ambassador to Madasgascar and Benin, and as High Commissioner to Tanzania and Nigeria, with spells at the Foreign and Commonwealth Office and the United Nations.

Table of contents:

Foreword–The Rt Hon The Lord Carrington, KG, CH * Life Before Laos * A Short History Lesson * Last Days of Peace * The Little Captain and the Invisible King * The Battle of Vientiane * World Crisis * The Plain of Jars * Stalemate in Vientiane * An Involuntary Tour of the South * Success at Last * Things Fall Apart * Dream Turns to Nightmare * Ends and Means

Aperçu sur Google Books