Archives par mot-clé : guerre civile

François Guillemot : De la « guerre du peuple » à la « guerre civile révolutionnaire »

Résumé de notre communication pour le colloque « La guerre dans les civilisations de l’Orient et de l’Extrême-Orient » organisé par la Société Asiatique, le Collège de France, CRCAO et l’unité Proche-Orient Caucase.

Guillemot_PolémologieRDVN_19mai2015

De la « guerre du peuple » à la « guerre civile révolutionnaire »

Essai de polémologie vietnamienne

Cette communication défend la thèse que l’on ne peut détacher la « guerre révolutionnaire » de son pendant de guerre civile, ce que Mao Zedong résuma dans l’appellation concise de « guerre civile révolutionnaire » (国内革命战争). Mais ce qui fut clairement édicté par Mao pour le cas de la Chine populaire n’a jamais été clairement mis en avant par la polémologie de la République démocratique du Viêt-Nam (RDVN) dans sa guerre de réunification entre 1945 et 1975. Les termes de « guerre civile » (nội chiến) sont restés pendant des décennies le tabou absolu d’une guerre qualifiée dans l’historiographie actuelle de « guerre de destruction » (chiến tranh phá hoại) ou de « guerre d’agression » (chiến tranh xâm lược) versus « guerre du peuple » (chiến tranh nhân dân) puis de « résistance antiaméricaine pour le salut national » (cuộc kháng chiến chống Mĩ cứu nước) et plus généralement pour les deux guerres de « résistance contre le colonialisme français et l’impérialisme américain » (cuộc kháng chiến chống thực dân Pháp và đế quốc Mỹ).

Dans un premier temps, après avoir mesuré l’importance des sources vietnamiennes, nous poserons la question de l’appellation de cette guerre à multiples facettes et notamment de sa dimension de guerre civile. Nous nous intéresserons dans un second temps au concept de « guerre du peuple » (chiến tranh nhân dân) développé par le général Võ Nguyên Giáp pour en comprendre les ressorts. Nous verrons comment ce concept évolue lorsque la décision de la reconquête du Sud par les armes est adoptée lors du 15e Plenum du Parti des Travailleurs du Viêt-Nam (Đảng Lao Động Việt Nam) en janvier 1959. Nous soulignerons l’aide de la Chine populaire et l’influence du maoïsme sur la lutte révolutionnaire « exemplaire » du Viêt-Nam dans le contexte de la brouille sino-soviétique et de la prédominance des thèses de Lê Duẩn, Premier secrétaire du Parti de 1960 à 1976 puis Secrétaire général du PCV de 1976 à 1986, date de sa mort.

Après avoir interrogé le discours sur la nature de la guerre, il s’agira, dans un troisième temps, de sonder la réalité de la guerre, voir « ce que faire la guerre révolutionnaire veut dire » sur le terrain des opérations. Nous suivrons l’évolution de ce type de guerre lorsque la guerre civile atteint son paroxysme notamment dans le Sud sous la forme d’une « guerre civile révolutionnaire », centrée sur l’ennemi intérieur et ouvrant la voie à l’invasion du Sud par le Nord. Nous verrons comment est analysée la figure de l’ennemi (extérieur/intérieur) qui prend forme au Viêt-Nam dès 1945-46 pour se terminer dans les années 1990 avec la fin du conflit cambodgien, marqué par les dernières luttes contre les réseaux armés anticommunistes des exilés vietnamiens infiltrés en péninsule indochinoise.

Enfin, dans une dernière partie, nous questionnerons différents aspects de la guerre populaire et tenterons d’identifier et de mesurer les étapes de la guerre civile entre 1945 et 1975. En conclusion, notre réflexion se portera sur l’impact de long terme que la vision officielle de la guerre fait encore peser sur le destin politique du pays désormais en paix et sur les consciences d’un Viêt-Nam pluriel et transnational.

Guillemot François, IAO, CNRS, ENS de Lyon

Voir le vocabulaire de la guerre en ligne sur notre carnet de recherche sur les femmes et la guerre au Viêt-Nam.

Programme complet du colloque en ligne sur le site du Centre de Recherche sur les Civilisations de l’Asie Orientale (CRCAO) et sur le Blog de l’IAO.

Nguyễn Gia Kiểng : Bốn mươi năm sau, nhìn lại cuộc nội chiến

[ndlr] Signalement d’un article intéressant de l’intellectuel Nguyen Gia Kieng sur les fondements de la guerre civile vietnamienne.

“… Cuộc nội chiến của chúng ta đã kéo dài 30 năm. Tệ hơn nữa nội chiến đã không chấm dứt ngày 30/4/1975, nó đã chỉ nhường chỗ cho một cuộc nội chiến khác, một cuộc nội chiến một chiều trong đó phe chiến thắng mặc sức huênh hoang, bỏ tù, đầy đọa, hạ nhục và cướp bóc.”

Rất nhiều điều đã được viết và nói ra về biến cố 30/04/1975, đặc biệt là trong lúc này nhân dịp kỷ niệm 40 năm. Tuy vậy biến cố này quan trọng và phức tạp đến nỗi không thể nào có thể nói đủ về nó. Một trong những điểm còn phải được mổ sẻ là bản chất nội chiến của cuộc chiến, buộc chúng ta nhìn một cách khác những hậu quả của nó cũng như những gì mà nó tiết lộ về đất nước và con người Việt Nam.

Trước hết phải khẳng định một cách thật dứt khoát rằng đây là một cuộc nội chiến. Trên điểm này không được có bất cứ một thắc mắc nào. Khi người trong một nước giết nhau trên một qui mô lớn và trong một thời gian dài thì đó là nội chiến, dù có hay không có sự can thiệp từ bên ngoài. Đó đã là trường hợp của chúng ta. Nhưng tại sao vẫn có người ngại gọi nó là một cuộc nội chiến? Vậy thì chúng ta cần thảo luận một lần cho xong.

Nội chiến là gì?

Lire la suite : Dan Luan, 01/052015.

Tuong Vu : The United States isn’t the only country still trying to figure out the Vietnam War

[ndlr] Article de Tuong Vu sur la signification et le poids de la guerre pour le Viêt-Nam d’aujourd’hui.

Forty years ago this month, the savage war in Vietnam ended dramatically with North Vietnamese tanks crashing through the gates of the Presidential Palace in Saigon. As Americans continue to struggle over the legacies of the Vietnam War, it may surprise many of us that our former enemy who won that war is confronting a crisis over its meaning.

Ever since the end of the war, Hanoi leaders have sought to capitalize on their military victory to legitimize their rule. Every year the event is celebrated with great fanfare, as “the day when South Vietnam was liberated and the country reunified.” The victory on that day, Vietnamese are told again and again, epitomized the 4,000-year history of Vietnamese struggle for independence. Its greatness validated the eternal mandate of the Communist Party to rule the country.

Yet public opinion inside Vietnam about the meaning of the war has quietly shifted in the last two decades as Vietnamese gained the freedom to travel abroad, as scholars gained access to previously classified documents, and as the internet broke the government’s monopoly on access to information. The internet has been the government’s chief adversary more than anything else. Most Vietnamese were born after the war, and without the internet they would not have been able to know what really happened during the war and in its aftermath.

VietnamWar_DongXoai1965
In this June 1965 photo, South Vietnamese civilians, among the few survivors of two days of heavy fighting, huddle together in the aftermath of a battle to retake a Vietcong-held post at Dong Xoai, Vietnam © AP Photo/Horst Faas.

[…]

Much to the government’s chagrin, Vietnamese now view the war as a proxy war and civil war rather than one for national liberation and unification (Tuong Vu).

Lire la suite / Read more : History News Network, 20/04/2015.

A native of Vietnam and an associate professor of political science at the University of Oregon, Tuong Vu has authored many books and articles about the Cold War, the Vietnam War, and the Vietnamese revolution. He can be reached at thvu@uoregon.edu.

Viêtnam – La « sale guerre » un film de Christel Fromm [Arte]

[ndlr] Thema spécial Viêt-Nam sur la chaîne Arte, mardi 14 avril 2015 : Viêtnam – La « sale guerre » un film de Christel Fromm (90 mn). Rediffusion lundi 04 mai à 8h50.

 

De la guerre d’Indochine menée et perdue par les Français à la chute de Saigon fin avril 1975, des vétérans américains, des combattants vietnamiens, des journalistes et des militants pacifistes retracent la guerre du Viêtnam. Ces témoignages émouvants alternent avec des images d’archives, des documents laissés par des soldats disparus et des extraits d’actualités de l’époque.

Vietnam_LaSaleGuerre_ArteCliquez sur l’image pour accéder au site

Le cliché de cette petite Vietnamienne nue, fuyant un village en feu suite à un bombardement au napalm en 1972, a fait le tour du monde. Il est depuis resté gravé dans les mémoires. Mais comment en est-on arrivé à une telle horreur ? De la guerre d’Indochine menée et perdue par les Français à la chute de Saigon fin avril 1975, des vétérans américains, des combattants vietnamiens, des représentants des médias et des militants pacifistes retracent le conflit. Ces témoignages émouvants alternent avec des images d’archives inédites, des documents laissés par des soldats disparus et des extraits d’émissions d’actualités de l’époque. À travers cette matière passionnante, le film évoque aussi bien l’esprit de résistance des Vietnamiens que leur combat fratricide, né de la partition de leur pays. Viêtnam – La « sale guerre » explore les facettes les plus sombres de ce conflit aberrant et sans front : le mensonge des Américains pour justifier leur intervention militaire, le recours aux armes chimiques et l’ensemble des atrocités commises. Sans occulter pour autant l’envie tenace des deux camps de retrouver la paix et la liberté.

Notre avis : De nombreuses approximations historiques et quelques anachronismes sur le contexte vietnamien jalonnent le début et la fin du reportage (par exemple les images de la chute de Saigon sont présentées avant celles du départ des Américains de l’ambassade). Le film est intéressant pour mesurer l’ampleur du mouvement anti-guerre (aux États-Unis et en Europe) et le conditionnement des soldats américains formés pour tuer. S’appuyant sur des images crues, il revient avec réalisme sur les atrocités de la guerre, la violence aveugle contre les hommes, la guerre chimique et la résistance opiniâtre du Front National de Libération du Sud Viêt-Nam. Le rôle du photojournalisme est bien souligné dans la condamnation de la guerre et l’émergence d’une opinion publique mondiale. Les vétérans américains racontent leur expérience du conflit, leurs crimes envers les civils vietnamiens avant de revenir dans leur pays, indifférent à leur traumatisme. Cependant, le film reflète surtout une vision occidentale (et allemande) du conflit, celle de la « génération Viêt-Nam » et ne s’attarde pas suffisamment sur la dimension vietnamienne et fratricide de la guerre (discours des parties concernées, stratégie et objectifs) empêchant de comprendre pourquoi la guerre fut si longue et si meurtrière entre le Nord et le Sud.

FG

A revoir sur Arte + 7

Personal Memories of Operation White Star in Laos, 1961

WhiteStarLaosPersonal Memories of Operation White Star in Laos, 1961 by Colonel Alfred H. Paddock, Jr., US Army (Retired).

by SWJ Editors

Operation White Star was a program, started in 1959, in which deployed US Army Special Forces detachments advised Royal Laotian government forces in their operations against the Pathet Lao communist insurgency.  Later the program evolved to include training of Kha and Meo (Hmong) hill tribal groups in guerilla warfare against the Pathet Lao.  Most of the Special Forces detachments advised Royal Laotian Army units, while a few others organized hill tribes under the direction of the CIA.  In 1961 our A-detachment from the 77th Special Forces Group at Fort Bragg, NC, worked with both programs.  I will share some of my memories of this unique experience in this essay.

Our Special Forces A-detachment consisted of Captain Jim Ipsen, commander, me as a lieutenant executive officer, and 10 NCOs with medical, weapons, communications, demolitions, intelligence, and operations specialties.  The team was so configured that it could be split and still retain these basic specialties.  Because of the classified nature of White Star at that time, we deployed wearing civilian clothes and carrying DOD civil service ID cards.  I’m sure that we fooled few.

Lire la suite / Read more : Small Wars Journal, 10/04/2013

Malay Phcar : Une enfance en enfer – Cambodge, 17 avril 1975 – 8 mars 1980 [2005]

« J’ai écrit ce livre pour témoigner de l’horreur du régime khmer rouge en espérant que la folie des hommes ne les conduirait plus jamais à de telles extrémités. »

Le 17 avril 1945, les Khmers rouges prennent Phnom Penh et donnent l’ordre insensé d’évacuer ses trois millions d’habitants. Pour Malay Phcar, qui vivait dans la capitale cambodgienne une enfance heureuse avec ses huit frères et sœurs, commence le long exode vers la « rééducation rurale ». Sur la route jonchée de cadavres qui le mène en exil avec sa famille et des centaines de milliers d’autres, il comprend mal ce qui est en train de se passer : il n’a que neuf ans. L’exode est long, épuisant. Les Phcar sont déplacés de village en village, à pieds ou dans des wagons à bestiaux.

En route, ils sont séparés de la sœur aînée, la préférée de Malay. Dans le village ou la famille est finalement assignée, commence une progressive descente aux enfers. Malay découvre le manque d’hygiène, la famine, le mépris affiché des Khmers rouges pour la vie humaine ; il voit les liens sociaux se désagréger devant la misère et les morts successives. Une seule obsession chasse toutes les autres : manger pour survivre. Bientôt, la maladie et l’épuisement lui enlèvent son père et sa mère. Il est ensuite séparé de ses frères. Envoyé en camp de travail, il lutte jour après jour pour survivre à ce régime barbare.

Ce que Malay ignore alors, c’est que le système, miné de l’intérieur, est en totale déliquescence. Bientôt, l’armée vietnamienne vient chasser les Khmers rouges, apportant au jeune garçon et à ses deux petits frères survivants l’espoir incrédule de la liberté.Pourtant, c’est un autre exil aveugle, dans lequel leur plus jeune frère disparaîtra, qui attend les survivants, car le pays est livré aux combats. Un exil qui continuera à mener Malay de camp en camp, vers les restes d’une famille qui le rejette, puis vers une Thaïlande qui repousse les Cambodgiens affamés. Malay réussit pourtant à entrer en Thaïlande, et là, ce sont finalement les retrouvailles avec la sœur disparue et le départ pour la France et la liberté. La fin d’une errance de quatre ans, qui aura décimé quasiment toute sa famille et fait de son enfance un enfer. [Présentation de l’éditeur]

Source : Robert Laffont

* * *

Malay Phcar est né en 1964 dans une famille cultivée, chrétienne, particulièrement exposée à la répression des Khmers rouges suite à la prise de Phnom Penh, au Cambodge, en 1975. Dans ce témoignage bouleversant, il raconte son enfance saccagée par les révolutionnaires : c’est en effet à l’âge de neuf ans qu’il est déporté avec toute sa famille dans un camp de « rééducation rurale ». A la clé, la perte de ses proches, la famine, le travail forcé, la maladie, l’épuisement, la solitude, la déshumanisation, le désespoir et la folie… Cruel destin pour un enfant habité d’une extraordinaire force, celle qui lui permettra de survivre et de ne pas définitivement sombrer. Le lecteur sera ici frappé par l’émotion qui se dégage de la voix de celui qui raconte son enfance en enfer, jusqu’en 1980, année où Malay viendra se réfugier en France en compagnie d’un frère et d’une sœur rescapés. Une enfance en enfer est le deuxième livre de Malay Phcar, après L’Enfer khmer rouge (duquel Olivier Weber a tiré un documentaire, Retour au Cambodge, où Malay joue son propre personnage).[avis de la FNAC]

* * *

Extraits :

« On a marché toute la journée. Enfin, je ne sais pas si on appelle cela marcher. On avance comme on peut dans une cohue incroyable (…). Soudain, j’aperçois quelqu’un qui dort dans la vase. Je trouve ça curieux et je le montre à Naron (…). Naron me répond qu’il ne dort pas, il est mort.  Il est mort ? J’appelle maman (…).  Je scrute le lit du fleuve. Il y en a d’autres, qu’on ne voit pas tout de suite. Des corps parfois recroquevillés, parfois avec la tête qui pend en arrière, à moitié recouverts de boue séchée. Je me demande pourquoi il y a tous ces morts et pourquoi on marche ainsi, pourquoi tous les habitants de la ville doivent partir (….) ».

« Au début, je ne comprenais pas pourquoi maman s’intéressait au nombre de corbeaux dans le ciel. En fait, c’était un nom de code pour désigner les Khmers Rouges. Depuis, on les appelle tous ainsi. Luc m’a expliqué tout bas, à l’oreille, qu’il faut se méfier des espions, les schlop, ces petits mouchards qui écoutent les conversations. Ils vont ensuite dénoncer les gens aux Khmers Rouges qui viennent alors les arrêter (…).

Phong Sithean a été dénoncé. On se regarde tous. Qui a pu faire une chose pareille ? (…).

En fin d’après-midi, une dizaine d’hommes et de femmes en noir sont venus perquisitionner les maisons. Ils ont rassemblés sur la place les sacs de riz qu’ils ont trouvés et les ont emportés. Nous sommes tous des traîtres (…). On va mourir de faim « .

Source : voyagesmillebornes

Réf. : Phcar, Malay, Une enfance en enfer : Cambodge, 17 avril 1975-8 mars 1980, Paris, J’ai Lu, Robert Laffont, cop. 2005, 282 p. (réédition en poche de 2007)

Le blog « Dân Làm Báo » interroge la guerre civile vietnamienne

Sous la plume du journaliste-citoyen Đặng Chí Hùng, trois articles audacieux d’une série intitulée « Les vérités qu’il convient de connaître » font le point sur le déroulement de la guerre civile vietnamienne. Ils interpellent le pouvoir actuel sur l’écriture de l’histoire de la révolution et de la guerre.

Outre les objectifs politiques clairement affichés de cette série d’articles, elle nous renseigne sur ce que peut penser une partie de la jeunesse vietnamienne de l’histoire de la guerre menée par l’Etat-Parti entre 1945 et 1975.

Le premier article paru le 26/09/2012 est intitulé « La vérité sur la grande victoire du Printemps 1975 » est une déconstruction du mythe de la faiblesse intrinsèque de l’Armée de la République du Viêt-Nam (ARVN). L’auteur se concentre sur les aspects militaires de la campagne Ho Chi Minh déclenchée contre le Sud en exposant le tournant décisif de 1973 date du désengagement américain et de l’abandon du financement de l’ARVN. Il souligne le déséquilibre flagrant qui existait entre les deux armées après 1973 entre l’Armée populaire du Nord suréquipée et solidement soutenue par l’URSS et la Chine et l’ARVN au Sud à laquelle on coupe massivement les crédits. Il désacralise ainsi la « guerre juste » menée par Hanoi en précisant l’importance de ses soutiens extérieurs.

Le deuxième article, paru le 16/10/2012, intitulé « La République du Viêt-Nam : victime de la politique de calomnie systématique » (l’expression vietnamienne utilisée est intraduisible) est une tentative de réhabilitation de la défunte République du Viêt Nam. Dans un premier temps, l’auteur entend pourfendre deux idées martelées par la propagande officielle. La première est celle d’une « invasion américaine » et donc d’une occupation américaine du Sud Viêt-Nam au profit exclusif des Etats-Unis et ce dès 1960. La seconde est celle du « régime fantoche » de Saigon qui pour Dang Chi Hung n’avait rien de « fantoche » mais au contraire présentait le visage d’une République indépendante, souveraine et économiquement développée, dans laquelle un réel processus démocratique était en cours.

Le troisième, paru le 27/11/2012, intitulé « Soulèvement ou terrorisme ? », pose la question cruciale de la tactique de guerre préconisée par les cadres communistes de la résistance (FNL) et du parti des Travailleurs du Viêt-Nam (Dang Lao Dong Viet Nam) au Nord pour déstabiliser le régime de Saigon. L’auteur pointe le fait que le terrorisme urbain fut préconisé bien avant le débarquement des troupes américaines sur le sol sud-vietnamien mais également après leur départ. L’utilisation du terrorisme comme stratégie de conquête du Sud émanait d’un choix politique de la RDVN. Cette stratégie coûteuse en vies humaines est dénoncée par le jeune auteur qui pose la question suivante : « En agissant ainsi, le Parti communiste vietnamien s’évertuait-il ‘à tuer des Américains’ ou à tuer son propre peuple ? ».

Nous n’entrerons pas ici, dans ce court billet, sur le contenu parfois polémique de chaque article et les arguments présentés dans le but de comparer les deux régimes (l’ancien du Sud, le nouveau après 1975). Il est assez évident que l’auteur entend moins défendre le bilan de l’ancien régime de Saigon que de présenter une charge contre l’actuel régime communiste taxé de « fantoche » puisque, selon son auteur, il fut « à la solde » de l’URSS et de la Chine et reste tributaire de cette dernière. Il nous paraît par contre intéressant de saisir les motivations de l’auteur qui, étant né après 1975, n’a jamais connu la République du Viêt Nam. Sa motivation part d’un constat simple celui de ses concitoyens qui ont vécu sous la République du Sud et qui « regretteraient » cette époque plus démocratique. Voici la question qui taraudait Dang Chi Hung depuis presque dix ans et qu’il livre en introduction du second article : « Pourquoi un régime pourri, affublé des termes d’ ‘armée fantoche’, de ‘pouvoir fantoche’, peut-il avoir autant de gens qui s’en souviennent et le regrettent ? ». En clair, pourquoi l’ancien régime saigonnais reste-t-il auréolé d’une crédibilité plus forte que le nouveau pouvoir mis en place après 1975 (RSVN) ?

A travers cette série d’articles, l’auteur, lui-même fils d’un officier de l’Armée populaire, vise trois objectifs très politiques : rappeler à ceux qui ont défendu et soutenu la République du Viêt-Nam que leur voix a été entendue et respectée ; permettre à ceux qui ont été trompés par le régime communiste (comme l’a été son propre père) de prendre conscience du véritable visage du régime de l’oncle Hô ; et avertir ceux qui continuent d’abuser le peuple pour des raisons pécuniaires que la vérité ne peut être éternellement bafouée. Il en appelle à ceux-ci « de ne plus se mentir, de ne plus tromper le peuple, de laissez parler leur âme en toute conscience ».

Publiés sur un des blogs les plus populaires du moment, ces articles démontrent l’intérêt que portent les jeunes Vietnamiens à leur propre histoire (voir les centaines de commentaires pour chacun des articles). Il pose la question cruciale des conséquences de la longue guerre civile et de la légitimité du régime en place (comment est-il parvenu à ces fins ?). L’entreprise guerrière menée par les dirigeants communistes à partir des années quarante est reconsidérée, débarrassée de ses slogans mobilisateurs et patriotiques pour faire ressurgir la réalité cruelle de la guerre et les différences politiques notables entre les deux régimes antagonistes entre 1955 et 1975 dans la conduite de la guerre comme dans la vie quotidienne. Plus encore, en proposant cette comparaison saisissante (sur laquelle il y a débat) entre une semi-démocratie en devenir au Sud et un totalitarisme déshumanisant au Nord pendant deux décennies, il pousse en quelque sorte le pouvoir actuel à reconsidérer la nature même du socialisme qu’il entend incarner.

François Guillemot, 28/11/2012

* * *

Những sự thật cần phải biết – Sự thật về « đại thắng mùa xuân 1975 »

Kính thưa bạn đọc DLB, cùng với loạt bài « Những sự thật không thể chối bỏ » đã đăng trên Danlambao thì tôi xin tiếp tục gửi đến bạn đọc loạt bài mới mang tựa đề « Những sự thật cần phải biết » bao gồm 30 bài. Những bài viết về « Những sự thật không thể chối bỏ » viết về những sự thật của nhân vật gián điệp, bán nước và giết người hàng loạt: Hồ Chí Minh. Loạt bài « Những sự thật cần phải biết » sẽ có 3 phần: Những sự thật về Việt Nam Cộng Hòa, Những sự Thật về đảng cộng sản Việt Nam và Những sự thật về những đệ tử của Hồ Chí Minh. Tại sao là « Những sự thật cần phải biết »? Vì tôi muốn tất cả những ai bị lừa dối, nhất là những thế hệ trẻ, biết những sự thật mà nó đáng lẽ ra phải được công nhận nhưng đã bị đảng cộng sản bóp méo nhằm mục đích cai trị độc tài tại Việt Nam. Đó cũng là một trong những việc để góp phần chấn hưng dân trí nhằm đem lại mùa xuân dân chủ của dân tộc.

Lire la suite : Dan Lam Bao

Những sự thật cần phải biết (2) – Việt Nam Cộng Hòa – Nạn nhân của chính sách “Ngậm máu phun người”

Thưa các bạn, là một người trẻ tuổi, chưa một lần được biết đến ngôi trường của Việt Nam Cộng Hòa (VNCH), cũng chưa từng được sống dưới chế độ tự do non trẻ đó, tuy nhiên qua nhiều sách báo, tài liệu và nhân chứng sống, cộng với những suy nghĩ của mình, tôi nhận thấy một điều đó là một chế độ, một nhà nước khác hẳn với những lời tuyên truyền của cộng sản.

Có một câu hỏi làm tôi day dứt gần 10 năm trời khiến tôi phải tự mình đi tìm câu trả lời cho nó đó là: “Tại sao một chế độ thối nát, được quy chụp là Ngụy quân, ngụy quyền lại được người dân thương nhớ, tiếc nuối?”. Và cuối cùng tôi cũng tìm ra câu trả lời cho câu hỏi đó trong bài này đó là “Việt Nam Cộng Hòa chỉ là nạn nhân của một chính sách ngậm máu phun người của đảng cộng sản Việt Nam”.

Vì sao tôi nói vậy? Vì không có một chế độ xấu xa nào mà hàng triệu công dân của nó ở Hải ngoại lẫn những người vẫn còn ở lại trong nước đã từng sống trong chế độ đó và thân nhân họ, thậm chí những người miền Bắc có tư duy đều thương tiếc. Con người ta có một tâm lý chung đó là luôn muốn quên đi cái dĩ vãng xấu xa, không tốt đẹp. Vậy khi hàng triệu người dù cho phải ly tán vẫn nhớ về nó thì đó không thể là điều xấu xa. Đó chính là câu trả lời chính xác nhất.

Lire la suite : Dan Lam Bao

Những sự thật cần phải biết – Nổi dậy hay khủng bố?

Chính sách khủng bố nằm trong chiến lược của đảng cộng sản Việt Nam và họ đã giấu nó dưới từ ngữ bóng bẩy là “Nhân dân nổi dậy và đồng khởi” để biện minh cho hành động dã man của mình. Ngay từ khi quân đội Mỹ chưa có mặt ở Việt Nam trước năm 65 và sau khi họ đã rút về nước thì hàng loạt các cuộc bắn giết, khủng bố bừa bãi, ám sát vẫn diễn ra. Vậy người đảng cộng sản đang “giết Mỹ” hay là giết chính đồng bào của mình? Trong bài viết này tôi xin nêu ra một sự thật: chính đảng cộng sản ấy là kẻ đã xâm phạm chủ quyền của nước khác một cách thô bỉ nhất. Sự kiện gây chiến và xâm lăng của VNDCCH đối với VNCH đã được biết đến như một góc độ lịch sử đau thương của dân tộc…

Lire la suite : Dan Lam Bao