Archives par mot-clé : guerre civile

Le merdier de Ted Post (1978) – version restaurée de 2017

Diffusion sur la chaîne Arte du film de Ted Post Le merdier (Go Tell the Spartans, 1978)  dans sa version restaurée de 2017. Présentation ci-dessous. 

Un film à revoir. Disponible du 04/02/2019 au 10/02/2019. Prochaine diffusion le lundi 4 février à 20:55

Le Viêtnam, en 1964, un an avant l’intervention des États-Unis. Un major reçoit l’ordre d’envoyer un détachement à un avant-poste… Un brûlot énergique dénonçant l’absurdité de la présence américaine au Viêtnam. Burt Lancaster y force l’admiration.

Le Viêtnam, en 1964, un an avant l’intervention des États-Unis dans la guerre fratricide opposant le Nord et le Sud. Le major Asa Barker dirige un camp de conseillers militaires américains prêtant main-forte à la lutte contre les Viêt-congs communistes. Il reçoit l’ordre de sa hiérarchie d’envoyer un détachement à Muc Wa, un avant-poste désert et néanmoins stratégique. Mais en manque de troupes, le vétéran constitue son équipe avec les moyens du bord : quelques nouvelles recrues peu aguerries, des civils vietnamiens et un groupe de militaires locaux, commandés par un sergent-traducteur particulièrement violent. Sur place, l’opération ne se déroule pas comme prévu…

Au fond du trou

Le nom de l’avant-poste où se situe le principal de l’action, Muc Wa, est un jeu de mots sur l’expression anglaise muck war, « guerre embourbée » en français. C’est de cela dont il s’agit : l’enlisement des soldats américains dans un conflit qu’ils ne comprennent pas. « C’est leur guerre« , entend-on tout au long du film, comme un leitmotiv. Situé quelques mois avant le véritable engagement de l’armée américaine, alors que plane encore le spectre de la défaite de la France en Indochine, le film annonce et miniaturise à l’échelle d’un seul avant-poste l’ampleur du chaos qui va suivre. Dans un milieu hostile, les hommes sont la cible d’ennemis invisibles et exécutent des ordres qui paraissent absurdes. Ils sont exaltés, patriotes, suicidaires ou se réfugient dans les opiacés. Qui peut en sortir indemne ? Avec Le merdier, Ted Post, par ailleurs réalisateur prolifique pour la télévision (La quatrième dimension) et le cinéma (Le secret de la planète des singesMagnum Force) signe un brûlot pacifiste percutant, avec un Burt Lancaster fascinant en vétéran à l’empathie bourrue.

Source : Arte

François Guillemot : La guerre civile au Viêt-Nam, approche polémologique et pratique révolutionnaire

[ndlr] Communication de François Guillemot dans le séminaire de l’ERC : Social Dynamics of Civil Wars.

La prochaine séance du séminaire « Social Dynamics of Civil Wars » aura lieu :

Le mercredi 21 novembre 2018 de 18h à 20h  

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne – Centre Broca 

21 rue Broca, 75005 Paris

Bâtiment A / salle 701 / 7ème étage

Nous aurons le plaisir d’accueillir François Guillemot, ingénieur de recherche CNRS à l’Institut d’Asie Orientale (ENS Lyon), pour une intervention intitulée :

« La guerre civile au Viêt-Nam, approche polémologique et pratique révolutionnaire ».

Résumé :

L’intervention de François Guillemot questionnera à travers deux textes inédits la catégorie « guerre civile » confrontée à l’expérience vietnamienne entre 1945 et 1975. La plus grande partie de sa communication vise à expliquer comment la « guerre du peuple », théorisée par le général Vo Nguyên Giap, se transforme en « guerre civile révolutionnaire » au Sud dans le contexte de la Guerre froide, de la rupture sino-soviétique et du communisme de guerre sous l’égide de Lê Duân. Ainsi, deux polémologies se sont concurrencées et croisées pour le leadership de la conduite et des modalités de la guerre. La stratégie de la lutte à outrance ne fut pas sans conséquences pour le coût général du conflit et questionne encore aujourd’hui la réconciliation nationale. Invisible dans l’historiographie officielle, le concept de « guerre civile » est peu à peu admis par les historiens vietnamiens à l’intérieur du pays alors qu’il apparaît comme une évidence dès les années soixante pour les intellectuels et artistes de la République du Viêt-Nam (1955-1975). Pour illustrer son propos, François Guillemot évoquera la pratique des « Biêt Dông », les commandos urbains vietnamiens dans la « guerre civile révolutionnaire » au sud. Une discussion générale suivra cette communication qui s’inscrit dans le cadre de l’ERC « Dynamiques sociales de la guerre civile » (Social Dynamics of Civil Wars) portée par Gilles Dorronsoro.

  • Ouvrage cité : François Guillemot, Viêt-Nam, fractures d’une nation. Une histoire contemporaine de 1858 à nos jours, Paris, La Découverte, Poche / Sciences humaines et sociales, 2018.

Image « à la une » :  Echange de prisonniers vietnamiens entre le Nord et le Sud, Bien Hoa 1973. La pancarte dit : « Retourner chez les communistes s’est se suicider ». Source : Manh Hai

Séra : Concombres amers

[ndlr] Parution le 19 septembre 2018 du nouveau roman graphique du dessinateur Séra. Présentation de l’éditeur : Concombres amers. Les racines d’une tragédie. Cambodge 1967-1975. Nous remercions Sylvain Boulouque pour le signalement.

Collection : Marabulles – Biopic et roman graphique

Ce récit graphique raconte, depuis les années 60, la montée tragique qui va conduire au génocide Khmer, depuis la fuite du prince Sihanouk en 1969 jusqu’à la prise de Phnom Penh le 17 avril 1975.

Un gamin emprunte un sentier interdit. Il s’enfonce dans la végétation et il voit les pendus dans les arbres. Ce gamin, c’est Séra, il a neuf ans. En 1975, ses parents et leurs trois enfants sont expulsés par les Khmers rouges. Phnom Penh est tombé, Pol Pot arrive. Son père khmer, est expulsé de l’enceinte de l’Ambassade de France où la famille a trouvé refuge ! Séra est alors âgé de quatorze ans. Il est encore trop tôt pour qu’il puisse raconter la vie « d’avant ».

Séra sait parfaitement que les mots seuls sont bien faibles pour dénoncer cette violence, cette barbarie. De plus, les mots laissent la place à une zone floue où le « sacro-saint » imaginaire du lecteur risque de s’engouffrer et de l’emmener bien loin de la réalité… Il n’en est pas question ! C’est pourquoi l’image s’impose.

Préface par Tardi.

Source : Marabout

Nous étions ennemis [Présence protestante]

[ndlr] Une belle émission, en replay sur France TV pendant 6 jours. Présentation.

Cambodge, années 1970. L’arrivée au pouvoir de Pol Pot et des khmers rouges plonge le pays dans une terrible guerre civile, causant des millions de victimes. Les partisans du nouveau régime se livrent à un combat sans merci, pour écraser l’opposition. Deux hommes que tout opposait à l’époque reviennent aujourd’hui sur cette sanglante histoire.

Lien : https://www.france.tv/france-2/presence-protestante/527431-nous-etions-ennemis.html

Oanh Ngo Usadi : I saw and heard Saigon falling, 43 years ago today

[ndlr] La chute de Saigon dans la mémoire d’une famille exilée.

After three decades of bloodshed, Vietnam’s civil war abruptly ended 43 years ago today, on April 30, 1975. The events surrounding this date are seared into the minds of every Vietnamese person of a certain age.

I was not yet four years old, but these are some of my earliest memories. There was no longer a North and South Vietnam divided at the 17th parallel, only the Socialist Republic of Vietnam.

Days before, the radio inside our house in Saigon had been ticking off provinces that had fallen into North Vietnamese hands: some of them the hometowns of my relatives. As rumors of gory revenge preceded the communists’ advance, thousands of people abandoned their homes and fled to any place that was still free. Many, including my aunts, with husbands away fighting in the South Vietnamese Army, ended up at our house.

The presence of so many visitors had the feel of Tet, the Vietnamese New Year. But for this reunion, the mood was far from celebratory. I recall hearing the word hoa binh, meaning peace, sprinkled in conversations. My father explained that it meant the end of fighting and soldiers on both sides could go home. “For you, there would be no more hiding under the counters and staircases,” he said to me.

Lire la suite : Washington Examiner, 30/04/2018.

Commémoration du 30 avril 1975(« Black April ») en Californie :

 

Séminaire « Mémoires d’Indochine » 2017 : séance 6

Année universitaire 2017-2018 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Récits de vie, histoire et littérature : connexions et déconnexions

★ ★ ★

Récits pluriels du Laos

Séance 6 : mercredi 8 novembre 2017– salle D4.024

Ce qui est parvenu jusqu’à nous de la littérature laotienne traduite en français est extrêmement parcellaire. Outre la littérature orale et classique laotiennes, la littérature coloniale du début du XXe siècle (Ajalbert, Billotey, Royer, Strarbach…), rééditée dans les années 1990, a inauguré en France notre connaissance du Laos et de ses habitants. Pendant la période de décolonisation, cette représentation exotique a laissé place à deux types de récits. Les premiers, rédigés par des écrivains-soldats et édités pendant la guerre civile par le Neo Lao Haksat (Front patriotique lao, dirigé par les partisans communistes), ont trait à la « lutte héroïque contre les colonialistes français et les impérialistes américains », les seconds, rédigés par des réfugiés ayant fui le régime communiste ont été produits à l’extérieur du pays. Cette littérature se double d’une autre présence, peu évoquée dans les textes français, celle de la minorité Hmong particulièrement engagée et affectée par les guerres d’Indochine (voir exposé). Cette séance consacrée au Laos revient sur ces différentes problématiques : le regard colonial, la guerre civile laotienne et l’exil d’une partie de la population.

★ ★ ★

Exposés oraux


  • Kao Kalia Yang, The Latehomecomer: A Hmong Family Memoir, Minneapolis, Coffee House Press, 2008.

Exposé de Charlotte Colas

Présentation de l’éditeur : Coffee House Press et entretien avec l’auteure

Site de l’auteure : Kao Kalia Yang


  • Vanina Bouté & Vatthana Pholsena, Changing lives in Laos: Society, Politics, and Culture in a Post-Socialist State, Singapore, NUS, 2017.

Exposé de Natchanon Ongjui

Présentation de l’éditeur : NUS Press


★ ★ ★

Références bibliographiques

  • Littérature coloniale sur le Laos (extraits) :

Ajalbert, Jean, Raffin Su-Su, Paris, Flammarion, 1918. Édition originale : Paris, Publications littéraires et politiques, 1911. Réédité par Kailash en 1995.

Ajalbert, Jean, Sao Van Di, Paris, Les Éditions G. Crès, 1922. Édition originale : Ernest Flammarion, 1905. Réédité par Kailash en 1995.

Billotey, Pierre, Sao Kéo ou le bonheur immobile, Paris/Pondicherry, Kailash, 1995.

Royer, Louis-Charles, Kham la laotienne. Paris, Les Éditions de France, 1935 (9e éd.). Réédité par Kailash en 1993.

Strarbach, Gaston & Baudenne, Antonin, Sao Tiampa, épouse laotienne, Kailash, 1993. Édition originale : Éditions Grasset, Paris, 1912.

  • Littérature révolutionnaire :

Boun X.K. et al., Bruine en forêt (Récits Lao), Laos, Éditions du Neo Lao Haksat, 1967.

Cahour, Vanthyka, Le vent du troisième mois, Paris, Éditeurs français réunis, 1980.

Cahour, Vanthyka, La forêt de l’autre rive, Paris, Éditeurs français réunis, 1980.

Front patriotique du Laos (éd.), Phoukout : le piton-forteresse, Laos, Éditions du Neo Lao Haksat, 1967.

Phou, Luang, Les gars du 97 , Laos, Éditions du Neo Lao Haksat, 1971.

Thao Boun Lin… et al., Dignes enfants du Peuple Lao, Laos, Éditions du Neo Lao Haksat, 1966.

Xieng Moun… et al., La poule sauvage, Laos, Éditions du Neo Lao Haksat, 1968.

  • Récits de guerre et de réfugiés :

Khamkeo, Bousang, I little slave : a prison memoir from communist Laos, Spokane, Wash., Eastern Washington University Press, 2006. Cote IAO : 603AA.09/81

Mithouna & Rosset, André (Collab.), La route no 9 : témoignage sur le goulag laotien, Paris, L’Harmattan, « Mémoires asiatiques« , 2001.

Nakhonkham Bouphanouvong, Sixteen years in the land of death, Bangkok, White Lotus Press, 2003.

Somboun Narpoolmin, Les enfants du palais blanc : de l’Orient à l’Occident, Paris, Fayard, coll. « Les enfants du fleuve », 1991.

Souvannavong, Vongprachanh, La jeune captive du Pathet Lao…, Paris, Fayard, coll. « Les enfants du fleuve », 1993.

Thao kha-duc & Thao sa-bath-dy, A feu et à sang, roman laotien de guerre et d’amour, Paris, La Pensée universelle, 1973.

  • Récits de minorités :

Mât Méo, Les portes de la forêt, Paris, Éditions Bourrelier, coll. « Marjolaine », 1960.

 

★ ★ ★

Voir aussi le numéro spécial de France-Asie (10e année, tome 12) :

Présence du Royaume Lao, pays du million d’éléphants et du parasol blanc, Saigon, France-Asie, 1956, [présentation par René de Berval]. Voir notice SUDOC.

Weber, Jacques, « Le Laos littéraire de Mouhot à Lartéguy », Ultramarines, no. 26, novembre 2008, p. 6-17.

Pour aller plus loin sur le LAOS contemporain :

Références bibliographiques

 

Image « à la une » : illustration de Kham Deng

 

Mobiliser la mémoire. Reconstruire les sociétés de post-conflit : la Colombie en perspective

[ndlr] Pour information, des thématiques qui rejoignent celles de notre séminaire.

Colloque international

Du 4 octobre 2017 au 5 octobre 2017

  • Site Descartes – 15 parvis René Descartes ENS de Lyon, amphithéâtre Descartes
  • UDL, Grand Amphithéâtre

Les questions liées à la mémoire (aux mémoires) individuelle(s) et collective(s) revêtent une importance particulière dans les sociétés qui ont connu des événements traumatiques tels qu’une guerre (les deux guerres mondiales, la guerre d’Algérie pour la France) ou un conflit armé (en Colombie), voire une dictature (dictature militaire pour le Brésil et l’Argentine). En Colombie, depuis que le gouvernement a engagé un processus de négociation avec une des plus anciennes guérillas du monde, celle des FARC, les enjeux liés à la mémoire individuelle et collective sont cruciaux. Les accords signés pour sortir de la violence armée représentent un chapitre fondamental dans l’écriture d’un nouveau récit de la nation, que la société en général doit valider.

Le colloque « Mobiliser la mémoire » sur les enjeux du post-conflit en Colombie rassemblera des juristes, des anthropologues, des sociologues, des historiens, des psychologues et des spécialistes d’études littéraires et artistiques. A partir de 8 conférences et tables rondes, laissant large place au débat, le cas colombien sera mis en perspective avec les expériences transitionnelles argentine, brésilienne et française, analysées et modélisées depuis la création du réseau de recherche « Memoria », en 2013.

Le colloque associera comme grands répondants des écrivains, colombiens et espagnols, ainsi que des chercheurs brésiliens (USP, São Paulo) et argentins (équipe EAAF, Buenos Aires) du réseau « Memoria », dans le cadre de l’année France-Colombie 2017.

Programme en ligne : PDF
Affiche en ligne : PDF