Archives par mot-clé : guérilla

Antoine Lê : “La recherche politique d’une autonomie stratégique. La construction de l’appareil d’État révolutionnaire du Sud (COSVN) dans un contexte de guerre civile au Viêt Nam, 1954-1976” – thèse

Soutenance de la thèse d’histoire d’Antoine Lê sur un sujet particulièrement intéressant à l’appui de nouvelles sources.

Soutenance d’une thèse en histoire politique du Viêt Nam contemporain dirigée par Benoît de Tréglodé (IRSEM/CASE) et Andrew Hardy (EFEO/CASE) intitulée :

“La recherche politique d’une autonomie stratégique. La construction de l’appareil d’État révolutionnaire du Sud (COSVN) dans un contexte de guerre civile au Viêt Nam, 1954-1976”

Par Antoine LÊ

ATER à SciencesPo Paris – Campus du Havre. Doctorant Centre d’Asie du Sud-Est (CASE) / INALCO, Paris

La soutenance aura lieu le jeudi 30 mai 2024 à 14h (heure française), dans le grand salon de la Maison de l’Asie (1er étage),  22 avenue du Président-Wilson, 75016 Paris.
Le jury est composé de :

  • Benoît DE TRÉGLODÉ, Directeur de recherche, IRSEM/CASE, directeur de thèse
  • DOAN Cam Thi, Professeure des Universités, INALCO, examinatrice
  • Sabine DULLIN, Professeure des Universités, Sciences Po Paris, examinatrice
  • Christopher GOSCHA, Professeur, Université du Québec à Montréal, examinateur et rapporteur
  • François GUILLEMOT, Ingénieur de recherche, CNRS, examinateur
  • Andrew HARDY, Directeur d’études, EFEO/CASE, directeur de thèse
  • Pierre JOURNOUD, Professeur des Universités, Université Paul Valéry Montpellier 3, examinateur et rapporteur

La soutenance sera retransmise en ligne via zoom. Pour recevoir le lien, veuillez remplir le formulaire suivant (avant le 30 mai à 11h). Le lien vous sera envoyé la veille ou le matin du 30 mai.
https://forms.gle/5UuL4PzZYVumru7F7

Congrès fondateur du GRP du FNL-SVN et de l’Alliance des forces nationales et démocratiques de la paix en 1969 © DR

Résumé de la thèse :

La question de la relation entre le mouvement de libération du Sud-Viêt Nam et les autorités communistes de Hanoi a fait couler beaucoup d’encre. Pendant longtemps, les historiographies occidentale et vietnamienne ont, pour des raisons différentes, présenté les communistes du Sud-Viêt Nam comme de stricts agents de la République Démocratique du Viêt Nam au Nord. En utilisant des témoignages publiés, des archives inédites et des entretiens récoltés pendant plusieurs années de terrain au Viêt Nam, cette thèse tente d’apporter de nouveaux éclairages sur la question de l’autonomie politique du mouvement révolutionnaire sud-vietnamien. Elle se focalise tout particulièrement sur le Central Office for South Vietnam (COSVN), l’état-major politico-militaire du Parti communiste pour le Sud-Viêt Nam. Grâce à une approche prosopographique, internaliste et compréhensive, concentrée sur les parcours des dirigeants communistes du Sud-Viêt Nam cette étude vise à rendre visible l’évolution de l’autonomie politique du COSVN des Accords de Genève en 1954, jusqu’à la proclamation de la République Socialiste du Viêt Nam en juillet 1976.

La soutenance sera suivie d’un pot convivial.


Image “à la une” : Lieu de travail du dirigeant Nguyen Van Linh au sein du COSVN © Wikipedia / Sài Gòn Ăn Chơi 24h

Indochine, une guerre oubliée – un film de David Korn-Brzoza [France TV]

Un long documentaire intéressant de David Korn-Brzoza comprenant des images inédites, souvent en couleurs (ou colorisées), exposant les différentes strates de la guerre d’Indochine. Présentation ci-après.

Le général De Lattre en 1951, à ses côtés Nguyên Huu Tri, Gouverneur du Nord Viêt-Nam sous l’Etat associé et membre du parti Dai Viêt. © ECPAD

Réalisé par : David Korn-Brzoza

Maison de production : Cinétévé / ECPAD / Procirep / Angoa / La Région Île-de-France

A l’occasion des 70 ans de la Bataille de Dien Bien Phu, qui mit un terme à la guerre d’Indochine, ce documentaire revient sur cette guerre française encore méconnue grâce à l’ouverture récente d’archives déclassifiées. La guerre d’Indochine est la guerre de décolonisation la plus violente du XXe siècle. De 1940 à 1954, la perle de l’empire colonial français, s’enflamme. Français et Vietminh transforment la péninsule indochinoise en un sanglant brasier, emportant avec eux tout un peuple. Car, derrière chaque bombe, chaque obus, chaque munition tirée, se cache l’aide des grandes puissances, qui ont fait de ce conflit un enjeu stratégique majeur de la guerre froide.

  • Diffusé le 01/05/2024 à 21h10  
  • Disponible jusqu’au 07/11/2024

Source et accès sur inscription (gratuite et sans abonnement) : https://www.france.tv/documentaires/histoire/5878824-indochine-une-guerre-oubliee.html


Notre avis : un documentaire assez exceptionnel de par la qualité de ses images mais qui comporte des raccourcis affligeants. L’introduction annonce : “Une guerre aux multiples facettes : une guerre coloniale, une guerre d’indépendance, une guerre froide, une guerre oubliée…” Une guerre civile oubliée, une guerre de réunification vue tout autant d’Hô Chi Minh que de SM Bao Dai. Le film fait l’impasse sur le départ de la guerre entre Vietnamiens avec la Révolution d’août, voire depuis les années 30 entre nationalistes et communistes sous la colonisation.

La transition entre l’État associé du Viêt-Nam (1948-1954) et l’avènement de la République du Viêt-Nam (1955-1975) est éludée et traitée de façon caricaturale. A 1h35 du documentaire, la représentation de la République du Viêt-Nam par le drapeau américain sur la carte après les Accords de Genève est une bêtise (faut-il remplacer celui de la RDVN au Nord par celui de la Chine populaire ?). Cette vue de l’esprit épouse le récit national-communiste toujours dans le déni de la guerre civile et de cet autre Viêt-Nam non communiste, vaincu et évacué de l’histoire. On ne comprend pas bien pourquoi des Vietnamiens se battent entre eux, ni pourquoi certains sont jusqu’à la fin aux côtés des soldats français à Diên Biên Phu (visibles à l’écran).

Le commentaire évoque toujours le Viêt-Minh en 1954 alors que la ligue indépendantiste est dissoute en 1951. Il s’agit désormais, au tournant de la guerre froide, d’une guerre contre l’Armée populaire du Viêt-Nam, instruite et équipée par la Chine populaire et l’URSS. Rien n’est dit non plus sur la guerre dans le delta du Mékong (la guerre commence en septembre 1945 au Sud) ou au centre du pays, le véritable oublié de cette guerre.

Points forts du documentaires : l’exploitation coloniale, le déroulement du conflit bien retracé, le napalm dans la guerre, la duplicité de la France, son déni de l’indépendance vietnamienne… Rappelons enfin que “Nguyên Ai Quôc” avant de devenir le pseudonyme du futur Hô Chi Minh était la signature collective du groupe parisien des Cinq Dragons comprenant le lettré moderniste Phan Châu Trinh, l’avocat Phan Van Truong, les nationalistes Nguyên An Ninh et Nguyên Thê Truyên et le communiste Nguyên Tât Thanh, tous indépendantistes…

L’historiographie récente (vietnamienne, anglo-saxonne ou française…) sur ce pays aurait pu être mobilisée pour éviter les quelques malheureux raccourcis dans un film aussi long, dommage.

Pour aller plus loin (ouvrages en français) :

  • Ivan Cadeau, La guerre d’Indochine. De l’Indochine française aux adieux à Saigon, 1940-1956 (Tallandier, coll. Texto, 2019).
  • Christopher Goscha, Vietnam, un état né de la guerre (Armand Colin, 2011).
  • François Guillemot, Viêt Nam, fractures d’une nation (La Découverte, 2018).
  • Pierre Journoud, Dien Bien Phu, la fin d’un monde (Vendémiaire, 2019).

Et en complément, voir l’autre documentaire de Bernard George : “Vietnam, une guerre civile” (2023) : https://indomemoires.hypotheses.org/38986

 

Christopher Goscha – The Road to Dien Bien Phu: A History of the First War for Vietnam

A ne pas manquer ! La guerre d’Indochine telle qu’elle fut. Présentation de l’éditeur.

Résumé :

On May 7, 1954, when the bullets stopped and the air stilled in Dien Bien Phu, there was no doubt that Vietnam could fight a mighty colonial power and win. After nearly a decade of struggle, a nation forged in the crucible of war had achieved a victory undreamed of by any other national liberation movement. The Road to Dien Bien Phu tells the story of how Ho Chi Minh turned a ragtag guerrilla army into a modern fighting force capable of bringing down the formidable French army.

Taking readers from the outbreak of fighting in 1945 to the epic battle at Dien Bien Phu, Christopher Goscha shows how Ho transformed Vietnam from a decentralized guerrilla state based in the countryside to a single-party communist state shaped by a specific form of “War Communism.” Goscha discusses how the Vietnamese operated both states through economics, trade, policing, information gathering, and communications technology. He challenges the wisdom of counterinsurgency methods developed by the French and still used by the Americans today, and explains why the First Indochina War was arguably the most brutal war of decolonization in the twentieth century, killing a million Vietnamese, most of them civilians.

Panoramic in scope, The Road to Dien Bien Phu transforms our understanding of this conflict and the one the United States would later enter, and sheds new light on communist warfare and statecraft in East Asia today.

Source : https://press.princeton.edu/books/hardcover/9780691180168/the-road-to-dien-bien-phu


La violence politique vue par les historiens… collège de France – jeudi 23 juin 2022

Journée d’étude au Collège de France. A ne pas manquer.

Deux chercheurs de l’Institut d’Asie Orientale (IAO) à Lyon participent au colloque organisé conjointement par le Pr. Anne Cheng et le Pr. Henry Laurens.

Jeudi 23 Juin 2022
Collège de France – Amphithéâtre Guillaume Budé, 11 place Marcelin-Berthelot, 75005 Paris

  • François Guillemot, “Viêt Nam, de la guerre du peuple à la guerre civile révolutionnaire : pratiques polémologiques”
  • Arnaud Nanta, “Les sources primaires des officiers japonais lors du massacre de Nankin : construction du fonds, typologie, débats”

Présentation en ligne : https://www.college-de-france.fr/site/anne-cheng/symposium-2021-2022.htm

Programme en ligne : https://www.college-de-france.fr/media/anne-cheng/UPL2109539299766013963_AFF_Cheng_Laurens_21_22.pdf


François Guillemot, “Viêt Nam, de la ‘guerre du peuple’ à la ‘guerre civile révolutionnaire’ : discours et pratiques polémologiques”

Retour vers le nord (RDVN) des prisonniers de guerre, la pancarte dit “Retourner chez les communistes c’est se suicider”.

Résumé :

La guerre du Viêt-Nam, conflit emblématique du XXe siècle, a mis à rude épreuve sa population à travers une guerre civile de 30 ans entre 1945 et 1975. Mais que sait-on finalement des pratiques polémologiques de cette guerre d’unification aux multiples strates ? Notre intervention questionne la catégorie “guerre civile” et les violences de guerre dans le cadre du conflit vietnamien entre 1945 et 1975, elle en établit une brève généalogie. Il s’agit de comprendre comment “la guerre du peuple”, théorisée par le général Vo Nguyên Giap dans un ouvrage célèbre, se transforme peu à peu en “guerre civile révolutionnaire” au Sud dans le contexte de la guerre froide, de la rupture sino-soviétique et du communisme de guerre.

Avec la primauté donnée à la “violence révolutionnaire”, on observe deux polémologies se sont concurrencées et croisées pour le leadership de la conduite et des modalités de la guerre. Ce glissement vers la stratégie de la lutte à outrance ne fut pas sans conséquences pour le coût général du conflit et questionne encore aujourd’hui la réconciliation nationale. Invisible dans l’historiographie officielle, le concept de “guerre civile” est peu à peu admis par les historiens vietnamiens à l’intérieur du pays alors qu’il apparaît comme une évidence dès les années soixante pour les intellectuels et artistes de la défunte République du Viêt-Nam (1955-1975).

Pour écouter la conférence :

“Mémoires d’Indochine” 2020 : séance 7

Année universitaire 2020-2021 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

« Mémoires online : commémorations officielles et récits alternatifs »

Montagnards armés des hauts-plateaux du centre du Viêt Nam © 1962 AP wire photo / collection FG

★ ★ ★

Ethnies minoritaires en danger et formations religieuses sous contrôle : histoires et mémoires de groupes “subalternes”

Séance 7 : mercredi 2 décembre 2020 (visioconférence)

Pendant la longue période de la décolonisation et d’accession à l’indépendance, les populations de la péninsule indochinoise ont enduré des guerres civiles particulièrement meurtrières au sien desquelles les ethnies minoritaires ont dû se positionner. Les belligérants de part et d’autre ont en effet recruté, utilisé, formé des bataillons composés de membres de différentes ethnies et ont partitionné leur territoire. Pendant la guerre d’Indochine puis la guerre du Viêt-Nam, des groupes ethniques se sont mobilisés pour former des fronts de résistances montagnards (Thai, Nung, Barajaka, FULRO…) dans le but de préserver leur territoire et leurs identités plurielles face aux hégémonies locales. D’autre groupes comme les Hmongs au Laos ou les Nungs au Viêt-Nam ont joué un rôle clé dans la guerre.

La religion a de façon plus subtile été également partie prenante de ces conflits. Les années soixante dans le Sud du Viêt-Nam sont connus pour avoir traversé une crise importante entre catholiques et bouddhistes et d’autres groupes comme les bouddhistes Hoa Hao, les protestants ou encore les musulmans de l’ethnie Cham ont moins retenus l’attention des observateurs pendant la période de la guerre. Le front montagnard FULRO a également été au cœur de l’actualité de la République du Viêt-Nam entre 1964 et 1975. Les problématiques liées à l’existence de ces groupes ethniques, parfois avec une dimension politico-religieuse (cas des nouvelles religions : caodaïsme et bouddhisme Hoa Hao dans le delta du Mékong), a néanmoins ressurgi à l’heure de la mise en place des Etats post-coloniaux unifiés sous l’égide des partis communistes.

L’historiographie s’est encore assez peu intéressée à la trajectoire particulière de ces minorités ethniques ou religieuses, en marge ou au cœur des guerres d’indépendance. Cette séance proposera un survol des enjeux actuels et mémoriels autour des questions ethnico-religieuses en péninsule indochinoise.

La seconde partie de la séance est consacrée au dernier exposé.

Lectures :

Bruneau Michel, « Évolution des étagements ethnopolitiques dans les montagnes sino-indochinoises », Hérodote, 2002/4 (N°107), p. 89-117. DOI : 10.3917/her.107.0089. URL : https://www.cairn.info/revue-herodote-2002-4-page-89.htm

Jammes Jérémy, Sorrentino Paul, « Géopolitique des religions au Viêt Nam. Les voies multipolaires d’une société civile confessionnelle », Hérodote, 2015/2 (n° 157), p. 112-125. DOI : 10.3917/her.157.0112. URL : https://www.cairn.info/revue-herodote-2015-2-page-112.htm

Corpus d’ouvrages accompagnant la séance.

Exposé de Clémence-Leïla AITOUT :

Gerard C. Hickley, Free in the forest : ethnohistory of the vietnamese central highlands 1954-1976, London, Yale University Press, 1982.


Image « à la une » : Rizières en terrasse de Sapa © 1996 FG

Understanding Insurgencies: Colonial Insurgencies as Transnational Phenomena – 27-28 avril 2018

[ndlr] Annonce d’une importante  journée d’étude à l’UQAM (Montréal).

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

 

Understanding Insurgencies: Colonial Insurgencies as Transnational Phenomena

27-28 avril 2018

Université du Québec à Montréal (UQAM)

 

Présentation de la journée d’étude :

Depuis la Seconde guerre mondiale, le monde a connu des conflits marqués par la guérilla, les guerres irrégulières et les « insurgencies ». Les gouvernements occidentaux confrontés à ces mouvements eurent toutes les peines à les arrêter. Les expériences nationales des guerres de décolonisation ont certes fait l’objet d’études, mais rares sont celles qui comparent la désintégration des empires occidentaux et qui s’interrogent sur la manière dont ces expériences coloniales peuvent nous aider à mieux comprendre les conflits qui secouent encore le monde aujourd’hui – en Syrie, Iraq et Afghanistan. Ce projet de collaboration avec l’Université d’Exeter – intitulé Comprendre les insurrections : Résonances du passé colonial – réunit des chercheurs européens et nord-américains à travers huit ateliers incluant le nôtre: “Les insurrections coloniales comme des phénomènes transnationaux.”

Cet évènement réunira une douzaine de spécialistes autour du thème des connexions transnationales qui ont pu exister entre les mouvements anticolonialistes d’un côté et les puissances impériales de l’autre. Quels liens, au juste, existaient entre ces mouvements anticolonialistes qui se battaient pourtant souvent très loin les uns des autres ? Comment ces mouvements insurrectionnels et contre-insurrectionnels ont-ils pu gagner des soutiens aux niveaux régional et international ? Quels furent les idées, les expériences, les savoirs et les matériaux qui circulaient entre les groupes ? Et comment l’opinion mondiale et les nouvelles organisations internationales ont-elles compris et interagi avec la décolonisation ?

Jusqu’à récemment, la plupart des chercheurs ont étudié les guerres de décolonisation dans un cadre national. Notre projet les resitue comme un phénomène interconnecté et global, tant pour les colonisés que pour les colonisateurs. Leurs dirigeants ont construit des réseaux de collaboration et des moyens d’échanges intellectuels, politiques, militaires et économiques. Les communistes vietnamiens luttant contre la France entre 1945 et 1954, par exemple, ont importé des modèles révolutionnaires de la Chine communiste avant de les exporter ailleurs. Les Français, Britanniques et Américains, de leur côté, ont échangé leurs propres modèles de “counter-insurgency” lors des guerres de décolonisation. La décolonisation s’est aussi mondialisée: les nationalistes algériens du Front de libération nationale (FLN) ont mené par exemple une bataille fascinante contre les Français à l’Assemblée générale de l’ONU.

Pour bien saisir les dimensions de ce processus transnational, nous avons fait appel à des historiens de la décolonisation (Afrique, Proche-Orient, Asie), des politologues, des juristes et même à l’un des responsables des archives de l’ONU. Cela nous permettra d’aborder pour la première fois le rôle de la mondialisation dans la décolonisation et son héritage pour les conflits d’aujourd’hui. Cette forme de combat transnational est d’autant plus présente aujourd’hui grâce au développement des technologies et des communications permettant aux insurgés comme Isis d’influencer l’opinion mondiale.

Programme ci-dessous :

Marie-Danielle Demélas : Parachutistes en Indochine [parution]

[ndlr] Présentation de l’éditeur.

Réf. : Demélas, Marie-Danielle, Parachutistes en Indochine, Paris, Vendémiaire, coll. Chroniques, 2016, 384 p. (cahier photos)

Demelas_ParachutistesEnIndochineQuand les premiers parachutistes sont envoyés en Indochine, ils appartiennent à des unités d’élite, entraînées pour des actions spectaculaires qui doivent redonner à la France le prestige qu’elle a perdu après l’effondrement de 1940. Pourtant, ces combattants ne sont guère préparés à ce qui les attend : une guérilla sans merci qui préfigure le conflit algérien, en même temps qu’une guerre plus classique menée avec artillerie lourde et DCA. Équipés de bric et de broc, embarqués dans les coups les plus durs et les plus audacieux contre un ennemi redoutable, trop souvent employés à des tâches routinières et harassantes, ils payeront à cette première guerre de décolonisation un terrible tribut, lors des batailles de la RC 4, à Diên Biên Phu, puis pendant de longs mois de captivité dans les camps des Viêt-minh.

Au plus près des sources, Marie-Danielle Demélas décrit la vie de ces soldats et de leurs officiers au jour le jour, tout en analysant sans concessions les errements stratégiques dont ils furent à la fois les victimes et les principaux protagonistes.

Docteur d’État en histoire, Marie-Danielle Demélas a été chercheur au CNRS et professeur à l’Université de Paris 3. La plupart de ses recherches ont été consacrées à l’histoire politique et militaire de l’Amérique latine et de l’Espagne. Elle a publié plusieurs ouvrages, parmi lesquels Genèse de la guerre de guérilla (Plural, La Paz, 2007).

Source : Vendémiaire