Archives par mot-clé : GRP

Truong Nhu Tang: Mémoires d’un Vietcong [1985]

Parmi les centaines de milliers de boat people anonymes ayant fui le Vietnam depuis la chute de Saïgon, se trouvait en 1978 un témoin très particulier : Truong Nhu Tang, membre fondateur du Front National de Libération, ministre de la Justice du Gouvernement révolutionnaire Vietcong et adversaire déterminé du régime saïgonnais pro-américain.

Ce livre est tout d’abord l’histoire personnelle d’un homme devant sa formation intellectuelle à la France, qui a lutté durant plus de dix ans pour la libération de son pays et qui a fini par le quitter, constatant que le remède était pire que le mal. Mémoires d’un Vietcong est surtout l’histoire du conflit vietnamien racontée pour la première fois par un acteur important de l’autre bord. Principal responsable vietcong en exil, Truong Nhu Tang est particulièrement bien placé pour présenter l’autre version du plus tragique conflit néo-colonial: « Je crois que l’Occident ne sait presque rien du Vietcong, de ses projets, de ses difficultés, de ses conflits internes surtout. Les circonstances propres à la guerre, et le grand soin que la révolution a apporté à camoufler son propre fonctionnement ont contribué à la marquer du sceau du secret. Mais le Vietcong n’était pas monolithique… »

Truong Nhu Tang, né en 1923 à Saigon, est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, licencié en droit, ancien élève de l’Ecole du commissariat de la Mariné de Toulon. Il a été directeur général de la Société Sucrière Nationale du Vietnam membre fondateur du FNL, ministre de la Justice du GRP, et du Sud Vietnam « libéré » pendant l’année qui a suivi la chute de Saïgon. II est réfugié en France depuis 1978. David Chanoff est assistant professeur de sciences politiques à Hancard. Doan Van Toai, auteur de Le goulag vietnamien (Robert Laffont), est à l’Institut d’Etudes Asiatiques de Berkeley.

Réf. : Truong Nhu Tang, Mémoires d’un Vietcong, Paris, Flammarion, 1985, 347 p. (trad. de l’américain par Amal Naccache)

 

  • CR de lecture par Bui Xuan Quang dans Politique Etrangère, 1985, Vol. 50, n° 4, pp. 1047-1048 à lire sur Persée
  • CR de lecture par Pierre Brocheux dans Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 1986, Vol. 11, n° 11, p. 139 à lire sur Persée
  • CR de lecture en vietnamien par Minh Võ, « Hồi ký của một tên Việt Cộng » en ligne sur Giao Cam, Saigon Online (pdf)

* * *

 A Viecong Memoir (édition en langue anglaise)

This is a moving if rather naive account of life as a Vietnamese revolutionary, written by one of the Vietcong’s highest-ranking leaders who is now in exile in the West. Thoroughly disillusioned, the author describes how Hanoi used Southern « bourgeois » revolutionaries to overthrow the Saigon government and then quickly shunted them aside after victory. It is unfortunate that Southern patriots such as this one did not understand earlier the nature of the Hanoi regime they served so well. To this day the author, while critical of all the key actors in the Vietnam drama-the North, the Thieu government and the United States-does not devote much space to self-criticism. Yet as one of Saigon’s privileged elite, he cooperated directly or indirectly with Hanoi for 20 years.

Source : Foreign Affairs, Reviewed by Donald S. Zagoria. Fall 1985.

Interview en français avec Nguyen Thi Binh [1981]

“Interview with Nguyen Thi Binh, 1981.” , 02/16/1981, WGBH Media Library & Archives, (accessed 08 Nov 2012)

Madame Nguyen Thi Binh was the Foreign Minister of the National Liberation Front, and a repre­sen­ta­tive at the Paris peace talks. At the time of the inter­view, she was the Minister of Education of the Socialist Republic of Vietnam, and she later served for ten years as Vice President of the coun­try.

In the inter­view she des­cri­bes life in colo­nial Saigon, joi­ning the Viet Minh, and the three years spent in a French prison. Mme. Binh then des­cri­bes her poli­ti­cal invol­ve­ment in the Provisional Revolutionary Government and the peace nego­tia­tions in Paris.

* * *

Series Vietnam: A Television History
Barcode 301131
Duration 00:29:18:29
Standard NTSC
Physical format Digital betacam
Type Original footage
Place Covered Hanoi, Vietnam

Source : Open Vault WGBH Media Library and Archives

Madame Nguyen Thi Binh on the atrocities of war Vietnam [1966]

Nguyen Thi Bình, head of the Delegation of the Provisional Revolutionary Government at the Paris Conference on Vietnam. This January 27, 1973 photo depicts the signing of documents at the agreement table during the Paris Peace Accords that turned the page on war in Vietnam, to began the process of peace.

In Vienna in 1966, Madeline Duckles, interviews 38 years old Nguyen Thi Bình, member of the Central Committee of the National Liberation Front of South Vietnam. Speaking with quiet courage, Madame Thi Bình shares a woman’s perspective on the atrocities of war, the need for peace through the enactment of an electoral democratic process in the region, the desire for peace negotiations with President Johnson’s White House and the critical needs of the South Vietnamese people, especially its children, to live and survive in spite of ongoing military conflict and violence.

 

“How does war affect the lives of your children, and what is your attitudes toward us, the American people?” asks Madeline Duckles in her interview.

“To answer you on this question means great pain to us…” answered Madame Thi Bình as she describes the actions of American soldiers and military operations during the war.

Pacifica Radio Preservation Access Project

Producer: Madeline Duckles
from the Pacifica Radio Archives

Translation: Madame Le Thi Cao

Date: 1968, Los Angeles, CA, USA

Length: 44:34 min

A écouter sur : Women News Network

Background:

Madame Nguyen Thi Bình, (born Nguyen Châu Sa on 26 May 1927), was a leading delegate to the Paris Peace Conference, working on behalf of the National Front for the Liberation of South Vietnam.

Born in 1927 in Sa Ðéc province, Madame Thi Bình, was the granddaughter of Phan Chu Trinh, a social leader staunchly opposed to the use of violent means to bring democracy to Vietnam. He was also dedicated and worked to bring modern education to the region.

His daughter, who later became known as Madame Nguyen Thi Bình, studied French at Lycée Sisowath in Cambodia. Initially she worked as a teacher, later joining Vietnam’s Communist Party in 1948.

From 1945 to 1951, Thi Bình took part in various intellectual movements against the French authorities which subsequently lead to her arrest between 1951 and 1953 in Chi Hoa prison (Saigon). After serving her jail term, Madame Nguyen Thi Bình participated in the peace movement for the implementation of the Geneva Agreement.

During the Vietnam War, Thi Bình became a member of the Vietcong’s Central Committee and a vice-chairperson of the South Vietnamese Women’s Liberation Association. In 1969, she was appointed foreign minister of the Provisional Revolutionary Government of the Republic of South Vietnam and played a major role in the signing of Paris Peace Accords on Vietnam, an agreement that provided the diplomatic means for America troops to pull out of the region, helping to engage and start the process to restore peace in Vietnam.

The Paris Peace Accords on Vietnam were entered into force, January 17, 1973. The war in Vietnam was finally declared over April 30, 1975.

Madame Nguyen Thi Bình is regarded today as a symbol of women’ s role in the “Resistance War”. After April 1975, she was appointed Minister of Education in a united Vietnam. She was elected Vice-President of the Socialist Republic of Vietnam in 1992 and then re-elected in 1997 and has served as Vietnamese Vice-President.

On September 4, 1995, at the United Nations 4th World Conference in Beijing, China, Madame Nguyen Thi Bình spoke to Dr. Gertrude Mongella, the Secretary General of the conference saying,

“Like many other countries, my country, Vietnam has lived through long years of wars which have ravaged this already-poor land and left behind millions of orphans, widows, disabled and missing-in-action. Vietnamese women. as part of their nation have been tested by harsh trials and countless hardships. They have derived therefrom their exceptional endurance and tenacity, their ability to survive and to persist in their full identity through the storms of life, just like the Vietnamese bamboo tree, which is supple but unbreakable, which bends under the wind but does not break, and which afterwards, stand again as straight and proud as before.”
_______________________

©2011 Women News Network – WNN

* * *

NXP /CPR 1612671 – 11/05/1968 -Paris : Mrs. Nguyen Thi Binh, head of the National Liberation Front’s delegation at the enlarged Paris peace talks, speaks during a press conference here 11/05. Mrs Binh flatly ruled out any ceasefire in South Vietnam before the withdrawal of American troops. UPI Cablephoto (PR 222). © 1968 UPI

Ma famille, mes amis et mon pays – Gia đình, bạn bè và đất nước – Hồi ký Nguyễn Thị Bình

Nguyễn Thị Bình, Gia Đình, Bạn Bè Và Đất Nước. Hồi Ký Nguyễn Thị Bình, Nhà xuất bản Nxb Tri Thức, 2012.

Compte rendu de lecture par Doãn Thi Ngọc.

Les lecteurs vietnamiens attendaient avec impatience la publication des mémoires de Madame Nguyễn Thị Bình Ma famille, mes amis et mon pays, par la Maison d’édition Tri Thức –Savoir-. Beaucoup de ces fidèles lecteurs sont venus assister à la rencontre organisée avec Madame Bình à l’occasion de la présentation de son livre le 3 juillet 2012 à Ho Chi Minh Ville.

L’événement le plus marquant et les fonctions importantes de Madame Bình dans l’histoire du pays.

C’est la simplicité, le charme et le dynamisme de l’auteure du livre qui attiraient les lecteurs. Brillante diplomate vietnamienne, Madame Bình est non seulement connue en tant que vice-présidente de la République du Viet Nam et première femme ministre des affaires étrangères du pays, mais elle a également acquis une grande renommée à l’échelle internationale quand elle était à la tête de la Délégation du Front National de Libération et du Gouvernement révolutionnaire provisoire de la République du Sud-Viet Nam lors de la conférence de paix à Paris entre 1968 et 1973. L’écrivain Nguyên Ngọc dans sa préface constate que le livre ne fait pas le récit détaillé des péripéties ou des tensions qui ont pu exister lors de la conférence. Les lecteurs seront toutefois attirés par la personnalité de Madame Bình qui a fait preuve, avec une grande habileté, d’une diplomatie à la fois souple et ferme tout au long des années de la conférence. Elle avait le talent de convaincre et de faire reculer l’ennemi face à des arguments imparables. En 1973, elle représentait le Gouvernement révolutionnaire provisoire de la République du Sud – Viêt Nam pour la signature des accords de paix de Paris. Pendant toutes ces longues années des négociations, elle a respecté l’esprit d’humanisme et de tolérance dans la confrontation avec l’ennemi hérité de nos ancêtres.

Après la réunification du pays en 1975, Madame Bình a successivement assumé les fonctions importantes de : ministre de l’Éducation Nationale de 1976 à 1987, vice-présidente de la République Socialiste du Viêt Nam de 1992 à 2002, député à l’Assemblée Nationale (de 1976 à 2001). Elle a parallèlement assumé des fonctions de haut rang au sein du Parti Communiste Vietnamien : telle celle de vice-présidente de la commission des relations extérieures du Comité central. Actuellement, sa retraite est très active : elle est présidente de la Fondation Paix et Développement du Viêt Nam et de la Fondation de Protection des enfants du Viêt Nam, ainsi que présidente honorifique de l’Association des victimes de l’agent orange du Viêt Nam.

Ses mémoires Ma famille, mes amis et mon pays racontent la vie de Madame Bình depuis son enfance à Đồng Tháp où elle est née en 1927 jusqu’à aujourd’hui. La richesse des souvenirs et des événements qui jalonnent toute sa vie ne lui a pas permis d’entrer dans le détail au cours d’un livre de 300 pages. Madame Bình explique : « Quand j’ai commencé à écrire ces mémoires, je n’avais aucun document ou écrit sur mes activités antérieures et ma mémoire n’est pas parfaite ». Les 14 chapitres du livre ont une force d’attraction telle qu’une fois commencée la lecture du livre, le lecteur ne peut s’arrêter avant la fin.

Son style simple et sincère attire et fait vibrer le cœur des lecteurs avec des récits vrais sur le profond amour maternel, l’affection entre frères et sœurs, l’amitié entre amis et camarades de lutte, l’amour de la patrie et la solidarité internationale. Au fur et à mesure de la lecture des mémoires de Madame Bình, les lecteurs partagent davantage ses réflexions, ses questionnements et ses émotions, admirent le courage du peuple vietnamien dont elle et ses proches, ses amis et ses camarades font partie, s’inclinent devant les sacrifices de plusieurs générations pour l’indépendance de la patrie.

 

La responsabilité envers le pays est la première priorité

Chaque page de ces mémoires associe les événements de la guerre au sens des responsabilités dont doit faire preuve une femme vietnamienne à l’égard de son pays. Madame Bình a dû renoncer à son examen de baccalauréat et quitter le Cambodge pour le Viêt Nam afin de participer à la résistance. À un autre moment, elle dut se séparer temporairement de son bien aimé et camarade de lutte Đinh Khang qui devait gagner le Nord. Elle resta dans le sud pour continuer la résistance et, elle et son futur mari se sont attendus pendant les 9 années de résistance contre les Français. La seule nouvelle qu’elle a reçu de lui durant ces longues années fut un petit mot écrit sur un bout de papier : « J’espère que toi ainsi que ta famille est saine et sauve » (p. 26). Mais leur amour allait se consolidant avec le temps. Ils se sont finalement mariés au retour de la paix en 1954. Les années qui suivirent leur mariage, ils se virent peu et elle ne put s’occuper de leurs enfants parce qu’elle devait effectuer de longues missions loin de la famille. Elle raconte :

“À l’âge de deux ans, mes enfants étaient en pension à la crèche et ne rentraient à la maison qu’une fois par semaine. Si j’étais occupée, leurs oncles allaient les chercher, et s’ils étaient occupés, ils ne rentraient pas…Leur père était dans l’armée et ne pouvait s’occuper d’eux non plus. Quand j’étais en mission loin d’eux et que j’apprenais que les bombardements étaient proches de chez eux, j’étais très angoissée et me languissais d’eux… C’était la guerre, il y avait tant de personnes qui faisaient des sacrifices, nous n’avions pas de choix ! (p.29).

 

Développer le pays par l’éducation

Elle nous donne son point de vue sur le rôle de l’éducation. Pour elle l’éducation est un secteur de pointe, la base du progrès du pays et contribue au développement des ressources humaines de la société. Elle met l’accent sur la probité et l’intégrité dans le processus éducatif. On est une personne digne quand on est sincère envers soi-même, sa famille, ses amis et son pays. Lors d’entretiens avec des journalistes, elle a évoqué les faiblesses de notre système éducatif trop orienté vers les exploits formels. C’est pourquoi, une réforme profonde et totale de l’éducation est nécessaire. À la jeunesse vietnamienne, elle envoie un message disant qu’il faut toujours étudier et aspirer à acquérir du savoir. Il faut définir clairement les objectifs de l’éducation, étudier pour son propre avenir, pour aider la famille et pour servir le pays.

Elle a assumé la fonction de ministre de l’Éducation nationale de 1976 à 1987, une période de difficultés économiques. Sous sa direction et grâce à ses initiatives, l’éducation nationale et les enseignants ont surmonté maintes difficultés et ont accompli des réformes dans différentes filières de l’éducation nationale:

  • Réunification des systèmes éducatifs du Nord et du Sud Viêt Nam,
  • Des milliers d’enseignants du Nord sont venus au Sud pour y combler le manque d’enseignants,
  • Réforme de l’éducation, pour intégrer la théorie et la pratique dans le système éducatif,
  • Organisation d’une conférence nationale sur les mesures nécessaires pour améliorer les conditions de vie des enseignants,
  • Modification du système salarial des enseignants pour y intégrer l’ancienneté,
  • Instauration de la fête des enseignants, le 20 novembre, création des titres d’ « enseignant du peuple » et d’ « excellent enseignant » (1983),
  • Déclaration de Sầm Sơn sur la réforme éducative et l’intégration de l’enseignement professionnelle à l’éducation,
  • Mise en place de la société des services de l’éducation pour augmenter les revenus des enseignants.

Dans le chapitre “Les points que je me donne la responsabilité de clarifier” madame Bình évoque sa conception de l’esprit de réconciliation nationale et donne son juste point de vue sur les contributions à la paix et le patriotisme des personnages politiques et des intellectuels vivant au Sud Viêt Nam. Le lecteur peut admirer sa sincérité et aussi son courage en lisant ces lignes : « Moi et les camarades qui ont milité dans le Front National de libération, nous discutons souvent de la réconciliation nationale (…). C’est la morale vietnamienne. À l’égard des Américains, notre ennemi dans le passé, nous sommes capables de pratiquer le principe de « fermer le passé, regarder vers l’avenir », il n’y a donc pas de raison que les Vietnamiens ne puissent se réconcilier, se solidariser pour reconstruire ensemble le pays » (p. 211). L’écrivain Nguyên Ngọc décrit ainsi la personnalité de Madame Bình : «Madame Bình est à la fois persévérante dans ses idéaux et flexible, réceptive vis-à-vis des idées innovantes… Travailler avec elle, c’est découvrir toujours du nouveau dans son esprit et dans son âme ».

En conclusion, les mémoires de Madame Nguyễn Thị Bình, « Ma famille, mes amis et mon pays », sont un message de l’esprit et l’âme vietnamiens, un témoignage de la reconnaissance envers les générations antérieures, un message de paix et de solidarité internationale. Elle consacre les dernières lignes de ses mémoires à la jeunesse : « Il ne faut pas oublier les précieuses leçons de nos prédécesseurs, la priorité est l’intérêt du pays, il faut surmonter les difficultés, être fidèle à son idéal, apporter la liberté et le bonheur au peuple. Le bonheur du pays sera celui de nos jeunes générations » (p. 292).

Compte rendu : Doãn Thi Ngọc
Traduction française : Thái Thị Ngọc Dư

Source : GAS – Gender & Society

* * *


Nguồn: vinabook.com