Archives par mot-clé : Giai Pham

Trí Vũ: Les regrets du philosophe Trần Đức Thảo au crépuscule de sa vie – CR de lecture par Shawn McHale

GsTranDucThao_2
Portrait de Trần Đức Thảo (dessiné par Trinh Cung d’après une photo de Đồng Đức Thành).

Trí Vũ (Phan Ngọc Khuê), Nỗi hối hận lúc hoàng hôn [Regrets au crépuscule de la vie]. In tại Notre Dame de Fatima, Orsonnens, Suisse. Décembre 2012.

Un livre important sur Trần Đức Thảo, l’éminent philosophe, est paru à la fin de l’année 2012. Thảo est un des plus importants intellectuels vietnamiens du vingtième siècle, bien connu en France et à l’étranger pour ses études sur la phénoménologie et le marxisme. Anticolonialiste, il avait décidé de revenir dans son pays en 1951. Moins connus sont ses parcours intellectuels et politiques au Vietnam, où il a durement souffert à cause de sa participation dans l’affaire Nhân Văn—Giai Phẩm (1955-56). Ostracisé par le Parti communiste, il n’a rien publié en vietnamien jusqu’à 1987. Il est décédé en 1993, à Paris.

Le livre en question, écrit par Trí Vũ (Phan Ngọc Khuê), est basé en partie sur les interviews enregistrées sur audio-cassettes dans les six derniers mois de la vie de Thảo et en partie sur les écrits et conversations de Thảo interprétés par l’auteur. Ces interviews avec Thảo forment l’important “corpus” de cet ouvrage, que son auteur caractérise comme un “dã sử tân truyện” ou histoire non-officielle de la vie de Thảo. Ce n’est donc pas le travail d’un historien (avec l’appareil critique habituel) ou d’un philosophe, mais plutôt un récit, soutenu par une solide base empirique.

Thảo raconte sa vie de la perspective particulière de 1992 et 1993, et c’est la perspective adoptée par l’auteur. Ce fait est essentiel (et peut-être controversé) : un apport capital du livre est de fournir la preuve que Thảo, décrit dans une notice nécrologique comme un “marxiste dérangeant,” avait renoncé au marxisme à la fin de sa vie.

“Je voudrais dire que Marx avait tort. Je reconnais maintenant que Marx avait tort. Je ne dis pas que Marx avait raison et ses acolytes avaient tort. [Non], Marx avait tort aussi.” (« Chỉ tại tôi muốn nói ra là chính Marx sai. [ . . .] Bây giờ tôi nhận ra là chính Marx sai. Chứ không phải là ông Marx nói đúng rồi học trò sai. Chính ông Marx cũng sai. ») (422).

Penseur dérangeant ? Oui. Marxiste dérangeant ? À la fin de sa vie, pas exactement…

 Si le fait que Thảo ait renoncé au marxisme est d’un intérêt primordial, ce n’est pas la seule raison pour laquelle il faut lire ce livre. En dépit de quelques-unes, le manque d’études approfondies sur la vie intellectuelle dans la République démocratique du Vietnam est évident. Si l’ouvrage traite en passant de la vie du jeune Thảo, il se penche surtout sur son vécu au Vietnam depuis 1951 et sur ses expériences à Paris à la fin de sa vie.

 Selon ce livre, le Parti communiste vietnamien (PCV) se montre soupçonneux de Thảo dès son arrivée au Vietnam en 1951. Le parti lui interdit, en prenant comme prétexte sa position comme doyen de la faculté d’histoire, d’enseigner la philosophie de Marx (!). Thảo souligne qu’il n’y avait aucun mouvement “contre le parti” parmi les écrivains de Nhân Văn—Giai Phẩm (p. 198). À l’époque, Thảo était marxiste convaincu; mais sa vision du marxisme était, paradoxalement, plus “marxiste” que l’amalgame de stalinisme, léninisme, maoïsme, et marxisme des dirigeants du parti communiste eux-mêmes. Thảo parle de sa démission forcée de son poste de l’université de Hanoi, et son exil intellectuel à partir de ce moment. Il décrit sa situation désespérée à la fin des années 50 quand il n’avait pas d’emploi et avait souvent faim.

Pour les lecteurs français, les pages les plus troublantes seront peut-être celles exposant le crépuscule de sa vie en France. On y apprend l’“interpellation” de Thảo devant un “tribunal” composé d’apparatchiks de l’ambassade du Vietnam à Paris et d’un représentant du Parti communiste français (PCF), qui dénonçait Thảo comme “réactionnaire” et “contre-révolutionnaire.” (L’identité de ce représentant du PCF n’est pas évidente, mais il semble être un disciple d’Étienne Balibar, ancien membre du parti) (p. 64-5). À cause de son manque absolu de moyens, Thảo était hébergé par l’ambassade vietnamienne, et celle-ci avait une grande emprise sur lui. Or, on apprend aussi les efforts des anciens et nouveaux amis en France, comme Georges Boudarel et certains membres de la communauté vietnamienne, pour aider Thảo.

Ce texte, très riche, donne beaucoup à réfléchir sur l’itinéraire d’un des plus grands intellectuels vietnamiens du vingtième siècle. Pour les Vietnamologues, il nous éclaire sur des aspects inconnus ou méconnus de la vie dérangeante de ce penseur qui, ironie des ironies, officiellement “oublié” au Vietnam durant des décennies, deviendra célèbre auprès du grand public intellectuel vietnamien après sa mort.

Shawn McHale

Pour en savoir plus :

Thụy Khuê: Nhân Văn Giai Phẩm và vấn đề Nguyễn Ái Quốc [online]

NhanVanGiaiPham

Thụy Khuê, Nhân Văn Gai Phẩm và vấn đề Nguyễn Ái Quốc. Biên khảo, Falls Church, VA, Nxb Tiếng Quê Hương, 2012, 976 p. (25 chapitres, 4 entretiens en annexe, illustrations, bibliographie pp. 959-969).

L’ouvrage de la journaliste, écrivaine et critique littéraire Thuy Khue sur le mouvement Humanisme & Belles Œuvres est désormais en ligne.

Cet essai majeur sur le célèbre mouvement intellectuel qui secoua la RDVN dans les années cinquante au sortir de la guerre d’Indochine regorge de détails intéressants sur les parcours des acteurs et le contexte politique. L’ouvrage est le résultat d’un travail de longue haleine qui débuta en 1984. Il se présente sous la forme d’une série d’articles consacrés à l’histoire du mouvement, à son origine, à son impact, à son contexte (chapitres 1 à 7), agrémenté de chapitres biographiques (8 à 14 puis 16, 21, 23) sur les personnalités de premier plan comme Nguyen Huu Dang, Le Dat, Tran Dan, Nguyen Manh Tuong, Phan Khoi ou Thuy An. Comme l’indique le titre, le parcours de Nguyen Ai Quoc (futur Ho Chi Minh) en France est interrogé à travers une véritable enquête qui confronte les sources (chap. 16 à 19).

L’originalité de cette publication en ligne réside dans la mise à jour que l’auteure met en pratique. La version livre publiée en 2012 chez Tieng Que Huong en Virginie est désormais complétée par des documents fournis par le poète Hoang Cam en novembre 2012. Notez que l’on peut également télécharger la dernière mise à jour de mars 2013 directement sur le site de Thuy Khue. Pour résumer brièvement, l’ouvrage est d’une lecture passionnante, il se fonde sur une enquête minutieuse qui permet à l’auteure de proposer son analyse tranchée. En outre, à travers plusieurs chapitres clés (6, 15, 20, 24, 25), il se révèle être une contribution importante à la compréhension de l’émergence du combat des intellectuels et d’une pensée démocratique dans le Viêt-Nam colonisé puis « communisé ».

FG, 18/06/2013.

Lien pour accéder à l’ouvrage en ligne :

Thụy Khuê : Nhân Văn Giai Phẩm và vấn đề Nguyễn Ái Quốc

PDF en ligne sur Viet Nam Van Hien.net (version 01-1212)

Georges Boudarel : Cent fleurs écloses dans la nuit du Vietnam [1991]

[ndlr] Paru à la fin de l’année 1991 alors que la fin de l’URSS est annoncée et que les mouvements démocratiques dans les pays de l’Europe de l’Est arrivent au pouvoir, l’ouvrage de Georges Boudarel rappelle les débuts de la dissidence communiste vietnamienne en RDVN entre 1954 et 1956. A l’appui de sources encore largement méconnues à cette époque, il explore les tenants et les aboutissants de la contestation interne et les acteurs de la demande d’une démocratisation du régime. La célèbre affaire des revues « Humanisme et Belles Œuvres » (Nhan Van – Giai Pham) est savamment décortiquée et illustrée par des références littéraires produites par les accusés. Elle sonne le départ d’une épuration brutale au sein du parti sous le masque d’une réforme agraire radicale. L’ouvrage épuisé aujourd’hui est paru alors que débute une autre affaire franco-française sur la décolonisation : « l’affaire Boudarel ».

Boudarel, Georges, Cent fleurs écloses dans la nuit du Vietnam. Communisme et dissidence 1954-1956, Paris, Jacques Bertoin, 1991, 301 p.

Présentation de l’éditeur

Georges Boudarel relate dans cet ouvrage une période charnière de l’histoire du Vietnam, entre le colonialisme et l’indépendance, le stalinisme et la libéralisation, la Chine et l’URSS. Fort de son expérience controversée sur le terrain, il produit ici un travail d’historien nourri par sa connaissance de la langue et du peuple vietnamien, par l’analyse systématique des sources, pour la plupart inédites en français (presse quotidienne et périodiques vietnamiens), et de nombreuses œuvres littéraires d’une qualité surprenante.

L’auteur nous révèle que des intellectuels, des militaires et des écrivains ont très tôt inscrit dans la tradition politique du Vietnam un regard critique qui subsiste encore aujourd’hui. La répression fut spectaculaire. Georges Boudarel nous fait vivre dans l’intimité des familles villageoises la réforme agraire qui, sous couvert de redistribuer les terres, instaura au Vietnam un régime de terreur et de délation.

Ce livre s’achève sur des perspectives et une question. La richesse de la dissidence, apparue voici près de quarante ans au Vietnam, fera-t-elle que ce pays, exceptionnel à bien des titres, sera aussi celui qui saura réformer le système communiste sans abandonner son idéologie ?

Dans sa page de remerciements, Boudarel revient rapidement sur les conditions d’élaboration de cet ouvrage.

Ma collaboration avec le Viet Minh de 1950 à 1964 est à l’origine de ce travail. Membre du parti communiste vietnamien jusqu’en 1964, j’ai plus ou moins partagé certaines des vues que je critique aujourd’hui. Ma propre évolution dans le cadre vietnamien m’a permis de connaître certains des contestataires ou des officiels dont je parle et de rassembler à l’époque une documentation imprimée, ouvrages et périodiques.

Cette étude entend toutefois se situer sur un plan historique aussi objectif que possible. Pour éviter les approximations, j’ai donc tenu à dépouiller le quotidien du parti communiste Nhan Zan (le Peuple) de 1954 à 1960 et à opérer nombre de sondages dans les diverses publications en quoc ngu de l’époque.

Je n’aurais pu réaliser cette recherche et ce travail sans l’octroi par le Social Science Research Council de New York une bourse de la fondation Ford. Celle-ci me permit notamment de trouver des matériaux à l’Institut des Etudes Etrangères d’Osaka grâce au professeur Masaya Shiraishi, en Australie grâce au Dr David Marr, à la School of Pacific and South-East Asian Studies à Canberra et aux Etats-Unis où j’explorai les trésors de l’université Cornell et du centre de recherche de M. Douglas Pike à Berkeley. Je tiens à leur exprimer ici tous mes remerciements.

Sur le parcours controversé de l’auteur :

Jean-Claude Pomonti, « Georges Boudarel, ancien commissaire politique stalinien », Le Monde, 29 décembre 2003. A lire sur le blog de Patrick Guénin, Le Viêt Nam, aujourd’hui (1997-2003).

Pierre Marie Giraud, « Boudarel, commissaire politique dans un camp vietminh et universitaire », Agence France Presse, 29 décembre 2003. A lire sur le blog de Patrick Guénin, Le Viêt Nam, aujourd’hui (1997-2003).

Pour le rappel succinct de « l’Affaire Boudarel », voir l’entrée Wikipedia à son nom.