Archives par mot-clé : genre

Soutenance de thèse : Estelle Miramond « De la lutte anti-traite à la mise au travail » (29 mars 2021)

Annonce d’une soutenance de thèse sur la Laos contemporain.

De la lutte anti-traite à la mise au travail.  Ethnographie de jeunes femmes laotiennes face aux politiques d’immobilisation

par Estelle Miramond

La soutenance aura lieu le lundi 29 mars à 9 heures à l’Université de Paris, Bâtiment Olympe de Gouges, 8 rue Albert Einstein, 75013 Paris.

Au vu du contexte sanitaire sanitaire, elle se déroulera en semi-présentiel et sera transmise par visio-conférence.

Le jury est composé de :

  • Pascale ABSI, Examinatrice, Chargée de recherche, IRD
  • Vanina BOUTÉ, Co-directrice, Maîtresse de conférences HDR, Université de Picardie
  • Jules FALQUET, Directrice, Maîtresse de conférences HDR, Université de Paris
  • Jane FREEDMAN, Rapportrice, Professeure, Université Paris 8
  • Yves GOUDINEAU, Président, Directeur d’études, École française d’Extrême-Orient
  • Pierre PETIT, Examinateur, Professeur, Université Libre de Bruxelles
  • Maud SIMONET, Rapportrice, Directrice de recherche, CNRS
Travailleuses laotiennes © Estelle Miramond

Résumé de la thèse

Au Laos, les programmes de lutte contre la traite et l’exploitation sexuelle des femmes se multiplient depuis la décennie 2000. Le pays, l’un des plus pauvres de la région, connaît une migration de main d’œuvre féminine importante vers la Thaïlande voisine, notamment dans l’industrie du sexe. Les études consacrées à la lutte contre la traite se concentrent principalement sur les discours anti-traite et se focalisent sur la répression du travail sexuel. Au contact des femmes concrètement prises en charge par ces politiques, la thèse s’appuie sur une ethnographie de long cours réalisée dans des centres de réhabilitation pour victimes de traite du Laos et des dortoirs d’usines de Vientiane et Savannakhet.

Mobilisant un cadre théorique féministe matérialiste, la thèse fait émerger le concept de « politique d’immobilisation ». Le terme désigne les formes institutionnalisées de restriction des mobilités spatiales et sociales de jeunes femmes imposées au nom de leur protection et facilitant l’exploitation de leur travail. La thèse montre que le secteur anti-traite prolonge des formes d’appropriation collective et individuelle des femmes également en jeu dans l’institution familiale et sur le marché du travail. Les centres de réhabilitation et les dortoirs d’usines sont analysés comme des espaces d’immobilisation et de mise en ordre du genre créant aussi les conditions d’une remise en cause partielle de ses frontières.

Mots clefs : migrations  –  travail  –  études de genre  –  anthropologie de l’humanitaire – féminisme matérialiste  –  secteur anti-traite  –  refuges  –  politiques d’immobilisation  –  Laos  – dortoirs d’usines. 

Illustration « à la une » : Annexe photographique © Estelle Miramond

« Mémoires d’Indochine » 2018 : séance 5

Année universitaire 2018-2019 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires, récits de vie en situations

★ ★ ★

Mme Nguyen Van Bong en 1973. Son époux, homme politique de premier plan, cofondateur du Mouvement National Progressiste, fut assassiné en pleine rue à Saigon le 10 novembre 1971 © DR

Mémoires « genrées »

Séance 5 : mercredi 24 octobre 2018 – salle de réunion R20

Quelle est la place des femmes dans les récits mémoriels ? Quels types de récit sont écrits par les femmes ? A travers quelques exemples présentés pendant le séminaire, cette séance aborde la question des récits personnels rédigés par des femmes. Si ceux-ci souvent porteurs d’une histoire familiale et sociale dépassant le récit politique ou militaire des hommes, ils proposent aussi un récit alternatif (« genré et réconciliateur ») de la déchirure vietnamienne. Nous ferons appel aux mémoires de personnalités politiques de premier plan (Nguyen Thi Binh) tout comme de statut plus modeste (Le Ly Hayslip, Quynh Dao, Xuan Phuong) pour confronter la vision d’un récit à la fois national et familial.

Dans un second temps, nous discuterons de l’évolution historiographique de la thématique « genre et guerre » proposée par Françoise Thébaud puis nous questionnerons les enjeux sociaux et historiques de l’analyse iconographique, enjeux soulevés par la publication de l’ouvrage collectif Sexe, race et colonies (la Découverte, 2018).

Enfin, la troisième partie du séminaire sera dédiée aux exposés oraux. Le premier s’intéressera aux enjeux de mémoire en Indonésie, le second à la vie quotidienne des populations civiles dans un contexte de guerre.

Textes discutés

Françoise Thébaud, « Penser les guerres du xxe siècle à partir des femmes et du genre. Quarante ans d’historiographie », in Les lois genrées de la guerre, Clio, Femmes, Genre, Histoire, n°39, 2014, p. 157-182. Article en ligne sur OpenEdition.

Nicolas Bancel, « Exhiber l’exhibition ? Quand les historiens font débat : retour sur « Sexe, race et colonies »« , The Conversation, 17/10/2018. [Lire également les articles mentionnés par des liens]

Corpus de récits personnels présentés en début de séance

Bong-Wright, Jackie, Autumn Cloud. From Vietnamese war widow to American activist, Sterling, VA, Capital Books, 2001.

Chân Không (Sœur), La force de l’amour. Une bouddhiste dans le Viêt-Nam en guerre, Paris, La Table Ronde, « Les chemins de la sagesse », 1995.

Dang Phuong Nghi, Mo, une micro-histoire du Vietnam au XXe siècle, Paris, Centre International d’Études Vietnamiennes, 2004.

Elliott, Duong Van Mai, The Sacred Willow. Four Generations in the Life of a Vietnamese Family, Oxford, Oxford University Press, 1999.

Le Ly Hayslip (avec Jay Wurst), Entre le ciel et la terre, Paris, Éditions du Seuil, 1993. Lire le CR de lecture en ligne d’Astrid Gillier sur le carnet de recherche Femmes et Guerres au Viêt-Nam.

Ly San Meas, Mon Cambodge. Le destin d’une femme, Paris, L’Harmattan, « Graveurs de mémoire », 2012.

Nguyen Thi Binh, Family, Friends and Country. Autobiography, Hanoi, Tri Thuc Publishing House, 2013. Traduit en français sous le titre Ma famille, mes amis et mon pays. Mémoires (Éditions Tri Thuc, Université Hoa Sen, 2015).

Quynh Dao, Tales from a Mountain City. A Vietnam War Memoir, Fyshwick, Odyssey Books, 2010.

Tran To Nga, Ma terre empoisonnée. Vietnam, France, mes combats, Paris, Stock, 2016.

Xuan Phuong (avec Danièle Mazingarbe), Ao dai, du couvent des Oiseaux à la jungle du Viêt-minh, Paris, Plon, 2001.

Exposés oraux

Exposé de Samia Kotele

  • Pramoedya Ananta Toer, The mute’s soliloquy : a memoir, Londres, Penguin books, 1999. (Titre original : Nyanyi Sunyi Seorang Bisu). 

Présentation en ligne : Amazon

Exposé de Gwendolène Chambon

  • Lone, Stewart, Daily lives of civilians in wartime Asia: from the Taiping Rebellion to the Vietnam War, Greenwood, The Greenwood Press Daily Life Through History Series: Daily Lives of Civilians during Wartime, 2007. 

Présentation de l’éditeur : Thrift Books

Image « à la une » : Peinture de l’artiste Dinh Y Nhi (née en 1967).

Projection rencontre : Finding Phong [19 juin 2018]

[ndlr] Projection d’un film de la réalisatrice Tran Phuong Thao.

Projection le mardi 19 juin à 20h00 au Luxy à Ivry-sur-Seine

La projection sera suivie d’une rencontre avec Loan Rocher (massothérapeute, psychothérapeute, transgenre), Tran Hai Hac (responsable du ciné-club vietnamien Yda), Nguyen Dac Minh (responsable de la section Sông Viet de l’UGVF), Nam Trân, responsable du MCFV, Nicole Trampoglieri (Présidente du Comité Choisy 94 de l’AAFV).

Finding Phong

De Phuong Thao Tran et Swann Dubus Mallet – Vietnam – 2018 – 1h32 – vo

Phong a grandi dans une petite ville perdue au centre du Vietnam. Depuis son plus jeune âge, elle s’est toujours considérée, souvent avec souffrance, comme une fille prise au piège d’un corps de garçon. Portrait touchant et plein d’humanité, Finding Phong est le récit délicat, sans fard ni fausse pudeur, d’une métamorphose, d’un changement de vie.

 

Lire aussi :

Jacques Mandelbaum, « Finding Phong » : face aux troubles du changement de sexe, Le Monde, 14/02/2018.

Décès de Jayne Susan Werner, spécialiste du Viêt-Nam

[ndlr] Nous répercutons cette triste nouvelle reçue sur le réseau du Vietnam Studies Group (VSG) le 1er février dernier.

A la suite d’une longue maladie, la chercheuse Jayne Werner est décédée en ce début d’année 2018. Spécialiste de l’histoire vietnamienne moderne et contemporaine, elle est l’auteure de plusieurs monographies clés, dont une sur le Caodaïsme sous la colonisation et la guerre et une autre sur le genre à l’époque du Renouveau (depuis 1986). Comme l’indique sa page personnelle en ligne, elle a également co-édité plusieurs autres livres, deux sur la guerre américaine et un second sur les questions de genre.

Sa courte biographie en ligne la resitue dans le paysage international de la Vietnamologie :

Elle fait partie de la génération inaugurale des érudits du Viêt-Nam formés à l’Université Cornell et dans les autres centres de recherche sur l’Asie du Sud-Est aux États-Unis au cours des années 1960. Au cours de sa première année à Cornell, elle est tombée sous le charme des études vietnamiennes et de ce pays, une passion continue. Elle a fait son premier voyage au Viêt-Nam en 1972 et parle le vietnamien et le français.

Elle eut ensuite une longue carrière d’enseignement et de recherche à l’Université de Columbia (1981-2015) puis en tant que Professeure émérite à l’Université de Long Island.

Elle avait récemment publié (2012) avec George Dutton et John Whitmore, un instrument de travail capital sur les sources de la tradition vietnamienne sous la forme d’un « reader » rassemblant les textes clés de cette tradition du Viêt-Nam ancien à l’indépendance nationale. Plusieurs chercheurs lui ont rendu hommage comme George Dutton, son collègue et ami, ou l’historien David G. Marr dont elle était étudiante à Cornell en 1969-1971 dont il souligna la rigueur intellectuelle et son étude pionnière sur le Caodaïsme.

Principaux ouvrages :

Dutton, George ; Werner, Jayne ; Whitmore, John (eds), Sources of Vietnamese tradition, University of Columbia Press, 2012. Cote IAO : 601AV.12/59

Werner, Jayne, Gender, Household and State in Post-Revolutionary Vietnam, Routledge, ASSA Women in Asia Series, 2009. Cote IAO : 104AV.11/79

Bélanger, Danièle & Werner, Jayne (ed.), Gender, Household, State: Dổi Mới in Vietnam, Cornell Southeast Asia Program Publications, 2002.

Hunt, David & Werner, Jayne (ed.), The American War in Vietnam, Cornell Southeast Asia Program Publications, 1993.

Luu Doan Huynh & Werner, Jayne S. (ed.), The Vietnam War: Vietnamese and American Perspectives, M.E. Sharpe, 1993. 605AV.03/1134

Werner Jayne Susan, Peasant Politics and Religious Sectarianism: Peasant and Priest in the Cao Dài in Viêt Nam, Yale University Southeast Asia Monograph Series, 1981.

 

Lien vers sa page : http://www.jaynewerner.org/

FG, d’après VSG

Colloque international « Genre et nations partitionnées » : 14-15 décembre 2017 – EHESS

[ndlr] Annonce officielle.

Le colloque international « Genre et nations partitionnées » est organisé par Anne Castaing (CNRS/CEIAS) et Benjamin Joinau (Hongik University/CRC)

La « communauté imaginée » qu’est la nation mobilise les symboles les plus archétypaux pour se représenter dans les arts et les médias populaires et ces symboles sont le plus souvent genrés – que l’on pense à la Marianne de la jeune République française. En plus d’être l’écho du genre grammatical des valeurs de cette république dont elle est l’allégorie, Marianne est la figure de l’Alma Mater, à la fois nourricière et protectrice, qualités essentielles d’un Etat-nation ou d’un régime politique. Mais comment se pense une nation divisée politiquement par une partition ?

Continuer la lecture de Colloque international « Genre et nations partitionnées » : 14-15 décembre 2017 – EHESS

Clémence Schantz : Construire le corps féminin à travers les pratiques obstétricales à Phnom Penh, Cambodge [thèse]

[ndlr] Avis de la soutenance de thèse de Clémence Schantz (Ceped).

Soutenance de thèse de sociodémographie, menée sous la direction de Véronique Petit au Ceped.

« Construire le corps féminin à travers les pratiques obstétricales à Phnom Penh, Cambodge »

Clémence Schantz

Vendredi 16 décembre 2016 à 10h00

Salle de réunion F.673 -Sorbonne

Galerie Gerson – escalier G2, 1er étage, 54 rue Saint Jacques, 75005 Paris.

La soutenance se déroulera devant un jury composé de :

  • Alexandre DUMONT, épidémiologiste, santé des femmes et santé périnatale, directeur de recherche, IRD, Ceped.
  • Anne Yvonne GUILLOU, anthropologue, chargée de recherche CNRS, IRASEC.
  • Patrick HEUVELINE, démographe, professeur à l’Université de Californie, Los Angeles (UCLA), rapporteur.
  • Yannick JAFFRE, anthropologue de la santé, directeur de recherche, CNRS UMI 3189 & EHESS, rapporteur.
  • Véronique PETIT, démographe, professeure à l’Université Paris Descartes, Ceped, directrice de thèse.

 

Résumé de la thèse :

Le Cambodge est l’un des neuf pays au monde à avoir atteint l’OMD 5 des Nations Unies, c’est-à-dire à avoir diminué de trois quarts le taux de mortalité maternelle au niveau national entre 1990 et 2015. Ce taux est ainsi passé de 1020 à 161 décès maternels pour 100 000 naissances au cours de ces 25 années. Ce succès est le résultat de politiques publiques volontaristes : une politique de planification familiale, la mise en place de systèmes de financements de la santé, la formation puis le déploiement de milliers de sages-femmes sur le territoire. Cette réussite s’explique également par une mutation sociologique de premier plan : l’accouchement, qui était historiquement un événement avant tout social et qui se déroulait dans l’intimité de la maison, est devenu un événement public pour la femme et sa famille. Alors qu’en 2000 moins de 10% des femmes accouchaient dans une structure médicalisée, elles étaient plus de 80% dans cette situation en 2014, traduisant ainsi la biomédicalisation massive et soudaine de l’accouchement dans tout le pays.

Cette recherche sociodémographique remet en question la vision idéalisée des Nations Unies concernant la santé maternelle au Cambodge en rendant visibles et en observant les pratiques obstétricales « par le bas » à partir d’une enquête empirique sur plusieurs terrains à Phnom Penh et en Kandal (milieu rural). La méthodologie développée conjugue une observation participante, à des entretiens semi-directifs auprès de soignants et de non soignants (hommes et femmes), des questionnaires auprès de femmes enceintes puis accouchées (cohorte), ainsi qu’une collecte de données médicales dans quatre maternités de Phnom Penh. Les résultats montrent que certains hôpitaux et cliniques pratiquent des épisiotomies systématiques, ce qui est contraire aux recommandations internationales, et que le taux de césariennes dans la capitale a presque triplé en quinze ans, dépassant depuis le début des années 2000 le seuil de 10% recommandé par l’OMS. Enfin, une pratique répandue de périnéorraphies visant à resserrer fortement le vagin de femmes jeunes et en bonne santé après des accouchements par voie basse, sans indication médicale, est courante dans la capitale. Ces pratiques obstétricales, historiquement construites, vont alors fréquemment être détournées de leur usage médical pour répondre à une demande sociale.

Le corps des femmes a été appréhendé dans cette recherche comme un corps social et politique, révélateur des rapports sociaux, sur lequel se jouent de nombreux enjeux de pouvoirs. La thèse a révélé que ces trois pratiques obstétricales faisaient système en se renforçant les unes les autres. A l’intersection entre corps, genre et biomédecine, la recherche a montré que ces différentes pratiques obstétricales pouvaient être conçues comme des instruments de domination. Le genre, tel qu’il est pensé dans la société, va contribuer à fabriquer un sexe féminin, mais aussi à construire un corps féminin de façon plus générale. Mais la thèse a dévoilé également que certaines de ces pratiques vont être saisies par les femmes, afin d’accroître leur attractivité sexuelle, leur permettant de renégocier les rapports de genre, et de maintenir l’harmonie et la stabilité du couple.

Mots-clés : Cambodge, biomédecine, pratiques obstétricales, épisiotomie, périnéorraphie, césarienne, accouchement, sexualité, rapports de genre.

Merci d’informer de votre présence en écrivant à : clemschantz@hotmail.com

 

Pour en savoir plus :

Atelier Normalisation 1-Les périnéorraphies du… par IEC-MNHN

 

Image « à la une » : Clémence Schantz © Toutes à l’école

Le corps en perspective – Journée d’étude SFHOM – vendredi 27 mai 2016

[ndlr] La SFHOM vous fait part de cette journée d’étude qui se tiendra à la Sorbonne le 27 mai prochain, sur le thème :

LeCorpsEnPerspective_SFOM_2016

Le corps en perspective

Représentations, pratiques et prises en charge dans les colonies

Cette journée d’étude entend nourrir le chantier de l’histoire du corps « colonial », celui du colonisé et celui du colonisateur, en s’interrogeant plus spécifiquement, tant le champ est vaste, sur la question de leur définition et des politiques de prises en charge du corps qu’elles supposent. C’est de l’histoire culturelle, assurément, mais comment se priver de l’histoire sociale, politique, voire même paradoxalement de celle des idées ? Et comment, dans une histoire coloniale, laisser de côté la dimension économique, celle de l’exploitation des corps, de leur contrôle ? Le corps n’est-il pas le lieu d’exercice et d’inscription de tous les pouvoirs ? Il est aussi celui des résistances et des réappropriations, coloniales ou postcoloniales. Le but est également de resituer le corps et les systèmes genrés qui l’accompagnent au cœur des modes de vie des différentes communautés.

  • 9h30 : Introduction : Jacques Dumont, responsable de la journée d’étude, « Corps-objet ? Le corps objet de recherche en milieu colonial »
  • 10h00 : Monia Lachheb, « La construction du corps des femmes dans la Tunisie coloniale : Négociation ou métissage ? »
  • 10h30 : Delphine Pereiti-Courtis, « La nudité africaine dans la littérature médicale française (1780-1950) »
  • 11h : Brice Fossard, « Les populations colonisées doivent-elles faire du sport ? »
  • Discussion : 11h30-12h30

PAUSE-DÉJEUNER

  • 14h15 : Hugues Tertrais, « Que faire des “techniques du corps” de Marcel Mauss ? »
  • 14h45 : François Guillemot, « Indochine/France : un corps à corps utopique » (titre provisoire)
  • 15h15 : Christine Mussard, « Voisinages coloniaux dans les villages de l’Algérie rurale : les indices de la présence de l’autre »
  • 15h45 : Olivier Malo, « La capoeira, d’un corps brésilien à la brasillanité (1908-2009) : un même idéal, des conceptions plurielles »
  • 16h15-17h15 : Discussion

Programme en ligne : SFHOM