Archives par mot-clé : génocide

Marion Joubert : Mapping Memories Cambodia, quand les petites histoires font la grande

[ndlr] La mémoire cambodgienne du génocide des Khmers rouges resurgit dans une application. Un article de Marion Joubert, journaliste du Petit Journal.

L’application mobile Mapping Memories Cambodia a été lancée le 2 février 2019 par le département de communication et médias de l’université royale de Phnom Penh. Une plateforme qui a pour ambition de faire sortir l’Histoire hors des musées.

Mapping Memories Cambodia (MMC) a pour but d’aider les jeunes Cambodgiens à comprendre comment  les générations précédentes ont vécu sous le régime des Khmers rouges. L’application, lancée le 2 février dernier, met en relation les récits personnels des survivants de la période des Khmers rouges avec  l’espace géographique actuel.

L’application est gratuite et bilingue, en anglais et en khmer. Pour Youk Chhang, directeur du centre de documentation du Cambodge (DC-Cam), c’est essentiel car « il n’est pas possible de comprendre le génocide avec juste une seule langue ».  

Entre 2017 et 2018, environs 70 récits ont été rassemblés. Des histoires qui permettent aux utilisateurs de comprendre les privations et crimes subis par les Cambodgiens sous la période des Khmers rouges.

Lire la suite : Le Petit Journal, 09/04/2019.

Illustration « à la une » : En plein exode de Phnom Penh vers les campagnes © Vitou So, page facebook de MMC

Autour de L’élimination (2011) – Réflexion sur le génocide cambodgien par Olivier Christophe

Autour de L’élimination de Rithy Panh et Christophe Bataille (2011)

Réflexion sur le génocide cambodgien

Olivier CHRISTOPHE

« L’obscurité s’abattra sur le peuple du Cambodge. Il y aura des maisons mais sans personne à l’intérieur, des routes mais pas de voyageurs ; le pays sera dirigé par des barbares sans religion ; le sang coulera en un flot assez épais pour atteindre le ventre d’un éléphant. Et seuls les sourds et les muets survivront »1.

Rithy Panh est un cinéaste à qui l’on doit notamment Les Gens de la Rizière (Festival de Cannes, 1994), Bophana, une tragédie cambodgienne (1996), S21, la machine de mort khmère rouge (Festival de Cannes, 2002) et L’image manquante (Festival de Cannes et Cérémonie des Oscars, 2017). Une partie de son œuvre documentaire et cinématographique dénonce « la cruauté et la folie khmères rouges » et réfléchit de manière plus générale sur les totalitarismes et les révolutions.

Rithy Panh co-écrit L’élimination avec Christophe Bataille, écrivain français. On ignore toutefois son degré de participation. L’ouvrage est construit d’une manière atypique, qui explique partiellement son intérêt littéraire : il s’agit d’une succession d’épisodes courts (1 à 2 pages) qui trahissent l’expertise cinématographique de l’auteur. On bascule entre les expériences vécues par l’auteur et le témoignage de Kaing Guek Eav, surnommé Duch, anciennement Directeur du Centre S-21, interrogé en attente de son procès face aux Chambres Extraordinaires au sein des Tribunaux Cambodgiens (CETC), un tribunal international chargé de juger les crimes des Khmers rouges.

Le Cambodge traverse une longue période de violence qui débute en 1967 et se prolonge pendant près de 30 ans jusqu’en 1999. Il s’agit d’analyser, avec L’Élimination en trame de fond, le déroulement du meurtre de masse perpétré par les Khmers Rouges sur leur propre population, en procédant d’abord à un rapide rappel historique du conflit interne cambodgien. Ensuite, une étude plus approfondie des crimes des Khmers Rouges permet de mieux appréhender le drame humain qui s’abattit sur ce pays. Finalement, un retour sur la période contemporaine rend possible l’appréciation du devoir de mémoire dans la société cambodgienne.

Une destruction hors normes

  • Genèse de la violence au Cambodge (1967-1975)

L’écrivain britannique Philip Short décrit dans son ouvrage Pol Pot, Anatomie d’un cauchemar (( Philip Short, Pol Pot, anatomie d’un cauchemar, Paris, Denoël, 2007. Traduit de l’anglais par Odile Demange )) les origines et la vie de Saloth Sâr. Né dans une famille aisée, il part étudier avec quatre autres étudiants à Paris. Il y construit les fondations de son idéologie totalitaire et fondent ensemble le PCK (Parti Communiste du Kampuchéa).

Néanmoins, la population cambodgienne n’est pas prolétaire, tout au plus paysanne. Il transpose son analyse marxiste à la société cambodgienne et, dans un climat politique instable, débute les hostilités visant à renverser le roi Sihanouk. Le projet révolutionnaire khmer rouge va cependant bien au-delà de l’idéologie communiste :

« […] les Cambodgiens ont adopté des solutions plus radicales, plus insensées. L’argent, les tribunaux, les journaux le système postal et les télécommunications internationales – et jusqu’au concept même de ville – ont été purement et simplement abolis. Les droits individuels n’ont pas été amputés en faveur des droits collectifs, ils ont été intégralement supprimés. La créativité, l’initiative, l’originalité ont été condamnées en soi. La conscience personnelle a été systématiquement broyée ».2 

Débute alors en 1967 une période d’affrontement entre les mouvements guérilléros et le Gouvernement du roi Sihanouk et de Lon Nol, son ministre de la Défense.

Cette période coïncide avec la Révolution Culturelle de Mao (1966-1976) et l’essor du Front national de libération du Viêt-Nam contre le régime de Saigon (1960-1976).

En mars 1970, Lon Nol prend le pouvoir et plonge le Cambodge dans une guerre civile durant cinq ans l’opposant aux Khmers Rouges. Un million de morts sont dénombrés, principalement des victimes civiles et militaires des bombardements américains.

« … et partout, le regard froid, l’uniforme noir, les cartouches en bandoulière des combattants de quinze ans » (L’élimination, p. 49) © DR
  • L’Angkar au pouvoir (1975-1979)

Rithy Panh avait 13 ans lorsque Pol Pot prend le pouvoir lors de la Révolution Khmère de 1975.

Le 17 Avril 1975, Pol Pot remporte la guerre et prend le pouvoir, avec ses acolytes Nuon Chea, Ta Mok, Ieng Sary, Son Sen, Khieu Samphan. Les Khmers rouges fondent le Kampuchéa Démocratique en 1976 (nouvelle constitution). Dès la prise du pouvoir, les intellectuels, les classes aisées, l’élite socio-économique du pays, sont désignés comme « le Nouveau Peuple »3. Cette frange de la population, à laquelle l’auteur appartient, est amenée à être rééduquée afin de correspondre au modèle idéologique du nouveau régime. Le jour même débute alors un exode massif vers les campagnes, et la capitale Phnom-Penh se vide totalement de ses trois millions d’habitants. En effet, le nouveau régime, l’Angkar Padevat, également désigné par « Angkar », annonce un bombardement imminent de la ville par les Américains, bien qu’il s’agisse d’un mensonge4.

L’écrivain britannique Philip Short estime que près de 20 000 Cambodgiens périrent d’épuisement et de la famine mais aussi d’exécutions arbitraires et récurrentes lors de cet exode forcé. La survivante Loung Ung décrit méticuleusement, malgré son jeune âge lors du déroulé des faits, cette opération dans son témoignage First They killed my father, publié en 20005.

Ce plan s’inscrit dans la vision politique des Khmers Rouges, qui ambitionnent d’épurer le Cambodge, en particulier de la bourgeoisie citadine. Les citadins déportés sont donc amenés à participer à l’effort national en travaillant dans les fermes, principalement tournées vers la production de riz. Les conditions de travail sont telles qu’on peut aisément les rapprocher des camps de concentration nazis ou des goulags soviétiques, à la différence notable que tout le pays était soumis à cette barbarie. Les Cambodgiens s’épuisent au travail manuel, les engins mécaniques étant interdits car considérés comme produits impérialistes. Les traditionnels obstacles visant à limiter la liberté de mouvement des prisonniers afin de mieux les surveiller ne sont plus nécessaires (murs d’enceinte, grillages et barbelés, etc.) car le pays entier est un immense camp de travail. Par ailleurs, toutes les possessions individuelles, allant même jusqu’aux éléments de langage (l’emploi du terme « moi »), sont abandonnées. Le système de l’argent, dans sa valeur la plus rustique tel que la monnaie métallique ou fiduciaire, est interdit. Le troc l’est également mais dans les faits, tous y ont recours. Le témoignage de Kèn Khun, auteur du livre De la dictature des Khmers Rouges à l’occupation vietnamienne (1994), est précieux : il y narre comment les Khmers Rouges embrigadaient des enfants pour en faire des soldats endoctrinés. Kèn Khun deviendra lui aussi un enfant-soldat à l’âge de 8 ans6.

De son côté, Rithy Panh se souvient :

« […] Une femme s’est avancée au milieu de nous, en larmes. Elle tremblait. Son fils, qui était plus jeune que moi et que je connaissais bien, s’est levé et s’est adressé à elle violemment […] Il criait : « Tu es une ennemie du peuple. Les mangues que tu as cueillies appartiennent à l’Angkar. Tu n’as pas le droit de les prendre et de les garder pour toi. C’est une attitude bourgeoise et honteuse. C’est une trahison. Tu dois être jugée par la communauté. »
La femme écoutait, tête basse, son fils de neuf ans qui l’insultait. […] Si un enfant dénonce sa propre mère, alors tout est possible. […] ».7.

L’objectif de l’Angkar était de liquider les « ennemis impérialistes » : les intellectuels, ingénieurs, médecins étaient en effet jugés insauvables, « corrompus » par l’esprit bourgeois capitaliste. Il fallait « purifier » le reste de la population. Selon Pol Pot, « il vaut mieux tuer un innocent que de garder en vie un ennemi »8.

Cette période voit émerger de nombreux lieux où se déroulent des interrogatoires où la torture extrême est habituelle. Les prisonniers y sont quasiment tous condamnés à mort dès lors qu’ils y sont admis, à quelques exceptions près. Les exécutions prennent place dans les locaux ou à proximité immédiate. Le centre S-21, également connu sous le nom de Tuol Sleng, est le plus connu d’entre tous. On estime qu’environ 20 000 personnes y ont été torturées et condamnées à mort. Par ailleurs, de nombreux massacres eurent lieu dans les campagnes, où les victimes étaient exécutées de manière indiscriminée.

  • La reconstruction du Cambodge (depuis 1979) et le douloureux bilan

En janvier 1979, l’Angkar est renversé par les troupes vietnamiennes et Pol Pot se voit contraint de se réfugier avec ses alliés pour initier un mouvement de contre-guérilla. Le nouveau gouvernement, pro-vietnamien, est constitué d’ancien Khmers Rouges qui ont fui les purges massives auxquelles l’Angkar était soumis régulièrement. Le pays devient la République Populaire du Kampuchéa, dirigée par Heng Samrin, un ancien « khmer Viêt-Minh ». Le Roi Sihanouk revient de son exil en République Populaire de Chine à la tête du pays en 1982 mais se contente d’un rôle symbolique. Le pouvoir est partagé avec son Premier Ministre. Heng Samrin cède sa place à Hun Sen, également ancien Khmer Rouge, à partir de 1985, place qu’il occupera jusqu’en 1993. En 1989, l’État prend le nom d’État du Cambodge à la suite d’une révision constitutionnelle.

Aujourd’hui, Hun Sen est toujours Premier Ministre, ayant repris le poste en 1998, le rendant de ce fait Chef d’État au regard du système politique cambodgien. Sam Rainsy, son principal adversaire politique, tente depuis 1994 d’instaurer un régime démocratique. Il vit depuis de nombreuses années en exil en France car il est sous le joug d’une lourde peine de prison dont la peine a été prononcée par contumace. Dans un article de l’Asia Times du 12 novembre 2018, on annonce un possible retrait de la vie politique d’Hun Sen, contre le retour de Sam Rainsy, qui devrait faire face aux condamnations prononcées à son égard9 .

Les estimations du nombre total de victimes varient énormément. L’Université de Yale, à travers son Programme d’Études sur les Génocides, déclare que près de 1,7 millions de Cambodgiens ont péri au cours de cet événement, sur un total de presque huit millions de cambodgiens. A cela s’ajoute les 500 000 cambodgiens ayant fui le conflit à l’étranger. Le professeur Rudolph Joseph Rummel, théoricien du concept de “Democide”, estime le nombre total de victimes à 3,94 millions, dont 3,1 millions ont été assassinés. Le reste serait une conséquence des maladies et de la famine. Il n’est en revanche pas clair si l’auteur inclut dans ses calculs la période du régime de Lon Nol et les premières années du régime succédant aux Khmers Rouges, celui dirigé par Heng Samrin10.

Une cruauté questionnée

  • Duch, un mal symptomatique

François Bizot, auteur du récit Le Portail, y narre sa détention au centre M-13. Cette détention se prolongea pendant deux mois et demi, à la suite de laquelle il fut libéré, contrairement à ses deux collaborateurs cambodgiens, exécutés. Il s’exprime au sujet des crimes des Khmers Rouges de la manière suivante : « Je hais l’idée d’une aube nouvelle où les homo sapiens vivraient en harmonie, car l’espoir que cette utopie suscite a justifié les plus sanglantes exterminations de l’histoire »11

Le centre M-13 est dirigé par Kang Kek Ieu (កាំង ហ្គេកអ៊ាវ), que l’on surnomme “Duch” (ou Douch)12. Il devient plus tard le Directeur de la Prison S-21, ou Tuol Sleng.

« Duch est clair : kamtech, c’est détruire puis effacer toute trace. Réduire en poussière »(L’élimination, p. 135)

Durant son incarcération François Bizot échange avec Duch, cherchant à lui démontrer l’absurdité de son raisonnement et de l’idéologie des Khmers Rouges. Duch, inébranlable, justifie la terreur par l’idéologie totalitaire communiste. Il n’hésite pas à obtenir des aveux falsifiés à travers la torture, avant d’exécuter ses victimes. François Bizot le décrit :

« Dans la nuit, le feu vacilla. Une ombre sinistre dédoubla son visage. J’étais effrayé. Jamais je n’aurais cru que le professeur de mathématiques, le communiste engagé, le responsable consciencieux, puisse être en même temps l’homme de main qui cognait »13.

François Bizot décrit avec précision le cynisme de Duch. Le « rituel » des exécutions individuelles et collectives laissait place à un contexte psychologique terrifiant :

« Le condamné était emmené en forêt, sans avoir jamais eu connaissance du jugement. Si d’instinct il flairait le péril imminent, la consigne était de lui répondre par des mots d’apaisement. Le lieu d’exécution n’était pas très éloigné, mais on n’entendait jamais rien : […] l’arme était un bêchoir ou un gros bâton »14.

Ceci afin d’éviter une panique pitoyable. Dans le cas d’exécutions individuelles, l’instinct de survie finissait par reprendre le dessus. Les victimes niaient l’évidence même lorsqu’il leur fallait creuser leur propre tombe. Dans le cas des exécutions collectives, les prisonniers étaient résignés : « Restez immobiles ! Penchez la tête ! Il est interdit de rentrer la nuque dans les épaules ! »15.

  • Tuol Sleng, ou Santebal-21 : organiser l’élimination

Duch devient ensuite le responsable du Centre de torture S-21 ou Tuol Sleng, se situant dans une ancienne école réaménagée à Phnom Penh, entre août 1975 et janvier 1979.

Parmi les prisonniers, Vann Nath, un peintre, est épargné par Duch. En effet, ce dernier souhaitait que Vann Nath peigne des portraits glorifiant Pol Pot. Cela rappelle vaguement l’histoire de Władysław Szpilman, dont le récit autobiographique est publié en 199816 . On peut toutefois douter de l’aspect altruiste des intentions de Duch, contrairement à l’officier nazi qui laissa la vie sauve à W. Szpilman. Vann Nath est un témoin clé pour comprendre l’horreur qui se déroula au sein de Tuol Sleng, étant lui-même l’un des sept rescapés du centre S-2117.

Plus tard, on retrouva dans les archives ayant appartenues à Duch la mention « Garder pour utiliser » sur le dossier de Vann Nath.

Après avoir été interrogées et torturées par les tortionnaires, les 20 000 victimes de S-21, dont femmes, enfants et vieillards, sont emmenées la nuit, à Chœung Ek, le champ d’exécution ou « killing field » le plus connu.

Un charnier à Choeng Ek © Olivier Christophe, 2017

Rithy Panh est tiraillé par un dilemme, celui de donner ou non une voix à Duch. Il craint que ce dernier ne s’en empare pour justifier ses agissements.  A son sens, Duch ne mérite pas cette opportunité. Par ailleurs, Rithy Panh craint qu’en l’interrogeant, il aurait indirectement contribué à la préparation de sa défense en vue d’un futur procès : « Avec mes questions, j’avais participé à sa préparation au procès »18

Mais l’auteur estime que le témoignage du tortionnaire présente une valeur historique, qu’il est nécessaire d’écouter pour mieux « comprendre ». D’après un compte-rendu de lecture consultable sur le carnet de recherche Mémoires d’Indochine, Stéphanie Martel explique :

« L’importance du personnage de « Duch » est ici centrale, non seulement parce que sa responsabilité individuelle est engagée concernant les dizaines de milliers de victimes torturées puis exécutées à S-21, mais aussi parce qu’il représentait le chaînon manquant pour établir le lien hiérarchique qui unissait les massacres de masse aux plus hauts dirigeants du régime »19.

Selon Rithy Panh, il est impossible de pardonner. Le pardon n’est pas accordé, au même titre que l’oubli. Cela rappelle paradoxalement l’adage « Pardonner, mais ne pas oublier » des rescapés de la Shoah.

  • Les « Killing fields », un air de déjà-vu

Il s’agit d’un exercice difficile car il ne s’agit pas de comparer l’incomparable mais de souligner les similitudes entre deux drames humains.

Il est intéressant de faire le parallèle entre Duch et Rudolf Höß, dont les mémoires sont rapportées dans La mort est mon métier, le roman de Robert Merle20. Il est également pertinent de comparer l’œuvre de Rithy Panh avec le témoignage de Primo Levi, Si c’est un Homme21.

Le témoignage pictural de Vann Nath sur les atrocités de Tuol Sleng © DR

A ce titre, Rithy Panh écrit : « A dix-huit ans, je découvre  »Nuit et Brouillard » d’Alain Resnais. Je suis surpris. C’est pareil. C’est ailleurs. C’est avant nous. Mais c’est nous. »22.

En 2013, Martine Giboureau, du Cercle d’Étude de la Déportation et de la Shoah, rappelle des similitudes dans le processus de destruction de l’humain :

Ruses pour éviter des paniques collectives :Promesses d’un banquet avant d’exécuter les intellectuels amenés contre leur gré ou ayant pour perspective une réunion avec l’Angkar ou une étude de terrain. Dans les camps nazis, processus similaires (stands de café avant les douches).

Déshumanisation : Rithy Panh était désigné comme « Camarade chauve » jusqu’à la fin du conflit. Paradoxalement, cela l’a sauvé car il n’a pas été associé à son père. A Auschwitz, les déportés reçoivent un numéro d’immatriculation, qui est ensuite tatoué sur le bras. La déshumanisation concerne tout autant les vivants que les morts : les cadavres humains servaient souvent “d’engrais” pour les cultures dans les rizières.

Affectation par le travail :Amélioration des conditions de travail et de détention en échange d’un talent quelconque (ex : le peintre Vann Nath à S.21, l’affectation de Rithy Panh aux cuisines, les Kommando en intérieur dans les camps nazis).

Décomptes pointilleux : Appels des prisonniers des camps nazis : présentation des cadavres pour compléter la liste / déterrer les morts à Choeung Ek (camp de la mort) en cas de non correspondance des listes de détenus.

Système concentrationnaire incompréhensible :Ordres des Khmers Rouges donnés aux Cambodgiens de partir vers un autre lieu à n’importe quelle heure de la journée ou de la nuit. Séparation aléatoire des familles des détenus des camps nazis.

Récupération de tout ce qui peut être utile.

Codage bureaucratique.

Certaines victimes deviennent des bourreaux à leur tour pour préserver tout type d’avantages inhérents à leur conditions légèrement meilleures que celles de leurs codétenus.

Déresponsabilisation : Les tortionnaires se sentent apathiques, insensibles à la tragédie humaine qu’ils infligent. Ils ne font qu’obéir à des ordres. Pas de conception du bien et du mal, comme Hannah Arendt l’a exposé dans la « banalisation du mal ».

Une volonté de dissimuler toute trace du crime commis.

Désignation indirecte, un caractère innommable donc emploi d’expressions ou de termes camouflés ou de langage codé (ex : « Solution finale » pour les nazis et « Kamtech » pour les Khmers Rouges, qui signifie « réduire en poussière » ou « écraser »).

L’identité des disparus préservée par des photographies (Rithy Panh montre des photos des victimes à Duch).

Par ailleurs, On a connaissance de quelques tentatives d’insurrection locales, à l’image de la révolte de Sobibor en 1943. Cependant, les prisonniers, disséminés et désorganisés, ne purent jamais faire aboutir leurs efforts de rébellion. Les espions à la solde du régime étaient si nombreux que souvent, les délations permettaient aux tortionnaires de tuer le projet dans l’œuf.

Une allée de la prison de Tuol Sleng © Olivier Christophe, 2017

Le devoir de mémoire dans la société cambodgienne

  • La nouvelle génération travaillée par l’oubli

Trente huit ans après, les traces des crimes des Khmers Rouges sont encore visibles, qu’elles soient visibles à travers les cicatrices et les personnes handicapées, ou bien invisibles comme les traumatismes psychologiques, les jeunesses brisées et les drames vécus. Aujourd’hui, le Cambodge comporte encore environ 2000 km² de terrains minés23. Le gouvernement prévoit un déminage complet pour l’année 2025. Depuis 2016, le nombre annuel de victimes de mines antipersonnel est passé sous la barre symbolique de cent24.

Le Musée Tuol Sleng est un symbole important de la fin du règne des Khmers Rouges. Lors de l’invasion du Cambodge par les forces armées vietnamiennes, la communauté internationale refusa de reconnaître le gouvernement instauré par le Vietnam : la République Populaire du Kampuchea (1979-1989). Le Kampuchea Démocratique des Khmers Rouges restait légitimé par les autorités internationales. Selon Anne-Laure Porée, le Musée Tuol Sleng a eu pour principal objectif de légitimer l’intervention vietnamienne au Cambodge et le gouvernement mis en place par leurs soins25.

Il est essentiel de comprendre le lien qui unit la nouvelle génération et celle des victimes des crimes des Khmers Rouges. Comment ce drame humain est incorporé à l’identité du pays ? La génération actuelle est-elle dans le déni, souhaite-t-elle oublier ? Certaines initiatives locales ponctuelles visent à sensibiliser la jeunesse cambodgienne à la violence connue par leurs aïeux ou leurs parents proches. La jeunesse est assez réceptive et accueille ses campagnes de sensibilisation (par exemple des expositions de photographies) avec beaucoup d’intérêt, quel que soit le contexte socio-économique dans lequel évoluent les jeunes cambodgiens. Pourtant, Youk Chhang, Directeur du Centre de Documentation Cambodgien qui archive le génocide, rappelle que deux Cambodgiens sur trois sont nés après 1979. Pour ceux-ci, les crimes des Khmers Rouges paraissent abstraits : « Ce qui s’est passé est difficile à croire et difficile à expliquer. Souvent, les souvenirs douloureux sont scellés dans les familles »26.

Quoi qu’il en soit, le coordinateur de l’implémentation des soins psychiatriques au Cambodge, le Docteur Ka Sunbaunat, affirme : « Les orphelins de Pol Pot ne font pas des parents équilibrés »27. A l’école, le sujet est peu abordé. Selon la journaliste du Figaro, « en l’absence d’une mention dans les manuels scolaires, beaucoup de jeunes ont fini par croire que cette « histoire de Khmers Rouges » était une légende »28.

D’autres événements trouvent leurs sources dans des cadres institutionnels plus pointus tels que l’instauration de tribunaux pour juger les criminels de guerre. Cela dit, Rithy Panh est très critique face à l’effort des instances judiciaires nationales de préserver la mémoire nationale. Selon lui, les nombreuses archives à disposition de la justice ne sont pas assez étudiées, empêchant ainsi une compréhension en profondeur du drame cambodgien, inhérente à une volonté d’introspection historique hypothétique.

La société cambodgienne peine à se reconstruire. Bourreaux et victimes cohabitent, alors que l’immense majorité des premiers ne sera jamais inquiétée par la Justice29. Selon une étude réalisée en 2008, deux Cambodgiens sur cinq se vengeraient des Khmers Rouges s’ils le pouvaient30. Une autre étude du Centre des Droits de l’Homme de 2009, « quatre [Cambodgiens] sur cinq avouent nourrir des sentiments d’animosité envers les Khmers rouges »31. Le tribunal international parrainé par l’ONU semble insuffisant à leurs yeux. Cela dit, très peu d’ancien Khmers Rouges ont exprimé des remords, ils minimisent leurs actions au possible. Sur près de 4000 d’entre eux, seul un a admis avoir tué, selon l’Universitaire Youk Chhang32. Le dialogue entre victimes et ex-tortionnaires est rare, et peu sincère. Beaucoup espère un retour à la vie normale, et se désintéressent du Procès, ou tentent tout du moins d’en minimiser l’intérêt. L’un d’entre eux témoigne : « La guerre est finie, on veut la vie. Pourquoi parler de vengeance ? Le gouvernement veut que l’on se réconcilie, nous avions été endoctrinés, la plupart d’entre nous ne savaient ni lire ni écrire »33.

  • Qualifier et juger les crimes du Kampuchéa Démocratique

Le professeur de droit Philippe Sands, dans Retour à Lemberg, met en évidence la difficulté de qualifier un événement tel que l’extermination d’une partie très importante de la population cambodgienne34. Il existe un débat quant à la qualification de cet événement de « génocide ». Certains chercheurs, tel que Philippe Short, en admettent son caractère atroce, sans toutefois se résoudre à qualifier cet événement de « génocide », lui préférant la notion de « Crime contre l’Humanité ». D’autres emploient pourtant la notion de « génocide de classe » mais l’ampleur exceptionnel du désastre cambodgien ayant affecté toute la population, il serait naïf et irresponsable de réduire ce crime à une extermination d’une seule composante socio-économique de la population. La notion de « démocide » semble donc être la plus appropriée pour caractériser les événements au Cambodge entre 1975 et 1979. Rudolf Joseph Rummel définit ce terme de la manière suivante : « le meurtre […] d’une population par un gouvernement, y compris le génocide, le politicide, et les exécutions de masse »35.

Les Chambres extraordinaires au sein des Tribunaux Cambodgiens (CETC) ont été instaurées en 2006. Il s’agit d’un tribunal parrainé par l’ONU. La présence de juges internationaux a conforté la société civile, très mal à l’aise concernant le dialogue vis-à-vis des crimes des Khmers Rouges. Toutefois, Pol Pot décède en 1998 sans n’avoir jamais été inquiété par un tribunal.

Souvent assimilé au Procès de Nuremberg, la comparaison s’arrête là : le procès des dignitaires nazis est expéditif, dans la continuité immédiate de la Seconde Guerre Mondiale. Les CETC sont, pour beaucoup, arrivés trop tardivement. Deux des plus grands criminels jugés durant leur procès et un troisième fut déclaré inapte à être jugé de par ses capacités mentales amoindries.

Jugé en juillet 2010, Duch a été condamné à 30 ans de prison. Ayant fait appel, il est définitivement condamné à la réclusion à perpétuité pour Crimes contre l’Humanité en 2012.

Malgré tout, le caractère de « génocide » reste attribuable à l’agissement de certains responsables Khmers Rouges. Il existe des preuves selon lesquels certains hauts responsables du régime de l’Angkar ont cherché à exterminer la communauté Cham, de confession musulmane, et la communauté vietnamienne présente au Cambodge36. Le chef d’accusation n’a toutefois pas été retenu car le procès s’est compartimenté en divers étapes, rendant de ce fait presque impossible la qualification de « génocide » du fait des délais excessivement longs et de l’âge avancé des accusés.

Réflexion morale en guise de conclusion

Edition de poche de L’élimination. En couverture : Hout Bophana, photographie prise à S.21. Son nom est désormais lié au Centre de ressources audiovisuelles fondé à Phnom Penh par Rithy Panh et le sénateur Ieu Pannakar.

Les Khmers Rouges se sont souvent présentés en tant que victimes. Ce qui peut être difficilement concevable par les personnes ayant été frappées de plein fouet par la violence des crimes du Régime de l’Angkar37.

Cependant, quelques intellectuels s’évertuent à nuancer la frontière entre victimes et bourreaux. Christopher Browning, dans son œuvre Des hommes ordinaires parvient à démontrer comment des individus tout à fait raisonnables se laissent aller à une violence extrême dans des circonstances extraordinaires38. A travers cette réflexion, l’auteur rejoint Hannah Arendt qui théorisa la « banalité du mal », notion qu’elle développe pour expliquer les agissements du criminel nazi Adolf Eichmann39.

 Dans L’élimination, Rithy Panh atténue la portée de cette théorie :

« La question aujourd’hui n’est pas de savoir s’il est humain ou non. Il est humain à chaque instant : c’est pourquoi il peut être jugé et condamné. On ne doit s’autoriser à humaniser ni à déshumaniser personne. […] Nul ne peut croire qu’il était un rouage parmi d’autres dans la machine de mort. Je reviendrai sur le sentiment contemporain que nous sommes tous des bourreaux en puissance. Ce fatalisme empreint de complaisance travaille la littérature, le cinéma et certains intellectuels. […] Pour ma part, je crois aux faits et je regarde le monde. Les victimes sont à leur place. Les bourreaux aussi »40.

Plus loin, dans une sorte de conclusion, le réalisateur cambodgien affirme également : « Je crois à l’universalité du crime khmer rouge, de même que les Khmers Rouges ont cru à l’universalité de leur utopie »41.


Autres références (non citées en notes de bas de page) :

  • David Chandler, Voices from S-21. Terror and history in Pol Pot’s secret prison, Berkeley, University of California Press, 1999. Voir aussi du même auteur : S-21 ou le crime impuni des Khmers Rouges, Paris, Autrement, coll. « Frontières », 2012.
  • Frédéric Chau, Je viens de si loin, Paris, Philippe Rey, 2015. Avec la collaboration d’Astrid Éliard.
  • Vann Nath, A Cambodian prison portrait. One year in the Khmer Rouge’s S-21 Prison, Bangkok, White Lotus, 1998.
  • Malay Phcar, Une enfance en enfer. Cambodge, 17 avril 1975 – 8 mars 1980, Paris, Robert Laffont, 2005.
  • François Ponchaud, Cambodge année zéro, document, Paris, Julliard, 1977. Réédité chez Kailash en 2005.
  • Pin Yathay, Tu vivras mon fils, Paris, L’Archipel, 2005.

Olivier Christophe, promotion ASIOC 2018-2019.

Olivier CHRISTOPHE est actuellement en volontariat dans une agence des Nations-Unies à Pékin, ville dans laquelle il a étudié pendant trois ans. Il découvre le lourd passé de l’ex-Indochine au cours d’un long voyage en moto et décide d’en étudier les tenants et aboutissants à son retour en France, dans le cadre du Master ASIOC (ENS Lyon / Sciences Po Lyon). Son mémoire de fin d’études est dédié aux investissements chinois en Amérique Latine dans le cadre OBOR, principalement au Venezuela, après un premier mémoire sur les Maras, ces gangs centre-américains.

Image « à la une » : The Killing Tree © DR

Notes

  1. Jean-Paul Mari, « Douch, le grand inquisiteur », Nouvel Obs, Octobre 2007 []
  2. Short, op. cit., p. 24 []
  3. Rithy Panh, L’élimination, Paris, Grasset, 2011, p. 37 []
  4. Sur ce sujet voir le film documentaire de Philippe Tourancheau, « 17 avril 1975, les Khmers rouges ont vidé Phnom Penh« , 2015 []
  5. Réf. Loung Ung, First they killed my father. A daughter of Cambodia remembers, New York, Harper Collins, 2000, réédition Perennial, 2001 []
  6. Voir Ken Khun, De la dictature des Khmers Rouges à l’occupation vietnamienne, Paris, L’Harmattan, coll. « Mémoires asiatiques », 1994 []
  7. Rithy Panh, op. cit., p. 101 []
  8. Cf. le documentaire de Rithy Panh, Duch, le maître des forges de l’enfer, 2011 []
  9. Cf. « High-stakes wager underlines Cambodia’s dysfunction », Asia Times, 12/11/2018, l’article n’est plus disponible ou a dû changer de titre []
  10. R. J. Rummel, Statistics of Democide, 1997, cf. chapitre 4 : « Statistics Of
    Cambodian Democide. Estimates, Calculations, and Sources » []
  11. François Bizot, Le portail, Paris, La Table Ronde, 2000, p. 27 []
  12. La graphie de son nom etd e son pseudonyme varient selon les ouvrages. Voir sa fiche sur Wikipedia []
  13. Bizot, op. cit., p. 168 []
  14. Bizot, op. cit., p. 106 []
  15. Bizot, op. cit., p. 106 []
  16. Władysław Szpilman, Le pianiste. L’extraordinaire destin d’un musicien juif dans le ghetto de Varsovie, 1939-1945, Paris, Presses Pocket, 1998 []
  17. Cf. Romain Franklin, « France 3, samedi 22h30. « Bophana, une tragédie cambodgienne », documentaire. Le Cambodge, mémoires d’outre-tombe », Libération, 5 avril 1997 []
  18. Cf. L’élimination, p. 31 []
  19. Voir : « Le procès des Khmers Rouges : Trente ans d’enquête sur le génocide cambodgien« , Compte-rendu de lecture par Stéphanie Martel », Mémoires d’Indochine, 10/11/2012 []
  20. Robert Merle, La mort est mon métier, Paris, Gallimard, 1952. Les mémoires de Höss sont traduites et éditées en 1959 sous le titre : Le commandant d’Auschwitz parle, Paris, Julliard, 1959. Ouvrage traduit de l’allemand par Constantin de Grunwald []
  21. Primo Levi, Si c’est un homme, 1947. L’ouvrage édité à titre confidentiel après la guerre devient un succès de librairie au début des années soixante []
  22. L’élimination, p. 249-250 []
  23. « Mines : Vers un Cambodge sans mines en 2025« , Cambodge Mag, 17 mai 2018 []
  24. Grand reportage : Juliette Buchez, « Cambodge, terrain miné« , RFI, 11 décembre 2017 []
  25. Voir son étude en ligne : Anne-Laure Porée, « Tuol Sleng, l’histoire inachevée d’un musée mémoire », Moussons [En ligne], 30, 2017, mis en ligne le 24 octobre 2017. URL : http://journals.openedition.org/moussons/3961 []
  26. Florence Compain, « Cambodge : quand victimes et bourreaux cohabitent« , Le Figaro, 1er Avril 2009 []
  27. art. cit. []
  28. art. cit. []
  29. Reportage de l’AFP, « Cambodge : victimes et bourreaux des Khmers rouges vivent côte-à-côte », 21 juillet 2010. En ligne : https://youtu.be/_tj3-L1M080 []
  30. AFP, doc. cit., 21 juillet 2010 []
  31. Le Figaro, art. cit. []
  32. art. cit. []
  33. Jacques Follorou, « Au village de Khla Khnom, ex-Khmers rouges et victimes ont appris à cohabiter », Le Monde, 23 Septembre 2009 []
  34. Philippe Sands, Retour à Lemberg, Paris, Albin Michel, 2016 []
  35. Democide: Nazi Genocide and Mass Murder, par R. J. Rummel (1992), préface []
  36. Sur ce sujet, voir l’étude de Ben Kiernan, Le génocide au Cambodge, 1975-1979 : race, idéologie et pouvoir, Paris, Gallimard, 1998. Traduit de l’anglais par Marie-France de Paloméra []
  37. Voir à ce titre l’extrait vidéographique de l’AFP, « Remords de l’ancien tortionnaire Khmer Rouge Douch« , 23 juillet 2010 []
  38. Christopher Browning, Des hommes ordinaires. Le 101e bataillon de réserve de la police allemande et la Solution finale en Pologne, Paris, Les Belles Lettres, 1994, nouvelle édition en 2002. Traduit de l’anglais par Élie Barnavi  []
  39. Hannah Arendt, Eichmann à Jérusalem, rapport sur la banalité du mal, Paris, Gallimard, 1966, édition revue et augmentée []
  40. Cf. L’élimination, p. 79 []
  41. Cf. L’élimination, p. 319 []

Cambodge, La révolution meurtrière – CR de lecture par Damien Corneloup

The Murderous Revolution : Life and Death in Pol Pot’s Kampuchea est un ouvrage publié en 1985 aux éditions Orchid Press1. Il est écrit par le professeur et journaliste australien Martin Stuart-Fox, spécialiste de l’Asie du Sud-Est qui a couvert les conflits en Indochine dans les années 1960 et 1970. Martin Stuart-Fox raconte dans cet ouvrage la vie de Bunheang Ung, illustrateur et caricaturiste cambodgien, survivant du régime des Khmers Rouges (1975-1979). Le livre est agrémenté de nombreuses caricatures dessinées par Bunheang Ung lui-même, qui illustrent plusieurs épisodes de sa vie sous la dictature de Pol Pot. L’intérêt de cet ouvrage réside donc à la fois dans le témoignage écrit qui nous est compté par Martin Stuart-Fox ainsi que dans le témoignage visuel, illustré par Bunheang Ung.

Il convient également d’ajouter que ce livre revêt une importance particulière pour deux raisons supplémentaires : publié en 1985, c’est l’un des premiers texte à décrire et analyser avec tant de précision les horreurs du régime Khmer Rouge et c’est également l’un des premiers à posséder un tel support visuel de première main. En effet, les témoignages photographiques ou cinématographiques sont extrêmement rares pour cette période, et l’inclusion d’illustrations permet de mettre des images sur les épreuves vécues non seulement par Bunheang Ung, mais également des millions de Cambodgiens.

Martin Stuart-Fox divise son ouvrage en dix chapitres, organisés dans un ordre majoritairement chronologique. Néanmoins, il est possible de distinguer deux types de chapitres : ceux détaillant la vie de Bunheang Ung et ceux retraçant son histoire dans le contexte politique de l’époque. Plutôt que de détailler l’ouvrage chapitre par chapitre, nous diviserons le livre en quatre parties : deux parties « politiques » (I et III) et deux parties « vie personnelle » (II et IV), qui semblent faire sens au vu des événements survenus de 1975 à 1979. Étant donné l’importance visuelle de l’ouvrage, nous inclurons également quelques illustrations de Bunheang Ung.

La fin de la guerre civile et l’avènement des Khmers Rouges

Les origines de la prise de pouvoir des Khmers Rouges

L’auteur rappelle dès le chapitre deux le contexte de la prise de pouvoir des Khmers Rouges. Le Cambodge obtient son indépendance en 1953 à la fin du protectorat français. Le Cambodge devient un royaume indépendant avec comme monarque Norodom Sihanouk2. Pendant la Guerre froide, et en particulier pendant la guerre du Vietnam, Norodom Sihanouk fait le choix de la neutralité. Toutefois, il autorise le transit des marchandises et troupes du Nord-Vietnam par le territoire cambodgien3. Dès la fin des années 1960, Sihanouk est confronté à une insurrection communiste basée principalement dans les campagnes cambodgiennes. Sihanouk, ne parvenant pas à endiguer cette rébellion, remet les pouvoirs à son Premier ministre, Lon Nol en 1969. Ce dernier, militaire pro-américain et fervent anticommuniste, décide dès 1970 de déposer Sihanouk, alors en voyage en France, et d’assumer les pleins pouvoirs. Il instaure la République Khmère. Sihanouk part se réfugier à Pékin. La guerre se poursuit néanmoins au Cambodge. Il s’ensuit une guerre civile de cinq ans entre les forces gouvernementales de Lon Nol et les Khmers Rouges qui fait 500.000 morts.

La guérilla et la prise de Phnom Penh

Les Khmers Rouges sont un mouvement communiste d’inspiration maoïste apparu au début des années. Pol Pot, de son vrai nom Saloth Sâr, est la figure emblématique de ce mouvement. Il en est l’un des
fondateurs et deviendra le membre le plus influent. Comme de nombreux leaders des Khmers Rouges, il a étudié et s’est initié au communisme en France (où il a vécu de 1949 à 1953)4. L’insurrection khmère rouge à proprement parler débute en 1968. Elle s’appuie particulièrement sur la paysannerie pauvre du pays, et surtout les jeunes campagnards, parfois très jeunes, dont l’esprit est plus malléable. La guérilla contre Lon Nol se poursuit jusqu’au 17 avril 1975, date à laquelle les Khmers Rouges prennent Phnom Penh et mettent fin à la guerre civile. Sihanouk, qui avait un temps soutenu les Khmers Rouges depuis Pékin dans l’espoir de revenir un jour au pouvoir, comprend vite après la fin de la guerre civile qu’il n’est plus maître de rien et que ce sont les Khmers Rouges qui détiennent tout le pouvoir.

Les Khmers Rouges sont constitués par le Parti Communiste du Kampuchéa (PCK). Le parti est dirigé par l’Angkar Padevat, ou juste Angkar, (« Organisation révolutionnaire ») qui s’apparente à un Politburo cambodgien. Parmi les membres influents cités dans l’ouvrage, outre Pol Pot, on compte Khieu Samphan, Ieng Sary, Nuon Chea ou encore Son Sen. L’Angkar prend le contrôle du Cambodge en 1975, qui devient le Kampuchéa Démocratique un an plus tard. Rapidement, la collectivisation est mise en place. Les villes, foyer de la bourgeoisie et de l’intellectualisme, sont évacuées. Les citadins doivent partir s’installer et travailler à la campagne, sur un modèle qui n’est pas sans rappeler la Révolution Culturelle (1966-1976) en République Populaire de Chine. Les Khmers Rouges abolissent immédiatement la monnaie, la propriété privée et les marchés, puis mettent en place des repas communaux. Ils exécutent tous les dignitaires et soldats du régime précédent et forcent les moines à se séculariser. Le Kampuchéa Démocratique devient un immense camp de travail. En plus d’entamer une expulsion de la minorité vietnamienne du pays, les dirigeants envoient des troupes à la frontière avec le Vietnam. Le régime khmer rouge commet des persécutions à la fois raciales (discrimination des minorités non-khmères) et sociales. En effet, les Khmers Rouges divisent la population entre « ancien peuple », les paysans et travailleurs des campagnes déjà sous contrôle des Khmers Rouges avant la fin de la guerre civile, et « nouveau peuple », les citadins et intellectuels venus des villes. Des persécutions sociales qui déchirent parfois les membres d’une même famille.

La vie de Bunheang Ung sous les Khmers Rouges

L’évacuation de Phnom Penh

L’objectif principal de Martin Stuart-Fox est de mettre en lumière l’histoire personnelle de Bunheang Ung, et celle-ci débute lors de la prise de Phnom Penh le 17 avril 1975. Bunheang Ung, plus souvent appelé « Bun » dans le livre, est alors encore étudiant, et travaille également comme caricaturiste au sein d’un journal de Phnom Penh (Nokor Thom). Le jour même de la prise de Phnom Penh, il est contraint à quitter la ville avec sa famille. Bun décrit la joie de certains citoyens de la capitale à l’arrivée des Khmers Rouges, le soulagement d’autres à voir la guerre civile se terminer, et puis la déception et la peur, qui arrivent rapidement quand les citoyens réalisent qu’ils doivent tous quitter la ville. « Certains ont tenté de se cacher chez eux, mais presque tous ont été découverts. Ceux qui refusaient de partir ont été abattus » (p. 8), écrit l’auteur. Bun raconte également le chaos de l’évacuation massive, les embouteillages, la difficile évacuation des personnes âgées, des malades, mais aussi des blessés et des réfugiés de la guerre civile. Et tout cela seulement pendant le premier jour du « règne » khmer rouge. La famille de Bun décide de retourner dans son village natal, Maesor Prachan. Bun se considère même chanceux, car certains citadins évacués n’ont aucun endroit où retourner.

La vie quotidienne à Maesor Prachan (1975-1977)

Maesor Prachan est un village situé à l’est de Phnom Penh, entre la capitale et la frontière avec le Vietnam. Bun et sa famille étant considérés comme des « nouveaux », ils sont discriminés par le pouvoir khmer rouge dès leur arrivée à Maesor Prachan. La vie quotidienne qui s’ensuit pendant trois ans est un enfer pour Bun et ses proches. Les exemples détaillés par l’ouvrage sont sont trop nombreux pour être décrits ici, mais on peut en relever certains :

  • Le travail forcé, à toute heure du jour et parfois de la nuit, dans des conditions insalubres, sous la chaleur, pendant les orages, ou encore en pleine nuit dans des rizières infestées de sangsues ;
  • Les séances d’autocritiques, où les « nouveaux » sont discriminés quotidiennement ;
  • L’endoctrinement des enfants, qui n’apprennent plus que des chants révolutionnaires, à aimer Angkar, et à qui on apprend de dénoncer leurs parents et proches ;
  • Les repas communaux, haïs de tous, pendant lesquels les villageois se regroupent par terre pour manger une nourriture de mauvaise qualité, monotone, mais surtout en quantité insuffisante à chaque repas. Alors même que les cadres Khmers Rouges mangent à leur faim non loin.
Dans l’intimité de la famille de Bun à Maesor Prachan © DR

La peur permanente

Ajouté à ces conditions de vie épouvantables, la peur gangrène en permanence la vie de Bun et de sa famille. Le moindre écart de conduite ou de parole peut entraîner l’envoi en « rééducation », dont personne ne revenait jamais. Plusieurs membres de sa famille y furent envoyés, notamment les deux sœurs de sa femme Phiny. Cette peur se décline sous plusieurs formes :

  • La peur de se parler, même en privé, du fait de la délation
    omniprésente, et l’interdiction de montrer le moindre signe
    affectif à ses proches, même à son époux ou à ses enfants ;
  • La peur de tomber malade. Les conditions d’hygiène à l’hôpital
    de Maesor Prachan sont désastreuses, et les traitements
    inadaptés aux malades. Beaucoup y sont morts. De plus, dès
    qu’un patient recommence à se nourrir, il est immédiatement
    renvoyé au travail, même sans être vraiment rétabli ;
  • La peur de la « rééducation » et de la prison du district, où sont
    pratiquées des séances de torture et où les prisonniers sont
    gardés dans des conditions atroces. L’écrasante majorité de
    ceux jetés en prison n’en sont jamais ressorti ;
  • La peur des punitions arbitraires des Khmers Rouges, en particulier sur les « nouveaux », car ils ont à ce moment un droit immédiat de vie et de mort sur chacun. Bun raconte la terrible rumeur à propos d’un village : « En désespoir de cause, des villageois affamés avaient secrètement tué leurs bœufs pour les manger, ce contre la volonté d’Angkar. Comme punition, les coupables ont été harnachés à des charrues ou des herses, et forcés de les tirer jusqu’à ce qu’ils s’effondrent et meurent » (p. 113).

Les dissensions et les purges, le début de la fin des Khmers Rouges

Angkar, un politburo désuni

Contrairement à ce que les Khmers Rouges veulent faire croire à leur population, Angkar n’est pas un Politburo uni et il existe plusieurs factions en lutte d’influence au sein du PCK. Les radicaux nationalistes, la faction de Pol Pot, Khieu Samphan et Ieng Sary, organisent très tôt des purges dirigées contre les autres factions, notamment la faction dite des « vétérans », considérée plus proche du Vietnam. Ces campagnes de purges affectent directement la vie de Bun en 1978. Le Khmer Rouge So Phim, de la faction des « vétérans » qui dirige la zone est (où se situe Maesor Prachan), est arrêté lors de purges. Une arrestation à laquelle Bun assiste. So Phim préfère se suicider plutôt que d’être torturé mais sa femme et ses enfants sont exécutés (p. 136). Les Khmers Rouges de l’est sous la direction de ce « vétéran » sont tous arrêtés et éliminés, puis remplacés par d’autres Khmers Rouges plus fidèles à Pol Pot. C’est à partir de ce moment-là que la situation de Bun va s’aggraver.

Punition contre deux membres du « nouveau peuple » © DR

Pol Pot et la pureté Khmère

Au delà de l’idéal communiste affiché, il existe aussi chez les Khmers Rouges un facteur ethnique, qui est une composante majeure de la pensée khmère rouge. La pureté du peuple khmer, ainsi que son histoire glorieuse, est un facteur déterminant pour Pol Pot. Les minorités ethniques sont systématiquement discriminées dès la prise de pouvoir et ces discriminations se transforment en massacres et assassinats sommaires dans les années 1977-1978. Toutefois, il faut également noter que des centaines de milliers de Khmers ont eux-mêmes été victimes du régime de Pol Pot. Même chez les Cambodgiens ethniquement Khmers, le moindre soupçon de connivence avec le Vietnam ou d’idéologie « réactionnaire », entraîne souvent assassinats et massacres. Du fait de cette non-distinction dans l’horreur, on évoque parfois un « démocide », plutôt qu’un génocide, pour décrire les crimes des Khmers Rouges5.

L’obsession du Vietnam

Les Khmers Rouges sont obsédés par le Vietnam, une obsession qui vers la fin du règne de Pol Pot tend vers l’absurde. Des dizaines de milliers de Cambodgiens, notamment à l’est du pays, sont exécutés pour « complicité » avec le Vietnam, souvent sur la base de rumeurs infondées. Dans l’idéologie à dimension ethnique et nationaliste des Khmers Rouges, le Vietnam représente l’ennemi historique. De plus, le contexte international renforce cet antagonisme. Le Vietnam, réunifié en 1976, se rapproche de l’URSS, alors que Pol Pot tente de se rapprocher de la Chine de Mao Zedong. La rupture sino-soviétique de la fin des années 1960 avait tendu les relations entre les deux géants communistes. Ce schéma se retrouve à plus petite échelle entre le Vietnam et le Cambodge, représenté par leurs alliances respectives. Les Khmers Rouges mènent plusieurs attaques sur la frontière sud du Vietnam de 1975 à 1978, et à la fin du régime de Pol Pot, la minorité vietnamienne du Kampuchéa est systématiquement persécutée. Au final, le Vietnam met fin au régime des Khmers Rouges en envahissant le Kampuchéa Démocratique en décembre 1978. Cette action militaire du Vietnam devient l’une des raisons principales de la guerre sino-vietnamienne de février 1979, la Chine ne désirant pas voir le Vietnam étendre son influence au Cambodge.

La chute des Khmers Rouges et la fuite de Bunheang Ung

Les purges au summum de l’horreur (1978)

Les purges dans la zone est du Kampuchéa et la peur grandissante d’une intervention vietnamienne entraînent une aggravation significative de la situation à Maesor Prachan. Le summum de l’horreur est atteint à la fin de l’année 1978, quand les Khmers Rouges, sur ordre de Pol Pot, décident de se livrer à des massacres systématiques du « nouveau peuple », et parfois de villages entiers, sans distinction d’ « ancien » ou de « nouveau ». Des groupes conséquents, parfois de plusieurs milliers d’individus, soupçonnés de connivence avec le Vietnam ou avec les Khmers Blancs (groupe de résistance aux Khmers Rouges composé majoritairement de personnes de la minorité Cham, de pro-vietnamiens ou de nationalistes khmers), sont massacrés de manière systématique. Les villageois qui réalisent ce qui se passe et tentent de fuir sont fusillés sur le champ. Bun a été témoin de l’un de ces massacres dans les « killing fields » d’une extrême violence :

« L’odeur de la mort flottait dans l’air. Tout près, de larges fosses
rectangulaires avaient été creusées, et dans certaines des corps à moitié recouverts pouvaient être aperçus. Bun était figé par l’horreur, la peur et l’incrédulité, tandis que des Khmers Rouges accompagnaient plusieurs femmes et enfants depuis le bâtiment de l’hôpital. Tous étaient nus : ils avaient sûrement été déshabillés pour être dépouillés de leurs objets de valeur. Les haut-parleurs crachaient des chants révolutionnaires à volume maximum. Une jeune fille fut saisie et violée. Les autres furent amenés jusqu’aux fosses où ils furent massacrés comme des animaux, frappés derrière le crâne avec des houes ou des bâtons de bambou. Les jeunes enfants et les bébés était attrapés par les jambes, puis leurs têtes fracassées contre le tronc des palmiers. Leurs corps brisés étaient ensuite jetés à côté de leur mère mourante dans les fosses de la mort. Certains enfants étaient lancés dans les airs et empalés à la baïonnette, tandis que la musique noyait leurs cris » (p. 142).

L’intervention du Vietnam

L’intervention du Vietnam en décembre 1978 et janvier 19796 est vue en premier lieu comme une libération par les Cambodgiens. Les Vietnamiens sont reçus en libérateurs dans l’est du pays. Partout dans le pays, les villageois, aidés par les Khmers Blancs, se livrent à une vengeance sanglante et de nombreux Khmers Rouges sont massacrés. En quelques semaines, le régime de Pol Pot s’effondre, et les Khmers Rouges se replient dans le maquis (où la guérilla allait se poursuivre jusqu’en 1999). Au final, le régime Khmer Rouge fut responsable de la mort de plus 1,7 millions de personnes de 1975 à 1979, soit plus de 20% de la population du pays à l’époque. Les Vietnamiens sont accueillis en héros, mais leur aide est néanmoins intéressée, et ceux-ci instaurent un nouveau régime qui leur est favorable. Le Kampuchéa Démocratique devient la République Populaire du Kampuchéa, avec un régime communiste pro-vietnamien à sa tête (le Parti du Peuple), dirigé par Heng Samrin, un ancien Khmer Rouge réfugié au Vietnam en 1978 pour éviter les purges de Pol Pot.

La fuite de Bunheang Ung

Bun retourne à Phnom Penh et recommence à travailler comme dessinateur, cette fois pour la propagande vietnamienne, faute de mieux. Il se désole néanmoins de la nouvelle autorité mise en place par le Vietnam qui, sans être aussi violente que la précédente, y ressemble parfois un peu trop. C’est un incident en rapport avec son travail qui le pousse à quitter le Cambodge :

« Bun avait été accusé de délibérément dessiner les Vietnamiens avec les dents saillantes et avait été demandé de s’expliquer. […] L’accusation était sérieuse. Toute sa section fut appelée pour critiquer le travail de Bun et il dut faire sa propre auto-critique. […] Il jura à contrecœur de se réformer par l’étude politique, et fut chanceux de ne pas se faire envoyer en rééducation. Mais il avait eu chaud. Bun décida alors de quitter le Cambodge » (p. 178-180).

A ce moment-là, se déplacer au Cambodge était bien plus aisé que pendant les Khmers Rouges. De peur de voir l’histoire se répéter, cette fois avec les pro-vietnamiens, Bun, sa femme et plusieurs membres de sa famille décident donc de se mettre en route pour la frontière thaïlandaise. Après plusieurs semaines de voyage, il arrive en Thaïlande, d’où il allait rejoindre ensuite l’Australie. Il s’y installa avec sa femme et poursuivit sa carrière de dessinateur jusqu’à sa mort en 2014.

* * *

Cet ouvrage est un passionnant témoignage de première main, à la fois dans le récit écrit et dans les images qui l’illustre. Témoignage majoritairement descriptif de l’horreur de la vie sous les Khmers Rouges, ce récit est difficilement critiquable sur le fond. Étant l’un des premiers témoignages de ce type paru, sorti seulement six ans après la fin des Khmers Rouges, il est difficile de reprocher à l’ouvrage de manquer de recul sur les événements qui ont suivi. A l’époque de sa publication, la guérilla khmère rouge était toujours active au Cambodge, et l’influence vietnamienne encore à son paroxysme. Aujourd’hui, la guérilla n’existe plus, le Cambodge a connu des élections libres et vu le retour de la monarchie (1993), même si le Parti du Peuple (pro-vietnamien) est toujours au pouvoir avec le Premier ministre Hun Sen. Pol Pot est mort en 1998 et le reste des cadres khmers rouges encore en vie ont été jugés pour leurs crimes. Certains développements sont parfois très récents : vendredi 16 novembre 2018, le tribunal international parrainé par l’ONU à rendu un verdict exceptionnel, reconnaissant pour la première fois les crimes des Khmers Rouges comme un génocide.

Au final, l’ouvrage reste selon moi un excellent témoignage de la vie quotidienne sous les Khmers Rouges, il semble très authentique, parfois très brut, car aucun détails n’est omis. A travers l’histoire personnelle de Bunheang Ung et ses illustrations, l’auteur parvient à raconter de façon très vivante les épreuves vécues par les Cambodgiens à cette époque. De plus, l’inclusion de chapitres remettant la vie de Bun dans le contexte politique de l’époque, permet même au néophyte d’avoir une vue d’ensemble claire de cette période. Enfin, l’importance mémorielle d’un tel ouvrage ne peut pas être oubliée. Ce genre de témoignage est capital pour comprendre les massacres de masse, leurs causes et conséquences, et peut permettre d’éviter la répétition de tels événements.

Damien Corneloup, promotion ASIOC, 2018-2019.

Pour aller plus loin :

On peut rapprocher ce récit visuel du témoignage pictural publié en 2008 par Vann Nath (1946-2011) ancien pensionnaire de la prison S21 et intitulé : Dans l’enfer de Tuol Sleng – L’inquisition khmère rouge en mots et en tableaux (titre original : A Cambodian Prison Portrait: One Year in the Khmer Rouge’s S-21 Prison).

Illustrations tirées de l’article en hommage à Bunheanbg Ung : « In Memory of Ung Bun Heang (AKA Sacrava)« , Khmer Intelligence Media, 10/02/2014.

Damien Corneloup est étudiant en Master 2 Asie Orientale Contemporaine à l’ENS de Lyon. Passionné par les problématiques géopolitiques de l’Asie du nord-est, et en particulier celles de la Chine et de la Corée du Nord, il écrit actuellement un mémoire de Master sur le rôle de la Corée du Nord dans la rivalité sino-américaine. Il effectue également un stage au sein du Consulat de France à Shenyang, en Mandchourie.

Notes

  1. Ce CR de lecture s’appuie sur la réédition de 2008 publiée en Australie chez Alternative Publishing Cooperative Limited []
  2. Sihanouk devient Prince-président après son abdication du trône en 1955 []
  3. Une partie de la fameuse « piste Hô Chi Minh » passe par le Cambodge []
  4. Voir sur ce sujet l’étude d’Henri Locard, Pourquoi les Khmers rouges, Paris, Vendémiaire, coll. « Révolutions », 2016, nouvelle édition []
  5. Les difficultés pour nommer le génocide sont discutées par Rithy Panh dans L’Élimination, Grasset / Le Livre de poche, 2011, p. 111-112 []
  6. La République Populaire du Kampuchéa est proclamée le 11 janvier 1979 []

Nous étions ennemis [Présence protestante]

[ndlr] Une belle émission, en replay sur France TV pendant 6 jours. Présentation.

Cambodge, années 1970. L’arrivée au pouvoir de Pol Pot et des khmers rouges plonge le pays dans une terrible guerre civile, causant des millions de victimes. Les partisans du nouveau régime se livrent à un combat sans merci, pour écraser l’opposition. Deux hommes que tout opposait à l’époque reviennent aujourd’hui sur cette sanglante histoire.

Lien : https://www.france.tv/france-2/presence-protestante/527431-nous-etions-ennemis.html

Inauguration à Paris d’une stèle en hommage aux victimes des Khmers rouges

[ndlr] Communiqué de la FIDH (Fédération internationale des Droits de l’homme) concernant l’édification de la stèle commémorative à Paris dédiée aux victimes du régime des Khmers rouges.

Ce mardi 17 avril 2018, la Ville de Paris inaugurera le premier lieu de mémoire en Europe en hommage aux victimes du régime des Khmers rouges, en partenariat avec la FIDH, le Haut Conseil des Asiatiques de France et de l’association des Victimes du Génocide des Khmers rouges.

Date et lieu :

Mardi 17 avril 2018 à 09h15

Parc de Choisy (Paris 13e)

« Après la condamnation des dirigeants Khmers rouges pour crimes contre l’humanité par les Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens, l’inauguration du mémorial en l’honneur des victimes de ces crimes à Paris représente une mesure de réparation longtemps attendue, notamment par la diaspora cambodgienne en France. Le devoir de justice accompagné du devoir de mémoire apportent une contribution indispensable à la garantie de non-répétition de tels crimes qui heurtent la conscience de l’humanité. »

Patrick Baudouin, Président d’honneur de la FIDH et avocat de parties civiles dans le dossier 002 devant les CETC.

Lire la suite : FIDH

Pour en savoir plus :

Image « à la une » : © FIDH DR

Séminaire « Mémoires d’Indochine » 2017 : séance 5

Année universitaire 2017-2018 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Récits de vie, histoire et littérature : connexions et déconnexions

Deux prisonniers de S-21. Photo de Timo Luege © DR

★ ★ ★

Terreur au Cambodge, l’expérience khmère rouge

Séance 5 : mercredi 25 octobre 2017– salle D4.070 (IAO)

Comment les Cambodgiens ont-ils raconté l’expérience révolutionnaire sous le régime des Khmers rouges ? Quels types de violence ont-ils subi au cours du génocide ? Quelle fut l’étendue du génocide et son espace géographique ? Comment fonctionnait le régime du Kampuchéa Démocratique ? La séance de ce séminaire, consacrée en grande partie à la période 1975-1979, tente de dévoiler la vie quotidienne sous Pol Pot et de voir ce que les mémoires personnelles et collectives ont retenu de cette purge politique à grande échelle. Notre séance s’intéresse également à la compréhension historique du phénomène khmer rouge à travers les vifs débats entre chercheurs.

Sources mobilisées :

Sitographie :

 

Exposés oraux


  • DeFrancis, John, Colonialism and language policy in Viet Nam, De Gruyter, 1977 ou The Hague, Mouton, 1977.

Exposé de Tseng Ihsuan

Sommaire de l’ouvrage : Pinyin.info


  • Ly, Claire, Revenue de l’enfer. Quatre ans dans les camps khmers rouges, Paris, Les éditions de l’Atelier, « Témoins d’humanité », 2014.

Exposé d’Emmanuel Delaunay

Site de l’auteure : http://www.clairely.com/


Image « à la une » : peinture à l’huile de Vann Nath (1946-2011) : Interrogation at the Kandal Pagoda, 2006.

 

Sévane Garibian (dir.) : La mort du bourreau. Réflexions interdisciplinaires sur le cadavre des criminels de masse [parution]

[ndlr] Présentation de l’éditeur. Ouvrage disponible en français et en espagnol.

lamortdubourreauLa dernière décennie a vu la mort de Slobodan Milosevic, Augusto Pinochet, Saddam Hussein, Oussama Ben Laden ou Mouammar Kadhafi. Car les génocidaires, criminels de guerre, dictateurs, tyrans ou agents du terrorisme international des XXe et XXIe siècles, meurent aussi. Dans tous les cas, les questions que posent ces disparitions singulières sont identiques, bien que se situant dans des contextes différents : quand et comment ces criminels sont-ils morts ? Que faire de leur dépouille ? Comment appréhender leur héritage, la mémoire de leur personne et de leurs crimes ?

Malgré leur caractère crucial et leur actualité, ces questions n’ont pour l’heure suscité que peu de travaux dans le domaine des sciences juridiques et sociales. Si l’on observe un important regain d’intérêt pour la parole du bourreau en tant que source d’information, rares sont les études qui s’attachent au sort de celui-ci, une fois décédé. Cet ouvrage vise précisément à combler ce manque.

La réflexion interdisciplinaire engagée ici met en dialogue les apports du droit, de l’histoire, de l’anthropologie, de la sociologie, de la littérature et de la psychologie autour de trois thématiques principales : les modalités de la (mise à) mort du bourreau, le traitement post-mortem de son corps, et la question de la patrimonialisation face aux exigences de justice et de réparation. Ce volume entend ainsi montrer les enjeux entourant la fin des criminels de masse – une mort jamais anodine, même lorsqu’elle est naturelle.

Ouvrage dirigé par : Sévane Garibian

Contributions de : Rosa Ana Alija Fernández, Ana Arzoumanian, Antoine Garapon, Sévane Garibian, Anne Yvonne Guillou, Florence Hartmann, Frédéric Mégret, Muriel Montagut, Didier Musiedlak, Nicolas Patin, Karine Ramondy, Élodie Tranchez

Sommaire

Remerciements

Présentation des auteurs

Préface
Antoine Garapon

  • Introduction
    La mort du bourreau, ou le temps incalculable de son éternité

    Sévane Garibian
  • Prologue
    Tyrannicide et droit international : une coexistence possible ?

    Élodie Tranchez

Mort naturelle, mort suspecte

  • « Ubus africains » : de l’hubris à la « belle mort », l’exception-nalité africaine ?
    Karine Ramondy
  • Le chemin inextricable entre le lit de mort et la lutte contre l’impunité : les cas de Franco et de Pinochet
    Rosa Ana Alija Fernández
  • La revanche posthume de Slobodan Milosevic
    Florence Hartmann
  • Le « maître de la terre ». Les cultes rendus au cénotaphe de Pol Pot
    Anne Yvonne Guillou

Mise à mort judiciaire

  • Expier le meurtre de millions d’hommes ? L’exécution des hauts dignitaires nazis après la Seconde Guerre mondiale
    Nicolas Patin
  • Saddam Hussein. De la politique de la cruauté à une dramaturgie de l’enterrement
    Ana Arzoumanian

Exécution extrajudiciaire

  • Ordonné par le cadavre de ma mère. Talaat Pachat, ou l’assas­sinat vengeur d’un condamné à mort
    Sévane Garibian
  • Les métamorphoses du corps de Mussolini
    Didier Musiedlak
  • Ben Laden, chronique juridique d’une mort annoncée
    Frédéric Mégret
  • La mort de Mouammar Kadhafi : contexte, traitement médiatique et signification
    Muriel Montagut

Source : éditions Petra

Version en espagnol : La muerte del verdugo. Reflexiones interdisciplinarias sobre el cadáver de los criminales de masa (Ed. Miño y Dávila, Buenos Aires). Lien : Miño y Dávila