Archives par mot-clé : génocide

Projection du film Untold memories of Cambodia de Anne Yvonne Guillou – 20 mai 2022

A ne pas manquer.

Dans le cadre des Rencontres cinéma documentaire et sciences humaines de la MSH Mondes

Vendredi 20 mai 2022 de 13h à 15h

salle des conférences, Rdc, bâtiment Weber

Université de Paris-Nanterre

Projection du film 

Untold memories of Cambodia 

de Anne Yvonne Guillou

Documentaire de 49 min en khmer et en anglais, sous-titré en français, 2018.

Résumé

Au Cambodge, le gouvernement maoïste, révolutionnaire et totalitaire, du Kampuchea Démocratique est responsable d’environ 1,7 million de morts entre avril 1975 et janvier 1979. Depuis 2007, le Tribunal des Khmers Rouges juge à Phnom Penh les anciens dignitaires de Pol Pot. En guise de compensation, il propose aux victimes des pratiques mémorielles inspirées par le « devoir de mémoire » développé après la Seconde Guerre mondiale en Europe et une assistance psychologique. Autant de réparations qui confortent dans la presse et dans l’espace public mondialisés l’image d’un peuple cambodgien passif et traumatisé, incapable de se relever seul.

Pourtant, cela fait près de quarante ans que la société cambodgienne s’est redressée, essentiellement par ses propres moyens. Elle s’appuie sur son système religieux complexe dans lequel le bien-être des vivants dépend avant tout de celui des défunts et où le temps circulaire produit une mémoire doublée d’un oubli cyclique. Ce film, basé sur dix ans de recherche ethnographique dans la région de Pursat (ouest du Cambodge – une région qui a particulièrement souffert du régime khmer rouge) montre comment fonctionne la mémoire collective khmère. Celle-ci, pour être essentiellement non-discursive et largement ignorée des « entrepreneurs de mémoire » occidentaux, n’en est pas moins très efficace pour conserver, à sa manière, le souvenir des événements et des défunts et pour permettre l’expression d’un passé douloureux dont la transmission aux enfants passent par leurs propres participations aux rituels.


La projection sera suivie d’une rencontre avec Anne Yvonne Guillou, anthropologue, chargée de recherche au CNRS (Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, LESC) et Alicia Landbeck, docteure en psychologie clinique et psychopathologie, chercheure associée au Laboratoire Psy-DREPI (Dynamiques relationnelles et processus identitaires), Université de Bourgogne Franche Comté. 

Source : https://www.mshmondes.cnrs.fr/evenements/untold-memories-cambodia

La mémoire est un repère – A propos du Portail et du Silence du bourreau de François Bizot

En 2012, après avoir donné la parole aux rares survivants et aux bourreaux en liberté de S-21, le cinéaste cambodgien Rithy Panh (en collaboration avec l’écrivain Christophe Bataille) produit un témoignage à la première personne, L’élimination. Par ce récit autobiographique, l’auteur livre une réflexion sur l’oubli, la mémoire, la violence et la nature des crimes qu’il a subis. Il écrit « La mémoire est un repère. Ce que je cherche, c’est la compréhension de la nature de ce crime et non le culte de la mémoire »1. La mémoire est conçue comme un socle, un axe, à partir duquel construire une pensée dynamique sur la nature du mal. S’appesantir dans la mémoire est paradoxalement une façon de s’enliser dans l’oubli2. Ainsi se pense le projet de L’élimination, comme une façon de transmettre l’histoire et de tirer des enseignements de la mémoire exemplaire et individuelle à travers l’imbrication de la parole subjective du témoin et la démarche d’un acteur de la mémoire3. Ces thèmes résonnent également dans les œuvres de François Bizot, qui s’inscrivent parfaitement dans cette didactique mémorielle.

Dans le camp S-21, François Bizot avait découvert la photo de Douch, l’ancien chef du camp khmer où le Nancéien avait été emprisonné pendant trois mois. Photo © ER

En 2002, François Bizot, un ethnologue membre de l’École française d’Extrême-Orient (EFEO), publie Le portail4 où il livre deux récits. Le premier relate sa captivité au camp M-13 dans le maquis des Khmers rouges en 1971 et sa rencontre avec Douch, responsable de sa libération, mais également responsable de la mort de près de 18 000 personnes. Le second récit retrace le calvaire des ressortissants français de l’autre côté du « portail » de l’Ambassade après la prise en Phnom Penh en 1975. Tout au long de l’œuvre, c’est la maitrise de la langue khmère et des usages qui distinguera l’auteur par sa position de témoin privilégié et d’interprète entre deux mondes. En 2013, dans Le silence du bourreau5, François Bizot approfondit l’analyse de sa relation complexe avec Douch, voulant s’efforcer d’éclairer derrière le masque du monstre, la figure de l’homme responsable et pleinement conscient. Il relate le procès de Douch auquel il assiste en tant que témoin et transmet sa réflexion complexe en amont du procès sur l’humanisation du mal. Ce livre réunit aussi en annexe des documents d’histoire, comme les notes de lecture de Douch après sa lecture du Portail.

La mémoire, le silence et le Cambodge

A l’interrogation « le Cambodge fait-il œuvre de mémoire du drame qu’il a vécu ? » François Bizot répond :

« Le Cambodge est aujourd’hui peuplé de survivants dont la pensée permanente tourne autour de la plaie béante qu’ils portent en leur chair. (…) La souffrance au Cambodge est encore trop vive, trop fraîche, et tant que la génération qui a pleinement vécu l’horreur n’aura pas disparu, ce travail ne pourra véritablement se faire. (Cf. « Victimes et bourreaux », Revue des Deux Mondes, 2001, p. 121‑125).

Parler au Cambodge des crimes des Khmers rouges et des massacres massifs des civils semble encore difficile ; en effet, la proximité quotidienne des bourreaux et des victimes, les plaies et sillons indélébiles dans le paysage urbain et les esprits a produit l’indicible, le silence. Le témoignage de Bizot présente l’avantage cynique d’une double distance : celle d’abord d’être un étranger, géographiquement et culturellement, qui n’a été pris qu’individuellement dans la spirale criminelle khmère et une fois libéré, a pu quitter l’œil du cyclone pour un autre chez lui ; celle ensuite d’être étranger au crime du bourreau notoire Douch, ne pouvant se positionner que sur son emprisonnement à M-13 et n’ayant pas assisté au massacre organisé du camps S-21. Cette double distance permet à François Bizot de témoigner dans l’espace créé par « les silences entre les coups de fusils », silence des anonymes morts dans les camps, silence de l’indicible d’une population meurtrie, silence amplifié par le désintérêt premier de la communauté internationale.

« Tout mon passé cambodgien, à peine réveillé en moi, vint s’échouer contre cette image d’un présent sans mémoire. (…) Un drame « sans importance », en quelque sorte, cloué dans mon imagination, sans la moindre solennité, et dont les preuves tangibles s’évanouissaient dans le devenir des choses, sous l’hermétisme des traces qu’elles portent comme les déformations émouvantes de leurs reflets à la surface du temps » (Bizot, Le portail, op. cit., p. 23).

Fixer l’évanescence ou « l’inconsistance » du Cambodge devient alors une mission pour François Bizot, nécessaire et douloureuse6.

Pourquoi et comment témoigner ? La mémoire, l’écriture et la géologie

Le premier mouvement de François Bizot est de dédier le Portail à Lay et Son, ses associés qui avaient été fait prisonniers avec lui et ont trouvé la mort dans un camp. C’est aussi en leur nom qu’il témoigne lors du procès de Douch :

« Qu’il me soit permis, en cette circonstance, d’évoquer la mémoire des prisonniers de M.13, dont le souvenir ne me quitte plus. Et en particulier de mes deux collaborateurs, Ung Hok Lay et Kang Son, qui ont été exécutés plus tard, dans un autre camp, parce qu’ils avaient travaillé avec moi. C’est en leur nom à tous que je veux témoigner aujourd’hui. »

Pourtant le projet de François Bizot dépasse le fait de sortir certaines victimes de l’anonymat, en effet, à travers une expérience exemplaire passée par le filtre de la mémoire, l’auteur livre une réflexion plus large sur l’écriture de l’histoire et du crime. Lors d’un échange sur France Culture7, François Bizot utilise une métaphore géologique face au souvenir : comme des strates qui apparaissent pour celui qui fouille un terrain, afin d’y découvrir des dépôts, des morceaux de pierre plus durs, des filons dans la pierre qui permettaient de faire gravir un sentier inconfortable. Le fait d’avoir trouvé en soi des filons, des vérités, spécifiques au témoin, plus précises que les explications des chroniques :

« Je me retrouvais avec la conviction que ce qui m’apparaissait comme vrai n’apparaissait pas dans le discours habituel, dans ce que l’on peut penser et être amené à faire penser à nos enfants sur les crimes de masses, sur le bourreau et sur l’homme. »

Le Portail est une forme de collection de sensations et de souvenirs auxquels François Bizot donne une forme pour offrir au lecteur une compréhension de la rupture historique que constituent les évènements cambodgiens. Sinon comment saisir la complexité de ce moment et de la figure de Douch ? L’écriture de Bizot montre les limites d’une méthodologie souvent téléologique de l’historien et simplificatrice de la Justice. Avoir vécu en première personne la rencontre avec le bourreau donne à Bizot une forme de compréhension plus ample de la subtilité. C’est par l’écriture qu’il cherche à trouver cette précision :

« En réalité, parce que l’écriture implique une manière d’atteindre les choses plus subtiles que celle qui suffit au fonctionnement habituel de l’esprit, il me devenait aisé, au fil des phrases, d’entrer dans la peau de n’importe quel tyran, juste en passant par les voies ad hoc : l’exercice n’a pas d’équivalent pour étaler devant soi les vrais secrets de notre intime nature, et la distance entre Douch et moi s’amenuisait encore » (Bizot, Le silence du bourreau, op. cit., p. 213).

L’art contribue largement à l’entreprise de la mémoire, par le film, la musique, ou l’écriture, il semble que l’art puisse livrer une compréhension plus fine de la rencontre avec l’altérité ou l’indicible autour duquel l’histoire gravite.

D’un témoin dans l’histoire … au témoin du tribunal : Limites de la justice internationale

L’écriture de Bizot dépasse également la sphère artistique pour en faire un acteur, aux premières loges de l’histoire, dévoilant ainsi la frontière poreuse entre l’histoire et la mémoire exemplaire. Si Le Portail apparait comme une œuvre nécessaire, Le silence du bourreau nait de la présence de François Bizot au procès, faisant de ce texte un objet d’histoire par la mise en scène des échanges judiciaires et privés entre Douch et Bizot. En effet, François Bizot a envoyé une édition du Portail au « détenu » Douch8, dont les impressions de lectures constituent un document particulièrement intéressant figurant en première annexe du Silence du bourreau9. Le procès de Douch a lieu en 200910 et constitue pour Bizot un exemple des limites de la Justice Internationale face aux questionnements sur le mal et l’inhumain, développés par Hannah Arendt et Primo Lévi.

« À regarder Douch dans le box des accusés, sous l’éclairage outrancier des « Chambres extraordinaires au sein des Tribunaux cambodgiens » qui tombe aussi à plein sur moi, j’ai envie de me lever pour dénoncer l’hypocrite tabou, et demander aux juges d’oser nous faire entendre les moments où le bourreau khmer rouge, dans le même uniforme soudain que le bourreau nazi, dévoile sa sensibilité et ses doutes, expose en plein jour les caractères fondamentaux de son humanité, de quelle manière il fut un homme violent, lâche, léger ; et par là profondément humain. »

De la même façon que Rithy Panh11, François Bizot demande le courage de regarder celui qu’on masque comme bourreau par confort. Ainsi, il est possible de lire les lignes de Bizot comme un combat contre cette simplification, comme une façon de rendre la mémoire productive, en rejoignant la dénomination de mémoire exemplaire de Tzvetan Todorov. François Bizot enjoint son lecteur à accepter l’inconfort de voir l’humain dans le monstre :

« Ce procès sera utile s’il nous fait prendre conscience que Douch était au départ un homme comme tout le monde. (…) Juger impitoyablement Douch, oser habiliter l’homme en lui de plein droit, c’est aussitôt prendre peur. Mais c’est aussi le moyen de nous mener à une conscience claire de ce que nous sommes vraiment. (…) À mesure que l’on observe sans feindre la monstruosité des autres, on finit tôt ou tard par la reconnaître en soi. »

propos qui seront repris par la Justice à travers la parole du co-avocat français de la Défense, Me Roux :

« Monsieur le procureur, vous avez manqué votre rendez-vous avec l’histoire ! […] Vous avez fait un réquisitoire traditionnel dont la philosophie n’est autre que : “Cet homme est un monstre, enfermez-le pour quarante ans, et tout ira mieux dans la société !” Ce discours est usé, il faut aller plus loin. Il faut essayer de comprendre les mécanismes qui font qu’un homme – bien sous tous rapports, comme on dit –, devient un jour un bourreau. C’est cela que j’aurais aimé vous entendre aborder ! Parce que, à Nuremberg, on a dit la même chose : “Ces gens sont des monstres. On va les condamner à mort, et cela servira d’exemple.” Mais après Nuremberg, il y a eu le Cambodge, il y a eu le Rwanda. Qu’est-ce que cette exemplarité que vous recherchez ? Elle sert à quoi dans vos discours convenus, tant que vous n’abordez pas le vrai problème ? » (Bizot, Le silence du bourreau, op. cit., annexe 2.)

Photographies de prisonniers de Tuol Sleng / S.21 © Roobens (sur son blog)

En conclusion : une autre voix/e : se remémorer, transmettre, patienter

C’est certainement dans ces failles révélées de l’histoire et de la Justice que peut se placer le récit de mémoire et l’art à valeur mémorielle. En effet, ce qui motive principalement l’écriture de François Bizot est de montrer Douch comme un être humain et responsable de ces actes afin de se méfier de nous-même et ne pas reproduire l’histoire : « Je cite souvent Tzvetan Todorov, dit Bizot, qui avance, au rebours de la sagesse populaire, qu’essayer de comprendre ce n’est pas nécessairement pardonner. Doit-on se contenter de répéter à jamais que les crimes contre l’homme sont inoubliables ? inexcusables ? impardonnables ?… Il serait plus utile de commencer par apprendre à se méfier de nous-mêmes. Pas seulement des autres.12. Le récit mémoriel vise d’autres objectifs, surement plus pédagogique que le récit d’histoire, parce que capable de résonner avec ces lecteurs de façon plus profonde, grâce à cette émotion d’une voix nue.

Bibliographie :

  • Bizot, François. 2002. Le portail. Folio. Gallimard.
  • Bizot, François. 2013. Le silence du bourreau. Folio. Gallimard.
  • Bizot, François (avec Nathalie de Baudry Asson). 2001. Victimes et bourreaux. Revue des Deux Mondes, p. 121–125.
  • Cambodge : les « chambres extraordinaires » vues de l’intérieur. 2008. Mouvements 53: 158–165.
  • Dossier n° 001 | ECCC. 2021. https://www.eccc.gov.kh/fr/case/topic/90. (page consultée le 27 novembre).
  • France culture. 2021. Le silence du bourreau. https://www.franceculture.fr/emissions/les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance/le-silence-du-bourreau. (page consultée le 27 novembre).
  • François Bizot : retour sur les années Khmers rouges. 2007. Le Monde.fr, 7 Décembre.
  • Bizot, François, 2012. “Le juge, la victime et l’accusé Khmer rouge”, Le Monde.fr (page consultée le 11 janvier).
  • Panh, Rithy avec Christophe Bataille. 2012. L’Élimination. Grasset.
  • Petitjean, Vincent. 2013. “Rithy Panh : un art de la Mémoire”. Témoigner / Getuigen. Entre histoire et mémoire. Revue pluridisciplinaire de la Fondation Auschwitz. Fondation Auschwitz et de la mémoire d’Auschwitz ASBL: 122–134. https://doi.org/10.4000/temoigner.511.
  • Todorov, Tzvetan. 2015. Les Abus de la mémoire. Arléa. Poche

Salomé Raymondjean, promotion ASIOC 2021-2022.

Salomé Raymondjean est étudiante en Master 2 d’Etudes chinoises à l’ENS de Lyon. Après un premier mémoire sur la E-Justice en Chine, elle rédige actuellement un mémoire sur l’organisation de l’espace urbain chinois au service de la surveillance intelligente.

Notes

  1. PANH Rithy, L’Élimination, Grasset, 11 janvier 2012. []
  2. TODOROV Tzvetan, Les Abus de la mémoire, Arléa, 2015, (Poche). L’auteur propose une distinction entre deux types de mémoire (que nous reprenons dans ce CR de lecture) : 1) la mémoire littéraire, statique, qui impose le passé au présent et 2) la mémoire exemplaire, sur laquelle peut se fonder une réflexion sur l’avenir. Il écrit « La mémoire ne s’oppose nullement à l’oubli. Les deux termes qui forment contraste sont l’effacement (l’oubli) et la conservation ; la mémoire est, toujours et nécessairement, une interaction des deux. » []
  3. PETITJEAN Vincent, « Rithy Panh : un art de la Mémoire », dans Témoigner. Entre histoire et mémoire. Revue pluridisciplinaire de la Fondation Auschwitz, Fondation Auschwitz et de la mémoire d’Auschwitz ASBL, no 115, 1 mars 2013, p. 122‑134. []
  4. BIZOT François, Le portail, Gallimard, 2002, (Folio) []
  5. BIZOT François, Le silence du bourreau, Gallimard, 2013, (Folio) []
  6. BIZOT François, Le portail, op. cit. « Les lignes qui suivent ont toutes été écrites dans l’inconfort, penché vers l’avant, le front appuyé sur ce grillage que les Khmers rouges après 1975 (…) ont repeint d’un enduit cellulosique vert, aujourd’hui écaillé, mais sous lequel l’ancienne couleur grise est encore visible par endroits » []
  7. Cf. Le silence du bourreau (franceculture.fr) consulté le 27 novembre 2021. []
  8. Ibid., p. 145. « J’avais prévu qu’une copie du Portail lui soit remise au plus vite, son avocat assurant qu’il s’agissait là d’une chose qu’on ne pouvait pas lui refuser. La curiosité que j’avais de recueillir à chaud ce qu’il penserait en me lisant, d’entendre ses mots à la place des miens, de confronter mon récit à ses propres souvenirs (quitte à faire un ajout dans une autre édition), m’avait même poussé à lui faire assurer ce droit en haut lieu ». []
  9. Ibid., p. 197 []
  10. Dossier n° 001 | ECCC (consulté le 27 novembre 2021). []
  11. PANH Rithy, L’Élimination, op. cit. « Réaffirmer, au risque d’être taxé d’hérésie, la vérité devant laquelle nous reculons depuis les origines : l’humanité du monstre. » []
  12. Cf. François Bizot : retour sur les années Khmers rouges (lemonde.fr) []

“Mémoires d’Indochine” 2021 – Séance 6

Année universitaire 2021-2022 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine : La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

« Altérités et mémoires multiples »

“L’interrogatoire” © Vann Nath

★ ★ ★

Art et mémoires : transfigurer l’indicible

Séance 6 : mercredi 10 novembre 2021 (9-12h)

Le besoin d’exorciser un traumatisme vécu peut prendre la forme d’une œuvre artistique, textuelle, corporelle ou encore visuelle. Les manifestations de l’indicible dans l’art pictural réaliste du peintre Vann Nath en constitue une illustration frappante. D’autres formes d’art-thérapeutique existent comme moyen de médiation après une expérience traumatisante. La littérature des écrivaines Kim Thuy et Linda Lê, la peinture de Dinh Y Nhi, le témoignage concentrationnaire de Lucien Trong ou le travail documentaire de Rithy Panh, les romans graphiques de Marcelino Truong, de Matt Huynh (sur une œuvre de Nam Lê) ou de Séra possèdent une dimension à la fois mémorielle et thérapeutique permettant de transfigurer une souffrance intérieure, un stress post-traumatique et de communiquer aux autres des émotions et son propre régime de véracité. L’ expression vidéographique, la danse ou les performances permettent aussi à l’artiste de “témoigner de son existence, et tenter d’inscrire son histoire personnelle, parfois intime, dans une histoire humaine globalisée” (Sonia Winter). De même la question du silence doit être interrogée car il faut souvent des décennies pour que la parole se libère et que des mots donnent sens à ce que l’on a traversé. Cette séance s’intéressera à travers quelques exemples au travail de mémoire par les arts et à ses aspects transgénérationnels.

La seconde partie du séminaire sera consacrée aux exposés oraux avec le retour d’expérience de François Bizot face à son geôlier khmer rouge et la présentation de récits de vie d’exilés vietnamiens.

Textes en discussion :

Quelques sites et notices d’artistes :

Pour accompagner la séance :

Compte-rendu en ligne de l’ouvrage de Karine Meslin, Les réfugiés du Mékong. Cambodgiens, Laotiens et Vietnamiens en France : https://journals.openedition.org/lectures/42683

Exposés oraux


Salomé Raymondjean :


Juliette Galli :

  • Entretiens sur des parcours vietnamiens.

Image “à la une” : Peinture de l’artiste Dinh Y Nhi (née à Hanoi en 1967).

“Mémoires d’Indochine” 2021 – Séance 5

Année universitaire 2021-2022 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine : La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

« Altérités et mémoires multiples »

© FX

★ ★ ★

Guerre et mémoires, enjeux mémoriels

Séance 5 : mercredi 27 octobre 2021 (9-12h)

Le « phénomène guerre » en péninsule indochinoise a été particulièrement violent au cours du XXe siècle, illustré par des conflits en poupée de gigogne. Entre la conquête coloniale et l’avènement d’Etats-coloniaux pacifiés, la péninsule a connu un enchevêtrement de conflits d’intensités variées allant de la « small war », petite guerre, à la guerre de dimension internationale impliquant de nombreux pays sur cet Angle de l’Asie transformé en « front chaud de la Guerre froide ». En particulier, les trois pays de la péninsule indochinoise ont subi des guerres civiles cruelles engendrant des massacres, des exactions de tous ordres et des opérations militaires d’envergure. La péninsule a été, en outre, un terrain d’expérimentation pour de nouvelles armes chimiques et technologiques. La péninsule n’a recouvré véritablement la paix qu’à partir du désengagement militaire du Viêt Nam socialiste en 1989 du Cambodge voisin et à l’issue du processus démocratique khmer de 1993 sous l’égide de l’ONU. Ces différentes guerres (coloniales, décoloniales et post-coloniales) ont fortement marqué les consciences et ont laissé des traces profondes autant dans le paysage que dans le fonctionnement politique et social. Cette séance s’intéressera aux commémorations mémorielles officielles ou interdites qui découlent des conflits régionaux entre 1945 et 1990.

La seconde partie du séminaire sera consacrée aux exposés oraux avec deux investigations sur des problématiques elles aussi issues de la guerre : le parcours de femmes de Saigon actrices de la résistance et une expérience vécue de la censure politique vietnamienne.

Textes en discussion :

  • Nguyen Cong Luan, Nationalist in the Viet Nam Wars. Memoirs of a Victim turned Soldier, Bloomongton & Indianiapolis, Indiana University Press, 2012, p. 545-559 et 560-574.
  • Vo Nguyen Giap, Le haut commandement et le Printemps de la victoire, Hanoi, Éditions Thê Gioi, coll. “Mémoires de guerre”, 2008, p. 301-317.

 

Pour un rapide survol des guerres dans la péninsule sur la longue durée :

Nicolas Regaud et Christian Lechervy, Les guerres d’Indochine, Paris, Presses universitaires de France, coll. “Que sais-je ?”, 1996.

Sur la situation dans le Sud du Viêt-Nam :

Shawn F. McHale, The First Vietnam War. Violence, Sovereignty, and the Fracture of the South, 1945-1956, Cambridge, Cambridge University Press, 2021.

Exposés oraux

Sacha Marquet :

Patricia D. Norland, The Saigon Sisters. Privileged Women in the Resistance, DeKalb, Illinois, Northern Illinois University Press, coll. “NIU Southeast Asian Series”, 2020.


Arthur Rochereau :


MàJ 27/10/2021.

Commémorations officielles du quarantième anniversaire du renversement du régime des Khmers Rouges – Marine Bruder

Le 7 janvier 1979, l’armée des volontaires du Vietnam accompagnée du Front Uni du Salut National du Cambodge, un agrégat des différents mouvements de résistance cambodgienne, s’emparent de la capitale Phnom Penh aux mains de l’ennemi depuis « 3 ans, 8 mois et 20 jours ». Le régime génocidaire de Pol Pot ayant « provoqué la submersion et la destruction de la nation cambodgienne sous toutes ses formes » se délite mais persévère dans sa conquête du pays dans l’ombre.

La Guerre civile qui suit le renversement des Khmers rouges perdure pendant près d’une dizaine d’années, or le Vietnam dès lors au commandement souhaite imposer l’ordre et réunir cette nation terrifiée, souffrante et victime auprès d’une idéologie unique. Le clivage de la société est critique et les enjeux sont de tailles. Aux yeux du pouvoir vietnamien, le retour à l’ère du communisme des Khmers rouges signerait l’arrêt de mort de ce pays aux millénaires de traditions et coutumes. Cette jeune République Populaire du Kampuchéa n’a donc que d’autres choix l’instrumentalisation de la mémoire de cette nation. Les horreurs de ce génocide doivent être énoncées haut et fort pour que le peuple ne puisse oublier, pour que la nation se batte auprès de ceux qui rétablissent la justice.

Des lieux de cultes émergent des cendres des victimes : la prison S-21 espace clos des tragédies accueille et exhibe les ossements des ennemis de Pol Pot. Des sanctuaires s’animent auprès des sépultures disséminées dans l’ensemble du pays, des tribunaux populaires se réunissent pour juger les crimes du régime, des commissions d’enquêtes sont réalisées afin de rapporter les témoignages et les récits les plus poignants de cette sombre ère du Cambodge. De cette politique mémorielle deux dates sont choisies afin de convier le peuple dans son entièreté à célébrer la victoire dite « triomphante » du Vietnam et de la Résistance et se remémorer les pires atrocités commises. Le 7 janvier et le 20 mai deviennent ces deux dates officielles pour se souvenir du passé, en tirer des leçons et construire un avenir glorieux et prospère au Cambodge. Quarante ans plus tard, le peuple se souvient.

Lire l’ensemble du texte (PDF) :

Marine Bruder, étudiante en Master 2 ASIOC, a récemment effectué un stage en tant qu’assistante de recherche à l’Institut de Recherche sur l’Asie du Sud-Est Contemporaine (IRASEC) basé à Bangkok. Intéressée par la géopolitique maritime asiatique, son mémoire de master propose une analyse des cadres de résolutions applicables aux conflits en mer de Chine méridionale.

Mike Davis : Génocides tropicaux (2001) – CR de lecture par Maïlys De Colnet

En 2002, le livre Génocides tropicaux est récompensé par le prix de la World History Association pour son apport décisif au champ académique de l’histoire globale, mais également aux champs des études post-coloniales ou climatiques. Publiée en 2001, cette étude porte sur les grandes sécheresses du XIXe qui ont touché simultanément de nombreux pays de la planète, nommément l’Inde, la Chine, l’Afrique ou encore le Brésil, et dont les variations du phénomène climatique El Nino seraient la cause. Facteur climatique décisif, il est invoqué comme principale cause naturelle de famines ayant provoqué la mort d’environ 50 millions d’individus 1. Cependant, le fait climatique ne peut expliquer à lui seul l’ampleur mortifère de ces événements, s’y ajouteraient les forces du marché et de l’impérialisme. Ainsi, Mike Davis défend dans son livre l’idée selon laquelle la genèse de ce que l’on dénomme aujourd’hui « Tiers monde » se trouverait dans la convergence de ces différents facteurs, insistant particulièrement sur les choix politiques qui ont permis d’orchestrer ce qu’il nomme génocide.

L’auteur, Mike Davis, fervent militant marxiste, à la fois historien et géographe américain, est principalement connu pour ses travaux sur le pouvoir et les classes sociales, bien qu’il ait abordé de multiples autres thématiques dans ses ouvrages. Il s’inscrit ici dans la lignée historiographique des postcolonial studies. Sans le mentionner explicitement, sa démarche mobilise le concept de postcolonialité qui renvoie aux conséquences présentes du colonialisme passé, notamment à travers la dénonciation du capitalisme global et de l’impérialisme intellectuel. Il s’agit d’évoquer, à travers l’analyse, un produit du colonialisme2. Or, l’ambition de Mike Davis, en traitant d’une histoire oubliée, est justement de rétablir des causalités trop longtemps négligées. Il déconstruit ainsi les théories classiques qui rendent compte des origines du sous-développement. En premier lieu, il souligne l’insuffisance d’une explication qui reposerait exclusivement sur les phénomènes climatiques, son étude s’efforce de mettre en lumière les ressorts politiques. Le malthusianisme est également mis à mal, la surpopulation n’étant pas la cause première de la famine. Il en est de même pour le darwinisme social justifiant la disparition d’une population par le fait que seuls les plus forts survivront. La sélection naturelle ainsi appliquée ne préserverait que les plus aptes. S’ajoute enfin la dénonciation d’une perspective colonialiste dans laquelle les individus sont peints comme des fainéants qui ne méritent pas de toucher une aide financière de l’État par exemple.

Sa thèse porte sur l’origine du sous-développement dans « l’humanité tropicale » et sous-tend l’ensemble d’une analyse qu’il divise en quatre parties. La première et la seconde s’attachent à la description des trois sécheresses majeures ayant frappé le XIXe, 1876-1879, 1889-1891 et 1896-1902, et ce dans une perspective à la fois historique et sociale. La troisième partie de l’ouvrage s’attache quant à elle exclusivement à l’appréhension climatique des phénomènes puisqu’elle retrace les étapes de la compréhension entourant le phénomène El Nino oscillation australe (ENSO). La dernière partie s’intéresse à « l’écologie politique des famines » et relève les implications politiques, et surtout les motivations colonialistes, à l’origine de tels désastres humains. Ces différentes parties ne sont pas aussi clairement découpées qu’elles peuvent paraître au premier abord. Il semble donc plus pertinent d’aborder principalement les axes qui sous-tendent l’argumentation de l’auteur ; cette approche est celle privilégiée par les auteurs des différentes recensions du livre qui ont pu être réalisées jusqu’alors en ce qu’elle permet de saisir avec davantage de clarté la teneur du livre3. L’ouvrage interroge donc la genèse de la famine, et à travers elle celle du tiers monde, et tente d’en présenter les causes les plus significatives.

Source : Mike Davis, La Découverte / Poche, 2006, p. 74.

L’humanité tropicale aux prises de la famine

C’est avec force de détails que l’auteur décrit les souffrances liées aux famines du XIXe, le cannibalisme étant monnaie courante quand la population livrée à elle-même ne trouve d’autres alternatives pour survivre. L’auteur, pour signifier cette violence, se focalise essentiellement sur les cas de l’Inde et de la Chine lors de la sécheresse de 1876-1878.

L’Inde

Lors des sécheresses de 1873-1874 le vice-gouverneur du Bengale, Sir Richard Temple, combattait avec force la famine qui menaçait la région. Il importa massivement du riz de Birmanie et instaura parallèlement une aide financière destinée aux plus pauvres. Alors que grâce à ces initiatives il soustrait la population à une mort certaine ; on dénonce son « extravagance »4 jusque dans les journaux britanniques. Fort de cette expérience, il adoptera ensuite la posture de Lord Lytton, gouverneur général de l’Inde, qui s’oppose fermement à toute intervention à l’encontre de la famine. Même si l’intransigeance fasse à la mort dont faisait preuve Lord Lytton ne faisait pas l’unanimité, en témoigne l’opposition du principal chroniqueur de la famine Digby, sa politique l’emporte. Mike Davis écrit ainsi que : « la sécheresse fut consciemment transformée en famine par les décisions prises dans les palais des radjas et du vice-roi […] si on avait organisé les secours à temps et avec un peu d’énergie et, surtout, si on avait suspendu la collecte des impôts fonciers, on aurait pu réduire au minimum le nombre de victimes »5.

La Chine

L’empire chinois, ruiné à la suite de son ambition territoriale en Asie centrale, emprunte des fonds à taux usuraires aux puissances occidentales. La pauvreté est telle que les paysans en viennent à vendre leurs vêtements et leurs maisons pour s’acheter de quoi vivre. Les restes de leurs masures font office de moyens de combustion alors que l’hiver approche : « les pauvres dévorent leur propre toit »6. On creuse des « trous-pour-dix-mille-hommes »7 afin d’ensevelir les victimes de la tragédie dont la scène principale a lieu dans la province du Shanxi. La communauté internationale met plus d’une année à prendre conscience du désastre. Des opérations humanitaires sont menées, bien que les puissances occidentales ne soient « pas moins impitoyables que les États-Unis dans la collecte des indemnités censément dues par une Chine affamée »8.

A travers ces descriptions transparaissent clairement l’argumentaire de l’auteur qui souligne deux facteurs majeurs -le capitalisme et l’impérialisme- à l’origine du sous-développement des pays de « l’humanité tropicale ».

Capitalisme et libéralisme à l’œuvre

  • Destruction des organisations traditionnelles de subsistance et rhétorique du « laisser-faire »

L’insertion forcée des petits producteurs sur le marché international transforme la nature de leurs exploitations qui perdent leur fonction première de subsistance. Ce processus d’intégration d’une agriculture vivrière à l’économie de marché se traduit par une disparition de l’économie traditionnelle. La marchandisation de la production alors instaurée impose à l’individu de recourir à la médiation monétaire pour satisfaire ses besoins primaires, notamment alimentaires. Ce phénomène de monétarisation de la production agricole réduit à néant les structures sociales traditionnelles reposant sur la réciprocité et l’entraide, ressorts fondamentaux de la résilience d’une société en temps de crise9. Les productions favorisées sur le territoire national sont alors cultivées au titre de leur rentabilité en tant que bien d’exportation. L’auteur reprend l’affirmation de Polanyi selon laquelle « la source réelle des famines […] est le marché libre des céréales »10. Dans le cadre du système colonial orienté par la mise à disposition de matière première au profit de la puissance colonisatrice, les cultures de coton remplacent ainsi celles des légumes secs qui servaient jusqu’alors à nourrir les populations. En Inde, les cultures vivrières ont ainsi laissé place aux districts cotonniers et aux districts de blé de Narmada. Ces territoires rapidement convertis à des plantations souvent inadaptées à leurs conditions biophysiques reposent sur un système écologique précaire qui met en péril la sécurité alimentaire de l’ensemble de la population. La modernité incarnée par le télégraphe et les voies ferrées permet alors de connecter différentes régions du monde, les chocs climatiques et les déficits agricoles occasionnent un bouleversement non plus seulement local mais international. Ainsi la production de canne à sucre destinée à l’exportation réagit immédiatement à l’extraction du sucre de betteraves européennes, la baisse des prix est alors directement synonyme d’un appauvrissement drastique de la population.

Si la mondialisation économique imputable au capitalisme de marché est mobilisée par l’auteur pour rendre compte des famines majeures du XIXe siècle, elle s’associe d’une analyse des discours mobilisés par les colonisateurs en lien avec cette idéologie libérale. Mike Davis écrit de l’Inde qu’elle aurait été le pays « laboratoire de l’utilitarisme où des millions de vies étaient à la merci d’une foi dogmatique dans la toute-puissance des marchés »11. Selon lui, les dirigeants au pouvoir convaincus par la force de « lois implacables de la nature »12 cédaient à l’issue salvatrice que pouvait leur offrir la mention d’Adam Smith dans la justification de leurs choix politiques. Lord Lytton, gouverneur général des Indes, lors de la première famine évoquée par l’ouvrage s’oppose ainsi à toute forme d’interventionnisme économique en faveur de la population indienne ; il s’inscrit ainsi dans la lignée des enseignements de l’économiste et de son concept fondateur de « main invisible » régulant le marché13.

  • Des forces centripètes au service de la métropole

L’impérialisme informel et formel a lourdement pesé sur la transformation d’événements climatiques en catastrophes humaines. La comparaison avec la gestion des famines par les systèmes politiques en place au XVIIIe permet à l’auteur de mettre en lumière l’importance du facteur politique colonial dans l’hécatombe des famines du XIXe. En ce qui concerne la Chine du Nord, l’auteur mobilise l’exemple de Fang Guancheng qui de 1743 à 1744 aurait organisé l’aide alimentaire pour soutenir les paysans, et ce pendant 8 mois durant. Le gouvernement impérial était alors activement mobilisé. De même, en Inde les Moghols « considérai[en]t la protection du paysan comme une obligation essentielle »14. Ainsi en 1661 le souverain moghol Aurangzeb fit un achat massif de blé afin d’en faire don aux plus pauvres. La comparaison directe avec la gestion des famines indiennes par Lord Lytton ou Temple illustre la négligence volontaire d’un État colonial pour qui le pays est une « réserve fiscale » et non le lieu d’une « entreprise de charité »15. Les autorités coloniales demeurent inflexibles, l’auteur parle de « lois de fer », alors que leurs prédécesseurs étaient enclins à assouplir la levée d’impôt en temps de disette, on parle de « lois de cuir »16. On assiste alors à l’abandon du pacte de subsistance par lequel la responsabilité de l’État dans la prise en charge des besoins alimentaires était un fait avéré17. L’humanité tropicale au XVIIIe siècle aurait eu un niveau de développement comparable à celui de l’Europe18.

Pour l’auteur le désastre induit par les sécheresses du XIXe, et ses conséquences actuelles que rappelle l’appellation Tiers-monde, sont directement imputables à un choix politique des gouvernements coloniaux. Il note le maintien d’une levée d’impôts malgré l’incapacité des paysans à la financer autrement qu’aux dépens de leur vie ou encore le détournement des fonds destinés à la prévention de la famine (en Inde ils financent la guerre d’Afghanistan). L’impérialisme informel est également perceptible, notamment dans le cas du Brésil, puisque la Grande Bretagne exerçait un contrôle sur la dette extérieure du pays qui ne bénéficiait alors plus d’aucune autonomie fiscale à l’origine d’une incapacité à agir efficacement contre les famines. L’humanité tropicale située dans le giron des puissances coloniales leur était donc soumise. Les périphéries ne devant leur droit à l’existence qu’à la mesure dans laquelle elles pouvaient servir les intérêts des centres. L’exemple de la politique des commandes publiques qui étouffait l’Inde en l’obligeant au rachat de produits britanniques obsolètes illustre particulièrement ce fait.

Source : Mike Davis, La Découverte / Poche, 2006, p. 63.
  • La famine au service de l’expansion coloniale

En plus d’avoir participé à l’aggravation des pénuries alimentaires induites par les sécheresses du XIXe, les institutions coloniales ont tiré parti de ces désastres pour accroître leur puissance. Les tribus autonomistes qui prétendaient encore résister aux autorités coloniales furent annihilées. Ainsi, à Bornéo les Hollandais profitent de l’affaiblissement des populations indigènes dû à la sécheresse pour les soumettre. Les tribus dayaks qui étaient jusqu’alors encore indépendantes et empêchaient les colonisateurs d’exploiter les vastes étendues de forêt vierge, furent contraintes de se vendre comme force de travail en échange de nourriture. Elles renoncèrent par là-même à leur liberté.

Aux origines de la famine et du sous-développement

  • Libéralisme & impérialisme, la tentation de l’exagération

Si Mike Davis parvient parfaitement à mettre en lumière l’importance décisive des choix politiques dans la gestion plus ou moins funeste des famines, la mise en exergue du rôle des théories libérales ne paraît pas absolument s’appliquer à l’étude présentée. En effet, si les autorités coloniales mentionnent l’idéologie d’économistes comme Smith, il ne s’agit pas tant de suivre aveuglément leur propos19  que d’assouvir les intérêts économiques de la puissance quel qu’en soit le coût humain. Il semble donc que la théorie économique ait peu à voir avec le déroulement effectif de la famine. La lecture explicitement engagée de l’histoire globale qui est faite par l’auteur, bien qu’elle dénonce à juste titre l’incurie du pouvoir coloniale, semble tomber sous le coup de l’exagération. C’est justement ce que lui reproche Amartya Sen20 à propos du passage de l’économie traditionnelle à l’économie de marché. Il souligne que les résultats de l’entrée dans l’économie de marché ne sont pas aussi manichéens que le suggère Mike Davis. Si la politique économique est accompagnée de l’action étatique, alors elle peut au contraire rendre possible l’émancipation des populations les plus pauvres. Fort de ce constat, il souligne que les famines les plus meurtrières du XXe siècle ont eu lieu en dehors du cadre capitaliste, notamment en Chine entre 1958-61 avec environ 30 millions de morts estimés. La volonté de nuance que présente Amartya Sen peut être étayée par les recherches qui portent sur la notion de « grande divergence » qui tente de définir le point de départ des inégalités de développement identifiables entre les pays. L’étude de Broadberry et al. qui porte sur la divergence entre la Grande Bretagne et l’Inde souligne ainsi que : « Indian living standards were already subs-tantially below the British level during the seventeenth century »21. Ces conclusions vont à l’encontre des affirmations de l’auteur. Mike Davis insiste sur le rôle de l’impérialisme colonisateur dans les écarts de développement perceptibles à l’époque contemporaine. Elles démontrent qu’avant même le début de la période coloniale, l’Inde s’écartait déjà de la trajectoire anglaise.

  • Crise de subsistance ou crise d’accès

En prenant pour objet la famine, l’auteur s’intéresse à un sujet hautement politique puisque s’y associe la question de la responsabilité de millions de morts mais également conditionne la mise en place de politiques publiques visant à pallier de tels événements. Mike Davis, pour traiter ce sujet, s’inscrit dans une lignée historiographique qui valorise l’aspect construit des famines prétendument induites par des « accidents climatiques »22. En ce qui concerne l’Inde, les écrits datant du XIXe d’hommes politiques indiens nationalistes, comme Naoroji qui parle de « drain of wealth »,23 dénonçant le rôle de la politique impériale dans les famines initie la réflexion élaborée par l’auteur24. Cependant, c’est le travail détaillé de l’économiste Amartya Sen qui marque surtout le champ étudié par Mike Davis. Il analyse les héritages coloniaux à l’origine de l’insécurité alimentaire25. Pour Amartya Sen, les famines n’ont pas pour cause la pénurie de nourriture mais plutôt le fait que son accès soit rendu impossible aux plus pauvres. Il parle de droit d’accès à l’alimentation et développe la notion de capabilité ou non à s’insérer sur le marché alimentaire. La diminution du nombre de famines au cours du XXe irait de pair avec la démocratisation croissante du monde. Cette pensée constitue le fil directeur du propos tenu par Mike Davis et reste fondatrice dans l’appréhension des questions de développement et de sécurité alimentaire.

Mike Davis parvient donc, à travers cet ouvrage, à peindre des événements de l’histoire fréquemment occultés. Il souligne les choix politiques sous-jacents à ce qu’on décrit trop souvent comme étant le fruit de phénomènes strictement naturels. Si l’approche explicitement idéologique de cet essai historique doit être nuancée en ce qu’elle peut conduire à des affirmations trop catégoriques, notamment en ce qui concerne la question des théories économiques ; il convient d’en relever l’intérêt académique majeur. La prise en compte du fait naturel comme objet politique initie en effet une démarche universitaire récente qui en souligne les enjeux géopolitiques. A l’heure du changement climatique et des débats internationaux qu’il suscite, l’analyse de Mike Davis s’inscrit ainsi parfaitement dans le nouveau champ disciplinaire qu’est la géopolitique de l’environnement26.

Maïlys de Colnet, promotion ASIOC 2020-2021

Maïlys de Colnet est étudiante en dernière année de master Asie orientale et contemporaine au sein du département de Sciences sociales de l’ENS de Lyon. Intéressée par les questions environnementales, elle rédige un mémoire de géopolitique sur la coopération environnementale sino-européenne.

Les illustrations sont extraites de l’ouvrage.


Notes

  1. La notion de famine telle qu’elle est abordée dans le livre étudié subsume les fragilités induites par la malnutrition et renvoie au développement d’épidémies qui lui sont connexes []
  2. Burleigh, Hendrickson. « Qu’est-ce que la postcolonialité ? Vers une définition pluraliste », dans Florian Alix et al., Postcolonial Studies : modes d’emploi, Presses universitaires de Lyon, p. 155-173 []
  3. On pense ici notamment au compte-rendu de lecture d’Amartya Sen “Apocalypse Then”, Books. The New York Times, Février 2001. URL : https://archive.nytimes.com/www.nytimes.com/books/01/02/18/reviews/010218.18senlt.html, ou encore à celui de Cyrille Ferraton https://journals.openedition.org/asterion/97 []
  4. Davis, Mike. Génocides tropicaux. Catastrophes naturelles et famines coloniales (1870-1900). Aux origines du sous-développement, La Découverte, 2003, p. 47. []
  5. Davis, Génocides tropicaux, op. cit., p. 62-63 []
  6. Ibid., p. 73. []
  7. Ibid., p. 84 []
  8. Ibid., p. 91 []
  9. Cette idée est également développée dans O Grada, Cormac, Famine : a short history, Princeton University Press, 2010 qui présente les groupes traditionnels comme développant « leur propre stratégie préventive de niche contre la famine » []
  10. O Grada, Cormac, Famine: a short history, Princeton University Press, 2010, p. 15 extrait de Polanyi, Karl, The Great Transformation, Boston, 1944, p. 160, trad. française : La Grande Transformation, Gallimard, 1983 []
  11. Davis, Génocides tropicaux, op. cit., p. 41 []
  12. Ibid., p. 42 []
  13. Dans La Richesse des nations, tome 4, p. 140, Smith s’intéresse à la famine qui frappa le Bengale en 1770. Selon lui le marché aurait régulé temporellement et géographiquement les conséquences négatives potentielles []
  14. Davis, Génocides tropicaux, op. cit., p. 312 []
  15. Ibid., p. 43 []
  16. Ibid., p. 311 []
  17. Chanlat-Bernard, Eléonore, « La sécurité alimentaire à l’épreuve de la domination coloniale. Famines et crises de subsistance en Inde coloniale (XVIIIe-XXe siècles) », Raison présente, 2020, n° 213, p. 43-50 []
  18. Ibid., p. 320 []
  19. Ferraton, Cyrille, « Mike Davis, Génocides tropicaux. Catastrophes naturelles et famines coloniales (1870-1900). Aux origines du sous-développement, Paris, La Découverte, 2003, 479 p., trad. Late Victorian Holocausts, El Niño Famines and the Making of the Third World, 2001. », Astérion , p. 337. [En ligne], 2 | 2004, mis en ligne le 05 avril 2005, consulté le 20 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/asterion/97  []
  20. Sen, Amartya. “Apocalypse Then”, Books. The New York Times, Février 2001. https://archive.nytimes.com/www.nytimes.com/books/01/02/18/reviews/010218.18senlt.html []
  21. Broadberry, Stephen et al., “India and the great divergence: An Anglo-Indian comparison of GDP per capita, 1600-1871”, dans Explorations in Economic History, 2015, vol 55. p. 71 []
  22. Davis, Génocides tropicaux, op. cit., p. 305 []
  23. Naoroji, Dadabhai, Poverty and un-British rule in India, Swan Sonnenschein & Co, 1901 []
  24. Chanlat-Bernard, Eléonore, « La sécurité alimentaire à l’épreuve de la domination coloniale. Famines et crises de subsistance en Inde coloniale (XVIIIe-XXe siècles) », Raison présente, 2020, n° 213, p. 43-50 []
  25. Dreze, Jean & Sen, Amartya. Hunger and Public Action, Clarendon Press, 1989 []
  26. Dalby, Simon, « The geopolitics of climate change », Political Geography, novembre 2013, vol. 37, p. 38-47 []

“Mémoires d’Indochine” 2020 : Séance 5

Année universitaire 2020-2021 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

« Mémoires online : commémorations officielles et récits alternatifs »

★ ★ ★

The Lewiston Daily Sun – Jun 5, 1975

Exils, résistances et génocides : une péninsule “brutalisée”

Séance 5 : mercredi 18 novembre 2020 (visioconférence)

L’avènement de nouveaux États postcoloniaux communistes en péninsule indochinoise s’est réalisé dans des contextes accrus de guerre civile. Que ce soit au Cambodge, au Laos ou au Viêt-Nam, ces guerres ont laissé des traces indélébiles dans les chairs et la mémoire des populations. Mais plus encore, la création de trois États communistes marqués par l’alignement sur l’URSS ou la Chine populaire a engendré une vague d’exils sans précédent par terre (land people) et par mer (boat people) jusqu’au règlement du conflit cambodgien au début des années 1990 . Victimes de cette reconfiguration géopolitique, minorités politiques, ethniques ou religieuses ont choisi la fuite comme gage de survie face à des états répressifs organisateurs d’une massive purge dans chaque pays. Ces victoires communistes ont été ainsi des défaites humanistes et posé des défis humanitaires. Au Cambodge, les killing fields (champs de tuerie) ont rythmé l’épuration khmère rouge pour asseoir le “peuple ancien” (campagnard) au pouvoir. Au Laos ou au Viêt-Nam, les goulags de la rééducation politique se sont vite transformés en camps de la mort lente. D’une certaine façon, la décolonisation s’est faite par la “brutalisation des sociétés” de la péninsule indochinoise.

Cependant, ce contexte particulièrement éprouvant pour les populations a engendré des résiliences à la fois politiques (avènement du Renouveau au Viêt-Nam et solution politique au Cambodge), militaires (résistances armées anticommunistes puis démilitarisation de la péninsule), sociales et culturelles (constitution de communautés exilées importantes). Cette séance consacrée aux bouleversements post-1975 s’intéressera donc à ces trois phénomènes qui ont marqué la péninsule du fer rouge pendant une quinzaine d’années : les exils des populations ; les résistances armées indissociables de la troisième guerre d’Indochine ; la question du génocide perpétré par les Khmers rouges entre 1975 et 1979 ; et leurs répercutions sur la toile.

La seconde partie de la séance est consacrée aux exposés oraux.

★ ★ ★

Exposé de Marine Bruder

Cambodia celebrates 40th anniversary of Khmer Rouge ouster. Source : DW (Deutsche Welle)

  • Retour sur la date anniversaire du renversement des Khmers rouges.

Exposé de Zoé Liénard

  • COOPER, Frederick, Le colonialisme en question. Théorie, connaissance, histoire, Paris, Payot, 2010.

Illustration “à la une” : boat people vietnamiens © DR