Archives par mot-clé : frontières

Bradley Camp Davis, Imperial Bandits – CR de lecture par Thibaut Bara

Imperial Bandits : Outlaws and Rebels in the China Vietnam Borderlands est un ouvrage d’histoire de la frontière sino-vietnamienne. Publié en 2017 aux presses de l’université de Washington, son auteur Bradley Camp Davis est aujourd’hui professeur associé à la Eastern Connecticut State University. Historien, sa thèse soutenue en 2008 à l’université de Washington portait déjà sur la zone frontière Chine-Vietnam dans l’ère post-Taiping c’est-à-dire dans la seconde moitié du XIXème siècle. Bradley Camp Davis a également été membre du jury et pré-rapporteur de la thèse de Johann Grémont portant sur le maintien de l’ordre sur la frontière sino-vietnamienne de 1895 à 1940. Chercheur polyglotte, il maîtrise le mandarin classique et moderne, le vietnamien et le français.

Imperial Bandits est introduit en couverture par une image des Pavillons Noirs révélant la teneur de l’ouvrage retraçant l’histoire de l’incursion puis du retrait du Vietnam de ce groupe d’hommes armés dirigés par Liu Yongfu. Pas qu’une histoire des Pavillons Noirs, cette étude capte le processus de formation de la frontière sino-vietnamienne comme une ligne dans le sol séparant deux empires. On suit l’évolution d’une zone-frontière (borderland) poreuse et marginale en frontière instituée (borderline) révélatrice d’un rapport de force entre ces deux empires. En introduction, l’ouvrage entame une discussion du terme même de bandits et se poursuit par l’explication de la juxtaposition des termes « bandits » et « impériaux ».

Bradley Camp Davis se réfère à la linguistique et surtout à la sémiologie de Roland Barthes en illustrant l’ambivalence de l’appellation de « bandits », ce mot recouvrant une ambiguïté entre « pirates » ou « voleurs » et « rebelles ». Les uns se caractérisant par un recours à la violence pour acquérir des gains matériels, les autres ayant également recours à la violence mais à des fins d’abord politiques1. L’intérêt et la question historique centrale de l’ouvrage de Bradley Camp Davis tient justement dans cette définition politique des Pavillons Noirs.

Une histoire des Pavillons Noirs

Bradely Camp Davis fait l’histoire de ce groupe de rebelles originaires de Chine du Sud structurés autour du Royaume de Yanling, contemporains mais distincts du mouvement des Taipings. Chassée par les armées impériales chinoises, une partie de ce groupe fait scission et se réfugie au Nord Vietnam sous la direction du chef Liu Yongfu. Arrivés au Tonkin en 1865, les Pavillons Noirs restèrent un groupe armé actif sur cette frontière jusqu’en 1885. Le propos de Davis cherche à relater la manière dont les autorités souveraines en présence, l’empire vietnamien, la Chine des Qing et l’empire français vont interagir avec cette bande d’hommes en armes tantôt cherchant à les déloger pour affirmer une autorité unifiée, tantôt forcés de les co-opter au service de la lutte contre les autres forces en présence.

Lorsque les hommes de Liu Yongfu s’installent au Tonkin l’autorité de l’empire vietnamien est fragilisée par une autre bande rebelle dite des Pavillons Blancs. Davis identifie celle-ci comme soutenue par des groupes Hmong et Tai protestant contre l’installation de colons vietnamiens dans les basses terres. Les Pavillons Blancs entretiennent un lien diffus avec la révolte des Panthay en Chine du
Sud et en sont contemporains. L’empire vietnamien tente au premier abord des juguler cette révolte et également de réprimer les Pavillons Noirs. Toutefois, la faiblesse de l’empire amène ce dernier à changer d’approche et à entrevoir la possibilité d’un rapprochement avec les Pavillons Noirs pour affronter les Pavillons Blancs. Les Pavillons Noirs, forts de leur puissance militaire, répriment en effet efficacement les Pavillons Blancs. A la suite de cette victoire, un agent de liaison est nommé par l’empire vietnamien auprès des Pavillons Noirs. Dès 1868, Liu Yongfu reçoit des traites de l’empire vietnamien, en 1870 il reçoit même un titre honorifique le raccrochant officiellement à l’administration impériale. Cette alliance entre un groupe d’hommes en armes refusant de payer les taxes à l’empire, levant leurs propres impôts, contrôlant les papiers des commerçants et l’empire vietnamien est à la naissance de la désignation des Pavillons Noirs comme des « bandits impériaux ».

Un autre groupe d’hommes en armes venant de Chine occupe partie du Tonkin, ce sont les Pavillons Jaunes. Eux aussi, issus de groupes rebelles en Chine du Sud et pourchassés par les armées Qing et en 1871 et 1872, trouvent refuge au Nord Vietnam. Sur ce territoire, ils se financent en saisissant des mines de cuivre particulièrement importantes à l’empire vietnamien tout en soufflant sur la flamme du souvenir des Pavillons Blancs. Encore une fois l’empire vietnamien s’appuie sur les Pavillons Noirs pour les réprimer. De plus, cette lutte contre les Pavillons Jaunes accorde à Liu Yongfu le soutien de la Chine des Qing qui pourchassait ces derniers.

D’une marge à une ligne-frontière

Davis illustre la transformation de cette zone du Nord Vietnam en réelle frontière séparant deux souverainetés, cette transformation prenant ses sources dans les relations entre les empires en présence et les différents groupes d’hommes en armes dont notamment les Pavillons Noirs. La frontière est dynamisée par l’ouverture en 1865 du commerce de l’opium cultivé au Yunnan en Chine du Sud et vendu au Vietnam, menant les différentes parties à financer sur ce commerce. La période étudiée par Davis correspond à la croissance de l’intérêt des puissances envers cette région. Les Français, dès 1873 avec Francis Garnier puis avec le traité Philastre de 1874 actant la politique de « mise en valeur » de l’Indochine, entrent dans le jeu des puissances à la frontière, motivés par un mythe yunnanais (celui selon lequel le Nord Vietnam serait une voix privilégiée pour pénétrer le grand marché chinois par la province du Yunnan). Francis Garnier est tué par les Pavillons Noirs à Hanoi le 21 décembre 1873. Les Français identifient dès leur arrivée les Pavillons Noirs comme un obstacle à leur quête du mythe yunnanais. S’alliant aux Pavillons Jaunes puis recrutant le reste de ces hommes sous le statut de soumissionnaires après les défaites successives face aux Pavillons Noirs, les Français vont tenter de venir à bout de ces derniers.

Neuf ans plus tard, la prise de Hanoï par le capitaine de vaisseau Henri Rivière en 1882 inquiétant les Qing et certains fonctionnaires vietnamiens, l’empire Qing et l’empire vietnamien vont une fois encore se tourner vers les Pavillons Noirs pour lutter contre l’impérialisme français. Les deux empires asiatiques peu capables d’affirmer un contrôle direct sur cette région convoitée se retrouvent à co-opter des hommes en armes, accusés de pillage,
viols et vols pour lutter contre la volonté d’autre puissance. L’officier de liaison vietnamien chargé des Pavillons Noirs, Hoang Ke Viem, a tenté selon Davis de sédentariser ces troupes de bandits en les incitant à développer l’agriculture mais ce fut un échec. De leur côté, les Français en 1876 ont tenté de négocier avec les Pavillons Noirs pour ouvrir une voix de commerce vers la Chine, mais le caractère très incontrôlable et indiscipliné des Pavillons Noirs, interdit de les considérer comme relevant d’une autorité installée ce qui fit échouer ces négociations. L’auteur montre bien dans son ouvrage l’ambiguïté de ces bandits impériaux, coopter par les empires pour leur puissance militaire, mais en même temps trop indépendants et proches de pirates pour être intégrés aux forces régulières.

La guerre franco-chinoise de 1881-1885 voit s’affronter dans cette région les Pavillons noirs mandatés par la Chine et les Français. Sur ce front, la guerre se termine par une défaite française qui emporte le « Commandant » Rivière tué par les Pavillons Noirs le 19 mai 1883. Cependant, la négociation en parallèle en Chine du traité de Tianjin pousse l’empire Qing à se déclarer défait, installant une véritable frontière franco-chinoise dans ce qui était jusque là une région surtout sous domination des Pavillons Noirs. L’auteur explique que la modernisation de la frontière, son tracé linéaire, et la dénonciation d’un mouvement vietnamien anti-impérialiste par d’autres administrateurs vietnamiens dont Hong Ke Viem2, force les Pavillons Noirs à quitter le Nord-Vietnam en 1885. Davis raconte comment Liu Yongfu et ses hommes furent réutilisés par l’empire Qing puis même par la république chinoise pour réprimer diverses révoltes mais aussi pour lutter contre les Japonais à Taiwan.

L’auteur détaille l’outillage technologique de la frontière avec l’installation du télégraphe, l’aménagement de postes frontières, le développement d’un contrôle effectif des mouvements de populations et illustre la création d’une frontière au sens contemporain du terme : celle de l’inscription d’un rapport de force entre deux souverainetés. L’empire vietnamien ayant été disloqué par la colonisation, ces deux souverainetés sont à partir de 1885 celles de l’empires Qing et de l’empire colonial français3. La méthode Galliéni utilisée au Nord Vietnam à partir de 1893 consista notamment à internationaliser les bandits, c’est-à-dire à lier les pirates au Tonkin à la Chine, les « bandits » deviennent ainsi les « pirates chinois », installant l’idée de frontière dans les esprits. En 1895, Galliéni peut ainsi faire appel au gouverneur du Guangxi pour lutter contre les pirates et définitivement illustrer la couverture de cette région par des souverainetés impériales. On se référera aux travaux de Johann Grémont sur cette même région pour cerner plus en détails les difficultés et le contrôle longtemps très relatif exercé sur cette frontière après 18954. Les travaux de James C. Scott pourraient être également mobilisés pour montrer que l’altitude et le relief de cette région révélaient des différences majeures dans la réalité de l’exercice de l’autorité impériale5. En faisant l’économie de cette distinction entre plaines et reliefs, la démonstration de Davis risque d’être limitée à un discours sur les zones de basses terres, non-majoritaires dans cette région.

Confrontation des mémoires chinoise et vietnamienne

La dernière partie de l’ouvrage de Davis est particulièrement intéressante en ce sens qu’elle compare les mémoires chinoises et vietnamiennes précisément sur l’épisode des Pavillons Noirs. Dès les années 1950, un historien vietnamien de l’EFEO, Tran Van Giap, a publié une étude sur Liu Yongfu le présentant comme un héros de la lutte contre l’impérialisme6. L’historiographie chinoise s’est saisie des Pavillons Noirs en les liant à la révolte des Taipings, présentant ces derniers comme des précurseurs de l’anti-imperialisme. Mais alors que Liu Yongfu a toujours un musée en son honneur en Chine populaire, l’historiographie vietnamienne des Pavillons Noirs est plus divisée.

Le chercheur vietnamien Tran Duc Sac (Van Tan) par le recours à l’histoire orale a fait apparaître la violence réelle des troupes des Pavillons Noirs avec des propos rapportés de villages pillés, familles détruites, femmes violées. Tout en admettant le côté politique de ces rebelles, Tran Duc Sac les associe dans une vision très matérialiste à un produit de la pauvreté extrême se traduisant par de la violence et une tendance au banditisme7. Alors qu’il n’y a pas de consensus dans cette histoire, Davis illustre la diversité de ces histoires par le recours ou non à l’histoire orale. Davis relève aussi l’opportunisme des débuts d’une historiographie tentant d’instaurer les Pavillons Noirs en héros transnationaux sino-vietnamiens, sorte de proto-internationale anti-imperialiste, particulièrement utile dans les années 1950 pour justifier une coopération sino-vietnamienne dans les guerres de décolonisation du XXème siècle.

Statue de Liu Yongfu (Wikipedia)

La guerre sino-vietnamienne de 1979, le recours à des histoires orales, l’installation au pouvoir de régimes plus gestionnaires que révolutionnaires ont définitivement renouvelé l’historiographie vietnamienne sur le sujet. Davis parle désormais d’une histoire frappée du sceau du silence autour de Liu Yongfu au Vietnam. Cette conclusion historiographique est la bienvenue et tombe comme un retour sur l’ambivalence des définitions de ces « bandits impériaux » : héros au service de la lutte anti-coloniale ou pirates ? instruments de l’installation de l’autorité au Nord Vietnam et/ou source de violences ?

L’ouvrage de Davis apporte une réponse assez claire, l’établissement de l’autorité dans cette région aurait été impossible sans l’existence des bandits impériaux. Ces bandits forment, selon l’auteur, un des aspects fondamentaux dans la construction du pouvoir impérial. Cette conclusion rejoint les travaux de Charles Tilly liant crime organisé et construction de l’Etat8. Surtout Davis remet en cause l’idée selon laquelle la construction de l’Etat s’oppose à la violence, en réalité la construction de ce dernier est intimement liée à la violence comme l’ont mis en évidence les travaux du sociologue Max Weber (1864-1920) et ceux de Walter Benjamin (1892-1940) et Blaise Pascal (1623-1662). La « culture de la violence » installée à la frontière par les troupes de bandits dont parle Davis fut un des moteurs de son intégration aux empires, certains y puisant des ressources pour lutter contre d’autres puissances, d’autres y voyant la justification de leur expansion.

Recours à l’histoire orale et plurilinguisme

Les atouts de l ‘ouvrage résident avant tout dans l’érudition de Bradley Camp Davis. L’auteur rentre dans le détail des correspondances entre officiels vietnamiens et la cour impériale, dans les rapports de l’administration française et chinoise. Les nuances fines ainsi apportées permettent une réelle investigation des interrogations et de la pluralité de ces dernières questionnant l’attitude adoptée envers les Pavillons Noirs par les différents empires. Le recours à des sources d’histoire orale, sans lequel la violence des Pavillons ne pourrait être discutée et aurait fait avorter la problématique phare de l’étude, est bien dosé. Conscient des dérives d’un recours unique aux sources orales, Davis les confronte en permanence aux sources écrites et ne les insère que lorsque cela apporte à la compréhension de l’ensemble. La bibliographie impressionne, d’autant plus que les sources y sont exposées en quatre langues. Parmi les critiques, on relèvera l’absence de chronologie et un recours trop sporadique aux dates, rendant le suivi chronologique du récit difficile à suivre. Ceci est réellement dommageable car la pluralité des troupes d’hommes en armes sur la frontière et leurs différences sur lesquelles revient longuement Davis rend la lecture parfois laborieuse.

Pavillons Noirs, auxiliaires de la France (source : Hinh Xua, collection Tran Quang Dong / photographie du Dr Hocquard)


En conclusion, on recommandera en particulier la lecture de cet ouvrage aux sinologues notamment par la capacité qu’à Davis de rentrer dans les arcanes de l’administration et des vues plurielles des officiels vietnamiens et chinois. Cette description fine et nuancée pourrait inspirer les sinologues pour lesquels l’analyse des différents courants et point de vue au sein du PCC chinois reste une épreuve. Enfin cet ouvrage est surtout un vrai exemple d’une manière de faire de l’histoire mélangeant les langues, les sources, l’histoire écrite et orale, et l’étude de l’historiographie. Imperial Bandits apporte de réelles clefs de compréhension des transformations de l’autorité et du contrôle réellement exercé par les empires vietnamiens, chinois et français sur leurs marges. Il permet de comprendre la transformation d’une zone frontalière en vraie ligne de frontière et le rôle de la violence dans cette dernière.

Thibaut Bara, promotion ASIOC 2018-2019.

Références citées :

  • Roland Barthes, Mythologies, Paris, Seuil, 1970.
  • Johann Grémont, « Une frontière impossible à garder ? Le défi quotidien du maintien de l’ordre entre Chine et Viêtnam (1895-1940) », conférence à l’IAO de Lyon le 26 octobre 2018.
  • James C. Scott, Zomia ou l’art de ne pas être gouverné, Paris, Seuil, 2013.
  • Tim Summers, Yunnan – A Chinese Bridgehead to Asia, Oxford, Chandos Publishing, 2013.

Thibaut Bara est étudiant en Master 2 Asie Orientale Contemporaine (ENS de Lyon / Sciences Po Lyon). Il rédige un mémoire sur la province du Yunnan de 1992 à 2016. Ses thèmes de recherche se concentrent autour de l’extension du contrôle du pouvoir central chinois sur ses marges et de l’impact de la Chine dans la région du Mékong. Il est actuellement en stage à l’ambassade de France en Birmanie.

Image « à la une » : Un membre des Pavillons Noirs, 1885, photographie tirée de la couverture de l’ouvrage.

Notes

  1. Les voleurs et pirates se définissent d’abord par leur recours à la violence pour acquérir des biens matériels. Les rebelles renvoient également à l’usage de la violence mais celle-ci est politiquement motivée. Le mot de « bandits » invite à questionner le caractère politique des Pavillons Noirs []
  2. Ce dernier dénonce la culture de la violence instaurée dans la région comme le principal ennemi []
  3. L’Union indochinoise est créée deux ans plus tard en 1887 []
  4. Voir la présentation de son ouvrage sur Mémoires d’Indochine []
  5. Cf. le CR de lecture sur Mémoires d’Indochine []
  6. Cité par Davis, p. 159 []
  7. Cité par Davis, p. 160-161 []
  8. Cf. Charles Tilly, « La guerre et la construction de l’Etat en tant que crime organisé », Politix, Les mafias, sous la direction de Jean-Louis Briquet, vol. 13, n°49, Premier trimestre 2000, pp. 97-117 []

Johann Grémont : « Une frontière impossible à garder ? Le défi quotidien du maintien de l’ordre entre Chine et Viêt Nam (1895-1940) »

Séance du séminaire de l’IAO à ne pas manquer. 

« Une frontière impossible à garder ? Le défi quotidien du maintien de l’ordre entre Chine et Viet Nam (1895-1940) »

Johann Grémont


Vendredi 26 octobre 2018, de 14h à 15h30

Salle de réunion de l’Institut d’Asie Orientale (D4.070)

Résumé : Conséquence des traités de 1883 et 1884 qui placèrent le Tonkin sous protectorat français, l’affirmation de l’ordre colonial aux confins de l’Empire fut le fruit d’une entreprise diplomatico-militaire délicate et de longue haleine dans un environnement troublé. A partir de 1896, les officiers français basés dans un chapelet de postes, et épaulés par leurs partisans, luttent en collaboration avec leurs homologues situés du côté chinois contre toutes les formes de crimes se jouant de la frontière, du banditisme aux trafics en passant par les rébellions. L’analyse des mécanismes mis en œuvre pour contrôler la frontière permet de mettre en valeur l’équilibre fragile dans lequel s’inscrit l’exercice d’une police frontière où les troupes supplétives jouent au final un rôle de premier plan.

Affiche en ligne

Historien et enseignant, Johann Grémont est cadre en administration centrale. Ses recherches portent sur le maintien de l’ordre dans les colonies. Il est l’auteur de Maintenir l’ordre aux confins de l’empire. Pirates, trafiquants et rebelles entre Chine et Viêt Nam, 1895-1940, Paris, Maisonneuve et Larose nouvelles éditions / Hémisphères éditions, coll. Asie en perspective, 2018. Lien éditeur.

« Mémoires d’Indochine » 2018 : séance 4

Année universitaire 2018-2019 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires, récits de vie en situations

★ ★ ★

Groupe de montagnards armés, hauts-plateaux du centre du Viêt-Nam, 1962 © DR

Mémoires « minoritaires »

Séance 4 : mercredi 17 octobre 2018 – salle de réunion LLE

Certains groupes sociaux parviennent difficilement à produire et à diffuser des traces écrites de leur histoire. Transmis oralement, leurs récits de vie restent confinés dans un statut de « mémoires minoritaires ». A travers l’approche des subaltern studies, cette séance sera consacré aux récits mémoriels provenant d’ethnies minoritaires chez lesquelles la parole vernaculaire prime et à tendance à disparaître dans un contexte de domination politique, linguistique ou culturelle. Comment se construisent ces récits subalternes face au récit dominant, comment s’organise la résistance mémorielle dans de telles situations ? Comment la marge conteste la centralité et les normes imposées. Nous survolerons l’histoire de la résistance des mouvements montagnards des Hauts-plateaux du Viêt-Nam pour illustrer notre propos.

La seconde partie du séminaire sera dédiée aux exposés oraux autour des questions de l’altérité en situation coloniale, à travers la littérature, et en situation post-coloniale, à travers l’anthropologie culturelle et politique développée par le professeur Lê Huu Khoa.

Textes étudiés

« A History of Resistance to central Government Control », in Repression of Montagnards. Conflicts over Land and Religion in Vietnam’s central Highlands, New York, Human Rights Watch, 2002, p. 13-27.

Po Dharma, « Le FULRO. Moment de l’histoire ou tradition de lutte des peuples du Campa » dans Po Dharma (avec la coll. de Mak Phoeum), Du FLM au FULRO, une lutte des minorités du sud indochinois, 1955-1975, Paris, Les Indes savantes, 2006, p. 159-172.

Sources complémentaires sur Mémoires d’Indochine

Portraits

Lès Kosem (?-1976)

Officier militaire cambodgien d’origine Cham, connu sous le nom de guerre « Po Nagar », et figure marquante de la Deuxième Guerre d’Indochine. Parachutiste dans l’Armée royale cambodgienne, il fonde le Front de Libération du Champa dans les années 1950. Son organisation rejoint le front de résistance montagnarde FULRO (Front Unifié de Lutte des Races Opprimées) créé le 20 septembre 1964. Il se sépare du FULRO en 1968 après un désaccord avec Y Bham Enuol, le leader du Front. Lié aux services secrets cambodgiens, Les Kosem est impliqué dans le trafic d’armes avec les Nord-Vietnamiens. Après le renversement de Sihanouk en 1970, il devient un fervent partisan de Lon Nol et reçoit le grade de général des Forces Armées Nationales Khmères (FANK). A la victoire des Khmers rouges en avril 1975, il se serait réfugié en Malaisie où il décède un an plus tard.

Y Bham Enuol (1923-1975)

Résistant montagnard d’origine E-Dhe (Radhé), il fonde et dirige plusieurs mouvements armés montagnards. Au mois de mai 1958, il créé le front Bajaraka mais il est arrêté en septembre par le régime de Ngo Dinh Diem et reste emprisonné jusqu’à la chute de Diem. En mars 1964, il fonde le Front de Libération des Hauts Plateaux Montagnard, front qui intègre le FULRO (Front Unifié de Lutte des Races Opprimées) créé le 20 septembre 1964 dont il prend la direction. Pour divergence de stratégie, il est arrêté par Les Kosem, un des leaders cambodgien du Front. Il est assigné à résidence à Phnom Penh jusqu’à sa mort en avril 1975 où il est exécuté par les Khmers rouges avec sa famille.

Autres liens

Blog militant : Montagnard Support Group

Télévision vietnamienne, chaîne de la sécurité publique : Vạch trần âm mưu phục hồi Fulro, “Tin lành Đê ga”, ANTV, 26/03/2017. Voir aussi sur Gia Lai Online.

Exposés oraux

Exposé de Mathilde Michel

  • Copin, Henri, L’Indochine des romans, Paris, Kailash, coll. « Asie imaginaire », 2000.

Présentation de l’éditeur : éditions Kailash

Exposé de Lou Eve

  • Lê Huu Khoa, Anthropologie du Vietnam, vol. 5 : L’espace cognitif du peuple, Paris, Les Indes savantes, 2016.

Présentation de l’éditeur : Les Indes savantes

Image « à la une » : Drapeau du FULRO © DR

Marie de Rugy : Aux confins des empires – Cartes et constructions territoriales dans le nord de la péninsule indochinoise (1885-1914)

Parution aux éditions de la Sorbonne. Présentation de l’éditeur.

Au milieu des années 1880, les marges septentrionales de la péninsule Indochinoise sont soumises à une double conquête coloniale, celle de l’Annam et du Tonkin par les Français, et celle de la Haute-Birmanie par les Britanniques. Aux explorations fluviales s’ajoutent la délimitation des frontières et la cartographie régulière des territoires sous l’égide des différents services géographiques. Diplomates chinois, siamois et européens négocient dans les capitales et dans les montagnes, sous la tente. Topographes européens et indiens arpentent les routes et les sentiers pour lever les itinéraires et mesurer l’espace. Ils s’enquièrent auprès des habitants du juste toponyme, collectent et font traduire des cartes autochtones, interrogent leurs guides, les chefs locaux et les marchands venus de Chine.

Ce livre retrace les politiques institutionnelles, les pratiques de terrain et les constructions territoriales qui en découlent. Par une étude croisée de la cartographie dans ces espaces, il met en lumière le statut central d’un territoire spatialement périphérique, à propos duquel on a pu parler d’une « géographie de l’ignorance ». À rebours de quelques idées reçues, il montre que les cartes ont un pouvoir limité, même en contexte colonial, si l’on accepte de dépasser les discours pour observer les modalités de leur production et leurs différents usages.

Source : Éditions de la Sorbonne

Kirsten W. Endres, Ann Marie Leshkowich (eds.) : Traders in Motion. Identities and Contestations in the Vietnamese Marketplace

[ndlr] Parution. Présentation de l’éditeur.

Traders in Motion

Identities and Contestations in the Vietnamese Marketplace
Edited by Kirsten W. Endres, Ann Marie Leshkowich

With essays covering diverse topics, from seafood trade across the Vietnam-China border, to street traders in Hanoi, to gold shops in Ho Chi Minh City, Traders in Motion spans the fields of economic and political anthropology, geography, and sociology to illuminate how Vietnam’s rapidly expanding market economy is formed and transformed by everyday interactions among traders, suppliers, customers, family members, neighbors, and officials.

The contributions shed light on the micropolitics of local-level economic agency in the paradoxical context of Vietnam’s socialist orientation and its contemporary neoliberal economic and social transformation. The essays examine how Vietnamese traders and officials engage in on-the-ground contestations to define space, promote or limit mobility, and establish borders, both physical and conceptual. The contributors show how trading experiences shape individuals’ notions of self and personhood, not just as economic actors, but also in terms of gender, region, and ethnicity. Traders in Motion affords rich comparative insight into how markets form and transform and what those changes mean.

Ref. : Endres, Kirsten W., and Ann Marie Leshkowich, eds. Traders in Motion: Identities and Contestations in the Vietnamese Marketplace. Southeast Asia Program Publications, Cornell University Press, 2018.

TABLE OF CONTENTS

Introduction: Space, Mobility, Borders, and Trading Frictions
ANN MARIE LESHKOWICH AND KIRSTEN W. ENDRES

PART I. Space, Place, and Contentious Politics of Market Redevelopment
Introduction: The Spatial Politics of Marketplaces
LINDA J. SELIGMANN

Chapter 1
Making the Marketplace: Traders, Cadres, and Bureaucratic Documents in Lào Cai City
KIRSTEN W. ENDRES

Chapter 2
“Run and Hide When You See the Police”: Livelihood Diversification and the Politics of the Street Economy in Vietnam’s Northern Uplands
SARAH TURNER

Chapter 3
Grand Designs? State Agendas and the Lived Realities of Market Redevelopment in Upland Northern Vietnam
CHRISTINE BONNIN

Chapter 4
Ghost Markets and Moving Bazaars in Hanoi’s Urban Space
GERTRUD HÜWELMEIER

PART II. Circuits of Mobility, Identities, and Power Relations
Introduction: Moving and Shaking
ERIK HARMS

Chapter 5
A Mobile Trading Network from Central Coastal Vietnam: Growth, Social Network, and Gender
HY VAN LUONG

Chapter 6
Money, Risk Taking, and Playing: Shifting Masculinity in a Waste-Trading Community in the Red River Delta
MINH T. N. NGUYEN

Chapter 7
“Strive to Make a Living” in the Era of Urbanization and Modernization: The Story of Petty Traders in a Hanoi Peri-urban Community
NGUYỄN THỊ THANH BÌNH

Chapter 8
Dealing with Uncertainty: Itinerant Street Vendors and Local Officials in Hanoi
LISA BARTHELMES

PART III. Borderwork
Introduction: Constructing, Maintaining, and Navigating Boundaries
CHRIS GREGORY

Chapter 9
Regulations and Raids, or the Precarious Place of Gold Shops in Vietnam
ALLISON TRUITT

Chapter 10
Moralities of Commerce in a Northern Vietnamese Trading Community
ESTHER HORAT

Chapter 11
Fuel Trade: People, Places, and Transformations along the Coal Briquetting Chain
ANNUSKA DERKS

Chapter 12
Arbitrage over the Beilun/Kalong River: Chinese Adjustments to Border Trade Practices in Vietnam
CAROLINE GRILLOT

Afterword
GRACIA CLARK

Contributors:
Lisa Barthelmes, Christine Bonnin, Gracia Clark, Annuska Derks, Kirsten W. Endres, Chris Gregory, Caroline Grillot, Erik Harms, Esther Horat, Gertrud Hüwelmeier, Ann Marie Leshkowich, Hy Van Luong, Minh T. N. Nguyen, Nguyen Thi Thanh Binh, Linda J. Seligmann, Allison Truitt, Sarah Turner.

Source : Cornell University Press

Johann Grémont : Maintenir l’ordre aux confins de l’Empire [parution]

[ndlr] Signalement de la publication de la thèse remaniée de Johann Grémont. Présentation de l’éditeur.

Réf. : Johann Grémont, Maintenir l’ordre aux confins de l’Empire. Pirates, trafiquants et rebelles entre Chine et Viêt Nam 1895-1940, Paris : Maisonneuve et Larose nouvelle édition, coll. « Asie en perspective », 2018.

La collection Asie en perspective est dirigée par Eric Guerassimoff et Emmanuel Poisson.

Des manuels de géographie aux planisphères de l’École de la République, l’Indochine coloniale affiche sur des aplats rassurants une autorité dont les contours clairement définis s’appliquent de manière uniforme sur l’ensemble du territoire. En réalité l’affirmation de la France sur les confins du Tonkin à partir des années 1880 fut le fruit d’une entreprise diplomatico-militaire délicate et de longue haleine dans un environnement troublé.

Depuis la moitié du XIXe siècle, la région frontalière bordant le Céleste empire échappe à l’autorité nominale de la cour de Huế qui s’appuyait traditionnellement sur les gardiens traditionnels des marches issus des grands lignages autochtones pour garantir une stabilité mise à mal sous la pression des bandes chinoises. L’autorité des empereurs Nguyễn s’efface au profit de l’ordre colonial, nouveau garant de la paix et de la stabilité sur la frontière sino-vietnamienne.

Épaulés par leurs partisans, les officiers français, basés dans un chapelet de postes, luttent en collaboration avec leurs homologues situés du côté chinois contre toutes les formes de crimes se jouant de la frontière. C’est cette histoire du maintien de l’ordre sur les confins de l’Empire par les autorités coloniales qui est l’objet de ce livre. Fruit d’une thèse de doctorat, il vise à restituer l’architecture destinée à préserver l’ordre public sur la frontière sino-vietnamienne, cerner le dynamisme des illégalismes transfrontaliers, du banditisme aux trafics en passant par les rébellions, et étudier la manière dont les pouvoirs publics tentent d’apporter une réponse à cette criminalité bordant la région frontalière.

L’auteur : Enseignant de formation, Johann Grémont  a vécu et travaillé au Vietnam dans le cadre de la coopération décentralisée. Désormais attaché d’administration centrale, il poursuit ses recherches autour de la frontière et du maintien de l’ordre dans les colonies à la confluence de l’histoire culturelle et quantitative.

Source : Hémisphère éditions

Image « à la une » : Pirates chinois venus en parlementaires à Bao-Ha, tiré de Léon-Xavier Girod, Dix Ans de Haut-Tonkin, édité chez Alfred Mame & fils à Tours, 1899.

Nguyen Thi Hanh : Les questions frontalières sino-vietnamiennes et les impacts de la France sur ces questions

[ndlr] Le labex TransferS est heureux d’accueillir durant le mois de septembre Nguyen Thi Hanh, du Département d’histoire de la Hanoi National University of Education. Nguyen Thi Hanh donnera à l’ENS une série de conférences portant sur les questions frontalières sino-vietnamiennes et les impacts de la France sur ces questions.

  • Lundi 18 septembre, 17h-19h, ENS salle 235C

Histoire de la frontière terrestre sino-vietnamienne : héritage de l’époque coloniale française au Vietnam

  • Vendredi 22 septembre, 15h-17h, ENS salle Beckett

La question de la frontière dans le golfe du Tonkin

  • Jeudi 28 septembre, 17h-19h, ENS salle 235C

La Chine, l’ASEAN (Association des nations de l’Asie du Sud-Est) et les frontières maritimes du Vietnam

Les conférences se dérouleront en français.
Vous en trouverez le détail à la page suivante :

Ces conférences sont ouvertes à tous, l’entrée est libre dans la limite des places disponibles.