Archives par mot-clé : François Guillemot

The Republic of Ngô Đình Diệm: Birth, Rituals, and Nationalism – Coord. Dieu Nguyen

[ndlr] Programme du panel sur la Première République du Viêt-Nam.

Panel presentation :

The Republic of Vietnam, founded in 1955, has attracted an intense scholarly scrutiny dominated by North American works which focus on the question of the Vietnam War. Our panel, though addressing the same political phenomenon, stresses the socio-cultural and individual angle. Ninh Xuan Thao takes us to the final year of the State of Vietnam. Nguyen Thi Dieu opens a window into the Diệm-imposed rituals of commemoration of the Republic’s first anniversary that reflected a certain conception of the Vietnamese nation. Pascal Bourdeaux introduces the Vietnamese sculptor, Paul Nguyen Van The, author of the Trung Queens statue, and discusses the artist’s familial archives. François Guillemot addresses the suicide of the novelist, Nhat Linh, contextualizing it within the framework of non-Communist nationalism. Nguyen Phuc Anh presents the Vietnamese priest-philosopher, Luong Kim Dinh, who articulated a much contested and largely forgotten civilizational formulation.  

★ ★ ★

 

Résumé du panel :

La République du Vietnam fondée en 1955 a fait l’objet d’une intense recherche dominée par les spécialistes Nord-Américains qui ont examiné ce phénomène politique principalement sous l’angle du conflit américain. Notre panel traite du même phénomène politique mais adopte une approche qui privilège le socio-culturel et le singulier. Ninh Xuan Thao nous fait revenir à la période charnière de « la dernière année d’existence de l’Etat du Vietnam (1954-1955).» Nguyen Thi Dieu montre comment les rites imposés par le régime Ngô lors de la célébration du premier anniversaire de la République reflètent une certaine vision de la nation vietnamienne. Pascal Bourdeaux nous parle du sculpteur Nguyen Van The, auteur de la statue des Reines Trung et présente les archives familiales ; François Guillemot revisite la question du suicide de l’écrivain Nhat Linh dans le contexte d’“un nationalisme non-communiste.” Nguyen Phuc Anh évoque Luong Kim Dinh, prêtre-philosophe vietnamien, auteur d’une formulation civilisationnelle originale aujourd’hui méconnue et oubliée.

Subject : : Panel
Language of text : English
For presentations in a panel: name of the coordinator : Coordinator : Nguyễn Thị Điểu (Department of History, Temple University, Philadelphia, PA, USA)
Topics : H – The Republic of Ngô Đình Diệm: Birth, Rituals, and Nationalism
Keywords : Bảo Đại ; Lương Kim Định ; Ngô Đình Diệm ; Nguyễn Văn Thế ; Nhất Linh ; State of Vietnam ; Republic ; Việt ; Hòa Hảo ; Cao Đài ; Bình Xuyên ; nationalism ; identity ; arts ; literature ; philosophy ; rites ; commemoration

Programme

 

Source : Congrès Asie 2017

Image « à la une » : Cảnh sát và dân chúng biểu tình ủng hộ chính phủ Ngô Đình Diệm 9-1963. © 1963 Life sur Blog : Một số hình ảnh cũ đảo chánh năm 1963

 

La fabrique numérique du passé. Source, outils, récits : What next ? [16/09/2016]

[ndlr] Journée d’études à l’université d’Aix-Marseille.

Le workshop « La fabrique numérique du passé. Source, outils, récits : What next ? » organisé par Christian Henriot aura lieu le vendredi 16 septembre 2016 de 09H00 à 18H00 au pôle multimédia du Campus Schuman à Aix-en-Provence.

Programme :

  • 9h00 – Ouverture et introduction : Christian Henriot (AMU), Gérald Foliot (CNRS, Huma-Num)
  • 9h20 – Bernard Cousin (AMU), Eric Carroll (AMU) : « Le mur numérique des ex-voto peints provençaux »
  • 10h00 – Sophie Gebeil (AMU) : « Le web comme source pour l’historien : la fabrique numérique des mémoires de l’immigration maghrébine sur le web français de 1999 à 2014 »
    10h40 – Pause
  • 10h55 – Jean-Pierre Dedieu (CNRS) : « De la source à la base de données. Les Répertoires d’Extrême Orient »
  • 11h35 – Anne Kerlan (IHTP, CNRS-Université Paris 8) :  » ‘Loin d’Hollywood’ : une base de données croisées pour une histoire globale du cinéma »

Après-midi – 13h45 14h00

  • Cécile Armand (IAO) : « MADSpace : un compagnon numérique pour écrire l’histoire spatiale de la publicité à Shanghai dans la première moitié du XXe siècle (1905-1949) »
  • 14h40 – Christian Henriot (IrAsia, AMU) : « August 1937. Death en masse in Shanghai : A VizStory narrative »
  • 15h10 – Fleur Chabaille (Inalco, IAO) : « Interpréter, écrire et publier le visuel : un retour réflexif sur Scalar »

15h50 – Pause

  • 16h00 – Mou Zhenyu (Collegium de Lyon / SASS) : « Cadasters, land market and urban transformation in the foreign settlements of Shanghai (1843–1943) »

17h10 – Discussion finale

Plus info : http://www.irasia-recherche.com/# !m…

lafabriquenumeriquedupasse_programme

Viêt-Nam : révolution, guerre et société – repères bibliographiques

Dans le cadre de notre cours sur le Viêt-Nam contemporain (IEP de Lyon, 2007-2015) et en complément bibliographique de notre ouvrage paru aux éditions La Découverte, nous avons établi une bibliographie générale sur l’histoire du Viêt-Nam au XXe siècle. L’approche socio-historique a guidé notre sélection d’ouvrages.

Mise en ligne : 21 juin 2016
Dernière mise à jour : 8 octobre 2019

Viêt-Nam, « révolution, guerre et société »

Repères bibliographiques

François Guillemot, IAO, CNRS, ENS de Lyon

Destinée aux étudiants des niveaux Licence et Master, cette bibliographie générale a pour ambition de faciliter la recherche sur l’histoire du Viêt-Nam contemporain à travers trente rubriques regroupant chacune une sélection de quelques dizaines d’ouvrages. Loin d’être exhaustive, elle comprend plus de 650 références essentielles sur la constitution de l’État-nation vietnamien autour des trois concepts de « révolution, guerre et société ». Il est bien entendu évident que ces concepts recouvrent une réalité au pluriel : plusieurs types de révolutions ont été envisagés, le pays a connu plusieurs guerres successives et la société comprend de multiples populations en interaction. La bibliographie aborde ainsi ces trois aspects historiquement connectés et interagissant :

  • l’avènement d’une révolution indépendantiste, de sa transformation communiste et du retour de la question nationale posée dans les années vingt ;
  • la guerre de réunification suivie d’une guerre d’expansion territoriale et le retour des contingences avec la question de la mer de Chine ;
  • la société vietnamienne et son évolution à travers un XXe siècle éprouvant, de la colonisation à l’avènement d’un État réunifié, du défi post-colonial à la globalisation.

Notre choix s’est porté exclusivement sur les ouvrages (sans y intégrer les articles de recherche, ceci pouvant faire l’objet d’un second travail) et un certain nombre de thèses récentes (soutenues depuis 2010) pour offrir une vision large de l’évolution historiographique française et anglo-saxonne sur le Viêt-Nam depuis les années 1950. On notera que les études publiées ces deux dernières décennies sont en grande majorité anglo-saxonnes (américaines, anglaises ou australiennes). Ce sont, à quelques exceptions près, celles qui font autorité aujourd’hui.

Pour approfondir la recherche des articles des auteurs cités dans cette bibliographie, nous ne pouvons que recommander la revue d’histoire Journal of Vietnamese Studies (JVS, Berkeley, depuis 2006) en pointe sur les nouvelles recherches ainsi que d’anciennes sources de périodiques comme Indochina Chronology (Berkeley, 1982-2001), The Viet Nam Forum (Yale, 1983-1997), les éditions Đường mới la voie nouvelle (Paris, 1983-1992), Approches Asie (Nice, 1984-200?), Cahiers d’études vietnamiennes (Paris, Université Paris 7, 1974-1998? irrégulier)… Notons les numéros thématiques de la revue Moussons consacrés au Viêt-Nam (n° 13-14 et 24) sur le portail Revue.org,  La collection Carnet de l’IRASEC éditée à Bangkok (plusieurs titres consacrés au Viêt-Nam) et les études du Wilson Center à Washington DC notamment les CWIHP Working Paper Series s’intéressant au Viêt-Nam pendant la Guerre froide.

Une grande partie des ouvrages récents, notamment les plus importants sur le plan du renouvellement de la recherche historique, ont fait l’objet de discussions (roundtable) sur le portail américain H-Diplo. Développé par H-Net, Humanities and Social Sciences Online, cet outil est devenu incontournable pour la mise à jour des connaissances sur le champ de l’histoire contemporaine du Viêt-Nam.

En terme d’accès, la plupart des ouvrages sont présents dans la bibliothèque de recherche de l’Institut d’Asie Orientale (UMR 5062) ou sur le site de la Bibliothèque Diderot de Lyon (BDL). Les liens renvoient à la page de présentation des éditeurs. Ils seront intégrés au fil du temps.

Continuer la lecture de Viêt-Nam : révolution, guerre et société – repères bibliographiques

Le corps indochinois utopique, histoire d’une émotion inégale. Fragments littéraires

Résumé de notre communication à la journée d’études Le corps en perspective (Paris 1 Sorbonne, 27 mai 2016).

Notre communication aborde la question du corps colonial et postcolonial en tant que « chantier des utopies ». Le corps de l’Autre est ici au cœur de cette réflexion. Nous proposons une exploration des représentations du corps indochinois et de son interaction avec les Français à travers la littérature romanesque et/ou autobiographique à travers quelques points clés : décrire le corps féminin de l’Autre ; regards amoureux ; sentiments ambivalents ; rapports charnels ; exotisme inversé ; souffrances sourdes et problématique de la mixité.

Cette exploration vise à montrer l’intérêt qu’il y a à entrevoir une histoire des émotions et de l’intimité corporelle qui s’élabore avec la littérature coloniale et la dépasse largement. Elle permet de mieux comprendre comment est perçue et représentée cette rencontre (attirance mutuelle dans un cadre inégal) entre l’Orient (ici « Indochinois ») et l’Occident (ici la France) sur le plan des sentiments amoureux. Elle scrute le champ des possibles dans ce corps-à-corps utopique.

Guillemot_LeCorpsIndochinoisUtopique
Illustration de Vu Thuy © DR

A travers la problématique du corps comme lieu des utopies, se posent des universaux de la rencontre mais également des différences clés au sein du « corps historique » (colonisation / décolonisation / libération des corps) par lequel on observe un renversement partiel des valeurs. Le corps, mis à nu, est ainsi révélateur, au delà des aléas de l’histoire et des processus d’esthétisation, d’une certaine vérité dans les relations humaines*.

[*] Profitons de cette mise en ligne pour remercier Henri Copin qui nous a accordé un échange fructueux sur ces questions.

Programme de l’ensemble de la journée d’étude sur Mémoires d’Indochine.

Image « à la une » : André Maire (1898 – 1984) Tonkinoise au repos (Hanoi), circa 1958.

Migrants: retour sur l’épisode tragique des boat-people vietnamiens [RTS]

[nldr] Rapide évocation de l’histoire des boat people vietnamiens dans le contexte de la crise des réfugiés d’aujourd’hui. Émission Forum sur RTS (Radio Télévision Suisse).

BoatPeopleVietnamiens_Grangie
L’odyssée des boat-people vietnamiens avait ému l’Europe à la fin des années 70 © François Grangie – AFP

Des bateaux chargés de réfugiés poussés à l’exil: les images actuelles rappellent celles des boat-people vietnamiens qui ont fui le régime communiste par la mer à partir de 1975. Témoignage de Minh Son Nguyen, ancien réfugié, avocat et professeur de droit aux Universités de Neuchâtel et de Lausanne, avec l’analyse de François Guillemot, historien au CNRS, spécialiste du Vietnam.

RéinstallationRéfugiésIndochinois_HCR
© HCR

ArrivéeBoatPeopleVietnamiens_HCR
© HCR

 

  • Chiffres à l’appui : voir le document en ligne du HCR : La fin de l’Indochine (extraits : tableaux ci-dessus)

Photographier les deux Viêt-Nam en guerre – dans Vingtième Siècle, Revue d’histoire

VingtièmeSiècle_127_2015[ndlr] Signalement de la recension de deux ouvrages photographiques sur la guerre du Viêt-Nam, parue dans Vingtième Siècle, Revue d’Histoire, n° 127, 2015/3, Spécial : Histoire et conflits de mémoire en Espagne, rubrique « Images, lettres et sons », pp. 285-298.

Photographier les deux Viêt-Nam en guerre / par François Guillemot

Une même volonté de témoigner

Stupeur, spectacle et dramaturgie au Sud

La guerre civile en filigrane

Héroïsme, résistance et mobilisation au Nord

Ne pas démoraliser

« Yin yang inversé » et images manquantes

Deux représentations limitées de la guerre

Lien : Revue Vingtième Siècle. Revue d’Histoire

 

François Guillemot : De la « guerre du peuple » à la « guerre civile révolutionnaire »

Résumé de notre communication pour le colloque « La guerre dans les civilisations de l’Orient et de l’Extrême-Orient » organisé par la Société Asiatique, le Collège de France, CRCAO et l’unité Proche-Orient Caucase.

Guillemot_PolémologieRDVN_19mai2015

De la « guerre du peuple » à la « guerre civile révolutionnaire »

Essai de polémologie vietnamienne

Cette communication défend la thèse que l’on ne peut détacher la « guerre révolutionnaire » de son pendant de guerre civile, ce que Mao Zedong résuma dans l’appellation concise de « guerre civile révolutionnaire » (国内革命战争). Mais ce qui fut clairement édicté par Mao pour le cas de la Chine populaire n’a jamais été clairement mis en avant par la polémologie de la République démocratique du Viêt-Nam (RDVN) dans sa guerre de réunification entre 1945 et 1975. Les termes de « guerre civile » (nội chiến) sont restés pendant des décennies le tabou absolu d’une guerre qualifiée dans l’historiographie actuelle de « guerre de destruction » (chiến tranh phá hoại) ou de « guerre d’agression » (chiến tranh xâm lược) versus « guerre du peuple » (chiến tranh nhân dân) puis de « résistance antiaméricaine pour le salut national » (cuộc kháng chiến chống Mĩ cứu nước) et plus généralement pour les deux guerres de « résistance contre le colonialisme français et l’impérialisme américain » (cuộc kháng chiến chống thực dân Pháp và đế quốc Mỹ).

Dans un premier temps, après avoir mesuré l’importance des sources vietnamiennes, nous poserons la question de l’appellation de cette guerre à multiples facettes et notamment de sa dimension de guerre civile. Nous nous intéresserons dans un second temps au concept de « guerre du peuple » (chiến tranh nhân dân) développé par le général Võ Nguyên Giáp pour en comprendre les ressorts. Nous verrons comment ce concept évolue lorsque la décision de la reconquête du Sud par les armes est adoptée lors du 15e Plenum du Parti des Travailleurs du Viêt-Nam (Đảng Lao Động Việt Nam) en janvier 1959. Nous soulignerons l’aide de la Chine populaire et l’influence du maoïsme sur la lutte révolutionnaire « exemplaire » du Viêt-Nam dans le contexte de la brouille sino-soviétique et de la prédominance des thèses de Lê Duẩn, Premier secrétaire du Parti de 1960 à 1976 puis Secrétaire général du PCV de 1976 à 1986, date de sa mort.

Après avoir interrogé le discours sur la nature de la guerre, il s’agira, dans un troisième temps, de sonder la réalité de la guerre, voir « ce que faire la guerre révolutionnaire veut dire » sur le terrain des opérations. Nous suivrons l’évolution de ce type de guerre lorsque la guerre civile atteint son paroxysme notamment dans le Sud sous la forme d’une « guerre civile révolutionnaire », centrée sur l’ennemi intérieur et ouvrant la voie à l’invasion du Sud par le Nord. Nous verrons comment est analysée la figure de l’ennemi (extérieur/intérieur) qui prend forme au Viêt-Nam dès 1945-46 pour se terminer dans les années 1990 avec la fin du conflit cambodgien, marqué par les dernières luttes contre les réseaux armés anticommunistes des exilés vietnamiens infiltrés en péninsule indochinoise.

Enfin, dans une dernière partie, nous questionnerons différents aspects de la guerre populaire et tenterons d’identifier et de mesurer les étapes de la guerre civile entre 1945 et 1975. En conclusion, notre réflexion se portera sur l’impact de long terme que la vision officielle de la guerre fait encore peser sur le destin politique du pays désormais en paix et sur les consciences d’un Viêt-Nam pluriel et transnational.

Guillemot François, IAO, CNRS, ENS de Lyon

Voir le vocabulaire de la guerre en ligne sur notre carnet de recherche sur les femmes et la guerre au Viêt-Nam.

Programme complet du colloque en ligne sur le site du Centre de Recherche sur les Civilisations de l’Asie Orientale (CRCAO) et sur le Blog de l’IAO.