Archives par mot-clé : Francis Deron

Le procès des Khmers rouges : Trente ans d’enquête sur le génocide cambodgien – CR par Stéphanie Martel

Deron, Francis, 2009 : Le Procès des Khmers rouges : Trente ans d’enquête sur le génocide cambodgien, Paris : Gallimard, 465 p.

Francis Deron s’est attaché une bonne partie de sa vie à déconstruire la vision romantique que certains milieux intellectuels occidentaux ont longtemps entretenu avec le communisme asiatique, le maoïsme tout particulièrement. Il a mené cette bataille alors qu’il travaillait comme correspondant pour l’AFP, puis pour le journal Le Monde, à Pékin et à Bangkok de 1977 à 2009.[1] Lorsqu’il publie Le Procès des Khmers rouges – Trente ans d’enquête sur le génocide cambodgien, Kaing Guek Eav alias « Duch », le chef du centre de détention, de torture et d’exécution S-21 où ont péri au moins 12 380 individus, a comparu pour la première fois aux Chambres extraordinaires des tribunaux cambodgiens (CETC) qui visent à traduire en justice les principaux responsables du régime communiste khmer rouge encore en vie. « Duch » sera bientôt condamné pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité à 30 ans de prison. Le sort de quatre des plus hauts dirigeants de l’Angkar[2] pouvant encore être jugés de leur vivant est encore en suspens : Khieu Samphan, Ieng Sary, Ieng Tirith et Nuon Chea sont octogénaires (ou en voie de l’être), leur santé décline, et il est envisageable que le Tribunal spécial de Phnom Penh ne réussisse pas à les juger tous avant leur décès.

L’ouvrage vise à établir la responsabilité individuelle de ces dirigeants dans l’éventualité où le Tribunal échouerait à le faire. En outre, il cherche à dépasser les limites nécessaires fixées par le Tribunal : 1. pas de jugements posthumes, 2. une période limitée à 1975-1979, lorsque les Khmers rouges étaient au pouvoir et ont provoqué la mort d’un quart de la population cambodgienne (environ deux millions d’individus) 3. la mise en accusation de personnes (une justice pénale), et non d’États ou d’une organisation dans son ensemble, et 4. la mise en accusation des « plus hauts dirigeants » et des auteurs des « crimes les plus graves », et non de l’ensemble des individus ayant commis des crimes sous les Khmers rouges, ce qui aurait pour effet de rouvrir des plaies mal cicatrisées. Finalement, Deron réfute violemment les arguments culturalistes qui ont parfois servi à expliquer les massacres sous le régime khmer rouge, en déconstruisant le concept d’ « auto-génocide » mis en avant par certains : « il n’y eut pas de suicide collectif au Cambodge. Il y eut (…) une entreprise de destruction radicale et largement préméditée d’une société. » (14).

L’auteur retrace tour à tour le parcours des dirigeants encore en vie comme celui des morts (Pol Pot, Son Sen et Ta Mok); examine une période beaucoup plus étendue, qui va de la colonisation française à la reddition des derniers leaders de leurs bastions aux frontières de la Thaïlande; met en lumière le rôle des puissances étrangères comme la Chine ou les États-Unis dans le maintien à flots du mouvement khmer rouge jusque dans les années 1990; et dresse un tableau élargi des crimes de l’Angkar qui inclut bien sûr la violence d’État, mais aborde aussi les crimes commis pendant les périodes de guérilla (autant que faire se peut étant donné le manque de sources sur le sujet).

C’est en recoupant une grande diversité de types de sources scientifiques, journalistiques et juridiques que Francis Deron réussit à replacer le procès des Khmers rouges dans son contexte. L’ouvrage est divisé en quatre parties selon une organisation composite, pas toujours chronologique, mais qui a le mérite de rester claire pour un lecteur qui n’est pas nécessairement très familier des événements ayant eu cours au Cambodge au XXe siècle. L’auteur met en lumière de façon inédite des informations, d’ailleurs souvent tirées d’observations personnelles, qui sont également intéressantes pour un lecteur aguerri sur le sujet.

« Tuer utile »

La première partie retrace le parcours de « Duch », le fonctionnement de S-21 en attachant une grande importance à la question de la torture, et plus généralement la politique d’extermination de masse menée par les Khmers rouges à l’époque où ils étaient au pouvoir. Est expliquée en détails ici la nécessité de « tuer utile » pour le pouvoir khmer rouge, c’est-à-dire de soutirer un maximum d’informations de la part des prisonniers sur l’identité d’autres « traîtres » avant de les exécuter. Il s’agit d’établir une « chaîne de la trahison » venant renforcer une théorie du complot à grande échelle largement entretenue par la sphère dirigeante. On retiendra ici la nature organisée, hiérarchisée, systématique d’une violence d’État, les massacres ne pouvant être attribués à l’excès de zèle de sous-fifres sur lesquels les dirigeants de l’Angkar auraient perdu le contrôle, comme le plaidaient les justiciables qui devaient comparaître à l’issue de la publication de l’ouvrage. L’importance du personnage de « Duch » est ici centrale, non seulement parce que sa responsabilité individuelle est engagée concernant les dizaines de milliers de victimes torturées puis exécutées à S-21, mais aussi parce qu’il représentait le chaînon manquant pour établir le lien hiérarchique qui unissait les massacres de masse aux plus hauts dirigeants du régime.

Évolution d’un mouvement dans un pays en guerre

La deuxième partie dresse un panorama chronologique du mouvement khmer rouge, des origines aux différentes guerres qui ont frappé le Cambodge dans la deuxième moitié du XXe siècle. L’auteur détaille entre autres le climat de répression politique sous le règne de Norodom Sihanouk avant sa déposition par le général Lon Nol, qui permet la montée en grade de Saloth Sâr (futur Pol Pot). On aurait souhaité en savoir plus sur la façon dont les Khmers rouges ont graduellement établi leur contrôle sur les zones rurales entre 1970 et 1975, mais la documentation sur cette période fait – fera? – malheureusement toujours défaut. Cette partie de l’ouvrage permet principalement de replacer les drames du Cambodge dans un contexte international au sein duquel le pays sert de théâtre local aux rivalités de la Guerre froide. Viennent s’y greffer quelques sections extraites des notes de reportage de Francis Deron lors d’expéditions à la frontière khméro-thaïlandaise, d’abord en janvier 1981 où il s’entretient avec Khieu Samphan et Ieng Tirith, puis en juillet 1985 où il participe (avant de s’en retirer à la dernière minute) à une opération commando organisée par le gouvernement thaïlandais auprès d’une unité nationaliste du Front national de libération du peuple khmer (FNLPK).

« Têtes d’affiche khmers rouges »

La troisième partie se concentre sur les « têtes d’affiche » du mouvement khmer rouge, les vivants comme les morts. On en apprend un peu plus sur la personnalité de Pol Pot, décrit comme un personnage avenant, gracieux et souriant, et sur les propos qu’il a tenus publiquement pendant la période où les Khmers rouges était au pouvoir, si éloignés de la réalité du peuple cambodgien qu’ils ont amenés certains auteurs à croire qu’il était fou. Le « Frère no. 1» ayant tenu une place centrale dans d’autres ouvrages, tel celui de David Chandler, Deron ne lui attache pas plus d’importance qu’aux autres. L’auteur éclaire aussi les parcours de deux dirigeants décédés, chefs de guerre très liés aux purges sur le terrain, Son Sen et Ta Mok, qui témoignent des multiples retournements d’allégeance des dernières années du mouvement et d’un paroxysme d’absurdité dans le recours à l’étiquette de « traître » dont Pol Pot lui-même finira par être affublé peu avant sa mort.[3] Sont aussi retracés les itinéraires de Khieu Samphan, du couple Ieng Sary et de Nuon Chea afin de mettre en lumière leur responsabilité individuelle dans la violence d’État et réfuter l’argumentaire fondé sur leur ignorance des crimes commis à l’époque, qu’ils mettent en avant depuis leur reddition.

Juger le génocide

La quatrième et dernière partie permet d’expliquer le fonctionnement du Tribunal et les négociations qui ont abouties à sa création. L’auteur établit la filiation des CETC à la justice internationale, aborde la proportion de juges internationaux et cambodgiens au sein des différentes chambres. Il explique plus en détails les limites de la juridiction du Tribunal qui ont été évoquées ci-haut et les critiques qui y sont liées, en évoquant la nécessité d’éviter de tomber dans le piège du procès parfait, si parfait qu’il n’y aurait plus personne à juger. Deron s’intéresse dans ce cadre aux responsabilités de pays étrangers, tout particulièrement au rôle de la Chine communiste, sur laquelle il a déjà beaucoup écrit. La responsabilité américaine est aussi mise de l’avant, notamment par des extraits révélateurs d’un entretien de Henri Kissinger avec Chatichai Choonhavan, ministre thaïlandais des Affaires étrangères : un condensé intéressant de ce qui caractérise la realpolitik américaine à l’époque. Une importance particulière est aussi accordée dans cette partie à la définition juridique du « génocide » et à sa difficile application au Cambodge parce qu’elle ne prend pas en compte l’extermination de masse d’opposants politiques présumés. L’emploi du terme « génocide » peut certes servir à désigner la population vietnamienne, la minorité cham ou les moines bouddhistes. Toutefois, il aurait pour effet selon certains de sous qualifier les crimes commis contre la population cambodgienne et ne permet pas d’englober l’ensemble des victimes des Khmers rouges entre 1975 et 1979. Lorsque Francis Deron meurt des suites d’un cancer le 31 juillet 2009, quelques mois après la publication de son livre, le sort de Khieu Samphan, Ieng Sary, Ieng Tirith et Nuon Chea reste entouré d’un flou à ce sujet : quelques mois plus tard, ils sont finalement mis en accusation pour « génocide », regroupés par le « cas no. 2 ».

« Un parti pris anime ce livre : il est revendiqué » (13). L’auteur, journaliste de son état, choisit de renoncer à l’objectivité du métier pour mener lui-même son procès des Khmers rouges. Si certains traits de la rédaction restent typiques du journalisme (la mise en valeurs de faits « dignes d’intérêt » pour le lecteur, par exemple), Francis Deron laisse également de côté la concision stylistique imposée par sa profession, et se permet l’usage de nombreuses formules bien à lui qui surprennent, mais donnent un certain rythme au texte. Toutefois, le pendant de ce type de rédaction est d’employer un ton systématiquement dénonciateur et des formules pamphlétaires qui ne sont pas jugées nécessaires étant donné l’impressionnante quantité de sources qui parlent d’elles-mêmes. Il n’est pas utile de s’épandre davantage sur la monstruosité des dirigeants en leur attribuant des traits psychologiques ou des intentions précises lors de certains événements dont on a du mal à s’assurer qu’ils proviennent d’une base archivistique, d’un recoupement de témoignages, ou encore d’interprétations en partie construites par l’imagination de l’auteur.

Par ailleurs, Francis Deron, probablement parce qu’il a longtemps écrit sur le communisme chinois, lie systématiquement le mouvement khmer rouge à une folie meurtrière parfois maoïste, parfois communiste en général d’une façon qu’il n’est pas facile de saisir étant donné la nature paradoxale de l’« idéologie » khmère rouge qu’il nous décrit. D’une part, il est difficile de déterminer, notamment à la lecture des extraits cités du « Petit livre rouge » de Pol Pot de Henri Locard, à quel point la violence d’État sous les Khmers rouges consistait en l’application une « doctrine » autre que l’extermination systématique, empreinte de xénophobie anti-vietnamienne, de tout individu s’opposant de façon réelle ou imaginaire au régime. D’autre part, la relation du régime khmer rouge avec le Parti communiste chinois, l’auteur le constate lui-même, ne relève pas d’une inspiration de la Révolution culturelle chez Pol Pot, mais repose sur des fondements pragmatiques, liés à l’intérêt national chinois, qui prendront une importance particulière à l’époque où Deng Xiaoping prend le pouvoir. Elle est animée par une logique bien similaire à la realpolitik américaine vis-à-vis du régime khmer rouge : contenir l’expansion du bloc soviétique par l’entremise du Viêt-Nam.

En dehors de ces légers accrocs qui peuvent rendre le lecteur plus réticent, Francis Deron réussit tout de même l’exploit de rendre accessible à celui-ci une quantité importante d’informations par ailleurs cruciales à une meilleure compréhension de l’ampleur des enjeux du procès du « cas no. 2 ». Reste à espérer que l’issue de la « course contre la mort » des derniers dirigeants à être jugés nous permettent de les mobiliser.

Compte-rendu de lecture par Stéphanie Martel

ASIOC – 2010-2011 – Décolonisations de la péninsule indochinoise

CR revu et corrigé le 09/11/2012


[1] Mise à part une interruption entre 1997 et 2005 où il était rédacteur en chef adjoint du service international du Monde. Il a également participé à la création du site Mediapart où il a tenu un blogue dont la dernière entrée remonte au 22 mai 2009. En ligne. http://www.mediapart.fr/club/blog/al-sinni.

[2] L’« Organisation », un terme servant à désigner le Parti communiste du Kampuchéa dont l’existence restera secrète jusqu’à la visite de Pol Pot à Pékin en 1977.

[3] Pol Pot a commandé l’assassinat de Son Sen et de sa famille, seul crime pour lequel il sera mis en accusation par Ta Mok dans le cadre d’un procès factice où il sera qualifié de « traître » et emprisonné. Ta Mok sera capturé quelques temps plus tard par les autorités cambodgiennes avant de mourir en détention en 2007.

* * *

Bibliographie

  • Critiques de l’ouvrage

HASKI Pierre, 2009 : « La mort de Francis Deron, un journaliste contre l’omerta asiatique » in Rue 89 (8 octobre 2009). En ligne. http://www.rue89.com/chinatown/2009/08/10/la-mort-de-francis-deron-un-journaliste-contre-lomerta-asiatique. Page consultée le 21 décembre 2010.

LEYS Simon, 2009 : ‘The Cambodian Genocide – Francis Deron’s Trial of the Khmer Rouge’ in The Monthly, no. 49 (septembre).

RIGOULOT Pierre, 2009 : « Le Procès des Khmers rouges », in Politique internationale, no. 125, 455.

VAULERIN Arnaud, « Le Procès des Khmers rouges, Trente ans d’enquête sur le génocide cambodgien, Gallimard : 2009 », in Libération (10 août 2009).

  • Pour en savoir plus…

BERTELMAN Hanna, 2010 : ‘International Standards and National Ownership? Judicial Independence in Hybrid Courts: The Extraordinary Chambers in the Courts of Cambodia’, in Nordic Journal of International Law, vol. 79, 341:382.

CHANDLER David, 2009 : ‘Cambodia 2009, Plus C’est la Même Chose’ in Asian Survey, vol. 50, no. 1, 228:234.

DE WALQUE Damien, 2006 : ‘The Socio-Demographic Legacy of the Khmer Rouge Period in Cambodia’ in Population studies, vol. 60, no. 2, 223:231.

MENZEL Jörg, 2007 : ‘Justice delayed or too late for justice? The Khmer Rouge Tribunal and the Cambodian « genocide » 1975-79’, in Journal of Genocide Research, vol. 9, no. 2, 215:233.

  • Principaux ouvrages de référence cités par l’auteur

BECKER Elizabeth, 1988 : When the War Was Over – Cambodia and the Khmer Rouge Revolution, New York : Public Affairs.

CHANDLER David, 2000 : Brother Number One – A Political Biography of Pol Pot, Chiang Mai : Silkworm Books.

DUNLOP Nic, 2005 : The Lost Executioner, New York : Walker & Company.

LOCARD Henri, 1996 : Le « Petit Livre rouge » de Pol Pot – Les paroles de l’Angkar entendues dans le Cambodge des Khmers rouges du 17 avril 1975 au 7 janvier 1979, Paris : L’Harmattan.

SHORT Philip, 2004 : Pol Pot – The History of a Nightmare, Londres : John Murray.

* * *

Stéphanie Martel est actuellement doctorante en science politique – relations internationales (majeure) à l’Université de Montréal. Sa thèse sous la direction de Dominique Caouette (Centre d’Études de l’Asie de l’Est) porte sur : « La coopération anti-drogue en Asie du Sud-est : vers l’établissement d’une communauté de sécurité ? ». En 2011, elle a effectué un séjour de recherche en tant qu’analyste à l’Observatoire des trafics illicites – Ministère français des Affaires étrangères (Bangkok, Thaïlande). Elle a soutenu son Master 2 en science politique, spécialisation Asie orientale contemporaine (Institut d’Études politiques de Lyon/École normale supérieure de Lyon) en septembre 2011. Titre de son mémoire : « Le trafic de méthamphétamine et la sécurité régionale : La perception d’une menace commune comme catalyseur de la coopération », sous la direction de François Guillemot (CNRS) avec la collaboration d’Éric Frécon (RSIS, Singapour).

  • Sur le même sujet, lire : Stéphanie Martel, « La justice internationale confronte les Khmers rouge : Bourreaux confrontés à la barre », Quartier Libre, Vol. 16, n°11, 11/02/2009, Monde.

Le procès des Khmers rouges : trente ans d’enquête sur le génocide cambodgien

CR de lecture par Nicolas Leprêtre ///

L’ouvrage de Francis Deron, écrit en 2009, est à l’image de son auteur : journaliste d’investigation, ayant séjourné en Chine et à Bangkok ces trente dernières années, et décédé peu après la parution de cet ouvrage, il a enquêté sur un régime à proximité de lui, et pourtant si incompréhensible. Son livre est une compilation de ses visites sur le terrain après la fin du régime (en 1981 et 1985[1]), de ses rencontres avec certains khmers rouges[2], et de documents officiels pour l’élaboration du procès.

Francis Deron s’attache à toujours mettre en parallèle les événements d’un même lieu emprunt d’histoire : quand il parle de Tuol Sleng, il n’hésite pas à passer au tournant d’une page de 1975 à 2008, et inversement. Francis Deron se détache ainsi du travail strictement scientifique du chercheur – qu’il ne recherche pas en tant que journaliste –, pour faire vivre l’histoire, quitte à manquer de rigueur : des résumés chronologiques s’insèrent parfois de façon abrupte dans les chapitres, sans cohésion avec les propos, et la structuration des parties casse la dynamique entamée[3].

L’ouvrage prend clairement parti pour la tenue d’un procès, et ce dès la première ligne : « les salauds ont toujours d’excellentes raisons d’être ou d’avoir été des salauds » (p. 11). Au coeur de cet ouvrage, la responsabilité des khmers rouges est posée. Est-elle le produit d’un « contexte », voire même d’un « relativisme culturel » ? Par ce travail d’enquête, Francis Deron rejette ces hypothèses.

Il prend l’exemple du camp de Tuol Sleng pour illustrer son propos. La première partie reconstitue la machine khmers rouges qui s’est mise en place, de façon brutale et obscure. Le 17 avril 1975, les Khmers rouges prennent le pouvoir et le conservent jusqu’au 7 janvier 1979 date de l’invasion vietnamienne. Ils évacuent alors Phnom Penh en quelques jours, au prétexte de bombardements américains imminents : la capitale fut abandonnée pendant cinq ans. L’Angkar, ou « l’Organisation » contrôlant le pays, transforma alors dès 1975 le lycée de Tuol Sleng (ou S-21) en centre de détention, avec des champs d’exterminations aux alentours, un modèle qui s’exporta dans l’ensemble du territoire (annexe 1 : voir la carte en couverture du livre).

Duch, un « homme simple », ancien professeur de mathématique converti au maquis avant la prise de pouvoir des khmers rouges en 1975, fut l’administrateur de ce camp qui exécuta 16 000 à 20 000 prisonniers. Ses crimes furent illustrés par la documentation la plus « complète, systématique et détaillée » (p.70) qui soit, preuve d’une administration solide et de la logique exterminatrice. Pour Francis Deron, à S-21, « la simple détention est une preuve de culpabilité », et il revenait aux tortionnaires d’appliquer de façon méthodique et systématique des souffrances physiques pour engendrer un « [démembrement] du mental » (p.51). La torture fut un moyen, mais aussi « une finalité, et avoir de faux aveux est une preuve de réussite ». A l’image du régime en général, Francis Deron montre que le doute n’a pas de place dans S-21.

Duch organisa sa défense en déclarant qu’il ne voulait être « qu’un bon communiste » (p.25), témoignant qu’il n’était qu’un rouage du système. L’ouvrage de Francis Deron veut balayer cette hypothèse. Il démontre la responsabilité des khmers rouges, mais aussi des pays étrangers, dans leur soutien inavoué aux khmers rouges. A partir de ce constat, il montre la nécessité de juger les responsables à partir d’un tribunal alliant justice cambodgienne et internationale, tout en soulevant les limites d’un tel système. Ce procès est utile au nom des droits de l’homme et lutter contre l’impunité de criminels de guerres, mais aussi afin de reconstruire la mémoire d’un peuple.

La difficile définition de la responsabilité

  • Les khmers rouges et la difficulté de l’opacité de l’Angkar

La difficulté de définir la responsabilité des khmers rouges vient du fait que leur régime fut frappé par le sceau du secret. En effet, il a fallu attendre deux ans pour que Pol Pot fasse son premier voyage à l’étranger, en Chine, et que l’on découvre le visage du premier frère. Au coeur du système se trouve l’Angkar. Il n’y a donc ni parti, ni idéologie, mais une hiérarchie opaque. Cela rend d’autant plus difficile à déterminer la responsabilité personnelle des moins hauts gradés, ainsi que de chacun des hauts dignitaires, puisqu’ils déclareront tous qu’ils ne jouaient qu’un rôle mineur dans le système.

Le risque est alors de rendre l’Angkar responsable. Certes, il n’y eut pas que les hauts dignitaires qui furent responsables de la mort de 1.7 à 2 millions de personnes ; mais pour Francis Deron, « le mieux est l’ennemi du bien », et la course à la responsabilité entraînerait une paralysie du système judiciaire et un déchirement de la population, tant chacun a été touché de près par les exactions des Khmers rouges. Pourtant, ce sera la défense adoptée par les inculpés : les « délires maitrisés » (p.274) des discours des accusés troublent l’établissement d’une responsabilité ; Jacques Vergès, avocat de Khieu Samphan, déclara que son client n’était qu’une « potiche » avec un rôle de représentation à l’étranger[4]. Il joua enfin sur le retardement du procès en demandant la traduction de quelques 16 000 pages du dossier d’instruction en français.

  • Les limites de la question de la responsabilité : quelle place pour les pays étrangers ?

Certains pays ont aussi leur responsabilité dans le maintien du régime. La Chine joua un rôle évidemment majeur : elle « forma » certains des hauts dignitaires, et apporta un soutien financier au régime dès qu’il se déclara officiellement communiste en 1976. La realpolitik des pays occidentaux est également critiquée par Francis Deron, retranscrivant une discussion d’Henri Kissinger, Secrétaire d’Etat américain en 1979 qui soutenait les khmers rouges dans le maquis, dans une haine viscérale contre le régime vietnamien qui venait d’envahir le Cambodge, dans le contexte de Guerre Froide[5].

Enfin, Jacques Vergès souligne la responsabilité des Etats-Unis et de la France, dans la colonisation puis les bombardements lors de la guerre du Vietnam en 1969, qui ne furent pas jugés. D’autres acteurs peuvent être aussi questionnés, comme par exemple le Parti Communiste Français, dont plusieurs khmers rouges étaient membres[6]. Ces questions méritent d’être posées, elles ne le seront toutefois pas par le tribunal spécial, sans quoi il n’aurait pas eu le soutien des Nations Unies. Ainsi, si le rôle de ces pays peut être évoqué, c’est bien la responsabilité individuelle qui est jugée[7].

La responsabilité au cœur du procès des khmers rouges : qui est responsable ?

  • Des simulacres de procès

Deux expériences de procès ont déjà été entamées avant le procès de 2009. La première fut réalisée le 15 juillet 1979, par le gouvernement installé par le Vietnam. Il traduisit en justice Pol Pot et Ieng Sary par contumace, pour trois chefs : crime de génocide, trahison de la révolution, et pour avoir provoqué la guerre contre le Vietnam. Tout deux sont condamnés à mort dans un procès évidemment contestable[8]. Le second exemple fut en 1997, lorsque Pol Pot fut condamné à être assigné en résidence par un autre dignitaire en fuite, Ta Mok, pour le meurtre supposé de l’ancien n°3 Son Sen. Leur crépuscule est à l’image de leur régime : les derniers survivants, méfiants les uns des autres, se trahissent. Pol Pot mourut un an plus tard, sans vraie justice.

Ces tentatives témoignent clairement de la difficulté de mettre en place un système judiciaire stable et indépendant après la purge des khmers rouges. Trois facteurs permettront alors la mise en place d’un vrai procès : le contexte international avec la fin de la guerre froide et le départ du Vietnam au Cambodge ; la lente reconstruction d’un système judiciaire éreinté par les khmers rouges ; et une certaine maturité des esprits qui demanda peu à peu justice[9].

  • Le tribunal spécial pour les khmers rouges

Le gouvernement annonce ainsi le 17 mars 2003 un accord avec les Nations Unies sur la tenue d’un tribunal spécial pour les Khmers rouges. La démarche est inédite : elle souhaite impliquer la justice cambodgienne, dans un double souci de respect de sa souveraineté et de reconstruction d’un système judiciaire[10]. Ici, la charge de la preuve revient à l’accusation, la présomption d’innocence et le droit à la défense sont respectés, et la peine de mort est écartée conformément à la loi cambodgienne. Entre août et novembre 2007, Duch, Nuon Chea, Ieng Sary, Ieng Thirith et Khieu Samphan sont arrêtés et inculpés pour crime de guerre et crime contre l’humanité, commis entre le 17 avril 1975 et le 7 janvier 1979, et mis en accusation le 8 aout 2008.

L’ouvrage de Francis Deron ne décrit que le procès de Duch et sa condamnation à 40 ans de prison, les autres accusés n’étant pas encore traduits en justice à l’heure où parut le livre. Il soulève toutefois des difficultés : celle du difficile témoignage des victimes, et par là même de la mémoire face à un tel traumatisme. Il pose également l’hypocrisie de la question du « génocide », certains soulevant le fait qu’il n’y a pas là l’extermination d’un peuple contre un autre (faut-il dès lors parler d’ « autogénocide » ?). Pour Francis Deron, ces questions sont d’ordre juridique, ce qui explique qu’il ne s’attarde sur les définitions juridiques du procès que sur quelques pages. Son ouvrage entier est un réquisitoire contre les khmers rouges, et pour leur responsabilité.

Un procès, pour quoi faire ?[11] Juger pour l’humanité, et construire la mémoire

  • Juger pour l’humanité

L’intérêt de ce procès est avant tout moral. Il est unique puisque pour la première fois, le génocide n’est pas le produit d’une idéologie. Certes, les hauts dirigeants sont issus du « vernis de marxisme rudimentaire et parisien » (p.147), et l’idéologie marxiste, ainsi que la Terreur française, eurent une place considérable dans leur réflexion. Pourtant, la logique exterminatrice de l’Angkar relève plus de la peur que de l’idéologie (il n’y a pas par exemple de système communautaire comme en Chine). L’impunité n’est pas sans conséquences : aujourd’hui encore, la population cambodgienne souffre des traumatismes et problèmes de santé issus de cette période.

Pour échapper à l’explication culturelle, Francis Deron nous confronte brutalement avec les événements qui se sont déroulés, pour éviter d’échapper au débat de la responsabilité. Francis Deron conclut que « la justice n’est pas une fin en soi, elle est instrument de régulation sociale » (4e partie). C’est un travail utile pour l’humanité : pour le Cambodge, afin de reconstruire une identité collective et achever ce travail de mémoire ; à l’international enfin, pour rappeler que tout crime ne peut rester impuni, à l’heure des révélations de Guantanamo et de Abou Grahib.

  • Construire la mémoire

La première difficulté d’une construction de la mémoire vient du fait qu’il est difficile d’expliquer ce génocide : il n’y a en effet pas de rédemption par une idéologie, comme nous l’avons indiqué. Francis Deron souhaite d’abord trouver dans la personnalité de Duch, dans son passé, des raisons à cette dérive, avant de conclure qu’on ne peut finalement expliquer l’inexplicable.

Ce procès est utile dans la construction de la mémoire à deux titres. Il permet d’échapper à l’explication culturelle, postulant que la religion bouddhique, et plus largement la culture cambodgienne, voire le contexte, admettent plus facilement ces exactions. La confrontation brute avec les événements qui se sont passés lors du procès permet de balayer cet argument. De plus, c’est un exercice de représentation qui s’inscrit dans la même logique que les peintures de l’artiste Vann Nath, ou du film de Rithy Panh en 2004, S-21, La Machine de mort khmère rouge, qui reconstitue les démences destructrices des tortionnaires du S-21. L’exercice s’oppose à ce qu’a pu voir Francis Deron lorsqu’il visitait Tuol Sleng en 1985, alors que le pays était « sous occupation vietnamienne ». Il fut frappé par la théâtralisation des crimes commis dans l’établissement, avec une carte du Cambodge constituée de crânes des victimes à l’issue d’une visite afin de « remporter la conviction finale alors qu’il n’y a pas de doute » (cf. annexe 2). Cette tendance à exagérer témoigne de la manipulation politique faite par le Vietnam pour justifier sa guerre, mais traduit également la difficulté de représentation lorsque « rien ne permet plus de traduire le réel, ni les mots, ni les arts » (4e partie).

C’est donc un processus de réappropriation du passé qui compte tout autant que la condamnation des responsables. Par ce livre, Francis Deron rajoute une modeste pierre dans la construction de la mémoire collective cambodgienne, mais également humaine.

Nicolas Leprêtre – Promotion ASIOC 2011-2012 – 21 novembre 2011

 

Notes :

[1] En juillet 1985, il visita la frontière thaïlando-cambodgienne, et frôla la mort dans une opération de communication du régime qui chassait les khmers rouges (p. 239 – 252), ainsi que Tuol Sleng la même année.

[2] Francis Deron a interviewé Khieu Samphan en 1985, il reporte aussi l’interview de Pol Pot par des journalistes yougoslaves

[3] Alors que la 1ère partie relate l’histoire de Duch, de Tuol Sleng, et de son jugement, les seconde et troisième parties s’affairent à retracer l’histoire du Cambodge (depuis la Mythologie !) et le passé de chaque « frère » du régime, pour arriver dans la quatrième partie au procès des khmers rouges de 2009. Le présent compte-rendu de lecture ne s’attardera pas sur ces deux parties de l’ouvrage qui sont présentes plus à titre informatif, même si des informations y seront reprises.

[4] Pourtant, Khieu Samphan ne se rendit qu’une fois à l’étranger entre 1975 et 1979, en Corée du Nord pour demander au roi en fuite Norodom Sihanouk de revenir au pays, et aucun pays hormis la Chine ne disposait d’ambassade à cette période.

[5] Francis Deron parle alors de « s’aligner sur l’assassin, au lieu de s’aligner sur les soviétiques ».

[6] Ce fut le cas de Pol Pot, 1er frère, Khieu Samphan, chef du régime, Ieng Sary, lieutenant et Son Sen, n°3 des khmers rouges.

[7] Celle-ci est sujette à une controverse en droit exposée longuement dans l’ouvrage.

[8] Ce procès posa problème au tribunal de 2009, puisqu’à son arrestation, Ieng Sary déclara qu’il avait déjà été jugé, puis gracié par le roi en 1996, invoquant ainsi l’impossibilité de rejuger deux fois une même affaire.

[9] Sur ce point, l’émergence d’un procès s’oppose à l’immédiateté des procès de Nuremberg et de Tokyo.

[10] La justice est à double cliquet : la confrontation se fait d’abord en droit cambodgien, puis en droit international si ce premier est incomplet. Les avocats des inculpés rétorquent qu’ils ne peuvent être jugés au titre du droit cambodgien, puisque celui-ci n’existait plus sous leur régime (nullum crimen sine lege), et dénoncent les modifications du droit international depuis les années 1970.

[11] « Un procès : pour quoi faire ? » est le dernier chapitre de l’ouvrage, mais cette partie reprend des réflexions abordée dans l’ensemble du livre.

 

Bibliographie

BIZOT François, Le Portail, Paris, Table ronde, 2000.
Rescapé de S-21, 1er témoin lors du procès des Khmers rouges, François Bizot se remémore et la personnalité complexe de Duch, l’instigateur du camp qu’il a connu auparavant.

CHANDLER David, S-21, ou le crime impuni des Khmers rouges, Paris, Autrement, 2002.
Professeur émérite à l’Université Monash à Melbourne et spécialiste du Cambodge, l’auteur analyse les archives de S-21 et retranscrit des témoignages de victimes.

DERON Francis, Le procès des khmers rouges : trente ans d’enquête sur le génocide du Cambodge, Paris, Gallimard, 2009
Ouvrage sujet de cette fiche de lecture, il retrace par l’exemple de Duch et de S-21, l’horreur du régime des Khmers rouges, de ses instigateurs et la mise en place du procès de 2009.

NATH Vann, Dans l’enfer de Tuol Sleng : l’inquisition khmère rouge en mots et en tableaux, Paris, Calmann-Lévy, 2008
L’artiste survécut à S-21 par ses talents utilisés à des fins de propagande, et publie ses mémoires. Des peintures qu’il a réalisées illustrent la noirceur de son expérience.

Filmographie

PANH Rithy, S-21, la machine de mort Khmère rouge, 2003
Ce documentaire confronte les anciens tortionnaires de Tuol Sleng à leurs anciennes victimes, et reconstitue la vie quotidienne dans le camp de détention.

SCHROEDER Barbet, L’Avocat de la terreur, 2007
Le film retrace la vie de Jacques Vergès, avocat de Khieu Samphan, et explique sa stratégie de plaidoirie. L’avocat évoque le cas des Khmers rouges.

Sitographie

Compte tenu de la proximité des événements du procès des Khmers rouges, il est préférable de se référer à des comptes-rendus de journalistes présents au procès :

Chambres Extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens, Site Officiel [en ligne]. [page consultée le 12.11.11].

DUBUS Arnaud, VAULERIN Arnaud, Les carnets de Phnom Penh : Le Cambodge à l’heure des procès contre les Khmers rouges [en ligne]. [page consultée le 12.11.11].

POREE Anne-Laure, Procès des Khmers rouges, Carnets d’un tribunal au jour le jour [en ligne]. [page consultée le 12.11.11].

 

Diplômé de Sciences Po Lyon et d’un master en sciences sociales à l’ENS de Lyon, Nicolas Leprêtre a travaillé sur les stratégies de reconversion industrielle via des technologies « vertes », thème en devenir dans la recherche sur le Japon. Après un mémoire sur la « ville écologique » de Kitakyûshû sous la direction de M. Philippe Pelletier, son travail porte sur une nouvelle politique environnementale mise en place depuis 2010 au Japon, les éco-communautés (smart community). Il débute en 2012 une thèse sur ce sujet sous la direction de Mme Yveline Lecler. Il a séjourné pendant un an et demi au Japon, à Tokyo (Université de Chûô) puis à Kyushu (Université de Fukuoka).