Archives par mot-clé : France

Pierre Goubert ou comment faire oeuvre d’historien [journée d’études]

[ndlr] Journée d’études à l’ENS de Lyon.

Pierre Goubert ou comment faire oeuvre d’historien

Centenaire de sa naissance

GoubertPierre

le mardi 13 octobre 2015
14h-17h30

Site René Descartes – 15 parvis René Descartes

Salle F08

Son oeuvre ne cesse encore aujourd’hui d’interroger les historiens.

« Comprendre, faire comprendre et faire revivre », c’est ce que Pierre Goubert écrit de sa conception du travail d’historien dans la préface à la réédition de Louis XIV et vingt millions de Français en 1976.

Cette journée d’études sera donc l’occasion de questionner les pratiques de l’historien, en réfléchissant aux différentes voies et aux perspectives ouvertes par Pierre Goubert qui nourrissent encore aujourd’hui la recherche historique.

Journée organisée en partenariat avec le département de sciences sociales de l’École normale supérieure de Lyon et l’association des anciens élèves des ENS de Lyon/Fontenay/Saint-Cloud.

Programme

  • 14h : Présentation de la journée, Thibaut Poirot, agrégé d’histoire (Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • 14h15 : « Pierre Goubert et la vie quotidienne d’Ancien Régime paysan », Daniel Roche, professeur honoraire (Collège de France)
  • 14h40 : « Pierre Goubert, historien de la ville moderne », Maurice Garden, professeur honoraire (Lyon 2/ENS Cachan)

Discussion et pause

  • 15h40 : « L’économie de l’Ancien Régime dans l’œuvre de Pierre Goubert », Guillaume Garner, maître de conférences (ENS de Lyon)
  • 16h05 : « Pierre Goubert, historien de la culture ? », Françoise Dartois-Lapeyre, maîtresse de conférences (Paris IV/Espé Paris)
  • 16h30 : « La voix écrite de Pierre Goubert », Nicolas Schapira, maître de conférences HDR (UPEM)

16h55 : Discussion

  • 17h10 : Conclusions par Igor Moullier, maître de conférences, directeur du département des sciences sociales (ENS de Lyon)

Source : ENS de Lyon / Voir aussi : Calenda

A La Fabrique de l’Histoire : Louis XIV 4/4 : Louis XIV vu par l’historien Pierre Goubert ou la révolution historiographique

Notice Wikipedia

Solène Granier : Domestiques indochinois – CR de lecture par Sara Moisy

Granier_DomestiquesIndochinoisL’ouvrage Domestiques indochinois de Solène Granier est paru aux éditions Vendémiaire en 2014. Venant combler un « vide historiographique », celui de la domesticité et des domestiques indochinois qui ont migré puis travaillé en métropole, cet ouvrage pose la question du statut du domestique, un statut très ambivalent puisqu’il est à la jonction de plusieurs statuts : celui du colonisé, celui du migrant, celui du travailleur, celui du dominé ou encore celui du non-ayant droit.

Pour qualifier la situation des domestiques indochinois, l’auteure met en avant trois dimensions : celle de l’expérience professionnelle et de l’identité professionnelle, celle de l’itinéraire migratoire individuel ou collectif et celle des interactions sociales dans trois espaces donnés que sont la colonie, l’espace migratoire et la métropole. Solène Granier utilise la notion d’Indochinois pour désigner les domestiques migrants originaires du Vietnam, du Cambodge et du Laos, même si la grande majorité étudiée est originaire des trois provinces vietnamiennes. Ses approches sont historique et sociologique : elle croise l’histoire des migrations coloniales de 1897 à 1939 à l’analyse des relations sociales entre groupes qui composent la société coloniale, la société colonisée et la société migrante.

Trois idées principales permettent de retracer les évolutions du statut de domestique à travers le temps et les différents espaces et de rendre compte de la réalité des pratiques, en allant notamment à l’encontre de certaines prénotions sur la domesticité coloniale. Tout d’abord, il s’agit de la relation et de l’évolution de la mise à distance des perceptions de l’Autre, entre la colonie et la métropole, entre le colonisé et le colon, qui permettent de rendre compte du statut et de la trajectoire sociale du domestique (1). Ensuite, le lieu principal d’interaction sociale entre le domestique et le métropolitain demeure celui du « foyer familial », à savoir la famille française ou européenne dans laquelle l’Indochinois travaille en tant que boy et l’Indochinoise en tant que congaï. Il apparaît que les interactions en son sein sont plus complexes et plus nuancées ; il s’agit en ce sens de « la réalité » des pratiques sociales (2). Enfin, l’histoire des domestiques indochinois doit prendre en compte l’expérience migratoire : elle apparaît comme un processus de construction de l’identité du domestique et comme un interstice où le colonisé est acteur de son propre parcours migratoire (3).

Évolution de la mise à distance colonie-métropole à travers le temps et les espaces coloniaux

On peut découper l’évolution de la relation colonie-métropole en trois étapes historiques majeures (a) et l’analyser à l’aune de cadres de pensées et de modes de vie différenciés (b).

  • Les étapes historiques de la mise à distance

La première étape historique, de 1897 à 1920, correspond à la construction de l’identité coloniale et de la domination du métropolitain sur le colonisé. C’est le temps de l’affirmation de l’idéologie colonialiste et des premières interactions entre « employeurs blancs » et « domestiques jaunes ». Il s’agit d’asseoir la supériorité du métropolitain et le domestique est fortement mis à distance ; Solène Granier parle d’une figure du boy asexué, dévirilisé, efféminé et inculte. L’arrivée des femmes européennes dans la société coloniale accentue par ailleurs cette distance car, selon les discours coloniaux, la femme devient garante de l’ordre moral au sein du foyer ; elle doit maintenir les distances entre les corps tout en acceptant les influences mutuelles qui s’y développent. La seconde, de 1920 à 1930, correspond à la période des premières migrations de masse, le port de Saïgon étant devenu une plaque tournante entre la métropole et la colonie avec l’ouverture de lignes régulières qui nécessitent une main-d’œuvre indochinoise. C’est également le début du tourisme colonial, avec ce que Solène Granier qualifie d’« hôtels flottants » et de « domesticité flottante ». Ces deux phénomènes ont pour effet de démocratiser la migration, devenant une migration de masse qui modifie radicalement la distance métropole-colonie. L’arrivée de migrants indochinois en métropole s’effectue parallèlement au retour des soldats en Indochine ; la perception de l’Autre change, ce dernier devenant de plus en plus familier. La troisième période enfin, de 1930 à 1939, correspond au temps de la rationalisation des rapports entre métropolitains et colonisés avec la popularité que connaît la domesticité coloniale en France. La mise à distance existe toujours mais son ampleur est très réduite et les distances physiques et sociales peuvent dans certains cas disparaître.

Il est toutefois nécessaire de concevoir ces étapes à l’aune des cadres de pensées et des modes de vies dans lesquels elles s’inscrivent. Les influences entre métropolitains et domestiques indochinois sont inégales mais réciproques ; elles permettent de poser la question de la transposition des modèles respectifs dans le territoire de l’Autre.

  • Transposition des cadres de pensée et des modes de vie

Dans le cas de la société coloniale en Indochine, on a une transposition de la hiérarchie sociale métropolitaine et de la conception du service domestique. La domesticité apparaît comme un « marqueur de la stature coloniale » ; la subordination est essentielle et le rapport de domination, aussi bien racial que social, est au cœur de la relation professionnelle. Le métropolitain acquiert une double supériorité, en sa personne de colonisateur et d’employeur. Ces conceptions, au départ du moins et dans le cas de la domesticité sur le territoire indochinois, ne s’éloignent donc pas des conceptions traditionnelles du domestique qui prévalaient en France. Dans le cas des domestiques migrants en métropole, on a une transposition du modèle de migration et de solidarité collective indochinois. En effet, les migrations sont le fait des villages indochinois, qui ne sont pas des espaces figés mais bien des espaces en mouvement dans lesquels de nombreuses migrations rurales s’effectuent. La migration vers la métropole ne constitue donc qu’une étape supplémentaire dans le parcours migratoire de certains domestiques. Par ailleurs, les traditions communautaires et villageoises de la société vietnamienne ont permis aux migrants de tisser des réseaux pour être travailler dans les hôtels flottants lors de la traversée ou dans des familles lors de l’arrivée en métropole.

Pour autant, ces modèles sont perméables et leurs frontières mouvantes. En réalité, la nature des relations sociales dans les espaces coloniaux est plus complexe et résulte de l’espace ambivalent que constitue le « foyer familial » ou « foyer colonial ».

Réalité des pratiques sociales au sein du foyer colonial

La réalité se comprend à travers l’imbrication des sphères professionnelle et privée qui rend le rapport professionnel ambigu (a) et influence la nature des relations sociales au sein du foyer (b).

  • Imbrication des sphères professionnelle et privée

Au sein du foyer, on a tout d’abord une imbrication des sphères professionnelle et privée. Le rapport professionnel est donc ambigu, puisqu’il mélange domination et proximité. Une transaction peut s’effectuer entre des valeurs morales et des contreparties financières : Solène Granier parle de probité et de respect pour la personne du domestique et de l’assurance de rétribution pour l’employeur. Une violation, qu’elle soit du côté métropolitain ou du côté migrant, est considérée comme un motif valable et légal de plainte. Il y a également la dimension symbolique de la domesticité pour les classes métropolitaines supérieures ; employer des domestiques est le symbole de la vie bourgeoise et de la possession des ressources économiques et sociales. Il y a donc un double besoin : un besoin pratique pour faire face à la crise de la domesticité dans la capitale parisienne en employant des domestiques étrangers, et un besoin social, à savoir celui du statut bourgeois et du prestige de l’Empire. Les dépendances sont néanmoins réciproques puisque la migration et le travail de domestique peuvent apparaître comme le moyen de fuir la pauvreté pour les Indochinois.

DomestiquesIndochine
© Blog études coloniales

Cette imbrication n’est pas sans influence sur la nature de la relation sociale au sein du foyer familial. Elle permet d’aller à l’encontre de certaines visions de la littérature anti-coloniale et d’apporter les nuances nécessaires pour rendre compte des véritables pratiques.

  • Réalité des rapports sociaux au sein du foyer familial

Tout d’abord, il existe un contrat de travail entre le domestique et l’employé. Malgré cet encadrement toutefois, les pratiques restent diverses selon les employeurs : le montant du salaire varie, l’échéance de paiement également, certains sont payés en biens matériels, certains domestiques ont le droit à un jour de congés par semaine et à du temps libre le soir alors que d’autres sont contraints par des corvées quinze heures par jour. Néanmoins, cela a le mérite d’aller à l’encontre des approches misérabilistes du domestique ; grâce à ce contrat, les litiges existent et chaque partie peut se défendre. Le rapport de domination varie également. L’auteure dénonce en ce sens la littérature anti-coloniale qui dépeint parfois ce qu’elle appelle les « relations turbulentes », faites de violences et de domination sévère et montre en quoi certains rapports peuvent devenir affectueux et de quelle façon certaines amitiés naissent entre métropolitains et domestiques. Il y a même la formation de couples mixtes, majoritairement entre femmes métropolitaines et domestiques hommes indochinois.

Cette réalité permet de faire passer le domestique du statut d’objet à celui de sujet, analysant désormais les trajectoires individuelles et le domestique migrant en tant qu’acteur de son expérience migratoire.

Expérience migratoire : trajectoires individuelles et collectives et réappropriation

L’expérience migratoire s’effectue par la maîtrise du parcours migratoire et professionnel (a) et par l’insertion au sein des espaces de socialisation plus ou moins politisés (b).

  • Maîtrise du parcours migratoire et professionnel

Les Indochinois font parfois le choix de partir en métropole. Leur parcours migratoire n’est donc pas le simple fait de leur employeur et l’on distingue les stratégies familiales individuelles et les stratégies migratoires. Dans le premier cas, le départ est motivé par la perspective de la rémunération ; les domestiques en partance pouvaient en effet bénéficier d’une avance de salaire par l’employeur, versée à la famille du domestique. Dans le second cas, il s’agit pour certains domestiques de sortir de leur position de vulnérable et de la précarité de leur situation sociale. La profession de domestique étant accessible et connue des communautés de migrants, la perspective d’une embauche en métropole pouvait être perçue positivement. Une fois installés en métropole, les domestiques peuvent également maîtriser leur parcours professionnel. Solène Granier prend l’exemple de la rupture du contrat de travail comme pouvoir du domestique vis-à-vis de l’employeur. Selon elle, cette pratique relève de l’émancipation car le domestique est celui qui se réapproprie non seulement sa trajectoire professionnelle mais également son droit de participation à la vie sociale en métropole. Elle qualifie même cette rupture d’acte subversif.

Cette décision du domestique de rompre son contrat est d’autant plus motivée par le soutien que peuvent apporter les réseaux associatifs de la communauté indochinoise et par les solutions qu’offrent les réseaux professionnels à Paris.

  • Espaces de socialisation et politisation des espaces

Du fait de la transposition du modèle associatif vietnamien en métropole et d’une certaine proximité géographique des domestiques à Paris, les réseaux professionnels permettent de faire dialoguer employeurs et employés. La domesticité étant fortement associée à la bourgeoisie, Paris constitue en ce sens un grand lieu de regroupement des Indochinois. Ainsi, la plupart d’entre eux habite chez leurs employeurs au sein des quartiers bourgeois des 7ème, 8ème et 16ème arrondissements. Leur proximité géographique les amène à se retrouver dans des cafés du quartier et à alimenter le bouche à oreille déjà important dans ce milieu professionnel. Les petites annonces dans les journaux lus par les classes supérieures parisiennes permettent aux domestiques de s’insérer dans le monde bourgeois et d’y demeurer. En outre, le modèle associatif n’est pas seulement réservé aux milieux professionnels. D’autres associations, plus sociales ou politiques voient le jour au sein de la communauté indochinoise dans les années 1920. Les associations représentent un espace de socialisation et un lieu de rassemblement pour les Indochinois, en particulier les domestiques de la capitale. L’auteure donne l’exemple de l’Association des Cuisiniers Annamites et Domestiques de Maisons Bourgeoises, fondée en 1922, qui constitue l’un des premiers groupements corporatifs de domestiques. Cette association vit de cotisations qui financent ses actions dans les domaines divers que sont l’aide au chômage ou à la maladie, l’épargne et plus festif, les fêtes communautaires. Après la Première Guerre mondiale, de nombreuses associations font l’objet d’un double processus de politisation : il relève d’une part de l’émigration d’une élite indochinoise vers la capitale à des fins politiques au sein des courants nationalistes et communistes et d’autre part par l’insertion d’idéologies politiques au sein même des associations. Cette participation à la vie politique – certains domestiques adhèrent même à des partis politiques en France tel que la SFIO – renvoie à nouveau aux pratiques d’émancipation que peuvent produire les domestiques indochinois.

* * *

Cet ouvrage est dans l’ensemble très agréable à lire. Solène Granier y aborde également les questions de genre, à travers la présence des femmes au sein des foyers familiaux ou l’engagement politique des domestiques indochinoises. L’auteure fait le choix en partie d’une microhistoire.

Néanmoins, le croisement des différents niveaux d’analyse, bien qu’il soit indispensable, rend parfois l’ouvrage complexe, dans la mesure où les passages entre ces différents niveaux s’effectuent sans cesse et où il est difficile de prendre la mesure de leurs effets explicites et implicites. Par ailleurs, Solène Granier fait elle-même le constat de la dimension d’autorité des archives, ces dernières provenant en grande majorité des récits et des discours tenus par les employeurs ou les fonctionnaires métropolitains et non des domestiques eux-mêmes.

Sara Moisy, promotion ASIOC 2014-2015

Réf. Solène Granier, Domestiques indochinois, Paris : Vendémiaire, coll. Empires, 2014, 221 p.

Notice SUDOC : http://www.sudoc.fr/177834536

Voir également sur Mémoires d’Indochine :

Pierre Brocheux : L’Indochine comme sociogénèse d’une rencontre et d’une transculturation – Recension d’ouvrages

Solène Granier : Domestiques indochinois [parution]

Sara Moisy est étudiante du Master Asie Orientale Contemporaine à l’ENS de Lyon. Elle séjourne actuellement à Pékin et effectue un mémoire de recherche en sociologie sur les jeunes diplômés chinois à l’épreuve de la déqualification.

BBC : Người Việt và Pháp nghĩ gì về tự do ngôn luận?

vietnam_loudspeaker_afp[ndlr] Programme en vietnamien de la BBC consacré au massacre des journalistes de Charlie Hebdo et à la question de la liberté de la presse en France et au Viêt Nam. Page mise à jour le 20/01/2015.

* * *

BBC Tiếng Việt cùng các khách mời người Việt và người Pháp thảo luận về nhận thức tự do ngôn luận, tự do biểu đạt nhân vụ thảm sát tòa soạn Charlie Hebdo ở Paris, trong chương trình trực tiếp vàp thứ Năm hàng tuần.

Nhà văn Thuận, đang sống ở Paris, tác giả của nhiều tiểu thuyết bằng tiếng Việt và tiếng Pháp, như Thang máy Sài Gòn, Paris 11 tháng Tám, Chinatown, T biến mất. Trong đó bản tiếng Pháp của Thang máy Sài Gòn đã được nhận Giải thưởng Sáng tạo của Trung tâm Sách Quốc gia Pháp.

Ông Hồ Cương Quyết hay Menras André, là công dân Pháp và từ năm 2009 chính thức mang thêm quốc tịch Việt Nam, từ Béziers, miền nam Pháp. Ông cũng là tác giả bộ phim tài liệu Hoàng Sa, nỗi đau mất mát.

Ông Nguyễn Văn Huy, nhà nghiên cứu dân tộc học, chủ nhiệm trang web ethongluan.org, tham gia từ Paris, Pháp.

Từ Việt Nam, kỹ sư công nghệ thông tin Nguyễn Tiến Trung, nhà vận động dân chủ và tự do cho Việt Nam, từng bị cầm tù với tội danh Tuyên truyền chống phá Nhà nước. Anh Trung cũng từng có thời gian theo học ở Pháp.

Ông François Guillemot, Tiến sỹ lịch sử, chuyên viên nghiên cứu của Viện Nghiên cứu Đông Á, Phụ trách kho tài liệu về lịch sử Việt Nam.

Source : BBC tieng Viet, 15/01/2015.

JeSuisCharlie_VNPour en savoir plus :

  • Cảm tưởng của Người Việt tai Paris về biến cố 7/1 tại toà soạn Charlie Hebdo, STBN Paris, 15/01/2015. Accédez à la vidéo en cliquant sur l’image de droite.

Journée sur l’Immigration vietnamienne : notes et réflexions

La journée rencontre sur l’immigration vietnamienne organisée au Rize à Villeurbanne le samedi 11 octobre 2014 proposait quatre conférences très intéressantes sur un sujet complexe à fleur de peau entre mémoire et histoire. Elle fut à l’initiative du Collectif Lyonnais Année France-Vietnam. Ces quatre interventions ont rappelé chronologiquement les grandes phases de rencontre des Vietnamiens avec la France tout au long du XXe siècle tout en exposant la grande diversité des vagues d’immigration. La présentation de cette Journée rencontre et les débats qui suivirent chaque intervention furent animés par Joël Pham, responsable du site dédié aux Travailleurs indochinois.

JournéeImmigrationVietnamienne2014_1
Les intervenants : Mireille Le Van Ho, Le Huu Khoa, Dominique Foulon, Nguyen Quang Hung Anh © 2014 FG

La première intervention de Mireille Le Van Ho, conservateur des bibliothèques, portait sur l’histoire relativement peu connue (au moins jusqu’à la soutenance de sa thèse en 1986 [1]) des dizaines de milliers de paysans vietnamiens recrutés pour l’effort de guerre pendant la Grande Guerre de 1914-1918. Ils furent mis au service de cette première guerre industrielle en œuvrant dans les services de l’arrière. Sur les 90.000 recrutés, près de 50.000 servirent dans les usines d’armement à la fabrication d’obus, dans les poudreries de Bergerac (55% des effectifs sont des ouvriers vietnamiens) ou de Toulouse (1/5 des effectifs). Elle relata les pénibles conditions de vie et la dangerosité de leur métier (maniement d’explosifs ou de matières toxiques comme l’acide chlorhydrique ou de l’ether…). Cette exposition au danger eut des conséquences directes sur la mortalité de ces ouvriers (8% pour les ouvriers vietnamiens contre 3% chez les français). La main d’œuvre coloniale, militarisée, encasernées mais sans combattre, fit l’objet d’une relégation spatiale. Déployés dans les usines, vivants dans des baraquements spéciaux et confinés à une isolement certain, ces ouvriers vietnamiens furent soumis à une surveillance intensive. Leur courrier était censuré par l’administration qui fit appel à des mandarins spécialement recrutés par la Métropole pour s’acquitter de cette tâche policière. La censure postale illustre bien la méfiance des autorités vis-à-vis de ces Vietnamiens confrontés au monde du travail à la chaîne, sur le modèle du taylorisme, mais aussi à la modernité.

Pour les autorités françaises (sans doute conscientes d’une forme d’exploitation abusive), ceux qui allaient retourner au Viêt-Nam étaient susceptibles de poser les premiers jalons d’une révolte d’envergure. Mireille Le Van Ho démontra comment se mit en place une police politique, sous l’égide des grands commis de Sarraut (Pierre Guesde, Przyzjluski ou Bosc, voir diapositive ci-dessous), pour contrôler ces Indochinois à qui l’on attribua si peu de crédit. Ils furent en effet jugés « habiles mais aussi susceptibles, peu costauds », décrits comme une main d’œuvre « quasi-féminine » et caractérisés comme étant, pour les moins dociles, « rusés et sournois ». Le paternalisme colonial les affubla d’une étiquette d’enfants indisciplinés qui devaient être régulièrement recadrés ou corrigés. Avec la création de la Sûreté générale en 1917, le réseau de la police politique déployé en France put investir l’Indochine, étendre ses ramifications et ses agents, infiltrer les organisations vietnamiennes. Les « retours de France » (un véritable sujet en soi) posaient problème. Leur sacrifice n’était pas reconnu à sa juste valeur, engendrant frustrations et déclassement social fruit d’une déstabilisation sociologique dans les villages. En effet, les mandarins locaux ne voyaient pas d’un bon œil ces compatriotes qui avaient beaucoup appris sur leur condition de colonisé et qui allaient participer à l’insurrection paysanne des Soviets du Nghệ Tĩnh en 1930-1931.

JournéeImmigrationVietnamienne2014_4
Mireille Le Van Ho : “Surveillance et encadrement : les enjeux d’une politique”. © 2014 FG

Mireille Le Van Ho ne s’est pas contentée d’exposer les difficiles conditions de vie et de travail de ces paysans devenus ouvriers dans les usines françaises, elle posa la question de l’attrait de la modernité qui fascinait et interpellait de nombreux Vietnamiens sur leur propre condition de colonisés. En effet, les nationalistes modérés incarnés par la figure majeure de Phan Châu Trinh (1872-1926) faisaient le pari que cette confrontation Orient-Occident, que ce contact avec la Métropole et le service rendu à la France permettraient d’obtenir une indépendance progressive et pacifique de leur pays. En 1919, « les revendications du peuple annamite » étaient publiées mais restèrent lettre morte. Peine perdue. Le « marché » fictif du sacrifice contre l’indépendance ne devait aucunement aboutir sur un quelconque relâchement des autorités coloniales. Du fait de l’attitude fermée de ces dernières, il provoqua de fait la radicalisation du mouvement indépendantiste vietnamien (vers le communisme le plus dur ou l’ultra-nationalisme). L’apprentissage de cette modernité française mais aussi l’évidente supériorité allemande ou américaine offraient des perspectives d’émancipation. Ceci passa également par la rencontre avec la femme française et la possibilité de mariage mixte avec cette “inversion du monopole sexuel” des blancs bien soulignée par l’auteure.

JournéeImmigrationVietnamienne2014_2
© 2014 FG

Cette présentation dûment illustrée par des documents photographiques d’époque était d’une grande qualité, riche de détails et d’informations, l’auteure affichant une grande maîtrise de sa thématique de recherche. Lors de l’échange avec le public, on apprit que 2.500 Cambodgiens furent également recrutés pour les besoins de la Grande guerre mais que ce recrutement fut limité au regard de la révolte des corvées qui se déroula en 1916 au Cambodge. Enfin, Mireille Le Van Ho souligna le rôle crucial de l’administration mandarinale avec laquelle les retours de France eurent beaucoup de mal à composer. Cette question reste évidemment à creuser car elle sous-entend qu’une fracture importante intervient (ou se creuse) précisément à ce moment dans la société vietnamienne [2].

Cette entrée en matière, relativement longue car il y avait beaucoup à dire pour dresser ce tableau effarant de l’exploitation indigène, fut suivie par une seconde communication présentée par Dominique Foulon, rédacteur en chef de la revue Carnets du Viêt Nam, sur les différentes immigrations vietnamiennes. Sa communication prit la forme d’une réflexion générale sur les vagues migratoires successives et l’action politique des groupes vietnamiens exilés ou installés en Métropole. En partant grosso-modo de l’exposition coloniale à Lyon en 1894 (avec un clin d’œil à la création du quartier le Tonkin à Villeurbanne), Dominique Foulon passa en revue les groupes de Vietnamiens qui, depuis les premières associations de 1911, donnèrent du fil à retordre aux autorités coloniales. Il rappela le rôle clé de l’avocat Phan Văn Trường (1876 – 1933) et du moderniste Phan Châu Trinh à travers la création de la Fraternité puis de l’association des patriotes annamites. Les deux hommes, arrêtés lors de ce que Trường appela lui-même « l’affaire des conspirateurs à Paris », furent constamment dans la mire de la Police politique [3].

JournéeImmigrationVietnamienne2014_5
Dominique Foulon © 2014 FG

De 1912 à 1920, Foulon expliqua avec justesse la constitution de ce que l’on appellera plus tard le groupe des « Cinq Dragons » formé de Phan Châu Trinh, Phan Văn Trường, Nguyễn Thế Truyền (1898-1969), Nguyễn An Ninh (1900 – 1943) et Nguyễn Ái Quốc (1890-1969), qui allait devenir le futur Hồ Chí Minh « une quarantaine de pseudonymes plus tard » [4]. Il insista sur l’impact de la révolution russe d’octobre 1917 et de la naissance de la Troisième internationale deux ans plus tard. Nous pûmes ainsi voyager au Congrès des peuples d’Orient à Bakou en 1920 pour revenir au Congrès de Tours qui entérina la scission de la SFIO et la création du Parti communiste français en la présence de Nguyễn Ái Quốc. Ce tournant politique qui offrait des perspectives nouvelles avec la prise en compte des colonisés (nouvelles thèses léninistes), donna naissance à l’Union intercoloniale et à son organe bien connu Le Paria, tribune des populations des colonies, largement pris en main par les Vietnamiens dans les premières années de son existence (en particulier Nguyễn Ái Quốc et Nguyễn Thế Truyền). Dominique Foulon évoqua le rôle de Trần Xuân Hồ, sergent de Tirailleurs et membre actif de l’Union intercoloniale… [5]

En 1922, apparut l’Amicale des Indochinois puis une multitude d’associations. Entre les deux guerres, on n’en comptait pas moins de 57, la plupart prenant la forme d’amicales ou d’associations professionnelles. Des journaux vietnamiens apparurent à Paris et à Marseille. De toute évidence, un réseau social d’émigrés vietnamiens se consolida en France débordant jusque dans le milieu marseillais des années 20 où l’opium était particulièrement ciblé par les groupes mafieux. Ce fut également le temps des associations soutenues et favorisées par les autorités françaises comme l’Association mutuelle des Indochinois. D’autres groupes constitués s’imposèrent comme le Parti Constitutionnaliste de Bùi Quang Chiêu ou le Parti Annamite de l’Indépendance (PAI) de 1925 créé par le révolutionnaire Nguyễn Thế Truyền.

Ce processus prit un tournant décisif à la fin des années 20 avec l’affaire du Café Turquetti (une bagarre entre indépendantistes vietnamiens et des militants d’extrême-droite) en 1929 dans laquelle apparut le nom de Đỗ Đình Thạch (alias Pierre Do Dinh) puis celui de Tạ Thu Thâu (1906-1945), le chef de l’opposition de gauche, d’obédience trotskiste qui allait être assassiné en 1945 par le Viêt-Minh [6]. En 1930, l’activisme des révolutionnaires vietnamiens en Métropole redoubla de vigueur après la répression du soulèvement général du Parti national du Viêt-Nam, le VNQDD en février de la même année. Le 22 mai, une grande manifestation se déroula devant l’Elysée pour tenter de sauver les têtes des futurs condamnés à mort de Yên Bái. Rappelons qu’ils furent guillotinés avec leur chef Nguyễn Thái Học à l’aube du 17 juin [7]. Lorsque Tạ Thu Thâu retourna en Cochinchine, le mouvement communiste légal prit une ampleur jamais égalée auparavant investissant le champ des possibles avec des candidats élus aux élections municipales de Saigon de 1933 et 1937. Mais cette démonstration de force ne résista pas d’une part, à l’implosion du mouvement communiste (staliniens contre trotskistes, très bien rappelée dans le film Công Binh de Lam Lê) et au retour de la répression tous azimuts de la Sûreté coloniale. Les mouvements communistes interdits en Indochine comme en Métropole en 1939 retournèrent à la clandestinité.

Dominique Foulon poursuivit son intervention en évoquant quelques trajectoires vietnamiennes dans la lutte antinazie comme celle de l’ONS Huỳnh Khương An, fusillé avec Guy Môquet [8]. Il poursuivit en rappelant le destin des « rapatriés d’Indochine » de 1954, ceux de Noyant d’Allier ou de Sainte Livrade, laissés pour compte de la décolonisation, et du départ définitif de la France d’Indochine. A l’appui des films documentaires de mon ami Philippe Rostan, il évoqua le sort des 4.500 enfants de mère vietnamienne et de pères inconnus « présumés français » [9]. On partit quelques temps dans les années soixante avec le flots des étudiants et des associations de soutien au régime de Saigon sur lesquelles on sait très peu de choses. A ce propos, témoin de cette époque lors de laquelle il arriva en France, le docteur Vũ Văn Huân, président de l’UGVR, rappela que l’association des étudiants pro-Saigon était très puissante. Pour mémoire, soulignons également que c’est en 1964 que fut créée l’Association Générale des Etudiants Vietnamiens de Paris (AGEVP) et que cette association, en la personne de son ancien président Trần Văn Bá (1945-1985), allait offrir après 1975 son premier martyr à l’histoire de la résistance anticommuniste [10]. Quant aux retours après 1975, M. Vũ Văn Huân garde en mémoire que seuls deux étudiants (dont un de l’INSA) furent autorisés à rentrer au Viêt-Nam.

Dans cet exposé général et parfois décousu (selon son auteur), Dominique Foulon fit la démonstration que l’activisme politique, sociale, professionnel ou culturel des Vietnamiens était très divers et qu’en fin de compte il reste beaucoup à faire pour mieux comprendre l’évolution sociale, politique et économique de cette immigration et évaluer sa contribution au redressement du pays après 1986 (avec l’avènement du Renouveau, Đổi Mới).

JournéeImmigrationVietnamienne2014_6
Nguyen Quang Hung Anh : La grande vague post-1975 © 2014 FG

Nguyễn Quang Hùng Anh, secrétaire général de l’Union Générale des Vietnamiens du Rhône (UGVR), poursuivit sur cette question des vagues successives de Vietnamiens foulant le pied en France en se focalisant sur « la grande vague post-1975 » pour reprendre ses termes. Il associa à son propos, avec beaucoup d’émotion et ce n’était guère évident à exposer en public, son propre parcours familial, celui d’un réfugié désormais installé en France et responsable d’une organisation proche de Hanoi. Il comptabilisa au moins quatre vagues de réfugiés vietnamiens depuis la chute de Saigon ̀(voir photo ci-dessous).

La première vague toucha principalement ceux qu’il nomma « les évacués » (par les Américains) et les « privilégiés » avec deux chiffres à la clé : 5270 (France Terre d’Asile) et 7652 (OFPRA) issus d’une étude d’Eglises d’Asie. La seconde vague, la plus importante de 1978-1980 fut celle qui toucha les Hoa, Sino-Vietnamiens, ou les membres des familles liées à l’ancien régime. C’est la période de la médiatisation du phénomène des boat people et de l’intervention des French doctors (Médecins Sans Frontières puis Médecins Du Monde) pour sauver des vies en Mer de Chine. Nguyễn Quang Hùng Anh rappela à juste titre le changement de monnaie du 2 mai 1978 qui engendra une inflation galopante pendant une décennie, un facteur économique important pour expliquer le départ des citoyens rejetés de l’ancienne République, déjà socialement déclassés et appauvris par la perte de leurs biens. Parmi ces départs illégaux, la France apparaissait dans le dernier choix des réfugiés après les États-Unis, le Canada ou l’Australie. Et pour cause, la politique gaullienne neutraliste restait associée dans l’esprit de nombreux Sud-vietnamiens comme un soutien déguisé à Hanoi.

Lors de la seconde vague, se mit en place la politique des départs légaux (ODP: Orderly Departure Program) qui de 1979 à 1994 permit le regroupement familial d’environ 14.500 Vietnamiens en France (14146 selon France Terre d’Asile et 14.663 selon le Ministère de l’Intérieur). La troisième vague consécutive à la précédente vit l’arrivée en France des boat people en provenance des camps de réfugiés d’Asie du Sud-Est. Hùng Anh estime que, sur la base de 3.668 réfugiés comptabilisés en 1990, c’est sans doute entre 33.000 et 34.000 réfugiés (sans compter les rapatriés) qui ont pu rejoindre la France entre 1981 et 1990. Enfin la période 1990-1994 concernait à la fois le regroupement familial, le “tri” des réfugiés à partir de 1989 entre réfugiés politiques et économiques (Genève) et le rapatriement, parfois forcé, des réfugiés vietnamiens des camps d’Asie du Sud-Est vers leur pays d’origine. Nguyễn Quang Hùng Anh estime qu’environ 3.300 réfugiés purent s’installer en France pendant cette courte période qui vit la fermeture définitive des camps d’Asie du Sud-Est. Il évoqua pour finir la « vaguelette » de 2005 avec l’arrivée, dans un tout autre contexte, des étudiants.

JournéeImmigrationVietnamienne2014_7
Nguyen Quang Hung Anh : “Les diverses vagues d’immigrés vietnamiens” © 2014 FG

Dans la seconde partie de son intervention très intéressante, il exposa son parcours personnel en tant que réfugié, un parcours jalonné de mille difficultés administratives et politiques pour s’installer en France. Issu d’une nombreuse famille de dix enfants (d’un père et de deux mères), celle-ci se trouvait séparée lors des événements qui précipitèrent la chute de Saigon. Au terme d’un départ périlleux par bateau, son père put rejoindre les Philippines puis s’établir en France avant de prendre le chemin des Etats-Unis. La famille parvint à se réunir peu à peu grâce au regroupement familial et Hùng Anh se rendit en avion à Paris en juillet 1986. Il décrivit ainsi tout un processus qui du “bas de l’échelle sociale” vietnamienne d’après-guerre le propulsa dans une situation plus enviable en France. Sans entrer dans les détails de cette destinée, somme toute semblable à celle de nombreux réfugiés à cette époque, Hùng Anh ressort aujourd’hui “apaisé” et reste attaché à cette double culture franco-vietnamienne que cultive d’ailleurs l’UGVR à travers des échanges réguliers avec la RSVN.

Son intervention a suscité beaucoup de questions notamment sur le rôle de la France, sur le choix des étudiants boursiers ou sur d’autres expériences moins traumatisantes. Nguyễn Quang Hùng Anh rappela qu’environ 3.500 étudiants vietnamiens boursiers de l’État vietnamien faisaient actuellement leurs études en France (sans compter ceux qui pouvaient venir à titre individuel soutenus financièrement par leur famille) et que 600 d’entre eux se trouvaient dans la région Rhône-Alpes. Pour la grande majorité, la France se résumait à un choix économique offrant la possibilité d’y faire des études peu onéreuses par rapport aux autres pays. Peu d’entre eux, tout compte fait, faisait le choix de la France pour des raisons culturelles ou affectives (si ce n’est une jeune vietnamien dans le public qui afficha une grande déférence à la France).

Autre question qui se pose et que j’ai pu poser à l’intervenant est la question lancinante de la réconciliation nationale après des décennies de gabegies, des destructions humaines, sociales, mentales, culturelles : comment et quand la République Socialiste du Viêt-Nam va-t-elle officiellement éteindre les flammes du passé en réintégrant dans l’histoire nationale ceux de l’autre camp, nous devrions dire ceux des autres camps, des autres possibles ? A quoi bon rester dans le déni de la brutalité de la réforme agraire des années cinquante, du drame des boat people, des exécutions politiques et de l’exclusion d’une partie de la société après 1975 ?

Ces trois interventions sur l’immigration vietnamienne furent tour à tour discutées au sein de l’audience à travers un certain nombre de questions comme celle de la représentation positive ou négative de la France dans l’imaginaire vietnamien. Chaque époque ayant des spécificités lourdes (décolonisation violente, guerre à la fois anticoloniale et civile, révolution, exil…), il apparaissait clairement que des efforts importants avaient été faits par la France pour accueillir les réfugiés post-1975. Et ce, malgré le relatif échec de garder sur le territoire français les scientifiques vietnamiens les plus en vue. L’exemple récent du scientifique Ngo Bao Chau (médaille Fields en 2010) aurait pu illustrer cette discussion.

JournéeImmigrationVietnamienne2014_8
Communication du professeur Le Huu Khoa © 2014 FG

Enfin, le dernier intervenant qui dut attendre avec une grande patience son tour de parole se vit contraint par politesse au regard de la suite du programme (projection du film Công Binh dans un autre lieu) d’écourter sa communication. Il put néanmoins s’exprimer pendant environ une heure sur un sujet passionnant trop rarement présenté en conférence. Le professeur Lê Hữu Khóa auteur de nombreux ouvrages et d’une anthropologie du Viêt-Nam remarquable [11] proposa en dernière intervention une communication sous la forme d’une interrogation : doit-on parler d’une communauté vietnamienne en France ou de France ? En réalité le sous titre de son intervention était plus explicite : “Confucianisme : qualités et vertus entre codes de conduite et sens collectif”.

On quitta les grandes vagues d’immigration rappelées brièvement dans une première diapositive (voir photo ci-dessous) pour investir les champs du culturel, du cultuel et du mental. Lê Hữu Khóa offrit à une audience captivée par ses talents d’orateur et de conteur un voyage fascinant dans la mentalité vietnamienne et sa réception du confucianisme. A l’appui d’une série de mots clés vietnamiens (Trung 忠 ; Lễ 禮 ; Nghĩa 義 ; Trí 智 ; Tín 信 ; Nhân 仁 ; Công 公 ; Hộ 戶Thương 商 ; Đạo 道… [12]), il put ainsi exposer toutes les facettes du confucianisme, un confucianisme largement revisité par les Vietnamiens eux-mêmes. Il proposa un tableau vivant, illustré par des dictons et expressions populaires, des comportements sociaux, de l’habitus et des caractéristiques propres aux Vietnamiens. Il interrogea longuement la pratique du culte des ancêtres, une éthique et une pratique libre malgré ses codes, qui se retrouve dans toutes les familles vietnamiennes. Certains mots clés ont retenu l’attention de l’audience. Par exemple le concept de Nhân, “sens d’humanité” qui fait appel à la dignité humaine et que Mencius exposa dans cette formule : “Nous ne souhaitons spas supporter l’insupportable” livrée par Lê Hữu Khóa ; Công, “le sens public” et l’importance de l’éthique dans le travail ; Đoàn kết, “la cohésion, la solidarité ou l’unité” ou d’autres concept exprimant la ténacité, l’endurance, la persévérance (Nhẫn), l’auto-éducation (tu thân), l’auto-protection (thư thân) ou l’auto-promotion (tập thân)…

JournéeImmigrationVietnamienne2014_9
Le Huu Khoa : “Les différentes vagues migratoires” © 2014 FG

Ce voyage à l’intérieur de l’âme vietnamienne, introspection itinérante à travers la culture populaire et savante vietnamiennes permit de saisir les enjeux fondamentaux qui se posaient aux Vietnamiens en situation d’exil. Cette autopsie de la pensée vietnamienne fut menée avec beaucoup de recul et agrémentée d’anecdotes personnelles permettant d’illustrer les pratiques sociales évoquées. L’auteur nous fit quelques confidences en nous déclamant son grand respect pour Rimbaud, Gide, Camus, Sartre, voire même Duras comme autant d’auteur/es attachés à une quête pour la liberté et une prise de conscience de soi, de son propre état social et mental. Il interrogea avec humilité les termes complexes de « culture » (attitude/aptitude) ou d’intelligence, « être à l’aise dans différents systèmes de pensée », permettant à l’acteur une circulation mentale ouverte et réfléchie à travers plusieurs systèmes de pensée. Ce décryptage soigné de la culture confucéenne dont le culte des ancêtres constitue la colonne vertébrale se termina par le terme « Học » (xué) « apprentissage, étude », terme ô combien important pour les familles vietnamiennes. Ce 24e terme de son powerpoint et malgré tout dernier de sa discussion permit à l’anthropologue de révéler la matrice mentale des Vietnamiens en quatre expressions comme autant de phases rythmant la vie idéale du lettré : réussite scolaire, succès professionnel, ascension économique, promotion sociale. Ceci me rappela les mots d’un autre conférencier vietnamien, le professeur Bùi Xuan Quang de l’Université Nanterre Paris X, qui un jour exposa les ficelles de son métier à un groupe d’étudiants français médusé : il n’y a qu’une voie possible, tendre à « l’excellence » toujours et partout. Un devoir d’excellence donc qui marqua de nombreux autres professeurs vietnamiens que j’ai eu la chance de croiser : l’historien Nguyễn Thế Anh, le linguiste Nguyễn Phú Phong, l’ethnologue Đinh Trọng Hiếu, le sociologue Trịnh Văn Thảo, le critique littéraire Đặng Tiến, l’historienne Bùi Trân Phượng, le professeur de langue Nguyễn Khắc Thiệu et bien d’autres encore (on me pardonnera de ne citer que quelques noms). Cet exposé remarquable du professeur Lê Hữu Khóa sur les représentations mentales vietnamiennes et leurs implications dans la vie réelle, de tous les jours, rencontra l’audience chaleureuse du public qui dut néanmoins s’abstenir de poser des questions faute de temps.

JournéeImmigrationVietnamienne2014_10
Le professeur Le Huu Khoa © 2014 FG

On retiendra de cette journée riche d’enseignements plusieurs grandes idées. La première concerne directement la thématique du jour : l’immigration vietnamienne. Chacun put se rendre compte et apprécier la grande diversité des vagues d’immigration et la pluralité des destins. Paysans, révolutionnaires, bourgeois, mandarins, militants communistes, nationalistes modérés ou nationalistes révolutionnaires, ouvriers, étudiants, marginaux, boursiers de l’État communiste ou de la République du Sud défunte, l’immigration vietnamienne touche au cours du XXe siècle de nombreuses catégories sociales, politiques ou religieuses. Elles forment et reflètent aujourd’hui la complexité de la société vietnamienne, ce patchwork d’identités métisses brassées par des décennies de guerre, de violences et de misères post-coloniales. Le tableau chronologique et social qui fut exposé lors de cette journée rencontre démontra tout l’intérêt qu’il y aurait à poursuivre les investigations sociologiques pour investir la question des femmes vietnamiennes, la question des mandarins de l’État colonial (qui étaient-ils ?) ou encore d’étudier avec soin le versant politique opposé, souvent oublié par les chercheurs, à l’instar de la mouvance libérale et anticommuniste incarnée par exemple par Nguyễn Ngọc Huy [13].

La seconde leçon à tirer de cette journée montre également tout l’intérêt qu’il y aurait à travailler sur les mouvements sociaux vietnamiens, nationaux et transnationaux tout au long du XXe siècle. Le syndicalisme pourrait par exemple être une efficace porte d’entrée tout comme l’histoire des grèves (et donc des entreprises) ou celle des manifestations ouvrières, paysannes des déshérités d’autrefois comme d’aujourd’hui. En clair, il reste une histoire sociale à élaborer en prenant en compte tous les aspects politiques, sociaux ou religieux des groupes constitutifs de cette nouvelle histoire. Les marges pourraient également servir de porte d’entrée, quelles soient artistiques, sociales, ethniques ou religieuses.

JournéeImmigrationVietnamienne2014_11
Le Huu Khoa : Décryptage du concept Doan ket © 2014 FG

Le troisième point qui nous a particulièrement intéressés a été soulevé par le professeur Lê Hữu Khóa. En s’exilant loin de son pays natal (pour reprendre le titre de l’ouvrage de l’ONS Thieu Van Muu), le recruté des années de la Grande Guerre, le requis de force de la Seconde Guerre mondiale, le rapatrié de 1954, le réfugié des lendemains tragiques d’une réunification bâclée de 1975, l’étudiant des Républiques d’hier et de la RSVN d’aujourd’hui, chacun a su conserver ce qui fait sa force pour s’accommoder à sa nouvelle vie : effort, sacrifice, études, étudier et encore étudier. Cette pratique vietnamienne, souvent évoquée lorsqu’il s’agit de souligner les spécificités des jeunes écoliers originaires d’Asie du Sud-Est, est aussi universelle : la vie est un stage interminable dans lequel la notion d’apprentissage reste ouverte. A ce titre, l’immigration vietnamienne, malgré sa spécificité cultuelle, n’est peut-être pas si fondamentalement différente des autres communautés étrangères aux déchirures multiples, confrontées à cette reconfiguration mentale et au désir d’ascension sociale.

Le pari risqué de cette journée aurait été de tomber dans l’écueil de la « reconnaissance à la France » ou de la « France reconnaissante » envers ses ouailles requises de force puis chaleureusement recueillis, voire du trop plein d’émotion (lié aux déchirures vietnamiennes) empêchant la réflexion. Ces deux écueils furent largement évités grâce à la qualité des quatre intervenants, aux réactions posées du public nombreux et la prise de recul nécessaire pour aborder cette thématique, devenue au fil des années, un champ de recherche pluridisciplinaire passionnant et qui mérite d’autres approfondissements.

François Guillemot, 13/10/2014, Màj du 14/10/2014.

 

Notes

[1] Le Van Ho, Mireille, Un milieu porteur de modernisation : travailleurs et tirailleurs Vietnamiens en France pendant la Première guerre mondiale, Thèse d’archiviste-paléographe, Histoire contemporaine, Ecole nationale des Chartes, 1986, 2 vol. (769 f.). Notice SUDOC : http://www.sudoc.fr/002776391. Cette étude a été publiée sur le titre : Des Vietnamiens dans la Grande Guerre. 50 000 recrues dans les usines françaises, Paris, Editions Vendémiaire, 2014.

[2] A ce titre, l’étude d’Emmanuel Poisson sur le mandarinat du Tonkin mériterait de connaître une suite dans le temps et dans l’espace (Annam notamment) pour mieux saisir ce qui se passe entre les administrés et les administrateurs vietnamiens. Emmanuel Poisson est l’auteur de Mandarins et subalternes au nord du Viêt-Nam. Une bureaucratie à l’épreuve, 1820-1918, Paris : Maisonneuve & Larose, 2004.

[3] Voir la réédition de ce texte : Phan Van Truong, Une Histoire de conspirateurs annamites à Paris ou la vérité sur l’Indochine, Paris, L’Insomniaque, 2003.

[4] Sur les “Cinq Dragons”, on lira l’excellent article de Pierre Brocheux : “Une histoire croisée : l’immigration politique indochinoise en France, 1911-1945” sur le site Europe Solidaire Sans Frontières, mai 2009.

[5] Sur ce sujet, voir Mireille Le Van Ho, “Les débuts de la presse vietnamienne en France”, dans Presse et mémoire: France des étrangers, France des libertés, Paris, Mémoire Génériques éditions / éditions ouvrières, 1990, pp. 69-73.

[6] Voir Dominique Foulon, “L’affaire du café Turquetti’, Carnets du Viêt Nam, n° 36, mars 2013, pp. 8-9.

[7] Voir le récit de cette exécution par Louis Roubaud, Viet-Nam, la tragédie indo-chinoise, Paris : Librairie Valois, Enquêtes, 1931. Voir sur Mémoires d’Indochine le Cablogramme de l’exécution.

[8] Sur ce sujet voir le texte d’Alain Ruscio : “Le 22 octobre, je lirai la lettre de Huynh Khuong An…“, Dien Dan Forum, 2007, article paru dans L’Humanité, 18 octobre 2007.

[9] Philippe Rostan est un réalisateur français né à Ban Mê Thuôt au Viêt-Nam. Il est l’auteur de nombreux films documentaires sur la vietnamité : Le Petit Vietnam (2007) sur les rapatriés d’Indochine ; Inconnu, présumé français (2009) et d’un portrait d’Ho Chi Minh (2008).

[10] Tran Van Ba, officiant dans un front de résistance armée, fut condamné à mort en décembre 1984 lors d’un procès médiatisé à Ho Chi Minh-Ville et exécuté en janvier 1985. Sur Tran Van Ba et l’AGEVP, voir  sur mémoires d’Indochine : Trần Văn Bá, portrait d’un résistant – par Olivier Todd [1987] et sa biographie en ligne : Tran Van Ba, 1945-1985 (site commémoratif de son frère).

[11] Le Huu Khoa, Anthropologie du Vietnam, Paris, Les Indes savantes, 2012. Cet ouvrage rassemble : L’espace mental du lien, l’espace spirituel de la vie et l’espace réflexif de l’homme en un seul volume. Le Huu Khoa est professeur d’anthropologie et de sociologie à l’Université Charles-de-Gaulle Lille 3. Il dirige le Master Asie Pacifique de cette université. Il est également Président-fondateur du GRISEA-Groupe de recherche sur l’immigration du sud-est asiatique et expert à l’Unesco.

[12] Trung – Loyauté ; Lễ – Rites ; Nghĩa – Fidélité ; Trí – Lucidité (esprit) ; Thân Tín – Confiance ; Nhân – Sens d’humanité ; Công – Sens public ; Đoàn kết – Cohésion ; Nhất Trí – Unanimité (concordance) ; Họ – Famille (lignage, réseau de parenté) ; Nhẫn – Ténacité (persévérance) ; Thương – Commerce ; Đạo – Voie ; Học – Etude, apprentissage…

[13] Voir notre article à paraître : Guillemot, François (2015), « An Intellectual through Revolution, War, and Exile. The Political Commitment of Nguyen Ngoc Huy (1924-1990) », in Nathalie Huynh Chau Nguyen (ed.), New Perceptions of the Vietnam War. Essays on the War, the South Vietnamese Experience, the Diaspora and the Continuing Impact, Jefferson (NC), McFarland, 2015.

Les deux mondes – un film de Pham Van Nhan [1953]

[ndlr] Message de Lam Le.

Projection exceptionnelle et unique

dans les conditions techniques idéales de la Cinémathèque Française

Cinema

Lundi 16 juin à 19h30

du premier film de fiction tourné en France

LES DEUX MONDES (1953)

de

PHAM VAN NHAN

1er cinéaste vietnamien de France

Ancien Cong Binh 1939-40

et

Témoin dans le film “Cong Binh, la longue nuit indochinoise”

Phan, étudiant vietnamien à Paris, est atteint de la tuberculose. Il est hospitalisé dans un sanatorium universitaire de la banlieue parisienne. Loin de sa famille, qui ne peut plus subvenir à ses besoins à cause de la guerre, il continue malgré tout à travailler la nuit comme musicien dans les restaurants et les cabarets. Ses amis vietnamiens ne se rendent pas compte qu’il vit dans un total dénuement, dans un monde à part.

 

Film présenté par Lam Lê

 Pellicule 35mm, format original 1.33 en N&B

avec des acteurs et techniciens cong binh de 1939-40

VO en vietnamien et ST en français par la Cinémathèque Française

58, rue de Bercy 75012 – Métro Bercy

Source : Cinémathèque

Deux mobilisations pour un Viêt-Nam

No-U[ndlr] Dans le cadre de l’affaire du forage chinois dans les eaux contestées des Paracels, les associations vietnamiennes de France appellent à manifester en ordre dispersé et sur des mots d’ordre patriotiques mais aussi contestataires. Voici les deux manifestations annoncées pour la fin de la semaine. L’une est aux couleurs de la République Socialiste du Viêt-Nam, la seconde aux couleurs de la communauté réfugiée (l’ancien drapeau de la République du Viêt-Nam).

Appel à manifestation générale contre l’invasion chinoise au Vietnam

A l’attention de la communauté vietnamienne et internationale en France

huongvebiendong

Le 2 mai 2014, la Chine a installé effrontément sa plate-forme pétrolière HD-981 au sein de la zone économique exclusive (ZEE) du Vietnam. En plus le 7 mai 2014, 80 navires chinois dont 7 bâtiments militaires et 33 navires de la police maritime appuyés par des avions militaires, ont attaqué à canon à eau les bateaux vietnamiens en service dans la zone : 6 marins vietnamiens ont été blessés et un bateau vietnamien a été gravement endommagé.

Cette violation de la souveraineté territoriale du Vietnam est une nouvelle escalade sérieuse, plus effrontée et plus agressive de la Chine dans une série de ses actes illégaux en Mer Orientale : invention  de sa propre carte de la Mer Orientale avec le tracé  en 9 traits, couvrant une grande partie des ZEE de plusieurs pays de la région (5/2009), coupure  des câbles des bateaux vietnamiens (5/2011), assassinat  de pêcheurs vietnamiens travaillant dans la ZEE du Vietnam, annexion des récifs  appartenant à la Malaisie (3/2013) et  aux Philippines (9/2013).

Ces actes illégaux violent de manière flagrante la souveraineté du Vietnam et menacent la sécurité et la paix de la région.

Ces derniers jours, nombreux sont les vietnamiens, au pays natal et dans le monde entier, à avoir organisé de grands meetings, défilés et manifestations contre l’agression de la Chine et à exprimer le désir de paix, la détermination à défendre la souveraineté sur les îles natales.

Face à cette situation dangereuse dont la Chine est seule responsable, nous,  Vietnamiens en France, appelons la communauté vietnamienne et internationale à la solidarité de manifester pour défendre la souveraineté du Vietnam et la paix dans  la région Asie-Pacifique.

Lieu de manifestation: toutes les grandes villes de France

  • à Paris : Place Trocadéro – 17h00-19h00, le vendredi 16/05/2014
  • à Strasbourg : Place Kleber Strasbourg – 17h00-19h00, le samedi 17/05/2014
  • à Montpellier : Jardin du Peyrou. – 18h00-20h00 le vendredi 16/05/2014

Nous demandons à la Chine :

  • d’arrêter immédiatement l’invasion au Vietnam

  • de retirer sans délai la plateforme HD-981 de la ZEE du Vietnam

  • d’arrêter d’utiliser la force à l’égard du Vietnam et des autres pays

  • de faire des excuses publiques de ses actes illégaux

  • de réparer les dommages causés aux marins et aux bateaux vietnamiens.

Défendons ensemble l’intégralité territoriale et la paix du Vietnam.

Rassemblons-nous !

Paris, 12/05/2014

Comité d’Organisation “Collectif Vietnam”

Source : docs.google

* * *

Le second appel se décline par une affiche illustrée alliant référence aux généraux du Dai Viet d’antan résistant à l’Empire chinois et slogans anticommunistes virulents.

Paris sẽ biểu tình chống Trung Quốc xâm lược

Tập Thể Người Việt Tỵ Nạn CS tại Pháp

Đồng bào tại Pháp sẽ biểu tình ngày 17-05-2014 để chống Trung Quốc xâm lăng Việt Nam và lên án CSVN “hèn với giặc, ác với dân”. Sau đây bản thông báo về cuộc biểu tình này. BBT-WebVT

BieuTinhTaiParis_170514

Source : Viet Tan

Colloque “De l’Indochine coloniale au Viêt Nam actuel” – 20-22 mars 2014

Logo_ASOMDans le cadre de l’année croisée France Viêt-Nam :

PREMIERS ENTRETIENS D’OUTRE-MER
DE L’INDOCHINE COLONIALE AU VIỆT NAM ACTUEL

À l’Académie des Sciences d’Outre-Mer

15, rue La Pérouse – 75016 – Paris

Les 20-21-22 mars 2014

Colloque international coordonné par Dominique BARJOT, professeur d’histoire économique contemporaine et Jean-François KLEIN, maître de conférence d’histoire contemporaine avec la participation des universités Paris-Sorbonne, Jean Moulin Lyon-III et l’université de Nantes.

 

PROGRAMME

Jeudi 20 mars 2014

Allocutions de bienvenue :
9 h 00 – SE l’Ambassadeur du Việt Nam en France
9 h 10 – Prince consort Henrik de Danemark
9 h 20 – Pierre Gény (Secrétaire perpétuel de l’Académie des Sciences d’Outre-Mer)
9 h 30 – Président Jacques Comby (Président de l’université Jean-Moulin Lyon-III, président de la commission des relations internationales et européennes de la Conférence des Présidents d’Université) – Président Barthélémy Jobert (Président de l’université Paris-Sorbonne)
9 h 40 – Nguyên Van Khanh, (Recteur de l’université nationale du Việt Nam, Hanoi, Việt Nam)

  • Session 1 : Conquêtes et résistances

Président de séance : Olivier Forcade (université Paris-Sorbonne, UMR 8138 IRICE)
Discutant : Philippe Le Failler (EFEO/IrAsia)
10 h 00 : Officiers administrateurs : les Marins et la Cochinchine sous le Second Empire, (Stéphane Buffard, Ottawa University, Canada)
10 h 20 : Giac, ‘pirates’ et Pavillons Noirs, Bradley Davis (University of Washington-Seattle, USA)
10 h 40 : Pacification et guerres des races, la montagne contre le delta. L’école Pennequin, Jean-François Klein (université de Nantes, CRHIA)
11 h 00 : pause-café

Président de séance : Jacques Frémeaux (université Paris-Sorbonne, Académie des Sciences d’Outre-Mer).
Discutant : Lieutenant-colonel Rémy Porte (CDEF, École militaire)
11 h 15 : Linh Tàp : les tirailleurs Indochinois au service de l’Empire colonial, Henri Eckert (université des Antilles-Guyanes, Martinique)
11 h 35 : Shanghai et les tirailleurs tonkinois : maintien de l’ordre impérial, Christine Cornet (université Lumière Lyon-II, IAO)
11 h 55 : Guerres, colonnes et « pacification » : la brutalisation militaire, Tobias Rettig (chercheur indépendant, docteur de la Singapore Management University, Singapour)
12 h 15 : débats et discussion
13 h 00 : Lunch – buffet

  • Session 2 : Société coloniale et accommodations

Président de séance : Guy Lavorel (Académie des Sciences d’Outre-Mer, université Jean-Moulin Lyon-III)
Discutant : Jean-François Klein (MCF, CRHIA, université de Nantes, Centre Roland Mousnier)
14 h 30 : Imprimer sa culture et celle de l’Autre, le cas Schneider, Lê Thu Hằng (université VSQY, Việt Nam)
14 h 50 : Qu’est-ce que le style « français » ? Généalogie des éléments « occidentaux » dans l’architecture vietnamienne, depuis la période coloniale jusqu’à aujourd’hui, Caroline Herbelin (université de Toulouse-II Le Mirail, Framespa)
15 h 10 : Appropriation du tourisme en situation coloniale, Aline Demay (université Paris-I Panthéon Sorbonne)
15 h 30 : De l’Empereur Ham Nghi au Prince d’Annam. Une figure de l’exil, Amandine Dabat (université Paris- Sorbonne, CREOPS)
15 h 50 : pause-café

Président de séance : Emmanuel Poisson (université Paris Diderot Paris-VII)
Discutante : Micheline Lessard (University of Ottawa, Canada)
16 h 00 : Administrer : colonies, protectorats et concessions. Le casse-tête administratif indochinois, Éric Gojosso (université de Poitiers)
16 h 20 : Intoxication impériale : l’alcool et la mise en valeur de l’Indochine, Gerard Sasges (National University of Singapore)
16 h 40 : Les journalistes vietnamiens et la question de la prostitution à Hanoi dans les années 1930, Isabelle Tracol-Huynh (université Lumière Lyon-II, IAO)
17 h 00 : La question métis en Indochine, Emmanuelle Saada (Columbia University, USA)
17 h 20 : La figure de l’intellectuel comme intermédiaire, Nguyễn Phương Ngọc (université de Provence)
17 h 40 : débats et discussions
19 h-21 h : Inauguration de l’exposition « France – Việt Nam, quatre siècles de relations » présentée auparavant au Centre des Archives nationales n°1 de Hanoi et au musée des Beaux-Arts de Hô Chi Minh-Ville.
Cocktail aux Archives nationales-CARAN : 11 rue des Quatre-fils, Paris IIIe.
(Métro : Rambuteau, le plus proche ou Hôtel de Ville le plus rapide).

vendredi 21 mars 2014

  • Session 3 : De l’Indochine fantasmée à l’Indo-Chic. Représentations et imaginaire colonial

Président de séance : Alain Ruscio (Chercheur indépendant, docteur de l’université Paris-I Panthéon Sorbonne)
Discutant : Michael G. Vann (CSU Sacramento University, USA)
9 h 00 : Intermédiaires et figures des marges dans la littérature indochinoise, Henri Copin (université de Nantes)
9 h 20 : L’administrateur colonial comme écrivain en situation, Susan Dixon (Washington Lee University, USA)
9 h 40 : À toute vitesse : écrire en français et rouler en voiture à travers l’Indochine, Stéphanie Ponsavady (Wesleyan University, USA)
10 h 10 : débat et discussions
10 h 40 : pause-café

  • Session 4 : « Exploitation et “mise en valeur” économique »

Président de séance : Dominique Barjot (université Paris-Sorbonne, Centre Roland Mousnier)
Discutant : Gerard Sasges (National University of Singapore)
11 h 00 : Des contrats léonins : les coolies du Tonkin et la question de la main-d’oeuvre, Micheline Lessard (University of Ottawa, Canada)
11 h 20 : Saigner les hommes, soigner les arbres. Les plantations d’hévéas et la main-d’oeuvre, Mitchitake Aso (SUNY, Albany, USA)
11 h 40 : Cheminots, ouvriers du rail : la voie de la conscience politique, David del Testa (Bucknell University, USA)
12 h 00 : L’indispensable investissement : l’outillage colonial et la question de l’hydraulique agricole, Yves Panis (université Paris-Sorbonne)
12 h 20 : discussion et débats
13 h 00 : déjeuner

  • Session 5 : « Vichy et l’occupation japonaise : tournant ou accélérateur de l’histoire »

Président de séance: Eric T. Jennings (University of Toronto, Canada)
Discutant: Jean-François Klein (MCF, CRHIA, université de Nantes, Centre Roland Mousnier)
14 h 10 : L’occupation du Việt Nam par le Japon, point de départ de l’indépendance ?, Franck Michelin (Meiji University, Japon)
14 h 30 : Propagandes et rivalités culturelles dans l’Indochine de Decoux, Chizuru Namba (Assistant Professeur [French History] Faculty of Economics, Department of Economics, Keio University, Japon)
14 h 50 : La Révolution nationale et le double jeu des élites indochinoises sous le régime de Vichy, Sébastien Verney (université de Saint-Etienne)
15 h 10 : Nguyễn Tường Tam ou le rêve évanoui du Grand Viêt-Nam : un intellectuel nationaliste dans la tourmente des années 1940 (1938-1948), François Guillemot (IAO, CNRS, ENS de Lyon)
15 h 30 : discussion et débats
15 h 50 : pause-café

  • Session 6 : « Guerre de décolonisation et guerre froide »

Président de séance : Hugues Tertrais (université Paris-I, IRICE)
Discutant : Frédéric Turpin (université de Chambéry)
16 h 00 : Les tirailleurs coloniaux dans la guerre d’Indochine, Michel Bodin, (Docteur HDR, université Paris-Sorbonne)
16 h 20 : Sécularisation et dynamiques religieuses pendant la guerre d’Indochine : Un regard sur les relations Églises-États à l’heure de la décolonisation du Việt Nam, Pascal Bourdeaux (EPHE, EFEO)
16 h 40 : Le SDECE : un service parmi tant d’autres, Jean-Pierre Bat (Archives nationales de France, CEMAF)
17 h 00 : Enterrer la guerre d’Indochine : l’exemple de la Commission d’enquête sur Diên Biên Phu, Capitaine Ivan Cadeau (Service historique de la Défense)
17 h 20 : Retour d’expérience : les enseignements du conflit indochinois sur la doctrine d’emploi des forces, François David (université Jean Moulin Lyon-III)
17 h 40 : Femmes en guerres, Bùi Trân Phượng (Rectrice de l’université Hoa Sen, TPHCM, Hô Chi Minh-Ville, Việt Nam)
18 h 00 : La droite française face à la Guerre d’Indochine, Olivier Dard (université Paris-Sorbonne)
18 h 20 : L’Indochine dans l’oeuvre cinématographique de Schoendorffer, Bénédicte Chéron (université Paris-Sorbonne)
18 h 40 : débats et discussion
20 h 00 : cocktail à l’Ambassade de la République Socialiste du Việt Nam

samedi 22 mars 2014

  • Session 7 : « Le Việt Nam post-colonial : transition douce ou rupture violente ? »

Président de séance : Michel Guillou (Académie des Sciences d’Outre-Mer, AUF, université Jean-Moulin Lyon-III)
Discutant : François David (université Jean-Moulin Lyon-III)
8 h 30 : Les archives vietnamiennes : une présentation générale, Vũ Thị Minh Hương (Directrice générale de la Direction d’État des Archives du Việt Nam)
8 h 50 : Le Parti communiste vietnamien entre Paris, Pékin et Moscou, Céline Marangé (université Paris-I Panthéon Sorbonne)
9 h 10 : L’école française au Vietnam de 1945 à 1975. De la mission civilisatrice à la diplomatie culturelle, Nguyên Thuy Phong, (université Paris-V Descartes)
9 h 30 : Du français des colons au français langue étrangère. Le Việt Nam et la Francophonie, Phan-Labays Thi Hoai Trang (AUF, université Jean Moulin Lyon-III).
9 h 50 : pause-café

Président de séance : Michel Guillou (Président du Réseau des Chaires Senghor de la Francophonie, Académie des Sciences d’Outre-Mer, université Jean Moulin Lyon-III)
Discutant : Michel Catala (directeur du CRHIA, université de Nantes)
10 h 00 : Céder le terrain aux Américains ?, Pierre Journoud (IRSEM)
10 h 20 : Denis frères. De la firme coloniale à la holding internationale, Delphine Boissarie (université Michel de Montaigne Bordeaux-III)
10 h 40 : Le « grand bouleversement » (long trời lở đất) : regards croisés sur la réforme agraire en République Démocratique du Vietnam, Olivier Tessier (École Française d’Extrême-Orient, EFEO)
11 h 00: La naissance d’une société civile dans le Việt Nam post Đổi mới ?, Christian Culas (EHESS, CNRS-IRD)
11 h 20 : débats et discussion

  • Session 8 : clôture

11h 45 -13h 15 : table ronde finale : « du Việt Nam d’hier à celui d’aujourd’hui »
Président : Dominique Barjot,
Discutant : Jean-François Klein
11 h 45-12 h 00 – Exposé introductif : Les fondateurs et l’Indochine, ou les académiciens et l’Indochine, Élodie Salmon (université Paris-Sorbonne)
12 h 00-12 h 15 – Exposé introductif : Les politiques en faveur de l’enseignement de la langue et de la culture françaises dans le Việt Nam d’aujourd’hui, Trịnh Văn Tùng (université nationale du Việt Nam)
12 h 25 – 13 h 00 avec la participation de Bùi Trân Phượng, Eric T. Jennings, Frédéric Turpin, Hugues Tertrais,
Laurence Monnais, Loan de Fontbrune (historienne d’art), Michael G. Vann, Micheline Lessard, Nguyễn Văn Khánh, Philippe Le Failler.
Discours de clôture par François Weill, recteur de l’Académie de Paris
13 h 15 : cocktail

Comité scientifique :
Pierre Gény (Secrétaire perpétuel de l’Académie des Sciences d’Outre-Mer) ; Laurence Monnais (université de Montréal, Canada) ; Recteur Michel Guillou (Président du Réseau des Chaires Senghor de la Francophonie, Académie des Sciences d’Outre-Mer, université Jean Moulin Lyon-III) ; Dominique Barjot (Professeur des Universités Paris-Sorbonne, Centre Roland Mousnier) ; Guy Lavorel (Académie des Sciences d’Outre-Mer, université Jean Moulin Lyon-III) ; Michèle Battesti (Directeur de recherches à l’IRSEM) ; Pierre Brocheux (MCF honoraire, université Denis Diderot Paris-VII) ; François Cochet (Professeur des Universités, université de Lorraine) ; Jacques Frémeaux (Professeur des Universités Paris-Sorbonne, IUF, Académie des Sciences d’Outre-Mer et Centre Roland Mousnier) ; Olivier Forcade (Professeur des Universités Paris-Sorbonne, IRICE) ; Philippe Papin (Directeur de recherches à l’EPHE) ; Emmanuel Poisson (Professeur des Universités, Paris Diderot Paris-VII) ; Nguyên The Anh (Directeur de recherches émérite à l’EPHE) ; Jean-Paul Joubert (université Jean Moulin Lyon- III) ; David Cumin (université Jean-Moulin Lyon-III) ; Daniel Hémery (MCF honoraire université Paris Diderot Paris-VII) ; Jean-François Klein (MCF CRHIA, université de Nantes, Centre Roland Mousnier) ; Pierre Singaravelou (MCF université Paris-I Panthéon Sorbonne) ; François David (université Jean-Moulin Lyon-III) ; Alain Ruscio (Chercheur indépendant, docteur de l’université Paris-I Panthéon Sorbonne).

Comité d’organisation :
Dominique Barjot (Professeur des Universités Paris-Sorbonne, Centre Roland Mousnier) ; Caroline Herbelin (McF d’Histoire contemporaine, université de Toulouse-II Le Mirail, FRAMESPA) ; Jean-François Klein (MCF CRHIA, université de Nantes, Centre Roland Mousnier) ; Park –Barjot Rang-Ri (Docteur en Histoire, université Paris-Sorbonne, Centre Roland Mousnier) ; Phan Thi Hoai Trang (MCF, IFRAMOND, université Jean Moulin Lyon-III) ; François David (université Jean Moulin Lyon-III) ; Delphine Rufenacht Fagot (Rédactrice en chef des publications de l’Académie des Sciences d’Outre-Mer).

Source : Année France Vietnam