Archives par mot-clé : forêts

Histoire et sources textuelles du Cambodge ancien et moderne (EHESS-Inalco)

[ndlr] Annonce d’un séminaire de recherche consacré au Cambodge.

Langue, histoire et sources textuelles du Cambodge ancien et moderne

Année 2018-2019 (premier semestre 2019)

Séminaire commun EHESS-INALCO, du 15 mars au 21 juin 2019

les vendredis de 10 h à 12 h, à l’INALCO (salle 6.11, 65 rue des Grands Moulins 75013 Paris)

Éric Bourdonneau (maître de conférences à l’EFEO, membre du CASE, UMR 8170, CNRS-EHESS)

Grégory Mikaelian (chargé de recherches au CNRS, membre du CASE, UMR 8170, CNRS-EHESS)

Joseph Thach (maître de conférences à l’INaLCO)

Cette année, nous poursuivrons l’étude du corpus de Banteay Srei en prenant la suite de la traduction de K.569, datée du début XIVe siècle. On se penchera en particulier sur la nature et les implications historiques du litige dont les lapicides de l’époque moyenne ont jugé pertinent de remémorer l’existence, plus d’un siècle après qu’il soit advenu sous le règne de Jayavarman VII.

En effet, entre autres choses mais avant toute chose, K. 569 donne le récit singulier d’un dol occasionné par un échange entre du « cuivre » et du « bois à brûler ». La singularité d’un tel récit du temps jadis tient à la mise en scène d’un échange marchand comme étant intégré aux institutions royales, à travers l’action d’officiers ou de dépendants préposés à diverses activités essentielles à la marche de l’économie cultuelle (collecteurs de bois à brûler, négociant du Trésor royal), tout en donnant à penser l’avènement d’une relative autonomie de l’échange marchand, en raison, peut-être, d’une rareté inédite des ressources premières comme le bois de forêt.

C’est en effet tout un contexte historique de temps long qui se laisserait saisir ici au couchant du ‘moment impérial’ angkorien lorsque, après une phase d’expansion séculaire dont l’apex se situe au XIIe siècle, la grande forêt profonde se raréfie des suites de l’extension de l’habitat, des cultures, et de l’intensification du défrichement. De ressource inépuisable soumise au régime juridique du bien commun, la forêt deviendrait alors l’objet de convoitises et de contrôles accrus, entraînant d’une part une mise en cause des droits d’usage, et d’autre part la monétisation de ses ressources. C’est par ailleurs au sein de la même séquence historique (XIIe-XIVe siècles) qu’interviennent les prémisses d’un littoralisation de la région sud-est asiatique, durant laquelle la culture étatique ‘potamique’ du Cambodge ancien va progressivement s’infléchir pour revêtir une dimension ‘thalassique’ accusée, à la faveur du développement du commerce maritime ; par la suite, naîtront en synchronie les corpus juridiques des royautés de l’époque moderne, réglementant non seulement le négoce mais aussi l’accès aux ressources et le feuilletage de droits étatique et coutumier dont elles relèvent.

En quelque sorte symptomatique d’une situation juridique liminaire, aux prises avec l’expansion économique et la raréfaction consécutive de ses ressources, le premier XIVe siècle cambodgien connaîtrait ainsi, en amont de l’avènement du droit codifié du XVIIe siècle, un de ces aggiornamento de la souveraineté royale dont la maîtrise renouvelée de la « surface d’en-bas (pdai krom) », au premier chef de laquelle figure les espaces communs du royaume, constitue une condition impérieuse depuis au moins le Xe siècle.

Telle est à tout le moins l’hypothèse que nous explorerons non sans convoquer quelques points de comparaison, proches ou lointains. Plusieurs intervenants extérieurs viendront exposer le rapport de communautés agraires aux espaces communs, en particulier celui de la forêt, à la fois ressource quotidienne du pauvre et moteur des échanges au long cours par l’usage varié qui peut en être fait (collecte, chasse, cueillette). Seront aussi envisagées les manières dont s’organise juridiquement, pour l’État royal et les maisons aristocratiques qui le servent, le partage (et l’éventuel recoupement) entre ce qui est perçu comme bien commun immédiat – le terroir, sa communauté villageoise et ses solidarités, soit ‘l’alvéole rizicole’ chère à Paul Mus – ce qui relève d’un espace appropriable au-delà du bien commun – ‘l’aréole forestière’– et ce qui relève enfin d’une appropriation des ressources et des hommes par des forces ‘privées’ – émanation du ‘noyau’ qu’incarne, dans cette métaphore spatiale, la cité royale.

Calendrier des interventions extérieures :

  • Vanina Bouté (Université de Picardie/CASE) : 10 mai 2019
  • Marie Aberdam (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne/SIRICE) : 17 mai 2019
  • Mathieu Guérin (INALCO/CASE) : 24 mai 2019
  • Catherine Sheer (EFEO/CASE) : 14 juin 2019

Source : CASE

Image « à la une » : Banteay Srei Temple sur Cambodia Tourism

Au cœur de la guerre du Việt Nam : herbicides, napalm et bulldozers contre les montagnes d’A Lưới

[ndlr] Signalement d’un article en ligne et des travaux d’Amélie Robert, géographe, enseignante et chercheure associée de l’UMR 7324 CITERES (CNRS, Université de Tours).

Résumé : Situées dans la partie occidentale de la province de Thừa Thiên Huế (Centre-Việt Nam), les montagnes d’A Lưới ont été lourdement affectées par la guerre du Việt Nam (1961-1975). Zone refuge pour les Việt Cộng, traversées par la piste Hồ Chí Minh – axe stratégique pour ces derniers –, elles subissent de nombreux épandages d’herbicides et bombardements, y compris au napalm, avec une intensité plus grande que dans les autres unités paysagères. Ces pratiques sont perpétrées par les troupes américano-sud-vietnamiennes qui mènent une véritable guerre contre l’environnement de l’ennemi. Mais celui-ci est aussi à l’origine de perturbations. Il recourt notamment aux bulldozers pour la construction des nombreuses voies de la piste Hồ Chí Minh. La comparaison des cartes d’occupation des sols de circa 1954 et 1975, dressées le long de transects, révèle les dynamiques paysagères survenues pendant la guerre. Certains sylvosystèmes de la région montagneuse d’A Lưới régressent, surtout dans la vallée principale. Mais d’autres progressent, conséquences indirectes de la guerre. En raison des combats, les montagnards, ethnies minoritaires, modifient leurs pratiques puis désertent la région, favorisant ainsi la reconquête forestière sur les terres délaissées. Pour les Kinh, ethnie majoritaire, la guerre est l’occasion de se familiariser avec la région montagneuse, jusque-là délaissée.

Pour en savoir plus, voir la thèse de l’auteure (2011) :

  • Amélie Robert, « Dynamiques paysagères et guerre dans la province de Thua Thiên Huê (Viêt Nam Central), 1954-2007 – Entre défoliation, déforestation et reconquêtes végétales » (thèse téléchargeable sur Tel-Archives).

Publications et communications d’Amélie Robert sur le portail Hal-SHS

Grand angle – La déforestation au Vietnam [RdP CgF à HCM-Ville]

[ndlr] A lire sur le bulletin de presse hebdomadaire du Consulat de France à Hô Chi Minh-Ville.

Le Vietnam est un des pays les moins forestiers d’Asie du Sud-Est. L’Organisation des Nations-unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a publié un rapport qui indique que sur 12,9 M d’hectares officiellement classifiés en forêts, seuls 85 000 Ha sont désormais couverts d’une forêt primaire (vierge), n’ayant jamais subi de dommages liés à une activité humaine.

Le problème est aussi une affaire de représentation historique. Le développement de la riziculture a favorisé la seule vision des gens des plaines et des deltas, qui voient encore les forêts comme un lieu hostile – où l’on trouvait Monsieur Tigre –, au détriment des ethnies forestières pour qui elles forment un espace nourricier dont dépend leur subsistance. De plus, étant perçues dans l’imaginaire collectif comme des sanctuaires de résistance, elles devaient être défrichées.

Depuis l’ouverture économique du pays et l’ère du « doi moi », la sylve est considérée comme une zone pionnière sur laquelle on doit gagner pour étendre les cultures de rente. Dans ce contexte, les préoccupations environnementales ont du mal à mobiliser les autorités.

Les 5 provinces de Tây Nguyên (qui désigne les hauts-plateaux du centre) portent officiellement à elles seules le quart des espaces forestiers nationaux et concentrent aussi les problèmes liés à leur disparition : coupes et feux illégaux, selon la Direction générale de la statistique du Vietnam. Les chercheurs vietnamiens eux-mêmes attribuent à l’État la disparition des trois quarts de la surface forestière.

Centres agricoles, nouvelles zones économiques, politique de sédentarisation et fermes agricoles d’État ont poussé dans le sens du développement des forêts… de caféiers. Les surfaces plantées sont passées de 18 000 à 370 000 Ha ces 20 dernières années, principalement dans le Tây Nguyên. L’arrivée de gens des plaines pour l’exploitation, et la raréfaction des terres et des ressources hydriques qui en découle, créent des tensions entre ces différents groupes de population. Chaque année 23 000 Ha disparaissent officiellement dans les provinces du Tây Nguyên. A l’échelle nationale, 217 000 Ha auraient été défrichés sur la période 2000-2015, d’après Global Forest Watch, menant à un appauvrissement écologique qui semble inéluctable.

Les autorités vietnamiennes ont pris conscience des enjeux sociaux et environnementaux liés à la forêt et souhaitent lutter contre cette déforestation. Elles n’y parviennent encore qu’imparfaitement.

Source : Synthèse de presse du Consulat général de France à Ho Chi Minh Ville : semaine du 20 au 24 mars 2017

Sur ce sujet voir également l’ouvrage de Pamela D. McElwee : Forests are gold : trees, people, and environmental rule in Vietnam (Seattle : University of Washington Press, 2016).