Archives par mot-clé : film documentaire

The Vietnam War de Ken Burns et Lynn Novick (2017) : les vétérans prennent la parole

Réf. : The Vietnam War (fr :Vietnam), documentaire en 10 parties (9 pour la version internationale), 2017.

Réalisateurs : Ken Burns et Lynn Novick. Producteurs : Florentine Films, Weta, PBS en association avec ARTE France. Diffusé en Septembre 2017 sur Arte.

The Vietnam War de Ken Burns et Lynn Novick (2017) :

les vétérans prennent la parole

– Manon Barret –

« Ils ont porté des poux, des teignes, et des sangsues,

et des algues et diverses pourritures et moisissures

Ils ont partagé le poids du souvenir

Ils ont porté la terre du Vietnam elle-même »

Tim O’Brien, ancien combattant et écrivain

 

Au terme de dix années de travail en collaboration avec sa coréalisatrice et productrice Lynn Novick, ce sont dix épisodes de récit en images de la guerre du Vietnam que nous propose le réalisateur Ken Burns. Avec ce projet ambitieux, 17 heures d’un documentaire à 30 millions de dollars fait d’interviews et de photographies1, Burns a voulu apporter sur les écrans un regard neuf sur le déroulement du conflit, qui tiendrait également compte du camp ennemi et de l’allié oublié du Sud. Cette fresque n’est pas exhaustive et exempte d’approximations historiques. Mais ce qu’il est important de comprendre est pourquoi le réalisateur veut rouvrir le dossier du Vietnam et confronter le public américain à cet épisode de son histoire et quel message il veut lui adresser.

La question de l’équilibre des paroles

Dans une interview, Ken Burns a expliqué sa démarche de la manière suivante : « Lorsque les Américains parlent de la guerre du Vietnam, ils ne parlent que d’eux-mêmes. Ils ne parlent pas du fait que nous avons eu un ennemi et un vainqueur, et un ancien allié au Vietnam du Sud dont le pays n’existe plus »2. Pourtant, dès l’affiche du documentaire, annonciatrice de la structure du film, apparaît une contradiction. Sur fond de paysage de rizière au ciel rougeoyant où passe un hélicoptère se dresse la silhouette noire anonyme d’un soldat en marche. Le paysage et le contexte historique sont d’ores et déjà familiers pour tous les spectateurs imprégnés de l’iconographie hollywoodienne des années 1980, de « Apocalypse Now » à « Platoon » en passant par « Voyage au Bout de l’Enfer ». L’affiche est scindée en deux et dans sa partie inférieure se reflète, comme dans un miroir d’eau la silhouette d’un Vietnamien portant une palanche et coiffé d’un nón lá, le chapeau conique. Bien que composant l’exacte moitié de l’image, sa présence ne saute pas aux yeux, à moins de porter un regard attentif.

Le film comprend en tout 80 témoignages, de vétérans essentiellement, mais aussi de civils et de parents de soldats. Sur ces 80 témoignages, 28 seulement émanent de Vietnamiens, camps Nord et Sud confondus, soit un peu plus d’un tiers des intervenants. Ce chiffre montre que Ken Burns ne peut prétendre à raconter l’histoire de tous, mais bien celle d’une guerre du point de vue américain – un propos qui a, certes, gagné en nuance par ses intervenants vietnamiens par rapport à des récits filmés antérieurs. Une autre remarque peut être faite sur ces témoignages : l’attention portées à certaines histoires plutôt qu’à d’autres est parfois difficilement justifiable. Prenons l’exemple de deux intervenantes. Nguyên Thanh Tung combattit avec le Viêt Minh du début du conflit avec les troupes françaises et le Front National de Libération jusqu’à la fin de la guerre civile ; ses deux fils sont morts au combat. Son temps de parole se réduit à deux interventions sur un épisode. D’un autre côté, la mère du soldat américain Denton Crooker Jr intervient sur deux épisodes pour nous parler de l’engagement de son jeune fils dont elle a désespérément attendu le retour aux États-Unis. On ne peut nier que la souffrance de la guerre fut partagée par tous les intervenants ; en revanche il eût été approprié, ne serait-ce que pour une question de véracité historique, de souligner qu’il existe différents degrés dans l’expérience de l’horreur des combats. De même, le duty des soldats américains n’est pas parfaitement symétrique à l’engagement militaire des Nord-vietnamiens. Tandis que dans le camp américain les jeunes soldats partaient pour six mois à un an, avaient tous les jours leurs rations de nourriture et de munitions assurées, le quotidien ne revêtait pas la même stabilité dans le camp ennemi. En outre, le départ au combat était le plus souvent un voyage sans retour pour les soldats du Nord Vietnam (RDVN). L’écrivain Bao Ninh, qui prend la parole à plusieurs reprises dans le documentaire, n’est pas rentré chez lui pendant 6 ans. Dans son témoignage il raconte (épisode 9) : « Là où j’habitais, six hommes étaient partis à la guerre. J’ai été le seul à revenir. »

On peut songer aussi à tous ceux qui n’ont pas pris la parole : les civils présents sur les zones de combat sont ceux dont l’absence se fait ressentir le plus au milieu des témoignages des vétérans. La guerre racontée par Ken Burns est un guerre de soldats affectés pour un temps donné à un terrain d’action, avec des armes et des objectifs de mission, et l’espoir du retour à la maison. Qu’en est-il lorsque votre foyer est le champ de bataille, vous et votre famille des cibles en mouvement, et que vous n’avez d’autre choix sinon d’attendre, des années durant, la fin des bombardements ? La question des civils n’a pas été assez traitée3. C’est là toute l’ambiguïté du film de Ken Burns. L’intention du réalisateur était de rendre leur place dans le récit de la guerre du Vietnam aux Vietnamiens, ennemis ou alliés, pourtant son regard s’est attardé plus longuement sur les Américains dont les témoignages occupent la plus grande partie du film. L’écran est partagé, pour autant ce partage n’est pas équitable. Pourquoi ? La réponse réside dans l’auditoire à qui s’adresse le film et dans le message qui veut être passé.

La guerre, vue depuis le champ de bataille, et le patriotisme

Burns a réussi sa démonstration sur un plan : celui de montrer que la complexité d’un conflit armé ne trouve sa véritable expression que dans les récits individuels. On oscille entre ces deux versants de l’expérience du combat que sont les remords et les traumatismes face à la violence de la guerre d’un côté et la fierté de l’engagement et de la bravoure au combat – récompensée par les médailles – de l’autre. Vincent Okamoto, le soldat d’origine japonaise le plus décoré du conflit, livre ses impressions après le récit d’une opération de « nettoyage » d’un tunnel vietnamien : « C’est la première fois que j’ai pris conscience d’avoir tué des gens, et ça n’avait rien de glorieux. » Au travers des récits de soldats, c’est le concept même de patriotisme qui est interrogé. Peut-on tout faire et tout accepter au nom de la mère patrie ? Dans l’épisode 6, le soldat Lo Khac Tam de l’armée Nord Vietnamienne résume en une phrase cette ambiguïté : « J’ai reçu la médaille de ‘valeureux soldat tueur d’Américains’ … mais on l’a payée du sang de nos camarades ».

D’aucuns ont reproché au film de dresser le portrait des vétérans du Vietnam comme des individus tristes, détachés et presque dégoûtés par leur implication dans les combats. Pourtant, les sondages montrent que 90 % des hommes qui ont servi sont fiers de leur engagement. Le sense of pride4 relativement absent du film est un parti pris qui ne rend pas entièrement compte de ce que signifie être un vétéran du Vietnam. Le réalisateur montre clairement de quel côté il se situe, mais rappelle aussi que les États-Unis se sont déchiré, et se déchirent encore, autour de la légitimité de la guerre. Le verdict du procès du soldat tenu pour responsable de la tuerie de Mai Lai était « aussi controversé que la guerre elle-même » : à l’époque, 79 % des Américains n’étaient pas d’accord pour reconnaître le soldat coupable.

« Burns et Novick nous livrent une nouvelle œuvre monumentale pour apporter une lumière nouvelle sur un conflit qui divise toujours les États Unis. The Vietnam War, c’est l’histoire d’une plaie jamais fermée.  » (Manon Barret)

Le récit d’une débâcle politique et d’une déchirure sociale

Burns veut montrer que la guerre se déroulait autant aux États-Unis que sur le sol Vietnamien, de par les fractures qu’elle a créées entre les citoyens et le monde politique d’une part et au sein de la société américaine d’autre part. Le documentaire a le mérite de rendre explicite, et même didactique, le rôle joué par les présidents américains dans l’initiative de la guerre et dans l’intensification de l’ampleur et de la violence des combats. Le silence fut gardé pour éviter à tout prix l’humiliation d’une défaite cuisante comme avaient connu les Français à Ðiện Biên Phủ avant eux. Aucune figure politique ne reçoit de traitement de faveur dans le film, pas même John F. Kennedy. On rappelle qu’il a transgressé les accords de Genève dès le début en venant grossir les rangs de l’armée Sud Vietnamienne et que l’agent orange fut utilisé sous son mandat dès 1961. Nul besoin d’effets cinématographiques élaborés pour montrer tout le cynisme des décisionnaires de la guerre : toutes les conversations téléphoniques des protagonistes américains sont archivées. On voit à l’écran des bobines d’enregistrements audio tourner tandis que les preuves accablantes de l’hypocrisie de la vie politique parviennent à nos oreilles. « Je voulais juste que vous sachiez à quel point cela me touche, et tous ces bruits qui courent à propos de [toussotement] quelqu’un essayant de saboter l’action du gouvernement de Saigon n’ont absolument aucune crédibilité de mon point de vue», voilà les propos de Richard Nixon au président Lyndon Johnson le 3 novembre 1968, après qu’il ait délibérément sapé les négociations de paix à Paris en promettant son soutien au Président sudiste Nguyên Van Thiêu contre le Nord Vietnam.

Le documentaire fait la part belle aux mouvements sociaux qui ont secoué l’Amérique des années 1960, des mouvements qui avaient pour toile de fond la guerre du Vietnam. Les mouvements anti-war et pro-war nés de cette époque trouble ont façonné deux visions opposées de l’Amérique qui se font encore face de nos jours. A l’échelle des parcours individuels, c’est tout le combat moral interne de l’Amérique qui s’exprime. Les destins parallèles des soldats Karl Marlantes et Tim O’Brien sont un reflet des luttes entre sens du devoir et convictions politiques. L’épisode 7 commence avec l’histoire de O’Brien, engagé dans l’armée avant tout par peur du jugement de sa communauté. Marlantes de même ne voulait pas être un « planqué » selon ses propres mots tandis que ses camarades risquaient leur vie au Vietnam. Les deux hommes se battaient pour une guerre qu’ils estimaient injuste, mais ils ne pouvaient envisager de « trahir » les leurs.

« Ni gagnants, ni perdants », quel bilan et quel message ?

Quel bilan faut-il retenir de la guerre selon Burns ? Le réalisateur semble partager le point de vue de Bao Ninh qui dit « il ne reste que des ruines » (premier épisode). Les destins individuels de plusieurs soldats tout au long du conflit nous montrent le long basculement des volontés, d’un patriotisme martial chevillé au corps à la désillusion, la défiance croissante envers le gouvernement et la remise en cause de l’objet de la guerre en lui-même. Les premiers épisodes nous donne à voir au milieu des années 1960 le jeune Denton Crocker Jr, plein de fougue et prêt à faire pression sur ses parents pour partir au combat avant l’âge requis. Dans les derniers épisodes, l’image des troupes américaines est celle d’une horde de soldats désabusés qui puisent dans la drogue des sursauts de motivation (épisode 8). La construction du mémorial aux Vétérans à Washington est un moment émouvant du film qui, arrivé au dixième épisode du documentaire, montre un point de vue fataliste et sans équivoque du bilan de la guerre : ni gagnants, ni perdants, la guerre ne fut pourvoyeuse de rien d’autre sinon de mort pour de jeunes soldats d’extraction modeste. Au delà des chiffres et des récits de bataille, la guerre est avant tout cette accumulation de récits de vies qui ont pris fin au seuil de l’âge adulte, résumés par des noms gravés sur un mur.

La fuite de Saïgon est un des derniers moments forts de la saga. Le récit du retrait des troupes américaines et l’abandon des Sud-Vietnamiens à leur sort, ces images historiques bien connues prennent des allures de mea culpa teinté de honte5 au nom de tout un pays lorsque, en off, on peut entendre un ancien analyste de la CIA, Frank Snepp : « La plupart des américains n’aimeraient pas entendre que les communistes étaient des alliés plus fidèles, mais c’était en fait le cas. »

★ ★ ★

Kens Burns aime à faire « rimer »6 l’histoire de l’Amérique. Son propos n’est jamais tout à fait éloigné de la réalité contemporaine. « The Vietnam War made the war matter again »7, c’est sans nul doute le plus grand mérite du film : rouvrir le débat sur les responsabilités américaines. Si grandes soient les omissions du film sur un plan historique – la colonisation française résumée en 20 minutes, le rôle amoindri des Sud-Vietnamiens – on ne peut lui retirer le courage de mettre les États-Unis face à leurs erreurs et leurs contradictions. La guerre filmée, l’intervention des troupes américaines sur des terrains étrangers pour des raisons obscures, le mensonge et la duplicité des élites politiques impliquées dans les décisions de guerre… Les parallèles entre le Vietnam et l’histoire récente des États-Unis au Moyen-Orient sont aisément traçables8. C’est tout le sens de l’effet Ken Burns9, l’effet de zoom lent sur des images fixes dans les documentaires. Le réalisateur redonne du mouvement aux images d’archive figées, il nous invite à les regarder attentivement. S’en est-il jamais caché ? Toute l’œuvre de Ken Burns10 est tournée vers l’Amérique et son peuple. Qu’il parle de jazz, de baseball, de Conquête de l’Ouest, de Mark Twain ou de la Seconde Guerre Mondiale, ou à présent de la guerre du Vietnam, le cinéaste poursuit toujours le même objectif : analyser la construction de l’identité des États-Unis, et par là même exposer à la société américaine contemporaine la racine de ses maux.

Manon Barret, promotion ASIOC 2017-2018

Sommaire des épisodes11.

Pour chaque épisode les titres français et américains (aux sens parfois très différents) sont écrits. En raison de sa longueur, la version américaine contient un épisode de plus que la version internationale – voir épisode 4.

1) Indochine, la Fin 1858 – 1961 / Déjà Vu

« Au terme d’une guerre longue et brutale, les révolutionnaires indépendantistes du Viet-Minh menés par Hô-Chi-Minh mettent fin à près d’un siècle de domination coloniale. »

2) Insurrection 1961 – 1963 / Riding the Tiger

« Conseillé par le ministre de la défense Robert McNamara, favorable au concept de « guerre limitée », le président Kennedy envoie des bataillons des forces spéciales combattre aux côtés de l’armée sud-vietnamienne l’insurrection Viet-Cong qui gagne du terrain. »

3) Le Bourbier Janvier – Décembre 1965 / The River Styx

« Alors que le chaos menace à Saigon, où huit gouvernements se succèdent en 18 mois, Hanoi et le Viet-Cong multiplient les offensives dans le Sud. »

4) Le Doute Janvier 1966 – Décembre 1967 / Resolve Janvier 1966 – Juin 1967 & This is What We Do Juillet – Décembre 1967

« Le Président Johnson envoie toujours plus d’appelés au Vietnam, tandis que des troupes Nord-Vietnamiennes renforcent le Vietcong au Sud. »

5) Révoltes Janvier – Juillet 1968 / Things Falling appart

« A la veille des célébrations du Têt (la fête du Nouvel An Vietnamien), les troupes Nord-Vietnamiennes et les forces Vietcong lancent une série d’attaques surprises coordonnées sur les grandes villes et les bases militaires à travers tout le sud. »

6) Fantômes Juin 1968 – Mai 1969 / The Veneer of Civilization

« De Paris à Prague, de Berlin à Washington, l’esprit de révolte gronde… »

7) Mer de Feu Avril 1969 – Mai 1970 / The History of the World

« Au printemps 1969, 543 482 soldats américains sont au Vietnam et 40 794 ont perdu la vie. Le moral des troupes est au plus bas. »

8) Guerre Civile Mai 1970 – Mars 1973 / A Disrespectful Loyalty

« Avec le retrait progressif des troupes américaines, les forces sud-vietnamiennes désormais seules, tentent en vain de couper la piste Hô-Chi-Minh au Laos. »

9) L’Effondrement Mars 1973 à nos jours / The Weight of Memory

« Alors qu’éclate le scandale du Watergate, la plupart des forces américaines quittent le Vietnam après la signature d’un accord entre Hanoi et Washington prévoyant le retour des troupes en échange du retour des prisonniers. »

___________________________________

Références citées :

Boulet-Gercourt, Philippe. « La division que vit l’Amérique trouve son origine au Vietnam », TéléOb, 18 septembre 2017. Accessed December 15, 2017. https://teleobs.nouvelobs.com/actualites/20170906.OBS4300/la-division-que-vit-l-amerique-trouve-son-origine-au-vietnam.html.

Callahan, Maureen. « ‘Vietnam’ reveals the folly of a war that scarred America », New York Post, 15 septembre 2017. Accessed December 15, 2017. https://nypost.com/2017/09/14/vietnam-reveals-the-folly-of-a-war-that-scarred-america/.

« Effet Ken Burns. » Wikipedia, 21 novembre 2017. Accessed December 15, 2017. https://fr.wikipedia.org/wiki/Effet_Ken_Burns.

McFarland, Melanie. « Ten years in the making, ‘The Vietnam War’ is broad and stunning » Salon, 18 septembre 2017. Accessed December 15, 2017. https://www.salon.com/2017/09/17/ten-years-in-the-making-the-vietnam-war-is-broad-and-stunning/.

« The Films », site de Ken Burns. Accessed December 15, 2017. http://kenburns.com/the-films/.

Theintercept, « The Ken Burns Vietnam War Documentary Glosses Over Devastating Civilian Toll », The Intercept, 28 septembre 2017. Accessed December 15, 2017. https://theintercept.com/2017/09/28/the-ken-burns-vietnam-war-documentary-glosses-over-devastating-civilian-toll/.

Ural, Andrew Wiest and Susannah, « Opinion | The Ken Burns Effect », The New York Times, 29 octobre 2017. Accessed December 15, 2017. https://nyti.ms/2y5tFP4.

West, Bing, « Missing from Ken Burns’ ‘Vietnam’: The patriotism and pride of those who fought », New York Post, 19 septembre 2017. Accessed December 15, 2017. https://nypost.com/2017/09/19/missing-from-ken-burns-vietnam-the-patriotism-and-pride-of-those-who-fought/.

 

Notes

  1. La chaîne Arte, qui a diffusé le documentaire en France, a proposé aux spectateurs une version condensée en neuf épisodes. Cette version française est disponible à la vente sur le site de vidéo à la demande de la chaîne franco-allemande, à voir sur : https://boutique.arte.tv/detail/vietnam_neuf_episodes []
  2. Boulet-Gercourt, Philippe. « La division que vit l’Amérique trouve son origine au Vietnam. » TéléObs. September 18, 2017. Accessed December 15, 2017 []
  3. Theintercept. « The Ken Burns Vietnam War Documentary Glosses Over Devastating Civilian Toll. » The Intercept. September 28, 2017. Accessed December 15, 2017 []
  4.  West, Bing. « Missing from Ken Burns’ ‘Vietnam’: The patriotism and pride of those who fought. » New York Post. September 19, 2017. Accessed December 15, 2017 []
  5. Callahan, Maureen. « ‘Vietnam’ reveals the folly of a war that scarred America. » New York Post. September 15, 2017. Accessed December 15, 2017 []
  6. Boulet-Gercourt, Philippe. « La division que vit l’Amérique trouve son origine au Vietnam », art. cit. []
  7. Ural, Andrew Wiest and Susannah. « Opinion | The Ken Burns Effect. » The New York Times. October 29, 2017. Accessed December 15, 2017 []
  8. McFarland, Melanie. « Ten years in the making, ‘The Vietnam War’ is broad and stunning. » Salon. September 18, 2017. Accessed December 15, 2017 []
  9. « Effet Ken Burns. » Wikipedia. November 21, 2017. Accessed December 15, 2017 []
  10. « The Films. » Ken Burns. Accessed December 15, 2017 []
  11.  Arte. « Vietnam. » ARTE Boutique – Films et séries en VOD, DVD, location VOD, documentaires, spectacles, Blu-ray, livres et BD. Accessed December 15, 2017 []

« The Killing Fields of Dr. Haing S. Ngor », film documentaire d’Arthur Dong [2015]

[ndlr] Le Centre Bophana à Phnom Penh diffusera le samedi 11 novembre 2017 le film documentaire consacré au Dr. Haing S. Ngor (1940-1996).

Samedi 11 novembre à 17h : Ciné Samedi

The Killing Fields of Dr. Haing S. Ngor

វាលពិឃាត វេជ្ជ. ហ៊ាំង ង៉ោ

 

Réalisé par Arthur Dong, 87min, 2015, version khmère.

Le film décrit la vie, le temps et l’assassinat du docteur Haing S. Ngor, acteur et humanitaire. Survivant du génocide Khmer rouge, il a réussi à s’échapper aux États-Unis où il a obtenu un Oscar pour son rôle dans La déchirure de Roland Joffé.

Entrée libre

Source : Bophana. Centre de ressources audiovisuelles

Image « à la une » : Haing S. Ngor dans le rôle de Dith Pran dans le film La Déchirure (1984) © DR

Projection : Retour sur une illusion – film documentaire de Claudio Recupero et d’Elena Hazanov

[nldr] Projection du film documentaire de Claudio Recupero et d’Elena Hazanov sur le Cambodge des Khmers rouges.

logoFestivalFDHRencontrer un couple ayant survécu au terrible régime des Khmers rouges et filmer leur témoignage. Telle est l’expérience incroyable qu’ont vécu six lycéens suisses, sous l’impulsion des réalisateurs Hazanov et Recupero. Conduisant le spectateur de Bruxelles à Paris puis à Phnom Penh, ce film documentaire donne à voir le témoignage poignant de Ong Thong Hoeung et de son épouse Bounnie sur leur descente aux enfers dans les camps de rééducation khmers rouges. Il est également le reflet de la relation singulière qui se créé entre ces témoins et les six jeunes personnes qui recueillent leur histoire.

RetourSurUneIllusionOng Thong Hoeung et Bounnie © DR

Programmation

  • FIFDH PARIS 2016 / mer 06 avril / 09h30
  • FIFDH PARIS 2016 / mer 06 avril / 18h00
  • FIFDH PARIS 2016 / ven 08 avril / 15h30
  • FIFDH PARIS 2016 / mer 13 avril / 20h00

Source : Festival International du Film des Droits de l’Homme de Paris

Cinéma vietnamien : portrait de Lê Bá Đảng & Les deux mondes de Phạm Văn Nhận, 19 septembre 2015

[ndlr] Projection de films vietnamiens sur deux anciens « travailleurs indochinois » (Công Binh) : le peintre Le Ba Dang (matricule Zae 6) et le cinéate Pham Van Nhan (matricule Ztw 605).

  • Un court métrage de 20 mn  réalisé sur le peintre Le Ba Dang par le grand cinéaste Dang Nhat Minh ( “La saison des goyaves” et “Quand viendra le 10ème mois”) et dont le montage fut achevé presque le jour même du décès du peintre fin janvier 2015.
  • Un long métrage produit et réalisé en 1953 par Pham van Nhan qui a fait jouer ses camarades cong binh dans le film.

Ciné-club Yda* & Echanges culturels et économiques France-Vietnam

présentent

le samedi 19 septembre à 14 h

Cinéma La Clef

34 rue Daubenton, Paris 5e – Métro : Censier – Daubenton

  • Le Ba Dang – de Bich La à Paris (Lê Bá Đảng- từ Bích La đến Paris)

Documentaire de Đặng Nhật Minh

Production : Khanh An, 2015, 22’, vostf.

Né en 1921 au village de Bich La Dong, dans la province de Quang Tri, il est arrivé en France en 1939 en tant que travailleur requis par les autorités coloniales, participe aux troupes françaises et est fait prisonnier par les Allemands. Diplômé des Beaux Arts de Toulouse (1948), Le Ba Dang commence à exposer à Paris en 1950. Il s’est éteint le 7 mars 2015 à Paris, à l’âge de 94 ans, alors que s’achevait le montage de ce documentaire à Hanoi.

  • Les deux mondes (Hai thế giới)

Film de fiction de Phạm Văn Nhận

Production : Tan Viet Nam, 1953, 61’, vostf.

Avec : Phùng Thị Nghiệp, Lê Hùng, Vũ ngọc Tuân, Phạm Ngọc Tuấn, Yana Gani. Copie restaurée par les Archives françaises du film.

Au début des années 1950, en raison de la guerre d’Indochine, beaucoup d’étudiants vietnamiens à Paris ne reçoivent plus d’aides de leur famille au pays et sont obligés de travailler pour subvenir à leurs besoins. C’est le cas de Tan, étudiant à la faculté de droit le jour, chanteur dans un cabaret la nuit. Jusqu’au jour où atteint de tuberculose, il doit tout quitter, y compris son amie Lan, pour le sanatorium. Un monde à part où les jours se suivent et se ressemblent, et que Tan découvre grâce à deux compagnons, Cat et Khoa, qui, comme lui, ne savent pas quand ils pourront en sortir.

Débat

Les pionniers du cinéma vietnamien

Contact : cineclub.yda@gmail.com

PAF: 5 € (étudiant : 3 €)

Facebook : https://www.facebook.com/pages/YDA/1530764113840508

 

* Cinéclub YDA ( Yeu Dien Anh : aimer le cinéma, en vietnamien) dirigé par le cinéphile Tran Hai Hac.

Merci à Joël Pham et Lam Lê pour cette information.

Image « à la une » : Les deux mondes (1953) : Le Hung (au centre), Pham Ngoc Tuan (à gauche) et Vu Ngoc Tuan (à droite).

Retour sur une illusion. Comment ils ont cru aux Khmers rouges

[ndlr] Annonce de la projection d’un film sur la vie d’un couple cambodgien sous le régime des Khmers rouges. Film projeté à Genève les 15 et 16 mai prochains à l’occasion de la première édition des Rencontres de Genève Histoire et Cité dont le le thème général sera « Construire la paix ».

RetourSurUneIllusion

Retour sur une illusion. Comment ils ont cru aux Khmers rouges

Réal. Elena Hazanov, Claudio Recupero, CH, 2015, 73 min, Coul, vo fr, 12/12 ans

DOCUMENTAIRE

Rencontrer un couple ayant survécu au terrible régime des Khmers rouges et filmer leur témoignage. Telle est l’expérience incroyable qu’ont vécue six lycéens suisses, sous l’impulsion des réalisateurs Hazanov et Recupero. Conduisant le spectateur de Bruxelles à Paris puis à Phnom Penh, ce documentaire est autant le témoignage poignant de Ong Thong Hoeung et de son épouse Bounnie sur leur descente aux enfers dans les camps de rééducation khmers rouges, que le reflet de la relation singulière qui se crée peu à peu entre ces témoins aujourd’hui âgés et six jeunes suisses qui recueillent leur histoire.

Source : Histoire et Cité

Last Days in Vietnam [sortie officielle en avril 2015]

[ndlr] Message du VSG. Diffusion exclusive jusqu’à demain 7/02/2015 du film documentaire de Rory Kennedy sur la fin de la guerre du Viêt Nam. Malheureusement non accessible depuis la France, la Thailande ou le Viêt Nam. Cliquez sur l’image pour accéder au site.

LastDaysInVietnam

PBS, the US public TV network, has just posted Rory Kennedy’s widely praised documentary film, Last Days in Vietnam.  It can be viewed/streamed in full at the link below, but just from February 5-7.

http://www.pbs.org/wgbh/americanexperience/lastdays/

The film will be broadcast by PBS for the first time at 9pm on April 28.

In April of 1975, the North Vietnamese Army was closing in on Saigon as South Vietnamese resistance was crumbling. Approximately 5,000 Americans remained with roughly 24 hours to get out. Their South Vietnamese allies, co-workers, and friends faced certain imprisonment and possible death if they remained behind, yet there was no official evacuation plan in place. Still, over the last days in Vietnam, with the clock ticking and the city under fire, 135,000 South Vietnamese managed to escape with help from a number of heroic Americans who took matters into their own hands, engaging in unsanctioned and often makeshift operations in a desperate effort to save as many people as possible.

* * *

Voir aussi les autres extraits suivants :

News footage shows the panic permeating South Vietnam leading up to the Fall of Saigon in April, 1975.

Col. Stuart Herrington recounts helping groups of South Vietnamese escape during the final days before the fall of Saigon.

South Vietnamese veteran Dam Pham and U.S. Army veteran Stuart Herrington describe the chaos at the U.S. Embassy during the final days of Saigon in April, 1975.

Kiem Do, a colonel in the South Vietnamese Navy, remembers the solemn flag-lowering ceremony aboard the U.S.S. Kirk after the fall of Saigon.

Miki Nguyen tells the story of the day his family left Vietnam.

With so many South Vietnamese helicopters landing on the USS Kirk, the crew had no other option than to dump the helicopters overboard once they’d unloaded their passengers.

Journalist Jim Laurie recalls the looting that took place after the last U.S. helicopters left the American Embassy in Saigon in April, 1975.

As North Vietnamese tanks rolled into Saigon, eleven U.S. Marines found themselves on the roof of the American Embassy with no U.S. helicopters in sight.

After the Fall of Saigon, Dam Pham and other South Vietnamese soldiers wondered what fate awaited them.

* * *

Possibilité de voir le film sous-titré en vietnamien sur YouTube à l’adresse suivante :

https://www.youtube.com/watch?v=HBJaDLx-ULY