Archives par mot-clé : film de fiction

Cinéma vietnamien : portrait de Lê Bá Đảng & Les deux mondes de Phạm Văn Nhận, 19 septembre 2015

[ndlr] Projection de films vietnamiens sur deux anciens « travailleurs indochinois » (Công Binh) : le peintre Le Ba Dang (matricule Zae 6) et le cinéate Pham Van Nhan (matricule Ztw 605).

  • Un court métrage de 20 mn  réalisé sur le peintre Le Ba Dang par le grand cinéaste Dang Nhat Minh ( “La saison des goyaves” et “Quand viendra le 10ème mois”) et dont le montage fut achevé presque le jour même du décès du peintre fin janvier 2015.
  • Un long métrage produit et réalisé en 1953 par Pham van Nhan qui a fait jouer ses camarades cong binh dans le film.

Ciné-club Yda* & Echanges culturels et économiques France-Vietnam

présentent

le samedi 19 septembre à 14 h

Cinéma La Clef

34 rue Daubenton, Paris 5e – Métro : Censier – Daubenton

  • Le Ba Dang – de Bich La à Paris (Lê Bá Đảng- từ Bích La đến Paris)

Documentaire de Đặng Nhật Minh

Production : Khanh An, 2015, 22’, vostf.

Né en 1921 au village de Bich La Dong, dans la province de Quang Tri, il est arrivé en France en 1939 en tant que travailleur requis par les autorités coloniales, participe aux troupes françaises et est fait prisonnier par les Allemands. Diplômé des Beaux Arts de Toulouse (1948), Le Ba Dang commence à exposer à Paris en 1950. Il s’est éteint le 7 mars 2015 à Paris, à l’âge de 94 ans, alors que s’achevait le montage de ce documentaire à Hanoi.

  • Les deux mondes (Hai thế giới)

Film de fiction de Phạm Văn Nhận

Production : Tan Viet Nam, 1953, 61’, vostf.

Avec : Phùng Thị Nghiệp, Lê Hùng, Vũ ngọc Tuân, Phạm Ngọc Tuấn, Yana Gani. Copie restaurée par les Archives françaises du film.

Au début des années 1950, en raison de la guerre d’Indochine, beaucoup d’étudiants vietnamiens à Paris ne reçoivent plus d’aides de leur famille au pays et sont obligés de travailler pour subvenir à leurs besoins. C’est le cas de Tan, étudiant à la faculté de droit le jour, chanteur dans un cabaret la nuit. Jusqu’au jour où atteint de tuberculose, il doit tout quitter, y compris son amie Lan, pour le sanatorium. Un monde à part où les jours se suivent et se ressemblent, et que Tan découvre grâce à deux compagnons, Cat et Khoa, qui, comme lui, ne savent pas quand ils pourront en sortir.

Débat

Les pionniers du cinéma vietnamien

Contact : cineclub.yda@gmail.com

PAF: 5 € (étudiant : 3 €)

Facebook : https://www.facebook.com/pages/YDA/1530764113840508

 

* Cinéclub YDA ( Yeu Dien Anh : aimer le cinéma, en vietnamien) dirigé par le cinéphile Tran Hai Hac.

Merci à Joël Pham et Lam Lê pour cette information.

Image « à la une » : Les deux mondes (1953) : Le Hung (au centre), Pham Ngoc Tuan (à gauche) et Vu Ngoc Tuan (à droite).

Les deux mondes – un film de Pham Van Nhan [1953]

[ndlr] Message de Lam Le.

Projection exceptionnelle et unique

dans les conditions techniques idéales de la Cinémathèque Française

Cinema

Lundi 16 juin à 19h30

du premier film de fiction tourné en France

LES DEUX MONDES (1953)

de

PHAM VAN NHAN

1er cinéaste vietnamien de France

Ancien Cong Binh 1939-40

et

Témoin dans le film “Cong Binh, la longue nuit indochinoise”

Phan, étudiant vietnamien à Paris, est atteint de la tuberculose. Il est hospitalisé dans un sanatorium universitaire de la banlieue parisienne. Loin de sa famille, qui ne peut plus subvenir à ses besoins à cause de la guerre, il continue malgré tout à travailler la nuit comme musicien dans les restaurants et les cabarets. Ses amis vietnamiens ne se rendent pas compte qu’il vit dans un total dénuement, dans un monde à part.

 

Film présenté par Lam Lê

 Pellicule 35mm, format original 1.33 en N&B

avec des acteurs et techniciens cong binh de 1939-40

VO en vietnamien et ST en français par la Cinémathèque Française

58, rue de Bercy 75012 – Métro Bercy

Source : Cinémathèque

Projection de la trilogie indochinoise de Lam Lê à Paris [rappel]

Suite à la diffusion du film Công Binh de janvier à mai 2013, nous avons le plaisir de vous présenter les premiers films du réalisateur Lam Lê, en sa présence.

LamLe_AnnonceTrilogie

  • POUSSIERE D’EMPIRE, 1h45, 1983

En 1954, pendant la guerre d’Indochine, un prisonnier vietnamien confie à un enfant un message pour sa jeune femme enceinte. Mais il se passera 25 ans avant que celui-ci, passé de main en main, lui parvienne à Paris, où elle habite désormais. Leur fille revient au Viêt Nam décidée à refaire l’extraordinaire itinéraire de ce papier dispersé au fil des drames et des souffrances de son pays natal.

Séance mercredi 3 juillet à 20h30, suivi d’un débat avec le réalisateur.

  • 20 NUITS ET UN JOUR DE PLUIE, 1h25, 2006

Une femme, vivant depuis plusieurs années à Java, revient en France, pour quelques courts moments. Un homme, originaire du Viêt Nam, vit en France depuis de nombreuses années. Tous les deux sont en rupture avec leurs origines pour des raisons différentes et vont essayer de se retrouver à travers leurs expériences.

Séance jeudi 4 juillet à 20h30, suivi d’un débat avec le réalisateur.

  • CONG BINH LA LONGUE NUIT INDOCHINOISE, 1h56, 2013

A la veille de la Seconde Guerre mondiale, 20 000 Vietnamiens étaient recrutés de force dans l’Indochine française pour venir suppléer dans les usines d’armement les ouvriers français partis sur le front allemand. Pris à tort pour des soldats, bloqués en France après la défaite de 1940, livrés à la merci des occupants allemands et des patrons collabos, ces ouvriers civils appelés Cong Binh menaient une vie de parias sous l’Occupation. Ils étaient les pionniers de la culture du riz en Camargue. Considérés injustement comme des traîtres au Viêt Nam, ils étaient pourtant tous derrière Ho Chi Minh pour l’Indépendance du pays en 1945.

Séances le mercredi 3 et jeudi 4 juillet à 18h.

Source : Message de Lam Lê et La Clef

Projection de la trilogie indochinoise de Lam Lê – Paris – 3 & 4 juillet 2013

[ndlr] A l’occasion de la sortie du DVD du film « Công Binh, la longue nuit indochinoise », le Cinéma La Clef (34 rue Daubenton, 75005 Paris) fera les 3 et 4 juillet prochains une projection exceptionnelle de trois films de Lam Lê. L’événement intitulé « La trilogie indochinoise » a programmé la projection des trois films suivants :

  • Poussière d’empire, 20h30 + débat à 22h, mercredi 3 juillet
  • Công Binh, 18h, mercredi 3 et jeudi 4 juillet
  • 20 nuits & un jour de pluie, 20h30 + débat à 22h, jeudi 4 juillet

TrilogieIndochinoise

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Source : message de Lam Lê, 19/06/2013.

Bụi Đời Chợ Lớn – guerre des gangs et violences à Cholon [trailer]

BuiDoiChoLon[ndlr] Le film « Bụi Đời Chợ Lớn » (littéralement « Les poussières de vie de Cholon », traduit Chinatown) de Charlie Nguyen a créé la polémique à sa sortie en avant-première.

Pour n’avoir pas respecté « les règles sur le cinéma », le film a été, pour l’instant, interdit de projection au Viêt-Nam et sa sortie officielle en salle prévue le 19 avril dernier a été reportée. Le scénario n’a semble-t-il pas été soumis à la censure au préalable et au final le fim comprend, selon les autorités, trop de « scènes de violence et de tuerie », « à la Hong Kong » [1]. Pour Tuoi Tre, le film devra se débarrasser de ses « scènes gore » pour espérer voir le jour [2].

Mettant en scène la guerre d’un jour entre deux gangs du quartier chinois de Saigon, le film contient d’inévitables scènes de violence dans la tradition des films d’arts martiaux asiatiques. Les amateurs de cinéma d’action et de voltiges martiales ne s’y sont d’ailleurs pas trompés, fascinés par ce film comprenant « des combats à la machette » [3]. Son interdiction (provisoire?) est peut-être plus prosaïquement liée à la mauvaise réputation qu’il donne à voir de Cholon, ville puis quartier historique des Chinois de Saigon, dans un contexte où les relations sino-vietnamiennes restent empoisonnées par les tensions en Mer de Chine méridionale.

C’est en effet ce qui ressort des avis officiels qui condamnent (1) l’impact négatif que pourrait avoir le film sur les jeunes et (2) la fausse idée véhiculée par le film d’un quartier chinois où régneraient l’insécurité, la violence et les gangs [4], ce qui n’est effectivement pas le cas. Le réalisateur espère de son côté qu’après quelques modifications de façade, le Viêt-Nam respectera la liberté d’expression d’une fiction cinématographique qui ne prêtant pas refléter la réalité. Entre liberté artistique et contrôle social, les autorités communistes toujours très soucieuses de l’image renvoyée à l’étranger de leur pays, devront trancher.

FG, 28/04/2013.

[1] Voir : Hạnh Phương, « Bụi đời chợ Lớn » đã phạm luật như thế nào? », VietnamNet, 11/04/2013 ; Hoài Thi, Bụi đời Chợ Lớn giống ở… Hồng Kông, Bao Cong An Online, 13/04/2013.

[2] The gory local gangster flick’s ordeal, Tuoi Tre News, 16/04/2013.

[3] Voir par exemple : Voici la bande-annonce de « Bụi Đời Chợ Lớn » avec des combats à la machète !!!, Cinéma Nouvelles, 21/02/2013.

[4] The gory local gangster flick’s ordeal, art. cit.

* * *

Résumé en vietnamien :

Phim xoay quanh mối quan hệ phức tạp giữa 4 nhân vật chính là Hùng Chợ Lớn (Long Điền), Tài Nhớt (Hoàng Phúc), Phong Bụi (Johnny Trí Nguyễn) và Lâm (Hà Hiền). Lâm là em trai Hùng, vì quá si mê Hương (Huỳnh Bích Phương) — người tình của Tài Nhớt nên đã đắc tội với gã đối thủ máu lạnh. Vốn đã có âm mưu chiếm lấy Chợ Lớn nên nhân cơ hội này Tài Nhớt buộc Hùng phải đối đầu với mình. Để tăng thêm phần thắng, hắn đã tìm mọi cách khiến cho Phong Bụi — một cao thủ ẩn mình mà y luôn xem như anh em phải quay trở lại giúp y đánh bại Hùng. Và cuộc chiến đã nổ ra giữa 2 nhóm Tài Nhớt — Hùng Chợ Lớn với những trận đấu sinh tử một mất một còn… (VN Express).

Hà Nội mùa đông năm 1946 – Film de Đặng Nhật Minh [1996]

Né en 1938 à Hue, Dang Nhat Minh, qui a débuté sa carrière en 1965 comme documentariste, a réalisé de nombreuses fictions qui font constamment référence à l’histoire mouvementée du Viêtnam. Tourné en 1984, « Tro ve » (Le retour) évoque le destin d’un ancien boat people revenant à Saïgon pour le compte d’une société étrangère et découvrant les aspects négatifs de la nouvelle économie libérale. Après « Thuong nho dong que » (Nostalgie de la campagne, 1995), primé à Nantes et à Rotterdam, il signe l’année suivante « Ha Noi: Mua dong nam 1946 » (Hanoi-Hiver 1946) qui évoque avec finesse la figure de Ho Chi Minh ainsi que la guerre d’indépendance contre les Français. Ecrivain, journaliste, Dang est également secrétaire général de la « Vietnam Cinema Association ».

Source : Trigon Film

Les mémoires cinématographiques (Hồi ký điện ảnh) du réalisateur peuvent être lues sur le site Viet Studies


 

At the Horizon « ປາຍທາງ » – Plai Tang

At the Horizon « ປາຍທາງ » the first Lao Thriller-Drama movie by the Lao New Wave Cinema Productions.
Officially screening at Lao-Itec, Vientiane, Laos on 22 Feb. 2012 ; French Institute theater, Vientiane, Laos 25 Feb. 2012.

Un cinéaste de 29 ans a mis il y a quelques mois le doigt sur des vérités qui dérangent : dans son film Plai Tang (« Sur l’horizon »), Anysay Keola évoque les questions de l’enrichissement et de la pauvreté, des liens du pouvoir et de la réussite, des enfants gâtés du parti. Un polar noir, violent, au message sans ambiguïté. « Mon film reflète la réalité d’un Laos contemporain où, franchement, il y a les gens bien placés qui ne pensent plus qu’à l’argent et ceux pour lesquels il est impossible de s’offrir les produits de luxe qui s’affichent partout », constate Anysay, chef de file de la « nouvelle vague lao ». « Au plan politique, ajoute-t-il, le système me fait penser à une sorte de monarchie » (extrait de : Bruno Philip, Le Monde, 03/11/2012).

For More Information :
www.atthehorizon-movie.com