Archives par mot-clé : fiche biographique

Thái Văn Kiểm (1922-2015)

ThaiVanKiem[ndlr] Nous avons appris tardivement le décès de Thái Văn Kiểm (1922-2015), érudit vietnamien installé en France depuis 1974 et décédé à Hô Chi Minh-Ville le 21 février dernier. Rappel biographique.

Thái Văn Kiểm (1922-2015) est un orientaliste vietnamien originaire de Huế, ancien Administrateur en chef des services civils du Viêt-Nam et auteur de nombreux ouvrages sur la culture et la civilisation vietnamiennes.

Il naquit le 10 février 1922 à Huế dans le protectorat d’Annam. Il occupa de nombreuses fonctions dans l’administration et la diplomatie entre 1940 et 1975. Pendant la période coloniale, il fut tour à tour fonctionnaire des résidences de l’Annam de 1940 à 1945 puis officia comme fonctionnaire du Haut-commissariat de France en Indochine[1]. Sous le régime de S. M. le Chef de l’État Bảo Đại, il occupa le poste de directeur de la Radio de Huế et de l’information du Centre Viêt-Nam entre 1949 et 1952[2]. Il poursuivit sa carrière administrative comme chef des provinces de Khánh Hòa et de Ninh Thuận (1953-1954)[3]. Il fut également maire de la ville de Nha Trang. Après la partition du pays en juillet 1954, il rejoignit le Sud où il fut affecté au poste de directeur-adjoint des affaires culturelles et du Musée national de Saïgon entre 1955 et 1964.

Il débuta une carrière diplomatique qui l’occupa la décennie suivante jusqu’en 1975. Attaché au Ministère des Affaires étrangères de la République du Viêt-Nam, il travailla dans le domaine de la presse et de l’information, en particulier dans les affaires culturelles et juridiques. Il fut directeur de la Radio de Saïgon en 1963[4]. En tant que conseiller culturel et diplomatique ou de chargé d’affaires, il fut nommé dans plusieurs ambassades de la République du Viêt-Nam à l’étranger, notamment à Tunis (Tunisie) entre 1966 et 1968, à Dakar (Sénégal) entre 1968 et 1970, puis à Kinshasa (Congo) entre 1974 et 1975[5].

Il quitta le Viêt-Nam en 1974 avant la chute de Saïgon pour s’installer en France[6]. Entre 1976 et 1987, il fut bibliothécaire à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris. Très impliqué dans la défense de la culture vietnamienne, il eut en France une vie associative très riche occupant diverses fonctions de direction ou honorifique : vice-Président de l’Association d’Amitié France-Vietnam en 1980 ; vice-Président de l’Association d’études culturelles indochinoises en 1982 ; président d’honneur du Centre d’études vietnamiennes en 1984 et président de l’Association des écrivains de langue française en 1989[7].

Il est titulaire de deux doctorats, l’un en études extrêmes-orientales en 1981 (intitulé : Parémiologie vietnamienne, monographie des proverbes vietnamiens) et le second en lettres en 1989 (Lexicographie vietnamienne, l’œuvre lexicographique des missionnaires et vietnamisants français et des lettrés français)[8;9;10].

Le 7 décembre 1990, il devint membre associé de l’Académie des sciences d’outre-mer où il donna plusieurs conférences sur la culture vietnamienne.

Au cours de sa carrière, il rédigea des ouvrages de référence sur la culture vietnamienne et dirigea des revues culturelles importantes comme Văn hóa nguyệt san et Văn-hóa tùng thư (1955-1962). Au Viêt-Nam, il collabora à de nombreuses revues culturelles : Văn-hóa, Luận-đàm, Đại-học Huế, Bách-khoa, Sáng dội miền Nam, Đời mới, Liên-lạc Á-châu, France-Asie, Sud-Est Asie, Bulletin de la Société des Études Indochinoises (BSEI), Asian Culture. En exil, il contribua à de nombreuses revues des communautés vietnamiennes : Tự Do, Việt Nam Hải-Ngoại, Làng Văn, Độc Lập, Diễn-Đàn Thanh-Niên, Hành-Trình, Cao Niên, Quê Mẹ, Ái-Hữ, Âu-Du, etc.[11]

Il est mort à Hô-Chi-Minh-Ville le 21 février 2015 à l’âge de 93 ans.

Notes

  1. « Thai Van Kiem », sur Académie des sciences d’outre-mer (ASOM).
  2. « Thai Van Kiem », sur ASOM.
  3. (vi) « Thái Văn Kiểm », sur Hoc Xa,‎ 10 janvier 2013.
  4. « Culture et Arts : Thái Văn Kiểm », sur Opusmang,‎ 10 juin 2013.
  5. « Thai Van Kiem », sur ASOM.
  6. (vi) « Mừng gặp học giả Thái Văn Kiểm giữa trời Nam đất Việt », sur Gac Tho Loc,‎ 5 septembre 2012.
  7. « Thai Van Kiem », sur ASOM.
  8. (vi) « Học giả Thái Văn Kiểm qua đời, thọ 93 tuổi », sur Nguoi Viet,‎ 28 février 2015.
  9. « Notice SUDOC », sur SUDOC.
  10. « Notice SUDOC », sur SUDOC.
  11. (vi) « Thái Văn Kiểm », sur Hoc Xa,‎ 10 janvier 2013.

Source : Wikipedia

* * *

Complément bibliographique

Thiên phóng sự Thám Hiểm Ðộng Phong Nha, Giải Nhất (Hà Nội : 1942)

La Princesse Huyên-Trân et l’influence sinochàme sur la musique classique vietnamienne (Saigon : France-Vietnam, 195?)

Un grand poète vietnamien : Hàn Mạc Tử / Một thi hào Việt Nam Hàn Mặc Tử (Saigon : France-Vietnam, 1950)

Étude littéraire, philosophique et scientifique du « Kim-Van-kiêu » (Saigon : France-Viêt-Nam, 1951)

Viêt-Nam, d’Hier et d’Aujourd’hui (Paris-Tanger-Saïgon: Commercial Transworld Editions, 1956).

Vietnam: Past and Present (Paris-Tanger-Saïgon: Commercial Transworld Editions, 1957).

Cố-đô Huế (1960) réédité plusieurs fois (Los Alamitos : Xuân Thu, 1991 ; Đà Nẵng, 1994).

Đất Việt Trời Nam (Saigon : Nxb Nguồn-Sống, 1960).

Việt-Nam nhân-vật chí vựng biên (avec Hồ Đắc Hàm ; [Saigon]: Nha Văn-Hóa, 1962).

Réalités Vietnamiennes (Les réalités permanentes) (avec Nguyễn Ngọc Linh, Saigon: Ministère des Affaires Étrangères du Vietnam, 1966, 2e éd. ; 1969, 3e éd.).

Chỉ nam về Viện Bảo-Tàng quốc-gia Việt-Nam tại Saigon (avec Trương Bá Phát ; Saigon : Bộ Văn Hóa Giáo Dục và Thanh Niên, 1974)

Seng et gingseng : le destin dans la médicine sino-viêtnamienne (Bruxelles : Éditions Thanh-Long, 1976, réimpression des articles de France Asie (Saigon), no. 83-86 (1953) et 113 (1955)

Au pays du nénuphar : contes et légendes du Viêt-Nam et d’ailleurs (Sherbrooke, Québec : Coll. Création, 1977)

Parémiologie vietnamienne : monographie des proverbes vietnamiens (Thèse d’études asiatiques, Paris 7, 1981)

Gastronomie vietnamienne : éthique et esthétique (Conférence faite à l’Association des Études Indochinoises à Paris le 02/12/84, 10 p.)

Lexicographie vietnamienne : l’œuvre lexicographique des missionnaires et vietnamisants français et des lettrés français (Thèse de doctorat, Lettres, Paris, 1989, 2 vol.)

Những nét đan thanh (Glendale, CA: Đại Nam, 1993, 2e éd.)

Việt Nam Tinh Hoa (San Francisco, CA: Mõ Làng, 1997)

Việt Nam Gấm Hoa (Toronto: Làng Văn, 1997)

Việt Nam Anh Hoa (Toronto: Làng Văn, 2000)

Việt Nam Thăng Hoa (Toronto: Làng Văn, 2005)

* * *

Publications officielles

(Première République du Viêt-Nam et Seconde République du Viêt-Nam)

 

Ouvrages sur la culture vietnamienne

 

Approches biographiques

 

Illustrations : Institut de l’Asie Orientale / Fonds Boudarel, Fonds Langlet-Quach / Collection privée MH

  • Voir aussi l’entrée Thái Văn Kiểm sur SachXua.net (photos d’ouvrages dédicacés)

S. E. Bùi Thiện Cơ

SE_BuiThienCoS. E. Bùi Thiện Cơ, Tổng-Đốc à Hải Dương. Né à Hanoi en 1889. Fils de feu S. E. Bùi Khánh Diễn, ancien conseiller à la Cour d’Appel de Hanoi, frère de S. E. Bùi Thiện Căn, Tổng-Đốc à la retraite, oncle de Maître Bùi Tường Chiểu, docteur en droit, Avocat à la Cour d’Appel de Hanoi, de M. Bùi Tường Viên, ingénieur céramiste, et de M. Bùi Tường Hách, Contrôleur des Eaux et Forêts, beau-père de M. Vũ Uyển Văn, tri-phủ de Quảng Oai (Sơn Tây).

Admis à l’école des Hậu-Bổ à titre de Âm-Sinh et a suivi les cours de l’École coloniale de Paris.

En dehors de ces activités principales, il s’occupe encore des œuvres sociales.

A construit l’École des filles « Géhin » [?] au siège du Phủ de Xuân Trường (Nam Định), des écoles, des infirmeries et des maternités à Bình Lục, Duy-Tiên et Nam-sang (Hà Nam).

Est membre de l’Assistance Sociale du Tonkin, de la Commission sanitaire, de l’Association pour la Protection de la femme et des enfants annamites, de l’Association bouddhique et de la Ligue maritime aéronautique et coloniale de Paris, du Conseil d’Administration de l’AFIMA.

Officier du Dragon d’Annam.

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, p. 14.

 

Séminaire “Mémoires d’Indochine” : Mémento auteurs – séance 5

 Année universitaire 2012-2013 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

Mémoires d’Indochine :

Regards internes sur la décolonisation et la guerre

au Viêt-Nam, Laos et Cambodge

* * *

Mémento Auteurs

Notices biographiques des femmes auteurs de la Séance 5

 

Le Ly Hayslip was born in 1949 in Ky La, a vil­lage near Da Nang, Vietnam. The seventh child in a pea­sant farm family, she recei­ved only a third grade edu­ca­tion because she spent her child­hood in the shadow of the Vietnam War, or « American War. » Her bro­thers fought in both the Republican and Communist armies. By the time she was four­teen, she had endu­red tor­ture in a South Vietnamese govern­ment prison for « revo­lu­tio­nary sym­pa­thies, » had fallen under sus­pi­cion for being a govern­ment spy, and was sen­ten­ced to death by the Vietcong. But ins­tead of killing her, her exe­cu­tors raped her, and she fled to Da Nang and then Saigon where she worked as a maid, black market vendor, wai­tress, and hos­pi­tal atten­dant.

When Hayslip was twenty-one, she mar­ried an American civi­lian who was wor­king in Vietnam. In 1970, they esca­ped to the United States. After her hus­band’s death, she began wri­ting her child­hood memo­ries. James, her oldest son, helped her find the right words in English and type the manus­cript. Working as a hou­se­kee­per, fac­tory assem­bly line worker, and res­tau­rant host and mana­ger, she sup­por­ted her three sons through adven­tu­res with two hus­bands, the « love of her life, » fun­da­men­ta­list Christians, and a swind­ler. Her pas­sio­nate deter­mi­na­tion and strong Buddhist faith helped her to thrive as an American citi­zen, and she star­ted a cha­ri­ta­ble orga­ni­za­tion, The East Meets West Foundation, to pro­vide relief to the people of her war-torn home and com­fort to American vete­rans.

Hayslip’s first memoir, When Heaven and Earth Changed Places, was writ­ten with the help of Jay Wurts and publi­shed in 1989. The book was well-recei­ved ove­rall ; a writer for the New York Times Book Review des­cri­bes it as « tou­ching and illu­mi­na­ting . . . lucid, lyri­cal . . . a sea­ring human account. » The memoir exa­mi­nes Hayslip’s theme of sur­vi­val as she rela­tes her mis­for­tu­nes during the Vietnam War and the achie­ve­ments of her return to her mother and her home­land after six­teen years in the United States. Told in a lively, honest style, she recalls her tumul­tuous child­hood in rural Vietnam and her even­tual escape to America. Her story jux­ta­po­ses the tale of her return in a jour­nal-like style com­plete with dates and loca­tions with tales of the past’s sha­dowy memo­ries.

Lynne Bundesen, contri­bu­tor for the Los Angeles Times Book Review, com­ments : « Her story. . .is the pri­vate side of the Vietnamese war. The pri­vate side of any war is rarely told, and it is, supre­mely, the woman’s side . . . Hayslip gives us the point of view of Anywoman, com­bi­ning her auto­bio­gra­phy with an eye­wit­ness account of Vietnam’s his­tory over the last forty years. » Though her story is ama­zing, Trang Hoang, a Vietnamese-American writer from the University of California in Los Angeles, reminds American rea­ders that « as inno­cent rea­ders, we need to remind our­sel­ves that this is only one person’s expe­rience and cannot be repre­sen­ta­tive of the col­lec­tive. The book is a chro­ni­cle of Hayslip’s extra­or­di­nary life. It does not por­tray the life of an ave­rage Vietnamese citi­zen. »

Hoang also warns rea­ders of Hayslip’s biases against the Southern Republican govern­ment and against most Vietnamese males except her father. Hayslip uses nume­rous Vietnamese terms to express her­self throu­ghout both her memoirs, but Hoang states that some of the words and phra­ses are incor­rectly spel­led and trans­la­ted. Other revie­wers also men­tion the « prea­chy » tone in the second half of the book, but the empha­sis on hope and for­gi­ve­ness seems to balance the nega­tive aspects of the wri­ting.

Hayslip’s second memoir, writ­ten in col­la­bo­ra­tion with her son James, was publi­shed in 1993. Child of War, Woman of Peace focu­ses on her life after her emi­gra­tion to the U.S. in 1970. Shortly after set­tling in California with her first hus­band, Ed Munro, he dies. She remar­ries, but her second, abu­sive hus­band also qui­ckly dies. This book was not as pas­sio­na­tely recei­ved by revie­wers, but she none­the­less cap­tu­red praise for her abi­lity to blend Eastern and Western values ; Hayslip has been applau­ded for her contri­bu­tion to the wealth of immi­grant lite­ra­ture.

In December of 1993, Oliver Stone’s film, Heaven and Earth, was relea­sed. This movie is based on Hayslip’s two memoirs. Oliver Stone’s Heaven and Earth — a nar­ra­tive ver­sion of the screen­play with pho­to­graphs by pro­fes­sio­nal pho­to­gra­phers and the direc­tor’s wife, Elizabeth Stone, and an intro­duc­tory essay by Hayslip with Wurts — was relea­sed in conjunc­tion with the film. A Vietnamese edi­tion of this book was prin­ted, brin­ging Hayslip’s story full circle, and a per­cen­tage of the pro­fits from all three books went to the East Meets West Foundation. Hayslip’s conti­nuing suc­cess makes her an admi­ra­ble social acti­vist and writer.

Source : Voices from the Gaps (University of Minnoseta)

* * *

Tran Thi Hao est née en 1957 au Vietnam, docteur ès-lettres de l’université Paris Sorbonne – Paris IV, professeur de français de l’université de Hanoi, elle est actuellement chercheur scientifique, professeur de littérature vietnamienne à Paris. Auteur des nouvelles en vietnamien : Illusions des études à l’étranger, un après-midi au Luxembourg, des articles en vietnamien du journal Femmes vietnamiennes, des articles et reportages en français de la revue carnets du Vietnam.

Née dans une des provinces les plus bombardées par la guerre américaine, Ha An est obsédée par le spectacle des bombardements, et aussi par celui des crapauds, des grenouilles, des insectes dans les abris, les tranchées et les trous individuels. Élevée dans une famille traditionnelle, marquée par le confucianisme, elle affronte difficultés et dénuement extrêmes, pour se montrer digne de ses parents, de ses professeurs… Enfant du régime socialiste du Nord Vietnam, elle croyait que seul le socialisme rendrait la société puissante et prospère. Elle abandonne tout, même une idylle innocente et naïve pour que son père, colonel de l’Armée populaire du Vietnam, puisse honorer la  » pureté  » du Parti communiste. Trente ans plus tard, retrouvant ses anciens amis de l’Université, Ha An est bouleversée par la vie de certains de ses camarades, orientés vers l’argent. Autour de l’histoire d’une jeune fille, le roman trace un tableau de la société vietnamienne dans les années soixante et soixante-dix. (présentation de la quatrième de couverture).

* * *

Xuan Phuong est née à Hué en 1929. Elle fut à tour méde­cin, jour­na­liste, réa­li­sa­trice de films, gale­riste. Danièle Mazingarbe est jour­na­liste. Ao dai est son pre­mier livre.

Fille d’un man­da­rin ami des fran­cais, élevée au cou­vent des Oiseaux à Dalat, Xuan Phuong por­tait l’ao dai, cette tuni­que tra­di­tio­nelle, sym­bole de la femme viet­na­mienne. En 1946, à l’âge de seize ans, elle quitte sou­dain sa famille et sa vie confor­ta­ble pour rejoin­dre le Viêt-minh.

Neuf années durant, pen­dant la guerre d’Indochine, elle vivra dans la jungle au mépris du danger, nu-pieds, vêtue comme ls mon­ta­gnards d’une che­mise rugueuse et d’un pan­ta­lon noir. De retour à Hanoi en 1954, après Dien Bien Phu, Phuong connai­tra les débuts du com­mu­nisme, les natio­na­li­sa­tions, puis les bom­bar­de­ments amé­ri­cains, et la « libé­ra­tion » de Saigon par les trou­pes nord-viet­na­mien­nes en 1975.

Arrivée à l’âge de la retraite, elle entame une nou­velle vie de femme d’affai­res à la tête d’une gale­rie d’art, avec ses trois fils, au cœur d’une famille enfin réunie.

De l’Indochine des fran­cais au Viet-nam aujourd’hui, le témoi­gnage de Xuan Phuong apporte un éclairage inédit sur l’his­toire du Viet-nam, des anec­do­tes émouvantes, des ren­contres – celle de Hô Chi Minh, du géné­ral Giap, de Joan Baez – le récit cap­ti­vant d’une femme excep­tion­nelle qui n’a jamais voulu quit­ter son pays. (présentation de la quatrième de couverture).