Archives par mot-clé : femmes

Catherine Earl : Vietnam’s New Middle Classes – Gender, Career, City

Earl_VietnamsNewMiddleClasses[ndlr] Nouvelle publication sur les classes moyennes vietnamiennes.

This volume explores the social consequences of macro-economic reform introduced in Vietnam more than a quarter of a century ago through a focus on young women graduates who hope to find success in Ho Chi Minh City’s growing graduate labour market. They are part of Vietnam’s new middle class, an educated and affluent segment of society growing with the rapid urbanization of Vietnam’s major cities.

Drawing on a rich person-centred ethnography supplemented with middle-class Vietnamese women’s published autobiographies, it reveals how opportunities for professional work, further education, and leisure lifestyling attract young migrants, particularly female graduates, to Vietnam’s mega-urban Southeast region. Centred on Ho Chi Minh City, it argues that Vietnam’s Southeast enables young women, so long as they remain single, to realize aspirations for betterment that affect not only their own lives, but those of their families and communities who remain in rural Vietnam. It highlights the socio-cultural and material benefits realized through remittances received from urban daughters to emphasize the salience of kinship during periods of social transformation.

The volume concludes with a wide-ranging look at the emergence of middle classes in Pacific Asia in order to locate the Vietnamese new middle class within a globalizing context.

Contents

Acknowledgements vii

1. Middle classes in post-reform Ho Chi Minh City 1
2. Urban middle classes in postcolonial Saigon 49
3. Living in twenty-first century Ho Chi Minh City 87
4. Lifestyles of professional work 109
5. New middle-class leisure culture 135
6. Social mobility in a multi-dimensional family 172
7. Delaying and desiring marriage 209
8. Conclusion 240
References 271
Index 302

Catherine Earl is a social anthropologist and research assistant at Federation Business School, Federation University, Australia. She is a frequent visitor to Vietnam and she has published on social mobility, social welfare and social change in Vietnam and in Australia.

Source : NIAS Press

Yi Tan Kim Pho et Ida Simon-Barouh : Le Cambodge des Khmers rouges, chronique de la vie quotidienne – CR de lecture par Clément Baillet

YiTanKimPho_Ida Simon-Barouh _LeCambodgedesKhmersRougesCet ouvrage est le produit de la rencontre entre deux femmes : Yi Tan Kim Pho et Ida Simon-Barouh. Yi Tan Kim Pho était sage-femme à Phnom-Penh avant l’arrivée des Khmers rouges le 17 Avril 1975 ; elle avait alors vingt-quatre ans. Survivante du régime de Pol-Pot, elle s’exile en France en 1980. C’est en 1981 qu’elle rencontre Ida Simon-Barouh, ethnologue et chercheure au CNRS, spécialiste des relations inter-ethniques, des minorités et des migrations internationales[1]. En 1986, Yi Tan Kim Pho décide de lui raconter son histoire.

L’ouvrage prend la forme d’une chronique, reconstruite par les questions d’Ida Simon-Barouh et les souvenirs de Yi Tan Kim Pho. L’ouvrage est par ailleurs augmenté de croquis, de cartes, d’un glossaire et d’une bibliographie permettant de spatialiser les lieux de vie et d’errance d’Yi Tan Kim Pho ainsi que de contextualiser les dynamiques sociales du Cambodge des années 1970.

Le 17 Avril 1975, les Khmers rouges entrent dans Phnom-Penh. Yi Tan Kim Pho et sa famille sont alors envoyées en rééducation dans le village de Prek Chreu où ils survivent aux soldats, au peuple ancien et à l’environnement hostile. Ils sont ensuite dirigés vers la région de Battambang où Yi Tan Kim Pho donne naissance à un enfant. Ils officient alors en tant que « pionniers de la forêt » (p. 70) et ce jusqu’à l’évacuation du village en 1979, date de l’approche des soldats vietnamiens hostiles aux Khmers rouges. Prise entre le feu des Khmers rouges, des Khmers serei (nationalistes) et des troupes vietnamiennes, sa famille erre durant plusieurs mois dans la forêt où meurt sa mère. Cette même année, ils rencontrent des troupes vietnamiennes qui leur permettent de quitter la forêt et Yi Tan Kim Pho s’engage dans l’administration en tant qu’infirmière avant de décider de fuir le pays. Passant par plusieurs camps de réfugiés, elle traverse la frontière thaïlandaise pour enfin s’envoler vers la France où vivent des membres de sa famille. Des onze personnes parties avec elle en 1975, quatre ont survécu aux années noires du Cambodge.

Le récit de Yi Tan Kim Pho offre une vision particulière sur le régime khmer rouge liée à sa triple identité d’urbaine, de sage-femme et de femme.

La vie d’une urbaine au sein du peuple nouveau

Le récit de Yi Tan Kim Pho nous laisse percevoir la profonde opposition entre les mondes urbain et rural qui tiraille le Cambodge en 1975. Considérés comme corrompus par la ville et l’impérialisme, les citadins cambodgiens sont intégrés au « nouveau peuple » (p. 28) par les Khmers rouges et sont envoyés à la campagne pour être rééduqués. Pour Yi Tan Kim Pho, ce départ est une rencontre avec un espace inconnu, « un pays hostile » (p. 33) et un peuple profondément différent. Le 17 Avril 1975, elle écrit sur les Khmers rouges qu’ils « ont l’air de venir des zones reculées, barbares » (p. 14). A compter de ce jour, les habitants des campagnes, le « peuple ancien » (p. 28), à la langue et aux coutumes différentes, doivent leur servir de modèle. Toutefois, tout le long du récit, Yi Tan Kim Pho considère la campagne et la forêt comme des espaces de dangers. En citadine affirmée, elle cherche son salut dans les villes, que ce soient Battambang ou Phnom-Penh. En 1979, lorsqu’elle revient pour la première fois dans la capitale elle note que « la ville est devenue la campagne. Un des rêves de Pol-Pot » (p. 225), ultime empreinte du régime alors déchu.

Le quotidien d’un membre du peuple nouveau est marqué par le travail difficile et la surveillance de l’Angkar, entité impersonnelle et émanation du régime Khmer rouge. Souvent impliquée auprès des « premières forces » (p. 39), regroupant les plus jeunes et vaillants du « peuple nouveau », Yi Tan Kim Pho se rend dans les champs, rizières et chantiers, considérés comme des « champs de bataille » (p. 40) par les Khmers rouges. La lutte se déroule aussi dans les esprits. Les pauses-déjeuners sont bien plus souvent l’objet de séances d’endoctrinement improvisées que de repas. Du petit matin au point du jour Yi Tan Kim Pho et les siens travaillent dans des conditions difficiles voyant leurs compatriotes mourir de maladies, d’exténuation ou du fait des coups des surveillants. Les Khmers rouges souhaitent rééduquer par le travail agricole, opérer un véritable retour des Cambodgiens à la terre, symboliquement et physiquement. En effet, à la suite des décès, « les corps [sans linceul] pourrissent dans la terre afin de l’engraisser » (p. 75).

Toute la journée et toute la nuit, l’Angkar [អង្ការ ; L’Organisation] veille. Ses représentants, les chefs de village, imposent une répression constante des sentiments et une attention de tous les instants. Dans un régime où le simple fait de pleurer engendre la suspicion de tous, les délations sont courantes. Les chlop, « ces petits espions inconnus – rôle souvent tenu par des enfants – qui se glissent subrepticement entre chacun » (p. 42-43), veillent au bon déroulement de la vie communiste. Mais l’Angkar, cette instance mystérieuse qui dicte la vie des Cambodgiens, est progressivement dévoilée le long du récit pour apparaître finalement comme faible et marquée par de profondes fractures internes. Dès le départ de Phnom-Penh, les citadins sont laissés à eux-mêmes. A Anlong Trach, Yi Tan Kim Pho est aussi témoin de massacres entre Khmers du nord-ouest (Piyoap) et Khmers du sud-ouest (Nirdey) :« ils se tuent entre Khmers rouges, impitoyablement » (p. 165).

Le regard d’une sage-femme sur la tragédie du Cambodge

De par son emploi, Yi Tan Kim Pho doit cacher sa véritable identité sous peine d’être exécutée. Dans l’impossibilité de mettre à profit ses connaissances pour sauver les nourrissons ou les membres de sa famille, elle vit dans une culpabilité constante. Toutefois, ce statut initialement lourd à porter lui permet, à partir de 1979, de trouver un emploi à Battambang et facilite son émigration vers la France, les autorités françaises considérant qu’elle pourra trouver un travail facilement. Yi Tan Kim Pho n’exerça toutefois jamais sa profession après 1980.

Son regard médical propose une description d’un environnement propice au développement de maladies et à la mort. L’absence d’hygiène et de sécurité sanitaire, les conditions de travail, l’environnement de vie et la sous-nutrition favorisent l’apparition de fièvres, de diarrhées et d’œdèmes fatals dans ces conditions. Dans ce cadre, tomber malade signifie mourir car il est aussi difficile d’être soigné convenablement.

Dès 1975, les Khmers rouges exécutent les médecins et détruisent les médicaments occidentaux. Dans les villages, l’infirmerie (le Sangkum Kek), est un « lieu de condamnation » (p. 147). L’infirmerie est sous le contrôle de très jeunes femmes issues de l’ancien peuple, qui opèrent une « distribution matinale, quelque soit la maladie, des mêmes pilules » (p. 147) aux patients. Elle fait aussi office de lieu de torture pour les personnes qui tentent de fuir. Dans ces conditions, l’auto-médication et la magie sont les seule issues. Les Cambodgiens fabriquent des médicaments locaux et font appel aux esprits pour soigner les maladies : « l’Angkar a supprimé toutes les croyances. La religion est abolie. La sorcellerie, les génies n’existent plus. Pourtant, les gens continuent d’y croire » (p. 128). Peu à peu, Yi Tan Kim Pho apprend elle-aussi à faire preuve d’ingéniosité ce qui assure sa survie et celle de quelques membres de sa famille.

Le témoignage de la survie d’une femme

L’ouvrage donne à voir la nécessaire ingéniosité quotidienne dont doit faire preuve le peuple cambodgien pour échapper à la mort. Yi Tan Kim Pho vole de la nourriture afin d’améliorer ses rations alimentaires et celles de sa famille. Elle pratique aussi le troc avec l’ancien peuple, échangeant bijoux contre poissons séchés, vêtements contre riz … Des espaces de négociation apparaissent alors entre les deux peuples cambodgiens laissant au lecteur l’image d’un « peuple ancien » complexe, tantôt méprisant, tantôt complaisant envers le « peuple nouveau ». La fin du récit est aussi un témoignage de ce qui se déroule après l’effondrement du régime de Pol-Pot. Dans les villes, les propriétés ont changé de mains, les premiers entrés dans les villes accaparent les biens et s’enrichissent. De retour à Phnom-Penh, Yi Tan Kim Pho a du mal à trouver sa place dans cette nouvelle société et souligne que « cette aisance de quelques-uns et les inégalités qu'[elle] constate depuis deux jours ne cessent de [l]’étonner » (p. 231).

Mais la survie de Yi Tan Kim Pho n’est pas seulement liée à ses capacités personnelles. En effet, sa mère joua un rôle clé dans celle-ci. Véritable chef de famille dès le départ de Phnom-Penh, c’est elle qui négocie avec les Khmers rouges lors d’une fuite ratée, réussit à les corrompre et évite ainsi l’exécution de toute la famille. Cette femme, entièrement dévouée aux siens, préfère tenter de se suicider lorsqu’elle est malade plutôt que de ralentir la fuite de sa famille. Elle est aussi celle qui donne à Yi Tan Kim Pho l’envie de quitter le Cambodge. Avant de mourir, elle dit à ses proches « ne restez pas dans un pays communiste » (p. 234). Lors de son décès, Yi Tan Kim Pho, alors elle aussi mère célibataire endosse le rôle de chef de famille. Dès lors, un portait croisé est dessiné entre ces deux femmes.

Pour Yi Tan Kim Pho, la mort n’est plus une possibilité d’autant qu’elle doit assurer la survie et l’avenir de son fils, Viseth. Souhaitant ce qu’il y a de mieux pour son jeune enfant, Yi Tan Kim Pho quitte le Cambodge pour la France. Sa survie est finalement aussi liée à l’existence de cet enfant, ce « miracle » (quatrième de couverture), raison de l’existence de cet ouvrage :

« En 1978, Viseth, tu naissais à Andong Ta Sau, un village de la forêt, dans les monts des Cardamomes au Cambodge.

Voici l’histoire d’une partie de ta famille, celle que vécut ta Maman.

Elle a voulu me la dire, pour que tu saches. Je l’ai suivie, pas à pas, dans son souvenir, pour témoigner avec elle, sur une page de l’histoire du monde[2].»

 

* * *

Le récit de la vie de Yi Tan Kim Pho est pour Pierre Brocheux[3] « d’un grand intérêt [4]» de par les nuances qu’il dénote. L’ouvrage n’est pas manichéen. Bien sûr, le régime des Khmers rouges est « globalement négatif [5]» mais Yi Tan Kim Pho ne dresse par un portrait à charge de l’ancien peuple, qui, oscillant entre cruauté et charité, révèle une réalité complexe. Pour Louis-Jacques Dorais[6], cet ouvrage est « un texte de référence fort complet sur le vécu d’une partie du peuple cambodgien [7]». Le témoignage d’Yi Tan Kim Pho est en effet d’une grande valeur et les différents documents augmentant le récit permettent une immersion et une compréhension renforcée dans le quotidien de cette jeune femme.

Clément Baillet, promotion ASIOC 2014-2015.

 

Notes

[1] Elle est notamment l’auteure de Saur Duong Phuoc, une Cambodgienne nommée bonheur : du pays natal à la France, une histoire d’ethnicité plurielle (2004), autre portrait d’une émigrante cambodgienne en France.

[2] Cette dédicace, rédigée par Ida Simon-Barouh, se trouve dans la préface de l’ouvrage.

[3] Pierre Brocheux est un historien spécialiste du Vietnam et de l’Indochine

[4] In Vingtième Siècle, revue d’histoire, n°30, 2, (1991)-04-01, p. 129.

[5] Ibid.

[6] Louis-Jacques Dorais était professeur d’anthropologie et de linguistique à l’université de Laval (Québec).

[7] In Anthropologie et Sociétés , vol. 17, n° 1-2, 1993, p. 276-277.

 

Clément Baillet est étudiant du master 2 Asie Orientale Contemporaine de l’ENS de Lyon. En échange universitaire à l’université de Fudan à Shanghai, il poursuit ses recherches pour son mémoire de fin d’étude intitulé “Shanghai-Mumbai : deux-cités régions dans la mondialisation, une étude comparative”.

Le Ly Hayslip: Entre le ciel et la terre – CR de lecture par Marie-Astrid Gillier

[ndlr] A lire sur Femmes et Guerre au Viêt-Nam.

LeLyHayslip_EntreLeCiel&LaTerre2Entre le ciel et la terre est le premier des deux tomes des mémoires de Le Ly Hayslip. Dans ce récit saisissant, l’auteur raconte son enfance dans le village de Ky La, à quelques kilomètres au sud du 17e parallèle, puis ses errances dans les villes de Saigon et Da Nang jusqu’à son mariage avec le soldat américain Ed Munro et son départ pour les États-Unis en 1970.

Témoin du départ des Français, de l’arrivée des Américains et des luttes fratricides entre le Vietcong[1] et les troupes républicaines, elle nous livre une vision interne du déroulement de ces événements tragiques et de leur impact sur les populations du Centre Viêt Nam. Prises en tenaille entre les deux camps aux heures les plus violentes de la guerre civile, elles ont été plus durement touchées. Le témoignage de Le Ly vient donc combler le silence qui entoure l’histoire des populations les moins audibles : les femmes, les paysans, les Vietnamiens originaires des régions centrales.

Cet ouvrage est intéressant à un autre égard. Sa structure originale, qui mêle deux chronologies, nous invite à porter un regard particulier sur le Viêt Nam des années 1980 à la lumière du conflit. Chaque chapitre est ainsi composé de deux récits : celui de l’enfance de Le Ly, et celui de son retour au Viêt Nam en 1986, à l’occasion d’un voyage qu’elle entreprend pour renouer avec sa famille et ses racines.

Lire la suite : Femmes & Guerres au Viêt-Nam

Nathalie Huynh Chau Nguyen (ed.), New Perceptions of the Vietnam War

NathalieHuynhChauNguyen_NewPerceptionsOfTheVietnamWar[ndlr] Nouvelle parution, présentation de l’éditeur et table des matières.

The effects of the War outside present-day Vietnam are ongoing. Substantial Vietnamese communities in countries that participated in the conflict are contributing to renewed interpretations of it. This collection of new essays explores changes in perceptions of the war and the Vietnamese diaspora, examining history, politics, biography and literature, with Vietnamese, American, Australian and French scholars providing new insights.

Twelve essays cover South Vietnamese leadership and policies, women and civilians, veterans overseas, smaller allies in the war (Australia), accounts by U.S., Australian and South Vietnamese servicemen as well as those of Indigenous soldiers from the U.S. and Australia, memorials and commemorations, and the legacy of war on individual lives and government policy.

Table of Contents

Preface and Acknowledgments 1

Introduction: New Perceptions of the Vietnam War (Nathalie Huynh Chau Nguyen) 3

Part I: War and Politics

  • “A Short Road to Hell”: Thieu, South Vietnam and the Paris Peace Accords (George J. Veith) 21
  • An Intellectual Through Revolution, War and Exile: The Political Commitment of Nguyen Ngoc Huy (1924-1990) (Francois Guillemot) 41
  • Fifty Years On: ­Half-Century Reflections on the Australian Commitment to the Vietnam War (Peter Edwards) 72

Part II: Memorials and Commemoration

  • Side-by-Side Memorials: Commemorating the Vietnam War in Australia (Christopher R. Linke) 85
  • Vietnam: The Long Journey Home (Elizabeth Stewart) 108

Part III: War and Women’s Writing

  • War Through Women’s Eyes: Nam Phuong’s Red on Gold and Yung Krall’s A Thousand Tears Falling (Nathalie Huynh Chau Nguyen) 129
  • The Postwar Body: The Literary Double in the Exile Literature of Linda Le (Alexandra Kurmann and Tess Do) 151

Part IV: Identities and Legacies

  • The Vietnam War: A Personal Journey (Robert S. McKelvey) 169
  • Recognition of War Service: Vietnamese Veterans and Australian Government Policy (Nathalie Huynh Chau Nguyen) 184
  • Indigenous Soldiers: Native American and Aboriginal Australian Service in Vietnam (Noah Riseman) 203
  • An Independent Command? Australia’s Ground Forces in the Vietnam War and Contemporary Memories (Bruce Davies) 229

About the Contributors 249

Index 253

Nathalie Huynh Chau Nguyen is an associate professor and Australian Research Council Future Fellow at the National Centre for Australian Studies at Monash University. She lives in Melbourne, Australia.

Source : McFarland

Jean-Marc Binot : Le repos des guerriers. Les bordels militaires de campagne pendant la guerre d’Indochine [parution]

Binot_LeReposDesGuerriers[ndlr] Première monographie sur une dimension encore peu étudiée de la guerre d’Indochine. Paru en mars 2014. Présentation de l’éditeur.

A l’heure où la loi Marthe Richard faisait fermer les maisons closes de métropole, l’état-major de l’armée française en Indochine autorisait et même encourageait la création de bordels militaires de campagne à travers tout le territoire dont il avait la charge. Principal motif invoqué ? La lutte, à l’aide d’un encadrement sanitaire adéquat, contre les maladies vénériennes.

Souvent évoqué de façon plutôt allusive, ce phénomène n’avait jamais fait l’objet d’une étude approfondie. Documents officiels (à l’époque classés « confidentiel »), correspondances de soldats et témoignages de vétérans ont permis à Jean-Marc Binot d’en révéler l’ampleur et d’en examiner le fonctionnement. Des méthodes de recrutement à l’établissement des horaires d’ouverture, l’armée n’y perd rien de sa proverbiale rigueur…

Mais encore fallait-il s’intéresser aux prostituées elles-mêmes, à leurs origines et à la détresse matérielle et morale qui leur a fait prendre le chemin de ces établissements pas comme les autres. S’il est vrai, comme le prétendent certains, que ces Marie-Madeleine se sont improvisées infirmières au plus fort des combats et y ont gagné le surnom d’« anges de Diên Biên Phu », sans doute méritaient-elles que l’histoire leur fasse une place.

Jean-Marc Binot est journaliste, diplômé en histoire et en sciences politiques. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Nom de code : BRUTUS, histoire d’un réseau de la France Libre (Fayard, 2007) et Héroïnes de la Grande Guerre (Fayard, 2008).

Source : Fayard

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2014 : Séance 6

Année universitaire 2014-2015 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre

vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

Mémoiresd'Indochine_2014

Séance 6 – Mardi 18 novembre 2014

« Femmes dans les guerres d’Indochine »

Cette séance abordera la question des femmes aux prises d’une décolonisation brutale et celle de leur mobilisation dans la guerre civile vietnamienne de part et d’autre du 17ème Parallèle. Pour illustrer cette thématique, nous nous appuierons sur une nouvelle littéraire de Lê Minh Khuê évoquant le sort des jeunes filles des Jeunesses de choc (TNXP) sur le front de guerre en RDVN et un témoignage clé de l’écrivaine Nha Ca sur les ravages de la guerre à Huê en 1968. Deux expériences directes de la guerre du Viêt-Nam.

Extraits de textes à discuter :

  • Lê Minh Khuê, “Lointaines étoiles”, in Lointaines étoiles, Hanoi, Editions en Langues Etrangères, 1973, pp. 10-37.

 

* * *

Exposés oraux sur le Cambodge des Khmers Rouges (croire et mentir) :

  • Bernard, Alexia, CR de lecture de : Chuth Khay, Comment j’ai menti aux Khmers Rouges, Paris : L’Harmattan, 2004.

 

Pour aller plus loin :

  • Doan Cam Thi, « Femme, fantasme et guerre. Genèse d’une parole libre dans “La survivante de la Forêt qui rit”, nouvelle vietnamienne de 1991 », La revue des ressources, 2 avril 2007.
  • Nathalie Huynh Chau Nguyen, Memory is another country. Women of the Vietnamese Diaspora, Santa Barbara, California: Praeger, 2009. (traduit en français sous le titre : La mémoire est un autre pays. Femmes de la diaspora vietnamienne, Paris, Riveneuve éditions, 2013).
  • Phan Thanh Hao & Karen G. Turner, Even the Women Must Fight. Memories of War from North Vietnam, New York: John Wiley & Sons, 1998.
  • Sandra C. Taylor, Vietnamese Women at war. Fighting for Ho Chi Minh and the revolution, Lawrence: University Press of Kansas, Modern war studies, 1999.
  • Gina Marie Weaver, Ideologies of Forgetting. Rape in the Vietnam War, New York: State University of New York Press, 2010.
  • Guillemot, François, Des Vietnamiennes dans la guerre civile. L’autre moitié de la guerre, 1945-1975, Paris : Les Indes savantes, 2014.

Danielle Tan et Caroline Grillot : L’Asie du Sud-Est dans le « siècle chinois »

[ndlr] Signalement d’un ouvrage en téléchargement libre sur le site de l’IRASEC (Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine) basé à Bangkok.

Entre fascination et peur, enthousiasme et hostilité, la nouvelle migration chinoise questionne. Les travaux sur « la Chine en Afrique » ont occulté l’importance de l’émergence de la Chine pour ses voisins les plus proches. Cette omission est particulièrement flagrante dans le cas de l’Asie du Sud-Est qui a toujours été le principal théâtre des engagements commerciaux de la Chine avec le monde. Considérée comme l’arrière-cour naturelle de la Chine, l’Asie du Sud-Est est un laboratoire complexe et hétérogène des circulations et des identités en construction à l’aube du « siècle chinois ».

La question des relations entre la Chine et le reste du monde est tantôt pensée en termes de domination, de menace, d’exploitation, et de soutien aux régimes autoritaires, tantôt en termes d’aubaine et d’opportunités de développement. Cette recherche propose de dépasser cette approche binaire en décrivant les stratégies mises en œuvre par les acteurs locaux pour atténuer l’inégalité des rapports de force, négocier l’asymétrie, contourner l’hégémonie, embrasser, résister ou manipuler les termes dictés par les capitaux chinois.

La présente étude, centrée sur les pays de l’ancienne Indochine française (Cambodge, Vietnam,Laos), constitue la première étape d’un projet éditorial plus large qui se donne pour ambition de relever ce défi.

Tan&Grillot_L'ASEdansLeSiècleChinoisCliquez sur l’image pour accéder au téléchargement (lien PDF en bas de page)

ou directement au document pdf : > Télécharger

Sommaire

Introduction (Danielle Tan)
L’émergence de la Chine: un sujet de débat croissant
Evolution des études sur la diaspora chinoise et ses problématiques
Les études sur la migration chinoise aujourd’hui: un enjeu géopolitique – Hypothèse et questionnements

Première partie – L’évolution de la migration chinoise en Asie du Sud-Est: le cas du Cambodge (Danielle Tan)
1- La première phase de migration: les commerçants du Nanyang
2- La deuxième phase de migration: la traite des coolies par les empires coloniaux
3- La migration chinoise aujourd’hui
Conclusion

Deuxième partie – L’Autre, ce voisin. Remarques sur les perceptions chinoises des Vietnamiens, frein au développement des échanges commerciaux (Caroline Grillot)
1- Les Vietnamiens, ces familiers dont on se méfie
2- Discours folklorique et question de classe
3- Quelques explications sur la pérennité des représentations sociales
4- Comment la position et le traitement réservés aux femmes déprécient l’image des Vietnamiens
Conclusion

Troisième partie – La Chine au Laos: développement, colonialisme intérieur ou néo-colonialisme?
1- Evolution de la présence chinoise au Laos
2- Les réseaux transnationaux chinois: les partenaires clés de la stratégie d’extraversion du régime laotien
Conclusion

Conclusion générale (Danielle Tan)
Bibliographie

Les auteures

Danielle Tan est docteure en science politique (Sciences Po Paris 2011). Spécialiste de l’Asie du Sud-Est, ses principaux axes de recherche portent sur l’économie politique de la péninsule indochinoise, en particulier les dynamiques transnationales, ainsi que les transformations politiques, socio-économiques et territoriales qui résultent de la globalisation et de l’influence croissante de la Chine dans la région. Elle occupe actuellementun poste d’ATER à Sciences Po Lyon, et est rattachée à l’IAO (Institut d’Asie Orientale – CNRS, ENS Lyon). Elle est également chercheure associée à l’Irasec.

Caroline Grillot est anthropologue (Paris X-Nanterre) et sinologue (Inalco). Elle a passé plus de dix ans en Chine où elle a étudié le chinois à l’Université du Shandong (1994-1995) et du Sichuan (1998-2000) grâce au soutien du ministère des Affaires Etrangères et Européennes. Elle est actuellement postdoctorante au Max Planck Institute for Social Anthropology (Halle, Allemagne) et chercheure associée à l’Irasec et à l’IAO (Institut d’Asie Orientale – CNRS, ENS Lyon).

Source : IRASEC