Archives par mot-clé : exotisme

Séminaire « Mémoires d’Indochine » 2017 : séance 6

Année universitaire 2017-2018 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Récits de vie, histoire et littérature : connexions et déconnexions

★ ★ ★

Récits pluriels du Laos

Séance 6 : mercredi 8 novembre 2017– salle D4.024

Ce qui est parvenu jusqu’à nous de la littérature laotienne traduite en français est extrêmement parcellaire. Outre la littérature orale et classique laotiennes, la littérature coloniale du début du XXe siècle (Ajalbert, Billotey, Royer, Strarbach…), rééditée dans les années 1990, a inauguré en France notre connaissance du Laos et de ses habitants. Pendant la période de décolonisation, cette représentation exotique a laissé place à deux types de récits. Les premiers, rédigés par des écrivains-soldats et édités pendant la guerre civile par le Neo Lao Haksat (Front patriotique lao, dirigé par les partisans communistes), ont trait à la « lutte héroïque contre les colonialistes français et les impérialistes américains », les seconds, rédigés par des réfugiés ayant fui le régime communiste ont été produits à l’extérieur du pays. Cette littérature se double d’une autre présence, peu évoquée dans les textes français, celle de la minorité Hmong particulièrement engagée et affectée par les guerres d’Indochine (voir exposé). Cette séance consacrée au Laos revient sur ces différentes problématiques : le regard colonial, la guerre civile laotienne et l’exil d’une partie de la population.

★ ★ ★

Exposés oraux


  • Kao Kalia Yang, The Latehomecomer: A Hmong Family Memoir, Minneapolis, Coffee House Press, 2008.

Exposé de Charlotte Colas

Présentation de l’éditeur : Coffee House Press et entretien avec l’auteure

Site de l’auteure : Kao Kalia Yang


  • Vanina Bouté & Vatthana Pholsena, Changing lives in Laos: Society, Politics, and Culture in a Post-Socialist State, Singapore, NUS, 2017.

Exposé de Natchanon Ongjui

Présentation de l’éditeur : NUS Press


★ ★ ★

Références bibliographiques

  • Littérature coloniale sur le Laos (extraits) :

Ajalbert, Jean, Raffin Su-Su, Paris, Flammarion, 1918. Édition originale : Paris, Publications littéraires et politiques, 1911. Réédité par Kailash en 1995.

Ajalbert, Jean, Sao Van Di, Paris, Les Éditions G. Crès, 1922. Édition originale : Ernest Flammarion, 1905. Réédité par Kailash en 1995.

Billotey, Pierre, Sao Kéo ou le bonheur immobile, Paris/Pondicherry, Kailash, 1995.

Royer, Louis-Charles, Kham la laotienne. Paris, Les Éditions de France, 1935 (9e éd.). Réédité par Kailash en 1993.

Strarbach, Gaston & Baudenne, Antonin, Sao Tiampa, épouse laotienne, Kailash, 1993. Édition originale : Éditions Grasset, Paris, 1912.

  • Littérature révolutionnaire :

Boun X.K. et al., Bruine en forêt (Récits Lao), Laos, Éditions du Neo Lao Haksat, 1967.

Cahour, Vanthyka, Le vent du troisième mois, Paris, Éditeurs français réunis, 1980.

Cahour, Vanthyka, La forêt de l’autre rive, Paris, Éditeurs français réunis, 1980.

Front patriotique du Laos (éd.), Phoukout : le piton-forteresse, Laos, Éditions du Neo Lao Haksat, 1967.

Phou, Luang, Les gars du 97 , Laos, Éditions du Neo Lao Haksat, 1971.

Thao Boun Lin… et al., Dignes enfants du Peuple Lao, Laos, Éditions du Neo Lao Haksat, 1966.

Xieng Moun… et al., La poule sauvage, Laos, Éditions du Neo Lao Haksat, 1968.

  • Récits de guerre et de réfugiés :

Khamkeo, Bousang, I little slave : a prison memoir from communist Laos, Spokane, Wash., Eastern Washington University Press, 2006. Cote IAO : 603AA.09/81

Mithouna & Rosset, André (Collab.), La route no 9 : témoignage sur le goulag laotien, Paris, L’Harmattan, « Mémoires asiatiques« , 2001.

Nakhonkham Bouphanouvong, Sixteen years in the land of death, Bangkok, White Lotus Press, 2003.

Somboun Narpoolmin, Les enfants du palais blanc : de l’Orient à l’Occident, Paris, Fayard, coll. « Les enfants du fleuve », 1991.

Souvannavong, Vongprachanh, La jeune captive du Pathet Lao…, Paris, Fayard, coll. « Les enfants du fleuve », 1993.

Thao kha-duc & Thao sa-bath-dy, A feu et à sang, roman laotien de guerre et d’amour, Paris, La Pensée universelle, 1973.

  • Récits de minorités :

Mât Méo, Les portes de la forêt, Paris, Éditions Bourrelier, coll. « Marjolaine », 1960.

 

★ ★ ★

Voir aussi le numéro spécial de France-Asie (10e année, tome 12) :

Présence du Royaume Lao, pays du million d’éléphants et du parasol blanc, Saigon, France-Asie, 1956, [présentation par René de Berval]. Voir notice SUDOC.

Weber, Jacques, « Le Laos littéraire de Mouhot à Lartéguy », Ultramarines, no. 26, novembre 2008, p. 6-17.

Pour aller plus loin sur le LAOS contemporain :

Références bibliographiques

 

Image « à la une » : illustration de Kham Deng

 

Le corps indochinois utopique, histoire d’une émotion inégale. Fragments littéraires

Résumé de notre communication à la journée d’études Le corps en perspective (Paris 1 Sorbonne, 27 mai 2016).

Notre communication aborde la question du corps colonial et postcolonial en tant que « chantier des utopies ». Le corps de l’Autre est ici au cœur de cette réflexion. Nous proposons une exploration des représentations du corps indochinois et de son interaction avec les Français à travers la littérature romanesque et/ou autobiographique à travers quelques points clés : décrire le corps féminin de l’Autre ; regards amoureux ; sentiments ambivalents ; rapports charnels ; exotisme inversé ; souffrances sourdes et problématique de la mixité.

Cette exploration vise à montrer l’intérêt qu’il y a à entrevoir une histoire des émotions et de l’intimité corporelle qui s’élabore avec la littérature coloniale et la dépasse largement. Elle permet de mieux comprendre comment est perçue et représentée cette rencontre (attirance mutuelle dans un cadre inégal) entre l’Orient (ici « Indochinois ») et l’Occident (ici la France) sur le plan des sentiments amoureux. Elle scrute le champ des possibles dans ce corps-à-corps utopique.

Guillemot_LeCorpsIndochinoisUtopique
Illustration de Vu Thuy © DR

A travers la problématique du corps comme lieu des utopies, se posent des universaux de la rencontre mais également des différences clés au sein du « corps historique » (colonisation / décolonisation / libération des corps) par lequel on observe un renversement partiel des valeurs. Le corps, mis à nu, est ainsi révélateur, au delà des aléas de l’histoire et des processus d’esthétisation, d’une certaine vérité dans les relations humaines*.

[*] Profitons de cette mise en ligne pour remercier Henri Copin qui nous a accordé un échange fructueux sur ces questions.

Programme de l’ensemble de la journée d’étude sur Mémoires d’Indochine.

Image « à la une » : André Maire (1898 – 1984) Tonkinoise au repos (Hanoi), circa 1958.

Henri Copin : Retour de l’exotisme indochinois, une réédition attendue

MarcelinoTruong_Malleret[ndlr] Présentation par Henri Copin de la réédition de l’importante étude de Louis Malleret parue en 1934.

L’exotisme littéraire, lié à la découverte d’un Autre inconnu dans un Ailleurs nouveau, naît du désir de partager l’émotion née de ces rencontres par le moyen de l’art. Forme de rêverie émue dans un espace lointain, réalisée dans une écriture, l’exotisme a à voir avec le voyage, il irrigue l’imaginaire, se nourrit d’images, et peut déboucher sur une connaissance, au-delà des clichés plus ou moins convenus. Tel est le cas de cet exotisme qui accompagne la conquête puis la colonisation des pays de l’Indochine par les Français, et s’enrichit de près d’un siècle d’histoire commune, du milieu du XIXème siècle au milieu du XXème.

En 1934, Louis Malleret signe L’Exotisme indochinois dans la littérature française depuis 1860, un magnifique ouvrage de référence qui était devenu introuvable, et qui vient d’être réédité à L’Harmattan, dans la collection Autrement Mêmes, à la vive satisfaction de tous ceux qui s’intéressent à l’histoire littéraire, et à l’histoire en général, de ces contrées et des ces sensibilités.

Louis Malleret, frais émoulu de Normale-Sup Saint-Cloud, arrivé en 1929 à sa demande au Vietnam, est historien, puis archéologue, et plus tard membre de l’École Française d’Extrême-Orient, qu’il dirigera par la suite. A son arrivée, nommé bibliothécaire de la Société des Études Indochinoises, il se prend de passion pour les voyageurs, explorateurs et découvreurs, et pour les diverses relations qu’ils fournissent. Il élabore donc une vaste synthèse de ces écrits, en combinant deux axes principaux, l’analyse d’une notion littéraire, et un parcours historique.

Le plan de l’ouvrage alterne deux parties consacrées à l’exotisme, dans sa variante indochinoise, passée et présente, et deux parties sur un Cycle européen et un Cycle asiatique, reflets de l’évolution chronologique qui accompagne, pour lui, la découverte littéraire du pays et ses habitants. Malleret couvre des champs très vastes, journaux, récits, documents, romans, poésie, théâtre (un peu), en les situant dans une époque et un parcours. Il aboutit à une définition ouverte et évolutive de son sujet qui passe de l’exotisme indochinois à l’asiatisme littéraire, comme pour montrer la métamorphose d’une notion en devenir, et qui reste à questionner.

C’est que l’exotisme offre un reflet de l’époque, et porte des enjeux esthétiques et idéologiques. Il existe en effet des exotismes, aux contours contradictoires : celui de Loti romancier, héritier de Chateaubriand et Bernardin de Saint Pierre, celui de Segalen voyageur, archéologue et poète, chantre de la jouissance du Divers, celui aussi de la littérature coloniale qui veut s’orienter vers une connaissance ethnographique. Ce qui change, à cette époque, entre ces diverses conceptions, c’est que l’Autre n’est plus seulement un autre totalement étranger et étrange, mais fait désormais partie d’un même Empire. On ne veut plus seulement le voir, on demande à savoir, à connaître.

Enjeu idéologique donc, car cet exotisme est lié à la doctrine coloniale, sans toutefois y être soumis. Dans un mouvement dialectique, il sert une propagande, et il s’en affranchit, selon les individus, les auteurs et les projets. La force et l’originalité de Malleret est bien de percevoir cet exotisme au-delà de cette sujétion : « Le problème des relations de l’Europe et de l’Asie, écrit-il, n’est qu’accessoirement politique. Avant tout il est d’ordre philosophique et moral, et comme tel dépasse le médiocre débat de la colonisation ». Traitant de plus de 250 auteurs, fouillé et nuancé, marqué aussi par les conceptions de l’époque, cet ouvrage fourmille d’informations précieuses et oubliées, et pose nombre de questions passionnantes, et toujours actuelles. Indispensable !

Henri Copin, novembre 2014

henri.copin@orange.fr

  • Louis Malleret, L’Exotisme indochinois dans la littérature française depuis 1860, T1 et T2, réédition L’Harmattan, collection Autrement Mêmes, préfaces de Henri Copin, et François Doré, couverture de Marcelino Truong, index.

Présentation de l’éditeur en ligne : PDF