Archives par mot-clé : ethnologie

« Ce que porte le sol asien » – Paul Mus et la fabrique de l’ethnologie

La Journée d’étude étant passée, nous la présentons en archive.

La Société des Amis de Paul Mus vous convie à la journée d’étude

Paul Mus actuel (II)

« Ce que porte le sol asien »

Paul Mus et la fabrique de l’ethnologie

(Journée d’études sur l’œuvre de Paul Mus)

Mardi 7 novembre 2023 de 10 h à 19 h

Les journées d’études « Paul Mus actuel »

Régulièrement convoquée, en particulier parmi les spécialistes de l’aire culturelle sud-est asiatique, l’œuvre de Paul Mus n’en demeure pas moins assez mal connue. Une telle situation ne tient pas seulement au fait que la partie la plus volumineuse de cette œuvre, constituée par ses cours au Collège de France, est restée inédite. Elle s’explique aussi et peut-être surtout par la stature de Mus. Comme souvent avec les grands auteurs, Mus pâtit de la complexité de son propos, que celle-ci porte sur le long cheminement des doctrines orientales, sur le symbolisme d’un temple-montagne médiéval à travers les relations qu’y entretiennent un roi et son « peuple », ou sur quelques-uns des « cosmodrames » qui se jouèrent lors des crises sud-est asiatiques du siècle dernier. Dans un monde académique enjoignant sans doute davantage aujourd’hui qu’hier à saisir les phénomènes asiatiques à travers le tamis de thématiques et de périodisations toujours plus étroites, le lecteur est souvent tenté, devant la prodigalité de l’œuvre, de faire des choix. Le risque est de manquer la portée des explications qui se déploient et trouvent précisément leur équilibre dans une telle complexité. L’approche mussienne relève toujours d’un exercice de comparaison et d’englobement qui, sans apporter de certitudes, fait se mouvoir la pensée pour une meilleure intelligence des sociétés, une pensée qui est servie chez Mus, on le sait, par une très vaste érudition et un style d’une grande force expressive.

Reparcourir les textes de Mus « crayon en main », ainsi qu’y invite la
présente journée d’étude, est assurément l’une des « ascèses » à pratiquer si l’on veut se donner la possibilité de suivre cette pensée
en mouvement, dans le fourmillement de ses analyses comme dans les grandes enjambées qu’elle propose. Quel(s) usage(s), en somme, peut-on faire de la pensée mussienne, aujourd’hui et demain, pour comprendre l’Asie, et quelles parties ou périodes de l’Asie en particulier ? C’est à cette question que s’essayeront à répondre plusieurs spécialistes provenant de quelques-uns des nombreux domaines de spécialités que maîtrisait celui qui demeurera comme l’un des plus grands orientalistes du vingtième siècle.


Programme détaillé ci-dessous (pdf téléchargeable)

Contact :

societedesamisdepaulmus@protonmail.com

Bamboo in Vietnam: an Anthropological and Historical Approach [parution]

Parution en langue anglaise de l’ouvrage codirigé par Emmanuel Poisson et Dinh Trong Hiêu.

Đinh Trọng Hiếu, Emmanuel Poisson, Bamboo in Vietnam. An Anthropological and Historical Approach,   London-New York: Routledge, Needham Research Institute Series, 2023, 252 p.

This book presents interdisciplinary research on bamboo in Vietnam, drawing on the anthropology of gesture, ethnobotany and the history of technology.  The authors have adopted a technological approach which reviews how the terminology of different parts of the bamboo plant in the dictionaries in Romanized Vietnamese or in Vietnamese vernacular writing (nôm) enabled the authors to identify not only the plant but also each technical gesture for its appropriation by the artisan. Lithographic, literary and historical sources from the chronicles have been mobilized to illustrate the many uses of this versatile plant.  Richly illustrated throughout, this book will appeal to students and scholars of Vietnam, anthropology, the history of science and technology, environmental history and architecture. It will also be of great value to those interested in the applications of bamboo in the contemporary world.

URL : https://www.routledge.com/Bamboo-in-Vietnam-An-Anthropological-and-Historical-Approach/Trng-Hiu-Poisson/p/book/9781032395715

  • Titre : Bamboo in Vietnam. An Anthropological and Historical Approach
  • Auteur : Đinh Trọng Hiếu, Emmanuel Poisson
  • Éditeur : Routledge
  • Date de publication : October 13, 2023
  • Nombre de pages : 252
  • ISBN : ISBN 9781032395715
  • Prix : 12,50 €

Disparition de l’ethnologue Richard Pottier (1940-2020)

[ndlr] Annonce de Vanina Bouté, codirectrice du Centre Asie du Sud-Est (UMR CNRS/EHESS 8170). Enseignante-chercheuse à l’Université de Picardie.


Nous venons d’apprendre avec tristesse la disparition, avant-hier, le 8 septembre, de Richard Pottier, ethnologue de la péninsule Indochinoise, disciple revendiqué de Georges Condominas, particulièrement connu pour ses recherches sur les pratiques thérapeutiques au Laos et sur la mythologie thaïe.

Il est l’auteur de nombreux articles et ouvrages, parmi lesquels : Les réfugiés originaires de l’Asie du Sud-Est (avec G. Condominas), La Documentation française, 1983; Santé et société au Laos, 1973-1978, Scripta, 2004; Yû dî mî hèng. Essai sur les pratiques thérapeutiques lao, Ecole française d’Extrême-Orient, 2007; Anthropologie du mythe, Editions Kimé, 1994; “Asie du Sud-Est” in Encyclopédie philosophique universelle, T. IV, 1998; Anthropologie du mythe 2. Ancêtres et fondateurs de dynastie dans la mythologie Lao, Éditions Kimé, 2012.

Richard Pottier était professeur émérite en anthropologie à l’université Paris-Descartes, où il a dirigé de nombreuses thèses, membre de l’unité mixte “Langues, musique et société”, et ancien membre permanent du CEDRASEMI. Il a siégé au Comité national (CNRS) et a présidé durant plusieurs années la section 20 (ethnologie) du CNU.

Vanina Bouté, 10/09/2020.

Retrouvez Richard Pottier dans un entretien sur Canal U en 2007 : ANTHROPOLOGIE DE LA MALADIE ET DU MYTHE AU LAOS ET EN ASIE DU SUD-EST

Ethnologues en situations coloniales – Les Carnets de Bérose 11

L’ouvrage Ethnologues en situations coloniales, coordonné par Christine Laurière et André Mary vient de paraître. Il est en libre accès en cliquant sur l’image ci-dessous.

Deux textes concernent l’Indochine :

  • Laurent Dartigues, « Paul Mus et l’expérience de la guerre. La pensée d’un orientaliste sur la violence de la situation coloniale »
  • Yves Goudineau, « Conscience métisse et ethnographie minoritaire. Georges Condominas face à la désintégration coloniale et à la guerre du Vietnam »

Histoire de la migration des peuples de langue Taï-Kadaï – 24/10/2016

[ndlr] Annonce d’une conférence à l’Inalco.


Histoire des migrations des peuples de langue Taï-Kadaï

Lundi 24 octobre  2016 de 18h30 à 20h30

INALCO (Amphi 5)

65, rue des Grands Moulins, 75013 Paris, métro François Mitterrand

Conférence de Nguyen Tan Tai-Luc et Chaman Pravonviengkham

Un regard ethnolinguistique sur les migrations des peuples de la famille Taï-Kadaï depuis la Chine du Sud et leur installation en Asie du Sud-Est.

inalcoccl_conferencetaikadai

  • Khamphanh PRAVONGVIENGKHAM, maître de conférences en langue, littérature et société de l’Asie du Sud-Est à l’Inalco, responsable de la section Lao, membre du Centre d’Étude et de Recherche sur les Oralités du Monde.
  • Tai-Luc NGUYEN TAN, enseignant depuis 1996 au département Asie du Sud-Est Pacifique de l’Inalco, chargé du cours de diachronie et synchronie Taï-Kadaï et d’Initiation au Tham-Pali du Laos, a soutenu en 2000 sa thèse de doctorat consacrée à la langue Lü du Sip Song Panna.

Source : CCL

Lucie Labbé : « Danseuses et divinités. Modalités et enjeux de l’apprentissage de la danse de cour cambodgienne » [thèse]

[ndlr] Annonce d’une soutenance de thèse en anthropologie sociale sur le Cambodge.

« Danseuses et divinités. Modalités et enjeux de l’apprentissage de la danse de cour cambodgienne »

Lucie Labbé

Soutenance de thèse de doctorat de l’EHESS (École des hautes études en sciences sociales) en ethnologie – anthropologie sociale sous la direction de Mme Bénédicte Brac de la Perrière

mercredi 6 avril 2016 à Paris

 

Résumé de la thèse :

Cette thèse a pour objet la danse de cour cambodgienne qu’elle aborde non seulement en tant que production sociale mais aussi dans ses aspects esthétiques et techniques. D’origine rituelle et palatine, cette forme de danse également nommée « danse classique khmère » est aujourd’hui enseignée dans un contexte étatique institutionnel. Depuis quelques décennies, la danse de cour est aussi enseignée et pratiquée dans les cadres touristique et humanitaire au sein de groupes de danse constitués, le plus souvent, de jeunes gens issus de milieux défavorisés. Des tournées internationales de troupes professionnelles et des associations créées par des Cambodgiens de la diaspora ont également contribué à l’exporter hors du Cambodge.

Partant de ces observations, les conditions dans lesquelles le « savoir dansé » est aujourd’hui incarné hors de la cour sont examinées afin de mettre en évidence le rôle actuel de la danse et des danseuses. Il s’est avéré que, dans les différents contextes où elle existe, la danse de cour n’apparaissait pas seulement comme un symbole visible de l’identité cambodgienne. En effet, une efficacité rituelle lui est toujours reconnue dans certains cadres, en particulier celui du ministère de la Culture et des Beaux-Arts. Là, l’apprentissage est particulièrement rigoureux et rythmé par des cérémonies qui actualisent le lien entre les générations passées et présentes de maîtresses et d’élèves.

Les danseuses, forgées par la danse à la fois dans leur corps et dans leur esprit, incarnent des modèles de femmes khmères dans un cadre ethnico-national où la royauté demeure un référent social. Certaines  revendiquent par ailleurs un nouveau statut d’artiste en développant une expression personnelle dans la continuité mais aussi, pour quelques-unes, dans une forme de rupture avec les référents monarchiques et étatiques.

Le jury sera composé de :

  • M. Michel ANTELME, professeur, INALCO
  • Mme Bénédicte BRAC DE LA PERRIÈRE, directrice de recherche, CNRS
  • M. Jean-Paul COLLEYN, directeur d’études, CNRS / EHESS
  • M. Michael HOUSEMAN, directeur d’études, CNRS / EPHE
  • Mme Dana RAPPOPORT, chargée de recherche, CNRS / EHESS
  • Mme Ashley THOMPSON, maître de conférence, SOAS (Royaume Uni)

 

Informations pratiques :

La soutenance aura lieu le mercredi 6 avril 2016 à 14h au

Centre Asie du Sud-Est (CASE)

Bâtiment Le France, salle 638 (6ème étage)

190 avenue de France, 75013 Paris

Accès : Métro ligne 6 (station : Quai de la gare) ou bus 89 (arrêt : Bibliothèque François Mitterrand).

Image “à la une” : danse classique khmère dans Reamker, danse avec les dieux, documentaire de Stéphane Lebon, 1993, 58’.

L’art du pathétique en Asie du Sud-est insulaire [séminaire CASE]

Séminaire général animé par

Andrée Feillard et Rémy Madinier

Logo_CASE


Sociétés d’Asie du Sud-est : permanences et mutations


Jeudi 28 novembre 2013

Véronique ARNAUD, Hélène BOUVIER, Josiane CAUQUELIN, Dana RAPPOPORT, CASE-CNRS

L’art du pathétique en Asie du Sud-est insulaire :

ethnologie, esthétique et émotions

Un groupe d’ethnologues du CASE a mené une réflexion commune, à partir de ses matériaux de littérature orale, rituelle ou profane, sur la notion de « pathétique », de son statut dans un ensemble narratif, mis en scène ou non, de sa pertinence dans les taxonomies locales de l’émotion, de son rôle esthétique dans la forme codifiée qui le porte, enfin  de son expression linguistique et, le cas échéant, non verbale. L’expression stylisée de la souffrance, du malheur, de la douleur, des épreuves de la vie et de la violence émotionnelle paroxystique que représente la mort, a ainsi été explorée à partir de quatre terrains, dans leurs langues vernaculaires, deux à Taïwan et deux en Indonésie.  Les mots, les voix et les pleurs présentés ici sont ceux des chants responsoriaux des Tao Do-pongso de Lanyu, Taïwan (Véronique Arnaud), du théâtre à Madura, Indonésie (Hélène Bouvier), des chamanes des Puyuma de Taïwan (Josiane Cauquelin), et des chanteurs de Lamaholot à Flores, Indonésie (Dana Rappoport).

Le jeudi de 10 heures à 12 heures. Salon du premier étage

Maison de l’Asie, 22 avenue du Président Wilson, 75016 Paris

M° Iéna ou Trocadéro