Archives par mot-clé : Etats-Unis

U.S. Intelligence on Asia, 1945-1991

[ndlr] Un nouveau fonds disponible pour la recherche sur l’Asie contemporaine.

Editor: Matthew M. Aid

Christopher Goscha : 1er septembre 1966 – Le discours de Phnom Penh

[ndlr] Article à lire sur le site de l’auteur. Christopher Goscha est Professeur agrégé au département d’histoire à l’université du Québec à Montréal (UQAM). Il a récemment publié une « nouvelle histoire du Viêt-Nam ».

En visite au Cambodge, De Gaulle défie les Américains en proclamant « le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ». Rendue possible par la fin de la guerre d’Algérie, cette révolution diplomatique est le fruit d’une lente maturation, qui le voit rompre avec une politique étrangère séculaire braquée sur l’empire. Mais il n’ira pas jusqu’à abandonner les possessions françaises dans le Pacifique : elles sont trop nécessaires à la dissuasion nucléaire et à l’indépendance qu’il revendique en pleine guerre froide.

Lire l’article : 1er septembre 1966 : Le Discours de Phnom Penh (PDF) in L’histoire de France vue d’ailleurs, Paris, Les Arènes, 2016, pp. 556-569.

Christopher Goscha : The 30-Years War in Vietnam

[ndlr] Signalement d’un article en ligne de notre collègue Christopher Goscha, professeur à l’UQAM. Rubrique : Vietnam ’67/// Historians, veterans and journalists recall 1967 in Vietnam, a year that changed the war and changed America.

vietnam67It should go without saying that the Vietnam War is remembered by different people in very different ways. Most Americans remember it as a war fought between 1965 and 1975 that bogged down their military in a struggle to prevent the Communists from marching into Southeast Asia, deeply dividing Americans as it did. The French remember their loss there as a decade-long conflict, fought from 1945 to 1954, when they tried to hold on to the Asian pearl of their colonial empire until losing it in a place called Dien Bien Phu.

The Vietnamese, in contrast, see the war as a national liberation struggle, or as a civil conflict, depending on which side they were on, ending in victory in 1975 for one side and tragedy for the other. For the Vietnamese, it was above all a 30-year conflict transforming direct and indirect forms of fighting into a brutal conflagration, one that would end up claiming over three million Vietnamese lives.

The point is not that one perspective is better or more accurate than the other. What’s important, rather, is to understand how the colonial war, the civil war and the Cold War intertwined to produce such a deadly conflagration by 1967.

Lire la suite : The New York Times, 07/02/2017.

Image « à la une » : Prise du PC-GONO par les soldats Vietminh de la division 316 dans la soirée du 7 mai 1954. © AFP/VNA

The Vietnam Center and Archive : “1967 – The Search for Peace”

[ndlr] Appel à communications.

vietnamcentrearchive_logo

ipac_logo

Conference Call for Papers and Panels
“1967: The Search for Peace”

April 28-29, 2017, Lubbock, Texas

 

The Vietnam Center and Archive and the newly-created Institute for Peace & Conflict (IPAC) at Texas Tech University are pleased to announce a conference focused on the year 1967 and the search for peace in Vietnam. We hope and expect in this conference to approach the events of 1967 in the broadest possible manner by hosting presentations not only on the antiwar and peace movements at home and abroad, but also on efforts to end the conflict through international diplomacy as well as military and diplomatic means in Vietnam and Southeast Asia.

Recent scholarship has focused on 1967 as a pivotal year in the Vietnam War, as the broad consensus that had supported the war in its early years started to break down and the country fractured over whether the United States could successfully achieve its stated objectives in Vietnam. In streets and on campuses across America, critics of the war demanded an immediate U.S. withdrawal—a position rejected by the Johnson administration as naïve and irresponsible. In April, Martin Luther King became the most famous opponent of the war, much to the chagrin of President Johnson. Behind closed doors, an increasing number of officials within the administration began to question official U.S. strategy and they looked for ways to change course. In May, the Civil Operations and Revolutionary Development Support (CORDS) was created to hopefully “pacify” the rural areas controlled by NLF and PAVN troops, and win the “hearts and minds” of the villagers. In a speech in San Antonio in September of that year, President Johnson offered to suspend the bombing campaign in exchange for concessions from North Vietnam, prefiguring his more famous offer of a bombing pause announced in the wake of the Tet Offensive the following year. Meanwhile, a force increase to 480,000 troops, operations such as Cedar Falls, Junction City and Rolling Thunder had not defeated the will of the enemy to continue fighting. The depth of this divide behind closed doors was perhaps symbolized most profoundly by the resignation of Secretary of Defense Robert McNamara that fall. While this conference will reflect upon the 50th anniversary of all of the events that took place during that critical year, we also encourage the submission of papers and panels that will address the theme of peace over the course of the war from as many perspectives as possible.

This two-day conference will be hosted at the Clarion Hotel and Conference Center in Lubbock, Texas. Conference organizers welcome both individual presentation proposals as well as pre-organized panel proposals that include two to three presentations. Conference sessions will follow the standard 90-minute format to include 60 minutes for presentations and 30 minutes for questions and discussion. Presentations by veterans are especially encouraged as are presentations by graduate students. Graduate student travel grants will be made available to select students.

Proposal submission deadline is January 15, 2017. Please submit a 250 word abstract and separate two-page CV/resume to 1967vietnamconference@gmail.com. The program committee of Justin Hart, Dave Lewis, Steve Maxner, Laura Calkins, and Ron Milam will evaluate all paper proposals and develop a program that reflects the many remarkable aspects of 1967. If submitting a panel proposal, please include separate abstracts for each proposed presentation and CVs/resumes for each speaker.

Thank you for your interest in participating in this conference.

Source : Steve Maxner / VSG

Le Hong Hiep : Obama’s Visit to Vietnam Gave Many Important Immediate and Long-term Outcomes

[ndlr] Signalement d’une analyse de Le Hong Hiep (ISEAS) sur les nouvelles perspectives américano-vietnamiennes.

EXECUTIVE SUMMARY

• The milestone visit by US President Barrack Obama to Vietnam on 22-25 June 2016 gave immediate and important results.

• Most noteworthy was the decision by the US to fully lift its long-standing lethal arms embargo on Vietnam. Other significant outcomes include Vietjet’s contract to buy 100 aircraft from Boeing; Vietnam’s granting of a license for the establishment of the US-funded Fulbright University Vietnam; and Vietnam’s formal permission for the US Peace Corps to operate in the country.

• The military impact of the lifting of the embargo is limited, however, as Vietnam is unlikely to enter into any major arms deal with the US any time soon. For now, instead of importing US weapons, Hanoi will probably focus on acquiring US military equipment to enhance its maritime capabilities.

• However, the indication of a stronger rapprochement between the two countries, tending towards a de facto security partnership, has political and strategic implications that are more important than military ones.

• This should worry China more than the arms that Vietnam may purchase from the US after the ban is removed.

• The lifting of the ban will have minimal military impact on other ASEAN member states, however, and the deepened relationship between Hanoi and Washington can be expected to either add momentum to the strengthening of US-ASEAN ties or further polarize ASEAN countries, especially if Beijing responds by expanding its strategic influence over some of them.

LeHongHiep_ObamasVisitToVietnam_ISEAS_no29-2016Cliquez sur l’image pour accéder au PDF

Source : ISEAS Perspective

Time for justice in the killing of Vietnamese-American journalists [CPJ]

[ndlr] Conférence de presse du CPJ (Committee to Protect Journalists) à Washington sur les assassinats non résolus de cinq journalistes vietnamiens aux États-Unis entre 1981 et 1990. Demande de réouverture de l’enquête.

Silenced_CPJ1994New York, May 27, 2016

The Committee to Protect Journalists will call for the cases of five Vietnamese-American journalists who were killed between 1981 and 1990 to be reopened, based on information uncovered by ProPublica and Frontline. The suspected assassinations were the subject of CPJ’s 1994 report, « Silenced, The Unsolved Murders of Immigrant Journalists in the United States. »

CPJ will hold a press conference at the National Press Club in Washington, D.C., on June 1, to call for a new investigation. CPJ Executive Director Joel Simon, CPJ Program Director and Americas Senior Program Coordinator Carlos Lauría, and Tu Nguyen, the son of Nguyen Dam Phong, a publisher and reporter murdered in 1982, will speak at the event. A.C. Thompson, who examined the killings in « Terror in Little Saigon, » a ProPublica/Frontline documentary and Web series, will speak about his reporting. CPJ sent a letter to the Department of Justice calling for action to end impunity in the cases.

WHAT: Press conference on the unsolved murders of five Vietnamese-American journalists.

WHEN: June 1, 2016, noon to 1 P.M.

WHERE: Zenger Room

National Press Club

529 14th Street NW

Washington, DC 20045

Source : CPJ

VNQDĐ 2016 : Unification et nouvelle espérance du nationalisme vietnamien

LogoVNQDD_2016Au mois de janvier 2016 s’est déroulé le XIIe Congrès national du Parti communiste vietnamien (PCV). Au début du mois d’avril, le Parti national du Viêt-Nam (VNQDĐ), son concurrent historique dans la lutte pour l’indépendance, s’est également réuni lors d’un congrès national important à Little Saigon aux États-Unis. Cet événement  que seuls les médias vietnamiens de l’étranger ont relayé (Người Việt, Viễn Đông, Việt Báo, FreeVN.net…) n’a rien d’anodin. Au prix d’un combat opiniâtre très coûteux sur le plan humain, le Parti a survécu et s’est même reconstitué à l’étranger. Il entend se repositionner comme l’une des principales forces d’opposition au régime de parti unique vietnamien.

Fondé le 25 décembre 1927 à Hanoi, le Parti national du Viêt-Nam, parti indépendantiste de type nationaliste-révolutionnaire1, a vu bon nombre de ses militants emprisonnés ou tués par la Sûreté coloniale après l’échec de l’insurrection générale de février 1930. Treize de ses partisans dont Nguyễn Thái Học, le chef du parti, furent guillotinés le 17 juin 1930 à Yên Bái, haut lieu de l’insurrection nationaliste. Des centaines de militants furent envoyés dans les bagnes indochinois et jusqu’en Guyane. Soumis à une terrible répression sanglante, le parti dut sa survie à une poignée de militants exilés en Chine du Sud notamment au Yunnan. Il refit surface au Viêt-Nam (encore colonisé) à la fin des années 30 et redevint très actif sur la scène politique vietnamienne pendant les années 1945-1946 avec sa participation au nouveau pouvoir de la jeune république2 aux côtés du Việt Minh. Selon l’historien Phạm Cao Dương, contrairement au Parti communiste indochinois (PCI), organe dirigeant du Việt Minh, le VNQDĐ n’a pas tenté de s’imposer comme parti unique de la jeune république et de prescrire une seule idéologie (en outre le marxisme-léninisme dont se réclame toujours le PCV) à l’ensemble de la nation.

BanThoNguyenThaiHoc_2015
Autel de Nguyen Thai Hoc lors d’une commémoration des guillotinés de Yen Bay en Californie © DR

En avril 1945, le VNQDĐ s’allia à deux autres partis nationalistes (le Đại Việt Quốc Dân Đảng de Trương Tử Anh et le Đại Việt Dân Chính de Nguyễn Tường Tam) dans un Front des Partis nationalistes (Mặt trận Quốc Dân Đảng3. Pendant une période décisive mais courte, il participa au gouvernement d’union et de résistance dirigé par Hồ Chí Minh (mars-novembre 1946). Tout en collaborant au premier gouvernement pluraliste de la RDVN4, le parti conserva sa forte détestation des Français de retour à Hanoi en mars 1946 après les Accords Sainteny/Hồ Chí Minh. Refusant ces accords avec l’ancien colonisateur, une partie du VNQDĐ fit dissidence pour s’opposer au retour de la France dans le nord du pays5. A partir de juillet 1946, lorsque les troupes d’occupation chinoises quittèrent le nord Viêt-Nam, les forces de Sécurité du Việt Minh lancèrent, sur ordre de Võ Nguyên Giáp, chargé des affaires militaires du gouvernement et de Trường Chinh, secrétaire général du PCI (devenu clandestin en novembre 1945), une vaste opération policière contre l’opposition nationaliste dernier frein à l’instauration de la dictature. Incriminée dans l’affaire dite « Ôn Như Hầu », une sordide affaire de cadavres déterrés dont les assassinats furent attribués au parti nationaliste, la décision du Viêt-Minh/PCI d’en finir avec l’opposition fut généralisée. Lors de son discours au Congrès d’unification d’avril 2016, le professeur Phạm Cao Duơng rappela que son père « s’était sacrifié » (đã hy sinh) en 1946, date du départ de la guerre civile entre Vietnamiens6. A la fois anticolonialiste et anticommuniste, le front QDĐ défendit ses zones de guerre dans le Tonkin et en Annam à la fois contre l’armée régulière de la RDVN (Vệ Quốc Đoàn, ébauche de la future armée populaire) et les forces militaires françaises jusqu’à la fin de l’année 1946.

Photo rare de la cérémonie en hommage à Nguyen Thai Hoc à Hanoi en juin 1946 sur laquelle apparaît le drapeau du Front QDD. © Xua & Nay 2013
Photo rare de la cérémonie en hommage à Nguyen Thai Hoc à Hanoi en juin 1946 sur laquelle apparaît le drapeau du Front QDD. © Xua & Nay 2013

Subissant de plein fouet la répression de la Sûreté du Viêt-Minh (emprisonnement et liquidations physiques), les militants de ce front QDĐ reprirent le chemin de l’exil jusqu’à l’avènement du régime de Bảo Đại en 1949, l’ex-empereur prenant la tête de l’État du Viêt-Nam (Quốc gia Việt Nam, in État anticommuniste concurrent de la RDVN). Une partie de la formation politique décida de rester dans l’ombre n’ayant qu’une confiance relative en l’ex-empereur et sa capacité à établir une république parlementaire à la fois démocratique et sociale. Ils ne furent pas démentis par l’histoire.

Fondamentalement indépendantiste et révolutionnaire, le parti prit peu à peu ses distances avec le gouvernement de Bảo Đại. Entre 1953 et 1956, d’abord dans les zones contrôlées par le Viêt-Minh puis pendant la réforme agraire radicale orchestrée par le Parti des Travailleurs du Viêt-Nam7, de nombreux membres du VNQDĐ furent de nouveau persécutés ainsi que leurs familles. Le VNQDĐ poursuivit sa lutte au Sud de 1954 à 1975 mais comme bon nombre de formations nationalistes, il effectua une traversée du désert sous le régime autocratique de Ngô Đình Diệm. Bon nombre de ses militants furent encore pourchassés ou emprisonnés. Pendant la guerre et ce jusqu’en 1975, la lutte se poursuivit dans le Quảng Ngãi et le Quảng Nam, deux fiefs électoraux du VNQDĐ, contre le FNL Sud Viêt-Nam et les forces communistes nordistes infiltrées.

Sous l’ère républicaine, à partir de 1964, le VNQDĐ entra dans un processus d’atomisation de ses forces. Il ne comptait pas moins de dix branches différentes sous la Seconde République de Nguyễn Văn Thiệu8. Après la chute de Saigon, le VNQDĐ fut interdit comme toutes les autres formations politiques non communistes jugées « réactionnaires ». Il ne dut encore une fois sa survie que grâce à la détermination de quelques militants présents en Europe et aux États-Unis. Des cellules se reconstituèrent mais les anciennes querelles entre chefs ne permettaient pas d’envisager une fusion des différentes factions.

ID_33798_politics_1967.jpg
Affiche électorale de la liste Nguyen Hoa Hiep – Nguyen The Truyen pour les élections générales de 1967 au Sud Viêt-Nam © Corbis

Ces dix dernières années, après la disparition d’un certain nombre de chefs de faction, des membres décidèrent d’enterrer les vieilles querelles pour reprendre le chemin du combat national.  Le site web Viet Quoc fut mis sur pied. En 2006, la célèbre monographie de Hoàng Văn Dào (l’édition révisée de 1970) fut rééditée aux États-Unis et en 2008 elle fut traduite en anglais pour la première fois9. Au Viêt-Nam même, en 2014, la biographie de Nguyễn Thái Học rédigée par l’intellectuel Nhượng Tống, un des fondateurs du parti assassiné en 1949 par le Việt Minh, a été réédité à Hanoi10. Une nouvelle histoire du VNQDĐ fut publiée par le chercheur Nguyễn Văn Khánh11. Bien qu’épousant la thèse officielle d’un bon « VNQDĐ authentique » avant 1930 et d’un « VNQDĐ réactionnaire » à partir de 1945, pour la première fois, la recherche vietnamienne reconsidérait la place de ce parti dans l’histoire nationale. Récemment, la mémoire des anciens membres du VNQDĐ relégués dans les bagnes de Guyane a été révélée et exposée dans une émission grand public diffusée sur VTV4, la chaîne dédiée aux Vietnamiens de l’étranger. Tous ces signes démontrent le regain d’intérêt pour l’histoire de ce parti dans le processus complexe de la lutte pour l’indépendance du pays.

HoangVanDao_VNQDD_2008
Cliquer sur l’image pour l’aperçu Google Books.

Lors de son discours du 3 avril, le professeur Phạm Cao Dương souligna l’importance de l’unification du parti qui fut divisé pendant plusieurs décennies, sans doute pendant plus d’un demi-siècle, malgré la qualité des dirigeants de chaque branche12. Cette unification revêt, selon lui, une signification importante à la fois pour la communauté vietnamienne à l’étranger mais aussi pour les compatriotes à l’intérieur du pays. De même, le docteur Mã Xái souligna le caractère historique de cette unification et sa portée non moins importante pour les partis politiques exilés, rappelons-le, encore interdits au Viêt-Nam depuis la réunification (juillet 1976). Lapsus révélateur, le docteur Mã Xái félicita la « réunification du Đại Việt » avant de se reprendre, sans doute ceci laissait poindre une espérance secrète13. Enfin, Lê Nguyên Minh, ancien vice-président du Tân Đại Việt fit remarquer que le Việt Quốc s’était finalement réunifié avant le Đai Việt, ce dernier étant divisé depuis 1964-1965 en trois partis différents14.

CoVNQDD_2013
Drapeau du VNQDD lors d’une manifestation à Washington contre la venue de l’ancien Président de la RSVN en 2013. Le DVQDD possède également ce même drapeau conçu en 1945 lors de l’alliance entre les deux formations politiques © DR

En 2013, le drapeau du VNQDĐ apparut dans plusieurs manifestations antichinoises organisées à l’étranger. C’est sans doute le contexte géopolitique et social notamment la question chinoise qui a réveillé l’un des plus anciens partis révolutionnaires du Viêt-Nam. L’existence du Viêt-Nam est menacée, selon ce parti, par deux faits : par la dictature du Parti communiste vietnamien ainsi que par l’expansionnisme chinois. L’appel est radical : « Si le peuple vietnamien ne met pas fin au régime communiste, le régime communiste mettra fin à l’indépendance du peuple vietnamien »15. On retrouve ici la vieille problématique de la survivance de la nation face à la Chine. Les organisations sont conscientes que seule l’union des nationalistes vietnamiens est la clé de la réussite du combat contre le totalitarisme communiste, seule issue pour sortir de la domination chinoise.

“Cương quyết đấu tranh bảo vệ tổ quốc. Đây là cuộc đấu tranh chính nghĩa, và đấu tranh chính nghĩa nhất định sẽ có thắng lợi cuối cùng…Tình trạng hiện nay đã báo động rằng Nếu dân tộc Việt Nam không đứng lên chấm dứt chế độ cộng sản Việt Nam thì Cộng sản Việt Nam sẽ chấm dứt dân tộc Việt Nam để dâng hiến cho Tàu. Cánh cửa công lý không bao giờ hé mở dưới chế độ cộng sản Việt Nam. Mất nước là mất tất cả!” (Lê Thành Nhân)

Devise_VNQDDDu 1er au 3 avril 2016, un grand congrès national, nous devrions dire transnational, se déroula en Californie. Ces trois jours de congrès rassemblèrent des militants des États-Unis, du Canada, d’Europe,   d’Australie et d’autres pays. La tâche significative de ce congrès consista à (ré-)unifier le parti sous une seule appellation générale « Việt Nam Quốc Dân Đảng » et un seul slogan : Dân tộc độc lập (Indépendance nationale), dân quyền tự do (Liberté civiles), dân sinh hạnh phúc (Bien-être du peuple). Une devise que la RDVN emprunta au VNQDĐ en 1945 et, elle-même, inspirée de la théorie des trois peuples de Sun Yat-sen traduite en vietnamien par Nhượng Tống et publié dans les années 1925-1927 par les éditions Nam Đồng Thư Xã16.

Ce retour aux origines est justifié par le nouveau Conseil de direction comme nécessaire pour faire face au PCV et constituer une alternative viable au communisme vietnamien. Le parti s’organise en effet pour la période postcommuniste. Le nouveau bureau directeur fut présenté publiquement le 3 avril 2016 lors d’une réunion rassemblant, essentiellement masculine, les principales organisations politiques vietnamiennes exilées présentes aux États-Unis : le Đại Việt Quốc Dân Đảng (représenté par son dirigeant Trần Trọng Đạt), le Tân Đại Việt (Mã Xái), le Việt Tân (Nguyễn Quốc Quân), l’Alliance pour la démocratie (Liên Minh Dân Chủ)… et des responsables d’associations de la communauté vietnamo-américaine. En particulier, dans un discours énergique, le président du ĐVQDĐ a réaffirmé sa solidarité dans la lutte et sa proximité politique avec le VNQDĐ tout en rendant hommage à Nguyễn Thái Học son fondateur. Enfin, on nota le soutien de la sénatrice Janet Nguyen, fidèle alliée de la lutte pour la démocratie au Viêt-Nam.

225678-Ra-Mat-QDD-1-60
De gauche à droite : MM. Lê Thành Nhân, Trần Tử Thanh, Lê Quốc Việt, Nguyễn Khắc Ninh, Phan Thanh Châu, Lê Trung Khương, Trần Việt Đạo © DR

Le Nouveau Conseil directeur du VNQDĐ (Tân Hội Đồng Lãnh Đạo Việt Nam Quốc Dân Đảng) est désormais composé de dix membres (photo ci-dessus) dont trois présidents : Lê Thành Nhân (président du Conseil des délégués), Trần Tử Thanh (président du Conseil exécutif), Lê Quốc Việt (président du Conseil de contrôle), Nguyễn Khắc Ninh, Phan Thanh Châu, Lê Trung Khương, Trần Minh Vũ, Trần Việt Đạo, Vũ Sơn17.

Cet effort d’unification des forces soulève néanmoins quelques interrogations. De combien le parti dispose-t-il de cadres et notamment de jeunes cadres ? Quid de la formation politique des jeunes générations et du rôle assigné aux femmes ? Quels sont ses relais et ses soutiens à l’intérieur du pays ? Pourra-t-il dépasser l’entre-soi familial ou le clanisme souvent observé dans les formations politiques (ce qui n’est pas spécifique au VNQDĐ) ? Ces questions se posent au regard de la visibilité de ce parti à l’intérieur du pays. Son activisme semble au point mort (par rapport à d’autres organisations) et une division interne liée aux événements de 1945-1946, savamment entretenue par le régime (qui n’hésita pas à créer un « Nouveau VNQDĐ » soumis au Viêt-Minh à la fin de l’année 1946), n’a pas disparu.

Le parti refuse par principe la coopération mais dans le cas d’une hypothétique transition politique où le multipartisme serait rétabli cette assertion pourrait être reconsidérée. Échaudé par sa propre expérience historique, le VNQDĐ, comme la plupart des organisations politiques exilées et interdites en République Socialiste du Viêt-Nam, ne croit pas à un partage du pouvoir avec le PCV. Deux solutions se présentent alors : le renversement du régime par la révolution violente ou l’évolution pacifique, cette dernière option étant privilégiée18.

★ ★ ★

Le VNQDĐ, en tant que « parti anticolonialiste traditionnel » reste dans l’imaginaire populaire celui qui a échoué mais a fait preuve de courage sous le colonialisme. Il conserve une aura non négligeable parmi les intellectuels du pays et l’annonce de cette unification des forces, attendue depuis longtemps, redonnera sans aucun doute à ses nombreux sympathisants du baume au cœur. C’est un petit pas de plus dans la longue marche de la lutte de ce parti contre la dictature communiste vietnamienne. Le nouveau dirigeant Lê Thành Nhân sait que la tâche est immense : formation des cadres, réorganisation générale des cellules sur le plan mondial, communication interne et externe pour une organisation devenue transnationale. La résurrection véritable du VNQDĐ se fera au prix de ces multiples efforts.

Installé au pouvoir depuis des décennies, le PCV ne devrait guère s’inquiéter de l’unification des forces en Californie de son concurrent historique qui revient de loin. Mais si, à l’avenir, des cellules de militants du VNQDĐ devaient reprendre pied à l’intérieur du pays sur ce programme politique de changement de régime, accompagné d’un discours nationaliste radical ancré dans la profondeur historique du parti (de l’anticolonialisme à l’anti-expansionnisme chinois), cela pourrait changer la donne.

François Guillemot, MàJ 18/04/2016.

Vidéos de référence.

Pour en savoir plus :

Nguyen Huy, Việt Nam Quốc Dân Ðảng ra mắt tân ban chấp hành, Nguoi Viet, 05/04/2016.

Thanh Phong, Lễ ra mắt tân Hội Đồng Lãnh Đạo Việt Nam Quốc Dân Đảng, Vien Dong Daily News, 04/04/2016.

VNQDĐ Đại Hội Toàn Đảng, Ra Mắt Tân Hội Đồng Lãnh Đạo, Viet Bao, 22/03/2016.

Phát biểu của Chủ Tịch Đảng Tân Đại Việt nhơn ngày Hợp Nhứt VNQD Đảng và Lễ Ra Mắt Tân Hội Đồng BLĐ VNQD Đảng, Tan Dai Viet, 05/04/2016.

3597 Lễ Ra Mắt Tân Ban Lãnh Đạo Toàn Đảng (Thống Nhất) Việt Nam Quốc Dân Đảng Tại Little Saigon Nam California, Viet Bao, 07/04/2016. (lien vers la vidéo de FreeVN.net en ligne)

Documents politiques sur le site du Viet Quoc :

Notes

  1. Prônant le renversement du pouvoir colonial par la violence armée et l’instauration d’une république sociale et nationale []
  2. République Démocratique du Viêt-Nam instaurée le 2 septembre 1945 par Hồ Chí Minh []
  3. Le ĐVQDĐ fut fondé en 1938 et existe toujours en exil. Le ĐVDC fusionna avec le VNQDĐ en 1945 sous l’impulsion de Nguyễn Tường Tam []
  4. Réunissant des membres issus des cinq formations suivantes : Parti communiste indochinois, Parti démocrate et Parti socialiste au sein de la Ligue Việt Minh ; Ligue révolutionnaire du Việt Nam dite ĐMH ou Việt Cách et Parti national, VNQDĐ ou Việt Quốc, correspondant à l’opposition []
  5. En juillet 1945, les Accords de Potsdam avait décidé que le Viêt-Nam devait être séparé en deux zones séparées au niveau du 16e Parallèle pour désarmer les forces japonaises vaincues. Les troupes chinoises de Tchang Kai-shek furent chargées de cette tâche au nord, les troupes britanniques au Sud []
  6. Cf. FreeVN.net, vidéo 3597 citée en référence, minute 57:25 et suiv. []
  7. Nouveau nom du PCI adopté lors du seconde congrès de février 1951 []
  8. Nguyễn Khắc Ngữ, Đại cương về các đảng phái chính trị Việt Nam, Montréal, Tủ sách nghiên cứu sử địa, 1989, pp. 72-75 []
  9. Hoang Van Dao, Viet Nam Quoc Dan Dang : a contemporary history of a national struggle, 1927-1954, Pittsburgh, PA, RoseDog Books, 2008 (traduction de Huynh Khue) []
  10. Nhượng Tống, Nguyễn Thái Học (1902-1930), Hà Nội, NXB Hội Nhà văn / Nhã Nam, 2014 []
  11. Nguyễn Văn Khánh, Việt Nam quoc dân đảng trong lịch sử cách mạng Việt Nam, Hà Nội, NXB Khoa học xã hội, 2005, réédité en 2012 chez Thế Giới []
  12. Citons pour mémoire quelques grandes personnalités du VNQDĐ : Nguyễn Hòa Hiệp, Nguyễn Tường Tam, Trần Văn Tuyên, Vũ Hồng Khanh… []
  13. Notons que le dirigeant du ĐVQDĐ fit le même lapsus à la fin de son discours, vidéo 3597, 1h27:48 []
  14. Cf. vidéo 3597, op. cit., 1h43. Une réunification du Đại Việt fut tentée en 1988 sous l’égide de Nguyễn Ngọc Huy mais elle ne dura que quelques années []
  15. Voir le discours de Lê Thành Nhân, vidéo 3597, minute 35:40 et suiv. []
  16. Réunissant un groupe d’intellectuels, cette maison d’édition figure de précurseur du VNQDĐ []
  17. Annoncés dans la vidéo 3597, op. cit., minute 26:08 et suiv. []
  18. Comme le rappelait Lê Thành Nhân dans le reportage  de SBTN (seconde vidéo ci-dessus). Voir aussi Lê Minh Nguyên en 2012 dans un autre entretien : minute 3:44 et suiv. []

Vietnamese Activist Group Advocates Resettling Disabled Military Officers in The US [RFA]

[ndlr] A lire sur RFA, article sur le sort des blessés de guerre de l’ancienne Armée de la République du Viêt-Nam. Reported by Cat Linh and Hoa Ai for RFA’s Vietnam Service. Translated by Viet Ha. Written in English by Roseanne Gerin.

A Vietnamese activist group for disabled veterans has been lobbing American legislators to restart a program that would allow former South Vietnamese soldiers to resettle in the U.S. to escape poverty and discrimination they face at home for their participation in a war than ended four decades ago.

ThuongPheBinhVNCH
Soldats mutilés de l’ARVN © DR

Truc Ho and Hanh Nhon, co-founders of the Association for Disabled Veterans and Widows’ Relief, have met with American legislators for more than a year to convince them to take action so that 500 disabled military officers from the Army of the Republic of Vietnam (ARVN) would be eligible to immigrate to the U.S. under existing law.

When the Vietnam War (1955-1975) ended with the fall of Saigon, present-day Ho Chi Minh City, to the communist North Vietnamese Army, thousands of former ARVN officers were sent to reeducation camps because they had collaborated with the Americans. Some disabled veterans, however, were not sent to the centers.

A few years later, hundreds of thousands of Vietnamese war refugees started immigrating to the U.S. and other countries under the Orderly Departure Program (ODP) created in 1979 under the auspices of the United Nations refugee agency (UNHCR). More than 458,000 Vietnamese citizens were resettled in the U.S. under the ODP between 1980 and 1997.

Lire la suite : RFA, 07/01/2016.

The Lost Mandate of Heaven: The American Betrayal of Ngo Dinh Diem, President of Vietnam

[ndlr] Le 1er novembre 1963, un coup d’État militaire renversait le Président Ngo Dinh Diem. Il fut assassiné à Cholon le jour suivant avec son frère Nhu. La Première République du Viêt-Nam s’éteignait (1955-1963) débouchant sur trois années de chaos politique.

Parution le 23 novembre 2015. Une nouvelle étude sur Ngo Dinh Diem sous forme de réhabilitation. Présentation des éditions catholiques Ignatius Press.

Ngo Dinh Diem, the first president of the Republic of Vietnam, possessed the Confucian « Mandate of Heaven », a moral and political authority that was widely recognized by all Vietnamese. This devout Roman Catholic leader never lost this mandate in the eyes of his people; rather, he was taken down by a military coup sponsored by the U.S. government, which resulted in his brutal murder.

The-Lost-Mandate-of-HeavenThe commonly held view runs contrary to the above assertion by military historian Geoffrey Shaw. According to many American historians, President Diem was a corrupt leader whose tyrannical actions lost him the loyalty of his people and the possibility of a military victory over the North Vietnamese. The Kennedy Administration, they argue, had to withdraw its support of Diem.

Based on his research of original sources, including declassified documents of the U.S. government, Shaw chronicles the Kennedy administration’s betrayal of this ally, which proved to be not only a moral failure but also a political disaster that led America into a protracted and costly war. Along the way, Shaw reveals a President Diem very different from the despot portrayed by the press during its coverage of Vietnam. From eyewitness accounts of military, intelligence, and diplomatic sources, Shaw draws the portrait of a man with rare integrity, a patriot who strove to free his country from Western colonialism while protecting it from Communism.

« A candid account of the killing of Ngo Dinh Diem, the reasons for it, who was responsible, why it happened, and the disastrous results. Particularly agonizing for Americans who read this clearly stated and tightly argued book is the fact that the final Vietnam defeat was not really on battle grounds, but on political and moral grounds. The Vietnam War need not have been lost. Overwhelming evidence supports it. »
From the Foreword by James V. Schall, S.J., Professor Emeritus, Georgetown University

« Did I find a veritable Conradian ‘Heart of Darkness’? Yes, I did, but it was not in the quarter to which all popular American sources were pointing their accusatory fingers; in other words, not in Saigon but, paradoxically, within the Department of State back in Washington, D.C., and within President Kennedy’s closest White House advisory circle. The actions of these men led to Diem’s murder. And with his death, nine and a half years of careful work and partnership between the United States and South Vietnam was undone. »
Geoffrey Shaw, from the Preface

Geoffrey Shaw, Ph.D., received his doctorate in history from the University of Manitoba, with a focus on US diplomatic and military history in Southeast Asia. From 1994 to 2008 he was an Assistant Professor of History for the American Military University. He has written and spoken widely about US military involvement in Vietnam and the Middle East. Currently he is the President of the Alexandrian Defense Group, a think tank on counterinsurgency warfare.

Source : Ignatius

Nam Moi: A Young Girl’s Story of Her Family’s Escape from Vietnam

[ndlr] Paru le 19 mars 2015, le témoignage d’une famille vietnamienne d’origine chinoise (hakka) qui a quitté le Viêt-Nam en 1978. Présentation de l’éditeur.

CharleneLinUng_NamMoi

Saigon, November, 1978. Under the cover of darkness a desperate family leaves home and friends, hoping to escape the harsh regime of Communist Vietnam. Their goal is to reunite with the four oldest children sent ahead to the United States, but first they must evade ruthless communist patrols. Eleven-year-old Nam Moi is confused, afraid and now homeless. Her future seems bleak and devoid of hope. The risks are great, but it was not the first time her family had taken risks. Long ago, her Ung ancestors had migrated from China to northern Vietnam. When the country was partitioned in 1954, they moved again to South Vietnam.

Nam Moi, or “little girl from the South”, was born in Saigon during the Vietnam War. Her family survived the fighting, but living under Communist rule was very hard. After years of planning and debating, Nam Moi’s father made the bold decision to escape, in hope of finding a better life for his children somewhere else. Nam Moi had been taught that sometimes gambles must be taken for a better life. But would this huge gamble bring freedom or cost them all their lives?

Nam Moi: A Young Girl’s Story of Her Family’s Escape from Vietnam is a true story of triumph over repression, danger and hardship. Escaping from Vietnam meant traveling on a rusty cargo ship in the South China Sea for months, barely hanging onto life. Nam Moi’s father paid precious gold for the chance to escape the country, but the price the family paid to survive was much higher than gold. They had to start their lives all over again.

Charlene Lin Ung © 2015 Photo: T. Wynne

Today, few people know CHARLENE LIN UNG as Nam Moi. She has made a new life for herself and her two children in Los Angeles. In the United States since 1980, she has overcome many obstacles—learning a new language and culture, earning a bachelor’s and master’s degree in engineering and working for one of the top aerospace companies in the country. She is currently a successful engineering manager at NASA’s Jet Propulsion Laboratory in Pasadena, California. Many years after her escape from the Communist Vietnam, she is still on a journey, but now it’s one of discovery to advance our knowledge about the solar system.

Site de l’auteure : Hakka Girl et page Facebook

Image « à la une » : Famille de Ung Ly Sang © 2015 Charlene Lin Ung