Archives par mot-clé : Etat-Parti

Daniel Hémery : L’Indochine à l’âge des extrêmes – protestations et révolutions (XIXe-XXe) siècles [2007]

[ndlr] Une synthèse incontournable mise en ligne en février 2007. A lire sur le site Europe solidaire sans frontières (ESSF).

"La chasse aux pirates faute de tigres" © Deroo
Nord-Tonkin 1908. “Pirates” décapités après l’affaire des empoisonneurs © Eric Deroo & Pierre Vallaud

 

L’Indochine à l’âge des extrêmes :

protestations et révolutions (XIXe-XXe) siècles

Daniel Hémery (13 février 2007)

I. 1858-1896
Les sociétés indochinoises face à leur mise en dépendance coloniale (1858 – 1896)

II. 1900-1939
Protestations anti-coloniales, nationalisme et communisme, mouvements sociaux (1900-1939)

III. 1940-2006
De la « Guerre des dix mille jours » à la mondialisation (1940-2006) : la révolution déconcertante

* * *

Daniel Hémery un historien français, spécialiste de l’histoire de la péninsule indochinoise. Auteurs d’ouvrages de référence sur Ho Chi Minh, l’Indochine coloniale et les révolutionnaires vietnamiens. Enseignant-chercheur à la retraite, ancien MCF à l’Université Paris Diderot Paris 7.

  • Révolutionnaires vietnamiens et pouvoir colonial en Indochine. Communistes, trotskystes, nationalistes à Saigon de 1932 à 1937, Paris, François Maspero, “Bibliothèque socialiste”, 1975.
  • Guide de recherches sur le Vietnam. Bibliographies, Archives et Bibliothèques de France, Paris, L’Harmattan, “Racines du présent”, 1983 (ouvrage collectif).
  • Les servitudes de la puissance. Une histoire de l’énergie, Paris, Flammarion, 1986 (ouvrage collectif).
  • Hô Chi Minh. De l’Indochine au Vietnam, Paris, Gallimard, “Découvertes Gallimard”, 1990.
  • Indochine, la colonisation ambiguë, 1858-1954, Paris, Editions La Découverte, coll. “textes à l’appui/série histoire contemporaine”, 2001 (nouvelle édition augmentée et mise à jour).

Voir également la Bibliographie partielle mise en ligne sur le site de ESSF (pdf).

Christopher Goscha, Vietnam. Un état né de la guerre – CR de lecture par Pierre Brocheux

Goscha_VietnamEtatGuerre1. Goscha, Christopher, Vietnam. Un état né de la guerre. 1945-1954, Paris, A.Colin, 2011, 464 p., bibliographie sélective, index, cartes.

2. Goscha, Christopher, Historical Dictionary of the Indochina War (1945-1954). An International and Interdisciplinary Approach, Copenhagen, NIAS Press, 2011, 564 p., 1600 entrées  + bibliographie sélective, 4 index : général , des noms, des lieux et des évènements ; 7 cartes, 12 photos.

Devient le site La guerre d’Indochine. 1945-1956. Un outil multidisciplinaire. Un outil trilingue : français, anglais, quôc ngu agrémenté d’une riche Galerie de photos dont beaucoup sont inédites.

 * * *

1. Nous disposions en français de plusieurs ouvrages sur la guerre que la France mena dans ses anciennes possessions d’Indochine. Engagée d’abord pour y restaurer  sa « souveraineté  »  elle se mua en croisade du « monde libre » contre l’expansion du communisme, qui s’interrompit par une trêve avant que les États-Unis ne prennent la tête de la croisade. Et les interventions étrangères des deux côtés des barricades ont réveillé ou perpétué d’autres antagonismes régionaux.

L’ historiographie de ce conflit était restée l’apanage des Français et des Vietnamiens. Par conséquent et longtemps, elle exprima la vision et l’interprétation des deux belligérants : du côté vietnamien elle se confondit avec la geste de la résistance à la « reconquête » et le roman national du jusqu’auboutisme unificateur. Du côté adverse elle s’exprima dans deux registres contraires : la justification de la colonisation et la défense contre « l’impérialisme soviétique », à l’opposé, le procès d’un colonialisme français rajeuni par le néo-impérialisme américain. La lutte idéologique fut en même temps une bataille des mots, par exemple l’usage courant du terme Viet Minh par les Français pour désigner leur adversaire, l’isoler et le discréditer.

Entre les deux extrêmes, des historiens français ont fait un effort sensible pour dépasser les antagonismes idéologiques, les devoirs de mémoire et les nostalgies persistantes pour se consacrer au devoir  d’histoire inspiré et guidé par la  raison critique. Les travaux du regretté Jacques Dalloz, de Philippe Devillers, du général Gras, d’Alain Ruscio, d’Hugues Tertrais, de Pierre Journoud, de Michel Bodin (et que l’on m’excuse d’en oublier d’autres) sont allés dans ce sens.

Dans la mise à jour historiographique, le regard et la réflexion des historiens étrangers est important comme il l’est dans l’historiographie de la colonisation française. Avec deux livres, Christopher Goscha qui enseigne l’histoire à l’Université du Québec à Montréal, fait faire une avancée majeure à notre connaissance d’une histoire partagée France-Vietnam.

Le premier ouvrage n’est pas une histoire classique, linéaire et événementiel du conflit qui bouleversa l’Indochine pendant neuf ans, matériellement et humainement. Christopher Goscha a choisi délibérément un traitement thématique du sujet. Le livre n’est pas construit comme une thèse, un guide de recherche ou un manuel d’enseignement. Il se présente comme un essai, un genre qui n’est pas soumis aux contraintes de la didactique ni à l’obligation d’être exhaustif dans le traitement du sujet, mais qui, en revanche, permet certaines libertés d’approche, d’interprétation voire de style d’écriture.

L’ouvrage peut apparaître comme une suite au livre que le politologue Bernard Fall  a consacré à la République démocratique du Vietnam (Le Viet Minh, A.Colin, 1960) mais il n’en est ni une variante ni une mise à jour complémentaire. Il est novateur à bien des points de vue. Tout d’abord, il nous sort du duel franco-vietnamien, plus exactement il inscrit la confrontation dans « le conflit du siècle » (le XXème) : capitalisme versus  communisme ou, si l’on préfère, démocratie libérale vs démocratie totalitaire. Il lui donne une dimension internationale jusque et y compris dans son épilogue, la Conférence de Genève en 1954. En second lieu, l’angle de vue et la perspective où se place Christopher Goscha est asiatique. Enfin cette enquête historique est menée  sur le versant interne du Parti communiste indochinois et du « camp socialiste » qui soulève des interrogations jusque là ignorées voire occultées : les buts, et les ressorts, les calculs  des pays-frères socialistes. Autant que faire se peut car l’accès à  la documentation se heurte encore à de nombreux obstacles et Goscha reconnaît honnêtement qu’il n’a pas pu consulter les archives de la RDVN.

La perspective dans laquelle l’auteur s’est placé lui a permis d’entrelacer le communisme, le nationalisme et l’internationalisme. Il aborde le point capital des relations entre les communistes vietnamiens et le Komintern puis avec la mouvance soviéto-maoïste (où j’ inclus le PCF) ; sur ce point, l‘examen des relations entre Ho Chi Minh, Staline, Mao, la position adoptée par le PCV vis à vis des Soviétiques et des Chinois au moment du conflit sino-soviétique soulèvent plus d’interrogations qu’il n’apporte de réponse.

La nouveauté du livre de Goscha est d’aborder la guerre dans sa dimension humaine, notamment le chapitre sur le traumatisme des corps et des esprits, dans tous les camps et chez tous les protagonistes, soldats et civils, combattants et prisonniers. Cette partie est inspirée par l’historiographie de la guerre moderne y compris les guerres récentes menées par les Américains. La notion de « brutalisation » et de « culture de guerre » introduites dans l’historiographie par l’Américain George Mosse et plus tardivement par le Français Stéphane Audoin-Rouzeau, apparaissent en filigrane de l’exposé de Goscha. Ce registre des souffrances humaines contient un chapitre sur la constitution d’un corps de santé militaire avec une digression sur le ralliement des élites professionnelles vietnamiennes (en l’occurrence le corps médical) à la résistance nationale.

Quels furent les ressorts de cette mobilisation générale, de cette levée en masse de la nation ? et ses limites et/ou sa décroissance ? L’enquête de Goscha permet de relativiser les proclamations unanimistes surtout à partir de l’allumage du « contre-feu nationaliste » en 1949 et sa  progression à partir de 1951. Mais on attend une réponse sur l’adhésion de certaines minorités ethniques, qu’il s’agisse des porteurs ou des combattants, lorsqu’on sait que le régiment qui vainquit les Français à That Khê-Dông Khê était composé de Tày (Thô) encadrés par des Kinh ; et qu’à Diên Biên Phu deux divisions de l’APVN étaient composées de Tày…

Le lecteur est captivé d’un bout à l’autre de sa lecture et son intérêt ne baisse à aucun moment. Le livre nous apprend beaucoup et plus, il nous donne envie d’en savoir davantage. C’est cette qualité qui me conduit à exprimer un regret et une objection. La dimension économique est absente et c’est dommage parce que, pour paraphraser un roi de France : le riz est « le nerf de la guerre » en outre dans un précédent ouvrage, Goscha traitait des connections extérieures et particulièrement du réseau thaïlandais.

Mon objection porte sur le titre, certes pertinent mais qui ne correspond pas  tout à fait à la réalité. En effet, lorsque Hô Chi Minh proclame la fondation de la République démocratique du Viet Nam il affirme «  Dôc lâp và  kiên quôc » / indépendance et restauration de  l’État.  Ses premières paroles et ses premiers gestes démontrent qu’il situe la jeune république dans la continuité avec l’état impérial et l’état colonial. Mais il est vrai que pendant neuf années de guerre « totale » (?) et le voisinage actif et interactif de la révolution communiste chinoise, l’État vietnamien n’a plus grand chose à voir avec le legs de la colonisation française ni avec les principes de la révolution française de 1789 que Hô Chi Minh évoqua dans son manifeste sur la place Ba Dinh le 2 septembre 1945. Mais la métamorphose était-elle programmée ou prédéterminée ? Ou naquit-elle de « la force des choses » qui dévie et défigure  les grands idéaux ?

2. Dans la foulée du livre précédent et toujours dans une approche globale et interdisciplinaire Christopher Goscha s’est attelé à l’édition d’un dictionnaire de la guerre d’Indochine qui est une oeuvre ambitieuse et de longue portée. Le résultat est impressionnant par son ampleur et son contenu informatif. Ce dictionnaire est l’aboutissement d’un travail de recherche qui dresse un état des lieux de notre connaissance mais ce dictionnaire ne fait pas seulement office d’aide-mémoire ou de raccourci pour aborder un thème, il offre des clés d’introduction à un sujet comme le prévoit l’auteur, il « can also provide an original way of looking at and engaging a subject intellectually » (p. 5).

Le dictionnaire a été mis récemment sur le site internet de l’UQÀM et par conséquent il est consultable en ligne, ce qui élargit considérablement son champ opérationnel. En outre et si j’ai bien compris, il est interactif et par conséquent on pourra combler les absences qui existent incontestablement dans l’édition imprimée. Mais il faudrait pour cela que la voie à suivre pour l’insertion de nouvelles entrées nous soit indiquée.

Pierre Brocheux

Aperçu sur les mutations sociales et politiques dans le Vietnam d’aujourd’hui – Philippe Papin [conférence]

Centre Asie du Sud-Est, UMR 8170, Unité mixte CNRS-EHESS

Séminaire général
animé par Andrée Feillard et Rémy Madinier

Sociétés d’Asie du Sud-est : permanences et mutations

 

Photo diffusée par la Vietnam News Agency du plenum du parti communiste vietnamien, le 1er octobre 2012 à Hanoï.


Jeudi 31 janvier 2013

 

Philippe Papin, EPHE

 

Aperçu sur les mutations sociales et politiques dans le Vietnam d’aujourd’hui

Le Vietnam connaît depuis quinze ans, et plus encore depuis ces cinq dernières années, ce paradoxe de voir son corps social se modifier profondément tandis que sa structure politique, elle, semble parfaitement immobile. Certaines évolutions très récentes montrent même d’étonnants pas en arrière, avec d’une part la mise sous tutelle officielle de l’appareil d’Etat par l’appareil strictement politique, et d’autre part une vague déferlante d’autocritiques qui est allée jusqu’au plus haut niveau du gouvernement.

Philippe Papin, directeur d’études à la 4e section de l’EPHE, dont les travaux habituels concernent l’épigraphie villageoise du 17e siècle, a accepté de faire un pas de côté pour venir parler à notre séminaire des mutations politiques et sociales dans le Vietnam d’aujourd’hui.

Le jeudi de 10 heures à 12 heures. Salon du premier étage

Maison de l’Asie, 22 avenue du Président Wilson, 75016 Paris

M° Iéna ou Trocadéro

 

 

Les relations spéciales Vietnam-Laos sont “inébranlables”

[ndlr] C’est sous cet adage officiel que sont célébrées en cette année 2012 les “relations spéciales” entre le Viêt-Nam (RSVN) et le Laos (RDPL). Les deux Etats communistes qui partagent bien des points de vue sur les plans politiques, militaires et économiques vont célébrer le 2 décembre prochain, jour de la Fête nationale de la RDPL, leur 35ème anniversaire d’amitié et de coopération et un demi-siècle de relations diplomatiques. Ces célébrations interviennent dans un contexte de développement économique accru par des investissements massifs chinois. Voici quelques extraits de la prose officielle de l’Agence vietnamienne d’information (AVI) parus en novembre 2012 sur le site Vietnam +

  • AVI, Célébration de la Fête nationale du Laos à HCM-Ville, 29/11/2012.

Le président de l’Association d’amitié Vietnam-Laos de Hô Chi Minh-Ville, Phan Xuân Biên, a souligné les relations d’amitié, de solidarité spéciale et de coopération intégrale Vietnam-Laos.

Jeudi à Hô Chi Minh-Ville, l’Union des organisations d’amitié et l’Association d’amitié Vietnam-Laos de la ville ont organisé la célébration de la 37e Fête nationale du Laos (2 décembre).

Phan Xuân Biên a précisé que ces relations d’abord cultivées par le Président Hô Chi Minh et les Présidents Kaysone Phomvihane et Souphanouvong, ont été développées et renforcées par les générations successives de dirigeants et de révolutionnaires, ainsi que par les peuples vietnamiens et laotiens. Elles sont devenues depuis le bien inestimable de ces deux nations.

Lire la suite : Vietnam +

  • AVI, Les relations spéciales Vietnam-Laos sont “inébranlables”, 28/11/2012.

Les relations spéciales entre le Vietnam et le Laos sont inébranlables, a affirmé le secrétaire général du Parti populaire révolutionnaire du Laos (PPRL) et président laotien, Chummaly Saynhasone.

En recevant mardi à Vientiane l’ambassadeur vietnamien Ta Minh Chau, venu le saluer au terme de son mandat au Laos, Chummaly Saynhasone s’est mis d’accord avec son jugement que les relations Vietnam-Laos se développent de plus en plus efficacement et s’approfondissent.

Il a également pris en haute estime les contributions de l’ambassade du Vietnam et de son ambassadeur au renforcement des relations multiformes entre les deux pays avant de demander qu’ils fassent de leur mieux pour intensifier les relations spéciales entre les deux pays.

Lire la suite : Vietnam +

  • AVI, La Fête nationale du Laos en haut de l’affiche à Hanoi, 27/11/2012.

L’Union des organisations d’amitié du Vietnam et l’Association d’amitié Vietnam-Laos ont organisé mardi à Hanoi une cérémonie en l’honneur du 37e anniversaire de la Fête nationale du Laos (2 décembre).

Le vice-président de l’Association d’amitié Vietnam-Laos, Nguyên Huy Quang, a souligné les diverses activités organisées dans les deux pays à l’occasion de l’Année de l’amitié et de la solidarité Vietnam-Laos, Laos-Vietnam 2012.

Il a insisté sur les deux meetings en l’honneur du 50e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques Vietnam-Laos et du 35e du Traité d’amitié et de coopération ont été solennellement organisés simultanément le 18 juillet dernier dans les deux capitales.

Lire la suite : Vietnam +

  • AVI, Pleins feux sur l’Année de la solidarité et de l’amitié Laos-Vietnam, 27/11/2012.

Un programme bilan de l’Année de la solidarité et de l’amitié Laos-Vietnam et Vietnam-Laos 2012 sera organisé en décembre au Laos.

Selon le secrétaire du Comité central (CC) et président de la Commission de propagande et d’entraînement du CC du Parti populaire révolutionnaire du Laos (PPRL), Cheuang Sombounkhan, l’Année de la solidarité et de l’amitié Laos-Vietnam et Vietnam-Laos 2012 se clôturera par deux grands évènements qui auront lieu le 12 décembre dans la commune de Sepon, province de Savannakhet (Laos).

Un meeting destiné à faire revivre la tradition et le bilan du concours sur l’histoire des relations spéciales Vietnam-Laos aura lieu le 12 décembre prochain avec la participation de 2.000 délégués.

A cette occasion, ils pourront visiter des sites historiques, ainsi qu’apprécier un programme artistique présenté par des artistes vietnamiens et laotiens, outre des feux d’artifice.

Lire la suite : Vietnam +

  • AVI, Vietnam-Laos : échange d’expériences dans l’édification du Parti, 13/11/2012.

Un colloque scientifique sur la ”Théorie et pratique dans les tâches d’organisation et d’édification du Parti” a eu lieu mardi dans la ville de Dong Hoi, province de Quang Binh (Centre), sous les auspices des Commissions de l’organisation du Comité central du Parti communiste du Vietnam (PCV) et du Parti populaire révolutionnaire du Laos (PPRL).

Les délégués ont écouté 14 interventions sur les tâches d’édification du Parti en cette nouvelle période comme sur la valorisation de la démocratie au sein du Parti, la critique et l’auto-critique, les expériences de la valorisation de la démocratie de base, l’édification et le renforcement des organisations de base du Parti en zone rurale, les expériences d’édification de telles organisations en synergie avec le développement socioéconomique, la formation de femmes cadres dont celles issues d’ethnies minoritaires, de jeunes cadres, l’emploi des cadres après leur formation, la politique au regard des cadres, des fonctionnaires…

Lire la suite : Vietnam +

  • AVI, Vietnam-Laos: la solidarité dans le combat des armées se perpétuent, 09/11/2012.

Les ministères de la Défense du Vietnam et du Laos ont organisé vendredi à Vientiane un colloque sur les relations entre les deux armées pendant les périodes de guerre à l’occasion du 50e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques et du 35e anniversaire du Traité d’amitié et de coopération entre les deux pays.

Portant sur le thème “La solidarité et l’alliance spéciales dans le combat des armées des deux pays : réalité et leçons dégagées”, ce colloque a vu la présence du général Douangchay Phichit, ministre laotien de la Défense, de Chueang Sombounkhan, président du Comité de la propagande et de la formation du Comité central du Parti populaire révolutionnaire du Laos, et du général Nguyen Thanh Cung, vice-ministre vietnamien de la Défense.

Lire la suite : Vietnam +

  • AVI, Entre Vietnam et Laos, une solidarité à toute épreuve, 05/11/2012.

Les ministères de la Défense du Vietnam et du Laos ont présenté lundi à la presse à Vientiane un colloque sur la solidarité spéciale dans la lutte entre les deux armées pendant les années de guerre.

Le colloque s’est focalisé sur la politique de solidarité, d’alliance spéciales entre les deux pays, motivée par la réalité objective de l’Histoire, et affirmé la juste direction des Partis, gouvernements et ministères de la Défense des deux pays en la matière.

Vietnamiens et Laotiens ont souligné l’esprit de lutte, la volonté, l’énergie, la créativité prodigieuse, les difficultés et les sacrifices des forces armées et des peuples des deux pays durant 30 années de résistance.

Lire la suite : Vietnam +

  • AVI, AN: Vietnam et Laos renforcent leur coopération, 02/11/2012.
La vice-présidente de l’Assemblée nationale (AN) du Vietnam, Tong Thi Phong, a reçu vendredi à Hanoi une délégation du Bureau de l’AN du Laos, conduite par son chef, Unkeo Vuthilat, en visite de travail au Vietnam.

Tong Thi Phong a affirmé que les dirigeants de l’AN du Vietnam favorisaient toujours le déploiement des programmes de coopération entre les deux Bureaux des deux AN.

Les deux parties ont accordé ces derniers temps la priorité à la coopération dans l’éducation et la formation des cadres, le partage d’expériences et l’organisation d’échanges entre le personnel des deux Bureaux, et ont avancé des propositions aux dirigeants de ces deux organes législatifs, contribuant à approfondir la coopération et à renforcer l’amitié, a déclaré Tong Thi Phong.

Saluant la signature du nouvel accord de coopération entre les deux bureaux des AN, elle s’est déclarée convaincue qu’avec le soutien des dirigeants des AN des deux pays, les liens de coopération entre les deux AN et leurs Bureaux se consolideraient et se développeraient, pour être dignes des relations spéciales entre les deux Partis, les deux Etats et les deux peuples.

Lire la suite : Vietnam +

  • En complément lire : Bruno Philip (Vientiane – Envoyé spécial), “Bousculé par une modernisation brutale, le Laos communiste sort de sa torpeur”, Le Monde, 03/11/2012.

Viêt-Nam : De l’Etat-Parti et de son fonctionnement

Dans sa contribution au débat, Philippe Papin revient sur la question essentielle des sources d’inspiration de l’Etat-Parti vietnamien et de son fonctionnement. Son message amical est publié sous sa forme originale de lettre personnelle avec son autorisation.

Viêt-Nam : De l’Etat-Parti et de son fonctionnement

Contribution au débat autour du livre de Christopher Goscha, Vietnam, un Etat né de la guerre.

Cher François,

Merci de tes commentaires et d’avoir fait connaître le petit débat qui est en train de se nouer autour du livre de Christopher Goscha, notre ami commun. J’ai pris position dans ce débat, je vais maintenant dire deux mots en réponse à ton commentaire, mais, d’abord, je tiens à réaffirmer très clairement mon admiration pour le travail de Christopher. Soyons plus précis. Parmi ses immenses mérites, il en est un qui précède notre débat, qui précède l’étude du contenu et des points éventuels de divergence, qui précède aussi les faits, les chiffres et les sources : ce « mérite a priori », c’est d’avoir écrit un vrai livre d’histoire, j’entends un livre qui contient de l’enjeu – applicable à d’autres lieux et à d’autres temps – sur la lecture que nous faisons des choses passées, en l’occurrence de ces phénomènes universels que sont la guerre, la mobilisation en vue de la guerre, l’idéologie et ses outils de domination, et bien sûr cette figure étrange qu’est l’État-Parti (mais est-elle si étrange, si dépourvue de déclinaisons anciennes ?). Christopher n’a pas seulement apporté de l’information. Il a proposé un modèle d’interprétation. C’est à ce titre qu’il a considérablement fait avancer notre questionnement. C’est à ce titre aussi qu’il s’expose – au bon sens du terme – à des réactions sur le fond.

Sur le point que tu soulèves dans ton commentaire, à savoir celui des racines coloniales et confucéennes de l’État, je me demande s’il n’y aurait pas davantage intérêt à regarder du côté des expériences soviétiques et des théories qui, en ce domaine, existaient cinquante ans avant que les révolutionnaires vietnamiens ne se posent la question de savoir quel type de régime ils allaient mettre en place. Christopher l’écrit, d’ailleurs, rappelant à plusieurs reprises que le Vietnam a déroulé le programme socialiste académique, sans nulle surprise, sans beaucoup d’innovation. Or la création/manipulation de l’État administratif par le Parti, lequel s’y cache et s’y enjolive, est précisément dans le programme. Elle est dans Lénine, elle est dans la Bible socialiste. Tous les mécanismes de cette machinerie compliquée existent déjà, sont détaillés dans les livres, sont sous les yeux des Vietnamiens, ont été véhiculés par le Komintern depuis trente ans. D’emblée, donc, je ne vois pas qu’on se soit privé au Vietnam d’une construction politico-administrative qui, en quelque sorte, avait fait ses preuves. Or, quoi qu’on en dise, dans cette construction, qui ne craint rien de plus que la technocratisation, que la dissolution de la doctrine dans la gestion, l’État administratif est conçu comme un ectoplasme : il est dans la main du Parti. Il suffit pour s’en convaincre de voir fonctionner au sein des institutions la fusion progressive, du bas vers le haut, marche après marche, des organes civils dans les organes politiques (la base est encore mêlée, le comité central a pour fonction d’équilibrer les forces, et le Politburo, tout en haut, de coiffer l’ensemble par le Parti seul). Il suffit aussi de poser la loupe sur un service administratif quelconque (les têtes de ce service ne sont que des subordonnés dans la hiérarchie du Parti : pratique très futée du « croisement des fonctions »). Et encore de constater, tout simplement, que les secrétaires du Parti, eux, à tous les niveaux des comités directifs, n’exercent que rarement des fonctions administratives : ils sont hors jeu car, via leurs subordonnés, ils dominent le jeu.

Mais si la captation de l’État par le Parti ne pose pas trop de problème, car la pratique existe et on peut la prouver, la mise en place de cette « recette » est plus compliquée. Si je résume grossièrement, la question est : comment tout cela a-t-il commencé ? En gros, toujours, Christopher pense que, pour qu’il y ait captation, il faut quelque chose à capter. D’autres, dont moi, je crois, estiment que tout a été bâti en vue de cette captation, et que finalement le mot même de captation est trompeur car il renvoie à un état (avec un « e » minuscule) idéal des choses qui n’a jamais existé. C’est là où le livre de Christopher est capital, à l’endroit où commence ce partenariat entre deux appareils qui sont posés côte à côte et qui pourtant sont inextricablement mêlés. De quand date l’emmêlement, voilà notre problème !

Aujourd’hui en tout cas, et chez les soviétiques hier, je ne vois pas comment on peut parler d’une structure étatique qui existerait hors l’appareil du Parti qui la fabrique et la contrôle, qui en recrute et mute les agents, qui domine toutes les carrières et qui est la source unique de légitimité. Alors, hier, a fortiori, comment la chose aurait-elle été possible ? Ou alors, et c’est là où ton commentaire est important, il faut nécessairement supposer la pérennité de structures administratives locales (coloniales, confucéennes) qui, parce qu’elles existaient déjà, auraient pu en effet être captées. C’est tout notre débat. Il se trouve que, de mon côté, je ne vois rien d’ancien, ni de local, dans les structures administratives en question. Je vois des comités, des coopératives, des unités de production, des cellules, des congrès, des bureaux permanents : bref, toute la chaîne du centralisme démocratique et tout ce vocabulaire technocratique qui trahit d’emblée ses origines. En d’autres termes, je vois mal comment on peut arguer de l’existence d’une structure étatique indépendante quand celle-ci, dans sa forme, ses effectifs, son peu de réalité sur la gestion des affaires, ressemble à s’y méprendre au joli cache-sexe tissé par l’Internationale depuis des décennies. Nos Vietnamiens n’ignoraient rien des techniques utiles pour tisser ce cache-sexe. Ils connaissaient leur Lénine sur le bout des doigts.

J’admets volontiers l’idée qu’il ait pu y avoir des continuités historiques locales (encore que…), mais, quand on cherche à comprendre la mise en place d’un régime qui se veut en rupture avec le passé, quand on examine le « fonctionnement vrai » de la machine, quand on pose la loupe sur cette machine elle-même, sur ses rouages, ses petites dents crantées, je me demande pourquoi nous devrions, nous les historiens, aller chercher dans le passé national ce qui, simplement, logiquement, pourrait avoir été pris dans la modernité (et l’efficacité) de l’époque : l’URSS. Et comme on sait tout de la manière dont les bolcheviques se sont imposés, dans un contexte de guerre et d’effondrement des structures anciennes, dans un contexte où ils étaient minoritaires parmi la population paysanne, alors pourquoi ne pas regarder de ce côté là ? Or de côté là, c’est bel et bien le Parti qui tire les ficelles : et, là, on a des archives pour le prouver. Attention, je ne me place là que du point de vue politico-administratif, évidemment pas du point de vue de la vie sociale, de la vie des gens, des autres rythmes et des autres logiques à l’œuvre.

En tout cas, pour en revenir à notre sujet, il est évident que l’horizon de la guerre d’Indochine n’était pas seulement la libération du colonialisme : il était aussi la prise du pouvoir, à partir de zéro, et sa conservation. Ce n’était pas août 44 : c’était octobre 17. Christopher le dit : alors, pourquoi ne pas aller jusqu’au bout.

Avec toute ma grande amitié,

Philippe

Viêt Nam : L’Etat-Parti en débat sur H-Diplo

Pour faire suite à la publication du riche débat sur H-Diplo au sujet de l’ouvrage de Christopher E. Goscha, nous reprenons la discussion engagée hier. Nous ne reviendrons pas en détail ici sur les commentaires des chercheurs américains, par ailleurs tous mesurés et dûment argumentés, pour reprendre la discussion avec nos collègues et amis Philippe Papin et Christopher E. Goscha sur quelques points qui nous paraissent mériter une réflexion aussi sommaire soit-elle.

Le premier point concerne la question des sources. Dans son chapitre sur la santé, tout à fait inédit pour la recherche sur cette guerre, Christopher Goscha s’appuie sur une source vietnamienne qui peut-être avec emphase refait l’histoire du service de santé du Viêt-Minh. Source non recevable en tant que telle selon Philippe Papin qui, dans un style glaçant, conteste les chiffres du chapitre V de cet ouvrage. Cette joute orale auquel Goscha a répondu avec beaucoup de modestie m’a interpellé et je me suis posé une question sur la validité de cette source comme tout historien de base. Sur les textes édités en RSVN dans les années 1990, il y aurait sans doute beaucoup à dire et à critiquer et il y a sûrement un peu d’emphase dans les reconstructions d’après-guerre qui, souvent, ne citent pas leurs sources.

Cependant, on ne peut écarter l’idée que des rédacteurs consciencieux se soient souciés de donner des informations chiffrées fiables qu’ils ont peut-être d’ailleurs extraites eux-mêmes des archives publiques ou privées. Donc la question des données chiffrées est délicate et impossible à trancher en l’état tant que les archives ne seront pas largement ouvertes aux chercheurs vietnamiens ou étrangers. A priori un ouvrage publié en 1995, en pleine vague de rédaction de nouveaux mémoires sur la guerre, me donne le sentiment qu’il ne peut pas être totalement trafiqué. Le Viêt-Nam sous l’impulsion du Doi Moi (le Renouveau) et marqué par la fin des conflits régionaux veut parler plus franchement de la guerre. Seule l’ouverture des archives confirmera ou non cette tendance à l’emphase.

La question des sources est bien entendu cruciale et Goscha souligne bien le déficit de certaines sources. Malgré ce fait, les fonds archivistiques incroyables que l’on possède en France sur le Viêt-Minh et notamment les pièces Viêt-Minh saisies en opération, recoupées avec les sources vietnamiennes de seconde main, donnent au chercheur une connaissance assez convaincante de l’état de la question. Autre fait singulier, beaucoup de chercheurs vietnamiens (RSVN) se rendent aux Archives nationales d’Outre-mer à Aix pour consulter les documents auxquels ils n’ont pas accès dans leur propre pays afin d’écrire sur leur propre histoire, ceci donc à partir des archives françaises très riches de la colonisation. Les premiers visiteurs étrangers des ANOM sont des Vietnamiens.

Le second point plus lourd est une charge contre la problématique défendue par Goscha et explicitement exposée dans le sous-titre de son ouvrage. La RDVN fut-elle un Etat né de la guerre ? Grandi dans la guerre, consolidé par la guerre, construit par la guerre, imposé par la guerre et marqué par la guerre… Goscha le démontre dans ces dix chapitres thématiques. Papin conteste cette assertion argumentée pour mettre en avant ce qu’il pense en fin connaisseur de cette société qu’il a connu pendant plus de dix ans à la tête de l’EFEO (Ecole Française d’Extrême-Orient). La joute reprend de plus belle entre le « skeleton state » (l’Etat squelettique) structure chétive inventée et placée sous le contrôle ardu du Parti et le propos plus bigarré de Goscha qui argumente sur la faiblesse des communistes vietnamiens qui n’ont eu de cesse de s’appuyer sur les structures survivantes de l’Etat colonial et de l’Etat confucéen (même si ce dernier point ne me semble pas assez développé). Plutôt que d’examiner en détail ce lien si particulier entre guerre et avènement étatique défendu par Goscha, Papin insiste sur sa propre conception de l’Etat-Parti, un « parti créé avant l’Etat, un parti faiseur d’Etat, un parti dissimulé derrière l’Etat pendant la guerre ».[1] Le débat est stimulant mais le problème est que le contradicteur n’explique pas vraiment s’il approuve l’argument du lien Parti-Etat et de sa nature au fil des 9 années de guerre défendu par Goscha et plus gênant il ne donne pas non plus de références précises pour étayer son propre raisonnement. Il et vrai que Philippe Papin, de par son expérience très empirique du Viêt-Nam, a peut-être eu des informations orales solides sur le sujet. Cependant, la déconstruction d’une problématique ne peut faire l’impasse sur les sources sur lesquelles on s’appuie.

Ce débat m’a pour le coup stimulé et mon sentiment est que l’on ne peut pas passer sous silence l’influence française gouvernementale (ce qui apparaît bien dans l’ouvrage) tout comme le substrat confucéen bureaucratique.[2] En 1945, le parti s’est greffé sur quelque chose d’existant, une bureaucratie conquise par l’idée d’indépendance nationale, mais il a en quelque sorte étouffé l’Etat pendant les années 1950. C’est sans doute au sortir de la première guerre d’Indochine en 1954 que le « jeu » parti-Etat a débuté, un jeu que l’anthropologue John Kleinen décrivait comme une « comédie » pour exprimer le caractère fusionnel actuel des deux entités.[3] A la lecture de ce H-Diplo, on peut considérer que le Parti s’est transformé en un Etat dans l’Etat pour mieux contrôler cet Etat fébrile qui paradoxalement, a permis aux communistes vietnamiens d’accéder au pouvoir en août 1945 et de les assister dans la fondation de la RDVN le 2 septembre 1945.[4] Une étude fine sur le “fonctionnariat” telle que celle menée par Emmanuel Poisson sur le mandarinat tonkinois à l’épreuve de la colonisation pourrait éclairer ce point de vue.[5] Un Parti-Etat logé au sein de l’Etat traditionnel, la chose n’est pas si absurde.

Pour conclure :

Au fil de leurs commentaires, les chercheurs américains ont formulé deux souhaits : placer au sein de l’ouvrage un chapitre sur l’économie et prendre toute la mesure (peut-être dans une dimension comparatiste) de l’avènement de l’Etat national de Bao Dai. Sur le premier point, il faut relire la thèse de Goscha soutenue en 2000 sous la direction de Nguyen The Anh puisqu’elle s’attarde sur la dimension économique avec soin et l’auteur admet qu’un tel chapitre aurait renforcé son argument.[6] Sur le second point, cela nécessiterait ni plus ni moins un autre ouvrage car l’histoire des concurrents du Viêt-Minh reste encore largement méconnue. Pour finir sur cette courte intervention, il faut remercier H-Diplo pour cette série de commentaires éclairants (52 pages) ainsi que tous les chercheurs américains et français pour avoir jouer le jeu du débat sans langue de bois. Ils ouvrent ainsi la voie à d’autres recherches, d’autres pistes qui enrichiront les études sur l’Etat-parti vietnamien, sur son existence tumultueuse et permettent d’ores et déjà de réfléchir sur son devenir.

FG


[1] “The Party came before the State, the Party made the State and hid behind it during the war”. Voir H-Diplo Roundtable Review, Vol. XIV, No. 1 (2012), p. 32.

[2] Voir en particulier l’analyse de Nguyen The Anh sur le rapport entre communisme et confucianisme : « Le Viêt Nam entre confucianisme et modernité », in Nguyen The Anh, Parcours d’un historien du Viêt Nam, Paris, les Indes Savantes, 2008, pp. 854-866

[3] Cf. John Kleinen, « La comédie de l’État-parti. Le Viêt Nam depuis la réunification », Raisons politiques 3/2001 (no 3), p. 37-54. Article en ligne : www.cairn.info/revue-raisons-politiques-2001-3-page-37.htm

[4] Sur les années cinquante, on relira avec intérêt l’étude fouillée de Bertrand de Harthing, Entre le peuple et la nation. La République Démocratique du Viêt Nam de 1953 à 1957, Paris, EFEO, Monographies n° 189, 2003.

[5] Emmanuel Poisson, Mandarins et subalternes au nord du Viêt Nam. Une bureaucratie à l’épreuve (1820-1918), Paris, Maisonneuve & Larose, 2004.

[6] Voir en particulier le chapitre 1 de la quatrième partie de sa thèse : “La Chine du Sud et les réseaux commerciaux non-communistes de la RDVN (1945-1950)”, pp. 628-656 (Christopher E. Goscha, Le contexte asiatique de la guerre franco-vietnamienne. Réseaux, relations et économie, EPHE, IV section, Sciences historiques et philologiques, thèse de doctorat d’Histoire sous la direction du Professeur Nguyen The Anh, 2000, 2 tomes).

Voir aussi notre précédent billet :