Archives par mot-clé : Etat-Parti

Khai Nguyen : A democratic revolution has just begun in Vietnam [Asia Times]

[ndlr] Analyse de la situation vietnamienne par le journaliste Khai Nguyen. Pas d’indication de sources pour les données chiffrées.

Massive but orderly protests across the country hint at the beginning of the end of Communist Party rule

On June 7, a group of about 300 ordinary Vietnamese in Phan Ri Cua City of Binh Thuan province formed the first rally against a draft law on special economic zones (SEZ). They had trouble before with an ongoing Chinese thermal power plant investment project in their own province and were opposed to more such Chinese investments.

Two days later, tens of thousands of workers at Pouyuen footwear company in Tan Tao Industrial Park, Ho Chi Minh City, went on strike against the SEZ draft law.

The following day, on June 10, many demonstrations sprung up in other cities throughout the country, including the capital of Hanoi, Nghe An, Da Nang, Khanh Hoa, Dac Lac, Binh Duong, Dong Nai, My Tho, Vinh Long, Kien Giang, and Ho Chi Minh City.

[…]

The government now spends about 82.1% of the national budget to pay salaries to government officials, military, police, 205 public security generals and five million Party members. The remaining 17.9% is earmarked for development investments.

Lire la suite : Asia Times, 08/07/2018.

Illustration « à la une » : Vietnamese protesters shout slogans against a proposal to grant companies lengthy land leases during a demonstration in Ho Chi Minh City on June 10, 2018  © AFP/Kao Nguyen

Belles perspectives… : discours officiel vietnamien et contre-discours à l’occasion du partenariat France Viêt-Nam

[ndlr] Nous publions sur ce billet les deux discours qui se sont croisés (et percutés) à l’occasion de la venue en France de Nguyen Phu Trong, le Secrétaire général du Parti communiste du Viêt-Nam (PCV) du 26 au 28 mars 2018. Ce voyage officiel du « numéro un » de la République socialiste du Viêt-Nam (RSVN) a été organisé dans le cadre des célébrations du 45e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la France et le Viêt-Nam (1973) et du 5e anniversaire du Partenariat stratégique signé à Paris le 25 septembre 2013.

La voix du dirigeant…

Le premier texte intitulé « Belles perspectives des relations vietnamo-françaises » est une tribune officielle du Secrétaire général du PCV publiée par le journal Le Monde dans sa rubrique « Publicité ». Il s’agit plus précisément d’un publi-communiqué, une technique de marketing plutôt prisée par les entreprises1. Car vous l’avez compris, cette publicité payante2 vise à promouvoir les relations franco-vietnamiennes dans le cadre du Partenariat stratégique signé entre les deux pays en septembre 2013. C’est donc un exercice (assez rare de nos jours) de propagande d’État. Le chef d’un État-Parti, le PCV étant l’unique parti politique autorisé au Viêt-Nam, s’accorde cette façade publique dans la presse française pour faire entendre la voix officielle du Parti au pouvoir. La méthode est surprenante mais inscrite dans les pratiques habituelles de l’État-Parti vietnamien vis-à-vis de sa presse nationale. A quand une tribune payée par d’Erdogan pour promouvoir les relations européano-turques ? Ou celle du nouveau Grand Timonier chinois Xi Jinping pour vanter sa vision géopolitique du monde ? Les lecteurs du Monde ne peuvent être dupes de cet exercice d’autopromotion mais surtout, se demande-t-on, sont-ils le bon lectorat ? Car l’objectif n’est-il pas in fine d’inciter les chefs d’entreprise français à investir massivement au Viêt-Nam… après le RV manqué des années 1990-2000 ?3. Une publicité moins ostentatoire publiée dans Les Échos ou les grandes revues économiques françaises auraient été sans doute plus appropriée. En outre, cette tribune ne laisse plus aucun doute sur la primauté du Parti sur l’État vietnamien et de son dirigeant, « le vrai patron du Viêt-Nam » dont le portrait figure au centre de la tribune4. Mais il n’est ici question que de forme, je laisse nos lecteurs lire en ligne ce plaidoyer en trois parties pour une consolidation de nos relations.

Page du journal Le Monde, lire le texte en ligne sur Le Courrier du Vietnam

L’objectif pour le Viêt-Nam de faire « miroiter son dynamisme économique à Paris, » comme le présente Yves Bourdillon dans Les Échos a, semble-t-il, reçu un bon accueil puisqu’il a permis la signature de contrats importants avec les groupes EDF, Bouygues, Airbus et Safran rehaussant le très faible pourcentage d’échanges entre nos deux pays5. En effet, comme le rappelle le dirigeant communiste « la valeur des échanges commerciaux reste modeste et ne représente que 1% de la valeur totale des exportations et importations du Viêt Nam« . Les historiens et analystes s’accordent sur le fait que le recentrage du Viêt-Nam sur l’Asie opéré dans à partir des années 1990 a laissé la France sur le bord du chemin.

vs la voix des dissidents

Cette publicité officielle de l’État-Parti est percutée par un discours concurrent émanant des organisations de défense des droits de l’homme. Un premier texte très documenté sous la forme d’une « Lettre ouverte au Président de la République Française » a été publié le 26 mars par la Fédération Internationale des Droits de l’Homme pour rappeler l’incongruité qu’il y avait à inviter un chef de Parti comme un Chef d’État alors que la « répression en cours » s’avère être « une des pires depuis l’ouverture économique du Dôi Moi en 1986 ». Et la lettre ouverte de revenir en détail sur la répression « pensée, planifiée et organisée » qui s’exerce sous la mandature de M. Trong contre la société civile vietnamienne en rappelant les condamnations de quelques figures récentes parmi les 130 prisonniers de conscience aujourd’hui incarcérés6. Un second texte, émanant des ONG Reporters sans frontières (RSF), de l’ACAT (Action by Christians for the Abolition of Torture) et de l’organisation politique Viêt Tân a été publié sur les sites de ces organisations sous la forme d’un communiqué de presse conjoint le 23 mars 2018. Comme pour le précédent texte de la FIDH, celui-ci insiste sur la répression actuelle contre les blogueurs, dissidents politiques et activistes sociaux et rappelle les mauvaises conditions de détention de certains d’entre eux. Le 23 mars, RSF appelait les autorités françaises « à poser les questions interdites » au Secrétaire général du PCV « sur l’état déplorable de la liberté de la presse dans son pays »7. Ces contre-discours qui interviennent à un moment clé visant à revigorer les relations franco-vietnamiennes démontre une fois de plus que l’État-Parti ne peut plus fonctionner en autarcie sans prendre en compte les améliorations attendues et réclamées par ses propres citoyens sur le plan des libertés civiques.

Que retient-on de ces deux discours ? Tout d’abord une certaine complémentarité. Si le bilan économique positif du Renouveau (Dôi Moi, décrété en décembre 1986) est dûment souligné et avéré, il doit s’accompagner d’une transformation du régime comme l’ont réclamé les intellectuels les plus en vue, rédacteurs de la « Motion 72 » exigeant une refonte politique du régime, lors de la refonte de la constitution en 2013 8. Les appels de personnages clés comme l’économiste Lê Dang Doanh pour s’acheminer vers un Second Renouveau, à la fois économique (sur le plan structurel) et politique (sur le plan des institutions), permettant de libérer les énergies et de se débarrasser du carcan sécuritaire, restent lettre-morte9.

« Le sourire que tu envoies revient vers toi »

C’est avec ce sympathique proverbe hindou que le Président de la République, Emmanuel Macron, a terminé son discours à l’Élysée le 27 mars 2018 célébrant les cinq ans du partenariat stratégique franco-vietnamien. Ce beau discours plein d’espoir est néanmoins terni par un climat politique général alourdi. Depuis 2013, le pouvoir vietnamien a durci sa législation sur l’utilisation d’internet et a neutralisé la plupart des blogueurs et lanceurs d’alerte10. Une force dénommée « Force 47 » et dépendant de l’Armée populaire, annoncée le 25 décembre 2017, est dédiée au nettoyage des avis critiques sur la toile11. Du côté des affaires interne du Parti, c’est aussi le verrouillage. De nouvelles dispositions ont été décrétées (Décision 102-QD/TW) pour sanctionner plus lourdement les dérives économiques ou politiques des membres du parti12. La peur de « l’auto-évolution pacifique » des membres du PCV vers une émancipation politique inquiète toujours autant les dirigeants actuels. L’action de la dissidence, si mince soit-elle et souvent initiée par de jeunes activistes, est rapidement circonscrite et réprimée. L’ACAT rappelle dans son communiqué qu’en 2017, « Hanoi a lancé la pire vague de répression contre la liberté d’expression depuis vingt ans. Au moins 25 blogueurs, défenseurs des droits de l’homme et militants pro-démocratie ont été arrêtés ou déportés ». L’association en appelle au « devoir moral » de la France et de ses partenaires européens pour signifier aux dirigeants de la RSVN que de telles pratiques autoritaires doivent cesser. Si l’objectif affiché est « le renforcement de la relation [vietnamo-française] dans tous les domaines »13 cette exigence fait sens.

Le programme politique d’Emmanuel Macron « Révolution » traduit en vietnamien et diffusé au mois de mars 2018 au Viêt-Nam, accompagné d’un message explicite de Barack Obama en couverture « Il faut se battre pour la liberté – N’ayez pas peur ! » (Plus percutant qu’une page de pub dans le Nhân Dân [Le peuple], organe officiel du PCV…)

Et il y aurait beaucoup à dire sur la promotion de l’innovation du côté vietnamien car si les partenariats scientifiques se passent bien du côté des sciences dures, médicales et des sciences naturelles, il est beaucoup plus délicat de monter des projets innovants au sein des universités vietnamiennes dans le domaine des sciences sociales et humaines comme l’a démontré le projet d’un enseignement supérieur non-lucratif  porté par Mme Bui Tran Phuong, l’ancienne rectrice francophone de l’université privée Hoa Sen 14. L’expulsion manu militari du Viêt-Nam en juin 2017 du dissident Pham Minh Hoang, professeur de mathématiques dans une université à Hô Chi Minh-Ville et citoyen franco-vietnamien déchu de sa nationalité vietnamienne par le pouvoir en place, n’est pas non plus un signe encourageant15.

C’est dans ce contexte répressif que la RSVN entend promouvoir les « belles perspectives » d’avenir entre les deux pays et d’inciter les entreprises françaises à s’impliquer davantage dans l’économie vietnamienne. Est-ce bien réaliste ? Si la France, pragmatique, ne voit le Viêt-Nam que comme une opportunité pour investir l’Asie du Sud-Est, le pari moral et historique est risqué. La tâche « franco-vietnamienne » est donc immense et il ne suffira sans doute pas seulement d’un « sourire mutuel » (même si cela peut aider) pour engager le Viêt-Nam vers une nouvelle réforme à la fois politique et économique.

FG

MàJ 29/03/2018.

Annexe vidéographique et texte de la déclaration conjointe (sur le site de L’Élysée, 27/03/2018) :

Lectures :

Deux ouvrages à lire pour comprendre l’histoire contemporaine du Viêt-Nam :

  • Benoît de Tréglodé (sous la dir.), Histoire du Viêt Nam de la colonisation à nos jours, Paris, Éditions de la Sorbonne, coll. « Libre cours », 2018. (12 auteur.es)
  • François Guillemot, Viêt-Nam, fractures d’une nation. Une histoire contemporaine de 1858 à nos jours, Paris, La Découverte, coll. « Sciences humaines et sociales », 2018.

Notes

  1. Cette pratique, autrefois utilisée par les groupes pharmaceutiques ou les compagnies touristiques pour vanter leurs produits commerciaux est aujourd’hui déclinante []
  2. A hauteur de 150.000 euros selon le dissident Pham Minh Hoang, en exil forcé : « Hai tấm hình: Sự khác biệt không chỉ 150 ngàn Euros, » Viêt Tân, 28/03/2018 []
  3. Voir l’extrait souligné par Miche De Grandi dans la chronique « Le livre du jour » : « Pourquoi la France a perdu pied au Viêt Nam, » Les Échos, 27/03/2018 []
  4. Cf. « France: le chef des communistes vietnamiens reçu à l’Elysée, » RFI, 28/03/2018 []
  5. Cf. « La France signe pour plusieurs milliards d’euros de contrats avec le Vietnam, » BFM Business, 27/03/2018 []
  6. Cette Lettre est signée conjointement par la FIDH, La Ligue des Droits de l’Homme et l’ONG vietnamienne Quê Me / Vietnam Committee on Human Rights []
  7. Cf. « Vietnam : la France doit interpeller le chef du Parti communiste sur la répression de la liberté de la presse, » RSF, 23/03/2018 []
  8. « Le 4/02/2013 : une journée historique ? – Trao kiến nghị về Hiến pháp, » Mémoires d’Indochine, 07/02/2013 []
  9. Voir son entretien à la BBC en 2015 : « Việt Nam đang rất cần cuộc ‘đổi mới lần hai’, » BBC Tiêng Viêt, 19/08/2015 []
  10. Voir sur ce sujet notre article : « Internet au Viêt-Nam : le tour de vis politique du ‘Décret 72’, » Mémoires d’Indochine, 09/08/213 []
  11. Voir Mai Hoa, « Hơn 10.000 người trong ‘Lực lượng 47’ đấu tranh trên mạng, » Tuoi Tre, 25/12/2017 []
  12. Voir « Toàn văn Quy định xử lý kỷ luật đảng viên vi phạm, » VietnamNet, 07/12/2017 []
  13. « Viêtnam : La France doit exiger le plein respect des droits de l’homme, » ACAT, 26/03/2018 []
  14. Sur le renouveau éducatif promue par la rectrice, historienne, docteur de l’Université Lyon 2, voir les deux entretiens en ligne : Huy Quân, « TS.Bùi Trân Phượng, Hiệu trưởng Trường Đại học Hoa Sen: ‘Phải đúng nghĩa giáo dục và đúng nghĩa đại học’«  » HSU, 11/10/2017 et Quang Tuan, « Hoa Sen: Non-profit university orientation« , The Saigon Times, 09/07/2015 []
  15. Cf. Harold Thibault et Bruno Philip, « Au Vietnam, la répression des blogueurs s’intensifie, » Le Monde, 21/07/2017 []

Free Vietnam’s Political Prisoners! [HRW]

[ndlr] Infographie de l’ONG Human Rights Watch publiée le 2 novembre 2017, comprenant les liens vers les portraits de quinze personnalités emprisonnées pour leurs idées politiques.

In Vietnam, more than 100 political prisoners are currently locked up simply for exercising their basic rights. Rights bloggers and activists face police harassment, intimidation, surveillance, and interrogation on a daily basis. Activists face long stints of pre-trial detention, without access to lawyers or family in a one-party police state that brooks no dissent.

International donors and trade partners should press for the end to the systematic persecution of peaceful critics. Join us in calling for the immediate release all people imprisoned and detained for peacefully exercising their rights.

★ ★ ★

Libérer les prisonniers politiques au Vietnam

Au Vietnam, plus d’une centaine de prisonniers sont incarcérés pour des motifs politiques ou religieux, en violation de leurs droits fondamentaux. Les activistes et blogueurs sont régulièrement harcelés par la police. Ceux qui sont arrêtés sont souvent privés d’accès à une assistance juridique ou de visites familiales, dans cet État à parti unique où les points de vue discordants ne sont guère tolérés.

Les bailleurs de fonds internationaux et autres interlocuteurs devraient presser le gouvernement de cesser de persécuter les opposants pacifiques, et de remettre en liberté tous les prisonniers politiques. Une liste de plus de 100 prisonniers figure en Annexe du communiqué en français, les profils ci-dessous sont en anglais.

★ ★ ★

Hãy trả tự do cho tù nhân chính trị ở Việt Nam!

Ở Việt Nam, hiện có hơn 100 tù nhân chính trị bị giam giữ chỉ vì đã thực thi các quyền cơ bản của mình. Các blogger và nhà hoạt động nhân quyền hàng ngày phải đối mặt với nạn sách nhiễu, đe dọa, theo dõi và thẩm vấn của công an. Trong một chế độ độc đảng công an trị không chấp nhận bất đồng chính kiến, các nhà hoạt động bị tạm giam trong thời gian dài mà không được tiếp xúc với luật sư hay gia đình.

Các nhà tài trợ và đối tác quốc tế cần gây sức ép để chấm dứt tình trạng đàn áp một cách có hệ thống nhằm vào những người lên tiếng phê phán ôn hòa. Hãy sát cánh cùng chúng tôi kêu gọi phóng thích ngay lập tức tất cả những người đang bị giam, giữ vì thực thi các quyền con người của mình một cách ôn hòa.

Source : HRW

Thomas A. Bass : Censorship in Vietnam – Brave New World

[ndlr] Parution du nouvel ouvrage de Thomas Bass sur une des clés du fonctionnement de l’Etat-Parti vietnamien. A ne pas manquer.

What does censorship do to a culture? How do censors justify their work? What are the mechanisms by which censorship—and self-censorship—alter people’s sense of time and memory, truth and reality? Thomas Bass faced these questions when The Spy Who Loved Us, his account of the famous Time magazine journalist and double agent Pham Xuan An, was published in a Vietnamese edition. When the book finally appeared in 2014, after five years of negotiations with Vietnamese censors, more than four hundred passages had been altered or cut from the text.

After the book was published, Bass flew to Vietnam to meet his censors, at least the half dozen who would speak with him. In Censorship in Vietnam, he describes these meetings and examines how censorship works, both in Vietnam and elsewhere in the world. An exemplary piece of investigative reporting, Censorship in Vietnam opens a window into the country today and shows us the precarious nature of intellectual freedom in a world governed by suppression.

This is an eye-opening, disturbing, sad, and altogether fascinating account of censorship in contemporary Vietnam. Even more than that, Thomas Bass introduces us to a number of brave Vietnamese poets and fiction writers who have endured almost unimaginable hardships merely for expressing the humane values that most Americans take for granted. —Tim O’Brien, author of The Things They Carried

Thomas Bass’s account of his struggles with censorship in Vietnam is the most detailed I have encountered. It helps explain why history as a discipline is in such a sorry state in Vietnam. The past is a minefield, like the landscape.—Hue-Tam Ho Tai, author of The Country of Memory: Remaking the Past in Late Socialist Vietnam

Thomas A. Bass is the author of seven previous books, including The Spy Who Loved Us (2009) and Vietnamerica: The War Comes Home (1996). He is a Professor of English and Journalism at the State University of New York, University at Albany.

Réf. : Thomas A. Bass, Censorship in Vietnam: Brave New World, Amherst, MA, University of Massachusetts Press, 2017, 248 p. ISBN: 978-1-62534-295-9

Censorship in Vietnam – Press release

Censorship in Vietnam – Advance reviews

Vietnam Update: The Politics of Life – Call for Papers

[ndlr] Appel à communications.

CALL FOR PAPERS

2017 Vietnam Update: The Politics of Life

20-21 November 2017

Australian National University, Canberra

Vietnamese people often tell their foreign visitors that Vietnam is the most secure place in the world. The country has no terrorists, no political disorder, and the police are second to none. Decades of devastating warfare are long-past. Poverty is declining and incomes are rising in a region with good economic prospects. People in Vietnam appear to fling themselves at life’s everyday challenges with intensity and no little optimism.

But Vietnamese today are questioning ends and means, particularly as they relate to human security; they thirst for transparency and reliable ways to assert control over life. In the country and the city, in material, ideological and psychological realms, and at local, national and regional scales, the ability to feel secure is slipping away. This leads to high system maintenance costs and exhaustion as people exert themselves to amass the means and the trust they require to obtain existential security. Increasingly, questions are being asked as to whether life might be lived in a better way.

This Vietnam Update is dedicated to exploring the politics of life in Vietnam. The organisers call for original research papers that address the following sets of questions:

  1. For many Vietnamese, the most significant risks to life come from their own region as neighbours stake claims and leverage power asymmetries in ways perceived to be detrimental to the very existence of the country. Doubts about co-ordinating mutual security through ASEAN co-exist with concerns about the merits of rapprochement with America. Preoccupations with China manifest in anxieties about encirclement, infiltration, collusion, manipulation and incitement. How are such anxieties given voice and how does the government respond? Online criticisms and protests by activists are met with repression, but throughout the country – both within the government and beyond  – debate rages about how to secure the nation. One of the deepest questions is: who is to be trusted with the nation’s security?
  2. The recent censure and demotion of high level leaders for misconduct or poor performance attests to the openly competitive nature of political power. Party leaders continue to warn about the threats posed by ideological and moral degradation, but are there indications that leaders are being selected according to new standards of meritocratic governance? It has become conventional to tie political outcomes to factional power struggles or a contest over the spoils of patronage but to what extent does politics represent a contest between alternative visions for how the country should be governed and how life is to be lived?
  3. Capitalist market relations are central to gaining access to basic life needs formerly obtained through government programs, state enterprises and co-operatives, or via family, community or customary economies. Market logics influence the supply of housing, land, food, healthcare and education, and most government services attract formal or informal user fees. The pursuit of market efficiencies is linked to precarious livelihoods, indebtedness, and widening social disparities. How are such processes experienced and debated within Vietnamese society? Are there attempts to push back against or mitigate the commoditisation of life?
  4. Technology, industry, science and new production and exchange systems have unleashed material plenty and improved life for tens of millions of people. However, doubts about the benefits of headlong modernisation appear in concerns about the harm done by chemical effluents, carcinogens, pesticides and unsafe food, along with urban expansion, traffic chaos and unsafe workplaces. Agrarian intensification, agricultural commoditisation and land concentration have increased productivity but also engender livelihood insecurities and pose existential threats to rural communities and customary ways of life. In what ways are citizens suturing gaps and controlling such risks through mutual assistance, security from below, or deliberative modes of living and being?
  5. For a number of Vietnamese, the material, spiritual and psychological strains of modern life are such that a retreat into simpler modes of living, equated with the past, offers an appealing alternative. At the same time, tradition is blamed for ills as diverse as corruption, excessive drinking, age, gender and ethnic hierarchies, and doctrinaire thinking. As youths study abroad and gain exposure to the cultures of the world, many are led to wonder: what values and institutions work? Do Vietnamese need a state religion, a prescribed traditional or ‘Western’ culture, civics lessons, or democracy to have the means to obtain security and hold each-other to account?
  6. One of the most intriguing developments in the politics of life come from networks of activists who use media, community affiliations and ties to government insiders and resources to vocally and persistently oppose official development projects, land confiscations and foreign investments considered harmful to human wellbeing. Recent actions range from social media campaigns to sit-ins, flash demonstrations, and the capture of public officials by frustrated villagers. In this workshop we are interested to explore whether the politics of material security represents a singular domain in which citizens may significantly oppose or influence government decisions and development directions through engaging in overt political action perhaps in ways not seen previously in Vietnam.

The organisers are seeking proposals for papers on these themes to be presented at a conference to be held at the ANU, Canberra on 20-21 November 2017.

Proposal Submission:
Interested contributors should send their proposals and a one page CV to Philip Taylor by 20 June 2017. Email: Philip.taylor@anu.edu.au

Each proposal should be no longer than 600 words. The proposal should outline how the paper relates to the issues highlighted in the above sets of questions and the kind of research the paper will be based on. Preference will be given to papers that promise a rich analysis and have an interdisciplinary dimension. The conference organisers will then decide which proposals to accept. We will then extend invitations to the authors of the selected proposals to prepare and present their papers to the conference. The organisers also reserve the right to solicit papers, if necessary, from individuals who did not submit proposals.

Funding for travel and accommodation is available and details will be discussed later with each paper presenter.

Paper Specifications:
The paper itself should be submitted 30 days before the date of the conference.

The paper should not exceed 10,000 words and it should include appropriate bibliography and citations. Each paper should include an abstract of 250 words.

Presentation and Publication:
We envisage about twelve paper presentations during a two day workshop in Canberra on 20-21 November 2017. At the Update each author will have approximately 40 minutes to summarise what her/his paper argues and the evidence used.

The conference will also include presentations about recent political and economic developments in Vietnam.

Organisers request the right of first refusal with regards to publishing the accepted papers, which may be included, subject to any necessary revisions to meet publication requirements, in a refereed book or journal collection that we hope will be published within a year of the conference.

For more information on this Vietnam Update theme or questions about paper proposals please contact Philip Taylor (philip.taylor@anu.edu.au).

Vietnam Update Committee: Huong Le Thu; Phuc To; Ashley Carruthers; Kim Huynh; David Marr; Tana Li; Benedict Kerkvliet; Sango Mahanty.

Nguyen, Hai Hong : Political Dynamics of Grassroots Democracy in Vietnam [parution]

[ndlr] Avis de parution. Présentation de l’éditeur.

haihongnguyen_political-dynamicsofgrassroots-democracyinvietnamIn Political Dynamics of Grassroots Democracy in Vietnam, Hai Hong Nguyen investigates the correlation between independent variables and grassroots democracy to demonstrate that grassroots democracy has created a mutually empowering mechanism for both the party-state and the peasantry.

Hai Hong Nguyen is a Research Fellow at the University of Queensland, Australia. He holds a Masters in International Human Rights and Humanitarian Law from Lund University, Sweden, and a PhD in Political Science from the University of Queensland, Australia. He has been teaching international human rights law, international relations, and politics in Vietnam and Australia.

Review :

‘Hai Hong Nguyen’s Political Dynamics of Grassroots Democracy in Vietnam is a path-breaking study of Vietnam’s attempt to apply its concept of grassroots democracy to local government in response to rural unrest in the late 1990s. Based on field work in Vietnam, it represents a major milestone in the study of politics in Vietnam and will be the foundation for all future studies on political change in Vietnam.’ – Carlyle A. Thayer, Emeritus Professor, University of New South Wales at the Australian Defence Force Academy, Canberra, Australia

Source : Palgrave

★ ★ ★

[Nguyen, Hai Hong est aussi le coauteur avec Pham Quang Minh d’un article récent sur le processus de démocratisation du Viêt-Nam :]

Hai Hong Nguyen and Minh Quang Pham. “Democratization in Vietnam’s Post-Doi Moi One-Party Rule: Change from Within, Change from the Bottom to the Top, and Possibilities”. In Chantana Banpasirichote Wungaeo, Boike Rehbien, and Surichai Wungaeo (Ed.), Globalization and Democracy in Southeast Asia: Challenges, Responses and Alternative Futures, New York: Palgrave Macmillan, 2016.

The analysis in this chapter shows that Vietnam is undergoing a process of democratization that is driven by Đổi Mới. While the authors concur with many others that political reforms are taking place more slowly than economic liberalization, the authors contend that these reforms will eventually materialize. The question of regime change in Vietnam, from one-party rule to a multiparty system, lies beyond the scope of this chapter, as regime change is influenced by myriad factors, including citizens’ emotions.

The chapter focuses on 3 questions: (1) What are the reforms and actual changes that have taken place in Vietnam in the last three decades since the CPV officially introduced the Đổi Mới policy in the late 1980s? (2) How are these reforms and changes significant to the life of the people? (3) What are the latest developments that could have an impact on Vietnamese politics at present and in the future? The analysis, which focuses on three areas, namely economic liberalization, political reforms, and the emergence of civil society, shows that even under the rule of one single party, democratic institutions do exist and are continuously being reformed in order to respond to pressures from within society.

The authors argue that democratization is occurring in Vietnam’s one-party authoritarian regime, but it is strictly controlled and limited to cautious political experiments and reforms under pressure from within the party and society. Based on the analysis, the authors characterize this process as change from within, change from the bottom to the top, and slow but steady change, in contrast to democratization processes in other places that occur quickly but are unsustainable, perhaps even resulting in chaos. The authors label this process as democratization with Vietnamese characteristics.

Source : Palgrave

Hà Sĩ Phu: Cứ êm ái chết đúng quy trình như đàn cá ư ? [interview]

[ndlr] Interview intéressante de l’intellectuel Hà Sĩ Phu sur « la question chinoise » qui refait surface avec l’affaire de la pollution industrielle à l’origine de milliers de tonnes de poissons morts dans le centre du Viêt-Nam.

Il y développe sa théorie : « Pour sortir de l’orbite chinoise, il faut sortir du communisme mais pour sortir du communisme il faut sortir du mythe de l’Oncle Ho ».

« … Thoát Trung là một công cuộc không đơn giản, rất khó khăn và lâu dài. Nhưng rút gọn lại như một triết lý, như cái cốt lõi của vấn đề thì “Muốn Thoát Trung phải Thoát Cộng, mà muốn Thoát Cộng thì phải Thoát được Hồ”. Nếu bảo Việt Nam không thể Thoát Hồ, không thể Thoát Cộng được đâu thì điều đó cũng có nghĩa là xin thua luôn, cứ chịu Bắc thuộc thôi, Việt Nam không thể Thoát Trung được! Nạn Bắc thuộc mới sẽ diễn ra đúng như quy trình và bất khả kháng!? » – Hà Sĩ Phu.

Source : Dân Làm Báo

Vietnam : Après le 12e congrès du PCV, rupture ou continuité ? – colloque 11 mars 2016

[ndlr] Annonce et programme provisoire du colloque organisé par la Fondation Gabriel Péri sur l’évolution politique du Viêt-Nam.

Colloque « Vietnam : Après le 12e congrès du PCV, rupture ou continuité ? »

Fondation Gabriel Péri

 

Vendredi 11 mars 2016

Maison de la chimie, 28 rue Saint-Dominique, 75007 Paris, M° Invalides (ligne 8) ou Assemblée nationale (ligne 12)

dcsvn-2015-02

Programme

9h00      Accueil Café

9h30     Allocutions d’ouverture :

  • S.E.M. Nguyen Ngoc Son, Ambassadeur du Vietnam en France
  • Michel Maso, Directeur de la Fondation Gabriel Péri

9h45 – 11h20 :  Quelle originalité de la politique vietnamienne ?

Animateur : Daniel Cirera, Secrétaire général du Conseil scientifique de la Fondation Gabriel Péri

  • Claude Blanchemaison, ancien ambassadeur de France au Vietnam
  • Jean-Raphaël Chaponnière, chercheur associé à Asia Centre (sous réserve)
  • Sylvie Fanchette, géographe, chargée de recherche, HDR, IRD : Les rapports Etats-paysanneries et les enjeux fonciers
  • Un(e) chercheur(e) vietnamien(ne)

11h20 – 13h :  Après le 12ème congrès du PCV, quoi de neuf ?

Animateur :  Paul Fromonteil, membre du bureau national de l’association d’amitié franco-vietnamienne

Témoignage : Dominique Bari, journaliste

  • Jean-Philippe Eglinger, ingénieur, chef d’entreprise, enseignant à l’INALCO
  • Pierre Journoud, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier : La politique étrangère du Vietnam avant et après le Congrès
  • Un(e) chercheur(e) vietnamien(ne)

13h00 – 14h30 :  Déjeuner

14h30 – 16h30 :   Le PCV, un parti encore marxiste ?

Animateur : Michel Maso, Directeur de la Fondation Gabriel Péri

  • Benoît De Tréglodé, Directeur du programme Asie à l’IRSEM
  • Philippe Delalande, économiste, Directeur des collections sur l’Asie « Mémoires asiatiques », « Points sur l’Asie », et « Recherches asiatiques » à L’Harmattan, chercheur au groupe d’étude prospective Asie21-Futuribles
  • Patrice Jorland, ancien diplomate
  • Hugues Tertrais, fondateur du Centre d’histoire de l’Asie contemporaine, professeur mérite à l’Université de Paris I ‐ Panthéon‐Sorbonne
  • Un(e) chercheur(e) vietnamien(ne)

16h30 : Conclusion

  • Alain Obadia, Président de la Fondation Gabriel Péri

Entrée libre sur inscription nominative préalable : inscription@gabrielperi.fr (cliquer sur le lien ou envoyer un mail en précisant Inscription Vietnam 11 mars 2016)

« Fronts et frontières de l’État-Parti au Viêt Nam », HDR de Benoît de Tréglodé – 18/12/2015

Benoît de Tréglodé soutiendra son habilitation à diriger les recherches (HDR) :

« Fronts et frontières de l’État-Parti au Viêt Nam »

le vendredi 18 décembre 2015 à 14 heures

dans les grands salons de l’INALCO, 2 rue de Lille, Paris VIIe

Devant le jury ainsi composé :

  • Marie-Sybille de Vienne (garante, INALCO)
  • Anne de Tinguy (INALCO),
  • Christopher E. Goscha (UQAM),
  • Yves Goudineau (EFEO),
  • Thomas Engelbert (U. de Hamburg),
  • Pierre Journoud (U. de Montpellier)
  • Jean-Francois Huchet (INALCO)La soutenance sera suivie d’une collation à 18h (RSVP).

Benoît de Tréglodé est responsable du programme « Équilibres stratégiques et politiques de défense en Asie » à l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM) . Il est membre du comité scientifique de l’Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine (IRASEC), chercheur associé au Centre Asie du Sud-Est (CASE, EHESS-CNRS) et membre du comité éditorial des Cahiers d’études vietnamiennes (Université Paris-Diderot). Il est également chargé d’enseignement à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

CV en ligne : IRSEM

Principales publications

  • Héros et révolution au Viêt Nam, (préface de Yves Chevrier), les Indes Savantes, Paris, 230 pages. (nouvelle édition révisée et actualisée)
  • Heroes and Revolution in Vietnam, (préface Christopher E. Goscha), National University of Singapor Press, Singapour, 244 pages
  • Viêt Nam contemporain, (co-direction avec Stéphane Dovert), IRASEC – Les Indes Savantes, Paris, 594 pages. (seconde édition revue et actualisée)
  • Naissance d’un Etat-parti. Le Viêt Nam depuis 1945 (co-direction avec Christopher E. Goscha), Les Indes Savantes, Paris, 463 pages.

Image « à la une » : poster de propagande du PCV. Tranh Cổ động tuyên truyền kỷ niệm 84 năm Ngày thành lập Đảng Cộng sản Việt Nam (03/02/1930 – 03/02/2014)

Philippe Papin et Laurent Passicousset, Vivre avec les Vietnamiens – CR de lecture par Lauriane Simony

« Ainsi le Vietnam véritable demeure-t-il largement invisible – comme la face cachée de la lune – et par conséquent inconnu de nous » (Préface, p. 16)

Vivre avec les Vietnamiens est le fruit d’un effort conjoint entre Philippe Papin, chercheur spécialisé sur le Vietnam classique, l’épigraphie et la paléographie, et Laurent Passicousset, journaliste et correspondant au Vietnam entre 1992 et 2001. La spécificité de cet ouvrage tient à sa forme : il est composé de quatorze chapitres portant sur des thèmes très divers en lien avec la société vietnamienne contemporaine, tels que la santé, l’éducation, l’influence du Parti unique ou encore les premières tentatives de dissidence de la population vietnamienne. Vivre avec les Vietnamiens est ainsi le résultat d’études de terrain et s’appuie presque exclusivement sur des sources de première main, à savoir des témoignages recueillis auprès de la population locale, des chiffres et statistiques établis par les deux auteurs et des études de cas. L’ouvrage est d’ailleurs basé sur un schéma bien précis : une idée générale est toujours illustrée par quelques exemples fondés sur des témoignages d’individus.

L’objectif premier des deux auteurs en établissant ce panorama de la société vietnamienne au XXIème siècle est de rompre avec les clichés que les Occidentaux peuvent entretenir sur le Vietnam : comme l’explicite la préface, ils se refusent à la fois à toute fascination pour « l’exotisme » du pays et à toute condamnation trop rapide et mal informée du Parti Communiste Vietnamien (PCV). Philippe Papin et Laurent Passicousset entendent donner au lecteur un aperçu du Vietnam réel, ou du moins du Vietnam dont ils ont eux-mêmes fait l’expérience en y séjournant de nombreuses années. D’où la métaphore du spectacle et des coulisses (18) : les auteurs affirment qu’ils ne s’attacheront pas à montrer ce qui se trouve en surface, mais plutôt à dévoiler l’envers du décor et les dynamiques moins évidentes qui se sont mises en place au Vietnam durant ces deux dernières décennies. L’introduction s’ouvre sur une série d’images « clichés » – les images qui nous viennent lorsque l’on pense au Vietnam (napalm, rizières, chapeaux coniques, ao dai) – et se clôt sur un petit lexique ironique du Vietnam établi par les deux auteurs, dans la tradition du Dictionnaire des Idées Reçues de Flaubert. Fortement imprégnés des deux cultures (vietnamienne et française), les auteurs tentent d’adopter une perspective vietnamienne sur les questions qu’ils traitent et de mettre à distance leur héritage occidental. A travers ce livre, il s’agit en quelque sorte, pour eux, de bouleverser notre manière de penser, certains détails qu’ils exploitent entrant très clairement en contradiction avec notre système de pensée et de morale « à l’occidentale ». C’est le cas par exemple du paragraphe sur les « pots-de-vin légaux » (79), deux termes qui nous paraissent tout bonnement inconciliables !

PapinPassicousset_VivreAvecVietnamiensLes deux auteurs se concentrent sur les bouleversements sociaux, politiques et économiques de ces deux dernières décennies, en lien avec ce que l’on a considéré comme l’ouverture du Vietnam à la modernité. Cet ouvrage correspond cependant à une vision fragmentée du Vietnam : la progression se fait par chapitres très divers, pas nécessairement connectés les uns aux autres. Cette fragmentation formelle semble refléter le Vietnam contemporain qui se construit en filigrane à travers les 14 chapitres du livre : Philippe Papin et Laurent Passicousset prennent position contre toute vision uniforme du Vietnam. Au contraire, ils rappellent que le Vietnam est constitué d’une multiplicité d’expériences individuelles et différentes : « L’uniformité des mises et des idées, troublante il y a vingt ans, a laissé place à une diversité d’aspects et d’opinions qui se constate tous les jours » (18). C’est pourquoi ils n’ont de cesse de souligner que les paroles de chaque individu cité dans l’ouvrage ne peuvent être généralisées pour devenir représentatives du Vietnam dans son ensemble : « Tout est question d’individus » (27). Dès l’introduction, ils soulignent l’existence (certes encore peu visible) de certaines attitudes de dissidence – et c’est ce qu’ils illustrent, à travers l’examen de situations personnelles bien précises. Le dernier chapitre est d’ailleurs entièrement consacré à la naissance de la dissidence au Vietnam, notamment par le biais d’internet : « si on ne lisait pas ces blogs, comment entendrait-on les voix individuelles et parfois discordantes du Vietnam ? » (347). L’intérêt de l’ouvrage tient ainsi au choix des thématiques, toutes plus contemporaines les unes que les autres – exception faite du chapitre 4 qui offre au lecteur une perspective historique en examinant les héritages du Communisme et le tournant de 1975.

On peut à première vue s’étonner de la forme que prend l’ouvrage. Le premier chapitre s’ouvre sur le récit d’une anecdote personnelle et évoque ainsi un roman à la première personne : « Nous sommes dans une ville moyenne de la région centrale du Vietnam […] » (21). Il s’agirait presque ici de provocation : le début de l’ouvrage se centre sur un endroit peu connu du Vietnam, loin des centres dynamiques que sont Hô-Chi-Minh-Ville et Hanoi. Ce choix d’un lieu secondaire à dominance rurale comme toile de fond au récit de leurs premières aventures permet aux auteurs de rappeler que le Vietnam est riche avant tout de sa civilisation rurale, et beaucoup moins de sa culture urbaine : ils affirment que c’est à la campagne que se trouvent les richesses culturelles du Vietnam. Papin et Passicousset ont privilégié une base scientifique à leurs recherches à travers, comme je l’ai déjà suggéré, des études de cas et des données chiffrées. Par exemple, au chapitre 3, qui concerne le système éducatif vietnamien, les deux auteurs développent plusieurs études de cas pour illustrer leur propos : ils examinent successivement les cas du collège et lycée privé Nguyên Khuyên (64) et de la maternelle International Stars (68) à Hô-Chi-Minh-Ville pour dégager les caractéristiques de l’enseignement privé dans le pays. En outre, des chiffres très précis sont donnés, comme l’évolution du coût des frais d’inscription entre 2009 et 2015 ou encore la part de l’éducation dans le budget global de l’Etat (75). Leur démarche est également fondée sur la confrontation entre différents points de vue : sur le thème de l’éducation, les deux auteurs attachent ainsi autant d’importance aux expériences des parents d’élèves qu’à celles des professeurs (80).

Malgré l’aspect décousu des chapitres, un fil conducteur traverse l’ouvrage de part en part : il s’agit du Parti Communiste Vietnamien qui possède une emprise énorme sur tous les aspects de la vie des citoyens vietnamiens. Mis à part le chapitre 7 (« Hiên, un cas ordinaire d’adhésion au Parti ») qui porte précisément sur le PCV, le Parti Unique est évoqué de manière plus insidieuse à travers par exemple les affiches de propagande omniprésentes au premier chapitre. C’est ainsi que l’on se rend compte que les auteurs, en dépit de l’objectivité affirmée de leurs informations, prennent position dans cet ouvrage – ne serait-ce qu’en sélectionnant les témoignages qu’ils ont choisi d’inclure ici. Ils l’affirment d’ailleurs à demi-mot en se présentant comme investis d’une mission : une amie à eux leur demande, alors qu’ils hésitent à formuler des critiques contre le régime vietnamien, « Si ce n’est pas vous qui le dites, ce sera qui ? » (20). Mais les critiques restent la plupart du temps discrètes, comme au second chapitre où l’incompétence de l’Etat ne transparaît qu’en étant confrontée aux crises climatiques ayant touché le Vietnam ou au chapitre 6 intitulé « La main graisseuse des fonctionnaires » où l’ironie est le mode dominant. Enfin, par moment, les critiques sont sans appel, comme en ce qui concerne l’éducation – sujet très certainement cher aux deux auteurs : ils ne prennent pas de pincettes pour évoquer un système fondé sur un « empilement de connaissances » (70) et une « pédagogie abrutissante du ‘par cœur’, de la répétition et de la discipline » (72).

Si la richesse de cet ouvrage tient à la diversité des sujets traités et du style des auteurs qui en fait un véritable objet littéraire, on ne peut passer outre un problème majeur, à savoir le choix des auteurs de respecter l’anonymat des sources citées. Certes, dans le contexte d’un régime politique surveillant de près les paroles de ses citoyens, on comprend bien la nécessité pour les auteurs de protéger ceux qui ont accepté de témoigner pour l’ouvrage. Mais on regrette que d’autres sources plus « solides » ne soient pas mises à profit et surtout mentionnées, telles que des archives ou des études scientifiques menées par des chercheurs vietnamiens ou européens. Les différents lieux où les deux auteurs se rendent ne sont pas toujours clairs également, ce qui rend la lecture quelque peu frustrante : dans le premier chapitre par exemple, le nom de la ville où ils se trouvent est tu. Cette ville-mystère, ou « ville comme les autres » (23) devient un prétexte pour en faire la représentation de toutes les villes moyennes du pays, où des expériences similaires peuvent être vécues – tout ceci semble contraire à la démarche que Philippe Papin et Laurent Passicousset viennent d’exposer en introduction, à savoir le refus de la généralisation.

J’avoue avoir été un peu surprise au départ par le côté très éclectique des thèmes abordés dans les différents chapitres : on passe de la menace des typhons au système éducatif du pays et de la question immobilière à la religion sans vraiment comprendre le lien entre ces sujets. Mais rétrospectivement, on se rend compte qu’un panel très large de thématiques a finalement été couvert grâce à cette démarche privilégiant l’aléatoire : comme je l’ai déjà évoqué, ceci pourrait marquer la volonté des auteurs de rendre compte formellement d’une diversité d’expériences individuelles et de la fragmentation contemporaine du Vietnam liée aux bouleversements socio-économiques du pays. On constate finalement que c’est peut-être moins les vies des Vietnamiens d’aujourd’hui que les auteurs cherchent à illustrer dans cet ouvrage que leur propre expérience aux côtés des Vietnamiens. Le point de vue qu’ils adoptent est très personnel et parfois même touchant : « Voilà l’un des Vietnam que nous aimons : vif, drôle, touchant, hospitalier et un peu décalé » (33). S’ils semblent parfois se complaire dans la description de leurs aventures – on pense notamment au ton héroïque qu’ils adoptent au deuxième chapitre, pour évoquer un danger omniprésent : « Jusqu’au soir du départ, des amies attentionnées ont tenté de nous dissuader d’entreprendre le voyage » (45) – ils font preuve de beaucoup d’humour et d’autodérision afin de donner une tonalité légère à un ouvrage traitant de sujets graves, comme lorsqu’ils évoquent les jeux de mots permis par le fonctionnement de la langue vietnamienne et employés pour se moquer discrètement du régime (chapitre 13). Ils constatent d’ailleurs eux-mêmes, dans leur petit lexique final, l’ambigüité de leur propos : « VIETNAM : Ceux qui en parlent le plus nous apprennent peu sur le pays, mais beaucoup sur eux-mêmes. Il n’est pas dit que les auteurs de cet ouvrage aient échappé à ce travers ». (372)

* * *

Ainsi, Vivre avec les Vietnamiens témoigne de l’affection que portent Philippe Papin et Laurent Passicousset pour un pays où ils ont vécu durant de nombreuses années et qu’ils ont sillonné en long, en large, et en travers. En offrant un panorama des problématiques contemporaines qui se posent lorsque l’on aborde le Vietnam, les deux auteurs rendent compte des bouleversements qu’a connu le pays ces deux dernières décennies du fait notamment de son ouverture économique, tout en cherchant à renverser le regard du lecteur sur un pays trop souvent mal connu et que l’on réduit à quelques idées reçues. Et les deux auteurs de conclure : « C’est cet exotisme que nous avons voulu dissiper tout au long de cet ouvrage, tâchant de conjuguer au pluriel le Vietnam, ses habitants, ses régions, ses manières de voir, nous efforçant aussi de ne pas sombrer dans le catalogue des vices et des vertus nationales. Nos amis du Vietnam ne sont pas comme ceci ou comme cela, immobiles, en bloc, invariables. Ils sont comme tout le monde, divers, mélangés, changeants et, par-dessus tout, irréductibles à ces petites phrases toutes faites que l’on entend trop souvent, y compris dans leurs bouches parfois, et qui les diminuent » (370). La diversité des expériences individuelles évoquées rappelle que le Vietnam est pluriel et ne peut être réduit à l’image simplifiée que nous en avons – pari tenu pour Vivre avec les Vietnamiens.

 Lauriane Simony, juillet 2015.

  • Réf. Papin, Philippe & Passicousset, Laurent, Vivre avec les Vietnamiens, Paris, L’Archipel, coll. Des hommes et des pays, 2010, 372 p.

Lauriane Simony est actuellement élève de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon en double cursus Etudes Anglophones et ASIOC (Asie orientale contemporaine). Ses dernières recherches ont concerné les relations diplomatiques entre la Grande-Bretagne et la Birmanie après la décolonisation. L’année prochaine, ses recherches porteront sur l’occupation japonaise en Birmanie durant la Seconde Guerre mondiale.