Archives par mot-clé : épistémologie

Séminaire « L’ordinaire de la guerre » – LARHRA 2015-2016

[ndlr] Programme du séminaire du LARHRA (Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes) à l’ENS de Lyon proposé dans le cadre de l’Atelier Sociétés en Guerre.

Le séminaire « L’ordinaire de la guerre » se poursuit à l’ENS de Lyon pour la 3e année. Ce séminaire de réflexion autour du traitement des questions de violences et de guerre par les sciences sociales est ouvert à tous. Il se tiendra, de 14h à 16h30, en salle F 102 (bâtiment Descartes).

Organisé par Sylvain Bertschy, François Buton, Boris Gobille, André Loez, Nicolas Mariot, Philippe Olivera, Emmanuelle Picard.

Programme 2015-2016

  • 13 octobre: « Les enjeux historiographiques de « l’ordinaire de la guerre » ». Séance introductive présentée par André Loez et Nicolas Mariot.
  • 3 novembre 2015 : « Encadrement autoritaire et subjectivation. Autour de Bernard Pudal et Claude Pennetier (dir.), Le sujet communiste. Identités militantes et laboratoires du  »moi », Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2014. Séance présentée par Bernard Pudal , discussion : Nicolas Mariot.

A venir :

  • 8 décembre 2015 :« Un regard renouvelé sur les périodes d’occupation ». Autour de Philippe Salson, L’Aisne occupée. Les civils dans la Grande Guerre, Rennes, PUR, 2015 et de F. Marcot et P. Laborie (dir.), Les comportements collectifs en France et dans l’Europe allemande, Historiographie, normes, prismes 1940-1945, PUR, 2015.
  • 12 janvier 2016 : « L’ordinaire de la révolution : l’été 1936 en Catalogne à l’échelle locale ». Autour de Josep Antoni Pozo Gonzalez, Poder legal y poder real en la Cataluña revolucionaria de 1936 , Espuela de Plata, 2012. Séance présentée par Philippe Olivera.
  • 2 février 2016 : « La tête en capilotade ». Les soldats de la Grande Guerre internés dans les hôpitaux psychiatriques (France, 1914-1970) ».  Séance présentée par Marie Derrien.
  • 15 mars 2016 : « Les racines de la Terreur révolutionnaire ». Autour de Timothy Tackett, The Coming of Terror in the French Revolution, Cambridge, The Belknap Press of Harvard University Press, 2015″.  Séance présentée par Boris Gobille.
  • 3 mai 2016 : « L’historiographie américaine face aux violences de la conquête coloniale en Algérie ».  Autour de Benjamin Brower, A Desert Named Peace – The Violence of France’s Empire in the Algerian Sahara, 1844-1902, Columbia University Press, 2011. Séance présentée par François Buton.
  • 7 juin 2016 : « Questionner le statut de la morphologie sociale dans le cas rwandais : du génocide tutsi aux tribunaux Gacaca ».  Séance présentée par Nicolas Mariot.

Source : LARHRA

Trajectoires post-coloniales – Entretiens vidéographiques 11-06-2012

[ndlr] Pour faire suite au billet précédent sur la question des études post-coloniales, nous proposons de poursuivre la réflexion avec cet échange scientifique qui aborde le sujet en partant des trajectoires fondatrices du concept pour terminer sur les questions plus politiques du temps présent. L’entretien est mené pour Mediapart et le Centre d’histoire sociale du XXe siècle (Paris I-CNRS) par Antoine Perraud (source : Daily Motion).

* * *

Pour aborder ce phénomène de reconceptualisation que sont les études post-coloniales, sont réunis quatre universitaires de haut vol. Emmanuelle Saada, historienne et sociologue à la lumière du droit, est spécialiste de la colonisation et de l’empire français, professeure à l’université Columbia (New York). Elle a publié un maître livre : Les enfants de la colonie. Les métis de l’Empire français entre sujétion et citoyenneté (La Découverte, 2007). Souleymane Bachir Diagne, philosophe né au Sénégal, normalien, également professeur à Columbia, auteur de Bergson dans les colonies (CNRS-Éditions, 2011). Mamadou Diouf, lui aussi professeur à Columbia. Jean-François Bayart, ancien directeur du Ceri (Centre d’études et de recherches internationales) de Science-Po, blogueur à Mediapart, auteur d’un livre polémique sur le boomerang post-colonial en France : Les études postcoloniales, un carnaval académique (Karhala, 2010).

Trajectoires post-coloniales 1/3

Cette vidéo revient sur la généalogie des débats (Jean-Paul Sartre, Frantz Fanon, Albert Memmi, voire Michel de Certeau…), passe en revue les fondements idéologiques des études post-coloniales (la nation, la modernité, la réification du moment colonial), s’arrête sur le cheminement français, puis s’attarde sur la pollution du concept d’identité…


Trajectoires post-coloniales (1/3) par Mediapart

Trajectoires post-coloniales 2/3

Cette vidéo envisage les études post-coloniales à travers le prisme du religieux, dans lequel Senghor voyait une force de convergence (Souleymane Bachir Diagne). La République française, laïque et impérialiste, entretenait des rapports retors et complexes avec la religion, comme le rappelle Jean-François Bayart, qui insiste sur la relation délicate entre Frantz Fanon et Ali Shariati, jeune chantre iranien de l’islam politique…


Trajectoires post-coloniales (2/3) par Mediapart

Trajectoires post-coloniales 3/3

Cette ultime vidéo aborde le souci d’universalisme critique en butte aux dérives indigénistes ou nativistes. Pour comprendre le sous-texte de cet échange, voici ce qu’écrivait Jean-François Bayart dans Les études postcoloniales. Un carnaval académique : « Les postcolonial studies s’emparent désormais de toutes les situations de domination à travers les âges, sans craindre les anachronismes ni les non-sens. Les Palestiniens, naturellement, en butte au “colonialisme”, voire au régime d’apartheid sioniste, mais aussi les Gastarbeiter turcs en Allemagne, sont censés relever d’une situation “post-coloniale”, bien que la “colonialité” d’Israël fasse débat et que la Turquie ne fût jamais colonisée. »


Trajectoires post-coloniales (3/3) par Mediapart