Archives par mot-clé : environnement

Au cœur de la guerre du Việt Nam : herbicides, napalm et bulldozers contre les montagnes d’A Lưới

[ndlr] Signalement d’un article en ligne et des travaux d’Amélie Robert, géographe, enseignante et chercheure associée de l’UMR 7324 CITERES (CNRS, Université de Tours).

Résumé : Situées dans la partie occidentale de la province de Thừa Thiên Huế (Centre-Việt Nam), les montagnes d’A Lưới ont été lourdement affectées par la guerre du Việt Nam (1961-1975). Zone refuge pour les Việt Cộng, traversées par la piste Hồ Chí Minh – axe stratégique pour ces derniers –, elles subissent de nombreux épandages d’herbicides et bombardements, y compris au napalm, avec une intensité plus grande que dans les autres unités paysagères. Ces pratiques sont perpétrées par les troupes américano-sud-vietnamiennes qui mènent une véritable guerre contre l’environnement de l’ennemi. Mais celui-ci est aussi à l’origine de perturbations. Il recourt notamment aux bulldozers pour la construction des nombreuses voies de la piste Hồ Chí Minh. La comparaison des cartes d’occupation des sols de circa 1954 et 1975, dressées le long de transects, révèle les dynamiques paysagères survenues pendant la guerre. Certains sylvosystèmes de la région montagneuse d’A Lưới régressent, surtout dans la vallée principale. Mais d’autres progressent, conséquences indirectes de la guerre. En raison des combats, les montagnards, ethnies minoritaires, modifient leurs pratiques puis désertent la région, favorisant ainsi la reconquête forestière sur les terres délaissées. Pour les Kinh, ethnie majoritaire, la guerre est l’occasion de se familiariser avec la région montagneuse, jusque-là délaissée.

Pour en savoir plus, voir la thèse de l’auteure (2011) :

  • Amélie Robert, « Dynamiques paysagères et guerre dans la province de Thua Thiên Huê (Viêt Nam Central), 1954-2007 – Entre défoliation, déforestation et reconquêtes végétales » (thèse téléchargeable sur Tel-Archives).

Publications et communications d’Amélie Robert sur le portail Hal-SHS

Angie Ngoc Tran : Workers say no to Vietnam’s ‘Special Exploitation Zones’

[ndlr] A lire sur New Mandala. Analyse détaillée de Angie Ngoc Tran sur le projet controversé de trois nouvelles zones économiques spéciales au Viêt-Nam

On Sunday, 10 June 2018, thousands of people took to the streets in major Vietnamese cities—Nha Trang, Binh Thuan, Hanoi, and Ho Chi Minh City, among others. Academics, independent journalists, and overseas Vietnamese signed petitions to join in their protest against the Draft Law on the 99-year lease of the three Special Administrative and Economic coastal zones in Vietnam. Workers, too, went on strike in two industrial zones in Long An and Tien Giang provinces. These collective actions led to a concession from the government: it would delay the National Assembly’s ratification of the Draft Law to its next meeting.

Why now, given that the idea of these three special economic zones was “old news”, having been announced in May 2017? It turns out that lack of transparency about the details of the Draft Law—made available only before a vote in the June 2018 session of the National Assembly—had triggered these massive protests.

Lire la suite : New Mandala, 18/07/2018.

Illustration à la une :  © Nguyen Peng

Déchets plastiques, du visible à l’invisible (Ho Chi Minh-Ville – IRD, 2018)

[ndlr] Signalement du travail du Centre asiatique de recherche sur l’eau à Ho Chi Minh-Ville. Une importante leçon d’écologie.

D’après une publication du Dr Jenna Jambeck, tous les ans, entre 4 et 12 millions de tonnes de déchets en matière plastique rejoindraient les océans de la planète, une conséquence de la mauvaise gestion des déchets ménagers par les populations côtières. À Ho Chi Minh Ville, capitale économique du Vietnam avec plus de 8 millions d’habitants, un programme de recherche est né de la prise de conscience d’une scientifique de l’Institut de recherche pour le développement. Pour la première fois l’impact des plastiques sur une rivière tropicale d’un pays émergent est documenté.

Réalisation : Jean-Michel BORÉ – IRD IMAGES. Avec la participation de NGUYEN Phuong Anh – IRD Vietnam. Conseils scientifiques : Émilie STRADY, Géochimiste des milieux aquatiques UMR IGE – IRD / CARE KIEU LE Thuy Chung, Enseignante-chercheuse HCMUT-GEOPET/CARE Durée : 7’40 Année : 2018 Sous-titrage : français & anglais Production : IRD images

Paul Jobin : L’affaire Formosa au Vietnam – un bilan (2016-2018)

[ndlr] Table ronde sur un sujet crucial du Viêt-Nam d’aujourd’hui.

Ouvert à tous
Table-ronde d’actualité

L’affaire Formosa au Vietnam – un bilan (2016-2018)

Par Paul Jobin
Chercheur à l’institut de sociologie de l’Academia Sinica (Taiwan)

le jeudi 29 mars 2019
de 17h à 19h

Université Paris Diderot, bâtiment Condorcet, salle Malevitch (483A), 4e étage.

Le 4 avril 2016, le complexe sidérurgique de la firme taiwanaise Formosa Ha Tinh Steel provoquait l’une des plus grandes catastrophes écologiques de l’histoire du Vietnam : des tonnes de poissons morts sur plus de deux cents kilomètres de côtes. Deux ans après, où en est-on ? Le gouvernement prétend avoir versé des indemnités aux victimes. D’après les entretiens que nous avons conduits à Ha Tinh, Quang Binh et Nghe An en janvier et février dernier, ces indemnités sont pratiquement nulles. Le poisson revient petit à petit mais aucune enquête toxicologique ne permet de savoir s’il peut être consommé sans risque. Enfin, une douzaine de personnes ont été condamnées à des peines allant de deux à quatorze ans de prison parce qu’elles tentaient d’informer sur ce scandale sanitaire.

Image « à la une » : © 2018 Paul Jobin

Grand angle – La déforestation au Vietnam [RdP CgF à HCM-Ville]

[ndlr] A lire sur le bulletin de presse hebdomadaire du Consulat de France à Hô Chi Minh-Ville.

Le Vietnam est un des pays les moins forestiers d’Asie du Sud-Est. L’Organisation des Nations-unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a publié un rapport qui indique que sur 12,9 M d’hectares officiellement classifiés en forêts, seuls 85 000 Ha sont désormais couverts d’une forêt primaire (vierge), n’ayant jamais subi de dommages liés à une activité humaine.

Le problème est aussi une affaire de représentation historique. Le développement de la riziculture a favorisé la seule vision des gens des plaines et des deltas, qui voient encore les forêts comme un lieu hostile – où l’on trouvait Monsieur Tigre –, au détriment des ethnies forestières pour qui elles forment un espace nourricier dont dépend leur subsistance. De plus, étant perçues dans l’imaginaire collectif comme des sanctuaires de résistance, elles devaient être défrichées.

Depuis l’ouverture économique du pays et l’ère du « doi moi », la sylve est considérée comme une zone pionnière sur laquelle on doit gagner pour étendre les cultures de rente. Dans ce contexte, les préoccupations environnementales ont du mal à mobiliser les autorités.

Les 5 provinces de Tây Nguyên (qui désigne les hauts-plateaux du centre) portent officiellement à elles seules le quart des espaces forestiers nationaux et concentrent aussi les problèmes liés à leur disparition : coupes et feux illégaux, selon la Direction générale de la statistique du Vietnam. Les chercheurs vietnamiens eux-mêmes attribuent à l’État la disparition des trois quarts de la surface forestière.

Centres agricoles, nouvelles zones économiques, politique de sédentarisation et fermes agricoles d’État ont poussé dans le sens du développement des forêts… de caféiers. Les surfaces plantées sont passées de 18 000 à 370 000 Ha ces 20 dernières années, principalement dans le Tây Nguyên. L’arrivée de gens des plaines pour l’exploitation, et la raréfaction des terres et des ressources hydriques qui en découle, créent des tensions entre ces différents groupes de population. Chaque année 23 000 Ha disparaissent officiellement dans les provinces du Tây Nguyên. A l’échelle nationale, 217 000 Ha auraient été défrichés sur la période 2000-2015, d’après Global Forest Watch, menant à un appauvrissement écologique qui semble inéluctable.

Les autorités vietnamiennes ont pris conscience des enjeux sociaux et environnementaux liés à la forêt et souhaitent lutter contre cette déforestation. Elles n’y parviennent encore qu’imparfaitement.

Source : Synthèse de presse du Consulat général de France à Ho Chi Minh Ville : semaine du 20 au 24 mars 2017

Sur ce sujet voir également l’ouvrage de Pamela D. McElwee : Forests are gold : trees, people, and environmental rule in Vietnam (Seattle : University of Washington Press, 2016).

Assomption de Marie : les Catholiques vietnamiens à l’avant-poste de la contestation écologique

[ndlr] Dans la matinée du 15 août, environ 30.000 fidèles catholiques ont participé à la messe de l’église du diocèse de Vinh commémorant l’Assomption de la Vierge Marie. Sur leurs banderoles de nombreux fidèles ont exprimé leurs inquiétudes au sujet des dangers environnementaux au Viêt-Nam. En particulier des slogans dénonçaient la pollution de l’usine Formosa dans le centre du pays. Cette démonstration de force place les catholiques de Vinh à l’avant-poste de la contestation écologique. Un appel à l’action politique. Reportages photographiques et vidéographiques.

« A l’heure où le pays est en danger, où la Mer orientale est polluée, Que font nos grands-parents, nos parents pour sauver la mer et leurs propres enfants ? »

« Mère du diocèse de Vinh ! Formosa est en train d’anéantir tes enfants »

« Formosa a reconnu ses fautes, le gouvernement vietnamien a reçu une compensation financière, tandis que le peuple récolte d’un désastre » – « Agissons pour nos enfants »

« Formosa hors du Viêt-Nam »

« Nous exigeons du gouvernement vietnamien la fermeture immédiate de Formosa »

« Ne vendez pas l’honneur et ne trahissez pas les ancêtres pour Formosa »

« Qui a prêté main forte à Formosa pour tuer l’environnement ? »

Source : Viêt Tân / Photos : Facebook Lê Văn Sơn / Dũng Mai / Chu Mạnh Sơn

Voir également :

 

Image « à la une » : © 2016 Dũng Mai

Chip : Learn365Project – Timeline for all events related to the fish deaths in Vietnam

[ndlr] Avis de la parution d’une page d’information (sur le site de Chip) dédiée à l’affaire des poissons morts du Viêt-Nam.

For those of you who don’t already know, recently there has been some social unrest in Vietnam. A lot of people went out on the street to protest over the mass fish death and the way the government has been handling the situation. As is the case with unrest, there are a lot of people spreading rumors and causing even more unrest. I think it might be helpful to just look at the facts. Below is a complete timeline of all those events: from when the fish started dying on April 6 to today. I only quoted accredited newspapers, and I don’t include rumors spread on social media. Please let me know if there is something I’m missing.

Lien : https://learn365project.com/

Image « à la une » : Mass fish death central coast region © EPA